Ceci est une version HTML d'une pièce jointe de la demande d'accès à l'information 'Practical Guide to Staff Ethics and Conduct'.



Ref. Ares(2018)839452 - 13/02/2018
Guide pratique  
en matière d’éthique et de 
conduite du personnel

Ethique: Changements liés 
à la réforme du statut des 
fonctionnaires
À compter du 1er janvier 2014, un certain nombre de changements concernant les règles d’éthique seront intro-
duits afin de préciser et de moderniser les droits et les obligations du personnel. Le service public européen doit 
démontrer qu’il répond aux normes déontologiques les plus élevées et préserver son indépendance en toute occasion.
Contrôle du conflit d’intérêts
À compter du 1er janvier 2014, avant de recruter un fonctionnaire,l’autorité investie du pouvoir de nomination exa-
minera si le candidat a un intérêt personnel de nature à compromettre son indépendance ou s’il existe tout autre 
conflit d’intérêts. Le candidat informera cette autorité, au moyen d’un formulaire spécifique, de tout conflit d’intérêts 
réel ou potentiel. S’il y a lieu, l’autorité investie du pouvoir de nomination prendra les mesures qui s’imposent. Ces 
dispositions s’appliqueront également aux fonctionnaires de retour d’un congé de convenance personnelle.
Délai d’attente pour les hauts fonctionnaires
À compter du 1er janvier 2014, il sera formellement interdit aux hauts fonctionnaires, pendant les douze mois 
suivant la cessation de leurs fonctions, d’entreprendre une activité de lobbying ou de représentation vis-à-vis du 
personnel de leur ancienne institution concernant des questions qui relevaient de leur compétence pendant leurs 
trois dernières années de service.
Modification des règles relatives au congé pour  
convenance personnelle (CCP)
À compter du 1er janvier 2014, le congé de convenance personnelle sera limité à 12 ans (au lieu de 15 ans actuel-
lement). Le fonctionnaire en congé de convenance personnelle ne pourra pas exercer d’activité professionnelle, 
rémunérée ou non, comportant des missions de lobbying ou de représentation vis-à-vis de son institution, et sus-
ceptible de donner lieu à un conflit réel ou potentiel avec les intérêts légitimes de l’institution. Avant de réintégrer 
un fonctionnaire après un congé de convenance personnelle, l’autorité investie du pouvoir de nomination devra 
vérifier s’il a un intérêt personnel de nature à compromettre son indépendance ou s’il existe tout autre conflit 
d’intérêts. À cette fin, le fonctionnaire devra informer l’autorité investie du pouvoir de nomination, au moyen d’un 
formulaire spécifique, de tout conflit d’intérêts réel ou potentiel.
Modification des règles en matière de notification  
d’actes répréhensibles
À compter du 1er janvier 2014, les plaintes des fonctionnaires liées à la notification d’actes répréhensibles seront 
examinées avant l’expiration des délais établis à l’article 90 (4 mois). Les institutions seront tenues d’adopter des 
règles internes, notamment sur la procédure de traitement des plaintes et sur la protection des intérêts légitimes 
des dénonciateurs d’abus.

3
Table des matières
1. Introduction et champ d’application . . . . . . . . . . . . . . . 5
2. Principes d’éthique et de conduite du personnel . . . . 6
Principes éthiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Règles d’or en matière de conduite du personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3. Le réseau d’éthique de la Commission . . . . . . . . . . . . 8
4. Relations avec le public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Au service des citoyens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Demandes émanant des médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Droits des parties ayant un intérêt direct dans le processus décisionnel 
administratif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Contacts avec les groupes de pression (lobbies)  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Protection des données à caractère personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
Non-divulgation d’informations/devoir de réserve (article 339 du  
TFUE et article 17 du statut)  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
Frais de représentation à des fins officielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
5. Comportement au travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
Relations avec la hiérarchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
Relations entre collègues  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
Utilisation des moyens de communication de la Commission . . . . . . . . . . . . . . .16
6. Obligations individuelles  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
Comportement portant atteinte à la dignité de votre fonction . . . . . . . . . . . . . .17
Prévention des conflits d’intérêts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
Déclaration d’un conflit d’intérêts potentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
Cadeaux, faveurs, versements, distinctions honorifiques et décorations . . . . . .18
Distinctions honorifiques et décorations (médailles) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Déclaration de l’activité professionnelle du conjoint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Demande d’autorisation préalable pour les activités extérieures en période 
d’activité ou pendant un congé de convenance personnelle . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Candidature à une fonction publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
Élection ou nomination  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
Témoignages en justice et immunité  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
Droit à la liberté d’expression (publications et discours) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
Obligations après la cessation des fonctions  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

4
7. Prévention et sanctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Raisonnement éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Responsabilité financière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Dénoncer des actes répréhensibles graves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
Harcèlement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
Enquêtes administratives et procédures disciplinaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
Annexes 
1. Statut, titre II — Droits et obligations du fonctionnaire 
2. Code de bonne conduite administrative 
3. Liste des documents de référence concernant l’éthique

5
1.  Introduction et champ 
d’application
La Commission joue un triple rôle au sein du système  recrutées sous contrat de droit privé, les experts déta-
institutionnel de l’Union européenne: elle est la gar-
chés des fonctions publiques nationales (END), les sta-
dienne  des  traités,  prend  l’initiative  de  l’action  légis-
giaires, ainsi que les experts extérieurs peuvent l’utiliser 
lative  et  assure  la  gestion  des  politiques  et  des  pro-
comme point de référence en plus des règles spécifiques 
grammes.  En  tant  qu’organe  public,  la  Commission  s’appliquant à leur situation particulière.2 
assume  envers  les  autres  institutions,  en  particulier 
le  Parlement  européen,  ainsi  qu’envers  les  gouverne-
Le présent guide vise à offrir un large éventail d’informa-
ments des États membres et, en fin de compte, envers  tions et de conseils sur divers sujets, allant de conseils 
le citoyen européen, la responsabilité de veiller à ce que  de bonne conduite au respect des obligations juridiques 
les membres de son personnel satisfassent aux normes  imposées par le statut, dont la violation peut entraîner 
les plus élevées d’indépendance, d’intégrité, d’impartia-
des mesures disciplinaires voire des sanctions pénales. 
lité et d’objectivité. 
Quant au respect des obligations individuelles, il convient 
Le présent guide passe en revue les trois niveaux aux-
de garder à l’esprit que chaque cas présente des carac-
quels ces normes devraient être appliquées par chaque  téristiques bien distinctes et les membres du personnel 
membre  du  personnel  –  dans  les  relations  avec  le  doivent donc faire preuve de discernement et de bon 
public, dans le comportement au travail (avec la hié-
sens en appréciant les aspects particuliers d’une si-
rarchie et les collègues) et dans le cadre des obliga-
tuation donnée. Le présent guide fournit aux membres 
tions individuelles. Le non-respect de ces normes peut  du personnel les outils dont ils ont besoin à cet égard.
donner lieu à des mesures disciplinaires. 
Le statut (et le RAA1) définit les principes de base régis-
Avertissement
sant les relations entre les institutions de l’UE et les 
membres  de  leur  personnel.  Le  titre  II  du  statut  (voir  Le  présent  guide  pratique  en  matière  d’éthique  et  de 
texte intégral à l’annexe 1), qui expose les droits et obli-
conduite du personnel vise à rendre les normes et obliga-
gations des fonctionnaires, et auquel le présent guide  tions concernées et les procédures correspondantes trans-
renvoie  fréquemment,  est  particulièrement  important  parentes et faciles à comprendre. Il revêt un caractère pu-
en ce qui concerne l’éthique et la conduite du personnel.  rement informatif et n’est pas juridiquement contraignant.
Le statut est complété par une série de décisions et de 
lignes directrices dans des domaines spécifiques, ainsi  Seuls les textes juridiques sont contraignants et doivent 
que par le règlement financier.
être invoqués soit par l’administration de la Commis-
sion,  soit  par  tout  membre  de  cette  dernière  dans  le 
Le  code  de  bonne  conduite  administrative  fournit  cadre  de  toute  procédure  juridique  ou  administrative. 
des orientations sur la manière dont le personnel de la  Malgré toute l’attention portée à l’exactitude des infor-
Commission doit servir le public. Si ce code n’a pas la  mations  présentées,  seule  fait  foi  l’interprétation  des 
même valeur juridique que le statut, il constitue néan-
règles établie dans les arrêts de la Cour de justice, du 
moins un ensemble de règles internes que les membres  Tribunal et du Tribunal de la fonction publique.
du personnel sont tenus de suivre. 
2  Pour les personnes travaillant sous contrat de droit privé — condi-
Le présent guide s’adresse au personnel statutaire de la  tions du contrat; pour les END — décision de la Commission C(2008) 
Commission (fonctionnaires, agents temporaires, agents  6866; pour les stagiaires — décision de la Commission C(2005) 458; 
contractuels et conseillers spéciaux). Toutefois, les autres  pour les experts externes — règles relatives aux conflits d’intérêts et à la 
personnes travaillant pour la Commission, comme celles  confidentialité fondées, pour l’essentiel, sur l’article 57 du règlement fi-
nancier, les articles 32 et 287 des modalités d’exécution du règlement fi-
nancier, la communication C(2010) 7649 du président de la Commission 
1  Régime applicable aux autres agents de l’Union européenne.
et les dispositions contractuelles spécifiques.


6
2.  Principes d’éthique et de 
conduite du personnel
Principes éthiques
•   de la transparence et le respect de l’obligation 
de rendre des comptes – les membres du per-
La  crédibilité  de  la  Commission  ne  peut  être  assurée 
sonnel  doivent  garder  à  l’esprit  qu’en  tant  que 
qu’en aspirant aux normes d’intégrité les plus éle-
membres de la fonction publique, ils sont tenus 
vées.  L’éthique  peut  en  fait  se  définir  comme  l’inté-
d’agir en toute transparence et de pouvoir justifier 
grité  en  action.  Être  intègre  signifie  se  comporter  de 
leurs actions et expliquer le contexte dans lequel 
façon éthique, c’est-à-dire respecter à tout moment les 
elles s’inscrivent. 
normes éthiques et prendre des décisions avisées fon-
dées sur ces normes. Pour que la Commission puisse  Règles d’or en matière de 
remplir sa mission qui est de servir le bien commun et  conduite du personnel
l’intérêt public, le comportement et les décisions de son 
personnel doivent être irréprochables et guidés par les 
principes suivants:
Pour observer les éléments essentiels d’un comporte-
ment éthique, les membres du personnel doivent:
•   indépendance – le comportement et les décisions 
du personnel doivent être gouvernés par la néces-
•   servir exclusivement l’intérêt public, en agissant 
sité de servir le bien commun et l’intérêt public, et 
avec  intégrité  et  en  étant  objectif  et  impartial 
non par d’autres intérêts, privés ou autres, ou par 
dans leur travail;
exemple par des pressions politiques; 
•  faire preuve de loyauté envers la Commission;
•   impartialité – chaque décision qu’un membre du 
•   offrir aux citoyens et aux autres personnes le ser-
personnel est amené à prendre doit être le résul-
vice de qualité dont ils souhaiteraient eux-mêmes 
tat d’une démarche impartiale;
bénéficier;
•   objectivité – toute conclusion doit être équilibrée 
et fondée sur une analyse approfondie des faits 
et du contexte juridique; 
•   loyauté – afin de pouvoir maintenir son indépen-
dance et remplir sa mission, la Commission doit 
absolument pouvoir compter sur la loyauté de son 
personnel. Cette loyauté est également nécessaire 
au bon fonctionnement de chaque service.
La mise en pratique de ces principes requiert:  
•   de la circonspection – les membres du personnel 
doivent prendre le temps de réfléchir aux consé-
quences et implications éventuelles de leurs ac-
tions, observer une certaine modération et garder 
en toutes circonstances le sens de la mesure;  
•   le sens des responsabilités – les membres du 
personnel doivent exécuter les tâches qui leur sont 
•   se souvenir qu’ils représentent la dimension hu-
confiées le plus consciencieusement possible et 
maine de la Commission, qui est jugée sur l’image 
rechercher des solutions en cas de difficultés. Ils 
qu’elle projette et les services qu’elle propose; 
doivent en outre connaître et respecter les obliga-
•   effectuer les tâches qui leur sont confiées d’une 
tions juridiques et les règles et procédures admi-
manière responsable et optimale;
nistratives en vigueur;
•  traiter leurs collègues avec respect;


7
•   veiller à ce que leur comportement soit irrépro-
chable, en ne participant pas délibérément à une 
activité susceptible de porter atteinte à la répu-
tation de la Commission ou de mettre en doute 
leur impartialité;
•   se tenir au courant des obligations, règles et pro-
cédures juridiques qui les concernent;
•   en cas de doute sur le caractère éthique d’une 
action  ou  d’une  requête  qui  leur  est  adressée, 
consulter les informations pertinentes – notam-
ment le présent guide – et, si le doute persiste, 
s’adresser à leur supérieur hiérarchique ou au cor-
respondant «Éthique» dans leur unité «Ressources 
humaines» locale. 


8
3.  Le réseau d’éthique 
de la Commission
Vous  avez  une  question  ou  un  problème  spécifique 
dans le domaine de l’éthique professionnelle et vous ne 
savez pas qui contacter? 
Commencez par prendre contact avec le correspondant 
«Éthique» désigné par votre DG en tant que «premier 
point  de  contact  pour  toutes  les  questions  éthiques, 
tant pour les services que pour leur personnel. Les cor-
respondants «Éthique» traiteront les demandes du per-
sonnel confidentiellement»1.
Au  niveau  central,  l’unité  DG  HR.B.1  -  Éthique,  droits 
et obligations est responsable de la politique générale 
en matière d’éthique pour les membres du person-
nel  et  sert  de  point  de  référence  aux  correspondants 
«Éthique». 
Pour toute question concernant les Commissaires et la 
coordination globale plus large en matière de déonto-
logie du service public, c’est l’unité SG.B.4 - Déontologie 
du service public, qui fait office de point de contact. 
En  ce  qui  concerne  les  questions  d’ordre  disciplinaire, 
les services responsables sont l’IDOC et l’OLAF (pour de 
plus amples informations, voir le point 7 - Prévention 
et sanctions). 
1  Communication  de  M.  le  vice-président  Kallas  à  la  Commission 
relative  à  la  promotion  de  l’éthique  professionnelle  à  la  Commission, 
SEC(2008) 301.

9
4.  Relations avec 
le public
Les relations avec le public constituent une part essen-
bien public. Ils doivent agir en toute indépendance 
tielle de la mission de service public de la Commission. 
dans le cadre d’une politique définie par la Com-
Dans leurs contacts avec le public, les membres du per-
mission, et leur conduite ne doit en aucun cas être 
sonnel doivent être guidés par les principes d’ouverture 
dictée par des intérêts personnels ou nationaux 
et  de  transparence,  et  se  comporter  avec  circonspec-
ni par des pressions politiques.
tion, courtoisie, serviabilité et efficacité.  
Le droit du citoyen à l’information
Dans le cadre de leurs activités professionnelles, mais 
aussi dans celui de leur vie privée, tous les membres  Tous  les  citoyens  de  l’Union  et  toutes  les  personnes 
du personnel peuvent avoir une incidence sur l’image  physiques ou morales résidant ou ayant leur siège dans 
de la Commission et, par extension, sur celle de l’Union  un État membre sont en droit d’attendre une réponse 
européenne.  De  leur  conduite  dépend  l’image  que  se  rapide  lorsqu’ils/elles  adressent  une  demande  à  la 
fait le public de la Commission et de son personnel. Ils  Commission. En outre, l’article 15 du traité sur le fonc-
doivent se considérer comme des «ambassadeurs» de  tionnement de l’Union européenne (TFUE) leur accorde 
la Commission et des institutions de l’UE.
un  droit  d’accès  aux  documents  du  Parlement  euro-
péen, du Conseil et de la Commission.  
Au service des citoyens
Traitement des demandes 
(correspondance, appels téléphoniques 
Servir le public signifie donner la priorité absolue aux  et courriers électroniques)
citoyens. Les relations avec le public doivent être fon-
dées sur les principes suivants:
La  Commission  s’engage  à  répondre  aux  demandes 
émanant des citoyens de la manière la plus appropriée 
•   la  légalité - les membres du personnel doivent  et dans un délai raisonnable. 
agir conformément au droit et appliquer les règles 
et procédures inscrites dans la législation et les  En règle générale, pour une correspondance écrite, une 
modalités d’exécution de l’UE;
réponse  sur  le  fond  doit  intervenir  dans  un  délai  de 
•   la non-discrimination et l’égalité de traitement  quinze jours ouvrables (code de bonne conduite admi-
- les membres du personnel doivent respecter le  nistrative). Si cela n’est pas possible, une réponse d’at-
principe de non-discrimination et, en particulier,  tente doit être transmise dans ce délai. Les réponses 
garantir au public l’égalité de traitement sans dis-
écrites doivent être rédigées dans la même langue que 
tinction fondée sur la nationalité, le sexe, l’origine  la demande, pour autant qu’il s’agisse d’une langue offi-
raciale ou ethnique, la religion ou les convictions,  cielle de l’Union européenne. Des coordonnées précises 
un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle; 
doivent  également  être  communiquées.  Les  réponses 
•   la  proportionnalité - les membres du personnel  écrites doivent être enregistrées et classées. 
doivent veiller à ce que les mesures prises cor-
respondent à l’objectif à atteindre;
Lorsqu’ils  répondent  à  des  appels téléphoniques,  les 
•   la  cohérence - les membres du personnel doivent  membres du personnel doivent clairement décliner leur 
avoir  une  conduite  administrative  cohérente  et  identité ou indiquer le service auquel ils appartiennent, 
appliquer la procédure normale de la Commission.  être  courtois  et  efficaces  en  toutes  circonstances  et 
Toute exception à ce principe doit être dûment  rappeler leur interlocuteur le plus rapidement possible. 
justifiée;
Pour une demande relevant de leur domaine de com-
•   l’objectivité et l’impartialité - les membres du  pétence, ils demandent l’identité de leur interlocuteur 
personnel doivent toujours agir de manière objec-
et vérifient, avant de transmettre les informations de-
tive et impartiale, dans l’intérêt de l’Union et du  mandées,  si  celles-ci  ont  déjà  été  rendues  publiques 

10
ou si elles sont accessibles au public. Si ce n’est pas le  Demandes de documents 
cas, ils expliquent pourquoi ils ne peuvent pas divulguer 
ces informations. Pour les sujets qui ne relèvent pas de  Conformément au principe de transparence, le citoyen 
leur compétence, ils orientent leur interlocuteur vers le  doit avoir la possibilité d’accéder aux documents déte-
service  compétent.  En  cas  de  doute,  les  membres  du  nus par la Commission. Un guide spécifique expliquant 
personnel demandent une confirmation écrite des de-
aux fonctionnaires comment traiter ces demandes est 
mandes formulées par téléphone ou rédigent une note  disponible sur le site web consacré à l’accès aux docu-
au dossier rappelant le contenu de la conversation.
ments (voir plus loin). 
Lorsque la correspondance peut raisonnablement être  Que  faire  lorsqu’un  citoyen  vous  demande  un  docu-
considérée  comme  «répétitive,  outrageuse  et/ou  sans  ment précis? 
objet», la Commission se réserve le droit de mettre un 
terme à l’échange. La décision de cesser un tel échange  Les  règles  spécifiques  relatives  à  l’accès aux docu-
de correspondance incombe à chaque service.
ments sont fixées dans le règlement (CE) n° 1049/2001.
Il importe également de garantir la continuité du ser-
Le terme «document» au sens dudit règlement désigne 
vice en veillant dans la mesure du possible à ce qu’au-
«tout contenu quel que soit son support (écrit sur sup-
cun appel ne reste sans réponse ou que la messagerie  port  papier  ou  stocké  sous  forme  électronique,  enre-
vocale soit utilisée. 
gistrement  sonore,  visuel  ou  audiovisuel)».  Toutefois, 
l’accès aux documents ne concerne que les documents 
Les  courriers électroniques  doivent  être  traités  sans  déjà existants et spécifiquement mentionnés. 
délai,  conformément  aux  consignes  concernant  les 
communications  téléphoniques  (voir  ci-dessus)  ou  les  En outre, l’accès à un document doit être refusé (tota-
documents. En effet, un courrier électronique est, de par  lement ou en partie) dans le cas où la divulgation de 
sa nature, assimilable à un document [au sens du règle-
ce document porterait atteinte à la protection de la vie 
ment (CE) n° 1049/2001]. Si ce courrier électronique est  privée et de l’intégrité de l’individu, en conformité avec 
spécifiquement traité comme une lettre/un document,  la législation de l’UE concernant la protection des don-
ce traitement doit être conforme aux lignes directrices  nées  à  caractère  personnel  (voir  la  rubrique  «Protec-
relatives  à  la  correspondance  écrite,  y  compris  en  ce  tion des données à caractère personnel» ci-dessous). Il 
qui concerne l’enregistrement et le classement (voir ci-
est également important de souligner que la personne 
dessus) et est soumis aux mêmes délais. Pour garantir  concernée  doit  être  consultée  avant  la  publication  de 
la continuité du service, les membres du personnel ne  telles données à caractère personnel. 
doivent pas oublier d’utiliser la fonction «out of office» 
lorsqu’ils ne sont pas disponibles et d’indiquer le nom  Si  le  document  demandé  a  été  publié,  le  demandeur 
et le numéro de téléphone d’une personne de contact. 
doit  être  orienté  vers  la  page  web  du  site  Europa  où 
ce  document  est  disponible,  vers  les  points  de  vente 
de l’Office des publications ou vers le centre de docu-
Pour en savoir plus
mentation ou d’information le plus proche permettant 
un accès gratuit aux documents (Info-points, centres de 
Pour de plus amples informations concernant 
documentation européenne, etc.). 
l’application du code de bonne conduite 
administrative et les points de contact, veuillez 
Si le document n’a pas encore été rendu public, il est 
consulter le guide GoPro de la Commission. 
tout de même possible de le mettre à la disposition du 
demandeur, mais une vérification préalable est néces-
En ce qui concerne vos obligations en matière de 
saire et les procédures en vigueur doivent être suivies. 
non-divulgation d’informations, veuillez vous référer 
À cette fin, vous devez contacter la personne qui, dans 
à la section ci-dessous consacrée à cette question.
votre DG, a été désignée en tant que coordonnateur du 
traitement  des  demandes  d’accès  aux  documents.  Le 
Lorsqu’une demande ne relève pas de votre 
secrétariat général peut également vous aider à traiter 
compétence professionnelle, il peut être utile d’orienter 
les demandes d’accès.
le citoyen vers le site web Europa de la Commission.
Pour de plus amples informations concernant 
Pour en savoir plus
l’utilisation des médias sociaux, voir l’information 
administrative n° 34/2011.
Les règles d’accès aux documents ainsi qu’une 
liste de coordonnées utiles sont disponibles dans le 
Pour toute question concernant le «personnel 
guide relatif aux demandes d’accès aux documents, 
ambassadeur», veuillez consulter les lignes 
disponible sur le site web Europa:   
directrices générales pour un «personnel 
https://myintracomm.ec.europa.eu/corp/sg/en/
ambassadeur» [SEC(2007) 912/9].
docinter/Documents/guide_pratique_acc_doc_fr.pdf


11
Demandes émanant des 
ponsabilité. Ils veillent alors à coordonner leurs déclara-
médias 
tions avec le commissaire responsable et la DG COMM, 
notamment pour toute déclaration de nature politique 
sur des sujets toujours en discussion au niveau des DG, 
des services ou du collège lui-même, afin de garantir la 
cohérence du message présenté par l’institution.
Pour en savoir plus
Voir le guide des procédures de la Commission 
(GoPro) et les lignes directrices générales pour un 
Que faire lorsqu’un journaliste vous contacte? En règle 
«personnel ambassadeur» [SEC(2007) 912/9]. 
générale, la DG «Communication» et le service du porte-
parole sont chargés des contacts avec les médias. En 
particulier, lorsqu’une demande est de nature politique, 
il convient de renvoyer le journaliste directement vers 
le service du porte-parole, en lui fournissant les coor-
Droits des parties ayant 
données utiles si nécessaire. 
un intérêt direct dans le 
Toutefois, lorsque la demande d’informations concerne  processus décisionnel 
des  sujets  techniques  relevant  de  vos  domaines  de 
responsabilité,  vous  pouvez  y  répondre,  à  condition  administratif
d’avoir  obtenu  l’autorisation  préalable  de  votre  supé-
rieur  hiérarchique  et/ou  de  l’unité  «Information  et  En  ce  qui  concerne  les  décisions  administratives,  il 
communication»  ou  du  responsable  médias/relations  convient  de  tenir  compte,  conformément  aux  règles 
publiques  de  votre  DG.  Proposez  de  rappeler  votre  (parfois très spécifiques) régissant la procédure admi-
interlocuteur  si  nécessaire.  Il  n’y  a  aucune  raison  de  nistrative, des principes suivants:
refuser  à  un  journaliste  une  information  factuelle  ou 
technique qui serait donnée à tout citoyen. Il est tou-
•   
audition de toutes les parties directement 
tefois souhaitable d’examiner attentivement la nature 
concernées:  lorsque  le  droit  de  l’Union  prévoit 
des informations concernées et, en tout état de cause, 
l’audition des parties concernées, le membre du 
d’informer le porte-parole responsable, afin qu’il puisse 
personnel  responsable  doit,  conformément  aux 
le cas échéant décider de répondre lui-même ou de 
conditions fixées par ledit droit, veiller à leur don-
compléter les informations fournies au journaliste. Cer-
ner l’occasion de faire connaître leur point de vue; 
taines DG ont par ailleurs établi des lignes directrices 
•   motivation des décisions:  en  règle  générale, 
complémentaires à ce sujet.
chaque  décision  doit  être  pleinement  motivée. 
Lorsque cela s’avère impossible sur une base indi-
Sachez que vous devez éviter de vous exprimer sur tout 
viduelle, des réponses types doivent être fournies. 
sujet  qui  est  encore  en  préparation  ou  en  discussion 
Celles-ci doivent contenir les principaux éléments 
et sur lequel la Commission n’a pas pris officiellement 
justifiant la décision prise. Toutefois, une partie qui 
position. Sauf autorisation expresse de leur part, toute 
en fait expressément la demande doit obtenir une 
communication sur des sujets de ce type relève explici-
motivation détaillée, dans le respect des règles 
tement de la compétence des porte-parole, en concer-
relatives à la non-divulgation d’informations (voir 
tation avec les cabinets concernés.
la partie ci-dessous consacrée à cette question). 
Les  éléments  de  justification  à  fournir  peuvent 
En votre qualité d’expert de la DG, le porte-parole peut vous 
varier selon les règles spécifiques applicables;
inviter à fournir des informations spécialisées aux médias. 
•   indication des voies de recours: lorsque le droit 
En règle générale, il convient de le faire à titre purement 
de l’Union le prévoit, en cas de notification d’une 
officieux ou sous la forme d’informations générales. 
mesure à une partie intéressée, il convient d’indi-
quer clairement la possibilité d’un recours, ainsi 
En cas de participation à des conférences ou à d’autres 
que les moyens de le présenter (nom, adresse ad-
manifestations extérieures dans le cadre de vos fonc-
ministrative de la personne ou du service auprès 
tions, la possibilité de demandes spontanées émanant 
desquels il doit être introduit et délai à respecter). 
des médias doit être envisagée, en collaboration avec 
l’unité «Information et communication» de votre DG ou  Contacts avec les groupes 
avec votre responsable médias.
de pression (lobbies) 
Veuillez noter que les directeurs généraux et les autres 
hauts fonctionnaires sont souvent appelés à s’exprimer  La  Commission  jouissant  du  droit  d’initiative  dans  le 
devant la presse sur des sujets qui relèvent de leur res-
cadre du processus législatif de l’Union, elle constitue 

12
une cible naturelle pour la représentation des intérêts 
liés à une question politique ou à une initiative législa-
Pour en savoir plus
tive. Bruxelles accueille des milliers de lobbyistes repré-
sentant pratiquement tous les secteurs du commerce, 
Voir le guide des procédures GoPro et les lignes direc-
de l’industrie, des services, de la protection des consom-
trices du SG sur les contacts avec les groupes d’intérêt.
mateurs, de la politique régionale, etc., ainsi que des or-
http://www.cc.cec/home/life/cid/html/494_10.pdf
ganisations non gouvernementales (ONG). Leur mission 
http://www.cc.cec/home/life/cid/html/494_11.pdf
est d’influer sur le processus législatif européen, tandis 
que la Commission a l’obligation d’entendre toutes les 
parties  concernées,  ainsi  que  les  citoyens,  la  société  Protection des données à 
civile et les associations représentatives. 
caractère personnel
D’une part, les groupes de pression peuvent apporter une 
précieuse contribution dans le cadre de la présentation et  La  protection  des  données  à  caractère  personnel  est 
de l’élaboration de propositions législatives tenant plei-
un droit fondamental (article 8 de la charte des droits 
nement compte des spécificités du domaine concerné.
fondamentaux, article 16 du TFUE). La Commission et 
son personnel doivent respecter les règles relatives à 
D’autre  part,  ils  peuvent  représenter  un  risque  pour  la protection de la vie privée et des données à carac-
une  administration,  car  le  personnel  participant  au  tère  personnel.  Les  principes,  les  droits  juridiquement 
processus décisionnel risque - même sans s’en rendre  protégés des personnes et les obligations de l’institu-
compte - d’être exploité au profit d’un groupe d’intérêt  tion concernée en matière de traitement des données 
spécifique, ce qui pourrait nuire à l’intérêt général de  à caractère personnel sont énoncés dans le règlement 
l’Union.
(CE) n° 45/2001 et sont conformes à la directive 95/46/
CE sur la protection des données.
De  manière  plus  générale,  pour  préserver  l’indépen-
dance du processus décisionnel au sein de la Commis-
Les opérations de traitement couvrent un large éven-
sion,  et/ou  l’équilibre  des  pouvoirs  institutionnels,  la  tail  d’activités,  allant  de  la  collecte  au  transfert  et 
circonspection et la discrétion sont aussi de mise dans  au  stockage  de  données.  Il  est  interdit,  sauf  dans 
d’autres types de contacts, notamment avec les autres  certaines  circonstances  bien  précises,  de  traiter  des 
institutions et organes de l’Union et d’autres organisa-
données  concernant  l’origine  raciale  et  ethnique,  les 
tions, ainsi que dans la gestion des programmes, pro-
opinions  politiques,  religieuses  ou  philosophiques, 
jets, appels à propositions et appels d’offres.
une appartenance syndicale, la santé ou l’orientation 
sexuelle. La personne concernée (c’est-à-dire la per-
Il importe que les membres du personnel gardent ces inté-
sonne à laquelle se rapportent les données person-
rêts potentiellement antagoniques à l’esprit afin de pré-
nelles concernées) a le droit d’être informée des opé-
server leur indépendance professionnelle et personnelle. 
rations  de  traitement  (avant  qu’elles  aient  débuté), 
d’obtenir l’accès aux données ou leur rectification et, 
Il  est  recommandé  de  vérifier  les  références  d’un  le cas échéant, leur verrouillage ou leur effacement, 
représentant  d’intérêts  donné  afin  de  s’assurer,  par  de s’opposer au traitement et d’être indemnisée pour 
exemple,  qu’il  est  inscrit  au  registre  des  représen-
tout préjudice.
tants d’intérêts, auquel est associé un code de bonne 
conduite pour les représentants d’intérêts. Si ce n’est 
pas  le  cas,  les  membres  du  personnel  peuvent  mal-
Pour en savoir plus
gré tout prendre contact avec l’intéressé pour autant 
que ses références puissent être vérifiées par d’autres 
Règlement  n°  45/2001  du  Parlement  européen  et 
moyens,  mais  ils  devraient  envisager  de  l’inviter  à 
du Conseil relatif à la protection des personnes phy-
s’inscrire  au  registre.  En  outre,  lorsque  des  réunions 
siques à l’égard du traitement des données à carac-
avec  des  représentants  de  groupes  d’intérêt  sont 
tère personnel.
jugées  appropriées,  celles-ci  devraient  être  menées 
avec  professionnalisme,  si  possible  dans  les  locaux 
de  la  Commission,  en  présence  d’un  autre  collègue,  Non-divulgation 
c’est-à-dire d’une manière qui ne saurait nuire à la  d’informations/devoir de 
réputation  de  l’institution.  Les  membres  du  person-
nel doivent informer leur hiérarchie de la tenue d’une  réserve (article 339 du TFUE 
telle réunion avant qu’elle ait lieu, ainsi que des résul-
tats de la réunion a posteriori. Une trace écrite de ces  et article 17 du statut)
réunions doit être conservée lorsque celles-ci portent 
sur des informations importantes ou si une action de  Bien  que  la  Commission  soit  attachée  aux  principes 
la Commission est requise. Ces rapports doivent être  d’ouverture et de transparence, comme le souligne le 
enregistrés et classés.
code  de  bonne  conduite  administrative,  il  existe  cer-
tains  secteurs  d’activité  dans  lesquels  le  principe  de 

13
non-divulgation d’informations et le devoir de réserve  l’institution pourrait quant à elle engager une action en 
peuvent être applicables (voir également page 21). 
justice contre vous si vous avez personnellement com-
mis une faute grave. En tant que membre du personnel, 
Non-divulgation d’informations
vous  n’avez  aucun  droit  à  titre  personnel  sur  ce  type 
d’informations, dont l’usage à des fins autres que celles 
Sans  préjudice  de  la  législation  relative  à  la  protec-
requises par l’exercice de vos fonctions constituerait un 
tion  des  données  à  caractère  personnel,  en  tant  que  détournement d’informations. Ces informations doivent 
membre  ou  ancien  membre  du  personnel,  vous  avez  toujours être communiquées par la voie officielle.
l’obligation de ne pas divulguer, sans autorisation, des 
informations portées à votre connaissance dans l’exer-
Documents classifiés
cice  de  vos  fonctions,  à  moins  que  ces  informations 
n’aient déjà été rendues publiques ou ne soient acces-
Les dispositions de la Commission en matière de sécu-
sibles au public (article 17 du statut).
rité, qui prévoient quatre niveaux de classification (très 
secret, secret, confidentiel et restreint), visent à proté-
Il  peut  arriver  que  vous  soyez  confronté  à  des  infor-
ger les informations sensibles produites ou traitées par 
mations  sensibles  dans  le  cadre  de  votre  travail.  Ces  la  Commission  contre  toute  atteinte,  divulgation  non 
informations  doivent  être  gérées  avec  la  plus  grande  autorisée  ou  acte  d’espionnage.  Elles  sont  conformes 
discrétion. C’est par exemple le cas des données com-
aux règles régissant l’accès du public aux documents. 
merciales  sensibles,  entre  autres,  à  la  DG  «Concur-
Si  un  membre  du  personnel  est  amené  à  traiter  des 
rence» ou à la DG «Commerce», ou des données concer-
documents qui relèvent de ces dispositions, il est censé 
nant le personnel à la DG HR (relatives, par exemple, à  connaître les règles applicables, qui consistent généra-
des questions médicales ou de personnel). 
lement à déterminer les mesures à prendre dans son 
environnement  direct  pour  protéger  les  informations 
Les informations non classifiées de l’UE doivent être pro-
qui lui ont été confiées. 
tégées par une signalétique  appropriée et faire ensuite 
, le cas échéant, l’objet du  traitement qui s’impose (par  Les membres du personnel qui portent atteinte à des in-
exemple les travaux d’un jury de concours), de même que  formations classifiées de l’UE en les laissant tomber entre 
toute information dont vous avez eu connaissance dans  les mains de personnes non autorisées sont passibles de 
l’exercice de vos fonctions et qui revêt un caractère per-
sanctions disciplinaires et/ou des poursuites pénales.
sonnel (par exemple une information relevant du secret 
médical ou concernant la vie familiale ou des affaires fi-
 
nancières ou fiscales). Le respect du secret professionnel 
Pour en savoir plus
qui protège les données individuelles relatives aux res-
sources humaines auxquelles certaines personnes ont un 
Voir les notes de sécurité de la Commission. 
accès privilégié (sur la base du besoin d’en connaître) est 
une obligation fondamentale pour l’ensemble du person-
nel travaillant dans les services chargés d’administrer les  Frais de représentation à 
questions de personnel de la Commission. 
des fins officielles 
Confidentialité des informations 
commerciales 
L’obligation de comportement éthique concerne également 
le traitement des frais de représentation que vous pouvez 
Les  membres  du  personnel  sont  expressément  tenus  supporter dans le cadre de vos fonctions. Les fonds publics 
de  respecter  la  confidentialité  inhérente  aux  informa-
doivent être utilisés de façon appropriée et légitime.
tions commerciales fournies par des soumissionnaires à 
certaines étapes d’un programme, d’un projet ou d’une  Certains fonctionnaires peuvent se voir accorder une in-
procédure spécifique. Cette obligation s’applique notam-
demnité forfaitaire si leurs tâches les appellent à enga-
ment aux informations relatives au contenu des offres  ger régulièrement des frais de représentation (article 14 
soumises pour évaluation et sélection (par exemple, les  de l’annexe VII du statut). Si ce type de situation ne se 
informations qui concernent la situation financière ou la  présente que de temps à autre et en vertu d’instructions 
comptabilité d’un soumissionnaire) et aux informations  spéciales,  le  montant  de  l’indemnité  de  représentation 
commerciales fournies, par exemple, dans des affaires  est déterminé dans chaque cas sur la base de conditions 
de concurrence ou de défense commerciale.
spécifiques et des pièces justificatives correspondantes. 
Notamment,  les  directeurs  généraux,  chefs  de  service 
Vous  devez  constamment  veiller  à  ce  que  de  telles  et chefs de cabinet (et dans certains cas exceptionnels, 
informations ne tombent pas entre les mains de per-
d’autres fonctionnaires ou agents) sont autorisés à en-
sonnes  non  autorisées,  au  besoin  en  les  conservant  gager ce type de frais. 
dans un endroit sûr. La divulgation non autorisée d’in-
formations  de  ce  type  peut  être  préjudiciable  et  est  Ces  derniers  peuvent  couvrir,  par  exemple,  des  récep-
susceptible d’engager la responsabilité extracontrac-
tions ou dîners officiels et, plus généralement, des dé-
tuelle de la Commission si l’acte vous est imputable, et  penses liées aux usages diplomatiques et au respect des 

14
règles  de  courtoisie  susceptibles  d’avoir  une  incidence 
sur l’image de l’institution et la notion de caractère rai-
sonnable. 
Les invités doivent provenir de l’extérieur de la Com-
mission ou d’autres institutions, organes ou organismes 
(à l’exception des membres de la Cour de justice, de la 
Cour  des  comptes,  du  Parlement  européen,  du  Comité 
économique  et  social  et  du  Comité  des  régions).  Les 
frais liés à la présence des membres de la famille du 
fonctionnaire autorisé à engager ces frais ne sont pas 
remboursés.  Néanmoins,  il  peut  être  dérogé  à  cette 
règle lorsque ces dépenses sont justifiées par un usage 
diplomatique ou le respect des règles de courtoisie, ou 
lorsqu’elles sont engagées au domicile du fonctionnaire. 
Enfin, le nombre de fonctionnaires issus des institutions 
ne peut être supérieur au nombre de participants prove-
nant de l’extérieur.
  Pour en savoir plus
Veuillez  consulter  la  réglementation  interne  rela-
tive aux frais de représentation des fonctionnaires - 
SEC(95) 819.
Pour  de  plus  amples  informations  concernant  les 
règles  de  gestion  des  frais  de  représentation  des 
membres du Collège, veuillez consulter le document 
C(2007) 3494.


15
5. Comportement au travail
La notion de comportement éthique se rapporte à une 
manière d’être dans ses relations au sein de la Commis-
sion, que ce soit avec son chef, avec ses collègues ou 
avec les autres membres du personnel. Au travail, vous 
pouvez être confronté à de nombreuses situations diffé-
rentes, ce qui vous oblige en permanence à faire preuve 
de  discernement  et  de  bon  sens,  conformément  aux 
principes et aux normes éthiques que le personnel de la 
Commission est tenu d’appliquer.
En outre, le personnel doit se conformer à l’article 1er quin-
quies du statut, qui interdit toute discrimination fondée 
sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou 
sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la re-
ligion ou les convictions, les opinions politiques ou toute 
autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la 
fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation 
sexuelle.  Toute  forme  de  harcèlement  moral  et  sexuel 
est également interdite (pour de plus amples informa-
tions, voir le point 7). 
Relations avec la hiérarchie 
Vous êtes tenu, quel que soit votre grade, «d’assister et 
de conseiller» vos supérieurs et vous êtes responsable  normes de sécurité (article 21 bis du statut). Toutefois, 
de  l’exécution  des  tâches  qui  vous  sont  confiées.  En  à votre demande, votre supérieur est tenu de consigner 
d’autres termes, vous devez faire votre travail correcte-
tout ordre de ce type par écrit (voir également la section 
ment (article 21 du statut). La responsabilité incombant  «Dénoncer des actes répréhensibles graves» au point 7).
à un subordonné n’exonère pas un fonctionnaire de ses 
propres responsabilités. 
Relations entre collègues
Un membre du personnel doit suivre les instructions qui 
lui sont données, à moins que celles-ci soient manifes-
Il convient de traiter les collègues avec respect et im-
tement illégales ou contraires aux normes de sécurité  partialité,  quelles  que  soient  leurs  fonctions.  Dans  un 
applicables, ce qu’il ne faut toutefois pas confondre avec  environnement  professionnel  pluriculturel,  le  respect 
de simples désaccords ou divergences d’opinions.  
mutuel et la tolérance face à la différence sont les princi-
paux ingrédients de toute bonne relation professionnelle. 
Si  vous  estimez  qu’une  instruction  reçue  de  votre  su-
D’autres éléments sont également importants, tels que:
périeur est entachée d’une irrégularité ou susceptible 
d’entraîner des difficultés graves, vous devez demander 
•   le  travail en équipe – travailler ensemble pour 
confirmation de cette instruction par écrit à votre supé-
atteindre des objectifs communs;
rieur direct, puis, si nécessaire, à l’autorité hiérarchique 
•   une  communication claire et courtoise - témoi-
immédiatement  supérieure.  Si  cette  dernière  confirme 
gner du respect aux collègues pour gagner leur 
l’instruction  par  écrit,  vous  devez  l’exécuter,  à  moins 
sympathie et favoriser l’efficacité en donnant des 
qu’elle ne soit manifestement illégale ou contraire aux 
instructions claires;

16
•   la résolution des conflits - trouver des solutions  l’extérieur, n’oubliez pas que les courriers électroniques 
réalistes grâce à la discussion et à une meilleure  et autres messages transmis via le système de la Com-
compréhension mutuelle;
mission  affichent  généralement  votre  adresse  électro-
•   une tolérance zéro pour toute forme de harcèle-
nique à la Commission, ce qui établit un lien vers cette 
ment moral et sexuel.
dernière. 
Utilisation des moyens 
Sachez  que  la Commission a le droit de contrôler 
de communication de la 
l’utilisation des services fondés sur les technolo-
gies de l’information et de la communication (TIC) et 
Commission 
qu’elle exerce ce droit. Votre directeur général peut, s’il 
vous suspecte d’en faire une utilisation abusive, deman-
Le matériel informatique, le courrier électronique et l’ac-
der à la DG HR d’ouvrir une enquête sur votre utilisation 
cès internet ainsi que les téléphones fixes, les téléphones  de ces services.
portables, les photocopieurs et les télécopieurs ont été 
installés pour un usage officiel. Toutefois, il est permis 
d’utiliser ces moyens de communication à des fins pri-
Pour en savoir plus
vées de façon occasionnelle et limitée, à condition de ne 
pas en faire un usage:
Sur la politique de la Commission en ce qui concerne 
l’utilisation de moyens de communication, voir l’infor-
•  illégal ou impropre;
mation  administrative  n°  45/2006  et  la  communi-
•   susceptible  de  perturber  le  fonctionnement  du 
cation de M. le Président sur la politique de la Com-
service lui-même; ou 
mission en matière d’utilisation interne du courrier 
•  contraire aux intérêts et à la réputation de l’Union.
[SEC(2009) 1412]. 
En ce qui concerne les téléphones fixes, les téléco-
pieurs et les téléphones portables,  vous  pouvez  en 
faire un usage privé occasionnel à vos frais. Pour les 
téléphones fixes et les télécopieurs, il vous faut deman-
der un code d’accès personnalisé qui devra être utilisé 
pour chaque communication privée. Le coût des appels 
privés sera retenu sur votre salaire. La mise à disposition 
de ce type de code d’accès pour les téléphones portables 
n’étant pas encore généralisée, vous devrez indiquer vos 
appels privés sur les relevés mensuels, et les coûts cor-
respondants seront déduits de votre salaire. 
L’utilisation  occasionnelle  des  photocopieurs et de la 
messagerie électronique à des fins privées est accep-
table. Toutefois, en ce qui concerne la messagerie élec-
tronique et indépendamment du contenu (par exemple, 
spectacles,  oeuvres  de  bienfaisance,  campagnes  poli-
tiques, messages à finalité commerciale, etc.), vous de-
vriez vous abstenir d’envoyer des messages à un nombre 
élevé, voire inconsidéré, de destinataires (au sein ou à 
l’extérieur de la Commission) et de demander à d’autres 
de diffuser largement de tels messages. Il est essentiel 
d’observer cette règle pour garantir le respect du principe 
d’impartialité, éviter le «spamming» et maintenir le bon 
fonctionnement du service.
En ce qui concerne l’utilisation occasionnelle de l’in-
ternet à des fins privées, elle est aussi acceptable. Tou-
tefois le(s) serveur(s) de la Commission ne peu(ven)t pas 
être utilisé(s) pour consulter, par exemple, des sites web 
au contenu choquant, raciste, discriminatoire, sexuelle-
ment explicite ou d’autres sites tout aussi inconvenants, 
ou pour tout autre usage personnel dépassant une limite 
raisonnable (voir aussi page 23 sur l’utilisation des mé-
dias sociaux). 
Les serveurs de la Commission pouvant être utilisés tant 
directement du bureau que par accès à distance depuis 


17
6. Obligations individuelles
Afin  de  maintenir  l’indépendance  et  la  crédibilité  de 
la  Commission,  en  tant  que  membre  du  personnel, 
vous êtes soumis à des dispositions raisonnables qui 
concernent  l’exercice  de  vos  activités  et  qui  peuvent 
avoir  des  conséquences  sur  votre  vie  privée.  C’est 
pourquoi  vous  êtes  tenu  de  demander  des  autorisa-
tions  ou  de  fournir  des  déclarations  dans  diverses 
situations  (par  exemple  conflit  d’intérêts,  cadeaux, 
activités externes, emploi du conjoint ou publications 
ou discours concernant des questions liées à l’Union), 
et ce de votre propre initiative.
La présente section passe en revue ces situations (qui 
figurent pour la plupart dans le statut, titre II, Droits et 
obligations  des  fonctionnaires  -  voir  annexe  1  pour  le 
texte intégral) et les procédures à suivre.
Dans  le  présent  chapitre,  il  sera  fait  fréquemment 
référence à l’«AIPN» ou «autorité investie du pouvoir 
de nomination». Cette expression abstraite désigne 
un système de délégation d’autorité. En pratique, la 
Commission délègue les questions de personnel aux 
Comportement portant 
niveaux appropriés de l’encadrement moyen et supé-
atteinte à la dignité de 
rieur. Les responsables de cet encadrement donnent 
vie au terme abstrait d’AIPN.
votre fonction
D’une manière générale, pour certaines procédures, 
D’une manière générale, vous êtes censé vous abstenir 
les pouvoirs de l’AIPN sont exercés par votre direc-
de tout acte et de tout comportement susceptible de 
teur  général.  Pour  les  autres  obligations  mention-
porter atteinte à la dignité de votre fonction, comme le 
nées  dans  le  présent  chapitre,  ces  pouvoirs  sont 
précise  le  statut  (article  12).  En  d’autres  termes,  votre 
exercés par la DG HR (son directeur général ou un 
comportement,  même  en  dehors  du  bureau,  doit  être 
service en particulier). 
exemplaire. Le comportement professionnel et privé d’un 
fonctionnaire au sein de la Commission ou à l’extérieur 
Compte  tenu  de  l’existence  de  dispositions  spéci-
ne doit pas porter atteinte à la réputation de la fonction 
fiques  concernant  la  délégation  des  pouvoirs  de 
publique européenne.
l’AIPN, il vous est conseillé de consulter les tableaux 
correspondants  des  AIPN  ou  de  demander  conseil 
Il convient de noter qu’en agissant ou en vous conduisant 
à  votre  correspondant  «Éthique»  qui  travaille  nor-
d’une manière susceptible de nuire à la réputation de la 
malement dans l’unité «Ressources humaines» de 
Commission, vous vous exposez à des mesures discipli-
votre DG.
naires. Cela pourrait être le cas, par exemple, si vous êtes 
condamné pour un crime ou un délit. 
Tout acte ou avis sera apprécié en fonction de son inci-
dence, en particulier s’il se révèle préjudiciable à la répu-
tation de la Commission.

18
Prévention des conflits 
Si tel est votre cas ou si vous avez le moindre doute sur 
d’intérêts 
l’existence  éventuelle  d’un  conflit  d’intérêts  dans  votre 
situation,  avisez-en  immédiatement  l’AIPN  en  complé-
tant le formulaire de déclaration ad hoc. Il est également 
S’il convient de prévenir tout conflit d’intérêts, voire toute  préférable d’informer votre hiérarchie directe. 
apparence de conflit d’intérêts, c’est essentiellement pour 
éviter que vous soyez accusé de parti pris ou de partialité  Les  conflits  d’intérêts  susceptibles  de  survenir  dans  le 
dans le cadre d’un processus décisionnel auquel vous se-
cadre d’une action budgétaire sont abordés dans le rè-
riez amené à participer, et maintenir ainsi l’indépendance  glement financier (article 52). En vertu de l’article 34 des 
et la crédibilité de la Commission. Il est donc fondamen-
modalités  d’exécution  du  règlement  financier,  l’autorité 
tal de déterminer la meilleure façon de prévenir ce genre  compétente que vous devez informer de tout conflit d’in-
de situation. Cela dit, chacun court le risque de se trou-
térêts potentiels est votre supérieur hiérarchique.
ver dans une situation de conflit d’intérêts, même après 
avoir  pris  toutes  les  précautions  nécessaires.  Lorsque  Cadeaux, faveurs, Rémunérations 
cela se produit, il est essentiel de savoir comment réagir.  distinctions honorifiques et décorations
Pour éviter un tel conflit ou y remédier, il convient:
Cadeaux, faveurs (offres d’hospitalité)  
et rémunérations 

▶ de refuser les cadeaux ou faveurs; 

▶  de  déclarer  les  activités  professionnelles  de  L’article 11 du statut énonce que vous ne pouvez accep-
votre conjoint ou partenaire; 
ter de cadeaux, de faveurs ou de  rémunérations d’un 

▶  d’adresser une notification immédiate à la Com-
gouvernement ou d’une source extérieure à l’institution 
mission si, dans l’exercice de vos fonctions, vous  sans autorisation de l’AIPN. En règle générale, vous de-
êtes amené à prendre une décision sur une ques-
vez décliner de telles offres lorsqu’elles ont plus qu’une 
tion dans laquelle vous avez un intérêt personnel  simple  valeur  symbolique  (par  exemple  des  agendas, 
susceptible d’affecter votre impartialité; 
des  calendriers,  du  petit  matériel  de  bureau,  une  invi-

▶  de demander une autorisation préalable pour  tation à un café, etc.). Dans certains cas exceptionnels 
toute  activité  extérieure  (travail  rémunéré  ou  (par exemple, si les usages sociaux ou diplomatiques ou 
bénévole)  que  vous  souhaitez  exercer  pendant  les règles de courtoisie l’exigent) et s’il n’existe manifes-
que vous êtes en activité;
tement aucun risque pour les intérêts et l’image de la 

▶  de demander une autorisation préalable pour  Commission, vous pouvez accepter certains cadeaux ou 
tout travail que vous souhaitez exercer, pendant  certaines offres d’hospitalité.
une période de deux ans après la cessation de 
vos fonctions;
Si l’on vous propose un cadeau d’une valeur estimée de 

▶  d’aviser  la  Commission  au  préalable  de  votre  plus de 50 EUR, vous devez obtenir l’autorisation de l’ac-
intention d’être candidat à une fonction publique;
cepter. En tout état de cause, aucune autorisation n’est 

▶  d’aviser  la  Commission  au  préalable  de  votre  accordée si la valeur du cadeau dépasse 150 EUR. L’ac-
intention de publier un texte sur des questions  cumulation des cadeaux (même s’ils sont d’une valeur 
en rapport avec les travaux de l’Union. 
inférieure à 50 EUR et quelle qu’en soit la source) est à 
éviter, car elle pourrait nuire à votre image. 
Déclaration d’un conflit d’intérêts 
potentiel
Avant  de  décider  d’autoriser  ou  non  l’acceptation  d’un 
cadeau, l’AIPN tient compte des éléments suivants:
En  dehors  des  situations  et  obligations  spécifiques  ci-
après prévues par le statut, et comme indiqué à l’article 
•  la nature de la source du cadeau;
11 bis du statut, il vous est interdit, dans l’exercice de 
•  le motif apparent de l’offre de cadeau;
vos fonctions, de traiter une affaire dans laquelle vous 
•   le  lien  entre  l’entité  offrant  le  cadeau  et  la 
avez, directement ou indirectement, un intérêt personnel 
Commission;
de  nature  à  compromettre  votre  indépendance  et,  par 
•   les conséquences éventuelles pour les intérêts de 
extension, les intérêts de la Commission. 
la Commission;
•  la destination individuelle ou collective de l’offre;
Cette  situation  peut notamment se présenter dans  les 
•  la nature et la valeur estimée du cadeau;
cas suivants:
•  la fonction du membre du personnel.
•   quand votre activité professionnelle et vos inté-
Les  offres d’hospitalité sont considérées comme un 
rêts privés, ou ceux de votre famille ou de votre  type  de  faveur.  L’acceptation  d’une  offre  d’hospitalité 
partenaire, sont liés;
dépendra des mêmes facteurs que ceux exposés ci-des-
•   quand vous vous trouvez dans une situation telle  sus en ce qui concerne les cadeaux. Toutefois, la valeur 
que vous pourriez être raisonnablement accusé  d’une offre d’hospitalité pouvant être difficile à détermi-
de parti pris ou de partialité compte tenu de vos  ner, la nature de l’offre doit être prise en considération 
intérêts personnels.
en premier lieu. Par exemple, un membre du personnel 

19
peut accepter sans autorisation préalable et en accord  Seules les distinctions honorifiques et les décorations dé-
avec sa hiérarchie les offres de déjeuners et de dîners de  cernées par un État souverain ou les médailles officielles 
travail qui lui sont faites dans l’exercice de ses fonctions  octroyées par un État souverain ou par une autorité offi-
et qui ne présentent aucun risque de conflit d’intérêts. Il  cielle de cet État (ministère, autorité régionale ou locale, 
en va de même pour les offres de simples repas, rafraî-
université, etc.), ou reconnues par une autorité officielle 
chissements et collations. Pour toutes les autres offres  ou accordées par toute autre source extérieure à l’insti-
et en cas de doute, vous devez demander l’autorisation  tution (Prix Charlemagne, Carnegie Hero Fund, etc.) font 
préalable de l’AIPN. 
l’objet  des  restrictions  prévues  à  l’article  11  du  statut. 
Les «décorations non officielles» ne sont pas couvertes.
Toute somme d’argent doit toujours être refusée. 
Pour prendre sa décision, l’AIPN tiendra compte des élé-
En ce qui concerne les rémunérations pour travaux  ments suivants:
réellement effectués, tels que des conférences ou des 
publications (sur des questions liées à l’UE), voir la ru-
•   la motivation de la distinction honorifique ou de 
brique ci-après consacrée à la liberté d’expression.
la décoration;
•   les conséquences éventuelles pour les intérêts de 
Quant aux missions dont les coûts sont couverts par 
l’institution.
une source externe, elles ne doivent être acceptées que  Ces dispositions s’appliquent aussi aux anciens membres 
si elles répondent à l’intérêt du service et s’il n’existe  du personnel si la décoration a un lien avec leur activité 
aucun risque de conflit d’intérêts réel, apparent ou po-
à la Commission.
tentiel. Avant le début de la mission, l’ordonnateur doit 
vérifier qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts et le confir-
Déclaration de l’activité professionnelle 
mer dans l’ordre de mission. Dans de nombreuses DG,  du conjoint
les missions de ce type doivent être approuvées par le 
directeur général.
Conformément à l’article 13 du statut, vous avez l’obli-
gation d’informer l’AIPN si votre conjoint «exerce, à titre 
Si certains coûts ont été couverts par la source externe  professionnel, une activité lucrative», c’est-à-dire s’il a un 
au cours de la mission, une note confirmant qu’il n’existe  travail rémunéré. Cette obligation vise à prévenir toute 
pas de conflit d’intérêts (potentiel), signée par l’ordonna-
apparence de conflit d’intérêts lié à vos activités profes-
teur, doit être jointe à la déclaration de frais.
sionnelles respectives. À cet égard, les partenaires non 
mariés légalement reconnus sont considérés comme des 
conjoints [pour des informations plus précises, voir ar-
Pour en savoir plus
ticle 1er, paragraphe 2, point c), de l’annexe VII du statut].
Communication du vice-président Šefčovič à la Com-
Tout  changement  dans  la  situation  professionnelle  de 
mission sur les lignes directrices concernant les ca-
votre conjoint doit également être notifié à l’AIPN, qui se 
deaux et les offres d’hospitalité destinés aux membres 
prononcera sur un éventuel problème de conflit d’inté-
du personnel [SEC(2012) 167].
rêts.
Guide des missions [C(2008) 6215] — point 6. 
L’AIPN peut décider, après consultation de la commission 
paritaire,  de  vous  muter  à  un  autre  poste  si  la  nature 
de l’activité professionnelle de votre conjoint est jugée 
incompatible avec la vôtre et si vous n’êtes pas en me-
Distinctions honorifiques et décorations 
sure de garantir que l’activité de votre conjoint prendra 
(médailles)
fin dans un délai déterminé.
Eu égard au principe général d’indépendance, vous ne  Veuillez noter que les déclarations visées à l’article 13 
pouvez  accepter  d’un  gouvernement  ou  d’une  autre  du statut sont différentes de celles que vous êtes tenu 
source  aucune  distinction  honorifique  ni  aucune  dé-
de faire à l’Office des paiements (PMO) qui peuvent avoir 
coration sans y avoir été préalablement autorisé par  une  incidence  sur  vos  indemnités,  l’assurance-maladie 
l’AIPN  (sauf  pour  services  rendus  avant  votre  nomi-
pour votre conjoint, etc.
nation à la Commission ou pendant un congé spécial 
pour service militaire ou national et dans le contexte  Demande d’autorisation préalable pour 
de ces services). L’octroi d’une telle décoration ou dis-
les activités extérieures en période 
tinction honorifique pourrait en effet raisonnablement  d’activité ou pendant un congé de 
être  considérée  comme  récompensant  des  services  convenance personnelle
rendus à un organe extérieur ou à un gouvernement 
national par un membre du personnel pendant sa pé-
Il est fondamental, afin d’assurer l’indépendance et l’inté-
riode d’activité à la Commission, ce qui pourrait faire  grité du personnel et, par extension, celles de l’institution, 
naître des doutes quant à l’impartialité de la Commis-
que tous les membres du personnel de la Commission 
sion elle-même. 
demandent une autorisation préalable avant d’exercer des 


20
activités extérieures, rémunérées ou non, allant au-delà  an à compter de la date de la décision, ou pour une durée 
de ce qui peut être considéré comme un passe-temps.  plus courte qui sera indiquée dans la décision. Si vous 
Concrètement, une activité extérieure ne doit pas:
souhaitez  obtenir  une  prolongation  ou  un  renouvelle-
ment de votre autorisation, il vous faudra soumettre une 
•   prendre tant de temps qu’elle aurait une incidence  nouvelle demande.
négative  sur  votre  travail  à  la  Commission,  ou 
constituer un deuxième emploi à part entière; 
Il convient également de noter que, si vous demandez 
•   donner l’impression qu’il pourrait y avoir un conflit  un «CCP» (congé de convenance personnelle) et l’autori-
d’intérêts ou être susceptible de jeter de quelque  sation de travailler dans ce contexte, l’AIPN peut subor-
autre façon le discrédit sur la Commission.
donner son acceptation à des conditions raisonnables et 
En outre, la rémunération perçue doit être modeste. La  proportionnées, compte tenu de l’activité que vous envi-
rémunération nette annuelle maximale que vous pour-
sagez d’exercer au cours de la période indiquée, et peut 
rez  percevoir  pour  toute  activité  extérieure  exercée  en  même refuser d’accorder ce congé, s’il y a lieu.
dehors des institutions européenne est fixée à 4 500 EUR 
(nets).  Les  montants  dépassant  cette  somme  doivent 
être reversés à la Commission. 
Pour en savoir plus
Pour  ces  demandes  d’autorisation  en  vertu  de  l’article 
Décision de la Commission relative aux activités exté-
12 ter du statut, l’AIPN tient compte des aspects men-
rieures et aux mandats [C(2004) 1597]
tionnés  ci-dessus.  En  pratique,  si  vous  respectez  ces 
conditions,  vous  devriez  pouvoir  exercer,  par  exemple, 
Information  administrative  n°  22/2011  -  Guide  pra-
des activités bénévoles ou caritatives ou, dans une cer-
tique à l’intention des membres du personnel souhai-
taine mesure, des activités d’enseignement.
tant exercer des activités bénévoles 
Par contre, ne sont pas autorisées, entre autres:
Candidature à une fonction publique
•   les  activités  extérieures,  rémunérées  ou  non, 
impliquant  la  pratique  des  professions  dites  li-
bérales (architecte, avocat, économiste, expert-
comptable,  informaticien,  ingénieur,  interprète, 
médecin, traducteur, etc.);
•   les  activités  au  sein  de  sociétés  commerciales, 
même non rémunérées ou à titre strictement 
nominal (directeur non exécutif, conseiller béné-
vole, etc.);
•   les activités d’enseignement et les autres activi-
tés éducatives, rémunérées ou non, si leur durée 
dépasse 100 heures par année scolaire, sauf si 
ce dépassement est considéré par l’AIPN, après 
consultation du directeur général des ressources 
humaines et de la sécurité, comme présentant un 
intérêt pour la Commission.
Si vous souhaitez être candidat à une fonction publique, 
En règle générale, toute demande doit être soumise deux  par exemple dans le cadre d’élections municipales, régio-
mois  avant  le  début  prévu  de  l’activité  envisagée,  afin  nales, nationales ou européennes, vous devez en aviser 
de laisser un délai suffisant pour le traitement de votre  au préalable l’AIPN, comme le prévoit l’article 15 du sta-
demande. Avant de prendre sa décision, la Commission  tut. Après avis de votre directeur général, l’AIPN décide 
apprécie  objectivement  chaque  cas  au  regard  du  type  si, avant la date de l’élection ou de la nomination, vous:
d’activité proposé. 
•   devez prendre un congé de convenance person-
En  tant  que  détenteur  d’une  carte  d’identité  spéciale, 
nelle (CCP);
vous n’êtes pas autorisé à effectuer un autre travail que 
•  devez prendre un congé annuel;
celui pour lequel vous avez été engagé par la Commis-
•   pouvez  être  autorisé  à  exercer  votre  activité  à 
sion. Si la Commission vous autorise à exercer une acti-
temps partiel; ou
vité  extérieure,  n’oubliez  pas  que  vous  serez  soumis  à 
•   pouvez continuer d’exercer votre activité à plein 
l’impôt sur le revenu et à la législation sociale au niveau 
temps.
national. De plus, la pratique d’une activité extérieure ne 
peut se faire dans les locaux des institutions ni durant  Élection ou nomination
les heures de service.
Si vous êtes élu ou nommé à une fonction, vous devez en 
Les autorisations accordées en vertu de l’article 12 ter  informer immédiatement l’AIPN au moyen du formulaire 
du statut sont valables pour une durée maximum d’un  approprié.

21
Ensuite,  sur  la  base  de  l’avis  de  votre  directeur  géné-
Toutefois, ce type de demandes peut également émaner 
ral  et  compte  tenu  des  intérêts  de  la  Commission,  de  d’une autorité judiciaire ou policière nationale sans que 
l’importance  de  la  fonction  publique  en  question,  des  vous en soyez informé. Si le secret de la procédure est 
obligations qu’elle comporte ainsi que des émoluments  demandé à la Commission, vous ne serez informé de la 
et défraiements auxquels elle donne droit, l’AIPN décide  levée de votre immunité que quand vous serez convoqué 
si vous:
pour une audition par les autorités nationales.
•   devez présenter une demande de congé de conve-
Immunité de juridiction
nance personnelle (CCP);
•  devez prendre un congé annuel;
L’article 11 (a) du protocole sur les privilèges et immu-
•   pouvez  être  autorisé  à  exercer  votre  activité  à  nités de l’Union européenne («PPI») prévoit que les fonc-
temps partiel; ou
tionnaires et autres agents de l’Union «jouissent de l’im-
•   pouvez continuer d’exercer votre activité à plein  munité de juridiction pour les actes accomplis par eux, y 
temps.
compris leurs paroles et écrits, en leur qualité officielle 
Selon  la  pratique  administrative  courante,  l’AIPN  exige  [ ]. Ils continueront à bénéficier de cette immunité après 
des membres du personnel élus au niveau d’un parle-
la cessation de leurs fonctions». Il convient de noter que 
ment  national  (députés  et  sénateurs,  le  cas  échéant)  cette immunité est accordée exclusivement dans l’inté-
ou du Parlement européen qu’ils prennent un CCP pour  rêt de l’Union (article 17 du PPI) et ne vaut que pour les 
toute la durée de leur mandat.
actes relevant de la vie professionnelle. Dans la pratique, 
lorsqu’une autorité judiciaire nationale le demande, cette 
Si l’AIPN décide de vous maintenir en position d’activité au  immunité est systématiquement levée.
sein de la Commission, elle peut vous accorder, sur la base 
d’une demande officielle dûment motivée, un congé spé-
En ce qui concerne la vie privée, la question de l’immu-
cial ne dépassant pas 12 jours par an pour cette activité. 
nité ne se pose même pas et le fonctionnaire est soumis 
au droit civil et pénal national1. 
Témoignages en justice et  Les demandes de levée d’immunité des autorités judi-
immunité
ciaires  nationales  sont  traitées  par  l’Office  d’investiga-
tion et de discipline (IDOC) de la DG HR. Les décisions 
définitives  de  levée  de  l’immunité  sont  prises  par  la 
Selon  votre  domaine  d’activité  et  vos  responsabili-
Commission. Lorsque les autorités judiciaires nationales 
tés  particulières,  vous  devez  savoir  répondre  à  des  demandent le secret de la procédure, la Commission est 
demandes  de  témoignage  en  justice  et  connaître  les  tenue de respecter cette demande.
modalités  d’application  de  l’immunité  qui  couvre  vos 
activités professionnelles en tant que membre du per-
En  outre,  l’article  23,  paragraphe  2,  du  statut  impose 
sonnel de la Commission.
également aux fonctionnaires de rendre compte immé-
diatement à l’AIPN (à savoir le directeur général des res-
Témoignages en justice
sources humaines et de la sécurité) de toute mise en 
cause de l’immunité.
Si vous êtes appelé à témoigner en justice dans le cadre 
d’une procédure ayant un rapport avec votre travail, vous 
devez préalablement demander l’autorisation de l’AIPN,  Droit à la liberté 
comme vous l’impose l’article 19 du statut.  Cette auto-
d’expression (publications 
risation doit également être obtenue dans le cadre de 
procédures  assimilables  à  des  procédures  judiciaires,  et discours) 
telles que les enquêtes parlementaires, dans lesquelles 
les témoins peuvent être appelés à comparaître comme  Ces principes s’appliquent essentiellement lorsque vous 
dans les procédures en justice. Les membres du person-
vous exprimez sur des questions professionnelles ou eu-
nel restent soumis à cette obligation même après la ces-
ropéennes, notamment dans des publications ou des 
sation  de  leurs  fonctions.  Elle  ne  s’applique  cependant  discours.
pas en cas de témoignage devant la Cour de justice de 
l’Union européenne (y compris le Tribunal ou le Tribunal  L’article 17 bis du statut vous accorde le droit à la liber-
de la fonction publique) ou devant le conseil de discipline  té d’expression «dans le strict respect des principes de 
d’une institution européenne. 
loyauté et d’impartialité». 
Les demandes d’autorisation doivent être envoyées par  Publications/discours et rémunération
vous-même ou par le service responsable de la Commis-
sion (Office de lutte antifraude, direction «Sécurité» de 
la DG HR, votre direction générale, etc.), accompagnées  1  Comme l’a confirmé la Cour de justice européenne dans plusieurs 
de  pièces  justificatives  (notamment  la  demande  de  la  arrêts, l’article 23 du statut prévoit que les fonctionnaires «ne sont pas 
dispensés de s’acquitter de leurs obligations privées, ni d’observer les lois 
juridiction), à l’AIPN. 
et les règlements de police en vigueur».


22
Publications  et  discours  consacrés  à  des  questions
professionnelles ou européennes
Si  vous  souhaitez  publier  ou  faire  publier,  seul  ou  en 
collaboration, un texte, tel qu’un article ou un ouvrage, 
dont l’objet se rattache au travail de l’Union, vous devez 
en informer au préalable votre AIPN, comme le prévoit 
l’article 17 bis du statut.  
À cet égard, vous devez fournir à l’AIPN toutes les in-
formations nécessaires, notamment un exemplaire, sur 
support  électronique,  du  texte  que  vous  avez  l’inten-
tion de publier. Ces informations doivent être accom-
pagnées d’un résumé, également sur support électro-
nique,  rédigé  dans  l’une  des  langues  de  travail  de  la 
Commission.
Si l’AIPN est en mesure de démontrer que la publica-
tion est susceptible de porter gravement atteinte aux 
intérêts  légitimes  de  l’Union,  elle  est  tenue  de  vous 
informer de sa décision dans un délai de 30 jours ou-
vrables à compter de la réception des informations. Au-
delà  de  ce  délai,  l’AIPN  sera  réputée  ne  pas  soulever 
d’objection. Toutefois, une absence de réaction est sans 
préjudice  de  l’éventuelle  application  d’une  disposition 
telle que celle prévue à l’article 12 du statut s’il s’avère 
que  la  publication  contient,  par  exemple,  des  propos 
diffamatoires  ou  insultants.  Elle  n’empêche  pas  non 
plus l’application éventuelle de l’article 24 du statut si 
d’autres fonctionnaires demandent une assistance face 
•   en règle générale, lorsque vous vous trouvez en 
à ce qu’ils considèrent comme des déclarations diffa-
dehors de votre environnement de travail, vous 
matoires au travail. L’auteur reste personnellement res-
êtes censé vous abstenir d’aborder des questions 
ponsable du contenu de la publication.
professionnelles liées à des dossiers spécifiques 
dont vous êtes chargés. 
Les présentes règles et procédures s’appliquent égale-
Vous êtes également soumis aux règles relatives à la 
ment aux discours et à toute forme de communication  non-divulgation d’informations et au devoir de réserve 
publique ou privée en dehors du cadre de vos fonctions,  (voir le chapitre «Relations avec le public»).
pour  autant  qu’ils  fassent  ou  puissent  faire  l’objet 
d’une publication, et s’ils ont trait à des questions euro-
Rémunérations
péennes. Les blogs sont soumis aux mêmes principes 
que les publications. 
Si la publication (y compris sa rédaction/préparation) ou 
le discours vous donne droit à des émoluments, vous 
Restrictions à la liberté d’expression
devez demander à votre AIPN l’autorisation préalable 
de les accepter (voir également la section «Demande 
Bien que le statut (article 17 bis, paragraphe 1) accorde  d’autorisation  préalable  pour  les  activités  extérieures 
aux  fonctionnaires  et  aux  autres  agents  le  droit  à  la  en  période  d’activité  ou  pendant  un  congé  de  conve-
liberté d’expression, l’octroi de ce droit est subordonné,  nance personnelle»). 
dans le cadre de votre activité professionnelle, au res-
pect des conditions suivantes:
Les droits d’auteur perçus pour des publications n’ayant 
soulevé aucune objection de la part de l’AIPN ne sont 
•   vous  devez  faire  preuve  de  retenue  et  de  pru-
pas soumis au plafond annuel de 4 500 EUR qui s’ap-
dence  dans  l’expression  d’opinions,  notamment  plique à l’exercice d’une activité autorisée à l’extérieur 
quand  ces  dernières  s’écartent  manifestement  de la Commission.
de politiques bien connues de l’institution; cela 
est d’autant plus vrai si vous occupez un poste  Si une publication ou un discours fait partie de votre 
d’encadrement; 
travail lors d’une mission pour la Commission (il peut 
•   de telles opinions, ou toute autre opinion relative  par exemple arriver que des émoluments vous soient 
aux politiques de l’Union, doivent être exprimées  proposés pour un discours prononcé au cours d’une 
avec modération et sous votre responsabilité ex-
mission, et donc dans le cadre de vos fonctions), vous 
clusive (c’est-à-dire accompagnée d’une clause de  devez en préciser le montant exact dans votre demande 
non-responsabilité de la Commission);
de mission ou au moins dans votre décompte de frais 

23
de mission. Si vous percevez ces émoluments après le 
remboursement de vos frais de mission, vous devez en  Obligations après la 
informer  le  service  compétent.  Si  vous  prononcez  un  cessation des fonctions
discours sur votre lieu de travail, vous devez déclarer le 
montant des émoluments reçus au secteur «Rémunéra-
tions» du PMO. Ceux-ci seront soit déduits du solde du  Au cours de leur carrière, les fonctionnaires acquièrent 
décompte des frais de mission, soit retenus sur votre  non  seulement  une  expérience  professionnelle,  mais 
salaire suivant.
aussi certains «privilèges» liés à leur position dans la 
fonction  publique  européenne,  et  ils  peuvent  avoir  eu 
Publications et discours ayant trait à
accès  à  des  informations  sensibles.  Bien  que  cela  ne 
d’autres questions (non européennes)
soit pas un problème en soi, une situation privilégiée ne 
doit pas être utilisée d’une façon qui provoquerait une 
Pour  les  discours  et  les  publications  relatives  à  des  situation  de  conflit  d’intérêts  ou  qui  nuirait  à  l’image 
questions  non  européennes,  vous  ne  devez  deman-
de la Commission. C’est la raison pour laquelle, même 
der aucune autorisation de publication. Toutefois, si la  après la cessation de leurs fonctions, les anciens fonc-
publication (y compris sa rédaction/préparation) ou le  tionnaires et agents restent soumis à certaines obli-
discours peut être considéré(e) comme une activité ex-
gations. Ils doivent notamment, «respecter les devoirs 
térieure, notamment s’il (si elle) fait l’objet d’un contrat,  d’honnêteté et de délicatesse», comme l’exige l’article 
et/ou vous donne droit à des émoluments, vous devez  16 du statut. 
demander à votre AIPN l’autorisation préalable de les 
accepter  (voir  également  la  section  «Demande  d’au-
Les anciens fonctionnaires et agents sont donc tenus 
torisation  préalable  pour  les  activités  extérieures  en  de  refuser,  après  la  cessation  de  leurs  fonctions,  des 
période d’activité ou pendant un congé de convenance  tâches  ou  des  activités  professionnelles  qui  seraient 
personnelle»). Les droits d’auteur perçus pour ce type  incompatibles avec les intérêts de l’Union. Si vous avez 
de publications ne sont pas soumis au plafond annuel  l’intention d’exercer une activité professionnelle, rému-
de  4  500  EUR  applicable  à  l’exercice  d’une  activité  à  nérée ou non, dans les deux années suivant la cessa-
l’extérieur de la Commission.
tion de vos fonctions, vous êtes tenu d’en informer la 
Commission. Si cette activité est liée à l’activité exercée 
Veuillez  noter  que,  dans  ce  cas  également,  les  blogs  durant vos trois dernières années de service et risque 
sont soumis aux mêmes règles. 
d’être  incompatible  avec  les  intérêts  légitimes  de  la 
Commission,  l’AIPN  peut  soit  vous  interdire  l’exercice 
En ce qui concerne les médias sociaux (Facebook,  de cette activité, soit le subordonner à toute condition 
Twitter, YouTube,...),  les  membres  du  personnel  qu’elle  juge  appropriée.  La  Commission  dispose  d’un 
doivent garder à l’esprit qu’ils ne peuvent, en principe,  délai de 30 jours ouvrables pour vous notifier sa déci-
les utiliser qu’à titre personnel. Cet usage à titre per-
sion. L’absence de notification dans ce délai vaut accep-
sonnel doit être clairement et adéquatement mention-
tation implicite. 
né (par exemple, dans le «profil»). Les déclarations et 
opinions formulées dans ce cadre le sont à titre per-
En  cas  de  doute,  veuillez  contacter  la  DG  HR.B1  qui 
sonnel. Elles ne représentent donc pas le point de vue  vous  fournira  toutes  les  informations  dont  vous  avez 
de  la  Commission  et  ne  peuvent  donner  l’impression  besoin pour évaluer votre situation.
de  refléter  ce  dernier.  En  tout  état  de  cause,  il  vous 
incombe d’utiliser les médias sociaux de manière res-
Les bénéficiaires d’une allocation ou d’une pension d’in-
ponsable et, partant, de vous abstenir de toute action  validité ne peuvent exercer une activité professionnelle 
ou de toute déclaration susceptible de porter atteinte à  rémunérée  qu’à  la  condition  d’y  avoir  été  préalable-
la dignité de votre fonction et de la Commission (article  ment autorisés par l’AIPN.
12 du statut). Lorsque des activités menées dans les 
médias sociaux sont assimilables à des publications  Conformément  à  l’article  339  du  TFUE  «(...)  les  fonc-
consacrées à des questions européennes, une notifica-
tionnaires et agents de l’Union sont tenus, même après 
tion préalable est requise. 
la cessation de leurs fonctions, de ne pas divulguer les 
informations qui, par leur nature, sont couvertes par le 
Une  exception  est  prévue  lorsque  le  membre  du  per-
secret professionnel, et notamment les renseignements 
sonnel  est  spécifiquement  autorisé  à  représenter  le  relatifs  aux  entreprises  et  concernant  leurs  relations 
point de vue de la Commission. 
commerciales ou les éléments de leur prix de revient».
Tout ancien fonctionnaire ou agent doit, à tout moment 
Pour en savoir plus 
et  sans  limite  dans  le  temps,  «[s’abstenir]  de  toute 
divulgation non autorisée d’informations portées à sa 
Information administrative n° 34/2011 - Lignes di-
connaissance dans l’exercice de ses fonctions, à moins 
rectrices pour tout le personnel sur l’utilisation des 
que ces informations n’aient déjà été rendues publiques 
médias sociaux
ou  ne  soient  accessibles  au  public»,  conformément  à 
l’article  17  du  statut.  Les  membres  du  personnel  qui 

24
cessent leurs fonctions doivent, à la demande de la DG 
HR, signer une «déclaration sur l’honneur» par laquelle 
ils  s’engagent  notamment  à  restituer,  au  moment  de 
leur départ, tout document ou écrit faisant partie des 
dossiers ou des séries des documents non publics trai-
tés par eux dans le cadre de leurs activités à la Com-
mission. 
Conformément à l’article 19 du statut, les anciens fonc-
tionnaires et agents restent soumis à l’obligation rela-
tive aux témoignages en justice (voir section ci-dessus).
Pour en savoir plus
Décision de la Commission relative aux activités ex-
térieures et aux mandats [C(2004) 1597]


25
7.  Prévention et 
sanctions
Que  faire  en  cas  de  difficultés?  Malgré  les  règles 
existantes, des problèmes peuvent survenir. La Com-
mission dispose d’une série d’instruments pour les 
résoudre, allant de mesures de prévention à des pro-
cédures disciplinaires. 
Le but de la présente section est de vous fournir des 
conseils généraux concernant la résolution de pro-
blèmes d’éthique. Il est important de savoir comment 
réagir face à certaines situations difficiles résultant du 
comportement  ou  de  la  conduite  d’autres  collègues, 
par  exemple  des  actes  répréhensibles  graves  ou  du 
harcèlement. 
Il  importe  également  de  savoir  comment  la  Commis-
Responsabilité financière
sion enquête sur les infractions aux obligations qui lui 
sont signalées et engage des procédures disciplinaires 
le cas échéant. 
Bien que ce ne soit pas le propos essentiel du pré-
sent guide, il convient de noter que vous pouvez être 
Raisonnement éthique
amené,  dans  le  cadre  de  vos  fonctions,  à  assumer 
des  responsabilités  financières.  À  cet  égard,  il  est 
important de rappeler que, conformément à l’article 
Afin  de  résoudre  d’éventuels  dilemmes  éthiques  pou-
22 du statut, en tant que membre du personnel, vous 
vant se poser lorsque des valeurs et des principes diffé-
pourriez être tenu de réparer, en totalité ou en par-
rents se contredisent , songez à:
tie, le préjudice subi par l’Union en raison de fautes 
personnelles graves que vous auriez commises dans 

▶  analyser la situation en examinant les faits, les 
l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de vos fonc-
circonstances  et  les  règles  applicables,  afin  de 
tions.  De  toute  évidence,  il  n’est  pas  question  ici 
dégager les solutions envisageables; 
d’une simple erreur ou d’une faute légère entraînant 

▶  étudier les conséquences  de  chaque  solution, 
un préjudice financier. Toutefois, votre responsabilité 
ainsi que celles qu’entraînerait une absence de 
financière pourrait être invoquée si vous avez causé 
réaction;
un préjudice financier par un comportement volon-

▶  vérifier  si  d’autres  personnes  concernées  (hié-
taire  et  inconvenant  ou  par  une  négligence  grave. 
rarchie, collègues) approuvent les solutions que 
Dans de tels cas, toutes les circonstances en cause 
vous avez dégagées ou ont d’autres propositions 
sont prises en considération avant l’adoption d’une 
à soumettre;
décision. Pour de plus amples informations, voir les 

▶  prendre des mesures sur la base de la meilleure 
lignes  directrices  pour  l’application  de  l’article  22 
solution dégagée; 
adoptées par la Commission [SEC(2004) 0730].

▶  évaluer l’incidence réelle de votre action et tout 
retour d’informations, une expérience de ce type 
Pour des informations complètes concernant la ges-
pouvant créer un précédent ou servir utilement 
tion et l’exécution du budget, les rapports comp-
de point de départ lorsqu’une situation similaire 
tables et financiers, les questions de contrôle in-
se produira ultérieurement. 
terne, les marchés publics et d’autres questions 
connexes,  il  vous  est  recommandé  de  consulter  la 
DG Budget. 

26
péenne  -  celui  du  Conseil,  du  Parlement  européen  ou 
Pour  de  plus  amples  informations  concernant  les 
de la Cour des comptes - ou encore au Médiateur eu-
activités d’audit interne, voir le site web du service 
ropéen.    Toutefois,  compte  tenu  du  devoir  de  réserve 
d’audit interne sur Europa:  http://ec.europa.eu/dgs/
et de loyauté, cette option n’est ouverte qu’en dernier 
internal_audit/index_fr.htm
recours, à la condition expresse que le membre du per-
sonnel concerné estime honnêtement et raisonnable-
Pour des informations supplémentaires sur les activi-
ment que l’information communiquée , y compris toute 
tés de lutte antifraude, voir le site web de l’OLAF sur 
allégation qu’elle recèle, est en grande partie fondée, 
Europa: http://ec.europa.eu/anti_fraud/index_fr.htm
et qu’il ait laissé à la Commission ou à l’OLAF un laps 
de temps raisonnable pour prendre les mesures appro-
Dénoncer des actes 
priées. Chaque fois qu’une communication externe est 
nécessaire, il est recommandé de laisser les faits parler 
répréhensibles graves
d’eux-mêmes. 
Tout  informateur  qui  remplit  les  conditions  ci-dessus 
Toute organisation est exposée au risque de connaître  bénéficiera  d’une  protection  contre  d’éventuelles  consé-
des dérives graves ou d’employer à son insu tel ou tel  quences préjudiciables. Cette protection couvre l’identité 
individu  corrompu.  Généralement,  les  premiers  à  se  de l’informateur, ainsi que la mobilité professionnelle et 
rendre compte ou à se douter de l’existence d’un pro-
le  rapport  d’évaluation  de  la  personne  concernée.  Il  va 
blème sont les personnes qui travaillent dans l’organi-
sans dire que, pour que la Commission applique de telles 
sation, ou avec elle. Pour traiter les cas d’actes répré-
mesures de protection, l’intéressé devra s’identifier auprès 
hensibles graves, il est crucial de disposer d’un système  de l’institution et respecter la procédure de dénonciation. 
de  signalement  qui  inspire  confiance  et  qui  puisse 
contribuer à briser la loi du silence. Le statut tente de  Des  orientations  confidentielles  et  impartiales  seront 
résoudre le problème en exigeant du personnel qu’il  fournies par les correspondants «Éthique» de chaque DG 
signale  tout  acte  répréhensible  grave  (article  22  bis)  aux dénonciateurs potentiels de dysfonctionnements. 
et  en  prévoyant  une  protection  pour  les  membres  du 
personnel ayant communiqué l’information en question 
(article 22 ter).
Pour en savoir plus
La procédure de dénonciation des 
Communication du vice-président Šefčovič à la Com-
dysfonctionnements
mission sur les lignes directrices en matière de dé-
nonciation de dysfonctionnements - SEC(2012) 679
Vous  êtes  tenu  de  dénoncer  les  faits  pouvant  laisser 
présumer  une  éventuelle  activité  illégale,  notamment 
un cas de fraude ou de corruption, ou un manquement  Harcèlement
grave  aux  obligations  professionnelles  du  personnel 
de la Commission. Ce devoir ne concerne que les faits  Conformément à l’article 12 bis du statut, la Commis-
découverts dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice  sion ne tolère aucune forme de harcèlement. Dans l’en-
de vos fonctions. 
vironnement de travail, le statut distingue deux types 
particuliers de harcèlement - le harcèlement moral et 
Si vous avez connaissance d’actes répréhensibles graves,  le harcèlement sexuel - et la Commission a adopté une 
vous  devez  transmettre  l’information  par  écrit  et  sans  politique spécifique pour régler ces questions [décision 
délai à votre chef d’unité, à votre directeur général ou au  C(2006) 1624/3/final]. 
secrétaire général de la Commission, ou à l’Office euro-
péen de lutte antifraude (OLAF) directement. 
Harcèlement moral
Le destinataire de cette information doit la transmettre  Le  harcèlement  moral  englobe  toute conduite abu-
sans délai à l’OLAF. 
sive et intentionnelle se manifestant de façon durable, 
répétitive ou systématique  par  des  comportements, 
Lorsqu’ils reçoivent une information de ce type, l’OLAF  des  paroles,  des  actes,  des  gestes  et  des  écrits  sus-
ou la Commission doivent: 
ceptibles de porter atteinte à la personnalité, la dignité 
ou l’intégrité physique ou psychique d’une personne. Il 
•   communiquer à l’informateur, dans les 60 jours,  se  manifeste  sous  diverses  formes,  notamment  par: 
le délai nécessaire pour engager l’action qui s’im-
des  brimades,  des  antagonismes,  des  pressions,  de 
pose; et
l’agressivité,  voire  un  refus  de  communication,  c’est-
•   engager l’action qui s’impose dans le délai indiqué  à-dire divers comportements inacceptables qui, s’ils se 
à l’informateur. 
manifestent  de  manière  ponctuelle,  peuvent  paraître 
Si  aucune  mesure  adéquate  n’a  été  prise  dans  ce  sans grande conséquence, mais dont la répétition porte 
délai, le membre du personnel concerné a le droit de  gravement atteinte aux personnes contre lesquelles ils 
s’adresser au président d’une autre institution euro-
sont dirigés.

27
Harcèlement sexuel
•   la conduite impartiale et indépendante d’enquêtes 
administratives,  dont  l’objectif  est  d’établir  les 
On  entend  par  harcèlement  sexuel  tout  comporte-
faits et de vérifier si l’une des obligations énon-
ment indésirable de nature sexuelle ou à connotation 
cées dans le statut a été violée;
sexuelle portant atteinte à la dignité des hommes et 
•   
l’organisation de procédures discipli-
des femmes au travail. Il peut s’agir de tout compor-
naires.  Une  procédure  disciplinaire  est  ou-
tement verbal, non verbal ou physique indésirable. La 
verte  lorsqu’il  est  prouvé  que  l’une  des 
caractéristique essentielle d’un tel comportement est 
obligations  prévues  par  le  statut  a  été  violée.  
qu’il est considéré comme indésirable par la personne 
 
qui en fait l’objet.
Il  existe  une  distinction  procédurale  et  opérationnelle 
claire entre les enquêtes administratives, d’une part, et 
Politique de la Commission
les procédures disciplinaires, d’autre part. La première 
phase  n’est  nécessaire  que  si  les  faits  n’ont  pas  été 
Dans le cadre de la politique mise en place par la Com-
établis au préalable.
mission, deux procédures ont été établies pour traiter 
les cas de harcèlement potentiel, l’une formelle, l’autre  Parmi les exemples de cas où une enquête/procédure 
informelle. Il est vivement conseillé, dans un premier  disciplinaire a été menée, on peut citer: des violations 
temps, de résoudre le problème par la conciliation via  des  règles  financières  (notamment  dans  le  cadre  de 
la «procédure informelle», qui permet d’avoir un sou-
marchés  publics),  des  conflits  d’intérêts  (favoritisme), 
tien et une personne à qui parler en toute confiden-
des cas de corruption, des accusations de harcèlement 
tialité  (personne  de  confiance  ou  médiateur).  Si  né-
moral ou sexuel, des condamnations au pénal, des vols 
cessaire,  des  mesures  d’urgence  peuvent  être  prises  de matériel appartenant à la Commission, des cas de 
(telles  qu’une  mutation  rapide  dans  l’intérêt  du  ser-
fraude et de falsification de documents, des utilisations 
vice). La procédure informelle prévoit un suivi et peut  abusives de l’équipement informatique et des compor-
aboutir  à  une  résolution  du  conflit  à  l’amiable,  mais  tements inconvenants. 
elle n’entraîne pas de constatation formelle des faits, 
ni de sanctions. En revanche, la procédure formelle -  Il  convient  de  noter  que  les  enquêtes  administratives 
fixée à l’article 24 du statut - vise à déterminer si les  peuvent être menées soit par l’Office européen de lutte 
accusations de harcèlement peuvent être prouvées, à  antifraude (OLAF) ou par l’IDOC, selon la nature du dos-
apprécier  les  faits  et,  le  cas  échéant,  à  infliger  des  sier. Les cas de fraude et d’autres irrégularités finan-
sanctions dans le cadre de la procédure disciplinaire.  cières graves sont généralement traités par l’OLAF (et 
Ces  deux  procédures  sont  décrites  en  détail  dans  la  peuvent faire l’objet de procédures pénales devant les 
décision adoptée par la Commission.
juridictions nationales).
Pour en savoir plus
Pour en savoir plus
Décision de la Commission relative à la politique en 
Dispositions générales d’exécution concernant l’or-
matière de protection de la dignité de la personne et 
ganisation des enquêtes administratives et des pro-
de lutte contre le harcèlement moral et le harcèle-
cédures disciplinaires - C(2004) 1588
ment sexuel à la Commission européenne - C(2006) 
1624/3
Les rapports d’activité annuels de l’IDOC sont dispo-
nibles à l’adresse suivante:
Enquêtes administratives 
https://myintracomm.ec.europa.eu/hr_admin/en/idoc/
et procédures disciplinaires Pages/manual_reports.aspx 
Le  régime  disciplinaire,  qui  consiste  essentiellement 
en  des  enquêtes  administratives  et  des  procédures 
disciplinaires, s’applique à tout manquement aux obli-
gations incombant aux membres du personnel et aux 
anciens membres du personnel au titre du statut, com-
mis délibérément ou par négligence. Comme expliqué 
aux chapitres précédents, il peut donc également sanc-
tionner un comportement dans la vie privée, tel que des 
infractions au droit pénal national.
Les principales missions de l’Office d’investigation 
et  de  discipline  de  la  Commission  (IDOC)  sont  les 
suivantes: 

28
Annexe I
http://www.cc.cec/statut/tit12.htm
Annexe II
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/site/fr/oj/2000/l_267/l_26720001020fr00630066.pdf
Annexe III
Liste des principaux documents de référence concernant l’éthique par domaine
1. Statut 
2.  Communication de M. le vice-président Kallas à la Commission relative à la promotion de l’éthique 
professionnelle - SEC(2008) 301
Généralités
3. Principes du service public pour les fonctionnaires de l’UE - Médiateur européen 2012
4. Code de bonne conduite administrative — 2000/633/CE
5. Lignes directrices générales pour un «personnel ambassadeur» - SEC(2007) 912/9 
médias
6.  Lignes  directrices  pour  tout  le  personnel  sur  l’utilisation  des  médias  sociaux  -  Information 
administrative n° 34/2011
Relations avec  le public et les 
7.  Communication du vice-président Šefčovič à la Commission sur les lignes directrices concernant 
les cadeaux et les offres d’hospitalité destinés aux membres du personnel – SEC(2012) 167
Cadeaux
8. Décision de la Commission relative aux activités extérieures et aux mandats – C(2004) 1597
9.  Guide pratique à l’intention des membres du personnel souhaitant exercer des activités bénévoles 
- Information administrative n° 22/2011
Activités  extérieures
10.  Communication du Président sur la politique de la Commission en matière d’utilisation interne 
du courrier électronique - SEC(2009) 1412
TIC
11.  Utilisation acceptable des services TIC de la Commission - Information administrative n° 45/2006
Utilisation  des services 
12.  Lignes  directrices  pour  l’application  de  l’article  22  du  statut  (responsabilité  financière  des 
fonctionnaires) - SEC(2004) 730/5
financière
Responsabilité 
13.  Décision de la Commission relative à la politique en matière de protection de la dignité de la 
personne et de lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel à la Commission 
européenne - C(2006) 1624/3
Harcèlement

29
Annexe III
Liste des principaux documents de référence concernant l’éthique par domaine
14.  Communication  du  vice-président  Šefčovič  à  la  Commission  sur  les  lignes  directrices  en 
matière de dénonciation de dysfonctionnements - SEC(2012) 679
onctionnements
Dénonciation des  dysf
15. Règlement financier - article 57
16. Guide des missions - point 6: Frais à charge des organisateurs
Conflit  d’intérêts
17.  Dispositions générales d’exécution concernant l’organisation des enquêtes administratives et 
des procédures disciplinaires - C(2004) 1588
Questions  disciplinaires

32
Commission européenne
Direction générale ressources humaine et sécurité.
Unité «Ethique, droits et obligations»