This is an HTML version of an attachment to the Freedom of Information request 'rencontre du directeur général Jean-Luc Demarty et l'Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (INTERBEV) sur le TTIP le 26/01/2016.'.




 
 
 
CONFIDENTIEL 
Ref. Ares(2016)3428343 - 14/07/2016
 
 
Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement 
(TTIP) : 
Près de 50 000 emplois menacés dans la filière viande bovine française 
 
 
Introduction :  L’emploi  dans  la  filière  viande  bovine  française,  1er  producteur  de 
viande bovine en Europe 
 
 
La  filière  viande  bovine  française  représente,  en  2015,  259 800  emplois
,  répartis  au  sein  des  maillons 
élevage (138 000), mise en marché (7 100), transformation (29 700) et distribution (85 000). 
 
Au-delà de leur mission principale – nourrir les populations - ces professionnels contribuent pleinement à 
l’aménagement  et  au  dynamisme  des  territoires  ruraux,  induisent  de  nombreuses  activités  économiques 
(tourisme, …) et constituent des acteurs majeurs du rayonnement culturel de la France. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le GIS Elevage Demain, dans son étude « Les emplois liés à l’élevage français », propose une analyse fine 
 
des emplois dépendant directement de l’élevage bovin viande en France : ce sont ainsi 183 000 emplois à 
temps plein, soit 236 300 personnes, qui seraient concernés (voir schéma page suivante). 

 
 
 
 
 


 


 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
 

183 000 emplois à temps plein dépendants de l’élevage bovin viande français 
(Etude « Les emplois liés à l’élevage français », GIS Elevage demain, 2015) 
 
 

 
 
183 000 ETP dépendants 
ALIMENTATION ANIMALE
des élevages bovin viande 
7 700 ETP
français
Fabricants d’aliments composés, 
Total de ces secteurs : 339 000 ETP 
complémentation, coproduits, transport…
TOTAL SECTEUR : 22 000 ETP 
SERVICES PUBLICS ET 
AUTRES BIENS ET SERVICES
PARAPUBLICS
7 300 ETP
ÉLEVAGES Bovin 
13 500 ETP
Administration, recherche, 
viande
Matériel, bâtiments, santé animale, 
enseignement
104 000 ETP
génétique et performances…
TOTAL SECTEUR : 59 700 ETP
TOTAL SECTEUR : 21 900 ETP
Total sur ces 
exploitations : 
203 000 ETP
COLLECTE, TRANSFORMATION 
ET COMMERCE DE GROS
34 600 ETP
Abattage découpe, marchands de bestiaux, 
commerce de viande en gros, organisations 
de producteurs, stockage, gestion des 
coproduits, fournisseurs de l’industrie, 
transport d’animaux
TOTAL SECTEUR : 171 200 ETP
DISTRIBUTION
15 900 ETP
Artisans bouchers-charcutiers, boucherie en 
GMS, transport de produits finis
TOTAL SECTEUR : 64 300 ETP
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
I -  « L’avant-TTIP » : des entreprises en sursis, en quête de compétitivité. 
 
 
1 - Des producteurs de viande bovine français en grande difficultés. 
 
Les professionnels de la filière viande bovine française sont à bout de souffle, sur le plan économique : les 
fermetures d’exploitations allaitantes et d’abattoirs se sont multipliées au cours des 5 dernières années, sur 
le territoire national. 
 
En 2013, le revenu annuel (résultat courant avant exploitation  – RCAI) des éleveurs bovin viande oscillait 
entre 10 000 et 15 000 euros nets annuels et 26,5% de ces exploitations dégageaient un résultat courant 
avant impôt (RCAI) inférieur à 10 000 €.
 
 
 
2 – Une rentabilité reposant largement sur la commercialisation d’aloyau. 
 
La consommation de viande bovine est radicalement différente, en Europe et aux Etats-Unis : alors que la 
demande  en  viande  hachée  est  très  importante  en  Amérique  du  Nord,  la  valorisation  des  pièces  nobles 
(aloyau) sur ce marché y est médiocre. Au contraire, ces pièces sont particulièrement bien valorisées en 
Europe,  principalement  sur  le  marché  français :  ce  sont  donc,  de  loin,  les  plus  « rentables »  pour  les 
producteurs hexagonaux. 
 
Néanmoins, le marché de l’aloyau allaitant européen est particulièrement restreint : il n’est estimé, selon 
l’Institut de l’Elevage (sources Eurostat), qu’à 400 000 tonnes. 
 
 3 – Des exportations américaines actuelles vers l’UE ciblant directement ce marché de l’aloyau. 
 
Cette  différence  en  matière  d’habitudes  de  consommation  de  viande  bovine  d’un  côté  et  de  l’autre  de 
l’océan Atlantique a naturellement incité les producteurs américains à exporter leurs aloyaux vers l’Union 
européenne. 
 
A  ce  jour,  les  importations  de  viande  bovine  provenant  des  Etats-Unis  –  dans  le  cadre,  notamment,  des 
contingents Hilton et Panel Hormones – sont composées à 75% d’aloyau1.  
 
Le  marché  européen  –  tout  particulièrement  le  marché  français  –  est  d’autant  plus  attractif  pour  les 
américains  que  leurs  modes  de  production  leur  confèrent  un  avantage  compétitif  majeur,  vis-à-vis  des 
producteurs français. 
 
Les raisons de ce véritable fossé de compétitivité existant entre aloyau européen et américain sont d’abord 
structurelles :  alors  même  que  les  exploitations  bovin  viande  européennes  sont  très  majoritairement 
familiales et comportent en moyenne 61 UGB (unités gros bovin) par exploitation, principalement nourries 
à l’herbe dans le cadre de cycles longs de production, ce sont 2/3 des bovins américains qui sont engraissés 
de manière industrielle au sein de « feedlots », aux Etats-Unis (cf note jointe « Partenariat Transatlantique 
de Commerce et d’Investissement : Vers un nouveau modèle de production de viande bovine en Europe ?
 ») 
 
 
 
 
                                                           
1 Estimation institut de l’Elevage Français (IDELE). 

 


 
 
 
CONFIDENTIEL 
II -  « L’après-TTIP » selon les estimations réalisées par le secteur : environ 50 000 
professionnels  de  la  filière  viande  bovine  française  condamnés  à  arrêter  leur 
activité, sous le poids de la concurrence américaine. 
 
 
1 – Le prix américain, bientôt directeur sur le marché européen ?  
 
Si aujourd’hui, les importations de viandes bovines américaines restent limitées – et le prix de cette viande 
relativement élevé, du fait de cet « effet de rareté » -, une ouverture massive du marché européen de la 
viande bovine au travers du TTIP (et des futurs accords de libre-échange en cours de négociation avec les 
autres partenaires américains de l’UE) pourrait très fortement déstabiliser les prix pratiqués sur ce marché. 
 
En effet, selon une estimation réalisée par nos services : 
 
  Au  vu  du  contingent  de  viande  bovine  à  droits  nuls  déjà  accordé  au  Canada  (65 000  tonnes)  et 
parce que les Etats-Unis produisent 10 fois plus et exportent 25 fois plus de viande bovine vers 
l’UE
, un contingent particulièrement important pourrait leur être dédié, en accord avec l’ouverture 
de 300 000 tonnes potentiellement cédée aux exportateurs des pays tiers dans le cadre du projet 
OMC de 2008. 
 
  Alors même que le marché européen de l’aloyau allaitant est estimé à 400 000 tonnes, ce dernier, 
très largement  abondé  par  les  importations  américaines,  pourrait  donc  se  voir  « diriger »  par  le  
prix américain. Ce prix a été estimé par nos services, en cas de contingent à droits nuls significatif 
accordé aux Etats-Unis dans le cadre du TTIP, à 8,60 € /kg de carcasse2 (prix estimé au stade de 
gros tel que vendu en Europe). A titre de comparaison, le kg d’aloyau produit et vendu en Europe 
est aujourd’hui commercialisé à 13,70€/kg.
 
 
2  –  Une  baisse  de  revenu  impossible  à  amortir  pour  les  producteurs  français,  impactant 
l’ensemble de la filière et provoquant une destruction massive d’emplois3. 
 
  Selon  cette  même  estimation,  un  tel  choc  de  prix  sur  le  marché  européen  de  l’aloyau  entraînerait  une 
  baisse de 9,60 % du prix du jeune bovin payé au producteur français, soit de 30 à 60% du résultat courant 
  des exploitations spécialisées bovin viande

 
  Au vu du niveau de revenus actuel des exploitations (plus de 25% des exploitations d’élevage spécialisées 
  bovin viande disposant d’un RCAI inférieur à 10 000 €), ce sont ainsi 25 000 à 30 000 emplois directs à 
  temps  plein  d’éleveurs  bovin  viande  (sur  104 000  emplois  similaires  à  temps  pleins,  en  France)  qui 
  seraient mis en grand danger. 
   
  Parce  que  de  chacun  de  ces  emplois  à  temps  plein  d’éleveurs  bovin  viande  dépendent,  selon  l’étude 
  « Les emplois liés à l’élevage français » du GIS Elevage demain (Juin 2015), 0,76 emplois à temps plein 
  dits « indirects » (industrie de l’abattage-découpe, boucherie, …), ce sont au total entre 44 000 et 53 000 
  emplois  à  temps  plein  que  la  filière  viande  bovine  française  pourrait  perdre  face  à  la  concurrence 
  américaine. 
   
  Et  ce  bilan  pourrait  être  beaucoup  plus  lourd,  en  tenant  compte  des  emplois  induits  par  l’activité 
  d’élevage (c’est-à-dire générés par les dépenses des ménages des secteurs directs et indirects) et/ou créés 
par « effet de levier »  au sein du secteur, ce qui n’est pas le cas dans cette étude. 
                                                           
2  Estimation  basée  sur  le  prix  de  gros  pratiqué  en  2013  aux  Etats-Unis  (4.40  €  /  kg  de  carcasse,  source  USDA)  auquel  ont  été  ajoutés  la  prime 
habituelle  « sans  hormone »,  les coûts de  transport  vers  l’UE  ainsi  que  la  marge  grossiste.  L’année  2013  a été  choisie  car  c’est  un  intermédiaire 
entre  les  années  2008-2011  (où  le  prix  de  l’aloyau  vendu  en  UE  s’élevait  à  6.5  €)  et  2014-2015  où  les  prix  ont  explosé  aux  USA  en  raison  d’un 
manque conjoncturel de disponibilités. 
3 Estimation réalisée selon une approche contrefactuelle évaluant les conséquences qu’aurait eu la signature du TTIP et du CETA en 2009 sur les 
revenus des exploitations spécialisées bovin viande au cours des 5 dernières années. 

 




 
 
 
CONFIDENTIEL 
ANNEXES 
 
 
1 – Estimation des impacts potentiels du TTIP et du CETA sur le secteur français de la viande 
bovine : Méthodologie proposée. 
 
Etape 1 (novembre 2014) : analyse d’impact d’une ouverture de contingents à droits nuls sur les prix du 
jeune bovin français, à partir de cas-types d’exploitations spécialisées bovin viande françaises (base de 
données Réseaux d’élevage). Hypothèse retenue : ouverture de contingents CETA + TTIP d’environ 200 000 
tonnes. 
 
 
 
Source : Inosys Réseaux d’élevage - traitement Idele, 2014 – Voir détails de cette estimation dans le 
document annexe intitulé «
Estimation de l’impact du TTIP et du CETA sur le revenu des éleveurs bovins 
viande en France»
 
Etape 2 : Estimation des pertes d’emplois directs (éleveurs bovin viande) induites par la perte de chiffre 
d’affaires hors subvention des activités bovines : 
 

Estimation du recul du CA bovins hors subvention des exploitations (base de données = Comptes de 
l’Agriculture de la Nation) 

Approche des baisses d’emplois induites : 
 
 
% de baisse du prix du JB  
 
 
 
 
 
 
 

 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
2– Etude « Les emplois liés à l’élevage français », GIS Elevage demain, Juin 2015 – Notice 
méthodologique et résultat concernant la filière viande bovine. 

 

 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
 
 

 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
 
 

 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10 
 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
3 -    Etude  « Estimation  de  l’impact  du  TTIP  et  du  CETA  sur  le  revenu  des  éleveurs  bovins  viande  en 
France », IDELE pour INTERBEV, 2014 
 
 
 
 
 
11 
 



 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
 
 
 
12 
 




 
 
 
CONFIDENTIEL 
 
13