This is an HTML version of an attachment to the Freedom of Information request 'The 61st-90th Commission replies to confirmatory applications issued in 2019'.




DOC 
30
Ref. Ares(2020)4117196 - 05/08/2020
COMMISSION EUROPÉENNE 
Bruxelles, 14.3.2019 
C(2019) 2174 final 
 
  
Cabinet d'avocats Gide Loyrette 
Nouel A.A.R.P.I. 
26-38 Rue de l'Industrie
1040 Bruxelles
Belgique
DECISION DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONFORMEMENT A L'ARTICLE 4 DES
REGLES DE MISE EN ŒUVRE DU REGLEMENT (CE) N° 1049/20011
Objet: 
votre demande confirmative d’accès à des documents au titre du 
règlement (CE) nº 1049/2001 – GESTDEM 2018/5230 


Je  me  réfère  à  votre  lettre  du  10  janvier  2019,  enregistré  le  11  janvier  2019,  par 
laquelle  vous  introduisez  une  demande  confirmative  conformément  à  l'article 7, 
paragraphe 2, du règlement (CE) n° 1049/2001 relatif à l'accès du public aux documents 
du Parlement européen, du Conseil et de la Commission2 (ci-après le « règlement (CE) n°
1049/2001 »).  
1.
OBJET DE VOTRE DEMANDE
Par votre demande initiale du 4 Octobre 2018, adressée au Service juridique, vous avez 
demandé  l’accès  à  «  toutes  les  écritures  de  la  France  et  de  la  Commission,  échangées 
dans le cadre de la procédure du précompte mobilier devant la Cour de Justice de l'Union 
européenne (affaire C-416/17, Commission / France) désormais clôturée suite à l'arrêt C-
416/173 rendu le 04.10.2018 ».
La Commission européenne a identifié les documents suivants qui correspondent à votre 
demande : 
1
Journal officiel L 345 du 29.12.2001, p. 94. 
2
Journal officiel L 145 du 31.5.2001, p. 43. 
3
Arrêt de la Cour de justice du 4 octobre 2018, Commission européenne / République française
C-416/17, ECLI:EU:C:2018:811.
Commission européenne, 1049 Bruxelles, BELGIQUE - Tél. +32 22991111 

 
 
La  requête  déposée  par  la  Commission  européenne,  Ares(2017)3442770 
(ci-après « document 1 »);  
 
Le  mémoire  en  réplique  déposé  par  la  Commission  européenne, 
Ares(2018)2414489 (ci-après « document 2 »); 
 
Le  mémoire  en  défense  déposé  par  la  République  française, 
Ares(2017)4833537 (ci-après « document 3 »); 
 
Le  mémoire  en  duplique  déposé  par  la  République  française, 
Ares(2018)56847 (ci-après « document 4 »). 
Dans le cadre de sa réponse initiale du 19 décembre 2018, le Service juridique a octroyé 
un accès intégral aux documents 1 et 2. Le Service juridique a cependant refusé l’accès 
aux  documents  3  et  4  sur  base  des  exceptions  prévues  à  l'article  4,  paragraphe  2, 
deuxième et troisième tirets du règlement (CE) no 1049/200, à la suite de la consultation 
des autorités françaises, conformément à l’article 4, paragraphes 4 et 5 du règlement (CE) 
no 1049/2001.   
Par  votre  demande  confirmative,  vous  sollicitez  un  réexamen  de  cette  position.  Vous 
appuyez  votre  demande  par  des  arguments  détaillés,  que  je  passerai  en  revue  dans  les 
sections correspondantes ci-dessous. 
2. 
ÉVALUATION ET CONCLUSIONS AU TITRE DU REGLEMENT (CE) N° 1049/2001 
Lors  de  l'évaluation  d'une  demande  confirmative  d'accès  à  des  documents  introduite 
conformément  au  règlement  (CE)  n° 1049/2001,  le  Secrétariat  général  procède  à  un 
nouvel examen de la réponse donnée par la direction générale compétente au stade initial.  
2.1. 
Consultation des autorités françaises 
Les documents demandés émanent des autorités françaises. L’article 4, paragraphe 4, du 
règlement  (CE)  n°  1049/2001  dispose  que  «  dans  le  cas  de  documents  de  tiers, 
l'institution consulte le tiers afin de déterminer si une exception prévue au paragraphe 1 
ou 2 est d'application, à moins qu'il ne soit clair que le document doit ou ne doit pas être 
divulgué ». En vertu de l’article 4, paragraphe 5, règlement (CE) n° 1049/2001, « un État 
membre peut demander à une institution de ne pas divulguer un document émanant de cet 
État sans l’accord préalable de celui-ci ». 
Conformément aux dispositions de l’article 4, paragraphes 4 et 5, du règlement (CE) n° 
1049/2001 et compte-tenu des arguments avancés dans votre demande confirmative, une 
nouvelle  consultation  des  autorités  françaises,  en  tant  que  tiers,  a  été  engagée  par  le 
Secrétariat général.  
Dans  le  cadre  de  celle-ci,  les  autorités  françaises  ont  marqué  leur  accord  avec  une 
divulgation partielle des documents en question, sur le fondement de l’exception prévue à 
l'article  4,  paragraphe  2,  deuxième  tiret  du  règlement  (CE)  n°  1049/2001,  relative  à  la 
protection des procédures juridictionnelles et des avis juridiques. 


 
Les  autorités  françaises  ont  indiqué  que  la  divulgation  de  l’intégralité  des  documents 
demandés porterait atteinte aux contentieux respectifs qui sont toujours pendants devant 
les juridictions nationales, à savoir :  
-  d’une  part,  les  contentieux  relatifs  aux  demandes  de  remboursement  d’impositions 
acquittées au titre du précompte mobilier ou de l'impôt sur les sociétés; et 
-  d’autre part, les recours en responsabilité introduits à la suite de la clôture de certains 
litiges, dans lesquels les demandes de restitution de précompte des requérants ont été 
définitivement rejetées par les juridictions nationales.  
Au  total,  plus  de  30  affaires  sont  en  effet  pendantes  à  ce  jour  devant  les  juridictions 
françaises. 
À cet égard, les autorités françaises ont indiqué que les documents sollicités ont un lien 
étroit  avec  ces  procédures  nationales,  en  ce  que  des  griefs  discutés  devant  la  Cour  de 
justice  seront  au  cœur  des  procédures  nationales  pendantes,  notamment  la  prise  en 
compte  de  l’imposition  acquittée  par  les  sous-filiales  (1er  grief)  et  les  preuves  de  ces 
impositions que l’administration peut exiger des sociétés requérantes (2ème grief). 
En effet, dans l'ensemble des dossiers pendants devant les juges du fond ou dans le cadre 
des  recours  en  responsabilité  de  l'État,  les  sociétés  doivent  désormais  chiffrer  leurs 
prétentions  à  la  lumière  des  principes  posés  par  la  Cour  de  justice  dans  son  arrêt  du  4 
octobre  2018  en  établissant  le  niveau  d'imposition,  supporté  soit  au  niveau  de  la  filiale 
communautaire  distributrice  de  premier  rang,  soit  au  niveau  des  sous-filiales 
communautaires,  des  bénéfices  dont  la  redistribution  a  donné  lieu  au  paiement  du 
précompte en litige. 
2.2. 
Appréciation  de  la  Commission  européenne  -  Vérification  à  première 
 
vue des motifs de refus avancés par la République française 
Après  avoir  procédé  à  une  analyse  à  première  vue  des  arguments  avancés  par  les 
autorités françaises, conformément à la jurisprudence de la Cour de Justice et du Tribunal 
de l’Union européenne, j’en suis arrivé à la conclusion qu’ils justifient la non-divulgation 
de  certaines  parties  des  documents  concernés,  lesquelles  doivent  être  protégées  par  les 
exceptions prévues à l’article 4, paragraphe 2, deuxième tiret relative à la protection des 
procédures  juridictionnelles  et  des  avis  juridiques  ainsi  que  l’article  4,  paragraphe  1, 
point b) relative la protection de la vie privée et de l'intégrité de l'individu  du règlement 
(CE) n° 1049/2001, pour les raisons exposées ci-après. 
2.2.1. 
Protection des procédures juridictionnelles et des avis juridiques 
L’article 4, paragraphe 2, deuxième tiret du règlement (CE) n° 1049/2001 prévoit que les 
institutions refusent l’accès à un document dans le cas où sa divulgation porterait atteinte 
à la protection des procédures juridictionnelles et des avis juridiques. 
Dans l’arrêt C-514/07, la Cour de justice a établi que « il ne saurait être exclu que […] la 
divulgation de mémoires concernant une procédure juridictionnelle clôturée, mais liée à 


 
une  autre  procédure  encore  pendante,  puisse  donner  lieu  à  un  risque  d’atteinte  à  cette 
dernière procédure, notamment  lorsque les parties à celle-ci  ne sont pas les mêmes que 
celles à la procédure clôturée. […] Toutefois, un tel risque dépend de plusieurs facteurs, 
dont  notamment  le  degré  de  similitude  entre  les  arguments  avancés  dans  les  deux 
procédures. »4 
Or,  en  l’espèce,  dans  le  cadre  des  procédures  nationales  en  cours  le  gouvernement 
français  entend  avancer  des  arguments  similaires  à  ceux  dont  il  s’est  prévalu  dans  le 
cadre de l’affaire C-416/17 car les griefs discutés devant la Cour de justice sont au cœur 
des  procédures  nationales  pendantes,  notamment  la  prise  en  compte  de  l’imposition 
acquittée  par  les  sous-filiales  (1er  grief)  et  les  preuves  de  ces  impositions  que 
l’administration peut exiger des sociétés requérantes (2ème grief).  
Par  conséquent,  il  semble  exister  un  lien  étroit  entre  l’affaire  C-416/17,  dans  lequel  les 
mémoires ont été déposés, et les procédures nationales en cours. Dès lors, il en résulte un 
risque  raisonnablement  prévisible  et  non-hypothétique  que  la  divulgation  intégrale  de 
documents en cause porterait atteinte aux procédures nationales en cours. 
Eu  égard  aux  considérations  qui  précèdent,  les  documents  3  et  4  ne  peuvent  être  que 
partiellement divulgués. 
En ce qui concerne passages occultés des documents 3 et 4, j'ai le regret de vous informer 
que je dois confirmer la décision initiale du Service juridique de refuser l'accès, sur base 
de  l’exception  visée  à  l'article  4,  paragraphe  2,  deuxième  tiret  du  règlement  (CE) 
n° 1049/2001  relative  à  la  protection  des  procédures  juridictionnelles  et  des  avis 
juridiques.  Les  parties  non-divulguées  reflètent  les  arguments  avancés  par  les  autorités 
françaises dans le cadre des 1er et 2ème griefs discutés devant la Cour de justice.  
Dans le cadre de votre requête confirmative, vous demandez « a minima, un accès partiel 
aux  écritures  de  la  France,  et  plus  précisément  des  paragraphes  ayant  déjà  fait  l'objet 
d'une  citation  ou  d'un  renvoi  dans  des  documents  désormais  accessibles  au  public  ». 
Concrètement,  vous  demandez  l’accès  aux  paragraphes  des  mémoires  de  la  France  qui 
font objet de références dans le cadre des conclusions de l'Avocat Général M. Wathelet5 
(par  exemple,  voy.  paragraphes  54,  63  et  74)  et  des  mémoires  de  la  Commission 
européenne.  
Or, il convient de souligner que nonobstant le fait que ces documents, qui font référence 
à  certains  des  arguments  avancés  par  le  gouvernement  français  dans  ses  propres 
mémoires,  sont  devenus  publics,  les  arguments  des  autorités  françaises  ne  le  sont  pas 
devenus pour autant. En effet, lesdits arguments sont uniquement paraphrasés et résumés 
par la Commission européenne et l'Avocat Général et cela d’une façon moins détaillée.  
                                                 

Arrêt  de  la  Cour  de  justice  du  21  septembre  2010,  Suède  e.a.  /  API  et  Commission,  C-514/07  P, 
ECLI:EU:C:2010:541, paragraphes 132 et 133. 
5   Conclusions  de  l’Avocat  générale  M.  Melchior  Wathelet  présentées  le  25  juillet  2018,  C-416/17, 
ECLI:EU:C:2018:626. 


 
A cet égard, il convient à rappeler que dans l’arrêt T-204/99 le Tribunal a établi que « il 
est pertinent, pour apprécier la possibilité d'accorder l'accès aux documents en cause, de 
tenir  compte  de  la  nature  et  du  caractère  plus  au  moins  détaillé  des  informations 
contenues dans ces derniers. Dès lors, le requérant n'est pas fondé à tirer argument du fait 
que le document […], traitant du même sujet que les documents auxquels l'accès lui a été 
refusé, lui a été communiqué. Comme le Conseil l'a expliqué, ce document […] constitue 
un résumé […] et ne contient aucune information sur le fond des dossiers en cause, ce qui 
aurait justifié sa divulgation. »6 
Par conséquent, je considère que votre argument relatif au fait qu’une partie des écritures 
des  autorités  françaises  a  déjà  fait  l'objet  d'une  citation  ou  d'un  renvoi  dans  des 
documents  désormais  public  n’est  pas  en  mesure  de  remettre  en  cause  la  conclusion  à 
première  vue,  selon  laquelle  certains  des  passages  occultés  des  documents  3  et  4  ne 
peuvent être divulgués, à ce stade, au titre de l’exception visée à l'article 4, paragraphe 2, 
deuxième  tiret  du  règlement  (CE)  n° 1049/2001  relative  à  la  protection  des  procédures 
juridictionnelles et des avis juridiques. 
2.2.2. 
Protection de la vie privée et de l'intégrité de l'individu 
L'article  4,  paragraphe  1,  point  b)  du  règlement  (CE)  n°  1049/2001  dispose  que  « [l]es 
institutions refusent l'accès à un document dans le cas où la divulgation porterait atteinte 
à  la  protection  (…)  de  la  vie  privée  et  de  l'intégrité  de  l'individu,  notamment  en 
conformité  avec  la  législation  communautaire  relative  à  la  protection  des  données  à 
caractère personnel ».  
Conformément  à  la  jurisprudence  Bavarian  Lager7,  lorsqu’une  demande  fondée  sur  le 
règlement  (CE)  n°  1049/2001  vise  à  obtenir  l’accès  à  des  documents  comprenant  des 
données  à  caractère  personnel,  les  dispositions  du  règlement  (CE)  n°  45/20018  (abrogé 
par le règlement (UE) n° 2018/17259) deviennent intégralement applicables. 
Selon  la  définition  de  l’article  3,  paragraphe 1  du  règlement  (UE)  n°  2018/1725,  on 
entend  par  «“données  à  caractère  personnel”:  toute  information  se  rapportant  à  une 
personne  physique  identifiée  ou  identifiable  […];  est  réputée  être  une  «personne 
physique  identifiable»  une  personne  physique  qui  peut  être  identifiée,  directement  ou 
indirectement,  notamment  par  référence  à  un  identifiant,  tel  qu’un  nom,  un  numéro 
d’identification, des données de localisation, un identifiant en ligne, ou à un ou plusieurs 
                                                 

Arrêt du Tribunal de première instance du 12 juillet 2001, Mattila / Conseil et Commission, T-204/99, 
ECLI:EU:T:2001:190, paragraphe 64. 

Arrêt de la Cour de justice du 29 juin 2010, Commission / Bavarian Lager, C‑ 28/08 P, 
EU:C:2010:378, paragraphes 60 et 63. 
8   Règlement  (CE)  n°  45/2001 du  18  décembre  2000  relatif  à  la  protection  des  personnes  physiques  à     
l'égard du traitement des données à caractère personnel par les institutions et organes communautaires 
et à la libre circulation de ces données, Journal officiel L 8 du 12.1.2001, p. 1. 
9   Règlement  (UE)  2018/1725  du  Parlement  européen  et  du  Conseil  du  23  octobre  2018  relatif  à  la 
protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel par les 
institutions, organes et organismes de l’Union et à la libre circulation de ces données,  et abrogeant le 
règlement (CE) n° 45/2001 et la décision n° 1247/2002/CE, Journal officiel  L 295 du 21.11.2018, p. 
39. 


 
éléments  spécifiques  propres  à  son  identité  physique,  physiologique,  génétique, 
psychique, économique, culturelle ou sociale ». 
En l'espèce, les documents auxquels vous demandez accès contiennent des signatures des 
agents 
du 
gouvernement 
français. 
Ces 
données 
biométriques 
constituent 
incontestablement  des  données  à  caractère  personnel  au  sens  de  la  jurisprudence 
susmentionnée. 
Conformément à l’article 9, paragraphe 1 du règlement (UE) n° 2018/1725, les données à 
caractère personnel ne peuvent être transférées que si «  
a)  le destinataire établit que les données sont nécessaires à l’exécution d’une mission 
d’intérêt public ou relevant de l’exercice de l’autorité publique dont est investi le 
destinataire; ou 
b)  le destinataire établit qu’il est nécessaire que ces données soient transmises dans 
un but spécifique d’intérêt public et le responsable du traitement établit, s’il existe 
des  raisons  de  penser  que  cette  transmission  pourrait  porter  atteinte  aux  intérêts 
légitimes  de  la  personne  concernée,  qu’il  est  proportionné  de  transmettre  les 
données  à  caractère  personnel  à  cette  fin  précise,  après  avoir  mis  en  balance, 
d’une manière vérifiable, les divers intérêts concurrents. » 
Ces deux conditions sont cumulatives.10 
Or, votre demande confirmative ne présente aucune justification expresse et  légitime ni 
aucun  argument  qui  tendrait  à  démontrer  la  nécessité  du  transfert  des  données 
personnelles  susmentionnées  conformément  à  la  jurisprudence  Bavarian  Lager.  Par 
conséquent  la  Commission  européenne  n'est  pas  en  mesure  de  mettre  en  balance  les 
différents  intérêts  des  parties  en  cause,  ni  de  vérifier  s’il  n’existait  aucune  raison  de 
penser  que  ce  transfert  pourrait  porter  atteinte  aux  intérêts  légitimes  des  personnes 
concernées,  comme  le  prescrit  l’article  9,  paragraphe 1,  point  b)  du  règlement  (UE)  n° 
2018/1725. 
Le  fait  que,  contrairement  aux  exceptions  prévues  à  l’article  4,  paragraphes  2  et  3, 
l’article  4,  paragraphe  1,  point  b),  du  règlement  (CE)  n°  1049/2001  constitue  une 
exception  absolue  qui  n’oblige  pas  l’institution  concernée  à  mettre  en  balance  l’intérêt 
protégé  par  rapport  à  un  éventuel  intérêt  public  supérieur  justifiant  la  divulgation  en 
question ne fait que renforcer cette conclusion. 
J'en  conclus  que  les  données  biométriques  contenus  dans  les  documents  auxquels  vous 
demandez  accès  sont  également  protégés  sur  base  de  l'exception  prévue  à  l'article  4, 
paragraphe 1, point b) du règlement (CE) n° 1049/2001. 
                                                 
10  L’arrêt dans l’affaire Commission / Bavarian Lager, cité ci-dessus, paragraphes 77-78. 


 
3. 
L'INTERET PUBLIC SUPERIEUR JUSTIFIANT LA DIVULGATION DES DOCUMENTS 
L’exception visée à l'article 4, paragraphe 2, deuxième tiret (la protection des procédures 
juridictionnelles et des avis juridiques) du règlement (CE) n° 1049/2001 ne s'applique pas 
s'il existe un intérêt public supérieur justifiant la divulgation des documents. Cet intérêt 
doit, premièrement, être public et, deuxièmement, l’emporter sur le préjudice causé par la 
divulgation. 
Dans  le  cadre  de  votre  demande  confirmative,  vous  faites  valoir  que  « les  principes  de 
transparence et le droit à un recours effectif dont découle le principe d'égalité des armes, 
reconnus  en  droit  européen,  constituent  des  intérêts  publics  supérieurs  devant  primer, 
compte tenu des circonstances de l‘espèce, sur la défense de la République française dans 
le cadre des contentieux nationaux. » 
Vous  indiquez  également  que  « les  requérants  doivent  être  placés  à  armes  égales  avec 
l'administration  fiscale.  Dans  ces  contentieux  un  accès  effectif  à  la  justice  devant  les 
tribunaux  nationaux  est  primordial  pour  les  justiciables  afin  de  garantir  l'application 
effective du droit de l'Union européenne. »  
Toutefois,  selon  une  jurisprudence  bien  établie,  des  considérations  aussi  générales  ne 
sauraient  être  de  nature  à  établir  que  la  divulgation  de  documents  peut  primer  sur  les 
raisons justifiant le refus de divulgation des documents en question.11 
En  outre,  et  à  titre  subsidiaire,  je  ne  partage  pas  votre  conclusion  selon  laquelle  le 
principe de l’égalité des armes justifierait la  divulgation de documents en question. En 
effet,  c’est  précisément  la  divulgation  intégrale  de  mémoires  concernées  qui  serait 
susceptible  de  fausser  l’équilibre  indispensable  entre  les  parties  dans  les  procédures 
nationales en cours, dans la mesure où seules les autorités françaises concernées, et non 
l’ensemble des parties aux procédures, seraient soumises à l’obligation de divulgation de 
leurs arguments. 
Je n’ai pas non plus été en mesure d’identifier un tel intérêt public supérieur capable de 
primer  sur  la  protection  des  procédures  juridictionnelles  consacrée  par  l’article  4, 
paragraphe 2, deuxième tiret du règlement (CE) n° 1049/2001. 
4. 
ACCES PARTIEL 
Conformément  à  l'article 4,  paragraphe 6,  du  règlement  (CE)  n° 1049/2001,  un  accès 
partiel  a  été  accordé.  Les  parties  qui  restent  non  divulguées  sont  protégées  sur  base  de 
l’exception  de  l'article  4,  paragraphe  2,  deuxième  tiret  relative  à  la  protection  des 
procédures  juridictionnelles  et  des  avis  juridiques,  ainsi  que  l’article  4,  paragraphe  1, 
point b) relative la protection de la vie privée et de l'intégrité de l'individu du règlement 
(CE) n° 1049/2001, pour les raisons exposées ci-dessus.  
                                                 
11  L’arrêt dans l’affaire  Liga para a Protecção da Natureza and Finland  / Commission, cité  ci-dessus, 
paragraphe 93. 



 
5. 
VOIES DE RECOURS 
Enfin,  j’appelle  votre  attention  sur  les  voies  de  recours  dont  vous  disposez  contre  la 
présente  décision.  Vous  pouvez  former  un  recours  devant  le  Tribunal  de  l’Union 
européenne  ou  déposer  une  plainte  auprès  du  Médiateur  européen,  selon  les  conditions 
exposées  respectivement  aux  articles 263  et 228  du  traité  sur  le  fonctionnement  de 
l’Union européenne. 
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma considération distinguée. 
 
 
Pour la Commission  
Martin SELMAYR 
Secrétaire général 

 
 
Annexes: (2)