Ceci est une version HTML d'une pièce jointe de la demande d'accès à l'information 'Human Rights Issues in Southern Cameroons'.


REPUBLIQUE DU CAMEROUN 
Paix – Travail – Patrie 
-------- 
COMMISSION NATIONALE DES DROITS                        
DE L’HOMME ET DES LIBERTES 
---------- 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 

MISSION D’OBSERVATION ET D’INVESTIGATION DE LA CNDHL AU SUJET DES 
CAS DE VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME OCCASIONNES PAR LES 
MOUVEMENTS D’HUMEUR DANS LES REGIONS DU NORD-OUEST ET DU SUD-
OUEST DU 1ER AU 4 FEVRIER 2017 
 
 
 
 
 
 

RAPPORT  
 

Avant- propos 
 
Après avoir suivi pendant un certain temps les mouvements d’humeur survenus dans 
les  Régions  du  Nord-ouest  et  du  Sud-ouest  et  suite  à  une  mission  de  la  Commission 
Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) menée du 1er au 4 février 2017 
dans le but de recueil ir de plus amples informations relatives à cette crise, l’on est en droit 
d’affirmer que les manifestations provoquées suite aux revendications des Avocats praticiens 
de la Common Law  et des Syndicats des enseignants du sous-système de l'éducation anglo-
saxon au Cameroun ont pris une autre tournure, mettant ainsi en évidence un réel problème 
de gouvernance.  
 
Il  apparaît  ainsi  clairement  qu'il  existe  un  conflit  dans  les  deux  régions  entre  les 
gouvernants  et  les  gouvernés,  entre  les  autorités  publiques  et  la  société  civile.  Les  deux 
parties dans ce conflit ont des préoccupations substantiel es qu'il est impératif de comprendre 
pour trouver des solutions durables.  
 
Chacune des parties doit jouer son rôle en vue d'une sortie de crise. Chaque camp doit 
apprendre à écouter attentivement l'autre et éviter de recourir à la violence pour imposer sa 
position ou de prendre des mesures de rétorsion. Refuser de suivre cette voie, serait ouvrir 
grandement la porte à la violence et aurait pour conséquence l'insécurité de nos vies et de 
nos biens. Un dialogue bien mené est nécessaire à la résolution de ce problème. Il s'agirait 
en l’occurrence d'un dialogue coordonné par un médiateur en vue d'une analyse adéquate de 
la  situation.  Jusqu'ici,  force  est  de  constater  que  le  dialogue  initié  souffre  de  l'absence  de 
médiateurs crédibles et acceptés par toutes les parties. 
 
La Loi n° 2004/016 du 22/07/2004 modifiée par cel e nº 2010/004 du 13/04/2010 crée la 
Commission  Nationale  des  Droits  de  l'Homme  et  des Libertés  (CNDHL)  qui  est  l'institution 
nationale de promotion et de protection des droits de l'homme du Cameroun. Conformément 
aux  Principes  de  Paris  de  1993,  une  institution  nationale  des  droits  de  l'homme  est  une 
institution  indépendante  qui  joue  un  rôle  neutre  entre  les  autorités  publiques  (institutions 
gouvernementales) et la société civile. Elle est bien placée pour comprendre les aspirations 
de  la  Société  civile  en  même  temps  que  les  efforts  déployés  par  le  Gouvernement  pour 
satisfaire  ces  aspirations.  À  cet  égard,  les  articles  2  et  3  de  la  loi  instituant  la  CNDHL 
l'autorisent entre autres à : 
 
-  recevoir toutes dénonciations portant sur les cas de violation des droits de l'homme et 
des libertés; 
-  diligenter toutes enquêtes et procéder à toutes investigations nécessaires sur les cas 
de violation des droits de l'homme; 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

-  proposer aux pouvoirs publics les mesures à prendre dans le domaine des droits de 
l’homme et des libertés ;  
-  intervenir et user de la médiation entre les parties en matière de droits de l'homme. 
 
La CNDHL est intervenue dans la région de l'Extrême-nord en 2014 et a ainsi contribué 
à  améliorer  la  compréhension  et  la  coopération  entre  la  Société  civile  et  les  Autorités 
publiques de cette région dans la conduite de la guerre contre Boko Haram. Dans le présent 
rapport de mission, après avoir fait état de la situation dans les régions du Nord-ouest et du 
Sud-ouest,  la  CNDHL  fait  des  propositions  conséquentes.  Chacune  des  parties  dans  ce 
conflit doit rapidement prendre des mesures pour une issue pacifique et réussie de la crise.  
 
La  CNDHL  entend  continuer  à  assurer  la  médiation  dans  la  recherche  de  solutions 
durables devant conduire à une sortie de crise définitive, dans la limite de ses moyens. 
 
 

Chemuta Divine BANDA 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

INTRODUCTION GENERALE 
 
Aux termes des dispositions de l’article 1er de la Loi n° 2004/016 du 22 Juillet 2004 
portant création, organisation et fonctionnement de la Commission Nationale des Droits de 
l’Homme et  des  Libertés (CNDHL), modifiée  et  complétée par la  loi n°  2010/004 du 13 
avril  2010,  la  CNDHL  est  une  institution  indépendante  de  consultation,  d’observation, 
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection en matière des 
droits de l’homme.  
 
A ce titre, elle peut : 
-  recevoir  toutes  les  dénonciations  portant  sur  les  cas  de  violations  des  droits  de 
l’homme et des libertés ; 
-  diligenter  toutes  enquêtes  et  procéder  à  toutes  investigations  nécessaire  sur  les 
cas de violations de droits de l’homme et des libertés et en fait rapport au Président 
de la République ;  
-  saisir toutes autorités des cas de violation des droits de l’homme et des libertés ;  
-  procéder, en tant que de besoin, aux visites des établissements pénitentiaires, des 
commissariats  de  police  et  des  brigades  de  gendarmerie,  en  présence  du 
Procureur  compétent  ou  de  son  représentant.  Ces  visites  peuvent  donner  lieu  à 
rédaction d’un rapport adressé aux autorités compétentes ;  
-  étudier toutes questions se rapportant à la promotion et à la protection des droits 
de l’homme et des libertés ;  
-  proposer aux pouvoirs publics les mesures à prendre dans le domaine des droits 
de l’homme et des libertés ;  
-  vulgariser par tous les moyens,  les instruments relatifs aux droits de l’homme et 
aux  libertés  et  veiller  au  développement  d’une  culture  des  droits  de  l’homme  au 
sein du public : par l’enseignement, l’information et l’organisation des  conférences 
et séminaires ;  
-  recueillir et diffuser la documentation internationale relative aux droits de l’homme 
et aux libertés.     
 
En  faisant  usage  de  ses  compétences  et  des  attributions  de  médiation  et  de 
conciliation  qui  lui  sont  reconnues  par  les  dispositions  de  l’article  3  alinéa  4  de  la  Loi 
précitée et de sa mission d’investigation définie par l’article 5 alinéa 2 de la même Loi, la 
CNDHL  s’est  déployée  en  mobilisant  deux  équipes  du  1er  au  4  février  2017  dans  les 
régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun. Ces deux équipes étaient conduites 
respectivement par Monsieur le Président de la CNDHL pour la descente à Bamenda et 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

par Monsieur le Vice-président de la CNDHL pour la descente à Buéa.  
 
L’objectif poursuivi par cette mission était de s’enquérir de la situation sur le terrain 
et  de  mener  des  investigations  sur  les  allégations  de  cas  de  violation  des  droits  de 
l’homme occasionnés par la crise anglophone. 
 
Il était aussi question de comparer les faits et les chiffres obtenus à Yaoundé avec 
ceux fournis sur le théâtre des évènements, de déterminer les cas de violations des droits 
de l’homme horizontalement et verticalement et d’en identifier les auteurs, de mener des 
entretiens  avec  les  responsables  de  ces  régions  à  différents  niveaux  dans  le  but  de 
rechercher les solutions visant à restaurer ces droits et à rétablir le dialogue sur toutes les 
questions pouvant permettre une sortie de crise.   
 
Le présent Rapport s’articule autour de deux grandes parties : le déroulement de la 
mission (I),  les observations et les propositions de la CNDHL (II). 
 
I.  DEROULEMENT DE LA MISSION  
 
Le  1er  février  2017,  les  deux  équipes  ont  rendu  des  visites  de  courtoisie  aux 
Gouverneur des deux régions.   
 
Les 2 et 3 février 2017, les activités des deux équipes ont porté sur la rencontre avec 
les Autorités Publiques, de la Société civile et la visite des sites préalablement identifiés.  
 
A.  VISITE DES SITES  
 
S’agissant de la Première Phase, elle a concerné les inspections faites dans certains 
Sites où les bâtiments publics avaient été détruits lors des manifestations violentes et la 
vérification des cas d’allégation de violation des droits de l’homme dénoncés auprès de la 
CNDHL.  
 
Pour vérifier la véracité des dénonciations portées à son attention, les deux équipes 
ont visité tour à tour :  
 
 
A Bamenda 
 
La  délégation  que  conduisait  le  Dr.  Chemuta  Divine  BANDA,  a  visité  les  sites  et 
bâtiments publics sinistrés ; il s’agissait :  
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 





-  des  locaux  abritant  le  Commissariat  de  Police  du  3ème  Arrondissement  à  Metta 
Quarter, réduits en cendres ; 
-  quatre  véhicules  incendiés  à  SONAC  Street,  dans  l’enceinte  des  locaux 
qu’occupent ELECAM, les Services de Douanes et de l’ARMP. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
-  au Congress Hall pour vérifier les allégations de violations des droits de l’homme 
relatives aux faits d’extorsions des fonds que subiraient les personnes interpellées ; 
-  au CENAJES pour avoir des renseignements exacts au sujet de la discrimination 
des anglophones dénoncée dans le concours d’entrée  au sein de cette institution 
où  il  était  dit  que  sur  132  admis  dans  cette  institution  il  n’y  avait  que  deux 
anglophones ; 
-  à la Légion de gendarmerie, l’équipe a rencontré le Commandant de la Légion et a 
visité les cellules où étaient détenus huit (8) personnes interpellées dans le cadre 
des manifestations à Bamenda ; 
-  au  Commissariat  Central,  la  délégation  a  rencontré  le  Chef  de  cette  unité  qui  a 
affirmé n’avoir aucun détenu dans le cadre des manifestations ;  
-  la  Division  régionale  de  la  police  judiciaire  du  Nord-ouest  où  le  Commissaire  de 
cette  unité  a  déclaré  détenir  dans  ses  cellules  quatre  (4)  personnes  interpellées 
dans le cadre des manifestations ;  
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

-  au lieu de l’arrestation du nommé Mancho Bibixy (actuellement détenu à la prison 
principale  de  Yaoundé),  un  domicile  privé,  pour  vérifier  les  allégations  de 
destruction des biens.  
  A Buéa 
 
La  délégation  conduite  par  le  Vice-président,  Pr.  James  MOUANGUE  KOBILA  a 
visité :  
-  la gare routière de Miles 17 où cinq (5) boutiques étaient incendiées ; 
-  l’Université  de  Buéa  qui  a  été  le  théâtre  de  la  grève  des  étudiants  de  ladite 
institution universitaire ;  
-  l’hôpital de l’église adventiste du 7ème jour pour vérifier l’exactitude de l’information 
relative au présumé viol subi par une étudiante de l’Université de Buéa reçue dans 
cette formation hospitalière ; 
-  la Prison centrale de Buéa pour vérifier l’allégation de détention des mineurs dans 
cet établissement pénitentiaire et les tortures subies lors de leurs interpellations par 
les Forces du maintien de l’ordre ;  
-  la Brigade de gendarmerie et le Bureau régional de l’Equipe Spéciale d’Intervention 
Rapide  (ESIR)  pour  vérifier  l’allégation  d’actes  de  brutalité  commis  par  les 
populations sur  certains agents de la Police et de la Gendarmerie. 
 
B.  RENCONTRE AVEC LA SOCIETE CIVILE 
 
Les  deux  équipes  de  la  CNDHL  ont  tenu  des  séances  de  travail  avec  la  Société 
civile  composée  des  autorités  traditionnelles,  des  autorités  religieuses,  des  leaders 
politiques,  des  partis  politiques,  des  hommes  d’affaires,  des  syndicats,  des  ONG,  des 
avocats, des journalistes, des associations de défense des droits de l’Homme affiliées à la 
CNDHL, des étudiants et des parents. 
 
Il ressort des échanges les préoccupations (1) et les solutions proposées (2). 
 
1.  Les préoccupations de la société civile 
 
Ces préoccupations sont répertoriées dans le tableau ci-dessous. 
N° 
PREOCCUPATIONS 
NORD-OUEST  SUD-OUEST 
1.    La  Militarisation  excessive  des  Régions  qui  créé 

une psychose généralisée au sein de la population. 
   
   
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

2.    Les arrestations arbitraires. 
   
   
3.    Les  intimidations  des  populations  par  le  biais  des 
messages électroniques, les Forces de maintien de 

l’ordre  (FMO),  certaines  autorités  administratives 
   
   
ainsi que la population.  
4.    Les arrestations à des heures tardives des citoyens 
par  les  FMO  avec  parfois  des  destructions  des 
   
   
biens.  
5.    les violations de domiciles par les FMO (arrestation 

des individus dans leurs domiciles). 
   
   
6.    Les  actes  de  torture  et  traitements  inhumains  ou 
dégradants  exercés  sur  les  citoyens  après  leur 
   
   
interpellation par les FMO. 
7.    L’interruption  de  l’accès  au  réseau  Internet  (cette 

punition collective est jugée inacceptable et injuste).  
   
   
8.    La déportation à Yaoundé des individus interpellés 
pour  être  jugés  alors  qu’il  existe  des  tribunaux 
   
   
militaires à Bamenda et à Buéa.  
9.    L’audition  systématique  des  citoyens  anglophones 
par des francophones qui leurs font signer des PV 
   
   
rédigés en français. 
10.   Les  téléphones  confisqués  par  les  FMO  lors  des 

arrestations et pendant les voyages.   
   
   
11.   L’absence  de  responsables  d’origine  anglophone 
au  sein  du  Gouvernement  dans  le  secteur  de 
l’éducation  alors  que  le  Cameroun  compte  deux 

sous-secteurs éducatifs (sur les huit (08) membres 
   
   
du  Gouvernement  en  charge  du  secteur  éducatif, 
aucun  n’est anglophone). 
12.   Les  pièces  et  autres  documents  saisis  entre  les 
mains des citoyens  lors des arrestations et  qui ne 

leurs  sont  pas  restitués  au  moment  de  leur 
   
   
libération.  
13.   La  faible  représentativité  des  jeunes  dans  les 
instances de négociation visant à la résolution de la 
   
 
crise.  
14.   Les  parents  jugent  inutile  d’envoyer  les  enfants  à 
   
 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

l’école  dans  un  environnement  où  ils  sont  sans 
avenir  (ceux  de  leurs  frères  qui  ont  été  à  l’école 
sont sans emploi et encore à la charge des parents. 
Ils  estiment  que  perdre  une  ou  deux  années  pour 
arranger ce problème est acceptable).   
15.   La religion est dévalorisée et ne fait plus partie des 
programmes scolaires ; ce qui explique la perte des 
valeurs  qui  entraine  la  dépravation  des  mœurs, 
   
   
rend vulnérable la société et contribue entre autres 
à la corruption.  
16.   Les  Chefs  traditionnels  ne  sont  plus  crédibles 
auprès des populations, car ils sont impliqués dans 
 

les  actes  de  corruption  et  la  dépossession  des 
   
terres des populations autochtones. 
17.   Les opérateurs économiques se trouvent dans une 
situation confuse entre le marteau et  l’enclume (le 
Maire  de  la  Commune  de  Buéa  menace  certains 
commerçants de sceller leurs boutiques au cas où 
 
   
ils  ne  les  ouvrent  pas  alors  que  les  populations 
menacent  de  bruler  ces  boutiques  si  elles  sont 
ouvertes.  
18.   La  création  de  la  Commission  Nationale  du 
Bilinguisme et du Multiculturalisme (CNBM) ne peut 
 

pas  résoudre  les  problèmes  soulevés  par  les 
   
anglophones.   
19.   Les parents sont mécontents car le contexte actuel 
de crise et les incompréhensions ne favorisent pas 
le  dialogue  franc  et  sincère  entre  les  parties 

prenantes et ils sont prêts à maintenir les enfants à 
   
   
la maison tant que des solutions idoines ne seront 
pas trouvées. 
20.   La population est opposée à l’option de sécession. 
Les  débats  politiques  sur  le  fédéralisme  doivent 
être suspendus et les parties prenantes doivent se 
 
   
focaliser  sur  la  mise  en  œuvre  de  la 
décentralisation prévue par la Constitution de 1996.    
21.   Certains  Responsables  des  services  judiciaires 
 
   
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 

 

d’expression anglaise qui traitent des cas de SCNC 
en  justice  sont  accusés  d’avoir  trahi  la  cause  des 
anglophones  et ils sont menacés. 
22.   Les  étudiants  sont  préoccupés  par  l’éventualité 
d’une déclaration d’année blanche dans le système 
   
   
éducatif. 
23.   La mauvaise communication du Gouvernement est 

de nature à radicaliser la population. 
   
   
24.   Les  autorités  locales    (Gouverneur,  Recteur  de 
l’université,  le  Préfet  et  le  Délégué  du 
Gouvernement de la ville de Buéa, le Commissaire 
 

de  Police,  le  Commandant  de  brigade  de 
   
gendarmerie)  traitent  les  populations  avec 
arrogance et doivent être remplacées. 
  
2.  Les solutions proposées par la société civile   
 
Pour une sortie de crise, le tableau ci-après décrit les solutions proposées.   
N° 
SOLUTIONS PROPOSEES 
NORD-OUEST  SUD-OUEST 
1.    Démilitariser les régions.  
   
   
2.    Reprendre  le  dialogue  avec  les  Avocats  et  les 
Enseignants,  sous  la  conduite  de  médiateurs 
(choisir comme médiateurs de la crise anglophone 

des  personnalités  à  l’instar  du  Président  de  la 
   
   
CNDHL,  de  l’ancien  Ministre  David  ABOUEM  A 
TCHOYI et du Cardinal Christian TUMI.   
3.    Libérer  de  manière  inconditionnelle  toutes  les 

personnes interpellées lors de la crise.  
   
   
4.    Libérer  les  deux  leaders  du  Consortium  (Dr. 
FONTEM NEBA et Me NKONGHO AGBOR BALLA) 
   
   
interpellés afin qu’ils lèvent le mot d’ordre de grève.  
5.    Eviter  la  discrimination  et  la  marginalisation  en 
nommant beaucoup plus d’anglophones aux postes 
   
   
de responsabilité.  
6.    Mettre  fin  aux  arrestations  arbitraires  et  aux  

intimidations.   
   
   
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
10 
 

7.    Rétablir dans l’urgence l’accès à l’Internet dans les 

régions anglophones.   
   
   
8.    Intégrer  les  jeunes  dans  les  instances  de 
négociations  chargées  de  résoudre  la  crise 
   
 
anglophone.   
9.    Résoudre le problème de l’emploi des jeunes.  
   
 
10.   Mettre  en  place  une  commission  vérité  et 
réconciliation pour panser les blessures nées de la 
   
 
crise anglophone.    
11.   Réintroduire  et  valoriser  l’enseignement  de  la 

religion dans les programmes scolaires.    
   
 
12.   Mettre  en  place  une  bonne  gouvernance  avec  les 
responsables humbles, ouverts aux préoccupations 
 

des  populations,  qui  communiquent  et  sont 
   
proactifs. 
13.   Les milles (1000) enseignants que l’Etat se propose 
de  recruter  doivent  être  d’expression  anglaise  et 
 

l’Etat doit respecter le quota légal des candidats lors 
   
des recrutements dans les grandes écoles. 
14.   Mettre  en  œuvre  dans  les  meilleurs  délais  les 
dispositions de la Constitution de 1996 relatives à la 
   
   
décentralisation. 
15.   Sanctionner les personnes coupables des violations 
 

des droits de l’homme sans aucune discrimination. 
   
16.   Remise en liberté de tous les mineurs  
 
   
 
 
C.  Rencontre avec les autorités publiques  
 
Au  cours  de  la  rencontre  avec  ces  Responsables,  les  échanges  ont  porté 
essentiellement  sur  les  préoccupations  soulevées  par  la  société  civile  et  les  solutions 
proposées.  Ce  qui  a  permis  à  ces  autorités  publiques  de  faire  leurs  observations  et 
propositions sur la crise.    
1)  Déclarations des autorités publiques 
Dans leurs interventions, elles ont  déclaré : 
-  que  la  crise  tourne  autour  des  opérations  de  maintien  de  l’ordre  et  du  droit  à  
l’éducation ; 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
11 
 



-  qu’en regrettant les pertes en vie humaines enregistrées, un Comité a été mis sur 
pied pour investiguer sur les cas d’allégations des violations des droits de l’homme 
perpétrées  lors  de  la  crise.  Les  résultats  de  ce  comité  seront  transmis  à  la 
hiérarchie pour action ; 
-  qu’il y a une montée inquiétante de la xénophobie (les anglophones ne veulent plus 
voir les francophones) ; 
-  qu’il  y  a  une  instrumentalisation  des  populations  par  des  individus  tapis  dans 
l’ombre ; 
-  que le Tribunal Militaire de Yaoundé a une compétence nationale. Cette juridiction 
peut  connaitre  des  faits  relevant  de  sa  compétence,  commis  sur  l’ensemble  du 
territoire ; 
-  que les deux langues officielles sont utilisées devant toutes les juridictions du pays 
et qu’au besoin, l’on peut recourir aux services des interprètes même pour ceux qui 
ne parlent aucune des langues officielles ;  
-  que l’absence des  avocats au tribunal dans la région  du Nord-ouest,  paralyse la 
justice : en effet, le droit d’accès à la justice qui est un droit fondamental n’est pas 
exercé depuis le début de la crise ;  
-  que les négociations ont été interrompues lorsque, contre toute attente, alors qu’un 
accord semblait être trouvé, la partie adverse  a lancé un mot d’ordre de ville morte 
à observer les Lundi et Mardi de chaque semaine ;  
-  que  depuis  le  début  de  la  crise,  les  forces  de  troisième  catégorie  ne  sont  pas 
intervenues dans la Région du Nord-ouest. 
 
 
 
 
 
 
 
-   
 
 
-  la CNDHL a été créée pour veiller au respect des droits de l’homme au Cameroun. 
Toutefois,  selon  les  autorités  du  Sud-Ouest,  elle  privilégie  beaucoup  plus  la 
protection des droits des auteurs des exactions que ceux des victimes ;  
-  les  mouvements  d’humeurs  initiés  par  les  syndicats  des  enseignants  ont  été 
récupérés par la population et échappent désormais au contrôle de leurs initiateurs. 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
12 
 

2)  Solutions proposées par les autorités publiques 
A l’issue de ces rencontres dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest avec les 
autorités suscitées, les solutions suivantes ont été proposées par elles :  
-  les personnes qui reconnaissent que leurs droits sont violés sont encouragées à se 
plaindre devant les instances compétentes ;  
-  les  autorités  administratives  pour  leur  part,  recommandent  à  la  CNDHL  de 
poursuivre l’éducation des populations sur leurs droits civiques ; 
-  chaque partie prenante doit jouer pleinement son rôle et se limiter à son domaine 
de compétence (syndicalistes, partis politiques, Association des Parents d’Elèves 
et Enseignants, etc…) ;  
-  les  élites  doivent  s’impliquer  dans  la  recherche  des  solutions  aux  problèmes 
posés ; 
-  les  mesures  doivent  être  prises  par  les  parties  prenantes  au  dialogue  dans  les 
brefs  délais  en  vue  de  la  levée  du  mot  d’ordre  de  grève  afin  que  les  cours 
reprennent ; 
-  les mesures doivent aussi être prises pour que les Avocats reprennent les activités 
afin de faciliter le droit d’accès à la justice. 
 
II. 
OBSERVATIONS ET PROPOSITIONS DE LA CNDHL 
 
La descente d’observation et d’investigation menée par la CNDHL, du 1er au 4 février 
2017 dans les deux régions anglophones du Cameroun lui a permis de répertorier certains 
faits et de proposer des suggestions qui pourraient faciliter la sortie de la crise.   
 
A)  Observations 
 
La CNDHL a :  
1.  apprécié la collaboration des autorités locales lors de la conduite des missions de 
la CNDHL dans le cadre de la crise anglophone ;  
2.  constaté le non-respect de la liberté d’expression, de réunions et de manifestations 
publiques,  l’interruption  de  l’accès  au  réseau  Internet  dans  les  régions  du  Nord-
ouest et du Sud-ouest ;   
3.  observé le sentiment généralisé de peur consécutive à l’état d’urgence de fait qui 
règne dans les régions concernées et les suspicions ;  
4.  relevé  le  recours  disproportionné  à  la  force  dans  le  cadre  des  opérations  de 
maintien de l’ordre ;  
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
13 
 

5.  déploré  les  agressions  physiques  perpétrées  par  certaines  personnes  sur  les 
forces de maintien de l’ordre ayant entrainé de graves traumatismes ; 
6.  pris  note  des  pertes  en  vies  humaines  et  des  dégâts  matériels  (destruction  des 
édifices publics, des véhicules, etc.) lors de cette crise ;  
7.  constaté que les allégations sur les cas de disparition forcée mettant en cause les 
autorités de la Police Judiciaire du Nord-ouest se sont avérées non fondées, les 8 
personnes  prétendues  disparues  ayant  été  remises  en  liberté  après  leur 
interpellation ;   
8.  remarqué que des actes de torture et des traitements inhumains ou dégradants ont 
été perpétrés sur les suspects interpellés lors de la crise ;  
9.  constaté le recours abusif à la garde à vue administrative et la référence à la Loi 
sur le terrorisme ; 
10. déploré  la  détention  des  mineurs  dans  les  prisons  et  la  non  prise  en  charge  de 
certains cas de maladie. 
 
B)  Propositions  
A l’issue de ces constats, la CNDHL propose à l’endroit des pouvoirs publics, des 
associations et syndicats et des populations, chaque groupe en ce qui le concerne :  
1.  de respecter les procédures prescrites par  la règlementation  en vigueur lors  des 
arrestations ;  
2.  à chacune des parties prenantes, de faire des concessions en vue de la résolution 
de la crise ;  
3.  de recourir aux médiateurs pour faciliter la résolution de la crise ;  
4.  aux autorités d’être proactives et diligentes dans la résolution des problèmes et des 
crises 
5.  aux  autorités  judiciaires  d’examiner  favorablement  la  demande  de  libération  des 
leaders de ces mouvements afin qu’ils puissent lever le mot d’ordre de grève qu’ils 
ont lancé ; 
6.  d’intensifier  la  communication  entre  les  parties  prenantes  pour  briser 
l’instrumentalisation et la radicalisation par ceux-là qui agissent dans l’ombre ; 
7.  d’impliquer les jeunes et les femmes dans les instances de négociations ;  
8.  de revoir la communication Gouvernementale concernant la crise anglophone, celle 
actuelle étant de nature à accentuer le sentiment de frustration éprouvée par les 
populations ;  
9.  de sanctionner les acteurs officiels coupables d’exactions sur les populations ;  
10. conformément  à  l’article  13  de  la  loi  n°  2008/015  du  29  décembre  2008  portant 
organisation judiciaire militaire et fixant des règles de procédure applicables devant 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
14 
 

les  tribunaux  militaires,  que  le  Ministre  de  la  défense  examine  favorablement  la 
possibilité d’arrêter les poursuites judiciaires à l’égard des personnes interpellées 
suite aux revendications ; 
11. de rétablir sans délai la fourniture d’Internet dans les régions anglophones du pays, 
la  suspension  étant  préjudiciable  aux  activités  socio-économiques  de  toutes  les 
couches  de  la  population,  son  utilité  n’étant  pas  démontrée  au  regard  de  la 
situation ;  
12. d’accélérer  la  mise  en  place  du  Conseil  Constitutionnel  et  du  processus  de 
décentralisation prévus dans la Constitution du 18 janvier 1996 en vue de la mise 
en place d’exécutifs régionaux élus ;  
13. de  libérer  les  mineurs  notamment  ceux  interpellés  à  Ekona  et  détenus  dans  la 
prison de Buéa ;  
14. dans  le  cadre  du  dialogue  visant  la  résolution  de  cette  crise,  faire  cesser 
l’amalgame  entretenu  entre  les  demandes  corporatistes,  de  fédéralisme  exprimé 
par  certains  groupes  connus  (partis  politiques,  syndicats  et  associations)  et  le 
combat pour la sécession qui est le fait d’autres organisations (SCNC et MoRisc) ; 
15. dans le cadre des enquêtes ouvertes, interroger les personnes interpellées dans la 
langue officielle qu’elles maîtrisent le mieux.          
 
 
 
 
 
 
   
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
15 
 

CONCLUSION 
 
Au regard de ce qui précède, la CNDHL apprécie les efforts consentis par toutes les 
parties prenantes. Elle salue aussi la coopération des autorités publiques et de la société 
civile dans les deux régions en faveur de la résolution de la crise.  
 
Pour  la  CNDHL,  les  droits  de  l'Homme  qui  sont  les  droits  de  tous  et  de  chacun, 
occupent  une  place  prioritaire  dans  les  relations  humaines  et  par  conséquent  dans  la 
résolution  de  cette  crise.  Elle  encourage  tous  les  citoyens  à œuvrer  pour  le  respect  de 
l'État de droit qui implique les droits et les devoirs des citoyens, lesquels sont des valeurs 
indispensables pouvant contribuer à prévenir et à résoudre toute crise. 
 
Pour  promouvoir  la  paix  et  la  stabilité  gages  de  développement  de  notre  pays,  la 
CNDHL,  tout  en  respectant  les  opinions  et  les  efforts  consentis  par  toutes  les  parties 
prenantes, recommande plus d’engagement et de sincérité dans la poursuite du dialogue 
et  la  concertation  en  vue  de  trouver  les  solutions  appropriées  aux  revendications  des 
enseignants et des avocats d’expression anglaise. 
 
 
 
 
 
 
 
 
BOBIOKONO Christophe   
 
 
 
Dr. Chemuta Divine BANDA 
Rapporteur   
 
 
 
 
 
Président 
 
 
Créée par la loi n° 2004/016 du 22 juil et 2004, la CNDHL est une institution indépendante de consultation, d’observation,  
d’évaluation, de dialogue, de concertation, de promotion et de protection des droits de l’homme 
 
Created by law n° 2004/016 of 22nd July 2004, the NCHRF is an independent institution for consultation, monitoring,  
evaluation, dialogue, concerted action, promotion and protection in the domain of human rights 
16