Dies ist eine HTML Version eines Anhanges der Informationsfreiheitsanfrage 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.




Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
 
 
 
 
Projet Appui à la Justice, Sécurité et à la 
Gestion des Frontières au Niger 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
Ref du contrat : T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
Rapport : Rapport intermédiaire 2 
Période: du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 

 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
 
TABLE DES MATIERES 
 
 
   
SOMMAIRE  
 
 
 
 
 
 
 
 
02 
 
 
   
FICHE TECHNIQUE DU PROJET   
 
 
 
 
 
03 
 
 
   
LISTE DES ABREVIATIONS UTILISEES 
 
 
 
 
 
05 
 
 
 
 
 
 
 
   
INTRODUCTION 
 
 
 
 
 
 
 
06 
 
 
   
1ère PARTIE / FORMATIONS REALISEES DURANT LA PERIODE  
 
 
  
  
 
Formation à l’enquête anti-terroriste   
 
 
 
06 
 
 
Séminaire sur l’Evolution des groupes terroristes en Afrique de l’Ouest  07 
 
 
Formations en partenariat avec la GNN  
 
 
 
07 
 
 
Formation Aides-Démineurs 
 
 
 
 
 
08 
 
 
Formation Démineurs   
 
 
 
 
 
08 
 
 
Première session de formation Police-Judiciaire 
 
 
08 
 
 
   
2ème PARTIE / ACTIONS PROGRAMMEES POUR LA PERIODE SUIVANTE   
  
 
 
Les actions qui seront poursuivies  
 
 
 
 
09 
 
 
Les actions nouvelles qui seront programmées   
 
 
09 
 
 
 
 
   
3ème PARTIE / LES DIFFICULTES RENCONTREES    
 
 
Les difficultés liées à la logistique et à l’organisation 
 
 
10 
 
 
Les difficultés liées au fond, au contenu des activités    
 
11 
 
   
CONCLUSION DE LA SECONDE PERIODE 
 
 
 
 
13 
 
                 ANNEXE : Compte-rendu de la réunion technique du 07  mars 2018 
         14 à 17 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
 
 Fiche technique du projet  
Titre 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au 
Niger »   AJUSEN 
N° de contrat 
T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
Pays bénéficiaires 
Republique du Niger 
Durée du projet et période de 
48 mois 
mise en œuvre 
Objectif général 
L’objectif  global  du  projet  est  d’aider  à  éradiquer  la  pauvreté, 
de  promouvoir  une  croissance  durable  et  inclusive  et  de 
consolider  la  gouvernance  démocratique  et  économique,  en 
ligne  avec  les  axes  1  et  3  de  la  Stratégie  Sahel  de  l’UE  et 
l'Objectif  de  Développement  Durable  16  "Paix,  justice  et 
institutions  efficaces"  qui  a  pour  but  de  promouvoir 
l’avènement de  sociétés pacifiques,  l’accès  de tous à la justice 
et des institutions efficaces. 
Objectifs spécifiques  
Cet objectif global se décline en plusieurs objectifs spécifiques : 
1.  Accroître la capacité financière du gouvernement pour 
maintenir  la  paix,  la  stabilité  macroéconomique  et 
atteindre les objectifs des politiques à court terme. 
2.  Développer  les  capacités  de  l’Etat  à  assurer  ses 
fonctions  vitales,  en  particulier  dans  les  domaines  des 
finances publiques, de la sécurité, de la justice et de la 
migration,  avec  une  attention  particulière  à  la  lutte 
contre la corruption et l'égalité des genres. 
3.  Renforcer le développement des politiques de l'Etat en 
matière de  justice,  sécurité  et migration ainsi que  leur 
mise en œuvre. 
4.  Renforcer  les  capacités  des  acteurs  judiciaires  pour  la 
lutte  efficace  contre  le  crime  organisé  et  la  protection 
des victimes de la traite des personnes.  
5.  Renforcer  les  capacités  des  différentes  forces  de 
sécurité  ayant  un  mandat  civil  (par  exemple,  Garde 
Nationale  du  Niger,  Gendarmerie,  Police,  Douanes)  et 
leur  interface  justice,  y  inclus  leur  chaine  de 
commandement  ainsi  que  la  répartition  et  la 
coordination des leurs missions. 
6.  Renforcer  les  capacités  des  services  de  l’Etat 
concernées  en  matière  de  gestion  des  frontières  ainsi 
que  la  coopération  transfrontalière  (Niger,  Mali, 
Burkina Faso). 
Résultats attendus 
En relation avec les objectifs spécifiques 1, 2 et 3, les résultats 
escomptés sont : 
Résultat  1  :  la  stabilité  macroéconomique  et  la  résilience  face 
aux chocs exogènes sont renforcées ;  
Résultat  2  :  l’efficacité  des  systèmes,  des  procédures  et  des 
capacités de gestion des finances publiques est renforcée ; 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
 
Résultat  3  :  les  disponibilités  budgétaires  pour  la  mise  en 
œuvre des politiques du gouvernement dans les secteurs de la 
sécurité, la justice et la migration sont améliorées ; 
 
Résultat 4 : l’efficience et l’efficacité des dépenses publiques en 
particulier dans les secteurs de la justice, de la sécurité et de la 
migration sont améliorées. 
 
En relation en particulier avec les objectifs spécifiques 4, 5 et 6, 
les résultats escomptés sont : 
Résultat 5 : l’action de la justice est renforcée et contribue plus 
efficacement  à  la  lutte  contre  la  criminalité  organisée  et 
apporte un accompagnement adéquat aux victimes de la traite 
des personnes; 
 
Résultat 6 : les capacités des forces de sécurité intérieure (FSI) 
sont renforcées et assurent la sécurité de la population, y inclus 
dans les zones éloignées et de transit ; 
 
Résultat  7 :  le  dispositif  de  gestion  des  frontières  et  la 
coopération  opérationnelle  transfrontalière  interservices  sont 
renforcés. 
Budget 
3 998 300 EUR 
Équipe d’experts clés 
• 
Chef de projet : François DUPIN 
• 
Expert Sécurité : Pierre VALERO 
• 
Expert Gestion des Frontières : Gérard POUGETOUX 
 
 
Ce rapport a été produit par CIVIPOL Conseil, titulaire du Contrat de Prestation Service n° T05 – EUTF – 
SAH – NE – 06 – 02 d’Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger. Les points de 
vue exprimés dans ce document sont ceux de l’organisation et de l’équipe d’experts et ne reflètent pas 
nécessairement ceux de l'Union Européenne. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Liste des abréviations  
AENEAS 
Programme  Européen  d’Assistance  Financière  et  Technique  dans  le 
domaine des Migrations et de l’Asile 
AFD 
Agence Française de Développement 
AFIS (acronyme anglais de FAED 
Fichier Automatisé des Empreintes Digitales 
AJUSEN 
Appui à la Justice, Sécurité, et à la  Gestion des Frontières 
CAAT 
Cellule Aéroportuaire Anti-Trafic 
CE 
Commission  Européenne 
CEDEAO 
Communauté Economique Des Etats de l’Afrique Ouest 
DGD 
Direction Générale des Douanes 
DGPN 
Direction Générale  de la Police Nationale 
DST 
Direction de la Surveillance du Territoire 
DUE 
Délégation de l’Union Européenne 
ECI 
Equipe Conjointe d’Investigation 
ETI 
Experts Techniques Internationaux 
EUCAP 
European Union Capacity 
FAED 
Fichier Automatisé des Empreintes Digitales, (AFIS en langue anglaise) 
FSI 
Forces de Sécurité Intérieure 
FSP 
Fonds de Solidarité Prioritaire 
GIZ 
Deutsche  Gesellschaft  für  Internationale  Zusammenarbeit »,  (Agence 
Allemande de coopération) 
GNN 
Garde Nationale du Niger 
GTPI 
Gestes Techniques Professionnels d’Intervention 
INTERPOL 
International Police (OIPC en français) 
JUSSEC 
Projet Justice et Sécurité en région sahélo-saharienne (France) 
MIDAS 
Migration Information and Data Analysis System 
OIM 
Organisation Internationale des Migrations 
OIPC 
Organisation Internationale des Polices Criminelles (INTERPOL). 
ONUDC 
United Nations Office for Drugs and Crimes 
PAJED 
Plan d’Aide à la Justice et à Etat de Droit 
PDES 
Plan de Développement Economique et Social 
PISCES 
Personal Identification Secure Comparison and Evaluation System 
PNS 
Politique Nationale de Sécurité 
PNUD 
Programme des Nations Unies pour le Développement 
PPF 
Passage Poste  Frontalier 
SCLCT 
Service Central de lutte de  contre le Terrorisme 
SIPAO 
Système d’Information pour l’Afrique de l’Ouest (WAPIS en anglais) 
UA 
Union Africaine 
UE 
Union Européenne 
Nations Unies 
Nations Unies 
UNICEF 
United Nations International Children’s Emergency Fund 
WAPIS 
West Africa Police Information System, acronyme anglais de SIPAO.  
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
I. 
 Introduction 
 
Le projet « Appui à la Justice, Sécurité et à la gestion des Frontières au Niger » (réf : T05-EUTF-SAH-NE-
06-02) ou projet AJUSEN a démarré en mars 2017 pour une durée de 4 années. Son objectif est l’appui 
aux acteurs de la chaîne pénale sur le terrain (les forces de sécurité intérieure) dans leur lutte contre la 
migration  illégale,  la  traite  des  personnes,  le  crime  organisé  et  le  terrorisme.  Depuis  l’arrivée  de 
l’Equipe  des  trois experts principaux  du Projet, un rapport de  démarrage  a été  rédigé  et  un premier 
rapport  intermédiaire  a  été  établi,  couvrant  la  première  période  du  5  mars  2017  au  31  septembre 
2017. 
 
Ce  deuxième  rapport  intermédiaire  relate  les  activités  du  projet  AJUSEN-Sécurité  durant  la  période 
comprise entre le 1er octobre 2017 et le 31 mars 2018.  
 
Cette nouvelle période a été marquée par le démarrage des activités en propre du projet. Durant cette 
période,  l’équipe  des  trois  experts  principaux  du  projet  a mis  en  œuvre 11  formations  au  profit  des 
Forces de Sécurité Intérieures Nigériennes et ont mobilisés des experts courts termes pour un total de 
103 journées d’expertise court-terme. 
 
Les bénéficiaires des  activités  réalisées  ont été le  Service Central de Lutte Contre le Terrorisme et la 
Criminalité  Transfrontalière  Organisée  (SCLCT-CTO),  la  Direction  Générale  de  la  Police  Nationale,  la 
Gendarmerie Nationale, et la Garde Nationale du Niger. 
 
Ce  rapport  est  articulé  en  trois  parties :  la  première  partie  décrit  les  actions  de  formation  mises  en 
œuvre durant cette période ; la partie 2 les actions qui seront programmées pour la période suivante 
(1er  avril  au  30  septembre  2018)  ;  et  la  partie  3  les  difficultés  rencontrées  de  l’équipe  d’experts 
principaux du projet durant cette période. 
 
 
 
  



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Partie 1 : Les actions de formation réalisées durant la période allant du 1er octobre 
2017 au 31 mars 2018 : 
 
1.1. 
Formation à l’enquête antiterroriste : Bénéficiaires SCLCT-CTO, DGPN, GNN.  
 
C’est une formation aux techniques d’enquête et à la procédure pénale antiterroriste destinée aux 
membres du Service Central de Lutte Contre le Terrorisme (SCLCT-CTO) venant d’être affectés dans 
les antennes nouvelles du service, de OUALLAM et AGADEZ et en fonction à DIFFA. Cette formation 
comprend  un  volet  judiciaire  et  une  phase  recueil  et  analyse  du  renseignement,  le  SCLCT-CTO 
mettant  en  œuvre  ces  deux  thématiques.  Elle  a  été  dispensée  sur  une  durée  de  deux  semaines 
consécutives à l’attention de 21 stagiaires.   
 
1.2. 
Séminaire  sur  l’évolution  des  groupes  terroristes  en  Afrique  de  l’Ouest :   
Large  public  touché  parmi  les  hauts  responsables  des  institutions  nigériennes  et 
des forces de sécurité intérieure.  

 
Ce  séminaire  a  été  animé  par  un  expert  international  de  haute  renommée,  le  commissaire 
divisionnaire Philippe MIGAUX de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure française (DGSI). Il 
s’est  tenu  sur  une  journée,  et  a  rassemblé  les  représentants  de  la  haute  hiérarchie  des  Forces  de 
Défense et de Sécurité : Police Nationale, Gendarmerie Nationale, Garde Nationale du Niger, Eaux et 
Forêts,  Douanes,  Forces  armées,  et  magistrats.  Au  total  74  personnes  ont  pu  bénéficier  de  cette 
journée d’information et des échanges riches qui en ont découlé. Sur le thème de l’évolution de la 
nébuleuse terroriste en Afrique de l’ouest, il avait pour objectif d’éclairer le public sur le niveau du 
risque,  les  alliances  des  groupes,  et  sur  les  enjeux  de  la  coopération  dans  la  lutte  contre  ce 
phénomène. Ce séminaire a eu en outre le mérite de consacrer le projet dans sa phase de démarrage 
auprès des décideurs nigériens. Il s’est déroulé dans l’amphithéâtre de l’Ecole Nationale de Police.   
 
1.3. 
Quatre  formations  en  partenariat  avec  la  Garde  Nationale  du  Niger      : 
Bénéficiaire GNN.  

 
Le projet AJUSEN a fourni à la Garde Nationale du Niger un appui logistique (prise en charge des repas 
des stagiaires et mise à disposition de mallettes pédagogiques) qui a permis la réalisation des activités 
de formation suivantes : 
 
1.  Deux sessions de formation au recueil et à l’analyse du renseignement en Police Judiciaire : 
 
L’objectif de cette formation était de former des personnels des unités de police judiciaire et 
de renseignement aux techniques du renseignement d’ordre public. Elle a concerné au total 40 
stagiaires  issus  pour  partie  du  groupement  de  la  brigade  des  pistes  (unité  à  compétence 
nationale en PJ) et pour partie de la  Direction de la Documentation et du Renseignement. 
 
2.  Trois sessions de formation sauvetage au combat : 
 
Cette  formation  avait  pour  objectif  de  former  les  personnels  des  unités  opérationnelles 
engagées dans les zones de combat aux gestes de premiers secours. Le but poursuivi était de 
contrecarrer  le  fait  que  30%  des  blessés  par  balle  ou  par  Engin  Explosif  Improvisé  (EEI) 
succombent  des  suites  de  leurs  blessures  faute  de  leur  avoir  prodigué  les  premiers  secours 
appropriés. A l’issue de ces trois sessions, 30 personnels de la GNN ont été formés. 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
3.  Une formation de technicien en investigation criminelle de proximité : 
 
L’objectif  de  cette  formation  était  de  perfectionner  des  officiers  et    des  agents  de  police 
judiciaires (OPJ et APJ) à la prise en compte et au traitement d’une scène d’infraction en vue 
d’accroitre  l’efficacité  des  enquêteurs  et  d’améliorer  le  taux  de  résolution  des  enquêtes 
judiciaires. 21 stagiaires de la brigade des pistes ont été formés. 
 
4.  Une session de formation à la maintenance des groupes électrogènes de grosse capacité  : 
 
Dans le cadre du soutien logistique à l’opérationnel, il est important d’assurer la formation des 
chefs  d’équipes  des  ateliers  en  matière  de  mise  en  œuvre,  d’entretien,  de  dépannage,  de 
réparation  et  de  sécurité  des  groupes  électrogènes  de  grosse  capacité.  Cinq  stagiaires  de  la 
GNN ont été formés. 
 
 
1.4. 
Une formation Aides-Démineurs au profit du SCLCT-CTO : Bénéficiaire le 
Service  central  de  Lutte  contre  le  Terrorisme  et  la  Criminalité  Transfrontalière 
Organisée. 

L’objectif de cette formation était de former des personnels pour les rendre capable de seconder les 
démineurs titulaires en leur apportant un appui technique et en agissant toujours sous le contrôle de 
ces  derniers.  20  stagiaires  du  CSLCT-CTO  ont  été  formés.    A  cet  effet,  4  experts  de  la    Direction 
Générale de la Sécurité Civile et des Grandes Catastrophes (DGCGC) française ont été mobilisés par le 
projet pour cette formation.  
 
1.5. 
Une formation Démineurs : Bénéficiaires : le Service central de Lutte contre le 
Terrorisme  et  la  Criminalité  Transfrontalière  Organisée  (7),  Gendarmerie 
Nationale (4) et Garde Nationale du Niger (3). 

Cette formation avait pour objectif de former 14 personnels pour les rendre capables de prendre 
des  mesures  techniques  d’urgence,  en  cas  de  découverte  d’engins  explosifs  de  tous  types,  et  de 
faire  les  investigations  techniques  sur  les  scènes  d’attentats  par  explosif.  Quatre  experts  de  la  
Direction  Générale  de  la  Sécurité  Civile  et  des  Grandes  Catastrophes  (DGCGC)  française  ont  été 
mobilisés pour cette formation. 
 
1.6. 
Une  première  session  de  formation  en  Police  Judiciaire :  Bénéficiaires : 
DGPN, Direction de la Sécurité Publique et Direction de la Police Judiciaire. 

C’est  une  formation  qui  concerne  les  cadres  de  la  police  nationale  (commissaires,  officiers  et 
inspecteurs)  dépendant  de  la  Direction  de  la  Sécurité  Publique  et  de  la  Direction  de  la  Police 
Judiciaire.  Il  s’agit  d’une  mise  à  niveau  dans  le  domaine  de  la  procédure  pénale  appliquée  qui  a 
pour  objectif  d’uniformiser  les  actes  de  procédure  transmis  aux  magistrats  au  plan  national.    53 
stagiaires de Niamey ont été concernés par cette formation. 
 
Cette  formation  s’est  déroulée  sur  deux  semaines,  et  a  mobilisé  deux  experts  français  et  deux 
experts nigériens. Pour la première session de cette formation, 53 stagiaires de la région de Niamey 
en ont bénéficié. 
 
Compte  tenu  du  nombre  total  de  stagiaires  à  former  (450  au  total)  sur  cette  formation,  neuf 
sessions  successives  de  cinquante  personnels  seront  nécessaires.  Elles  s’étaleront  sur  deux 
semestres, c’est-à-dire sur les périodes 3 et 4 de la vie du Projet AJUSEN. 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Partie II : les actions qui seront programmées pour la période suivante (3) allant du 
1er avril 2018 au 30 septembre 2018.  

 
Pour la période 3 (1er avril au 30 septembre 2018), certaines activités réalisées au cours de la période 2 
vont être poursuivies et de nouvelles actions verront le jour. 
 
 
 2.1.  Les actions qui seront poursuivies :  
 
1.  La formation Police judiciaire : 
 
 
Trois nouvelles sessions de formation Police Judiciaire vont se succéder pour arriver dans un premier 
temps à un volume de  200 stagiaires formés sur un total de 450 concernés par cette activité. Durant la 
période N°3 de la vie du projet, trois sessions seront programmées. 
 
  La  2ème    session  de  formation  Police  judiciaire  concernera  une  cinquantaine  d’Officiers  de 
Police  Judiciaire  (OPJ)  et  d’Agents  de  Police  Judiciaire  (APJ)  issus  des  régions  de  DOSSO  et 
TILLABERY. 
 
  La 3ème  session de formation Police judiciaire concernera une quarantaine d’OPJ et d’APJ issus 
des régions d’AGADEZ et de TAHOUA. 
 
  La 4ème  session de formation Police judiciaire concernera une soixantaine d’OPJ et d’APJ issus 
des régions de DIFFA, ZINDER et MARADI. 
 
 
2.  Les formations secourisme et sauvetage au combat seront poursuivies à la GNN : 
 
Trois nouvelles sessions d’une douzaine de stagiaires chacune seront programmées,  compte tenu de 
l’importance des résultats attendus en matière du nombre de vies sauvées.  En effet, le simple fait de 
savoir faire les gestes appropriés de premiers secours aux militaires blessées par balle ou par engins 
explosifs improvisés peut souvent leur sauver la vie.  Trente à quarante militaires de la GNN vont être 
formés.  Cette  action  se  fera  en  partenariat  avec  la  GNN.  Le  projet  fournira  un  appui  logistique  et 
mettra à disposition du formateur une mallette pédagogique de secourisme. La GNN mettra en place 
le formateur. 
 
3.  Une nouvelle formation conduite en partenariat avec la Garde nationale du Niger, la 
formation TIOR :  
  
Le projet AJUSEN apportera un appui logistique sous forme de prise en charge des frais de bouche des 
stagiaires  pour  le  stage  de  formateur  aux  Techniques  d’Intervention  Opérationnelle  Rapprochée 
(TIOR).  Cette  formation  sera  conduite  par  l’expert  technique  international  du  service  de  sécurité 
intérieure français mis en place par l’ambassade de France auprès du haut commandant de la Garde 
Nationale du Niger.  Cette formation concernera une vingtaine de stagiaires de la GNN et durera cinq 
jours.  
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
 2.2.  De nouvelles formations vont apparaitre dans la programmation du Projet : 
La  formation  à  la  recherche  des  véhicules  volés,  une  formation  imagerie  radioscopique  et  une 
formation à la lutte contre le blanchiment, la corruption, et la saisie des avoirs criminels. 
 
1.  Formation Recherche et identification des véhicules volés ou maquillés : 
 
Au Niger, le trafic de véhicules volés fait partie intégrante de la criminalité transnationale organisée. Le 
trafic international de véhicules volés est en constante augmentation. Il part de l’Europe en direction 
des  pays  émergents,  en  particulier  vers  la  région  du  Sahel.  Sur  les  250 000  véhicules  d’occasion 
importés par an au Niger, via les ports togolais et béninois, seulement une trentaine de véhicules est 
détectée  volée.  Le  Niger  se  classe  en  dernière  position,  après  le  Sénégal,  le  Mali  et  le  Burkina  Faso 
dans la lutte contre les véhicules volés. Il y a donc un important travail à faire dans ce domaine. 
 
L’objectif de cette formation sera triple : d’une part de former les services de police et de gendarmerie 
aux  techniques  de  détection  et  d’identification  des  véhicules  volés  ou  détournés  circulant  au  Niger, 
d’autre  part  de  rappeler  aux  stagiaires  les  techniques  d’enquête  judiciaire  suite  à  la  découverte  de 
véhicules  volés,  et  enfin  de  renforcer  les  liens  entre  les  différents  services  intervenant  dans  la 
procédure : les enquêteurs, Interpol et Europol. 
 
2.  Formation à l’imagerie radioscopique à l’aéroport de Niamey : 
 
Le projet AJUSEN s’inscrit dans la continuité du projet PAJED 2. Le PAJED 2 a doté l’aéroport de Niamey 
d’un  certain  nombre  d’appareils  de  sureté  qui  vont être  livrés  prochainement.  Il  s’agit en  particulier 
d’un appareil radioscopique pour scanner les colis passant par le fret. 
 
Dès  l’arrivée et  l’installation  de  ce  matériel,  une  formation  pour  les  personnels  devant  l’utiliser  sera 
mise  en  place,  en  vue  de  leur  faire  connaitre  toutes  les  fonctionnalités  de  l’appareil  afin  de  leur 
permettre d’en optimiser l’utilisation au maximum de ses possibilités. 
 
 
3.  Formation  à  la  lutte  contre  le  blanchiment,  la  corruption,  et  la  saisie  des  avoirs 
criminels : 
 
La corruption et le blanchiment d’argent alimentent la criminalité organisée. Cela pénalise l’économie 
et  handicape  le  développement  du  pays.  La  saisie  des  avoirs  criminels  est  un  très  bon  moyen  pour 
lutter efficacement contre ces phénomènes. 
 
La  Haute  Autorité  de  Lutte  contre  la  Corruption et  les  Infractions  Assimilées  (HALCIA)  dispose  d’une 
unité  d’investigations  à  caractère  judiciaire  qui  est  très  engagée  pour  combattre  ce  phénomène. 
L’objectif du projet AJUSEN pour cette formation sera de renforcer les capacités des enquêteurs. 
 
Pour cette formation une quinzaine de places seront réservées pour les stagiaires de la Gendarmerie 
Nationale, de  la Direction de  la Police  Judiciaire,  et  aussi  pour quelques magistrats du  parquet  (pôle 
financier), de l’instruction et du siège. Eux aussi sont très impliqués dans cette lutte et doivent profiter 
de cet enseignement. 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
10 

Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Partie  III  :  les  difficultés  rencontrées  par  l’équipe  d’experts  principaux  du 
Projet AJUSEN : 

 
 
3.1.  Les difficultés liées au fond, au contenu des activités à mettre en œuvre :  
              
1.  Adapter l’offre technique du Projet pour répondre aux mieux aux besoins des bénéficiaires.      
 
C’est le  constat qui a été fait par la réunion technique  du  07 mars 2018. Il faut  faire évoluer l’offre 
technique du Projet AJUSEN vers des formations structurantes afin d’avoir un impact sur le citoyen qui 
sera  au  final  le  bénéficiaire  des  activités  réalisées.  Le  projet  devra  mettre  également  davantage 
l’accent sur le respect des droits de l’homme et la légalité des actes des forces de sécurité. 
 
La  formation  au  petit  judiciaire  en  est  le  parfait  exemple.    C’est  une  formation  structurante.  Elle  va 
permettre  de  modifier  les  comportements  des  agents  et  des  officiers  de  police  judiciaire  en  leur 
inculquant les bonnes pratiques procédurières. Cette formation va permettre d’harmoniser toutes les 
procédures selon un canevas particulier pour chacune d’entre elles. Chaque procès-verbal aura selon 
sa nature un certain nombre de points caractéristiques qui devront apparaitre systématiquement. Cela 
consolidera la valeur juridique des procédures qui seront mieux rédigées et articulées. De surcroit, ces 
procédures  ainsi  rédigées selon  un  formalisme  strict  seront  moins  sujettes  à  être  contestées  par  les 
avocats des personnes mises en cause ou cassées par les magistrats pour vice de forme. 
Par  ailleurs,  le  fait  de  renforcer  la  légalité  des  procédures  et  de  mieux  faire  respecter  les  droits  de 
l’homme constitue une sécurité et une protection pour les agents des forces de sécurité, qui pourront 
mieux se défendre s’ils sont mis en cause ultérieurement devant les juridictions compétentes par les 
avocats des personnes poursuivies. 
 
2.  Le coût des formations structurantes. 
 
Pour changer les habitudes et instaurer de nouveaux réflexes, il faut que les formations qui se veulent 
structurantes  durent  plusieurs  jours  et  touchent  un  grand  nombre  de  stagiaires.  Ce  sont  des 
formations onéreuses, mais qui apportent  un résultat  visible et  durable.  Par exemple, à l’issue de  la 
première session de formation Police Judiciaire, le Procureur Samna, chef du Parquet de Niamey a fait 
savoir  à  l’équipe  du  Projet  qu’il  avait  déjà  observé  suite  à  la  formation  dispensée  des  changements 
dans  la  qualité  des  procédures  qui  lui  parvenaient,  et  qu’il  avait  félicité  lui-même  par  téléphone  les 
enquêteurs pour la qualité de leur travail. 
 
Mais  ces  formations  de  masse  ont  un  coût  non  négligeable.  Si  elles  sont  dupliquées  vers  les  autres 
partenaires  (Gendarmerie,  Eaux  et  Forêts, Douanes etc…),  est-ce  que  le  budget  des  frais  accessoires 
sera abondé ? et par qui ? 
 
 
3.  S’adapter également à l’évolution des activités des autres Partenaires Techniques et Financiers 
(PTF). 
 
Les activités des autres partenaires techniques et financiers évoluent régulièrement. On s’en aperçoit 
lors des réunions PTF qui se tiennent tous les deux mois dans les locaux d’EUCAP-Sahel-Niger.  
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
11 

Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Ces réunions ont le mérite de permettre d’éviter les doublons dans nos offres de formation. Elles sont 
complétées par des réunions bilatérales  (AJUSEN-EUCAP) que l’on fait ponctuellement lorsque l’on a 
identifié  un  risque  redondance.  Il  faudra  donc  faire preuve  de  flexibilité  et  de souplesse  dans  l’offre 
technique, supprimer certaines activités et les remplacer par d’autres.  
 
 
 
Conclusion pour la seconde période : 
 
 
 
Cette  période  (du  1er  octobre  2017  au  31  mars  2018)  qui  s’achève  marque  de  grandes 
avancées pour le Projet AJUSEN. Le démarrage d’actions de formation, déjà initié en première période, 
a  permis  de  faire  connaitre  plus  largement  l’existence  du  projet  auprès  des  partenaires  et  des 
bénéficiaires.  Le  séminaire  sur  l’évolution  des  groupes  terroristes  en  Afrique  de  l’Ouest,  en  octobre 
2017, a réuni de nombreux responsables des forces de sécurité intérieures et des magistrats, qui ont 
apprécié la pertinence du séminaire et la qualité des intervenants. 
 
 
En  outre,  l’amplification  des  contacts  avec  les  autorités  locales  et  la  désignation  des  points 
focaux  dans  les  administrations  bénéficiaires  ont  complété  cette  action  de  mise  en  lumière  des 
activités du Projet.  
 
 
Cette période a vu également se tenir la première réunion technique, dont le compte-rendu de 
séance est annexé au présent rapport.  
 
 
La  période  suivante  qui  va  s’ouvrir  (du  1er  avril  2018  au  30  septembre  2018)  devra  être  la 
période de l’officialisation de l’existence de ce projet.  La réunion technique du 07 mars 2018 a permis 
de fixer un certain nombre d’objectifs constituant la feuille de route pour la prochaine période.  
 
 
Il conviendra donc, en priorité, d’obtenir de nos partenaires nigériens les arrêtés ministériels 
de création du comité technique et du comité de pilotage du projet AJUSEN. C’est au cours de cette 
prochaine période que devra se tenir le premier comité technique du projet AJUSEN. 
 
 
 
 
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
12 

Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
ANNEXE AU RAPPORT INTERMEDIAIRE N°2 . 
Compte-rendu de la réunion technique du Projet AJUSEN 
7 mars 2018, Niamey (Niger) – dans locaux de l’Hôtel HOMELAND 
Participants : 
  CIVIPOL Conseil : Omar MERABET, Paola BRIENZA ; 
  Projet AJUSEN-Sécurité : François DUPIN, Pierre VALERO, Gérard POUGETOUX ; 
  DUE : Sandrine PIERLOZ - 1ere secrétaire, Matthieu ZAMECNIK – chargé de programmes, Abas 
MALLAM - chargé de programmes ; 
  Les cinq points focaux du Projet AJUSEN-Sécurité : 
1.  Pour la Police Nationale : Inspecteur Général SOULEY BOUBE ; 
2.  Pour la Gendarmerie Nationale : Lieutenant-Colonel GARBA ISSOUFOU ; 
3.  Pour la Garde Nationale du Niger : Chef d’Escadron OUMAROU GARBA ; 
4.  Pour la Douane : Colonel HAMIDOU ISSA Djibrilla ; 
5.  Pour les Eaux et Forêts : Commandant KINDO Ousmane, représentant le Colonel DOUKIA 
Kaka – point focal désigné. 
  Projet AJUSEN-Justice : François BOKO et Jacques HILLAERT (venus en observateurs). 
 
A.  Déroulement de la réunion : 
Après un tour de table où chaque participant a pu se présenter rapidement, dans la première partie 
l’équipe  AJUSEN-Sécurité a fait  une  présentation générale du projet et de ses objectifs, du bilan des 
activités réalisées depuis le démarrage et du programme des activités du premier semestre 2018. Puis 
la deuxième partie de la réunion a été consacrée  à la préparation du Comité de Pilotage et du Comité 
technique du Projet. 
 
B.  Les thèmes abordés au cours de la réunion : 
 
  Adaptabilité et la souplesse du projet pour répondre au mieux aux besoins des bénéficiaires :  
L’offre technique du projet doit  aller vers des formations structurantes afin d’avoir un impact sur le 
citoyen  qui  sera  au  final  le  bénéficiaire  des  activités  réalisées.  Le  projet  devra  également  mettre 
davantage  l’accent  sur  le  respect  des  droits  de  l’homme  et  la  légalité  des  actes  des  membres  des 
forces de sécurité

La formation au petit judiciaire – qui débute le 12 mars prochain - en est le parfait exemple.  C’est une 
formation structurante. Elle va permettre de changer les comportements des agents et des officiers de 
police judiciaire en leur inculquant les bonnes pratiques procédurières. Cette formation va permettre 
d’harmoniser  toutes  les  procédures  selon  un  canevas  particulier  pour  chacune  d’entre  elles.  Chaque 
procès-verbal  aura  selon  sa  nature  un  certain  nombre  de  points  caractéristiques  qui  devront 
apparaitre  systématiquement.  Cela  consolidera  la  valeur  juridique  des  procédures  qui  seront  mieux 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
13 

Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
rédigées  et  articulées.  De  surcroit,  ces  procédures  ainsi  rédigées  selon  un  formalisme  strict    seront 
moins  sujettes  à  être  contestées  par  les  avocats  des  personnes  mises  en  cause  ou  cassées  par  les 
magistrats pour vice de forme. 
Par  ailleurs,  le  fait  de  renforcer  la  légalité  des  procédures  et  de  mieux  faire  respecter  les  droits  de 
l’homme constitue une sécurité et une protection pour les agents des forces de sécurité, qui pourront 
mieux se défendre s’ils sont mis en cause ultérieurement devant les juridictions compétentes par les 
avocats des personnes poursuivies. 
 
  Pour  le  choix  des  formations  à  mettre  en  place,  les  points  focaux  feront  le  point  des 
formations dont leur corps d’appartenance a réellement besoin : 
Si  des  formations  sont  jugées  inutiles  ou  peu  pertinentes,  il  ne  faut  pas  hésiter  à  proposer  leur 
suppression  au profit d’activités qui correspondent parfaitement aux besoins des bénéficiaires. 

 
  Nécessité de convergence entre AJUSEN-Justice et AJUSEN-Sécurité : 
Il faut également créer un lien fort entre l’équipe d’experts principaux et les autoritésIl en est de 
même  avec  l’équipe  d’AJUSEN-Justice,  avec  laquelle  des  activités  communes  devront  être 
recherchées et réalisées. 

 
  Points de contact  pour la thématique gestion des frontières : 
La DST et  le  ministère  de  l’intérieur  par  rapport  à  la stratégie  nationale  de  lutte  contre  la migration 
sont des points de contacts naturels pour le projet AJUSEN dans sa thématique appui à la gestion des 
frontières. Il en est de même pour le Secrétariat Permanent de la Commission des Frontières du Niger. 
 
  Associer la Douane aux formations ARGOS : 
Le système ARGOS est un dispositif technique mis en place par un groupement d’assureurs français en 
vue  de  traquer,  de  diffuser,  de  rechercher  et  d’identifier  les  véhicules  volés.  Le  système  ARGOS  est 
relié avec les agences d’Interpol et d’Europol. 
S’agissant  de  lutter  contre  les  trafics  de  véhicules  volés,  la  Douane  sera  de  facto  associée  à  cette 
formation. 
 
  S’inscrire dans les plans annuels de formations  des administrations bénéficiaires : 
S’appuyant  sur les  points  focaux  du projet, l’équipe d’expert  principaux  doit orienter les activités de 
manière  à  ce  qu’elles  s’inscrivent  dans  les  plans  annuels  de  formations  et  dans  les  orientations  
souhaitées  par  les  administrations  bénéficiaires,  à  l’instar  de  ce  qui  a  été  fait  par  exemple  pour  la 
formation du « Petit Judiciaire ». 
 
  Mise en place d’un système de « suivi et évaluation » : 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
14 

Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Une évaluation continue des formations devra être effectuée,  pour vérifier sur le terrain l’impact des 
formations  dispensées  au  regard  des  changements  de  comportements  constatés  (bonnes  pratiques)  
ou des résultats obtenus. L’expert permanent du Projet aura en charge de la mettre en œuvre. 
 
  Développer la fonction de conseil auprès des bénéficiaires , et en particulier dans le domaine 
de la Politique Nationale de Sécurité: 
Il conviendra de développer la fonction de conseil auprès des bénéficiaires pour les aider à formuler 
leurs  besoins  en  formation.    La  fonction  de  conseil  ne  doit  pas  se  limiter  au  seul  domaine  de  la 
formation, mais avoir un cadre plus général  et une vision à long terme.  
Il  faudra  revoir  les  orientations  de  la  PNS  de  septembre  2017  en  développant  le  volet  conseil  dans 
cette composante 1. 
 
  Composante 1 :  activité de stockage : 
Toujours dans la composante 1, concernant cette fois les dispositifs de stockage en général et celui des 
armes en particulier, le projet AJUSEN doit proposer un dispositif général de stockage et rechercher les 
moyens de financement  pour en assurer la réalisation. 
  Eviter les doublons : 
Chaque  point  focal  fera  le  point  de  toutes  les  formations  dont  sa  structure  bénéficie  auprès  de 
l’ensemble  des  partenaires  techniques  et  financiers.  Chaque  point  focal  constituera  un  tableau  de 
bord
 qui permettra de visualiser l’ensemble des offres et de faire des choix pour éviter que le Projet 
AJUSEN ne fasse une offre de formation déjà pourvue par un autre partenaire
.  
 
  Utiliser l’expertise locale : 
Il faut mobiliser l’expertise locale chaque fois que la compétence technique le permet. A l’instar de 
ce qui va être fait pour la formation dite « du petit judiciaire » où deux experts locaux de haut niveau 
vont intervenir aux côtés de deux autres experts européens. 
Un  important  débat  a  eu  lieu  entre  les  participants  pour  savoir  si  les  personnels  des  services  actifs 
étaient  éligibles  (ou  pas)  aux  indemnités  de  formation.  Deux  situations  sont  à  prendre  en 
considération : soit  la personne  est en position d’activité  de  service  soit  elle est  en position de  non-
activité pour cause de retraite ou de mise en disponibilité. 
Pour les personnels en position de retraite ou en disponibilité, la question a été vite réglée puisqu’ils 
sont éligibles à la rémunération,  donc utilisables sans difficultés pour les formations du projet. 
Pour  les  personnels  en  activité,  un  intervenant  a  fait  remarquer  que  l’enseignement et  la  formation 
constituent  le  seul  domaine  pour  lequel  un  agent  de  l’Etat  en  activité  peut  faire  des  vacations  en 
qualité de formateur et être rémunéré en plus de son salaire pour cette activité temporaire. 
Un  autre  intervenant  a  fait  remarquer  que  certains  partenaires  –  la  GIZ  par  exemple  –  utilisaient 
l’expertise  locale sur la base d’un contrat entre le partenaire (GIZ) et l’Ecole Nationale de Police. 
  Préparer une convention entre CIVIPOL et l’Ecole Nationale de POLICE : 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
15 

Rapport intermédiaire 2  
 
Période du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 
 
Il  a  été  convenu  d’une  part  que  le  chef  de  projet  collecterait  les  textes  en  vigueur  au  Niger  pour 
permettre l’utilisation de l’expertise locale dans le cadre de nos formations ainsi qu’une copie de la 
convention établie entre la GIZ et l’Ecole Nationale de Police
.  D’autre part, il préparera un projet de 
convention  entre  CIVIPOL  et  l’Ecole  Nationale  de  la  Police  qu’il  présentera  rapidement  pour 
vérification auprès des services juridiques du siège de Civipol, avant sa validation par la DUE.
  Cette 
convention devra être établie rapidement pour permettre le défraiement des experts locaux qui vont 
travailler dans le cadre de la formation du petit judiciaire.  
  Préparer  un  projet  d’arrêté    ministériel  portant  création  d’un  Comité  de  pilotage  et  d’un 
Comité Technique   du Projet AJUSEN : 
Le chef de projet se rapprochera de l’équipe  AJUSEN-Justice qui a déjà  obtenu son arrêté portant 
création de son Comité de Pilotage, pour rédiger un « draft » de projet d’arrêté  portant  création du 
Comité de Pilotage et du Comité technique du projet AJUSEN-Sécurité. 

Après validation par la DUE, les démarches seront initiées pour faire signer cet arrêté par le Ministre 
de l’Intérieur. 
  Comité de pilotage stratégique et comité technique : 
Le comité de pilotage stratégique pourrait être tenu une fois par an et devenir une instance commune 
avec  l’AFD  (Volet  Justice).  Ce  comité  stratégique  permettra  de  donner  une  vision  globale  du  projet 
AJUSEN (Volet justice et Volet sécurité) aux partenaires nigériens, à la DUE, aux opérateurs CIVIPOL et 
AFD. 
En revanche le comité technique – qui ne concernera que le volet Sécurité – devrait se tenir de façon 
régulière (2 fois par an minimum) pour faire un point technique, avec la DUE, l’opérateur CIVIPOL et 
les autorités Nigériennes. Le comité technique proposera les orientations du projet qui seront validées 
par  le  comité  de  pilotage,  lequel  suivra  le  comité  technique.    La  composition  du  comité  technique 
comportera les mêmes participants que ceux de la réunion d’aujourd’hui, dont la liste (nominative et 
fonctionnelle) figure au premier paragraphe du présent compte-rendu. 
Les  compositions  du  comité  de  pilotage  et  du  comité  technique  seront  précisées  par  les  arrêtés 
ministériels  respectifs portant leur création. 

 
A 13H45, l’ordre du jour étant épuisé, Sandrine PIERLOZ qui préside la réunion lève la séance. 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
16