Ceci est une version HTML d'une pièce jointe de la demande d'accès à l'information 'Third Operational committee of the North of Africa Trust Fund'.


Ref. Ares(2017)4669073 - 25/09/2017
 
Annexe IV à l'Accord Instituant le Fonds Fiduciaire  ‘European Union Emergency Trust Fund for stability and 
addressing root causes of irregular migration and displaced persons in Africa’, et ses règles internes 

 
Document d’action de fonds fiduciaire de l’UE à utiliser pour les décisions du comité 
opérationnel 
T05-EUTF-NOA-MA-02 
 
 
1. 
IDENTIFICATION 
Intitulé/Numéro 
Coopération Sud-Sud en matière de migration 
Coût total 
Coût total estimé : € 10.336.200  
Montant total provenant du Fonds fiduciaire : € 8.613.500  
Cofinancement Allemagne : € 1.722.700 
Méthode 
Gestion  indirecte  –  Convention  de  délégation  avec  Deutsche 
d’assistance/Modalités 
de  Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH 
mise en œuvre 
La  mise  en  œuvre  sera  réalisée  en  collaboration  avec 
Expertise France  
Code CAD 
150 
Secteur 
 
 
2. 
JUSTIFICATION ET CONTEXTE 
2.1. 
Résumé de l’action et de ses objectifs 
L’Afrique de l’Ouest,  l’Afrique du Nord  et  l’Europe sont des espaces  migratoires connectés 
où  la  mobilité  humaine  est  un  phénomène  ancien  qui  s’accentue,  induisant  des  enjeux  de 
développement de plus en plus complexes.  
En tant que pays d’origine, de transit et de destination de migrants, le Maroc joue un rôle de 
trait d’union entre l’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Nord et l’Europe. Il représente l’un 
des  rares  pays  de  la  région  à  disposer  d’une  politique  migratoire  moderne.  Sa  « Nouvelle 
Politique  Migratoire »  (NPM),  adoptée  en  2013/2014,  est  dotée  de  deux  stratégies :  la 
« Stratégie  Nationale  d’Immigration  et  d'Asile »  (SNIA)  et  la  « Stratégie  Nationale  pour  les 
Marocains Résidant à l’Etranger » (SNMRE).  
En  effet,  malgré  l’impact  croissant  du  phénomène  migratoire  pour  cette  région,  la  majeure 
partie des pays de l’Afrique du Nord et de l’Ouest ne dispose pas encore de réelles politiques 
migratoires couvrant l’ensemble des domaines du secteur (émigration, immigration et retour). 
Les  pays  qui  en  disposent  sont  confrontés  à  de  multiples  défis  quant  à  leur  mise  en  œuvre. 
C’est  le  cas  du  Mali,  qui  a  adopté  sa  nouvelle  politique  nationale  de  migration  en  2014. 
D’autres pays, tel que le Sénégal et la Côte d’Ivoire, sont actuellement en train d’élaborer de 
nouvelles politiques migratoires.  
Nonobstant  des  particularités  des  situations  migratoires  des  pays  cités,  ils  partagent  de 
nombreux  défis  liés  à  l’élaboration  ou  à  la  mise  en  œuvre  de  leurs  politiques  migratoires. 
Aussi,  ils  partagent  des  problématiques  similaires  notamment  sur  les  questions  liées  à  la 
diaspora,  à  la  réintégration  des  migrants  de  retour,  à  l’intégration  et  à  la  protection  des 
migrants ainsi qu’à la facilitation des migrations régulières.  


 
Le Maroc et les pays de l’Afrique de l’Ouest sont traversés par les mêmes routes migratoires, 
sont liés par les migrations de leurs ressortissants et  hébergent les diasporas respectives. Les 
relations  économiques  entre  le  Maroc  et  les  pays  d’Afrique  de  l’Ouest  sont  fortes, 
s’amplifient davantage et entrainent un renforcement de la mobilité professionnelle. 
La collaboration bilatérale et sous-régionale du Maroc avec des pays d’Afrique de l’Ouest ne 
représente  donc  pas  seulement  un  important  potentiel  d’apprentissage  mutuel  en  matière  de 
migration, mais aussi un élément indispensable de la gouvernance de la migration.  
En  vue  de  ces  potentiels  et  besoins  d’une  collaboration  renforcée,  le  Maroc  a  signé  des 
memoranda  d’entente  bilatéraux  avec  plusieurs  pays  africains,  entre  autres  avec  la  Côte 
d’Ivoire  (en  Janvier  2015),  le  Mali  (est  soumis  pour  signature  prochaine)  et  le  Sénégal  (en 
Juin  2013).  La  mise  en  œuvre  de  ces  mécanismes  bilatéraux  d’échange,  d’apprentissage 
mutuel  voire  de  coopération  et  de  coordination  ayant  trait  aux  politiques  migratoires  reste 
pourtant encore faible et peu développé (problème principal).  
Le « Ministère Chargé des Marocains Résidant à l’Étranger » (MCMREAM) en est conscient 
et a sollicité l’appui de ses partenaires techniques et financiers, plus précisément de la GIZ et 
d’Expertise  France  (EF).  Lors  des  missions  préparatoires  du  projet,  la  volonté  de  mettre  en 
œuvre  les  memoranda  d’entente  et  la  sollicitation  de  l’appui  technique  et  financier  des 
partenaires  de  mise  en  œuvre  ont  été  confirmés  par  les  ministères  respectifs  des  pays 
concernés.  Cette  volonté  de  collaboration  s’explique en  particulier  par  la  présence  des 
diasporas  respectives  dans  les  pays  partenaires  et  par  l’opportunité  d’avancer  ensemble  sur 
des problématiques similaires rencontrées par ces pays. 
L’objectif général de l’action est de favoriser la mise en place d'un système de gouvernance de la 
migration basée sur le droits en renforçant  la coopération sud-sud en matière de migration et la 
mise  en  œuvre  des  memoranda  d’entente  respectifs  entre  le  Maroc  et  le  Sénégal,  la  Côte 
d’Ivoire et le Mali. 
Le  projet  se  base  sur  1)  les  relations  migratoires  établies  2)  la  volonté  de  coopération,  telle 
qu’exprimée  par  les  memoranda  d’entente),  3)  les  politiques  nationales  migratoires  4)  les 
consultations  lors  des  missions  préparatoires  auxquelles  le  MCMREAM  ainsi  que  ces 
homologues  des  pays  partenaires  et  un  représentant  de  la  DUE  de  Rabat  ont  activement 
participé et 5) les lignes directrices du « Fonds Fiduciaire d'urgence en faveur de la stabilité et 
de  la  lutte  contre  les  causes  profondes  de  la  migration  irrégulière  et  du  phénomène  des 
personnes déplacées en Afrique » (FFU) pour le Maroc. 
Les  consultations  lors  des  missions  exploratoires  ont  confirmé  les  trois  objectifs  spécifiques 
pré-identifiés sur la base des études documentaires : 
L’objectif spécifique 1 est le renforcement de la coopération sud-sud en matière de migration 
et développement, en particulier sous l’aspect des politiques et pratiques de mobilisation des 
diasporas, aux niveaux national, régional, et local. 
L’objectif  spécifique  2 est  le  renforcement  de  la  coopération  sud-sud  en  matière  de 
protection des droits des migrants sous l’aspect de l’intégration et de la réintégration. 
L’objectif  spécifique  3  est  l’amélioration  de  la  mobilité  sud-sud  dans  une  approche  triple 
gagnante  (pays  d’origine,  pays  d’accueil  et  migrants),  y  compris  la  mobilité  des 
professionnels, des étudiants, des stagiaires et des volontaires. 
Les objectifs spécifiques rentrent dans le cadre des mandats et expertises d’EF et de GIZ (tels 
que ‘migration et développement’, les politiques en faveur des diasporas - accompagnement 
économique  à  l’investissement,  accompagnement  social  au  retour  -,  le  renforcement  des 
capacités  institutionnelles  dans  le  domaine  de  l’intégration  des  immigrés  réguliers  et  de  la 


 
réintégration  des  citoyens  de  retour,  le  renforcement  des  connaissances  et  du  traitement  des 
données, etc.).  
De  mêmes,  elles  correspondent  aux  priorités  du  FFU  et,  de  manière  plus  générale,  à  la 
politique migratoire de l’UE (Approche Global sur la Migration et la Mobilité, Agenda sur la 
Migration de l’Union Européenne, politique européenne du voisinage).  La coopération sud-
sud fait partie des priorités du « Processus de Rabat ».  
L’action  s’inscrit  dans  l’objectif  3  du  FFU, qui  représente  l’objectif  prioritaire  des  actions 
mises  en  œuvre  dans  le  cadre  de  la  « fenêtre  Afrique  du  Nord »  :  l’amélioration  de  la 
gouvernance de la migration dans des pays d’origine, de transit et de destination. L’action suit 
la  priorité  1  de  la  « fenêtre  Afrique  du  Nord »  (gouvernance  des  migrations),  la  priorité  2 
(Promotion  de  la  migration  légale  et  de  la  mobilité),  ainsi  que  la  priorité  5  (améliorer 
l’information et la protection de migrants vulnérables tout au long des routes migratoires). 
Le projet cible les 4 domaines d’intervention prioritaires du FFU au Maroc : 1) Gouvernance 
des  migrations ;  2)  Promotion  de  la  migration  légale  et  de  la  mobilité ;  3)  Amélioration  de 
l’information et promotion de la protection des migrants au Maroc et tout le long des routes 
migratoires et 4) Appui aux dispositifs de retour volontaire et de réintégration. 
Concernant les priorités du FFU pour la « fenêtre Sahel et la Tchad », l’action vise la priorité 
5  (gouvernance  et  sécurité)  et  dans  ce  cadre  surtout  les  aspects  de  la  coopération 
transnationale, le renforcement de dialogue aux niveaux différents. 
Concernant  les  priorités  du  FFU  au  Mali,  le  projet  répond  à  la  priorité  sur  la  gestion  de  la 
migration et à la priorité sur le retour et la réintégration. 
Quant  au  Sénégal,  le  projet  s’insère  surtout  dans  la  priorité  sur  le  support  institutionnel  en 
matière  de  gestion  de  migration  et  coopération  régionale.  Les  priorités  « améliorer  les 
transferts de fonds et les investissements productifs de la diaspora » et l’appui des initiatives 
qui facilitent le retour et la réintégration sont également adressées.  
La Côte d’Ivoire n’est éligible au FFU que depuis décembre 2016 ; les lignes directrices ne 
sont pas encore disponibles.  
L’action répond également aux priorités du Plan d’Action de la Valette, surtout aux priorités 
1.2  « Avantages  des  migrations  en  termes  de  développement »,  2.  « Migration  légale  et 
mobilité » et 5 « Retour, réadmission et réintégration ».  
En  cohérence  avec  le  nouveau  cadre  de  partenariat  avec  les  pays  Tiers  dans  le  cadre  de 
l'Agenda européen en matière de migration adopté par le Conseil de l'Union européenne le 28 
juin 2016, l'action est mise en œuvre en commun par différents acteurs, Etats membres, Pays 
Tiers afin d'apporter une réponse concertée en unissant leurs outils et leviers financiers afin de 
renforcer la gestion des migrations1. En particulier deux des pays ciblés par la présente action 
sont des pays prioritaires avec lesquels des partenariats  globaux ont été élaborés (Sénégal  et 
Mali). 
 
                                                 
1 Suite à la Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil européen, 
au  Conseil  et  à  la  Banque  européenne  d'investissement  relative  à  la  mise  en  place  d'un 
nouveau  cadre  de  partenariat  avec  les  pays  tiers  dans  le  cadre  de  l'Agenda  européen  en 
matière de migration, COM(2016) 385 final du 7 juin 2016. 
 


 
2.2. 
Contexte 
2.2.1.  Contexte national 
Depuis de nombreuses années, le Maroc joue un rôle de locomotive économique et politique 
en Afrique de l’Ouest. La vision du Royaume, telle que portée par le Roi Mohammed VI, se 
concrétise  dans  la  récente  réintégration  dans  l’Union  Africaine  et  la  demande  d’intégration 
dans  la  « Communauté  Economique  des  Etats  de  l’Afrique  de  l’Ouest »  (CEDEAO).  Elle 
s’inscrit  dans  un  schéma  construit  autour  des  notions  de  co-développement  et  de  solidarité 
Sud-Sud  renforcée  et  s’explique,  entre  autres,  par  la  particularité  de  la  relation  historique  et 
religieuse entre le Maroc et l’Afrique.  
Par ailleurs, le Maroc constitue un « pont » important entre le continent africain et l’Europe. 
Ceci se traduit par le rôle important du pays dans le « Processus de Rabat ». Conscient de son 
rôle  primordial  dans  la  gestion  du  phénomène  migratoire  entre  les  deux  continents,  le 
Royaume du Maroc poursuit l’établissement d’une politique migratoire cohérente.  
Depuis  de  nombreuses  années,  le  Maroc  s’est  doté  d’une  politique  visant  à  renforcer  et  à 
dynamiser ses liens avec les Marocains Résidants à l’Étranger (MRE). L’émigration joue un 
rôle important au Royaume du Maroc : le nombre des MRE au monde est estimé à 5 millions. 
Selon  une  étude  récente  de  l’ « Organisation  de  Coopération  et  de  Développement 
Économique » (OCDE), 2,6 million Marocains vivaient dans un pays de l’OCDE en 2010/11, 
soit 10% de la population totale du Maroc. Près de 90% de  ces MRE résident en Europe de 
l’Ouest.  La  France  (860.000),  l’Espagne (640.000),  et  l’Italie  (320.000)  sont  les  pays  qui 
accueillent le plus de migrants marocains ; la plupart des autre immigrés marocains en Europe 
résident en Belgique et aux Pays-Bas.2 
Dans  les  années  90,  le  Maroc  a  créé  le  « Ministère  Chargé  des  Marocains  Résidant  à 
l’Étranger ».  La dernière Constitution, qui date de 2011, comprend trois  articles traitant des 
droits des Marocains résidant à l’étranger (art.16, 17, 18), ainsi qu’un article relatif au Conseil 
de  la  Communauté  marocaine  à  l’étranger  (CCME)  (art.  163).  En  mai  2015,  le  Maroc  a 
adopté  une  nouvelle  « Stratégie  Nationale  pour  les  Marocains  Résidant  à  l’Étranger » 
(SNMRE), qui vise notamment la préservation de l’identité marocaine des MRE, la protection 
de leurs droits et intérêts et leur contribution au développement du pays. 
Le  Maroc  a  mené  des  politiques  volontaristes  pour  maintenir  le  lien  avec  sa  diaspora.  Bien 
que  ces  liens  ne  puissent  se  limiter  aux  simples  flux  financiers,  il  n’en  demeure  pas  moins 
qu’avec des transferts estimés à plus de 6 milliards de dollars US en 2015, soit 7% du PIB, les 
flux  financiers  des  MRE  constituent  la  troisième  source  de  devises  après  le  tourisme  et  le 
phosphate.  En  outre  sa  politique  envers  les  MRE,  le  Maroc  s’est  doté  d’une  « Stratégie 
Nationale d’Immigration et d’Asile » (SNIA) en décembre 2014 en vue de contribuer à une 
meilleure intégration des migrants régularisés sur son territoire.  
Par ailleurs, le gouvernement marocain reconnaît l’importance du rôle des collectivités locales 
dans  le  contexte  migratoire  et  souhaite  s’investir  davantage  dans  la  déclinaison  au  niveau 
local  de  sa  nouvelle  politique  migratoire.  Cette  volonté  est  en  phase  avec  le  processus  de 
décentralisation mené notamment à travers la politique de « régionalisation avancée ».  
En  même  temps,  le  Maroc  est  devenu  au  cours  des  vingt  dernières  années  un  pays  de 
destination  pour  un  grand  nombre  de  migrants.  Selon  l’OCDE,  presque  82  millions  de 
migrants  restent  dans  leur  sous-région.  C’est  pourquoi  le  Maroc  poursuit  une  coopération 
                                                 
2  OCDE  (2016),  Talents  à  l’étranger :  Une  revue  des  émigrés  marocains,  édition  OCDE,  Paris. 
http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/social-issues-migration-health/talents-a-l-
etranger-une-revue-des-emigres-marocains_9789264264304-fr#.WM8bIBiX_q0#page8. 


 
étroite  avec  les  pays  de  l’Afrique  de  l’Ouest,  pays  d’origine  de  grandes  communautés  de 
migrants au Maroc.  
2.2.2.  Contexte sectoriel : Politiques et enjeux 
Le Maroc est de plus en plus perçu dans la sous-région comme un pays exemplaire en matière 
de gouvernance de la migration. La volonté du Maroc et des autres pays du continent africain 
de s’échanger et de coopérer dans le domaine migratoire s’est traduite dans un certain nombre 
d’accords en matière de politique migratoire. Il s’agit en l’occurrence d’accords avec l’Égypte 
(2006),  la  Tunisie  (2009),  le  Sénégal  (2013),  la  Côte  d’Ivoire  (2014)  et  le  Soudan  (2016). 
D’autres conventions de partenariat sont en cours de préparation ou de signature, notamment 
avec  le  Mali,  le  Tchad,  le  Gabon,  la  Ligue  arabe  et  l’Union  du  Maghreb  Arabe  (UMA). 
Ensemble, le MCMREAM et les partenaires de mise en œuvre ont identifié la Côte d’Ivoire, 
le  Mali  et  le  Sénégal  comme  pays  partenaires  de  l’action.  Ces  pays  sont  fortement  liés  au 
Maroc par les migrations de leurs ressortissants : 
-  La diaspora ivoirienne au Maroc compte 1.152 personnes. Elle représente 9% et la 4e 
communauté subsaharienne au Maroc.3 Environ 1.000 étudiants ivoiriens poursuivent 
leurs études au Maroc, dont plus de 666 auraient obtenu des bourses marocaines.4 La 
taille  de  la  diaspora  marocaine  en  Côte  d’Ivoire  est  estimée à  3.200  personnes5  en 
2015 (avec presque deux tiers de femmes).  
-  La diaspora malienne au Maroc compte 1.071 personnes.6 1.532 Maliens étudient au 
Maroc, dont la plupart a obtenu une bourse (1.139).7 La diaspora marocaine au Mali 
est petite et ne compte que 300 personnes environ.8 Par contre, le Maroc est le premier 
investisseur économique au Mali.9 
-  La  diaspora  sénégalaise  au  Maroc  compte  2.525  personnes10.  Par  contre,  la 
« Politique  Nationale  de  Migration  du  Sénégal »  (PNMS)  indique  que  5.928 
Sénégalais  auraient  migré  au  Maroc  entre  2008  et  2012.11  Pendant  la  campagne 
marocaine  de  régularisation  des  migrants  irréguliers  en  2014,  6.850  Sénégalais 
auraient postulé. 1.582 Sénégalais étudient au Maroc, dont 1.332 receveurs de bourses 
marocaines.12  La  diaspora  marocaine  au  Sénégal  compte  3.050  personnes.13  Le 
Sénégal  est  le  premier  destinataire  des  exportations  marocaines  vers  l’Afrique 
subsaharienne.14 
Les chiffres ci-dessus ne captent par ailleurs pas la migration irrégulière de ressortissants des 
trois pays ouest-africains vers le Maroc. 36% des 23.096 migrants qui ont bénéficié de la 
                                                 
3  International  Centre  for  Migration  Policy  Development  (ICMPD),  Février  2016:  Les  routes  migratoires  en 
Afrique de  l’Ouest  transitant  par le  Maroc.  Étude  mandatée  et  financée par la  Délégation de  l´Union 
Européenne au Maroc, p. 50. 
4 Ibid. 
5 Ibid., p. 51. 
6 Ibid., p. 71. 
7 Ibid. 
8 Ibid. 
9 Ibid., p.70. 
10 Ibid., p. 96. 
11 République du Sénégal, Septembre 2016: Projet de Document de Politique Nationale de Migration du Sénégal. 
Annexe  9.4  (Données  statistiques  et  qualitatives),  tableau  1  (non  paginé).  Cité  par  la  suite  PNMS 
2016 :A9.4, T1. 
12 ICMPD 2016 :95. 
13 Ibid. 
14 Ibid. 


 
campagne de régularisation des migrants irréguliers au Maroc étaient des Sénégalais (24%), 
Ivoiriens (8%) et Maliens (4%).15 
La  migration  entre  la  Côte  d’Ivoire,  le  Mali  et  le  Sénégal  est  régulée  au  niveau  de  la 
« Communauté  Economique  des  États  de  l'Afrique  de  l'Ouest »  (CEDEAO).  La  libre 
circulation des personnes et le droit de résidence et d’établissement sont censés être en place 
depuis  1979, mais la mise en œuvre effective de ces principes demeure  encore limitée.  Les 
mouvements migratoires entre les trois pays sont particulièrement intenses entre le Mali et la 
Côte  d’Ivoire :  près  de  deux  millions  Maliens  résident  en  Côte  d’Ivoire,  qui  est  le  premier 
pays  d’accueil  de  Maliens  en  Afrique  de  l’Ouest.  La  Côte  d’Ivoire  figure  aussi  parmi  les 
principaux  pays  d’accueil  de  migrants  sénégalais :  en  2013,  plus  de  21.000  Sénégalais,  soit 
4% des émigrés sénégalais, vivaient en Côte d’Ivoire.16 4.833 Sénégalais ont migré au Mali 
entre 2008 et 2012.17 
La Côte d’Ivoire  a  entrepris  plusieurs activités  afin de  gérer les migrations au bénéfice du 
développement économique du pays. En 2012, le gouvernement ivoirien a créé le « Ministère 
de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur » (MIAIE). Sa « Direction Générale 
des  Ivoiriens  de  l’Extérieur »  (DGIE)  est  chargée  de  préparer  et  d’exécuter  la  politique  du 
gouvernement relative à l’administration des Ivoiriens à l’étranger.  
La  migration  est  relevée  comme  un  facteur  déterminant  du  développement  du  pays  dans  le 
«Plan National de Développement » (PND) de la Côte d’Ivoire. En effet, plusieurs stratégies 
nationales  en  matière  de  migration  ont  été  élaborées.  Depuis  un  séminaire  interministériel 
tenu en novembre 2014, l’élaboration d’une « Stratégie Nationale de Politique Migratoire en 
Côte  d’Ivoire »  est  en  cours.  C’est  le  « Ministère  de  l’Intérieur »  qui  chapote  ce  processus, 
appuyé par l’ « Organisation Internationale pour les Migrations » (OIM).  
Cette  stratégie  globale  identifie  11  thématiques  stratégiques  (entre  autres :  migration 
irrégulière,  migration  de  travail,  diaspora,  jeunesse  et  genre)  et  7  stratégies  transversales 
(entre autres : cohérence institutionnelle et coordination interministérielle, rationalisation des 
services  en  charge  de  la  migration  et  coordination  opérationnelle,  recherche  et  amélioration 
des données sur la migration, renforcement des capacités). 
Le MIAIE a élaboré une stratégie nationale sur la migration et le développement, avec l’appui 
du  projet  MIEUX18.  Cette  stratégie  se  concentre  sur  les  liens  existants  entre  les  migrations 
(émigration et  immigration) et  la promotion du développement  national.  Le lancement de  la 
stratégie est planifié pour mai 2017.  
Les deux stratégies ne sont donc pas encore officialisées. 
Une troisième stratégie en matière de migration est la stratégie de lutte contre la traite. Elle a 
été adoptée en 2015. 
Le  MIAIE  ne  dispose  pas  de  structures  déconcentrées.  Au  niveau  national,  il  a  créé  un 
« Centre d’Accueil, d’Information, d’Orientation et d’Accompagnement des Migrants de Côte 
d’Ivoire » (CAIOAM CI), destiné aux migrants potentiels et aux migrants de retour et localisé 
à Abidjan. Son mandat est complexe : amélioration des connaissances et de la documentation 
sur le phénomène migratoire, formation aux techniques de gestion du phénomène migratoire 
pour  fonctionnaires  civils  et  paramilitaires,  information  sur  la  migration  régulière  et  sur  les 
                                                 
15 https://www.lereporter.ma/maroc-immigres-bilan-de-la-regularisation/. 
16 PNMS 2016 :A9.4, T1 
17 Ibid. 
18  MIEUX est  un  programme  mis  en  œuvre  par  l’International  Centre  for  Migration  Policy  Development 
(ICMPD).  Voir  https://www.icmpd.org/our-work/capacity-building/multi-thematic-programmes/mieux-
iii/ 


 
risques  de  la  migration  irrégulière,  orientation  des  migrants  ivoiriens  de  retour  vers  les 
structures d’investissement.  
La  Côte  d’Ivoire  reconnaît  le  rôle  important  de  la  diaspora  ivoirienne.  Depuis  quelques 
années,  elle  organise des fora pour la diaspora pour améliorer l’échange  et  les liens entre le 
pays et ses ressortissants à l’étranger et pour promouvoir des mécanismes de contribution de 
la  diaspora  ivoirienne  à  l’essor  économique  et  social  du  pays.  L’importance  accordée  à  la 
diaspora s’exprime aussi par la nomination d’Ivoiriens de l’extérieur au Conseil Economique 
et Social. 
Les relations entre la Côte d’Ivoire et le Maroc sont intenses, tant sur le plan économique que 
sur  le  plan  politique.  La  signature  du  Traité  d’amitié  et  de  coopération  en  1973  marque  le 
début des relations renforcées entre la Côte d’Ivoire et le Maroc.  
Lors de la dernière visite du roi Mohamed VI en Côte d’Ivoire en Mars 2017, de nombreux 
nouveaux accords de coopération bilatérale ont été signés et s’ajoutent aux partenariats déjà 
existants, tel que la coopération entre l’« Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des 
Compétences »  (ANAPEC)  marocaine  et  l’ « Agence  Emploi  Jeunes »  (AEJ)  de  la  Côte 
d’Ivoire.  
La Côte d’Ivoire, souhaitant profiter de l’expérience marocaine dans la gestion de la diaspora, 
a  conclu  deux  accords  de  collaboration  dans  le  domaine  avec  le  Royaume  du  Maroc, 
précisément avec le MCMREAM et le « Conseil de la Communauté Marocaine à l’Étranger » 
(CCME). Le mémorandum d’entente signé entre le MIAIE et le MCMREAM en 2015, vise le 
partage des acquis et des expériences dans la gestion des affaires des communautés résidant à 
l’étranger.  Plus  spécifiquement,  il  traite  de  la  mobilisation  des  diasporas  pour  le 
développement des deux pays  et engage les deux parties à améliorer l’intégration éducative, 
culturelle  et  sociale  des  diasporas.  Un  plan  d’action  opérationnel  définit  les  priorités  de 
collaboration pour la période 2016-18 : 
-  Organisation d’une conférence régionale sur la migration ; 
-   Organisation d’une journée Ivoiro-Marocaine dans un pays d’accueil ; 
-  Organisation d’un salon d’emploi de la diaspora ; 
-  Partenariat  pour  la  mise  en  place  d’un  fonds  d’investissement  pour  les  Ivoiriens  de 
l’extérieur ; 
-  Organisation  d’un  forum  des  associations  crédibles  pour  faire  face  aux  nouveaux 
défis (conférence régionale); 
-  Mise  en  place  d’un  programme  d’appui  aux  étudiants  en  fin  de  cycle  dans  les  deux 
pays par des stages dans les entreprises ; 
-  Organisation d’universités d’été ; 
-  Stage d’imprégnation de 3 directeurs de la DGIE au MCMREAM ; 
-  Fonds social (retour et réinsertion). 
Lors  des  consultations  pendant  la  mission  de  prospection  de  la  présente  action,  le  MIAIE  a 
exprimé  les  intérêts  et  besoins  suivantes  pour  la  coopération  sud-sud  renforcée  avec  le 
Maroc : 
 
Concordance 
Concordance 
avec 
avec  
Sujet 
mémorandum 
objectifs 
d’entente 
spécifiques 
La concrétisation et mise en œuvre du plan d’action relative 
   
OG 
au mémorandum d’entente entre le MIAIE et le MCMREAM. 
La mobilisation des compétences des diasporas (communauté 
   
OS 1 
ivoirienne au Maroc et marocaine en Côte d’Ivoire). 


 
L’intégration des diasporas marocaine en Côte d’Ivoire et 
   
OS 1 
ivoirienne au Maroc. 
Le développement des compétences des Marocains pour 
   
OS 1 
travailler en Côte d’Ivoire et des Ivoiriens pour travailler au 
Maroc. 
L’établissement d’un fonds d’investissement pour la diaspora 
   
OS 1 
et le développement de mécanismes d’accompagnement pour 
l’investissement productif de la diaspora en Côte d’Ivoire. 
Le développement d’une cartographie des Ivoiriens de 
   
OS 1 
l’étranger (statistiques/ données). 
Le développement d’un outil en ligne pour la diaspora. 
   
OS 1 
L’appui à l’élaboration d’un plan de retour volontaire des 
   
OS 2 
Ivoiriens en détresse vivant au Maroc. 
La protection des droits des migrants ivoiriens. 
   
OS 2 
La sensibilisation sur les risques de la migration clandestine et 
 
OS 2 
sur les voies de migration régulières. 
Le renforcement des capacités des associations ivoiriennes du 
   
OS 2 
Maroc. 
Le renforcement de la mobilité des étudiants. 
   
OS 3 
La promotion de la reconnaissance mutuelle des diplômes 
 
OS 3 
(étudiants, professionnels). 
L’accompagnement des organisations de la société civile qui 
   
transversal 
s’engagent en matière de migration. 
 
En  résumé,  le  pays  montre  une  grande  activité  dans  le  secteur  des  migrations  que  ce  projet 
compte renforcer et soutenir. Ce soutien s’inscrit dans le cadre établi par les accords entre la 
Côte d’Ivoire et le Maroc. 
Le Sénégal est surtout un pays d’émigration : près d’un quart de la population sénégalaise vit 
à  l’étranger,  principalement  en  Europe,  en  Amérique  du  Nord  et  dans  des  pays  africains 
(surtout  en  Gambie,  Gabon,  Côte  d’Ivoire,  Mali  et  Mauritanie).  Vu  son  nombre  élevé 
d’émigrés et l’importance des transferts de fonds de la diaspora (13,75% du PIB en 2015), le 
Sénégal  attribue  une  grande  importance  à  la  gestion  de  la  diaspora,  à  l’intégration  des 
retournés et à la gestion de la migration professionnelle. La gestion de l’immigration est, par 
contre, peu développée.  
Depuis  juillet  2015,  le  processus  d’élaboration  d’une  « Politique  Nationale  de  Migration  du 
Sénégal »  (PNMS)  est  lancé,  appuyé  par  le  fond  de  l’OIM  pour  le  développement. 
Aujourd’hui, la partie stratégique de la politique est pré-finalisée, et l’élaboration d’un plan 
d’action respectif est en cours. La nouvelle politique migratoire vise 11 objectifs :  
1)  Mettre en place un dispositif de collecte de données migratoires ;  
2)  Mieux valoriser le potentiel de contribution de la diaspora sénégalaise ;  
3)  Accompagner le retour et la réinsertion des migrants ; 
4)  Mieux organiser la migration et assurer la protection sociale des migrants ;  
5)  Promouvoir le respect des droits des émigrés sénégalais et des immigrés au Sénégal ; 
6)  Mettre  en  place  un  système  de  gestion  des  frontières  et  actualiser  les  conditions 
d’entrée, de séjour et d’établissement au Sénégal ;  
7)  Lutter  contre  la  migration  irrégulière,  le  trafic,  la  traite,  et  prendre  en  charge  des 
victimes ;  
8)  Intégrer l’aspect genre ;  
9)  Promouvoir la santé des migrants ;  


 
10) Etablir  un  système  de  prévention  et  de  gestion  des  catastrophes  naturelles  et 
humaines ;  
11) Fixer les populations dans leurs régions d’origine. 
Les  différentes  structures  chargées  de  la  mise  en  œuvre  de  la  stratégie  ne  sont  actuellement 
que partiellement en place.  
Jusqu’à  présent,  le  Plan  Stratégique  et  Opérationnel  (PSO,  2015-2018)  de  la  Direction 
Générale  des  Sénégalais  de  l’Extérieur  (DGSE)  règle  les  relations  du  gouvernement 
sénégalais  avec  ses  ressortissants  à  l’étranger.  Le  PSO  vise  plusieurs  objectifs :  (1) 
l’assistance de la diaspora dans des situations de vulnérabilité ; (2) le combat de l’émigration 
irrégulière ;  (3)  la  protection  des  droits  de  la  diaspora  dans  les  pays  d’accueil ;  (4) 
l’application  des  conventions  sociales  bilatérales ;  (5)  la  production  de  données  statistiques 
fiables ;  (6)  la  coopération  et  les  partenariats  aux  niveaux  sous-régional,  régional  et 
international.  
Le  PSO  exprime  le  souhait  du  Sénégal  de  se  doter  d’une  approche  comparable  à  celle  du 
Maroc envers sa diaspora. La DGSE a ouvert des bureaux d’accueil, d’orientation et de suivi 
(BAOS)  dans  les  localités  caractérisées  par  une  forte  concentration  de  migrants  afin 
d’informer,  d’accompagner  et  de  suivre  les  Sénégalais  de  retour  et  les  candidats  à  la 
migration.  Ces  BAOS  poursuivent  l’approche  de  proximité  promue  par  la  DGSE. 
L’installation de 14 BAOS, répartis sur le territoire sénégalais, est prévue – jusqu’à présent, 6 
BAOS  sont  opérationnels  (aéroport  de  Dakar,  Diourbel,  Louga,  Tambacounda,  Sédhiou, 
Kolda). 
Un  grand  nombre  de  ministères  et  institutions  sont  chargés  des  affaires  de  la  migration  en 
fonction  du  volet  concerné.  Le  Ministère  des  Affaires  Étrangères  et  des  Sénégalais  de 
l’Extérieur (MAESE), et plus spécifiquement la DGSE, gèrent les relations avec la diaspora 
sénégalaise. Le Ministère de l’Économie et des Finances a piloté le processus d’élaboration de 
la  nouvelle  politique  migratoire.  Il  est  responsable  de  ce  qui  relève  de  l’intégration  de  la 
migration dans la stratégie de développement. La lutte contre la traite est confiée à la Cellule 
Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP) auprès du Ministère de la Justice.  
Le  Maroc  entretient  des  relations  étroites  en  matière  de  migration  avec  le  Sénégal.  Depuis 
1964,  une  convention  bilatérale  consacre  en  principe  la  libre  circulation  des  biens  et  des 
personnes entre le Maroc et le Sénégal. Les deux pays ont entamé un dialogue pour renforcer 
l’intégration  professionnelle  des  Sénégalais  au  Maroc  et  pour  amplifier  la  mobilisation  des 
compétences des diasporas. Le mémorandum d’entente, signé en 2013 entre le MAESE et le 
Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération du Maroc, a pour objectif de « partager 
les acquis et les expériences dans les domaines de gestion des affaires des communautés des 
deux  pays  résidant  à  l’étranger,  et  leur  mobilisation  pour  le  développement  de  leur  pays 
d’origine ».  Les  thématiques  suivantes  sont  spécifiées :  gestion  publique  des  diasporas, 
encadrement de l’émigration et protection des droits des émigrés, participation citoyenne des 
diasporas,  encadrement  des  associations  opérant  en  faveur  des  migrants,  mobilisation  des 
compétences des diasporas, transferts de fonds, création d’emploi, investissements productifs 
des  diasporas  et  communication  avec  la  diaspora.  Le  mémorandum  est  ainsi  focalisé  sur 
l’émigration des ressortissants nationaux et sur la gestion de la diaspora.  
Lors  des  consultations  de  la  mission  exploratoire  de  l’action,  les  thématiques  spécifiques 
suivantes  ont  été  identifiées  par  les  parties  prenantes  sénégalaises et  le  représentant  du 
MCMREAM :  
Concordance 
Concordance 
avec 
avec  
Sujet 
mémorandum 
objectifs 
d’entente 
spécifiques 


 
L’intérêt de disposer d’un état des lieux des politiques 
 
OG 
migratoires dans la sous-région. 
Le besoin d’améliorer les données sur la diaspora 
   
OS 1 
(disponibilité et fiabilité des données, mécanismes et 
dispositifs de collecte et de traitement des données). 
Les différents modes de réseautage avec la diaspora (les deux 
   
OS 1 
pays disposent de systèmes différents, l’intérêt est mutuel).  
L’incitation aux investissements productifs de la diaspora, par 
 
exemple par des systèmes d’actionnariat
 
OS 1 
 ou l’investissement 
ciblé sur les besoins locaux de développement. 
L’établissement d’un guichet de promotion de 
   
OS 1 
l’investissement productif des Sénégalais du Maroc (ouvrir un 
guichet au Consulat Général du Sénégal à Casablanca pour 
intégrer dans ses missions un volet économique respectif).  
Les stratégies de territorialisation des politiques migratoires 
 
OS 1 
L’échange d’expériences par rapport aux Maisons des 
   
OS 1 
Marocains du Monde et aux BAOS. 
Les jumelages des régions. 
 
OS 1 
Promouvoir l’échange entre territoires sur la problématique de 
   
OS 1&2 
la dégradation des terres (une cause essentielle de l’émigration 
sénégalaise) et impliquer les migrants eux-mêmes en termes 
de projets de retour encadré. 
Les mécanismes de facilitation des transferts de fonds et le 
   
OS 1 
développement de produits financiers pertinents pour la 
diaspora et les retournés. 
L’information pré-départ et par rapport au retour (droits et 
   
OS 1 
devoirs des migrants, marchés de travail, opportunités 
économiques etc.). 
La protection des droits des émigrés, surtout des femmes et 
   
OS 2 
des enfants. 
La lutte contre la migration irrégulière. 
 
OS 2 
Les outils pour la réinsertion de citoyens de retour. 
 
OS 2 
La facilitation de la mobilité des étudiants. 
 
OS 3 
La facilitation du volontariat sud-sud entre le Maroc et le 
 
OS 3 
Sénégal. 
 
Au-delà de ces priorités, certaines pistes concrètes de collaboration ont été identifiées par les 
interlocuteurs divers, y compris les représentants du MCMREAM :  
  Une bonne pratique sénégalaise qui intéresse le Maroc est l’établissement d’un réseau 
d’experts sénégalais de la diaspora (mobilisation des compétences de la diaspora).19 
  L’ambassade  du  Maroc  au  Sénégal  a  soulevé  l’option  d’appuyer  le  nouveau  centre 
culturel marocain à Dakar. Un tel appui pourrait servir à renforcer l’identité culturelle 
des Marocains résidants à Dakar, à promouvoir et valoriser les échanges interculturels 
et  le  vivre  ensemble,  mais  aussi  à  mieux  diffuser  les  informations  sur  les  différentes 
voies de migration régulière entre le Sénégal et le Maroc (p.ex. séjours d’études).  
                                                 
19  http://www.senexpertise.gouv.sn.  Cette  initiative  fait  partie  du  “Programme  d’Appui  aux  Initiatives  de 
Solidarité pour le Développement » (PAISD, voir chapitre 2.4) 
10 

 
Toutes  ces  thématiques  rentrent  dans  le  cadre  des  trois  objectifs  spécifiques  de  l’action.  Par 
ailleurs,  le  mémorandum  prévoit  « tous  autres  échanges  d’informations  d’intérêt  commun 
liées à la gestion de l’émigration » (p.3). 
Le  Mali est surtout un pays d’émigration20, l’immigration  y jouant un rôle moins important. 
Pour  des  migrants  de  l’Afrique  de  l’Ouest  en  route  vers  l’Algérie,  la  Libye,  le  Maroc,  la 
Tunisie  et  l’Europe,  le  Mali  est  surtout  un  pays  de  transit.  L’émigration  s’explique  par 
plusieurs  facteurs,  tant  économiques,  écologiques  et  culturelles  que  politiques  (suite  à  des 
troubles  politiques  en  2012,  près  de  150.000  Maliens  ont  quitté  le  pays ;  la  reprise  des 
violences en 2014 a freiné le retour)Au vu de ce profil migratoire, les politiques migratoires 
du  Mali  se  basaient  initialement  surtout  sur  le  renforcement  des  liens  avec  la  diaspora 
malienne  et  sur  la  promotion  des  investissements  de  cette  dernière  au  Mali.  En  effet,  les 
transferts de fonds de la diaspora malienne vers le Mali sont très importants (11% du PIB en 
2012). La gestion de la migration irrégulière n’a longtemps pas constitué une priorité pour ce 
pays. 
La Direction Générale des Maliens de l’Extérieur (DGME) a été créée en 2000, suivie de la 
création  du  poste  de  ministre  délégué  chargé  des  Maliens  de  l’Extérieur  et  de  l’Intégration 
Africaine auprès du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale en 
2002. Deux ans plus tard, le Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine 
(MMEIA) est établi. De nombreux fora ont été organisés entre 2000 et 2010 sur la promotion 
de  l’engagement  de  la  diaspora  dans  le  développement  du  pays.  Le  Mali  participe  au 
« Processus de Rabat »  depuis son initiation et y joue un rôle important en tant que membre 
du Comité de pilotage.  
La Politique Nationale de Migration du Mali (PONAM) a été développée entre 2011 et 2015. 
Elle identifie huit axes stratégiques :  
1)  Protéger et sécuriser les migrants ;  
2)  Organiser et faciliter les migrations légales ;  
3)  Favoriser une meilleure réinsertion des migrants de retour ;  
4)  Valoriser les capacités  des  diasporas (malienne et  étrangères) pour le développement 
national ;  
5)  Renforcer  les  capacités  des  organisations  des  migrants  et  de  la  société  civile  (y 
compris  la  promotion  de  la  coopération  décentralisée,  la  formation  des  autorités 
locales, l’intégration de la migration dans les plans de développement local) ;  
6)  Renforcer les partenariats stratégiques sur la question des migrations (positionnement 
stratégique,  concertation  entre  acteurs,  intégration  aux  politiques  sectorielles,  vision 
sud-sud
) ;  
7)  Améliorer la connaissance sur les migrations ; et  
8)  Réadapter les conditions d’entrée, de séjour et d’établissement au Mali. 
Le  mémorandum  d’entente  entre  le  Mali  (MMEIA)  et  le  Maroc  (MCMREAM),  qui  est 
actuellement  soumis  pour  signature,  reflète  la  stratégie  malienne  de  promotion  de  la 
coopération sud-sud ainsi qu’un bon nombre des autres axes. Il a pour objectif le « partage des 
acquis  et  des  expériences  dans  les  domaines  de  la  gestion  des  affaires  des  communautés 
résidant à l’étranger, et, d’autre part, leur mobilisation pour le développement des deux pays 
ainsi que l’accompagnement visant une meilleure intégration éducative,  culturelle et  sociale 
des  communautés  marocaines  et  maliennes ».  La  gestion  de  l’émigration  et  de  la  diaspora 
reste  toujours  un  sujet  politique  de  premier  plan.  Pour  le  Mali,  il  s’agit  de  promouvoir  les 
                                                 
20  Les  autorités  maliennes  estiment  à  4  millions  leurs  ressortissants  de  l’extérieur,  dont  500  000  en  Europe. 
Patrick  GONIN  et  Nathalie  KOTLOK,  "Migrations  et  pauvreté  :  essai  sur  la  situation  malienne", 
CERISCOPE Pauvreté, 2012. 
11 

 
contributions  de  la  diaspora  au  développement  social  et  économique  du  pays,  mais  aussi  de 
renforcer  la  protection  des  communautés  maliennes  du  Maroc,  souvent  fragilisées  par  les 
épreuves  subies  sur  la  route  migratoire.  Les  thématiques  d’échange  spécifiées  dans  le 
mémorandum  sont multiples  et  réparties en deux volets :  un volet plutôt global  « en matière 
de  politique  migratoire »  et  un  volet  sur  l’intégration  des  communautés  des  deux  pays.  Le 
premier volet contient des sujets comme la protection des droits des émigrés, la participation 
citoyenne des diasporas, la mobilisation des compétences et des investissements productifs de 
la diaspora, la coopération décentralisée, la facilitation des transferts de fonds, la réinsertion 
des retournés, et le recensement des émigrés. Le deuxième volet vise, entre autres, des sujets 
comme les droits et devoirs des migrants, la préservation des liens identitaires des émigrés, la 
protection des femmes et enfants vulnérables, et les programmes de stages pour étudiants. 
Lors  des  consultations  de  la  mission  exploratoire  de  l’action,  les  thématiques  spécifiques 
suivantes  ont  été  identifiées  par  les  parties  prenantes  maliennes  et  la  représentante  du 
MCMREAM :  
Concordance 
Concordance 
avec 
avec  
Sujet 
mémorandum 
objectifs 
d’entente 
spécifiques 
Mobilisation des compétences de la diaspora. 
   
OS 1 
Renforcement des liens culturels des émigrés avec leur pays 
   
OS 1 
d’origine. 
Référencier les compétences des émigrés. 
   
OS 1 
Incitation aux investissements productifs de la diaspora. 
   
OS 1 
Structurer le dialogue avec la diaspora. 
   
OS 1 
Développement de produits financiers pour la diaspora et 
   
OS 1 
facilitation des transferts de fonds. 
Faciliter le jumelage de régions (expériences maliennes, 
   
OS 1 
région de Kayes). 
Déclinaison régionale et locale des politiques migratoires 
   
OS 1 
(comparaison de la démarche « bottom-up » de Kayes avec la 
démarche « top down » du Maroc). 
Défis liés au caractère transversal des politiques migratoires : 
   
OS 1 
stratégies intersectorielles. 
Protection des droits des migrants, surtout des femmes. 
   
OS 2 
Réintégration des personnes qui retournent d’urgence ou en 
 
OS 2 
détresse. 
Etablissement d’un mécanisme de volontariat sud-sud. 
 
OS 3 
Renforcer la mobilité et les systèmes de bourses pour 
   
OS 3 
étudiants, y compris des enfants de parents maliens-marocains 
(couples mixtes). 
Opérationnalisation du cadre CEDEAO de la migration légale. 
 
OS 3 
Faciliter les stages ou formations en fonction des besoins 
   
OS 3 
locaux. 
2.3. 
Enseignements tirés 
La  volonté  du  MCMREAM  et  de  ses  homologues  des  pays  partenaires  de  renforcer  leur 
coopération  en  matière  de  migration  est  manifeste  et  a  été  réaffirmée  lors  des  missions 
exploratoires ;  aussi,  un  grand  nombre  de  thématiques  concrètes  d’intérêt  réciproque  a  été 
identifié.  En  dépit  de  cela,  et  malgré  la  conclusion  d’accords  de  coopération  depuis  2013, 
l’opérationnalisation de la coopération reste jusqu’à présent limitée. L’un des enseignements 
12 

 
tirés  indique  que  les  partenariats  doivent  se  bâtir  autour  de  projets  conjoints  concrets  et 
tangibles (actions pilotes). L’expérience semble aussi indiquer un besoin d’accompagnement 
et de facilitation que la présente action propose d’assurer. 
L’analyse des politiques migratoires et des besoins respectifs des pays partenaires a démontré 
qu’ils partagent un grand nombre de défis, dont deux défis majeurs d’ordre général : 
La  territorialisation  de  la  politique  nationale  au  niveau  régional  et  local et  l’échange  entre 
parties  prenantes  du  niveau  central  et  local  :  Les  multiples  facettes  des  mouvements 
migratoires concernent surtout les collectivités locales. C’est au niveau local que les migrants 
font leur première rencontre avec les sociétés d’accueil (ou de transit), que l’intégration peut 
se  réaliser,  que  les  investissements  se  concrétisent  et  que  de  nouvelles  actions  politiques 
peuvent  être  expérimentées.  L’échange  entre  les  différents  niveaux  est  nécessaire,  mais 
souvent insuffisant. Le besoin d’échange est réciproque : L’exemple de la région de Kayes au 
Mali, véritable laboratoire migratoire, démontre que la gouvernance pratique de la migration 
au  niveau  local  peut  devancer  et  inspirer  le  niveau  national21.  Vice  versa,  les  stratégies  et 
dispositifs nationaux ne sont souvent pas déclinés au niveau local.  
Dans le cadre du projet SHARAKA, cofinancé par l’UE, la France et les Pays Bas, et mis en 
œuvre par Expertise France, l’utilité de la mise en place d’un réseau multi-acteurs qui lie les 
acteurs  au  niveau  central  et  local  a  été  démontrée22.  Un  tel  réseau  constitue  également  un 
instrument de construction d’une vision commune, voire d’une stratégie publique. 
Les  processus  d’installation  des  « Maisons  des  Marocains  du  Monde  et  des  Affaires  de  la 
Migration » dans les régions du Maroc, des BAOS au Sénégal ou des « Antennes d’Accueil, 
d’Information et d’Orientation des Maliens de l’Extérieur » livrent des expériences, besoins et 
opportunités concrets d’échange. 
A  côté  de  ces  initiatives  étatiques  on  retrouve  d’autres  initiatives  portées  par  une  pluralité 
d’acteur. C’est le cas des « Espaces Migration & Développement (EMD) » à Kayes et dans la 
région du fleuve au Sénégal ou encore des « Bureau d’Accueil et d’Orientation des Marocains 
de  retour  (BAOM)  dans  le  Souss  au  Maroc.  Ces  initiatives  sont  souvent  portées  par  des 
associations (par exemple l’ONG Grdr Migration-Citoyenneté-Développement au Mali et au 
Sénégal, Migrations&Développement au Maroc) et soutenues ou reprises par des collectivités 
locales. 
Par  contre,  la  territorialisation  des  politiques  et  initiatives  migratoires  n’est  pas  avancée  en 
Côte d’Ivoire.  
Le  caractère  transversal  des  politiques  migratoires :  Le  caractère  transversal  de  la 
gouvernance  de  la  migration  implique  un  grand  nombre  de  parties  prenantes  en  matière  de 
migration et demande une coordination intersectorielle extraordinaire. Malgré les ancrages, 
dispositifs  et  mandats  institutionnels  divergents  en  affaires  migratoires  dans  les  pays 
partenaires, les défis liés au caractère multisectoriel du sujet, ainsi que les modes de  gestion 
de ces défis, sont partagés par les partenaires.  
Par  ailleurs,  le  caractère  transversal  des  politiques  migratoires  entraine  non  seulement  des 
ancrages institutionnels divergents, mais, parfois, une concurrence des institutions concernées. 
                                                 
21  La  région  de  Kayes  au  Mali  est  une  région  à  forte  tradition  d’émigration;  c’est  à  Kayes  qu’une  première 
stratégie de migration et développement a été élaborée et mis en œuvre et que les investissements de la diaspora 
ont été mis en valeur pour le développement local. 
22 « Programme régional d’initiatives MRE dans l’Oriental (PRIMO)» :  
http://www.sharaka.ma/thematiques/migration-et-developpement/primo-programme-regional-initiatives-mre-
dans-loriental/ 
13 

 
La coordination des activités et des acteurs devient d’autant plus complexe, que de nombreux 
projets, surtout  dans le cadre du FFU de l’EU, sont en train  de démarrer ou d’être élaborés 
(voir  ci-dessous).  Au  niveau  de  l’UE,  un  enseignement  tiré  par  rapport  à  la  politique  du 
voisinage
  est  de  suivre  une  approche  régionale  qui  inclue  les  voisins  des  voisins.  L’action 
s’inscrit  dans  cette  perspective  en  tenant  compte  de  la  position  centrale  du  Maroc  entre 
l’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Nord et l’Europe. 
2.4. 
Actions complémentaires 
La  coopération  internationale,  et  surtout  l’UE,  s’investit  largement  dans  le  secteur  de  la 
migration au Maroc, au Sénégal, au Mali et en Côte d’Ivoire (ici, comme elle n’est éligible au 
FFU que depuis peu, l’engagement reste jusqu’à présent moins important ; mais de nombreux 
projets  sont  en  train  d’être  négociés).  C’est  la  particularité  de  l’approche  sud-sud  de  la 
présente action qui la rend complémentaire et réduit les risques de doublons avec ces projets.  
Maroc 
L'UE finance un programme d'aide budgétaire de 35 millions d'EUR, qui inclut  27 millions 
d'EUR pour un appui direct au budget de l'Etat et de l'appui technique à hauteur de 8 millions 
d'EUR.  Ce  programme  cible  les  domaines  suivants:  (i)  le  cadre  légal  (révision  de  la  loi  sur 
l'immigration, loi sur l'asile et loi sur la lutte contre la traite des êtres humains),  (ii) le cadre 
institutionnel de pilotage des politiques migratoires, (iii) le renforcement des statistiques et de 
la connaissance (observatoire) des phénomènes migratoires, (iv) l'amélioration de l'accès des 
migrants à l'emploi, (iv) l'accompagnement du dispositif de retour volontaire depuis le Maroc. 
Ce programme constitue un cadre cohérent, renforçant l'efficacité des actions financées par le 
Fonds Fiduciaire d'Urgence au Maroc. 
Par  ailleurs,  la  présente  action  est  cofinancée  par  le  Ministère  Fédéral  de  la  Coopération 
Economique  et  du  Développement  (BMZ)  d’Allemagne  et  intégrée  dans  le  projet  germano-
marocain  « Renforcement  des  collectivités  territoriales  marocaines  dans  l’amélioration 
des  structures  d’accueil  des  migrants »  (RECOSA)
.  RECOSA  est  mise  en  œuvre  par  la 
GIZ en partenariat avec le MCMREAM depuis janvier 2016 jusqu’à décembre 201923 et vise 
une  amélioration  des  conditions  cadres  pour  la  mise  en  œuvre  de  la  Politique  Nationale 
Migratoire  du  Maroc.  Le  premier  champ  d’action  (« renforcement  de  la  coordination  en 
matière d’intégration ») vise à améliorer la communication et la coopération, tant horizontales 
que verticales, entre les acteurs publics et les représentants de la société civile. Le deuxième 
champ  d’action  (« expériences  d’apprentissage  en  matière  d’intégration  et  réintégration ») 
consiste  à  appuyer  les  partenaires  dans  la  réalisation  et  l’évaluation  de  projets  pilotes  en 
matière  de  la  (ré)intégration  économique,  sociale  et  culturelle  des  migrants.  Le  troisième 
champ  d’action  (« coopération  trilatérale »)  suit  une  argumentation  semblable  à  celle  de  la 
présente  action  et  vise  le  renforcement  du  partenariat  entre  le  Maroc,  la  Côte  d’Ivoire  et 
l’Allemagne  en  ce  qui  concerne  les  affaires  de  la  migration  ainsi  que  le  renforcement  des 
échanges sous-régionaux en la matière.  Ce troisième champ  d’action  sera ajusté  en fonction 
de la présente action, le cas échéant, de manière à créer une complémentarité idéale.  
La présente action élargit et renforce la coopération sud-sud prévue par RECOSA de manière 
substantielle. Aussi, l’action profite des expériences de RECOSA : les leçons apprises dans le 
cadre de RECOSA peuvent nourrir les échanges bilatéraux et sous-régionaux.  
Le  projet  « Renforcement  des  collectivités  territoriales  dans  le  domaine  migratoire 
(RECOMIG)
,  commandité  par  le  Ministère  Fédéral  de  la  Coopération  Economique  et  du 
Développement (BMZ) allemand pour une durée de trois ans (2015 – 2017), est réalisé par la 
                                                 
23 La durée du projet sera revue par le BMZ en vue d’une harmonisation avec la durée de la présente action. 
14 

 
GIZ  en  partenariat  avec  le  MCMREAM  (ministère  de  tutelle)  et  en  coopération  avec  le 
Ministère  de  l’Intérieur.  Il  vise  la  création,  au  niveau  local,  d’un  contexte  favorable  à 
l’intégration sociale, culturelle et économique des migrants pour une bonne cohésion sociale. 
Le projet suit une approche holistique, qui se caractérise par une vision multidimensionnelle 
(intégration économique, sociale et culturelle), multi-acteurs (tous les acteurs pertinents sur le 
territoire  de  la  commune)  et  multi-méthodes  (transfert,  utilisation  et  échange  des 
connaissances).  
Le  programme  «  Migration  pour  le  Développement  »  est  un  programme  global  de  la 
Coopération  allemande  (également  commissionné  par  le  BMZ)  qui  offre  plusieurs  types 
d’appui pour les diasporas en Allemagne, notamment pour les associations de migrants, des 
experts  de  retour  et  des  porteurs  de  projet.  En  plus,  le  programme  sectoriel  « Migration  et 
Développement » fournit des conseils aux institutions chargées de la politique migratoire ainsi 
que des formations en la matière. 
Dans  le  cadre  du  partenariat  pour  la  Mobilité  entre  l’UE  et  le  Maroc,  le  Projet 
« SHARAKA »  est  mise  en  œuvre  par  Expertise  France  dans  la  période  2014-2017.  Il 
accompagne le MCMREAM pour une meilleure prise en compte de la thématique « migration 
et  développement »  dans  sa  stratégie  d’action  en  direction  des  MRE.  Le  projet  appui  le 
déploiement  des  stratégies  nationales  au  niveau  régional  à  travers  son  programme 
« PRIMO »  et  en  accompagnant  le  MCMREAM  dans  la  restructuration  et  le 
renforcement  des  Maisons  des  MRE  et  des  Affaires  de  la  Migration.  Il  appui  aussi 
l’ANAPEC  pour  l’adaptation  de  ses  services  aux  migrants  régularisés  en  vue  de  leur 
intégration au marché du travail marocain. 
Par ailleurs, la coopération suisse s’engage depuis plusieurs années dans la thématique de la 
migration et  de la protection internationale. Ce domaine constitue aujourd’hui  un des quatre 
piliers  stratégiques  de  la  coopération  suisse  au  Maroc.  Dans  le  cadre  du  programme  Suisse-
Afrique du Nord (2011-2016), la Suisse poursuit une approche globale en matière migratoire. 
Ainsi, la Suisse s’engage sur 4 axes thématiques : (i) protection des personnes vulnérables, (ii) 
migration  et  développement,  (iii)  prévention  de  la  migration  irrégulière  et  traite  des  êtres 
humains, et (iv) aide au retour et réintégration.  
La  coopération  belge  est  également  impliquée  dans  le  domaine  migratoire  avec  le 
financement de dispositifs d’appui aux MRE de « Belgique investisseurs » dans les régions du 
Nord et  de l’Oriental  (projet MEDMA). En outre, elle vient d’entamer des activités dans le 
domaine  de  l’intégration  économique  des  migrants  et  de  l’appui  au  système  d’asile.  Elle 
accompagne donc le MCMREAM sur les deux volets de sa politique : SNIA et SNMRE. 
L’Union  Européenne  cofinance  le  projet  « Ville  à  Ville »  (City  to  City),  mis  en  œuvre  par 
l’ « International Centre for Migration Policy Developpment » (ICMPD), « United Cities and 
Local  Governments »  (UCLG)  et  UN-Habitat  depuis  2015.  Le  projet  connecte  5  villes 
européennes  et  5  villes  du  sud  de  la  Méditerranée,  dont  Tanger  au  Maroc.  Il  vise  l’échange 
d’expériences  et  l’amélioration de la planification des affaires migratoires.  Les  expériences, 
outils  et  leçons  apprises  de  ce  projet  pourront  nourrir  l’action  ci-présente  et  ainsi  être 
démultipliées dans les pays partenaires.  
Sénégal 
Au  Sénégal,  neuf  projets  sont  actuellement  financés  par  le  FFU,  dont  sept  sur  la  création 
d’opportunités économiques, un sur la migration (réalisé par OIM, AECID, AFD), ainsi qu’un 
sur l’état civil  et  la biométrie  (réalisé  par CIVIPOL et  la Coopération  Technique  Belge).  La 
plupart  de  ces  projets  vise  la  lutte  contre  les  causes  profondes  de  la  migration  irrégulière 
(p.ex. à travers la création d’emploi) et cible les migrants potentiels ou de retour. 
15 

 
L’OIM, l’AECID, et l’AFD mettent en œuvre le projet « Renforcement de la gestion et de la 
gouvernance  des  migrations,  retour  et  réintégration  durable  au  Sénégal  et  accompagnement 
des investissements de la diaspora sénégalaise » (budget : 31 900 000€). Il vise, entre autres, 
le  renforcement  des  politiques  et  outils  migratoires  du  Sénégal  et  offre  des  synergies 
potentielles  avec  l’action  ci-présente  (notamment  les  activités  visant  les  BAOS  au  niveau 
local). Etant donné que l’action ci-présente appuie la coopération sud-sud avec le Maroc, elle 
est  complémentaire.  La  présente  action  peut  faciliter  la  diffusion  des  bonnes  pratiques 
générées par le projet de l’OIM, l’AECID et l’AFD auprès des partenaires sous-régionaux. 
Un  projet  multi-pays  et  triangulaire  de  36  mois  (financé  par  EuropeAid/ICD  (instrument  de 
coopération  au  développement),sur  appel  à  propositions  2016  pour  la  mise  en  œuvre  du 
programme de Rome - processus de Rabat) sur le renforcement de la mobilité professionnelle 
est  réalisé  depuis  début  2017  avec  cinq  pays  de  l’Afrique  de  l’Ouest  (dont  le  Sénégal),  le 
« Pôle  Emploi »  français,  le  « Service  Publique  de  l’Emploi »  (SPE)  suédois,  l’ANAPEC  et 
l’« Agence Nationale pour l’Emploi et le Travail Indépendant » (ANETI) tunisien. Le projet 
suit trois volets : (1) opérationnalisation des systèmes d’information sur le marché du travail ; 
(2)  structuration  des  offres  de  services  pour  faciliter  la  mobilité  internationale ;  (3) 
consolidation  et  mobilisation  des  compétences  de  la  diaspora  et  l’intégration  socio-
professionnelle  des  migrants  de  retour.  La  complémentarité  et  le  potentiel  de  synergies  est 
évident quant à la mobilité professionnelle. 
Depuis 2005, le « Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement » 
(PAISD)  vise  à  soutenir  le  potentiel  de  solidarité  et  d’investissement  des  ressortissants 
sénégalais  établis  en  France  au  profit  du  développement  économique  et  social  du  pays 
d’origine. Outre l'appui à l'investissement collectif et/ou productif de la diaspora dans le pays 
d'origine, des missions de volontariat de solidarité pour le développement (VSD) sont offertes 
aux jeunes issus de la diaspora. Par ailleurs, des experts issus de la diaspora sénégalaise sont 
mobilisés pour des missions à court-terme. Le PAISD a contribué au développement local des 
territoires  au  travers  de  l’implication  structurée  et  accompagnée  de  la  diaspora  sénégalaise. 
L’action du PAISD confirme l’importance de l’approche territoriale des questions migratoires 
aussi pour le volet « investissement des diasporas » Cette activité est également reprise dans 
le  cadre  du  projet  OIM-AECID-AFD,  notamment  dans  un  volet  qui  sera  piloté  par  l’AFD 
pour un montant  de 14  millions  €  dont  2 apportés par l'Etat  du Sénégal  (voir ci-dessus). Ce 
volet promeut des produits et services financiers qui facilitent l’investissement de la diaspora. 
La  dimension  sud-sud  de  l’action  ci-présente,  spécifiquement  au  regard  des  OS  1  et  3,  est 
complémentaire. 
L’ « Office  Français  pour  l’Immigration  et  l’Intégration »  (OFII)  mène  des  projets 
d’accompagnement  au  retour  et  à  la  réinsertion  des  différents  publics.  Particulièrement 
intéressant  pour  le  présent  projet  est  celui  concernant  les  étudiants  en  fin  de  cycle  qui 
souhaitent rentrer, ainsi que le dispositif « jeune professionnels ».  
Le projet « Réussir au Sénégal » (01/2017 – 12/2019) vise la création de perspectives d’avenir 
pour les jeunes et des migrants de retour au Sénégal. Le projet est financé par le  « Ministère 
Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement » (BMZ) et est réalisé 
par la GIZ en partenariat avec le « Ministère Sénégalais de l’Environnement ». 
Mali 
Le  Ministère  des  Maliens  de  l’Extérieur  et  de  l’Intégration  Africaine  (MMEIA)  et  le 
Programme des Nations Unies pour le Développement réalisent ensemble le projet « Transfer 
of  Knowledge  Through  Expatriate  Nationals »
  (TOKTEN)  depuis  1998.  L’objectif  principal 
est  le  renforcement  des  capacités  à  travers  des  compétences  nationales  expatriées  afin  de 
contribuer  au  développement  économique  et  social  du  pays.  Le  projet  vise  à  appuyer  les 
secteurs clés comme l’éducation, la santé, l’agriculture et les petites et moyennes entreprises 
16 

 
(PME).  Les  mécanismes  et  leçons  apprises  peuvent  être  partagés  avec  les  partenaires  de  la 
présente action. 
L’OIM et l’AECID sont actuellement en phase de démarrage d’un projet financé par le FFU 
sur le renforcement de la gestion et de la gouvernance des migrations, surtout par rapport au 
retour et la réintégration durable au Mali. Les objectifs spécifiques seront (1) la protection et 
l’assistance  au  retour  volontaire ;  (2)  la  réintégration ;  (3)  la  collecte  de  données ;  (4)  la 
sensibilisation  sur  la  migration  sûre  et  informée ;  (5)  la  libre  circulation.  L’action  visera 
Bamako et les régions de Kayes et Gao. 
L’AFD  donne  de  l’appui  aux  investissements  de  la  diaspora  malienne  dans  les  régions 
d’origine  (également  sous  financement  du  FFU).  Le  projet  vise  à  (1)  améliorer  le  cadre 
d’accueil  des  investissements  de  la  diaspora ;  (2)  la  stabilisation  et  le  développement  des 
zones  d’origine ;  et  (3)  l’appui  aux  investissements  productifs  de  la  diaspora  vers  les 
communautés locales ou dans le cadre d’une réintégration. Cette dernière action consiste tout 
particulièrement à accompagner les collectivités locales dans la sélection et le financement de 
projets de développement portés par la diaspora. 
L’ICMPD appuie, dans le cadre du projet « Migration EU Expertise » (MIEUX) les autorités 
maliennes sur la migration de travail (gestion de la migration, droits des migrants). 
La  coopération  Suisse  prépare  un  projet  à  présenter  au  FFU  sur  les  routes  migratoires 
(Afrique de l’Ouest- Maroc) qui prévoit un volet sur la réintégration des Maliens de retour. 
L’OFII accompagne la réinsertion des Maliens de retour de la France sur trois volets : 
-  L’accompagnement des étudiants en fin de cycle ; 
-  La  réinsertion  via  le  salariat  avec  une  contribution  financière  pendant  12  mois  aux 
entreprises qui embauchent une personne de retour ; 
-  La réinsertion via l’auto-emploi et l’auto-entreprise. 
La  Banque  Mondiale  finance  un  projet  régional  sur  la  mobilité  des  talents  entre  la  Côte 
d’Ivoire, le Ghana, le Bénin et la Sierra Leone. 
La GIZ est en train d’insérer un volet migration dans deux projets existants, dont un projet de 
décentralisation  et  un  projet  d’agriculture  (financés  par  le  BMZ).  Ces  nouveaux  volets 
adresseront surtout l’emploi et l’entrepreneuriat jeunes ; les migrants de retour feront partie du 
groupe cible.  
Côte d’Ivoire 
Depuis 2013, l’OIM s’engage dans un projet régional sur la gouvernance de la migration et la 
réintégration  des  retournés.  C’est  dans  le  cadre  de  ce  projet  que  l’OIM  appuie  les  autorités 
ivoiriennes dans l’élaboration de la politique nationale de migration et  appuie la réinsertion 
d’Ivoiriens  de  retour.  L’OIM  en  Côte  d’Ivoire  collabore  avec  le  Maroc  pour  faciliter  la 
réinsertion  d’Ivoiriens  de  retour  du  Maroc.  Aussi,  l’OIM  collabore  avec  l’ICMPD  dans  un 
projet  régional  qui  vise  la  collecte  de  données  sur  l’immigration  et  l’émigration  et 
l’amélioration de la gestion des entrées et sorties au niveau des frontières. L’OIM planifie de 
continuer  son  appui  institutionnel  au  MIEIA,  surtout  la  DGIE,  et  au  CAIOAM  CI,  sous 
financement du FFU. 
Le projet MIEUX, appuyé par l’UE, accompagne le MIAIE dans l’élaboration de sa stratégie 
de migration et développement. 
L’OFII met en œuvre le « Programme d’Appui aux Initiatives économique des Migrants » 
(PAIM) depuis 2009, qui subventionne des projets économiques d’Ivoiriens de retour. Aussi, 
l’OFII est en train de créer un partenariat avec l’ « Agence Emploi Jeunes ». 
17 

 
La GIZ est en train de planifier un nouveau projet dans le Nord-Ouest du pays qui adressera 
les causes profondes de la migration à travers le développement rural. 
L’Allemagne appui également la réintégration d’Ivoiriens de retour (en collaboration avec le 
PNUD)  et  planifie  un  appui  à  l’OIM  sur  la  sensibilisation  sur  les  risques  de  la  migration 
irrégulière.  Les  deux  initiatives  sont  financées  par  le  Ministère  des  Affaires  Etrangères 
allemand. 
La  GIZ  mène  aussi  un  projet  régional  sur  la  gouvernance  des  ressources  naturelles.  La 
protection des droits des travailleurs dans les mines ivoiriennes est un sujet qui peut créer des 
synergies par rapport à l’OS2 de la présente action, comme le nombre de migrants, y compris 
des migrants mineurs, parmi ces travailleurs est élevé.  
Les  fondations  politiques  allemandes  Friedrich  Naumann  et  Friedrich  Ebert  s’engagent 
également  en  matière  de  migration,  notamment  dans  la  sensibilisation  aux  risques  de  la 
migration irrégulière en collaboration avec la DGIE.  
Par  ailleurs,  des  complémentarités  seront  recherchées  avec  le  projet  « MeetAfrica »,  qui 
déploie ses activités sur 6 pays parmi lesquels le Maroc, le Sénégal et le Mali. Sa deuxième 
phase,  qui  est  actuellement  en  préparation  et  sera  soumis  pour  financement  au  FFU, 
impliquera aussi la Côte d’Ivoire. Ce projet prévoit l’accompagnement d’environ 400 porteurs 
de projets qui sont membres des diasporas des pays concernés (12 pays de l’Afrique du Nord 
et  de  l’Ouest  et  Centrale).  Les  bénéficiaires  sont  les  membres  des  diasporas  résidants  en 
Europe. Ils seront formés et accompagnés dans la création d’entreprises à forte valeur ajoutée 
dans plusieurs domaines (agricole, industriel, service, technologique). Le projet prévoit entre 
autres  un  volet  sud-sud  d’accompagnement  des  porteurs  de  projet.  Dans  ce  cadre,  des 
synergies seront éventuellement recherchées. 
Comme la Côte d’Ivoire n’est éligible au FFU de l’UE que depuis décembre 2016, les projets 
dans le cadre du FFU ne sont qu’en phase préparatoire. 
2.5. 
Coordination des donateurs 
Du côté du Maroc, la coordination des bailleurs de fonds est assurée par un groupe de travail 
restreint de coordination. Y participent les partenaires techniques et financiers internationaux 
(bureaux  de  coopération,  Nations  Unies,  UE)  ayant  des  activités  dans  le  domaine  de  la 
migration  et  de  l’asile  (ou  prévoyant  d'en  avoir  bientôt).  Le  groupe  est  présidé  par  le 
MCMREAM et son secrétariat est assuré par la coopération suisse. Son travail est centré sur 
des questions opérationnelles et techniques de mise en œuvre des projets aux niveaux multi- 
et  bilatéraux  relatifs  à  la  migration,  le  développement  et  l’asile.  Le  but  est  de  garantir  une 
coordination plus efficiente et efficace sur les questions migratoires et d’asile. 
En  plus,  la  coordination  entre  les  bailleurs  de  fonds  européens  est  assurée  par  un  groupe 
thématique sur la migration initié par l’UE. Il assure la complémentarité des actions existantes 
et futures financées par l’UE. 
Au niveau des pays partenaires ouest-africains, la coordination des activités dans le domaine 
migratoire  semble  encore  peu  développée,  malgré  l’afflux  de  projets  en  la  matière.  L’action 
contribuera,  dans  la  limite  de  ses  possibilités  et  des  intérêts  des  partenaires,  à  initier  ou 
renforcer  la  coordination  des  différentes  parties  prenantes.  En  vue  des  engagements 
importants  de  l’UE  en  matière  de  migration,  leurs  délégations  pourraient  jouer  un  rôle 
primordial dans la coordination des activités de la communauté internationale sur place. 
L’action adopte un principe de non-duplication et de complémentarité. Ce sera, entre autres, 
le comité de pilotage de l’action, qui veillera au respect de ces principes. 
18 

 
3. 
DESCRIPTION  
3.1. 
Objectifs 
L’objectif général de l’action est de renforcer la coopération sud-sud en matière de migration 
et la mise en œuvre des mémoranda d’entente respectifs entre le Maroc et le Sénégal, la Côte 
d’Ivoire et le Mali. 
L’objectif spécifique 1 est le renforcement de la coopération sud-sud en matière de migration 
et développement, en particulier sous l’aspect des politiques et pratiques de mobilisation des 
diasporas, aux niveaux national, régional, et local dans les quatre Pays cibles. 
L’objectif  spécifique  2 est  le  renforcement  de  la  coopération  sud-sud  en  matière  de 
protection des droits des migrants sous l’aspect de l’intégration et de la réintégration. 
L’objectif  spécifique  3  est  l’amélioration  de  la  mobilité  sud-sud  dans  une  approche  triple 
gagnante  (pays  d’origine,  pays  d’accueil  et  migrants),  y  compris  la  mobilité  des 
professionnels, des étudiants, des stagiaires et des volontaires. 
Ces objectifs reflètent les intérêts, besoins et opportunités exprimés par les parties prenantes 
(gouvernementales  et  non-gouvernementales)  lors  des  missions  exploratoires  et  sont  en 
concordance avec les mémoranda d’entente et les politiques migratoires des pays partenaires.  
L’approche centrée sur les besoins et intérêts des partenaires est indispensable pour la réussite 
et la durabilité de l’action. C’est pourquoi la démarche met en avant les consultations entre 
partenaires  –  ce  sont  les  partenaires  marocains,  ivoiriens,  maliens  et  sénégalais  qui  ont  fait 
ressortir  les  actions  prioritaires  et  qui  les  ajusteront,  compléteront  et  valideront  au  cours  du 
projet. Le projet poursuit une logique d’intervention à géométrie variable, pour assurer que les 
besoins et priorités des différents partenaires soient pris en compte. Le rôle des opérateurs de 
mise en œuvre est celui d’un facilitateur. Ils agiront afin de : a) créer des espaces d’échange et 
de  dialogue ;  b)  fournir  le  support  opérationnel  et  l’expertise  technique  nécessaire  au 
renforcement des connaissances et compétences (à défaut de la disponibilité de l’expertise du 
sud) ;  c)  aider à la programmation et  la  réalisation des actions pilotes ;  c) réaliser les tâches 
administratives en financières liées à la mise en place du projet. Aussi, il leur revient d’assurer 
que  les  activités  priorisées  s’accordent  à  ses  mandats  et  compétences  et  qu’elles  s’insèrent 
dans le cadre stratégique du FFU et de ses lignes directrices pour le Maroc. 
Concrètement, l’analyse des besoins et intérêts des parties prenantes a permis de prioriser les 
thématiques suivantes par objectifs spécifiques. 
Pour l’OS 1, ce sont  
1)  Les  mesures  d’incitation  aux  investissements  productifs  de  la  diaspora  (produits 
bancaires, subventions, accompagnement des investisseurs etc.). 
2)  Les mesures de territorialisation des politiques migratoires afin de mieux mobiliser 
et canaliser l’apport de la diaspora pour le développement local. 
3)  La collecte et le traitement des données concernant la diaspora et son profil socio-
économique.24 
Pour l’OS 2, se sont 
4)  Les  mesures  de  réintégration  des  retournés,  surtout  dans  les  contextes  de  retours 
d’urgence et de retours en détresse. 
                                                 
24 Les partenaires ivoiriens, maliens et sénégalais ont exprimé le fort besoin de mieux connaître leurs diasporas, 
de manière générale. Dans le cadre du projet, l’amélioration des données sur les diasporas respectives 
dans les pays partenaires sera priorisée. 
19 

 
5)  La protection des femmes et des enfants migrants. 
Pour l’OS 3, se sont 
1)  Les mesures de renforcement de la mobilité régulière entre les pays partenaires, en 
particulier pour les jeunes (professionnels, étudiants, stagiaires). 
2)  Les mesures de renforcement des systèmes de volontariat sud-sud. 
Le projet n’adopte pas une logique de lutte contre la migration, mais vise l’amélioration de la 
gouvernance  des  affaires  migratoires,  la  mise  en  valeur  des  migrations  pour  le 
développement, la protection des droits des migrants et la promotion de la mobilité régulière.  
Les  bénéficiaires  du  projet  sont  les  migrants  (diasporas,  migrants  de  retour  et  immigrés, 
étudiants  et  professionnels  qui  souhaitent  migrer  temporairement)  dans  les  pays  partenaires 
(Maroc, Sénégal, Mali et Côte d'Ivoire) ainsi que, dans le cas des diasporas issues de ces pays, 
dans les pays tiers. 
Le  projet  facilite  les  échanges  et  l’apprentissage  mutuel  à  plusieurs  niveaux :  au  niveau  des 
ministères  concernés,  des  agences  publiques  telles  que  les  agences  pour  l’emploi,  des 
institutions régionales et communales, ainsi que des acteurs de la société civile dans les quatre 
pays partenaires. L’action poursuit une logique bilatérale : elle sert tout d’abord à renforcer la 
coopération du Maroc  avec  ses  pays  partenaires  en  Afrique de l’Ouest  (Sénégal,  Mali, Côte 
d'Ivoire). Par ailleurs, le projet ne se limitera pas au niveau bilatéral mais facilitera également 
des échanges multilatéraux entre les quatre pays partenaires.  
L’action  améliore  les  conditions  préalables  pour  le  développement  d’une  gouvernance 
transnationale  cohérente  de  la  migration,  bénéfique  pour  les  pays  d’origine,  de  transit  et  de 
destination ainsi que pour les migrants eux-mêmes.  
Elle  répond  donc  à  la  nature  transfrontalière  de  la  migration  internationale  en  prenant  en 
compte les différents besoins aux différentes étapes du parcours migratoire. 
3.2. 
Résultats escomptés et principales activités 
OS 1 : Renforcement de la coopération sud-sud en matière de migration et développement
en  particulier  sous  l’aspect  des  politiques  et  pratiques  de  mobilisation  des  diasporas  aux 
niveaux national, régional, et locale. 
OS  2 :  Renforcement  de  la  coopération  sud-sud  en  matière  de  protection  des  droits  des 
migrants au regard de leur intégration et/ou réintégration. 
OS 3 : Renforcement de la mobilité sud-sud des professionnels, des étudiants, des stagiaires 
et des volontaires. 
Comme décrit en haut, les activités proposées ci-dessous seront soumises aux partenaires pour 
ajustement,  concrétisation  et  validation  lors  de  la  phase  initiale  de  l’action.  A  ce  titre,  elles 
sont indicatives.  
R.0.1  Les partenaires disposent d’outils d’opérationnalisation des mémoranda d’entente. 
Actions : 
A.0.1.1  Appui à l’élaboration de plans d’actions (priorisation, planification). 
A.0.1.2  Appui à l’élaboration de mécanismes de suivi et  à la mise en place du dispositif de 
suivi. 
R.1.1.  Les  compétences,  dispositifs  et  mécanismes  et  la  coopération  bi-  ou  multilatérale 
quant  à  l’incitation  aux  investissements  productifs  de  la  diaspora  (produits  bancaires, 
subventions, accompagnement des investisseurs etc.) sont renforcés. 
20 

 
Actions :  
A.1.1.1  Référencement  des  pratiques  et  dispositifs  (best  practices)  existants  sur  la 
mobilisation  des  diasporas  dans  les  quatre  pays  cible,  benchmarking  avec  d’autres 
expériences réussies et transférables. 
A.1.1.2  Appui à l’élaboration d’outils de mobilisation de la diaspora en vue d’investissement 
productifs :  réseautage,  plateforme  internet,  élaboration  d’offres  d’investissement, 
réduction des couts de transfert des fonds, bibancarisation, actionnariat, etc. Appui à 
l’expérimentation de 2 à 4 outils prioritaires dans chaque pays. 
A.1.1.3  Appui à l’expérimentation des formes de participation des diasporas aux décisions du 
niveau locale /  national  dans le domaine du développement  du pays/des  territoires : 
participation  aux  instances  décisionnaires  des  politiques  au  niveau  nationale  et/ou 
locale  selon  les  législations  en  vigueur  dans  chaque  pays;  recommandation  des 
modifications  législatives  pour  améliorer  cette  participation.  La  possibilité  de 
prendre part aux décisions dans le pays permet de renforcer les liens entre le pays et 
sa  diaspora  et  améliore  donc  les  conditions  cadre  pour  l’engagement  et 
l’investissement de la diaspora. 
A.1.1.4  Facilitation d’échanges bilatéraux et sous-régionaux sur les mécanismes d’incitation 
aux investissements productifs pour la diaspora.  
R.1.2.  Les compétences, dispositifs et mécanismes et la coopération bi- ou multilatérale par 
rapport  à  la  territorialisation  des  politiques  migratoires  en  vue  de  l’engagement  de  la 
diaspora pour le développement local sont améliorés. 
Actions : 
A.1.2.1  Réalisation d’un état de lieux sur les  mandats  et activités en matière migratoire des 
structures  déconcentrées  et  décentralisées,  ainsi  que  sur  les  initiatives  de  la  société 
civiles au niveau régional dans le 4 pays : comparaison des mécanismes existants et 
des prérogatives des différentes structures.  
A.1.2.2  Faciliter l’échange entre parties prenantes au niveau régional, telles que les Maisons 
des  MRE  et  des  Affaires  de  la  Migration,  des  BAOS  sénégalais  et  des  « Antennes 
d’Accueil, d’Information et d’Orientation des Maliens de l’Extérieur ». Le CAOIAM 
Côte  d’Ivoire  peut  être  associé,  même  si  pour  le  moment  il  n’a  pas  de  dimension 
territoriale.  Une  action  spécifique  de  renforcement  de  ce  centre  peut  être  envisagée 
en  vue  d’une  réflexion  liée  à  la  territorialisation,  si  jugée  pertinente  par  les  parties 
prenantes. 
A.1.2.3  Faciliter l’échange entre MCMREAM et ministères homologues des pays partenaires 
sur les stratégies et mécanismes de territorialisation des politiques migratoires. 
A.1.2.4  Faciliter les échanges et la formation des acteurs locaux sur les questions migratoires, 
en  particulier,  sur  le  lien  entre  migration  et  développement  (rôle  des  collectivités 
locales dans la mise en œuvre et la gouvernance des migrations, modes d’intégration 
des  affaires  migratoires  dans  le  développement  local  selon  les  besoins  territoriaux 
etc.). 
A.1.2.5  Appui à la réalisation d’expériences pilotes sur les régions identifiées par les parties 
prenantes  institutionnelles  en  matière  de  migration  et  développement dans  une 
approche  bilatérale :  par  exemple  fora  économiques  dédiées  à  la  diaspora  malienne 
au Maroc pour développer les investissements locaux sur la région de Kayes ou de la 
diaspora  sénégalaise  sur  la  région  de  Dakar  etc.,  élaboration  d’offres 
d’investissement attrayantes selon les besoins et les potentialités locales. 
R.1.3  Les  compétences,  dispositifs  et  mécanismes  et  la  coopération  bi-  ou  multilatérale 
quant à la collecte et le traitement des données sur la diaspora sont améliorés.  
21 

 
Actions : 
A.1.3.1  Faciliter l’élaboration des  cartographies sur les diasporas  sénégalaises, maliennes  et 
ivoiriennes  sur  le  modelé  de  la  cartographie  élaborée  sur  les  marocains  résidents  à 
l’étranger  (OCDE  2016).  Les  cartographies  seront  élaborées  suite  à  des  échanges 
entre  le  Maroc  et  les  pays  partenaires  sur  les  méthodologies  applicables  selon  les 
objectifs  poursuivis.  Ces  cartographies  pourraient  être  réalisées  en  partenariat  avec 
l’OCDE. 
A.1.3.2  Faciliter  un  référencement  des  acteurs  chargés  de  la  collecte  et  du  traitement  des 
données ainsi que des différents mécanismes et initiatives de collecte et de traitement 
des  données  dans  les  pays  partenaires.  Identification  des  opportunités  de 
collaboration entre les pays partenaires pour consolider les données.  
A.1.3.3  Formation des fonctionnaires des administrations et structures nationales (ministères, 
services  consulaires,  instituts  statistiques,  etc.)  sur  la  collecte,  l’analyse  et  le 
traitement des données concernant les diasporas. 
R.2.1  Les  compétences,  dispositifs  et  mécanismes  et  la  coopération  bi  -ou  multilatérale 
quant  à  la  réintégration  des  retournés,  surtout  dans  les  contextes  de  retours  volontaires 
d’urgence ou de retours volontaires en détresse, sont améliorées.  
Actions :  
A.2.1.1  Echanges sur les mécanismes et dispositifs des pays partenaires quant à l’accueil et à 
la  réintégration  des  migrants,  surtout  dans  des  situations  de  retours  volontaires 
d’urgence ou de retours volontaires en détresse.  
 
Comme  support  à  ces  échanges,  le  MCMREAM  présentera  son  dispositif 
interministériel  d’appui  au  rapatriement  d’urgence  des  MRE.  Ce  dispositif  a  été 
élaboré sous l’impulsion du MCMREAM dans le cadre du projet SHARAKA et se 
compose :  
  D’un  plan  d’intervention  qui  coordonne  l’action  des  différents  départements 
ministériels en cas de rapatriement d’urgence des MRE.  
  D’un plan organisationnel, coordonné par une « cellule interministérielle d’appui 
au rapatriement d’urgence » du MCMREAM 
  D’un  décret  interministériel  d’organisation,  bientôt  présenté  en  Conseil  des 
Ministres. 
A.2.1.2  Appui à la création de réseaux des principales parties prenantes institutionnelles, de 
la société civile, du secteur privé et des opérateurs internationaux dans le domaine de 
la réinsertion  des  citoyens  de retour  afin de  créer un  véritable  filet de  sécurité  pour 
les  personnes  qui  rentrent  en  état  de  détresse.  Les  réseaux  servent  à  élaborer  des 
dispositifs  d’appui  aux  personnes  en  détresse  pour  faciliter  l’accès  aux  services 
sociaux de base (santé, éducation, logement) et la réinsertion socio-économique ; 
A.2.1.3  Appui aux mesures qui facilitent l’accès des migrants de retour aux services de droit 
commun (emploi, santé, éducation, logement etc.). 
R.2.2  Les  compétences,  dispositifs  et  mécanismes  et  la  coopération  bi-  ou  multilatérale 
quant  à  la  protection  des  droits  des  migrants,  en  particulier  des  femmes  et  des  enfants 
migrants, sont améliorés.  
Actions :  
22 

 
A.2.2.1  Faciliter les échanges sur les besoins en matière de protection des droits des migrants 
marocains au Mali, au Sénégal et en Côte d’Ivoire et vice-versa, surtout concernant 
les femmes et les enfants migrants. 
A.2.2.2  Renforcer les capacités des services compétents – notamment les services consulaires 
dans les Pays ciblés – à informer leurs ressortissants à l’étranger par rapport à leurs 
droits  et  devoirs  et  à  faire  valoir  ces  droits  (dans  le  domaine  du  travail,  de 
l’éducation, de la protection sociale, de la retraite, de l’état civil, etc.). 
A.2.2.3  Renforcement des capacités de la société civile par rapport à la protection des droits 
des migrants.  
A.2.2.4  Appui aux initiatives de la société civile pour les migrantes marocaines, ivoiriennes, 
maliennes  et  sénégalaises  vulnérables  et  pour  les  migrants  mineurs  dans  les  pays 
partenaires  (création  de  réseaux  de  protection,  accompagnement  aux  démarches 
administratives, etc..).   
A.2.2.5  Etat des lieux et revue des mécanismes et dispositifs de protection et d’assistance par 
rapport aux migrants vulnérables dans et entre les quatre pays partenaires ; 
R.3.1  Les  compétences, dispositifs et mécanismes et la coopération bi- ou multilatérale par 
rapport à la mobilité régulière des étudiants, stagiaires et/ou professionnels entre le Maroc et 
les pays partenaires sont améliorés. 
Actions :  
A.3.1.1  Renforcer  les  échanges  et  l’établissement  de  partenariats  entre  agences  pour 
l’emploi, centres de formation professionnelle, entreprises (secteur privé), chambres 
de commerce, associations d’entrepreneurs etc. 
A.3.1.2  Renforcer les échanges et l’établissement de partenariats entre universités. 
A.3.1.3  Appuyer  les  agences  pour  l’emploi  dans  l’amélioration  de  leurs  services  aux 
candidats à l’émigration professionnelle (informations sur les marchés de travail dans 
le  pays  de  destination,  orientation  et  information  pré-départ,  droits  et  devoirs  des 
migrants etc.).  
A.3.1.4  Diagnostic sur l’adéquation entre la politique migratoire et le marché de travail afin 
de mieux  comprendre  1)  comment  mobiliser  le  retour  des  migrants  de  travail  dans 
une  perspective  d’adéquation  avec  les  besoins  non  comblés  du  marché  du  travail 
local et  2)  comment  une  préparation  et  une  expérience  professionnelle  à  l’étranger 
pourraient multiplier les chances d’insertion professionnelle par la suite ; 
A.3.1.5  Appui  à  l’expérimentation  d’actions  de  migration  circulaire  (dans  une  approche 
bilatérale, d’abord) dans un cadre de partenariat public-privé. Les acteurs à impliquer 
sont les  agences  pour l’emploi,  les  centres de formation  publics,  les cabinets  privés 
de recrutement et de placement, les entreprises etc. Une telle action peut être réalisée 
en particulier entre le Maroc et la Cote d’Ivoire en impliquant le centre de formation 
de  l’« Office  de  la  Formation  Professionnelle  et  de  la  Promotion  du  Travail » 
(OFPPT)  à  Abidjan  (qui  vient  d’être  lancé),  l’AEJ,  l’ANAPEC  et  les  entreprises 
marocaines en Côte d’Ivoire ou des entreprises ivoiriennes au Maroc. 
A.3.1.6  Appui  au  renforcement  des  systèmes  de  bourses  pour  étudiants  (issus  des  4  pays 
partenaires et entre les 4 pays partenaires), qui facilitent les études à l’étranger dans 
les pays partenaires. 
R.3.2.  Les  compétences, dispositifs et mécanismes et la coopération bi- ou multilatérale par 
rapport aux systèmes de volontariat sud-sud sont améliorés. 
Actions : 
23 

 
A.3.2.1  Réalisation d’un état des lieux sur les dispositifs et initiatives de volontariat sud-sud 
existants dans les 4 pays et des acteurs institutionnels et associatifs impliqués. 
A.3.2.2  Echanges  sur  ces  dispositifs  et  les  possibilités  de  renforcement  et  de  transférabilité 
des meilleurs pratiques. 
A.3.2.3  Appui  à  la  conception  et  à  la  mise  en  place  d’un  dispositif  de  volontariat  sud–sud 
adaptés aux besoins des différents pays concernés.  
A.3.2.4  Appui  à  la  mise  en  œuvre  d’une  action  pilote  de  volontariat  sud-sud  dans  une 
approche bilatérale entre le Maroc et chacun des  trois pays partenaires. Cette action 
se réalisera en trois temps : 
1) Identification des volontaires et des structures d’accueil publiques ou associatives 
qui travaillent sur des thématiques migratoires et définition des missions. 
2) Déploiement des volontaires pendant 12 mois auprès des structures identifiées. 
3) Restitution et analyse de l’expérience après le retour du volontaire afin qu’elle soit 
bénéfique à toutes les parties prenantes. 
Cette action sera menée en collaboration avec France Volontaires, présente dans les 
trois  pays  aux  cotés  des  administrations  et  structures  nationales  en  charge  du 
volontariat. Par ailleurs, le statut de volontaire de solidarité international, régit par le 
droit  français,  s’applique  sans  aucune  condition  de  nationalité  et  représente  une 
réponse  particulièrement  adaptée,  flexible  et  sécurisante  pour  que  cette  expérience 
soit à la fois une expérience solidaire et professionnelle et pour qu’elle puisse fournir 
aux jeunes volontaires un trampoline vers l’insertion professionnelle. 
Par  ailleurs  une  inception  phase  doit  être  prévue  afin  de  réaliser  les  actions  préalables 
suivantes : 
-  Finalisation de la mise en place du projet. 
-  Analyse  approfondie  des  opportunités  de  coopération  et  d’apprentissage  mutuelle 
identifiées. 
-  Ateliers  de  planification  avec  les  partenaires  marocains, ivoiriens,  maliens  et 
sénégalais : 
o  Partage des résultats de l’analyse approfondie. 
o  Appui à l’élaboration et validation conjointe des plans d’action par rapport aux 
mémoranda d’entente (première année). 
o  Clarification des processus, rôles et responsabilités entre partenaires et parties 
prenantes du projet. 
o  La  planification  conjointe  sera  reprise  annuellement ;  les  réunions  de 
planification serviront aussi au suivi conjoint du projet. 
La  capitalisation  et  la  diffusion  des  leçons  apprises  (best  practices)  constitue  une  activité 
transversale,  ainsi  que  les  actions  de  communication  –  un  plan  de  communication  du  projet 
sera  décliné  en  actions  spécifiques  pour  les  différents  publics  cibles.  Aussi,  les  partenaires 
seront appuyés dans leur communication par rapport au projet.  
Le projet vise la concrétisation et la mise en œuvre pratique des engagements réciproques en 
matière  de  migration  entre  le  Maroc  d’une  part  et  le  Mali,  le  Sénégal  et  la  Cote  d’Ivoire, 
d’autre part, sur la base des plans d’actions à établir conjointement par les pays concernés.  
Le caractère très particulier du projet demande une démarche aussi particulière.  
24 

 
Celle-ci  prévoit  quatre  approches  méthodologiques :  (1)  élaboration  de  diagnostics  (états  de 
lieux,  cartographie,  etc.)  et  renforcement  de  connaissances,  (2)  renforcement  des  capacités, 
(3)  réalisation  de  projets  pilotes  et  (4)  promotion  du  dialogue  et  des  échanges.  Les  quatre 
approches sont étroitement interconnectées comme décrit ci-dessous :  
Les  diagnostics  ou  analyses  approfondies  des  situations  spécifiques  dans  les  quatre  pays 
permettront de renforcer la connaissance des différents phénomènes migratoires de la part des 
parties  prenantes  elles-mêmes.  La  comparaison  des  résultats  de  ces  analyses  mettra  en 
exergue  les  besoins  de  renforcement  des  capacités  ainsi  que  les  domaines  dans  lesquels  des 
actions  pilotes  pourront  être  développés.  L’analyse  et  la  capitalisation  de  ces  dernières 
permettront  une  réflexion  conjointe  (bilatérale  ou  sous  régionale)  et  l’avancement  dans  les 
sujets migratoires à travers un apprentissage mutuelle et un renforcement de la coopération.   
 
Renforcement échanges, 
dialogue et apprentissage 
mutuel pour programmer 
l'action 
Réalisation actions pilotes 
Réalisation diagnostics, 
pour experimenter les 
études, etats des lieux, 
nouveaux apprentissages, les 
cartographie pour renforcer 
capitaliser et renforcer le 
les connaissances et preparer 
dialogue 
l'action 
 Renforcement des capacités 
via formation, échanges, peer 
learning, etc.  
 
 
L’étape  « diagnostic  et  renforcements  des  connaissances »  vise  la  réalisation  d’analyses 
approfondies  des  contextes  nationaux,  bilatéraux  et  sous  régionaux,  sur  les  différents  sujets 
identifiés  ci-dessus,  en  prenant  en  compte  les  diagnostics  déjà  existants.  L’élaboration  de 
diagnostics,  d’états  de  lieux  ou  de  cartographies  renforcera  les  connaissances  des  différents 
pays  sur  les  phénomènes  migratoires  et  les  impacts  et  potentialités  de  ceux-ci  sur  les  uns  et 
sur  les  autres.  Cette  connaissance  approfondie  permettra  l’identification  des  besoins  en 
renforcement de capacités et des actions pilotes. 
L’étape  « renforcement  des  capacités »  vise  à  développer  les  compétences  des  partenaires 
marocains et des pays partenaires (Sénégal, Mali, Cote d'Ivoire) en matière de gouvernance de 
la  migration  au  niveau  local,  national  et  sous  régional.  Des  formations  de  type  « peer 
learning 
»  seront  proposées  pour  les  institutions  gouvernementales,  la  société  civile  et  le 
secteur privé au niveau local et national dans les pays participant dans l’action.  
L’étape « projets pilotes » permet de réaliser des projets au niveau local, national, bilatéral et 
sous-régional  dans  tous  les  pays  participants  à  l’action  sur  les  thématiques  présentées  ci-
dessus.  Les  projets  pilotes  permettront  de  répondre  de  manière  concrète  aux  enjeux 
spécifiques  identifiés  par  les  partenaires.  De  même,  ils  contribueront  au  renforcement  des 
capacités institutionnelles et consolideront les partenariats.  
25 

 
L’étape « promotion d’échanges » permettra de valoriser et de diffuser les expériences des 
projets pilotes. Les expériences seront partagées au niveau national, bilatéral et sous-régional. 
Cet axe propose des formats d’échanges et de dialogue divers, p.ex. des séminaires, ateliers, 
conférences, programmes de stage ou d’échange pour le personnel des institutions publiques, 
les représentants de la société civile et du secteur privé concernés. 
3.3. 
Risques et hypothèses 
Les principaux risques sont les suivants : 
1) Relations UE-Maroc : Le projet ne peut pas être considéré en dehors du contexte global des 
relations diplomatiques entre l'Europe et le Maroc, et de la politique migratoire de l'UE. Des 
changements  dans  ce  contexte  peuvent  avoir  des  effets  sur  la  réalisation  du  projet  (par 
exemple, un changement de règlement sur les contrôles aux frontières de l’UE, les différends 
sur le statut du Sahara occidental ou les questions de réadmission des MRE). 
2)  Sensibilité  de  la  thématique  migration :  Le  caractère  politique  du  sujet  de  la  migration 
constitue un risque général.  
3) Situation sécuritaire dans la sous-région : Des changements de la situation sécuritaire dans 
la sous-région pourraient influencer les relations bilatérales des pays partenaires ou influencer 
la mise en œuvre des activités, surtout des actions pilotes. Le projet est toutefois flexible et en 
mesure de réagir aux changements potentiels des priorités des partenaires, tout en restant dans 
son cadre thématique. 
4) Élections : les élections à tous les niveaux dans les pays partenaires, telles que les élections 
régionales  au  Mali  prévues  pour  printemps  2017  ou  les  élections  législatives  au  Sénégal 
prévues pour Juillet 2017 peuvent peser sur le projet (changement de points focaux, manque 
de continuité etc.). 
5) Capacité d’absorption de l’aide des partenaires : Malgré la volonté affichée des partenaires 
institutionnels à poursuivre des objectifs ambitieux en matière de migration, leurs capacités en 
ressources  humaines  sont  limitées.  Les  différentes  directions  en  charge  des  MRE  et  des 
affaires de la migration travaillent avec des équipes très restreintes et gèrent des portefeuilles 
importants.  D’autant  plus  que  de  nombreux  bailleurs  de  fonds  s’investissent  dans  la 
thématique,  sollicitant  les  partenaires  institutionnels  régulièrement  pour  des  réunions  ou  des 
offres de renforcement des capacités.  
6) Coordination des  interventions :  La panoplie d’acteurs s’engageant  en la matière dans les 
pays  partenaires  crée  des  risques  de  doublon  et  de  « concurrence »  entre  agences  (étatiques 
aussi bien qu’internationales). 
Mesures d’atténuation :  
Risques 1-3 : Le projet n’a pas la possibilité d’atténuer ces risques. 
Risque 4 : Dans la mesure du possible, le projet  ciblera, entre autres, le personnel technique 
(moins concerné par les changements politiques). 
Risque  5 :  La  diversification  des  parties  prenantes,  qui  résulte  du  caractère  transversal  de  la 
thématique et du fait que la migration concerne tous les niveaux de gouvernance (national et 
local), est un élément important de l’atténuation de ce risque. Le projet peut réagir de manière 
flexible  aux  capacités  d’absorption  des  parties  prenantes.  Néanmoins,  l’engagement  des 
acteurs  centraux  dans  le  pilotage  est  nécessaire  et  incontournable.  L’analyse  des  capacités 
d’absorption  fera  partie  de  la  planification  conjointe  des  activités  et  la  confirmation  des 
parties  prenantes  concernées  de  disposer  des  capacités  d’absorption  nécessaires  est  une 
précondition pour l’approbation de l’activité. 
26 

 
Risque 6 : Le projet n’a pas de mandat spécifique pour le renforcement de la coordination des 
interventions. Par ailleurs, ce besoin n’est pas ressorti des consultations comme un besoin ou 
intérêt  spécifique  des  partenaires  en  vue  de  la  coopération  Sud-Sud  dans  le  cadre  des 
mémoranda.  Si  souhaité  par  les  partenaires,  le  projet  pourrait  toutefois  faciliter  l’échange 
entre partenaires à ce sujet. Le projet participera aux réseaux, plateformes ou autres formes de 
concertation et de coordination et veillera à la mise en œuvre du principe de non duplication 
des interventions. 
Les hypothèses pour la réussite du projet et de sa mise en œuvre sont : 
Volonté  politique  :  L'hypothèse  qui  sous-tend  la  réussite  de  l’action  est  la  persistance  de  la 
volonté  politique  des  partenaires  institutionnels  marocains  et  subsahariens  à  s’engager  dans 
une coopération accrue avec d’autres pays de la sous-région.  
 
3.4. 
Questions transversales 
L’action prendra en compte les aspects relatifs à l’approche genre, aux droits de l’homme, à la 
démocratie et à la bonne gouvernance. 
Concernant  l’approche  genre, l’action  prévoit au moins une action spécifiquement  adressée 
aux  femmes  dans  le  cadre  de  l’OS  2  (protection  des  droits  des  migrants).  Une  attention 
particulière est donc portée aux femmes ainsi qu’aux enfants vulnérables. Plus largement, le 
projet s’attèlera à adopter une démarche sensible aux inégalités liées aux sexes, mais aussi à la 
vulnérabilité de certains  groupes  cibles. Toute action entreprise sera analysée sous  cet  angle 
afin d’identifier les inégalités et de lutter contre toutes formes de discrimination liées au sexe. 
Une analyse de genre sera intégrée à tous les tous les diagnostics réalisés. Les plans d'actions 
annuels seront élaborés avec l'appui d'une expertise genre. Le système de suivi évaluation de 
l’action sera élaboré de manière à pouvoir faire ressortir les impacts/résultats sur les différents 
groupes  cibles  (hommes,  femmes,  jeunes  etc.).  Des  mesures  sexo-spécifiques  seront 
entreprises selon les besoins identifiés afin de remédier aux discriminations liées au genre.  
Concernant  les  droits  de  l’Homme :  la  protection  des  droits  de  l’Homme  des  migrants 
correspond à l’un des objectifs spécifiques de l’action.  
L’action contribuera au vivre ensemble des résidents, des migrants et des retournés dans les 
quatre  Pays  ciblés.  Les  principes  d’inclusion  et  de  tolérance  et  la  cohésion  sociale  seront 
promues.  
Dans  le  cadre  de  la  mise  en  œuvre  des  activités  auprès  des  collectivités  territoriales  et  des 
groupes cibles, les principes de démocratie et de bonne gouvernance seront promus.  
3.5. 
Parties prenantes 
Les partenaires primordiaux de l’action sont le MCMREAM (ministère de tutelle de l’action 
proposée),  le  Ministère  de  l’Intérieur,  le   Ministère  de  l’Emploi  et  des  Affaires 
Sociales   (MEAS),  l’Agence  Nationale  pour  la  Promotion  de  l’Emploi  et  des  Compétences 
(ANAPEC),  le  Ministère  des  Affaires  Étrangères  et  de  la  Coopération  (MAEC)  et  l’Agence 
Marocaine de Coopération Internationale (AMCI).  
Les autres parties prenantes incluent : 
  Les homologues des institutions citées en haut des autres pays partenaires, 
  Les ministères de la santé, de l’éducation, y compris la formation professionnelle, du 
travail et autres du Maroc et des pays partenaires ouest-africains, 
  Les  services  publics  tels  que  l’Entraide  Nationale  et  ses  organisations  homologues 
dans les autres pays partenaires, et autres, 
27 

 
  Les collectivités locales ou régionales des quatre pays concernés, 
  Les universités des quatre pays concernés, 
  Le secteur privé (associations d’entrepreneurs, banques, chambres de commerce, etc.) 
dans les quatre pays concernés,  
  Les  organisations  de  la  société  civile  s’engageant  dans  les  affaires  de  la  migration, 
surtout  la  protection  des  migrants,  ainsi  que  les  associations  des  diasporas,  dans  les 
quatre pays concernés, 
  Les  partenaires  techniques  et  financiers,  y  compris  les  agences  des  Nations  Unies 
(l’Organisation Internationale de la Migration, l’Organisation International du Travail, 
le Haut-Commissariat des  Nations Unies pour les Réfugiés  et  autres) dans les quatre 
pays concernés. 
4. 
QUESTIONS DE MISE EN ŒUVRE 
4.1. 
Convention de financement, le cas échéant 
Convention  de  délégation  entre  l’UE  et  la  GIZ.  La  GIZ  signera  un  contrat  de  subvention 
(Grant Agreement) avec Expertise France. 
4.2. 
Période indicative de mise en œuvre opérationnelle 
La période indicative pour la mise en œuvre du projet et des activités décrites dans la section 
3.2  sera  36  mois.  Toutes  les  activités  de  mise  en  œuvre  devront  être  terminées  avant  le 
31.12.2020. 
 
4.3. 
Gouvernance du projet 
La  gestion  de  l’action  sera  assurée  par  un  comité  de  pilotage  composé  par  les  principales 
parties prenantes,  dont  le MCMREAM, le MIAIE,  le  MAESE, le MMEIA,  la GIZ, EF  et  la 
DUE  de  Rabat.  La  DUE  de  Rabat  peut  inviter  les  DUE  des  pays  partenaires  à  assister  aux 
réunions du comité de pilotage. La composition exacte du comité de pilotage sera définie lors 
de l’élaboration du document d’action. Le comité sert à : 
-  Elaborer les plans d’action annuels pour la mise en œuvre des mémoranda bilatéraux 
et  des  activités  sous-régionales.  L’élaboration  des  plans  d’action  par  rapport  aux 
mémoranda sera  effectuée par des sous-comités et  pilotée par le MCMREAM et  son 
homologue  du  pays  concerné.  Les  plans  d’action  reflèteront  les  besoins,  intérêts  et 
opportunités identifiés par les deux parties ;  
-  Suivre,  sur  la  base  des  rapports  de  suivi/évaluation  du  projet,  la  mise  en  œuvre  des 
activités planifiés et l’atteinte des résultats ; 
-  Résoudre des difficultés éventuelles quant à la mise en œuvre ; 
-  Corriger, au cas échéant, la programmation des activités ou les démarches du projet ; 
-  Veiller à la mise en valeur des complémentarités avec d’autres projets et programmes 
notamment  le  programme  d'aide  budgétaire  en  appui  aux  politiques  migratoires 
marocaines, les projets financés par le fonds fiduciaire d'urgence, ainsi qu'à l'évitement 
de doublons par rapports à d'autres actions. 
Il  sera  présidé  par  le  MCMREAM.  Les  principes  qui  guideront  le  comité  de  pilotage  sont, 
entre autres, l’esprit de partenariat, la participation, la responsabilité et la transparence. 
La gestion financière et administrative du projet sera assurée par la GIZ. 
28 

 
Le projet sera géré depuis Rabat où un bureau conjoint de la GIZ et d’EF sera composé d’un 
chef de projet international (GIZ) et d’experts internationaux et nationaux. La composition de 
l’équipe de projet sera déterminée lors de l’élaboration de la description de l’action.  
Dans chaque pays partenaire ouest-africain, EF et GIZ identifieront un expert qui facilitera la 
mise en œuvre et le suivi des actions au niveau du pays. Aussi, ils assureront la coordination 
et  la  collaboration  avec  les  structures  d’EF  et  de  la  GIZ  sur  place  ainsi  qu’avec  les 
Délégations  de  l’UE.  Ou  possible,  et  si  approuvé  par  les  ministères  homologues  du 
MCMREAM,  ces  experts  auront  leurs  bureaux  au  sein  de  ces  ministères.  Les  capacités 
personnelles  au  niveau  des  pays  partenaires  pourraient  –  si  possible  et  pertinent  -  être 
renforcées par des collaborateurs juniors issu d’un pays du Sud qui travailleraient en binôme 
avec les experts. 
L’expertise marocaine, comme celle des pays partenaires ouest-africains, sera mobilisée sous 
forme de missions de courte durée (au niveau des directions tout comme au niveau technique 
et opérationnel). D’autres options d’appui personnel du MCMREAM (délégation d’un expert 
du  MCMREAM  dans  le  projet,  appui  personnel  au  projet  au  niveau  des  pays  partenaires 
ouest-africains) seront analysées dans le cadre de l’élaboration de la description de l’action.  
La  répartition  des  tâches  entre  GIZ  et  EF  sera  géographique  (voir  graphique  en  bas).  EF 
couvrira  la  coopération  du  Maroc  avec  la  Côte  d’Ivoire  et  le  Sénégal,  tandis  que  la  GIZ 
couvrira la coopération avec le Mali et la dimension sous-régionale du projet (y compris, par 
exemple,  la  planification  conjointe  annuelle,  les  échanges  sous-régionales,  d’éventuelles 
actions pilotes sous-régionales). Une telle répartition permet de maintenir une vision globale 
sur les actions dans chaque pays et facilite la communication et la coordination des activités. 
Les  procédures  de  coordination  entre  Rabat  et  chaque  pays  et  entre  la  présente  action  et  le 
programme d'aide budgétaire seront définies dès la phase de contractualisation.. 
 
 
 
Bureau de projet 
 
à Rabat 
 
GIZ+EF 
 
 
 
EF 
GIZ 
 
 
 
 
MAR 
MAR 
MAR 
Sous 
 



régional 
CIV 
SEN 
Mali 
 
 
 
La  gouvernance du projet  sera revue lors de  l’élaboration de la description de l’action et  du 
budget détaillé et reste à présent indicative. 
4.4. 
Partenaires de mise en œuvre 
L’Allemagne et la France ont développé le projet de manière conjointe et proposent une mise 
en œuvre en partenariat d’exécution entre la GIZ et Expertise France. Les modalités générales 
de  cette  coopération  ont  été  élaborées  dans  un  esprit  de  partenariat  européen.  Les  modalités 
opérationnelles ainsi que la répartition des responsabilités seront définies avant le démarrage 
du projet. 
29 

 
4.5. 
Budget indicatif 
Le budget est indicatif. Un budget détaillé fera objet de la description du projet. 
Montant en 
Action 
EUR 
Financement UE 
8 613 500 
Cofinancement BMZ 
1 722 700 
Cout total 
10 336 200 
 
4.6. 
Évaluation et audit 
Le  suivi-évaluation  des  activités  et  indicateurs  clefs  du  programme  est  fondamental,  et  un 
budget  spécifique lui est dédié.  Des  méthodes  efficaces de suivi  et  d’évaluation  capables de 
mesurer la progression vers les résultats escomptés de manière régulière et continuelle seront 
établies en conformité avec le cadre de suivi et d’évaluation de la fenêtre Afrique du Nord et 
en utilisant les outils techniques de suivi en cours de réalisation pour le Fonds fiduciaire. 
Un  prestataire  sera  identifié  sur  la  base  de  termes  de  référence  et  d’un  appel  d’offres  pour 
développer  des  modules  d’évaluation  en  temps  réel,  dans  le  but  d’analyser  de  manière  très 
réactive l’appui concret apporté aux bénéficiaires et d’apporter les corrections nécessaires si 
besoin.  
Le  suivi  et  l’évaluation  des  activités  et  de  l’atteinte  des  résultats  s’effectuera  de  manière 
participative  et  impliquera  les  parties  prenantes  concernées.  Les  DUE  dans  les  pays 
partenaires  seront  associées  aux  évaluations,  surtout  quant  à  la  gestion  des  synergies  et  des 
risques de doublons par rapport aux autres projets et programmes en la matière.  
Les  rapports  d’évaluation  seront  communiqués  au  pays  partenaires  et  aux  autres  parties 
prenantes  clés,  y  compris  les  délégations  de  l’UE  concernées.  Les  partenaires  de  mise  en 
œuvre et la Commission analyseront les conclusions et les recommandations des évaluations 
et  décideront  d’un  commun  accord,  le  cas  échéant  en  accord  avec  les  pays  partenaires,  des 
actions de suivi à mener et de toute adaptation ou réorientation nécessaire du projet. 
Sans préjudice des obligations applicables aux marchés conclus pour la mise en œuvre de la 
présente action, la Commission peut, sur la base d’une évaluation des risques, commander des 
audits  indépendants  ou  des  missions  de  vérification  des  dépenses  pour  un  ou  plusieurs 
contrats ou conventions. 
Le financement des  évaluations  et  audits commanditées par la Commission  sera  couvert par 
une autre mesure. 
4.7. 
Communication et visibilité 
La communication et la visibilité de l’UE constituent des obligations légales pour toutes les 
actions extérieures financées par l’UE.  
Pour la présente action, il  y a lieu de prévoir des mesures de communication  et  de visibilité 
qui  seront  établies,  au  début  de  la  mise  en  œuvre,  sur  la  base  d’un  plan  d’action  spécifique 
dans ce domaine. 
Celui-ci  prendra  en  compte  les  différents  besoins  de  communication selon  les  publics  ciblés 
de l’action de communication : 
-  un  besoin  en  communication  institutionnelle  sur  l’action  des  gouvernements  dans  le 
cadre  de  ce  projet ;  un  besoin  en  communication  envers  les  bénéficiaires  ultimes 
(diaspora, migrants, différents groupes cibles) ; 
30 

 
-  un  besoin  en  communication  envers  un  public  technique  et  avisé :  operateurs, 
partenaires, parties prenantes des secteurs et domaines sollicités dans la mise en œuvre 
du projet (entreprises, centres de formation, OSC, etc.) ; 
-  un besoin en communication envers les Délégations de l’UE (DUE) concernées. Il est 
essentiel que les DUE des pays concernés soient informées à temps et par une voie de 
communication claire des activités planifiées ainsi que des résultats des activités.  Un 
plan de communication spécifique sera établi, qui déterminera les voies, contenues et 
intervalles de cette communication ; 
-  un besoin en communication envers le grand public; 
-  un  besoin  en  communication  stratégique  au  niveau  régional   à  la  hauteur  des  enjeux 
des politiques migratoires à cette échelle 
Pour chacun de ces publics, des actions de communication seront planifiées en début de projet 
et ajustées en cours de réalisation si nécessaire. Le plan de communication et de visibilité sera 
soumis à la DUE au Maroc pour validation.  
En  ce  qui  concerne  les  obligations  légales  en  matière  de  communication  et  de  visibilité,  les 
mesures seront mises en œuvre par la Commission, les pays partenaires, les contractants, les 
bénéficiaires  de subvention et/ou les  entités en charge.  Des obligations  contractuelles seront 
respectivement prévues dans les conventions de délégation et les contrats de subvention. 
Le plan de communication et de visibilité de l’action ainsi que les obligations contractuelles 
adaptées  seront  établis  sur  la  base  du  manuel  de  communication  et  de  visibilité  pour  les 
actions extérieures de l’Union européenne. 
Il assure: 
  La présentation du projet et des modalités opérationnelles à l'intention des bénéficiaires 
potentiels 
  La documentation de bonnes pratiques et leçons apprises par rapport à la gouvernance de 
la migration. 
De plus, l’action élaborera une stratégie de communication interne, pour faciliter, de manière 
efficiente, l’information et la coordination des parties prenantes. 
 
31