Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.

link to page 2 link to page 2 link to page 2 link to page 3 link to page 3 link to page 3 link to page 4 link to page 5 link to page 5 link to page 6 link to page 6 link to page 7 link to page 8 link to page 10 link to page 11 link to page 11 link to page 11 link to page 12 link to page 13 link to page 13 link to page 14 link to page 14 link to page 15 link to page 15 link to page 15 link to page 16 link to page 16 link to page 17 link to page 17 link to page 20 link to page 21 link to page 21 link to page 21 link to page 21 link to page 22 link to page 22 link to page 24 link to page 25 link to page 25 link to page 26 link to page 26 link to page 26 ANNEXE I:  
CONDITIONS GÉNÉRALES DES MARCHÉS DE SERVICES FINANCÉS PAR 
L'UNION 
EUROPÉENNE OU PAR LE FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT (FED) 
TABLE DES MATIÈRES 
ARTICLE 1. 
DEFINITIONS ................................................................................................................... 2 
ARTICLE 2. 
COMMUNICATIONS ......................................................................................................... 2 
ARTICLE 3. 
CESSION .......................................................................................................................... 2 
ARTICLE 4. 
SOUS-TRAITANCE ............................................................................................................ 3 
ARTICLE 5. 
INFORMATIONS A FOURNIR ............................................................................................. 3 
ARTICLE 6. 
ASSISTANCE EN MATIERE DE REGLEMENTATION LOCALE .............................................. 3 
ARTICLE 7. 
OBLIGATIONS GENERALES .............................................................................................. 4 
ARTICLE 8. 
CODE DE CONDUITE ........................................................................................................ 5 
ARTICLE 9. 
CONFLIT D'INTERETS ....................................................................................................... 5 
ARTICLE 10. 
SANCTIONS ADMINISTRATIVES ....................................................................................... 6 
ARTICLE 11. 
SPECIFICATIONS ET DESSINS ........................................................................................... 6 
ARTICLE 12. 
RESPONSABILITES ........................................................................................................... 7 
ARTICLE 13. 
DISPOSITIONS EN MATIERE DE SANTE, D’ASSURANCE ET DE SECURITE .......................... 8 
ARTICLE 14. 
DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE ET INDUSTRIELLE ......................................... 10 
ARTICLE 15. 
NATURE DES PRESTATIONS ........................................................................................... 11 
ARTICLE 16. 
PERSONNEL ................................................................................................................... 11 
ARTICLE 17. 
REMPLACEMENT DU PERSONNEL .................................................................................. 11 
ARTICLE 18. 
STAGIAIRES ................................................................................................................... 12 
ARTICLE 19. 
MISE EN ŒUVRE DES TACHES ET RETARDS ................................................................... 13 
ARTICLE 20. 
MODIFICATION DU MARCHE ......................................................................................... 13 
ARTICLE 21. 
HORAIRE DE TRAVAIL ................................................................................................... 14 
ARTICLE 22. 
DROIT AUX CONGES ...................................................................................................... 14 
ARTICLE 23. 
INFORMATION ............................................................................................................... 15 
ARTICLE 24. 
REGISTRES .................................................................................................................... 15 
ARTICLE 25. 
VERIFICATIONS, CONTROLES ET AUDITS PAR LES ORGANES DE L’UNION EUROPEENNE15 
ARTICLE 26. 
RAPPORTS D'AVANCEMENT ET RAPPORT FINAL ............................................................ 16 
ARTICLE 27. 
APPROBATION DES RAPPORTS ET DOCUMENTS ............................................................. 16 
ARTICLE 28. 
VERIFICATION DES DEPENSES ....................................................................................... 17 
ARTICLE 29. 
PAIEMENT ET INTERETS POUR RETARD DE PAIEMENT................................................... 17 
ARTICLE 30. 
GARANTIE FINANCIERE ................................................................................................. 20 
ARTICLE 31. 
RECOUVREMENT DES DETTES DU CONTRACTANT......................................................... 21 
ARTICLE 32. 
REVISION DES PRIX ....................................................................................................... 21 
ARTICLE 33. 
PAIEMENT AU PROFIT DE TIERS ..................................................................................... 21 
ARTICLE 34. 
DEFAUT D'EXECUTION .................................................................................................. 21 
ARTICLE 35. 
SUSPENSION DU MARCHÉ ...................................................................................... 22 
ARTICLE 36. 
RESILIATION PAR LE POUVOIR ADJUDICATEUR ............................................................. 22 
ARTICLE 37. 
RESILIATION PAR LE CONTRACTANT ............................................................................. 24 
ARTICLE 38. 
CAS DE FORCE MAJEURE ............................................................................................... 25 
ARTICLE 39. 
DECES ........................................................................................................................... 25 
ARTICLE 40. 
REGLEMENT DES DIFFERENDS ...................................................................................... 26 
ARTICLE 41. 
LOI APPLICABLE ............................................................................................................ 26 
ARTICLE 42. 
PROTECTION DES DONNEES .......................................................................................... 26 
15 janvier 2016 
Page 1 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES 
ARTICLE 1. 
DEFINITIONS 
1.1. 
Les  titres  et  sous-titres  des  présentes  conditions  générales  ne  sont  pas  réputés  faire  partie 
intégrante de celles-ci et ne sont pas pris en considération pour l'interprétation du marché. 
1.2. 
Lorsque le contexte le permet, les mots au singulier sont réputés inclure le pluriel et inversement, 
et les mots au masculin sont réputés inclure le féminin et inversement. 
1.3. 
Le terme «pays» est réputé inclure l’État ou le territoire. 
1.4. 
Les  mots  désignant  des  personnes  ou  des  parties  incluent  les  sociétés  et  entreprises  et  tout 
organisme ayant la capacité juridique. 
1.5. 
Les  définitions  des  termes  utilisés  dans  les  présentes  conditions  générales  se  trouvent  dans  «le 
Glossaire», annexe A1a du Guide pratique, qui fait partie intégrante de ce marché. 
ARTICLE 2. 
COMMUNICATIONS 
2.1. 
Sauf  dispositions  contraires  des  conditions  particulières,  toute  communication  écrite  entre  le 
pouvoir  adjudicateur  ou  le  gestionnaire  du  projet,  d'une  part,  et  le  contractant,  d'autre  part,  doit 
spécifier le titre du marché et son numéro d'identification, et est expédiée par courrier, télégramme, 
télex, télécopie ou e-mail ou déposée personnellement aux adresses appropriées indiquées par les 
parties à cette fin dans les conditions particulières.  
2.2. 
Si  l'expéditeur  d'une  communication  demande  un  accusé  de  réception,  il  l'indique  dans  sa 
communication; il doit demander un accusé de réception chaque fois que la date de réception est 
assortie d'un délai. En tout état de cause, il devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour 
assurer la réception de sa communication dans les délais. 
2.3. 
Lorsque  le  marché  prévoit,  de  la  part  d'une  personne,  une  notification,  un  préavis,  un 
consentement,  une  approbation,  un  agrément,  un  certificat  ou  une  décision,  la  notification,  le 
préavis,  le  consentement,  l'approbation,  l'agrément,  le  certificat  ou  la  décision  doivent  être,  sauf 
dispositions contraires, sous forme écrite, et les termes «notifier», «donner préavis», «consentir», 
«approuver»,  «agréer»,  «certifier»  ou  «décider»  emportent  la  même  conséquence.  Le 
consentement,  l'approbation,  l'agrément,  le  certificat  ou  la  décision  ne  sont  ni  refusés  ni  retardés 
abusivement. 
2.4. 
Les instructions ou ordres donnés oralement sont confirmés par écrit. 
ARTICLE 3. 
CESSION 
3.1. 
Une cession n'est valable que si elle fait l'objet d'une convention écrite par laquelle le contractant 
transfère tout ou partie de son marché à un tiers.  
3.2. 
Le contractant ne peut, sans l'approbation préalable du pouvoir adjudicateur, céder tout ou partie 
du marché ou tout avantage ou intérêt qui en découle, sauf dans les cas suivants: 
(a)  la  constitution  d'une  sûreté  en  faveur  des  banques  du  contractant  sur  toute  somme  due  ou 
susceptible de lui être due au titre du marché; ou 
(b)  la  cession  aux  assureurs  du  contractant  du  droit  de  celui-ci  d'obtenir  réparation  par  toute 
personne responsable, lorsque les assureurs ont réparé le préjudice qu'il a subi ou dont il a 
assumé la responsabilité. 
3.3. 
Aux  fins  de  l'article  3,  paragraphe  2,  l'approbation  de  la  cession  par  le  pouvoir  adjudicateur  ne 
délie pas le contractant de ses obligations pour la partie du marché déjà exécutée ou pour la partie 
qui n'a pas été cédée. 
15 janvier 2016 
Page 2 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

3.4. 
Si  le  contractant a cédé son marché sans autorisation, le pouvoir adjudicateur peut, sans mise en 
demeure, appliquer de plein droit les sanctions pour défaut d'exécution prévues aux articles 34 et 
36. 
3.5. 
Les cessionnaires doivent satisfaire aux critères d’éligibilité retenus pour la passation du marché et 
ils  ne  peuvent  être  dans  aucune  des  situations  d’exclusion  indiquées  dans  le  dossier  d’appel 
d’offres.  
ARTICLE 4. 
SOUS-TRAITANCE 
4.1. 
La  sous-traitance  n'est  valable  que  si  elle  fait  l'objet  d'une  convention  écrite  par  laquelle  le 
contractant confie à un tiers l'exécution d'une partie de son marché.  
4.2. 
Le  contractant  demande  l'approbation  préalable  du  pouvoir  adjudicateur  en  cas  de  recours  à  la 
sous-traitance.  Cette  demande  doit indiquer les éléments du marché à sous-traiter et l’identité du 
ou des sous-traitants. Le pouvoir adjudicateur notifie sa décision au contractant dans un délai de 30 
jours à compter de la réception de la demande et la motive en cas de refus d’autorisation. 
4.3. 
Un  contrat  de  sous-traitance  ne  peut  créer  de  relations  contractuelles  entre  un  sous-traitant  et  le 
pouvoir adjudicateur. 
4.4. 
Le  contractant  est  responsable  des  actes,  manquements  et  négligences  de  ses  sous-traitants  et  de 
leurs  experts,  mandataires  ou  employés,  comme  s'il  s'agissait  de  ses  propres  actes,  manquements 
ou négligences ou de ceux de ses experts, mandataires ou employés. L'approbation par le pouvoir 
adjudicateur de la sous-traitance d'une partie du marché ou de l'exécution par un sous-traitant d'une 
partie des tâches ne libère le contractant d'aucune de ses obligations contractuelles. 
4.5. 
Si  le  pouvoir  adjudicateur  ou  le  gestionnaire  du  projet  estime  qu'un  sous-traitant  n'est  pas 
compétent  pour  exécuter  les  tâches  qui  lui  ont  été  assignées,  ils  peuvent  aussitôt  demander  au 
contractant de le remplacer par un sous-traitant possédant une qualification et une expérience que 
le pouvoir adjudicateur juge acceptables ou poursuivre eux-mêmes la réalisation des tâches. 
4.6. 
Les sous-traitants doivent satisfaire aux critères d’éligibilité applicables à l'attribution du marché 
et  ils  ne  doivent  être  dans  aucune  des  situations  d’exclusion  décrites  dans  le  dossier  d’appel 
d’offres.   
4.7. 
Les  prestations  confiées  à  un  sous-traitant  par  le  contractant  ne  peuvent  être  confiées  à  des  tiers 
par le sous-traitant sauf accord contraire du pouvoir adjudicateur. 
4.8. 
Si  le  contractant  conclut  un  contrat  de  sous-traitance  sans  autorisation,  le  pouvoir  adjudicateur 
peut, sans mise en demeure, appliquer de plein droit les sanctions pour défaut d'exécution prévues 
aux articles 34 et 36. 
OBLIGATIONS DU POUVOIR ADJUDICATEUR 
ARTICLE 5. 
INFORMATIONS A FOURNIR 
5.1. 
Le pouvoir adjudicateur fournit dès que possible au contractant toutes les informations et/ou toute 
la documentation dont il dispose et qui peuvent être utiles à l'exécution du marché. Ces documents 
lui sont restitués à l'issue de la période de mise en œuvre des tâches. 
5.2. 
Le  pouvoir  adjudicateur  aide  le  contractant  à  obtenir  toute  information  utile  au  marché  que  le 
contractant peut raisonnablement demander en vue de son exécution. 
5.3. 
Le pouvoir adjudicateur notifiera au contractant le nom et l’adresse du gestionnaire du projet.  
ARTICLE 6. 
ASSISTANCE EN MATIERE DE REGLEMENTATION LOCALE 
6.1. 
Le contractant peut demander l'assistance du pouvoir adjudicateur en vue d'obtenir copie des lois 
et règlements ainsi que des informations sur les usages et les dispositions administratives du pays 
où  les  prestations  doivent  être  fournies,  lorsque  ces  éléments  sont  susceptibles  de  l'affecter  dans 
15 janvier 2016 
Page 3 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

l'exécution  de  ses  obligations  au  titre  du  marché.  Le  pouvoir  adjudicateur  peut  fournir  au 
contractant, aux frais de celui-ci, l'aide demandée. 
6.2. 
Sous réserve des dispositions législatives et réglementaires en matière de main-d'œuvre étrangère 
du  pays  où  les  prestations  doivent  être  fournies,  le  pouvoir  adjudicateur  aide  le  contractant,  à  sa 
requête, pour ses demandes de visas et permis requis par les dispositions administratives du pays 
où les services doivent être exécutés, et notamment les permis de séjour et de travail destinés au 
personnel  dont  les  services  sont  jugés  nécessaires  par  le  contractant  et  le  pouvoir  adjudicateur, 
ainsi que les permis de séjour destinés aux membres des familles de ce personnel.  
OBLIGATIONS DU CONTRACTANT 
ARTICLE 7. 
OBLIGATIONS GENERALES 
7.1. 
Le  contractant  met  en  œuvre  le  marché  avec  tout  le  soin  et  toute  la  diligence  requis  selon  les 
meilleures pratiques professionnelles.  
7.2. 
Le contractant se conforme aux ordres de service qui lui sont notifiés par le gestionnaire du projet. 
Lorsqu'il estime que les exigences d'un ordre de service excèdent les compétences du gestionnaire 
du  projet  ou  l'objet  du  marché,  le  contractant  doit,  sous  peine  de  forclusion,  adresser  une 
notification motivée au gestionnaire du projet dans un délai de 30 jours après réception de l'ordre 
de service. L'exécution de l'ordre de service n'est pas suspendue du fait de cette notification. 
7.3. 
Le  contractant  fournit  sans  délai  toute  information  ou  tout  document  demandé  par  le  pouvoir 
adjudicateur et la Commission européenne concernant la mise en œuvre du marché. 
7.4. 
Le  contractant  respecte  et  applique  les  lois  et  règlements  en  vigueur  dans  le  pays  partenaire  et 
veille  à  ce  que  son  personnel,  les  personnes  à  charge  de  celui-ci  et  ses  employés  locaux  les 
respectent et les appliquent également. Le contractant tient quitte le pouvoir adjudicateur de toute 
réclamation  ou  poursuite  résultant  d'une  infraction  aux  dits  règlements  ou  lois  commise  par  lui-
même, par ses employés ou par les personnes à leur charge. 
7.5. 
Si un événement imprévu, une action ou une omission met en péril directement ou indirectement 
l'exécution  du  marché,  partiellement  ou  totalement,  le  contractant  doit  immédiatement  et  de  sa 
propre  initiative  l'enregistrer  et  le  rapporter  au  pouvoir  adjudicateur.  Ce  rapport  doit  inclure  une 
description  du  problème,  une  indication  de  la  date  à  laquelle  il a commencé et les actions prises 
par  le  contractant  pour  assurer  ses  obligations  selon  le  contrat.  Dans  ce  cas,  le  contractant  doit 
donner priorité à la résolution du problème plutôt qu'à la détermination des responsabilités. 
7.6. 
Sous  réserve  des  dispositions  de  l’article 7,  paragraphe  8,  le  contractant  s’engage  à  respecter  la 
plus stricte confidentialité et à n'utiliser ou divulguer à des parties tierces aucune information ou 
aucun document relatif à la mise en œuvre du marché sans le consentement préalable du pouvoir 
adjudicateur.  Le  contractant  continue  à  être  lié  par  cet  engagement  après  la  mise  en  œuvre  du 
marché  et  doit  obtenir  de  chaque  membre  de  son  personnel  la  même  déclaration.  Cependant, 
l'utilisation  de  la  référence  du  marché  à  des  fins  de  commercialisation  ou  d'appel  d'offres  ne 
requiert  pas  le  consentement  préalable  du  pouvoir  adjudicateur,  sauf  si  le  pouvoir  adjudicateur 
déclare que le marché est confidentiel. 
7.7. 
Si  le  contractant  est  une  entreprise  commune  ou  un  consortium  comprenant  deux  personnes  ou 
plus,  ces  personnes  sont  solidairement  tenues  des  obligations  au  titre  du  marché,  y  inclus  tout 
montant  recouvrable.  La  personne  désignée  par  le  consortium  pour  agir  en  son  nom  pour  les 
besoins  du  marché,  est  habilitée  à  engager  le  consortium  et  est  le  seul  interlocuteur  pour  tout 
aspect  contractuel  et  financier.  La  composition  ou  la  constitution  de  l'entreprise  commune  ou du 
consortium  ne  peut  être  modifiée  sans  le  consentement  préalable  du  pouvoir  adjudicateur.  Toute 
altération  de  la  composition  du  consortium  faite  sans  le  consentement  préalable  du  pouvoir 
adjudicateur peut entraîner la résiliation du contrat. 
7.8. 
Sauf  demande  ou  accord  contraire  de  la  Commission  européenne,  le  contractant  assure  la  plus 
grande visibilité à la contribution financière de l’Union européenne. Afin d’assurer cette publicité, 
le  contractant  doit  notamment  réaliser  les  activités  prévues  dans  les conditions particulières. Ces 
15 janvier 2016 
Page 4 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

mesures doivent respecter les règles définies dans le Manuel communication et visibilité pour les 
actions extérieures de l'UE publié par la Commission européenne. 
7.9. 
Tous les relevés doivent être conservés pendant 7 ans après le paiement final effectué dans le cadre 
du  marché,  comme  prévu  à  l’article 24.  Ils  comprennent  toute  la  documentation  relative  aux 
recettes et aux dépenses et tout inventaire nécessaire pour la vérification des pièces justificatives, 
notamment  les  feuilles  de  présence,  les  billets  d'avion  et  de  transport,  les  fiches  de  paie  ou  les 
factures  pour  la  rémunération  versée  aux  experts  et  les  factures  ou  quittances  pour  frais 
occasionnels.  En  cas  de  manquement  à  cette  obligation  de  conserver  les  relevés,  le  pouvoir 
adjudicateur  peut,  sans  mise  en  demeure,  appliquer  de  plein  droit  les  sanctions  pour  défaut 
d'exécution prévues aux articles 34 et 36.  
ARTICLE 8. 
CODE DE CONDUITE  
8.1. 
Le  contractant  doit  agir  en  toute  occasion  avec  impartialité  et  comme  un  conseiller  loyal 
conformément  au  code  de  déontologie  de  sa  profession,  ainsi  qu'avec  la  discrétion  appropriée.  Il 
s’abstient  de  faire  des  déclarations  publiques  concernant  le  projet  ou  les  services  sans 
l’approbation  préalable  du  pouvoir  adjudicateur.  Il  n'engage  le  pouvoir  adjudicateur  d'aucune 
manière sans son consentement préalable par écrit et il signale cette obligation aux tiers. 
8.2. 
Le contractant et son personnel respectent les droits de l’homme et s’engagent à ne pas heurter les 
usages politiques, culturels et religieux de l'État où le marché est exécuté.  
8.3. 
Le  contractant  doit  respecter  la  législation  environnementale  du  pays  dans  lequel  les  services 
doivent  être  prestés  ainsi  que  les  normes  fondamentales  convenues  au  niveau  international  en 
matière de travail, notamment les normes fondamentales de l’OIT en la matière, les conventions 
sur la liberté syndicale et la négociation collective, sur l’élimination du travail forcé et obligatoire, 
sur l’élimination des discriminations en matière d’emploi et de travail et sur l’abolition du travail 
des enfants.  
8.4. 
Le  contractant  ainsi  que  ses  sous-traitants,  mandataires  ou  son  personnel  ne  doivent  pas  abuser 
d'un  pouvoir  reçu  en  délégation  à  des  fins  privées.  Le  contractant  ainsi  que  ses  sous-traitants, 
mandataires  ou  son  personnel  ne  peuvent  recevoir  ou  accepter  de  recevoir,  offrir  ou  proposer de 
donner ou procurer à quiconque un présent, une gratification, une commission ou une rétribution à 
titre  d'incitation  ou  de  récompense  pour  qu'il  accomplisse  ou  s'abstienne  d'accomplir  des  actes 
ayant trait au marché ou pour qu'il favorise ou défavorise quiconque dans le cadre du marché. Le 
contractant doit respecter les lois, règlements et codes de conduite applicables  en matière de lutte 
contre la corruption. 
8.5. 
Les  paiements  au  contractant  en  vertu  du  marché  constituent  le  seul  revenu  ou  bénéfice  dont  il 
peut  bénéficier  en  relation  avec  le  marché.  Le  contractant  et  son  personnel  doivent  s’abstenir 
d’exercer  toute  activité  ou  de  recevoir  tout  avantage  qui  soit  en  conflit  avec  leurs  obligations 
envers le pouvoir adjudicateur. 
8.6. 
L’exécution du marché ne doit pas donner lieu au versement de frais commerciaux extraordinaires. 
Les  frais  commerciaux  extraordinaires  concernent  toute  commission  non  mentionnée  au  marché 
principal ou qui ne résulte pas d’un contrat en bonne et due forme faisant référence à ce marché, 
toute commission qui ne rétribue aucun service légitime effectif, toute commission versée dans un 
paradis fiscal, toute commission versée à un bénéficiaire non clairement identifié ou à une société 
qui  a  toutes  les  apparences  d’une  société  de  façade.  Le  pouvoir  adjudicateur  et  la  Commission 
européenne pourront procéder à tout contrôle, sur pièces et sur place, qu’ils estimeraient nécessaire 
pour réunir des éléments de preuve sur une présomption de frais commerciaux extraordinaires. 
ARTICLE 9. 
CONFLIT D'INTERETS 
9.1. 
Le  contractant  prend  toutes  les  mesures  nécessaires  pour  prévenir  ou  mettre  fin  à  toute  situation 
susceptible  de  compromettre  l’exécution  impartiale  et  objective  du  marché.  Un  conflit  d’intérêts 
peut  résulter  notamment  d’intérêts  économiques,  d’affinités  politiques  ou  nationales,  de  liens 
familiaux  ou  sentimentaux,  ou  de  toutes  autres  relations  ou  tous  intérêts  communs.  Tout  conflit 
d'intérêts  surgissant  pendant  l'exécution  du  marché  doit  être  notifié  sans  délai  au  pouvoir 
15 janvier 2016 
Page 5 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

adjudicateur.  En  cas  de  conflit  de  cette  nature,  le  contractant  prend  immédiatement  toutes  les 
mesures nécessaires pour y mettre fin. 
9.2. 
Le  pouvoir  adjudicateur  se  réserve  le  droit  de  vérifier  que  lesdites  mesures  sont  appropriées  et 
d'exiger,  le  cas  échéant,  que  des  mesures  complémentaires  soient  prises.  Le contractant s’assure 
que les membres de son personnel et de ses organes d'administration et de direction ne se trouvent 
pas dans une situation pouvant donner lieu à un conflit d’intérêts. Sans préjudice de ses obligations 
décrites  dans  le  contrat,  le  contractant  remplace,  immédiatement  et  sans  exiger  du  pouvoir 
adjudicateur une quelconque compensation, tout membre de son personnel qui serait exposé à une 
telle situation. 
9.3. 
Le contractant s’abstient de tout contact susceptible de compromettre son indépendance ou celle 
de son personnel.  
9.4. 
Le contractant limite son intervention en rapport avec le projet à l'exécution du marché.  
9.5. 
Le  contractant,  son  personnel  et  quiconque  est  associé  ou  lié  au  contractant  n'ont  pas  accès  aux 
autres marchés financés par le budget de l'UE/des fonds du FED pour le même projet. Néanmoins, 
le contractant peut participer s'il reçoit l'approbation du pouvoir adjudicateur, si le contractant peut 
démontrer que sa précédente participation au projet ne lui procure pas un avantage déloyal. 
9.6. 
Les  fonctionnaires  et  autres  agents  de  l’administration  publique  du  pays  bénéficiaire, 
indépendamment de leur situation administrative, ne peuvent être recrutés comme experts, à moins 
que la Commission européenne n’ait préalablement donné son approbation. 
ARTICLE 10.  SANCTIONS ADMINISTRATIVES 
10.1. 
Sans  préjudice  de  l’application  de  sanctions  contractuelles,  le  contractant  peut  être  exclu  de  de 
tous les marchés et subventions financés par l’UE, après échange contradictoire, si:  
a)  il s'est rendu coupable d'une faute professionnelle grave, a commis des irrégularités ou a été 
déclaré  en  défaut  grave  de  ses  obligations  contractuelles.  La  durée  de  l’exclusion  n’excède 
pas  la  durée  fixée  par  un  jugement  définitif  ou  une  décision  administrative  définitive  ou,  à 
défaut, une durée de trois ans; 
b)  il  s’est  rendu  coupable  de  fraude,  de  corruption,  de  participation  à  une  organisation 
criminelle, de blanchiment de capitaux, d'infractions liées au terrorisme, de travail des enfants 
ou  de  la  traite  d'êtres  humains.  La  durée  de  l’exclusion  n’excède  pas  la  durée  fixée  par  un 
jugement  définitif  ou  une  décision  administrative  définitive  ou,  à  défaut,  une  durée  de  cinq 
ans. 
10.2. 
Dans  les  cas  visés  à  l’article 10,  paragraphe  1,  en  complément  ou  en  alternative  à  la  sanction 
d’exclusion, le contractant peut se voir également infliger une sanction financière représentant 2 à 
10 % de la valeur totale du marché en cause.  
10.3. 
Lorsque le pouvoir adjudicateur est en droit d'imposer des sanctions financières, il peut les déduire 
de toutes sommes dues au contractant et/ou appeler la garantie appropriée.  
10.4. 
La décision relatives aux sanctions administratives imposées peut être publiée sur un site internet 
spécifique, avec mention explicite du nom du contractant. 
10.5. 
Les sanctions administratives susmentionnées peuvent également être infligées aux personnes qui 
sont  membres  de  l’organe  d’administration,  de  direction  ou  de  surveillance  du  contractant,  aux 
personnes  qui  possèdent  des  pouvoirs  de  représentation,  de  décision  ou  de  contrôle  à  l'égard  du 
contractant, aux personnes conjointement et solidairement responsables de l’exécution du contrat 
et aux sous-traitants. 
ARTICLE 11.  SPECIFICATIONS ET DESSINS 
11.1. 
Le contractant élabore toutes les spécifications et tous les dessins en utilisant des systèmes admis 
et  généralement  reconnus,  acceptables  pour  le  pouvoir  adjudicateur,  et  en  tenant  compte  des 
critères de conception les plus récents. 
15 janvier 2016 
Page 6 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

11.2. 
Le  contractant  veille  à  ce  que  les  spécifications  et  les  dessins,  ainsi  que  toute  documentation 
relative à la fourniture de biens et de services pour le projet, soient élaborés avec impartialité de 
manière à encourager la concurrence dans les soumissions. 
ARTICLE 12.  RESPONSABILITES 
12.1. 
Responsabilité en cas de dommages occasionnés aux services 
Sans  préjudice  de  l'article  30  (garantie  financière)  et  de  l'article  38  (cas  de  force  majeure),  le 
contractant  assumera  (i)  la  pleine  responsabilité  du  maintien  de  l'intégrité  des  services  et  (ii)  le 
risque de perte et de dommages, quelles qu'en soient les causes, jusqu'à l'achèvement de la mise en 
œuvre des tâches et de l'approbation des rapports et documents en vertu des articles 26 et 27.  
Après l'achèvement de la mise en œuvre des tâches, le contractantr sera responsable et indemnisera 
le  pouvoir  adjudicateur  de  tous  dommages  occasionnés  aux  services  par  le  contractant,  son 
personnel, ses sous-traitants et toute personne dont le contractant doit répondre, au cours de  toute 
opération  accomplie  afin  d'achever  tout  travail  resté  le  cas  échéant  en  suspens  ou  afin  de  se 
conformer à ses obligations au titre des articles 26 et 27, notamment en cas de marché exécuté par 
tranches. 
L’indemnisation des dommages aux services issus de la responsabilité du contractant à l’égard du 
pouvoir adjudicateur est plafonnée à la valeur du marché.  
Par  contre,  l’indemnisation  des  pertes  ou  dommages  causés  du  fait  d'une  fraude  ou  d’une  faute 
lourde  du  contractant,  son  personnel,  ses  sous-traitants  et  toute  personne  dont le contractant doit 
répondre, ne peut en aucun cas être plafonnée. 
Après  la  prestation  des  services,  le  contractant  demeure  responsable  de  tout  manquement  à  ses 
obligations contractuelles pendant une période déterminée par le droit applicable au marché même 
après approbation des rapports et documents, ou à défaut pour une période de 10 années. 
12.2. 
Responsabilité du contractant à l’égard du pouvoir adjudicateur 
À  tout  moment,  le  contractant  sera  responsable  et  indemnisera  le  pouvoir  adjudicateur  de  tous 
dommages  occasionnés,  durant  l'exécution  des  prestations,  au  pouvoir  adjudicateur  par  le 
contractant, son personnel, ses sous-traitants et toute personne dont le contractant doit répondre. 
L'indemnisation  des  dommages  issus  de  la  responsabilité  du  contractant  à  l’égard  du  pouvoir 
adjudicateur est plafonnée à un montant égal à un million d’euros dans l’hypothèse où la valeur du 
marché est inférieure ou égale à un million d’euros. Dans l’hypothèse où la valeur du marché est 
supérieure  à  un  million  d’euros,  l’indemnisation  des  dommages  issus  de  la  responsabilité  du 
contractant sera plafonnée à la valeur du marché. 
Par  contre,  l’indemnisation  des  pertes  ou  dommages  issus de la responsabilité du contractant en 
cas de dommages corporels, en ce compris le décès, ne peut en aucun cas être plafonnée. Il en va 
de  même  pour  l’indemnisation  de  tous  dommages,  de  quelque  nature  que  ce soit, causés du fait 
d'une  fraude  ou  d’une  faute  lourde  du  contractant,  son  personnel,  ses  sous-traitants  et  toute 
personne dont le contractant doit répondre. 
12.3. 
Responsabilité du contractant à l’égard des tiers 
Sans préjudice de l’article 14, paragraphe 9, le contractant garantit et défend, à ses frais, le pouvoir 
adjudicateur, ses mandataires et son personnel contre toute action, perte ou tout préjudice, directs 
ou  indirects,  de  quelque  nature  que  ce  soit  (ci-après  «  réclamation(s)  »),  résultant  d'un  acte  ou 
d'une omission commis dans l’exécution des prestations par le contractant, son personnel, ses sous-
traitants  et/ou  toute  personne  dont  le  contractant  doit  répondre.  La  présente  garantie  inclut  toute 
infraction  aux  dispositions  légales  ou  violation  des  droits  de  tiers,  en  matière  de  brevets,  de 
marques et d'autres formes de propriété intellectuelle, telles que les droits d’auteurs. 
Le  pouvoir  adjudicateur  doit  notifier  toute  réclamation  de  tiers  au  contractant  dans  les  meilleurs 
délais possibles après que le pouvoir adjudicateur en a eu connaissance. 
15 janvier 2016 
Page 7 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

Si le pouvoir adjudicateur choisit de contester et de se défendre contre la (les) réclamation(s), le 
contractant  prendra  en  charge  les  frais  de  défense  raisonnables  exposés  par  le  pouvoir 
adjudicateur, ses mandataires et son personnel. 
En  application  des  présentes  conditions  générales,  les  mandataires  et  le  personnel  du  pouvoir 
adjudicateur,  ainsi  que  le  personnel  du  contractant,  ses  sous-traitants  et  toute  personne  dont  le 
contractant doit répondre sont considérés comme tiers. 
12.4. 
Le contractant devra traiter toute réclamation en étroite concertation avec le pouvoir adjudicateur.  
12.5. 
Toute  transaction  ou  accord  généralement  quelconque  quant  au  règlement  d’une  réclamation 
requiert l’assentiment préalable exprès écrit du pouvoir adjudicateur et du contractant. 
ARTICLE 13.  DISPOSITIONS EN MATIERE DE SANTE, D’ASSURANCE ET DE SECURITE 
13.1. 
Disposition en matière de santé 
Le  pouvoir  adjudicateur  peut  conditionner  l’exécution  des  prestations  à  la  production,  par  le 
contractant,  d’un  certificat  médical  récent  attestant  que  le  contractant  lui-même  et/ou  son 
personnel,  ses  sous-traitants  et/ou  toute  personne  dont  le  contractant  doit  répondre,  sont  aptes  à 
exécuter les services visés au présent contrat. 
13.2. 
Assurances - Généralités 
a)  Au plus tard avec le retour du contrat contresigné et durant toute la période de mise en œuvre 
des tâches, le contractant veille à ce que lui-même, son personnel, ses sous-traitants et toute 
personne  dont  le  contractant  doit  répondre,  soient  adéquatement  assurés  auprès  de 
compagnies d’assurances reconnues sur le marché international de l’assurance, à moins que le 
pouvoir adjudicateur n’ait marqué son accord exprès et écrit sur une compagnie d’assurance 
déterminée. 
b)  Au  plus  tard  avec  le  retour  du  contrat  contresigné,  le  contractant  fournira  au  pouvoir 
adjudicateur  toutes  notes  de  couverture  et/ou  certificats  d’assurance  démontrant  que  les 
obligations du contractant en matière d’assurances sont pleinement respectées. Le contractant 
présente sans délai, chaque fois que le pouvoir adjudicateur ou le gestionnaire de projet le lui 
demande, une version actualisée des notes de couverture et/ou des certificats d’assurance. 
Le  contractant  obtiendra  des  assureurs  que  ces  derniers  s’engagent  à  informer 
personnellement  et  directement  le  pouvoir  adjudicateur  de  tout  événement  susceptible  de 
réduire, annuler ou altérer de quelque manière que ce soit, la couverture visée. Les assureurs 
devront  délivrer  cette  information  le  plus  rapidement  possible,  et  en  tout  cas  au  minimum 
trente (30) jours avant que la réduction, l’annulation ou toute altération de la couverture soit 
effective.  Le  pouvoir  adjudicateur  se  réserve  le  droit  de  désintéresser  l’assureur  en  cas  de 
défaut  de  paiement  de  prime  par  le  contractant,  sans  préjudice  du  droit  pour  le  pouvoir 
adjudicateur  de  récupérer  le  montant  de  la  prime  payée  par  lui,  ainsi  que  de  postuler 
indemnisation de son éventuel dommage à cette suite.  
c)  Chaque  fois  que  cela  est  possible,  le  contractant  veille  à  ce  que  les  contrats  d’assurance 
souscrits contiennent une clause d’abandon de recours en faveur du pouvoir adjudicateur, ses 
mandataires et son personnel. 
d)  La souscription des assurances adéquates par le contractant ne le dispense en aucun cas de ses 
responsabilités légales et/ou contractuelles.  
e)  Le contractant supportera intégralement les conséquences d’une absence totale ou partielle de 
couverture, et ce à l’entière décharge du pouvoir adjudicateur. 
f)  Le  contractant  veillera  à  ce  que  son  personnel,  ses  sous-traitants  et  toute  personne  dont  le 
contractant doit répondre respectent les mêmes obligations d’assurance qui lui sont imposées 
aux termes du présent contrat. En cas de défaut d’assurance ou d’assurance inadéquate de son 
15 janvier 2016 
Page 8 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

personnel,  de  ses  sous-traitants  ou  de  toute  personne  dont  il  doit  répondre,  le  contractant 
garantira le pouvoir adjudicateur de toutes les conséquences qui en résulteraient. 
g)  Sous son entière responsabilité et sans préjudice de l’obligation  de souscrire toute assurance 
couvrant  ses  obligations  en  vertu  du  présent  contrat,  le  contractant  veillera  à  ce  que  soient 
souscrites  toutes  les  assurances  obligatoires  dans  le  respect  et  l’application  des  lois  et 
règlements en vigueur dans le pays dans lequel les prestations sont exécutées. Il veillera par 
ailleurs  à  ce  que  toutes  les  obligations  légales  éventuelles applicables à la couverture soient 
respectées. 
h)  Le  pouvoir  adjudicateur  ne  supporte  aucune  responsabilité  quant  à  l’évaluation  et 
l’adéquation des contrats d’assurance souscrits par le contractant au regard de ses obligations 
contractuelles et/ou légales. 
i)  En tout état de cause, le contractant devra souscrire les assurances visées ci-dessous. 
13.3. 
Assurances - Dispositions spécifiques 
a)  Le  contractant  veille  à  souscrire  toutes  les  assurances  nécessaires  à  la  couverture  de  sa 
responsabilité,  tant  en  ce  qui  concerne  sa  responsabilité  professionnelle  que  les 
responsabilités prévues sous l’article 12. 
b)  Le  contractant  veille  à  ce  que  lui-même,  son  personnel,  ses  sous-traitants  et  toute  personne 
dont  le  contractant  doit  répondre,  soient  couverts  par  un  contrat  d’assurance  prenant  en 
charge, outre l’intervention d’une assurance légale éventuelle: 
i.  la totalité des frais médicaux, en ce compris les frais d’hospitalisation; 
ii.  la totalité des frais de rapatriement en cas de maladie, accident, ainsi qu’en cas de décès 
par maladie ou accident; 
iii.  le  décès  accidentel  ou  l'incapacité  permanente  résultant  de  lésions  corporelles 
survenues pendant la durée du marché. 
À défaut d’assurance adéquate, le pouvoir adjudicateur pourra prendre ces frais en charge au 
profit du contractant lui-même, de son personnel, ses sous-traitants et toute personne dont le 
contractant doit répondre. Cette prise en charge par le pouvoir adjudicateur aura un caractère 
subsidiaire et pourra faire l’objet d’un recours contre le contractant, ses sous-traitants et toute 
personne  qui  aurait  dû  souscrire cette assurance, et ce sans préjudice de l’indemnisation de 
l’éventuel dommage du pouvoir adjudicateur à cette suite. 
c)  Le  contractant  souscrit  les  contrats  d’assurance  accordant  la  couverture  du  contractant  lui-
même, de son personnel, ses sous-traitants et toute personne dont le contractant doit répondre, 
en cas d’accident du travail ou sur le chemin du travail. Il veillera à ce que ses sous-traitants 
agissent de même. Il garantit le pouvoir adjudicateur contre tous recours que son personnel ou 
celui de ses sous-traitants pourrait exercer à cet égard. Pour son personnel permanent expatrié, 
le  cas  échéant,  le  contractant  se  conformera  en  outre  à  la  législation  et  la  réglementation 
applicable du pays d’origine. 
d)  Le  contractant  assure  les  effets  personnels  de  ses  employés,  des  experts  et  des  membres  de 
leur famille installés dans le pays bénéficiaire, contre la perte et l’endommagement. 
13.4. 
Dispositions en matière de sécurité 
Le contractant met en place, pour ses employés, les experts et les membres de leur famille installés 
dans le pays bénéficiaire, des mesures de sécurité adaptées au danger physique auquel ils sont ou 
pourraient être confrontés. 
Le contractant est également tenu de surveiller le niveau de risque physique auquel ses employés, 
les  experts  et  les  membres  de  leur  famille  installés  dans  le  pays  bénéficiaire  sont  exposés  et  de 
tenir  le pouvoir adjudicateur informé de la situation. Si le pouvoir adjudicateur ou le contractant 
15 janvier 2016 
Page 9 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

sont  informés  d'un  risque  imminent  pour  la  vie  ou  la  santé  de  certains  de  leurs  employés,  des 
experts  ou  des  membres  de  leur  famille,  le  contractant  doit  immédiatement  prendre  des  mesures 
d’urgence  pour  placer  les  personnes  concernées  en  lieu  sûr.  L'adoption  de  telles  mesures  par  le 
contractant  doit  être  immédiatement  communiquée  au  gestionnaire  du  projet  et  peut  entraîner  la 
suspension du marché, conformément à l’article 35. 
ARTICLE 14.  DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE ET INDUSTRIELLE 
14.1. 
Le  terme  «résultat»  désigne  tout  produit  de  l'exécution  du  marché  et  fourni  en  tant  tel  par  le 
contractant. 
14.2. 
La propriété de tout résultat ou tout droit y afférent tels qu'énumérés dans les termes de référence 
et  dans  l'offre  joints  au  marché,  y  compris  les  droits  d'auteur  et  autres  droits  de  propriété 
intellectuelle  ou  industrielle,  et  toutes  les  solutions  technologiques  et  l'information  y  contenues, 
obtenues  en  exécutant  le  marché,  est  irrévocablement  et  intégralement  acquise  au  pouvoir 
adjudicateur  à  partir  du  moment  où  ces  résultats  ou  droits  lui  sont  livrés  et  acceptés  par  lui.  Le 
pouvoir adjudicateur peut les utiliser comme bon lui semble et, en particulier, il peut les stocker, 
les  modifier,  les  traduire,  les  diffuser,  les  reproduire,  les  publier  ou  les  communiquer  par  tout 
moyen, ainsi que les affecter ou les transférer comme bon lui semble. 
14.3. 
Afin  d'éviter  tout  doute  et,  le  cas  échéant,  cette  acquisition  des  droits  est  également  réputée 
constituer un transfert effectif des droits du contractant au pouvoir adjudicateur. 
14.4. 
L'acquisition  susmentionnée  des  droits  au  pouvoir  adjudicateur  en  vertu  de  ce  marché  vaut 
mondialement  et  pour  toute  la  durée  de  la  protection  conférée  par  les  droits  de  propriété 
intellectuelle  ou  industrielle,  sauf  si  le  contractant  et  le  pouvoir  adjudicateur  en  conviennent 
autrement. 
14.5. 
Le contractant doit s'assurer que les résultats fournis sont libres de droits ou prétentions de tiers y 
compris  concernant  des  droits  préexistants,  pour  toute  utilisation  envisagée  par  le  pouvoir 
adjudicateur.  Si  le  pouvoir  adjudicateur  le  requiert,  le  contractant  doit  fournir  toute  preuve 
exhaustive  de  propriété  ou  de  droits  à  utiliser  tous  les  droits  nécessaires,  ainsi  que  de  toutes  les 
autorisations nécessaires du/des créateur(s). 
14.6. 
Tous  les  documents  écrits  ou  données,  tels  que  cartes,  schémas,  dessins,  spécifications,  plans, 
statistiques,  calculs,  formats  et  données  de  bases  de  données,  logiciels  et  dossiers  ou  pièces 
justificatives  acquis,  constitués  ou  établis  par  le  contractant  au  cours  de  l'exécution  du  marché, 
ainsi que tout résultat de l'exécution du marché, sont la propriété exclusive du pouvoir adjudicateur 
sauf dispositions contraires. Une fois le marché achevé, le contractant remet tous ces documents et 
toutes  ces  données  au  pouvoir  adjudicateur.  Le  contractant  ne  peut  conserver  des  copies  de  ces 
documents  et  données,  ni  les  utiliser  à  des  fins  étrangères  au  marché  sans  le  consentement 
préalable du pouvoir adjudicateur. 
14.7. 
Le  contractant  ne peut publier d'articles relatifs aux prestations ni s'y référer lorsqu'il fournit des 
prestations  pour  le  compte  de  tiers,  ni  divulguer  des  informations  obtenues  par  lui  au  cours  de 
l'exécution  du  marché  à  des  fins  autres  que  son  exécution,  sans  le  consentement  préalable  du 
pouvoir adjudicateur. 
14.8. 
En fournissant les résultats, le contractant garantit que le transfert de droits susmentionné ne viole 
aucune loi ni n'enfreint aucun droit d'autrui et qu'il détient les droits ou pouvoirs nécessaires pour 
effectuer  le  transfert.  Il  garantit  également  qu'il  a  payé  ou  vérifié  le  paiement  de  tous  les 
honoraires, y compris les honoraires des sociétés de gestion, liés aux résultats finals. 
14.9. 
Le  contractant  tient  quitte  et  indemne  le pouvoir adjudicateur pour tous dommages-intérêts et/ou 
frais de procédure en cas d'action en justice intentée par un tiers, et ce compris les créateurs et les 
intermédiaires, pour cause de violation prétendue ou effective d'un droit quelconque relevant de la 
propriété intellectuelle et industrielle ou sur toute autre propriété résultant de l'utilisation, telle que 
prévue  par  le  marché,  de  brevets,  licences,  plans,  dessins,  modèles,  marques  ou  marques  de 
fabrique,  sauf  lorsque  cette  infraction  résulte  de  la  stricte  application  du  projet  ou  des 
spécifications fournies par le pouvoir adjudicateur. 
15 janvier 2016 
Page 10 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

NATURE DES PRESTATIONS 
ARTICLE 15.  NATURE DES PRESTATIONS 
15.1. 
La nature des prestations est précisée dans les annexes II et III. 
15.2. 
Lorsque  le  marché  porte  sur  une  fonction  consultative  au bénéfice du pouvoir adjudicateur et/ou 
du  gestionnaire  du  projet  pour  tous  les  aspects  techniques  susceptibles  de  se  présenter  lors de la 
mise en œuvre du projet, le contractant n’a pas de pouvoir de décision. 
15.3. 
Lorsque le marché porte sur la gestion de la mise en œuvre du projet, le contractant assume, sous 
l'autorité du gestionnaire du projet, l'ensemble des tâches de gestion inhérentes à la supervision de 
la mise en œuvre du projet. 
15.4. 
Si le contractant est tenu de préparer un dossier d'appel d'offres, ce dossier doit contenir tous les 
documents  nécessaires  pour  la  consultation  d'entrepreneurs,  de  fabricants  et  de  fournisseurs 
appropriés  et  pour  l'établissement  de  soumissions  en  vue  de  l'exécution  des  travaux,  la  livraison 
des  fournitures  ou  la  prestation  des  services  qui  font  l'objet  de  l'appel  d'offres.  Le  pouvoir 
adjudicateur  fournit  au  contractant  les  informations  nécessaires  à  l'établissement  de  la  partie 
administrative du dossier d'appel d'offres. 
ARTICLE 16.  PERSONNEL 
16.1. 
Pour  un  marché  à  prix  unitaires,  le  contractant  doit  indiquer  au  pouvoir  adjudicateur  toutes  les 
catégories  de  personnel,  autres  que  les  experts  principaux  dont  le  curriculum  vitae  figure  en 
annexe IV, auxquelles il entend avoir recours pour exécuter les tâches. L'annexe II et/ou III doivent 
spécifier le niveau minimum de formation, de qualifications et d'expérience du personnel et, s'il y a 
lieu,  la  spécialisation  requise.  Le  pouvoir  adjudicateur  a  le  droit  de  s’opposer  au  choix  du 
contractant concernant le personnel retenu. 
16.2. 
Toutes les personnes travaillant au projet avec l'assentiment du pouvoir adjudicateur commencent 
à exercer leurs fonctions à la date ou dans les délais prévus par l'annexe II et/ou l'annexe III ou, à 
défaut,  à  la  date  ou  dans  les  délais  notifiés  au  contractant  par  le  pouvoir  adjudicateur  ou  le 
gestionnaire du projet. 
16.3. 
Sauf  dispositions  contraires  prévues  par  le  marché,  les  personnes  travaillant  au  projet  résident  à 
proximité  de  leur  lieu  de  travail  normal.  Si  une  partie  des  prestations  doit  être  exécutée  hors  du 
pays  bénéficiaire,  le contractant indique au gestionnaire du projet le nom et les qualifications du 
personnel affecté à cette partie du marché. 
16.4. 
Le contractant: 
(a)  transmet au gestionnaire du projet le calendrier proposé pour l’engagement du personnel dans 
un délai de 30 jours à compter de la signature du marché par les deux parties; 
(b)  informe  le  gestionnaire  du  projet  des  dates  d'arrivée  et  de  départ  de  chaque  membre  du 
personnel; 
(c)  soumet  en  temps  utile  au  gestionnaire  du  projet,  pour  son  approbation,  toute  demande  de 
recrutement d’experts supplémentaires. 
16.5. 
Le  contractant  doit  fournir  à  son  personnel  les  moyens  financiers  et  techniques  requis  pour  lui 
permettre d'accomplir efficacement les tâches qui lui sont confiées au titre du contrat. 
16.6. 
Le  recrutement  d’un  expert  par  le  contractant  ne  peut  créer  de  relations  contractuelles  entre 
l’expert et le pouvoir adjudicateur. 
ARTICLE 17.  REMPLACEMENT DU PERSONNEL 
17.1. 
Le  contractant  n'apporte  aucun  changement  à  la  composition  convenue  de  son  personnel  sans 
l'approbation  préalable  du  pouvoir  adjudicateur.  Le  contractant  doit,  de  sa  propre  initiative, 
proposer un tel remplacement dans les cas suivants:  
15 janvier 2016 
Page 11 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

(a)  en cas de décès, de maladie ou d’accident du personnel convenu;  
(b)  s'il  se  révèle  nécessaire  de  remplacer  le  personnel  convenu  pour  toute  autre  raison 
indépendante de la volonté du contractant (par exemple, en cas de démission, etc.).  
17.2. 
En outre, pendant l'exécution du marché, le pouvoir adjudicateur peut, sur la base d'une demande 
écrite et justifiée, en réponse à quoi le contractant devra soumettre ses propres observations ainsi 
que celles du personnel convenu, exiger le remplacement du personnel convenu.  
17.3. 
Lorsque le personnel convenu doit être remplacé, le remplaçant doit avoir des qualifications et une 
expérience au moins équivalentes et la rémunération à payer au remplaçant ne peut dépasser celle 
qu'aurait dû percevoir la personne remplacée. Au cas où le contractant ne serait pas en mesure de 
fournir  un  remplaçant  ayant  des  qualifications  et/ou  une  expérience  équivalentes,  le  pouvoir 
adjudicateur  peut  soit  décider  de  résilier  le  marché,  si  la  bonne  exécution  de  celui-ci  est 
compromise, soit, s'il estime que ce n'est pas le cas, décider d'accepter le remplaçant, à condition 
que  les  honoraires  de  ce  dernier  soient  renégociés  à  la  baisse  pour  refléter  le  niveau  adéquat  de 
rémunération.  
17.4. 
Les frais supplémentaires occasionnés par le remplacement du personnel convenu sont à la charge 
du contractant. Le pouvoir adjudicateur n'effectue aucun paiement pour la période pendant laquelle 
le personnel convenu à remplacer est absent. Le remplacement de tout personnel convenu dont le 
nom figure dans la liste de l'annexe IV au marché, doit être proposé par le contractant dans les 15 
jours calendrier à compter du premier jour d'absence du personnel convenu. Si après cette période 
le  contractant  ne  propose  pas  un  remplacement  en  conformité  avec  l'article  17,  paragraphe  3,  ci-
dessus, le pouvoir adjudicateur peut imposer une indemnité forfaitaire pouvant aller jusqu’à 10 % 
des  honoraires  restants  de  cet  expert  à  remplacer.  Le  pouvoir  adjudicateur  doit  approuver  ou 
refuser le remplacement proposé dans les 30 jours. 
17.5. 
Le pays bénéficiaire peut être notifié de l'identité du personnel convenu, proposé pour être ajouté 
ou remplacé dans le cadre du marché, en vue d'obtenir son accord. Le pays bénéficiaire ne peut pas 
refuser de donner son approbation, à moins qu'il ne soumette par écrit au pouvoir adjudicateur des 
objections dûment motivées et justifiées à l'encontre des experts proposés, dans les 15 jours de la 
date à laquelle la demande d'approbation a été introduite.  
ARTICLE 18.  STAGIAIRES  
18.1. 
Si les termes de référence le prévoient, le contractant assure, pendant la durée de mise en œuvre 
des tâches, la formation des stagiaires qui lui sont confiés par le pouvoir adjudicateur aux termes 
du marché. 
18.2. 
La  formation  de  ces  stagiaires  par  le  contractant  ne  leur  confère  pas  le  statut  d'employés  de  ce 
dernier.  Toutefois,  les  stagiaires  doivent  se  conformer  aux  instructions  du  contractant  et  aux 
dispositions  de  l'article  8,  au  même  titre  que  les  employés  du contractant. Sur présentation d'une 
demande  écrite  motivée,  le  contractant  peut  obtenir  le  remplacement  de  tout  stagiaire  dont  le 
travail ou la conduite ne sont pas satisfaisants. 
18.3. 
Sauf  dispositions  contraires  du  marché,  l'indemnité  versée  aux  stagiaires,  qui  couvre  notamment 
leurs frais de déplacement et de logement et tous autres frais encourus par eux, est à la charge du 
pouvoir adjudicateur. 
18.4. 
Le  contractant  établit  un  rapport  de  stage  trimestriel  qu'il  soumet  au  pouvoir  adjudicateur. 
Immédiatement  avant  l'achèvement  de  la  mise  en  œuvre  des  tâches,  le  contractant  établit  un 
rapport sur les résultats du stage et sur les qualifications acquises par les stagiaires en vue de leur 
futur emploi. La forme et les modalités de présentation de ces rapports sont fixées dans les termes 
de référence. 
15 janvier 2016 
Page 12 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

EXÉCUTION DU MARCHÉ 
ARTICLE 19.  MISE EN ŒUVRE DES TACHES ET RETARDS  
19.1. 
Les conditions particulières fixent la date à laquelle la mise en œuvre des tâches doit commencer à 
courir.  
19.2. 
 La  période  de  mise  en  œuvre  des  tâches  commence  à  courir  à  la  date  fixée  conformément  à 
l'article  19,  paragraphe  1.  Elle  est  fixée  dans  les  conditions  particulières,  sans  préjudice  des 
prolongations qui peuvent être accordées. 
19.3. 
Si le contractant ne fournit pas les prestations dans les délais stipulés dans le marché, le pouvoir 
adjudicateur  a  droit,  sans  mise  en  demeure  et  sans  préjudice  des  autres  recours  prévus  par  le 
marché, à une indemnité forfaitaire pour chaque jour écoulé entre la fin de la période de mise en 
œuvre des tâches et la date réelle d'achèvement de la période de mise en œuvre des tâches. 
19.4. 
Le  taux  journalier  de  l’indemnité  forfaitaire  est  calculé  en  divisant  la  valeur  du  marché  par  le 
nombre  de  jours de la période de mise en œuvre des tâches jusqu'à un maximum de 15 % de la 
valeur totale du marché.  
19.5. 
Si le pouvoir adjudicateur peut prétendre à au moins 15 % de la valeur du marché, il peut après en 
avoir donné un préavis au contractant: 
(a)  résilier le marché; et 
(b)  conclure  un  marché  avec  un  tiers  aux  frais  du  contractant  pour  la  partie  des  tâches 
restant à exécuter. 
ARTICLE 20.  MODIFICATION DU MARCHE 
20.1. 
Toute modification substantielle du marché changeant son objet fondamental ou sa portée, y inclus 
toute  modification  du  montant  total  du  marché,  le  remplacement  d'un  personnel  convenu  dont  le 
curriculum vitae fait partie du marché et toute modification de la période de mise en œuvre, doit 
faire  l’objet  d’un  avenant.  Chaque  partie  peut  demander  un  avenant  de  modification  du  marché 
conformément aux principes suivants: 
(a)   un avenant de modification ne peut être demandé que pendant la période d’exécution 
du marché;  
(b)   toute  demande  d'avenant  doit  être  soumise  par  écrit  à  l’autre  partie  au  moins  trente 
jours avant la date à laquelle l'entrée en vigueur prévue de l'avenant est demandée. En 
cas  de  circonstances  exceptionnelles,  dûment  justifiées  par  le  contractant,  le  pouvoir 
adjudicateur peut accepter un délai différent. 
La partie destinataire informe la partie demanderesse de sa décision concernant la demande dans 
un  délai  de  30  jours  à  compter  de  sa  réception.  Il  n’y  a  pas  de  modification  automatique  en 
l'absence d'une confirmation écrite de la partie destinataire.  
20.2. 
De surcroît, le gestionnaire du projet peut émettre un ordre de service demandant une modification 
du  marché  ne  changeant  pas  son  objet  fondamental  ou  sa  portée,  y  inclus  à  la  demande  du 
contractant, conformément aux principes suivants: 
(a)  la  modification  demandée  peut  consister  en  des  ajouts,  suppressions,  substitutions, 
changements  en  qualité  ou  en  quantité  ou  de  l'échelonnement,  du  mode  ou  du 
calendrier d'exécution des prestations; 
(b)  le gestionnaire du projet, avant d'émettre un ordre de service, notifie au contractant la 
nature et la forme de la modification proposée. 
Le contractant soumet alors dès que possible au gestionnaire du projet une proposition 
écrite contenant: 
15 janvier 2016 
Page 13 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

(i)  toutes les mesures à prendre pour se conformer à la modification demandée; 
(ii)  un calendrier actualisé pour la mise en œuvre des tâches; et  
(iii) si  nécessaire,  une  proposition  d'ajustement  financier  du  marché,  selon  les tarifs 
d'honoraires du marché lorsque les tâches sont de même nature; lorsque les tâches 
ne  sont  pas  de  même  nature,  les  tarifs  d'honoraires  sont  appliqués  si  cela  est 
raisonnable. 
Après  réception  de  la  proposition  du  contractant,  le  gestionnaire  du  projet  décide  le  plus 
rapidement possible si la modification doit ou non être effectuée. 
Si  le  gestionnaire  de  projet  décide  que  la  modification  doit  être  effectuée,  il  en  informe  le 
contractant par ordre de service indiquant que le contractant doit effectuer la modification au 
prix et dans les conditions spécifiées dans la proposition du contractant ou telles que révisées 
par le gestionnaire du projet en accord avec le contractant. 
(c)  Dès réception de l'ordre de service, le contractant exécute les modifications y détaillées 
au même titre que si ces modifications avaient été stipulées dans le marché.  
(d)  Pour un marché à prix unitaires, des ordres de service ayant un impact sur le budget du 
marché  sont  limités  aux  transferts  à  l'intérieur  des  tarifs  d'honoraires  ou  de  tarifs 
d'honoraires aux dépenses accessoires, dans les limites de l'article 20, paragraphe 3. 
(e)  Pour un marché à prix global, des ordres de service ne peuvent avoir d’impact sur le 
budget du marché. 
20.3. 
Aucune  modification  exécutée  par  avenant  ou  par  ordre  de  service  ne  peut  entraîner  une 
diminution  du  montant  dans  le  budget  du  marché  affecté  à  la  vérification  des  dépenses,  ou 
modifier les conditions de passation en vigueur au moment où le marché a été passé. 
20.4. 
Toute  modification  exécutée  par  le  contractant  sans  ordre  de  service  ou  sans  avenant  n'est  pas 
permise et le contractant en assumera les risques financiers. 
20.5. 
Lorsqu'une modification est rendue nécessaire par un manquement du contractant ou par un défaut 
d'exécution  du  marché  qui  lui  est  imputable,  tous  les  coûts  supplémentaires  entraînés  par  cette 
modification sont à sa charge. 
20.6. 
Le  contractant  informe  le  pouvoir  adjudicateur  de  tout  changement  d’adresse  ou  de  compte 
bancaire.  Dans  ce  dernier  cas,  le  contractant  utilise  le  formulaire  dans  l'annexe  VI.  Le  pouvoir 
adjudicateur  a  le  droit  de  s’opposer  au  au  changement  de  compte  bancaire  du  contractant.  Le 
contractant  informe  le  pouvoir  adjudicateur  de  tout  changement  d’auditeur,  que  le  pouvoir 
adjudicateur doit approuver. 
ARTICLE 21.  HORAIRE DE TRAVAIL 
21.1. 
Les  jours  et  heures  de  travail  du  contractant  ou  de  son  personnel  dans  le  pays  bénéficiaire  sont 
fixés  conformément  à  la  législation,  à  la  réglementation  et  aux  coutumes  du  pays  bénéficiaire  et 
aux exigences liées aux prestations. 
ARTICLE 22.  DROIT AUX CONGES 
22.1. 
Pour  un  marché  à  prix  unitaires,  les  congés  annuels  dus  sont  pris  pendant  la  période  de  mise  en 
œuvre des tâches à un moment approuvé par le gestionnaire du projet. 
22.2. 
Pour un marché à prix unitaires, ceux-ci sont réputés tenir compte du congé annuel à concurrence 
de 2 mois pour le personnel du contractant pendant la période de la mise en œuvre des tâches. En 
conséquence, les jours de congés annuels ne sont pas considérés comme des jours ouvrés. 
15 janvier 2016 
Page 14 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

22.3. 
Le personnel du contractant ne sera payé que pour les jours effectivement travaillés. Tout coût lié 
à  une  maladie  ou  à  un  congé  occasionnel  sera  couvert  par  le  contractant.  Le  contractant  doit 
informer le gestionnaire du projet de tout impact sur la durée de mise en œuvre des tâches. 
ARTICLE 23.  INFORMATION 
23.1. 
Le  contractant  communique  toutes  les  informations  relatives  aux  prestations  et  au  projet  au 
gestionnaire du projet, à la Commission européenne, à la Cour des comptes européenne ou à toute 
personne habilitée par le pouvoir adjudicateur. 
23.2. 
Le  contractant  permet  au  gestionnaire  du  projet  ou  à  toute  personne  habilitée  par  le  pouvoir 
adjudicateur  ou  le  pouvoir  adjudicateur  lui-même  d’inspecter  ou  de  vérifier  les  relevés  et  les 
comptes  concernant  les  prestations  et  d’en  faire  des  copies  pendant  et  après  la  fourniture  des 
prestations. 
ARTICLE 24.  REGISTRES 
24.1. 
Le contractant tient des relevés et des comptes complets, précis et systématiques de la prestation 
des  services,  sous  une  forme  et  selon  des  modalités  permettant  d'établir  avec  précision  que  le 
nombre  de  jours  ouvrés  et  les  frais  occasionnels  réels  inscrits  sur  la/les  facture(s) du contractant 
ont été dûment consacrés à l'exécution du marché. 
24.2. 
En ce qui concerne les marchés à prix unitaires, le contractant doit tenir des feuilles de présence 
enregistrant les jours ou heures ouvré(e)s par son personnel. Les feuilles de présence doivent être 
approuvées  par  le  gestionnaire  du  projet  ou  par  toute  personne  habilitée  par  le  pouvoir 
adjudicateur  ou  le  pouvoir  adjudicateur  lui-même  sur  une  base  mensuelle.  Les  montants  qu'il 
facture doivent correspondre à ces feuilles de présence. Les temps de déplacement, par le trajet le 
plus  court,  exclusivement  et  nécessairement  consacrés  au  marché  peuvent  être  intégrés  dans  le 
nombre  de  jours  ou,  le  cas  échéant,  d'heures,  enregistré  sur  ces  feuilles  de  présence.  Le(s) 
voyage(s) entrepris par l'expert en vue de sa mobilisation et de sa démobilisation ainsi que pour ses 
congés  ne  peuvent  être  considérés  comme  des  jour(s)  de  travail.  Un  minimum  de  7  heures  de 
travail prestées sont réputées équivalentes à un jour ouvré. Les heures de travail de tous les experts 
doivent être converties en jours ouvrés et arrondies au chiffre entier le plus proche pour les besoins 
de la facturation. 
24.3. 
Les relevés doivent être conservés pendant 7 ans après le paiement final effectué dans le cadre du 
marché.  Ils  comprennent  toute  la  documentation  relative  aux  recettes  et  aux  dépenses  et  tout 
inventaire  nécessaire  pour  la  vérification  des  pièces  justificatives,  notamment  les  feuilles  de 
présence,  les  billets  d'avion  et  de  transport,  les  fiches  de  paie  pour  la  rémunération  versée  aux 
experts  et  les  factures  ou  quittances  pour  frais  occasionnels.  En  cas  de  manquement  à  cette 
obligation  de  conserver  les  relevés,  le  pouvoir  adjudicateur  peut  appliquer  de  plein  droit  et  sans 
notification formelle à cet égard, les sanctions pour défaut d’exécution prévues aux articles 34 et 
36. 
ARTICLE 25.  VERIFICATIONS, CONTROLES ET AUDITS PAR LES ORGANES DE L’UNION 
EUROPEENNE 
25.1. 
Le contractant accepte que la Commission européenne, l’Office européen de lutte antifraude et la 
Cour  des  comptes  européenne  puissent  vérifier  la  mise  en  œuvre  du  marché  par  l'examen  et  la 
copie des pièces ou par des inspections sur place, y compris des documents (originaux ou copies). 
Afin  de  mener  à  bien  ces  vérifications,  contrôles  et  audits,  les  organes  de  l'Union  européenne 
susmentionnés  doivent  pouvoir  effectuer  un  audit  complet,  si  besoin  est,  sur  la  base  des  pièces 
justificatives des comptes, documents comptables et tout autre document relatif au financement du 
marché.  À  ces  fins,  le  contractant  doit  assurer  qu'un  accès  sur  place  est  possible  à  toute  heure 
raisonnable,  et  particulièrement  aux  bureaux  du  contractant,  à  ses  données  informatiques,  à  ses 
données comptables ainsi qu'à toute information utile aux audits, en ce compris les informations se 
rapportant  aux  rémunérations  individuelles  des  personnes  impliquées  dans  le  marché.  Le 
contractant doit s'assurer que les informations sont facilement accessibles au moment de l'audit et 
15 janvier 2016 
Page 15 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

qu'elles  peuvent  être  délivrées,  à  la  demande,  sur  un  support  approprié.  Ces  inspections  peuvent 
avoir lieu jusqu’à sept ans après le paiement final. 
25.2. 
De plus, le contractant donne à l’Office européen de lutte antifraude la possibilité de procéder à 
des contrôles et des vérifications sur place conformément aux procédures prévues par la législation 
de l'UE pour la protection des intérêts financiers de l'Union européenne contre la fraude et d’autres 
irrégularités. 
25.3. 
À  cette  fin,  le  contractant  donne  au  personnel  ou  aux  agents  de  la  Commission  européenne,  de 
l'Office européen de lutte antifraude et de la Cour des comptes européenne l'accès requis aux sites 
sur  lesquels  le  marché  est  exécuté,  y  compris  à  ses  systèmes  informatiques,  ainsi  qu'à  tous  les 
documents et bases de données concernant la gestion technique et financière du projet, et s'engage 
à prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter leur travail. L’accès accordé aux agents de 
la  Commission  européenne,  de  l'Office  européen  de  lutte  antifraude  et  de  la  Cour  des  comptes 
européenne  est  confidentiel  en  ce  qui  concerne  les  tiers,  sans  préjudice  des  obligations  de  droit 
public auxquelles ils sont assujettis. Les documents doivent être aisément accessibles et classés de 
façon à  faciliter leur examen. Le contractant doit informer le pouvoir adjudicateur du lieu précis 
où ils se trouvent. 
25.4. 
Le contractant s'assure que les droits de la Commission, de l'Office européen de lutte antifraude et 
de la Cour des comptes d'effectuer des audits, contrôles et vérifications sont également applicables, 
dans  les  mêmes  conditions  et  selon  les  mêmes  modalités  que  celles  prévues  au  présent  article,  à 
tout sous-traitant ou toute autre partie bénéficiant des fonds du budget de l'UE/du FED.  
25.5. 
Le  non-respect  des  obligations  énoncées  à  l’article 25,  paragraphes  1  à  4,  constitue  un  cas  de 
défaut grave d’exécution. 
ARTICLE 26.  RAPPORTS D'AVANCEMENT ET RAPPORT FINAL 
26.1. 
Sauf en cas de disposition contraire dans les termes de référence, le contractant doit élaborer des 
rapports d’avancement et un rapport final au cours de la période de mise en œuvre des tâches. Ces 
rapports  doivent  consister  en  une  section  narrative  et  une  section  financière.  Le  format  de  ces 
rapports  est  conforme  aux  prescriptions  notifiées  au  contractant  par  le  gestionnaire  du  projet  au 
cours de la période de mise en œuvre des tâches. 
26.2. 
Toutes les factures doivent être sans exception accompagnées d’un rapport d’avancement ou d’un 
rapport  final.  Toutes  les  factures  d'un  marché  à  prix  unitaires  doivent  aussi  être  accompagnées 
d’un rapport financier à jour et d’une facture pour le coût du rapport de vérification des dépenses. 
La structure du rapport d'avancement ou du rapport financier final doit être la même que celle du 
budget approuvé contractuellement (annexe V). Ce rapport financier doit indiquer au minimum les 
dépenses encourues pendant la période concernée, les dépenses cumulées et le solde disponible. 
26.3. 
Juste  avant  l'achèvement  de  la  mise  en  œuvre  des  tâches,  le  contractant  établit  un  rapport  final, 
assorti  d’une  étude  critique  des problèmes majeurs qui sont éventuellement apparus au cours de 
l’exécution du marché. 
26.4. 
Ce rapport final est transmis au gestionnaire du projet au plus tard 60 jours après l'achèvement de 
la mise en œuvre des tâches. Ce rapport ne lie pas le pouvoir adjudicateur. 
26.5. 
Lorsque  le  marché  est  exécuté  par  tranches,  la  mise  en  œuvre  de  chaque  tranche  donne  lieu  à 
l'établissement d'un rapport final de réalisation par le contractant. 
26.6. 
Les rapports intermédiaires et final sont régis par les dispositions de l’article 14. 
ARTICLE 27.  APPROBATION DES RAPPORTS ET DOCUMENTS 
27.1. 
L'approbation  par  le  pouvoir  adjudicateur  des  rapports  et  documents  établis  et  transmis  par  le 
contractant atteste leur conformité aux clauses contractuelles. 
27.2. 
Lorsqu'un  rapport  ou  un  document  est  approuvé  par  le  pouvoir  adjudicateur  sous  réserve  de 
modifications à apporter par le contractant, le pouvoir adjudicateur fixe un délai pour l'exécution 
des modifications demandées. 
15 janvier 2016 
Page 16 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

27.3. 
Si  le  rapport  final  d'un  marché  n’est  pas  approuvé,  la  procédure  de  règlement  du  litige  est 
automatiquement invoquée. 
27.4. 
Lorsque le marché est exécuté par tranches, la mise en œuvre de chaque tranche est subordonnée à 
l'approbation par le pouvoir adjudicateur de la tranche précédente, sauf si les tranches sont  mises 
en œuvre en même temps. 
27.5. 
Le délai d’acceptation des rapports et documents par le pouvoir adjudicateur est réputé inclus dans 
le délai de paiement indiqué à l’article 29, sauf disposition contraire des conditions particulières.  
PAIEMENTS ET RECOUVREMENT 
ARTICLE 28.  VERIFICATION DES DEPENSES 
28.1. 
Les rapports de vérification des dépenses ne sont pas requis pour les marchés forfaitaires. 
28.2. 
Avant  de  pouvoir  effectuer  les  paiements  dans  le  cadre d'un marché à prix unitaires, un auditeur 
externe  qui  remplit  les  conditions  spécifiques  du  cahier  des  charges  pour  la  vérification  des 
dépenses  et  est  approuvé  par  le  pouvoir  adjudicateur,  doit examiner et vérifier les factures et les 
rapports financiers envoyés par le contractant au pouvoir adjudicateur. 
28.3. 
L’auditeur doit s’assurer que des preuves pertinentes, fiables et suffisantes démontrent que: 
(a)  les experts employés par le contractant pour ce marché ont travaillé tel qu'étayé dans le cadre 
du  marché  (comme  corroboré  par  une  tierce  partie  indépendante  si  disponible)  le  même 
nombre  de  jours  que  celui  réclamé  par  le  contractant  dans  ses  factures  et  dans  le  tableur 
financier soumis avec les rapports d’avancement; et 
(b)  les  montants  réclamés  au  titre  des  dépenses  accessoires  ont  été  réellement  encourus  par  le 
contractant  et  ce, à bon escient, conformément aux prescriptions des termes de référence du 
marché. 
Sur  la  base  de  sa  vérification,  l’auditeur  soumet  au  contractant  un  rapport  de  vérification  des 
dépenses conforme au modèle de l’annexe VII.  
28.4. 
Le contractant accorde à l’auditeur tous les droits d’accès prévus à l’article 25. 
28.5. 
Le  pouvoir  adjudicateur  se  réserve  la  possibilité  d’exiger  le  remplacement  de  l’auditeur  si  des 
éléments inconnus à la date de la signature du marché font douter de son indépendance ou de son 
professionnalisme. 
ARTICLE 29.  PAIEMENT ET INTERETS POUR RETARD DE PAIEMENT 
29.1. 
Les paiements sont effectués selon une des options ci-dessous, comme indiqué dans les conditions 
particulières. 
Option 1: marché à prix unitaires 
Le  pouvoir  adjudicateur  effectue  les  paiements  au  contractant  selon  les  modalités 
suivantes: 
1.  un premier versement de préfinancement, si le contractant le demande, du montant 
pouvant atteindre un maximum de 20 % du montant maximum du marché indiqué au 
point 2 du contrat, dans un délai de 30 jours à compter de la réception par le pouvoir 
adjudicateur  d’une  facture,  du  marché  signé  par  les  deux  parties et d’une garantie 
financière si requise, conformément à l’article 30; 
2.  des  paiements  intermédiaires  semestriels  éventuels,  tels  que  prévus  dans  les 
conditions  particulières,  dans  les  60  jours  suivant  la  réception  par  le  pouvoir 
adjudicateur d’une facture accompagné d'un rapport d’avancement et d'un rapport de 
vérification  des  dépenses,  sous  réserve  de  l’approbation  de  ces  rapports 
conformément  à  l’article 27.  Le  montant  de  ces  paiements  intermédiaires  est 
15 janvier 2016 
Page 17 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

équivalent aux coûts encourus sur la base des rapports de vérification des dépenses. 
Lorsque 80 % du montant maximum du marché indiqué au point 2 du marché ont été 
payés (préfinancement et paiements intermédiaires), les montants dus au contractant 
sont  déduits  du  paiement  du  préfinancement  jusqu’à  son  remboursement  complet 
avant d'effectuer tout paiement supplémentaire; 
3.  les  factures  doivent  être  réglées  de  telle  façon  que  le  montant  des  paiements  ne 
dépasse  pas  90  %  du  montant  maximum  du  marché  indiqué  au  point  (2)  des 
conditions particulières ; les 10 % constituant le montant minimum de paiement du 
solde; 
4.  le solde de la valeur finale certifiée du marché, sous réserve du montant maximum 
du  marché  indiqué  au  point  2  des  conditions  particulières,  après  déduction  des 
montants  déjà  versés,  dans  un  délai  de  90  jours  à  compter  de  la  réception  par  le 
pouvoir adjudicateur d’une facture finale accompagnée du rapport final et du rapport 
de  vérification  des  dépenses  sous  réserve  de  l’approbation    du  rapport  final  et  du 
rapport de vérification des dépenses conformément à l’article 27. 
Option 2: marché à forfait 
Si  le  marché  n’est  pas  divisé  en  différents  résultats  que  le  pouvoir  adjudicateur  peut 
approuver séparément, ou s'il a une durée de moins de deux ans, le pouvoir adjudicateur 
effectue les paiements au contractant selon les modalités suivantes: 
1.  un préfinancement, si le contractant le demande, d'un montant pouvant atteindre un 
maximum  de  40 %  de  la  valeur  du  marché  figurant  au  point  2  des  conditions 
particulières,  dans  un  délai  de  30  jours  à  compter  de  la  réception  par  le  pouvoir 
adjudicateur  d’une  facture,  du  marché  signé  par  les  deux  parties et d’une garantie 
financière si requise, conformément à l’article 30; 
2.  le  solde  de  la  valeur  du  marché  figurant  au  point  2  du contrat dans un délai de 90 
jours  à  compter  de  la  réception  par  le  pouvoir  adjudicateur  de  la  facture  finale, 
accompagnée  du  rapport  final,  sous  réserve  de  l’approbation  de  ce  dernier 
conformément à l’article 27. 
Si la durée du marché est de deux ans au moins et si le budget est divisé entre différents 
résultats que le pouvoir adjudicateur peut approuver indépendamment les uns des autres, 
le  pouvoir  adjudicateur  effectue  les  paiements  au  contractant  selon  les  modalités 
suivantes: 
1.  un préfinancement, si le contractant le demande, d'un montant pouvant atteindre un 
maximum  de  40 %  de  la  valeur  du  marché  figurant  au  point  2  des  conditions 
particulières,  dans  un  délai  de  30  jours  à  compter  de  la  réception  par  le  pouvoir 
adjudicateur  d’une  facture,  du  marché  signé  par  les  deux  parties et d’une garantie 
financière si requise, conformément à l’article 30; 
2.  un paiement intermédiaire à la fin de chaque période de 12 mois de la mise en œuvre 
du  marché,  d’un  montant correspondant aux résultats atteints,  dans un délai de 60 
jours  à  compter  de  la  réception  par  le  pouvoir  adjudicateur  d’une  facture 
accompagnée  d’un  rapport  d'avancement,  sous  réserve  de  l’approbation  de  ce 
rapport, conformément à l’article 27; 
3.  les  factures  doivent  être  réglées  de  telle  façon  que  le  montant  des  paiements  ne 
dépasse  pas  90  %  du  montant  maximum  du  marché  indiqué  au  point  (2)  des 
conditions particulières ; les 10 % constituant le montant minimum de paiement du 
solde; 
4.  le solde de la valeur du marché figurant au point 2 des conditions particulières dans 
un  délai  de  90  jours  à  compter  de  la  réception  par  le  pouvoir  adjudicateur  de  la 
facture  finale,  accompagnée  du  rapport  final,  sous  réserve  de  l’approbation  de  ce 
dernier conformément à l’article 27. 
15 janvier 2016 
Page 18 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

link to page 23 link to page 15 29.2. 
Par date de paiement on entend la  date à laquelle le compte qui a exécuté le paiement est débité. 
La facture n’est pas recevable lorsqu’un élément essentiel au moins fait défaut. Sans préjudice de 
l’article 36.2, ce délai peut être suspendu par le pouvoir adjudicateur pour toute partie du montant 
facturé contestée par le gestionnaire du projet par notification au contractant que cette partie de la 
facture n’est pas recevable, soit que la créance n’est pas exigible, soit que le rapport correspondant 
ne  peut  être  approuvé,  et  que  le  pouvoir  adjudicateur  estime  nécessaire  de  procéder  à  des 
vérifications  complémentaires.  Dans  ce  cas,  le  pouvoir  adjudicateur  ne  doit  retenir  abusivement 
aucune partie incontestée du montant facturé, mais peut demander des clarifications, modifications 
ou compléments d’information, qui seront fournis dans un délai de 30 jours à dater de la demande. 
Le  délai  recommence  à  courir  à  la  date  à  laquelle  le  pouvoir  adjudicateur  reçoit  une  facture 
correctement établie. Si une partie de la facture est contestée, le montant non contesté de la facture 
ne peut être refusé et doit être payé en fonction du calendrier de paiement fixé à l’article 29. 1. 
 
29.3. 
À  l’expiration  du  délai  de  paiement  prévu  ci-dessus,  le  contractant  perçoit  un    intérêt de retard, 
dans les deux mois suivant le paiement tardif. L'intérêt de retard n'est pas dû si le contractant est 
un ministère ou une personne publique d’un État membre de l'UE. Cet intérêt de retard est fixé au 
taux: 
  appliqué par la Banque centrale européenne à ses opérations principales de refinancement en 
euros tel que publié au Journal officiel de l’Union européenne, série C, si les paiements sont 
effectués en euros 
  de réescompte de la banque centrale du pays du pouvoir adjudicateur si les paiements sont 
effectués en monnaie nationale  
en  vigueur  le  premier  jour  du  mois  au  cours  duquel  ce  délai  a  expiré,  majoré  de  huit  points  de 
pourcentagte. L’intérêt de retard porte sur la période comprise entre la date d’expiration du délai 
de  paiement  (exclusif)  et  la  date  de  débit  du  compte  du  pouvoir  adjudicateur  qui  a  exécuté  le 
paiement (inclusif).  
Exceptionnellement, lorsque les intérêts calculés conformément aux dispositions du premier alinéa 
sont d’un montant inférieur ou égal à 200 EUR, ils ne sont versés au créancier que sur demande, 
présentée dans les deux mois qui suivent la réception du paiement tardif. 
29.4. 
Les  paiements  dus  par  le  pouvoir  adjudicateur  sont  effectués  sur  le  compte  bancaire  mentionné 
dans  la  fiche  d’identification  financière  remplie  par  le  contractant.  Les  changements  de  compte 
bancaire doivent être signalés au moyen d'un nouveau signalétique financier, joint à la facture.  
29.5. 
Les  paiements  sont  effectués  en  euros  ou  en  monnaie  nationale,  tel  que  fixé  par  les  conditions 
particulières.  Les  conditions  particulières  fixent  les  conditions  administratives  ou  techniques 
auxquelles  sont  subordonnés  les  versements  de  préfinancements,  d’acomptes  et/ou  le  paiement 
pour  solde  effectués  conformément  aux  conditions  générales.  En  cas  de  paiement  en  euros,  la 
conversion  éventuelle  en  euros  des  coûts  réels  supportés  dans  d'autres  monnaies  se  fait  au  taux 
publié sur l’Infor-Euro, le premier jour ouvrable du mois au cours duquel la facture est établie. En 
cas de paiement en monnaie nationale, la conversion en monnaie nationale se fait au taux publié 
sur l’Infor-Euro, le premier jour ouvrable du mois au cours duquel le paiement est effectué. 
29.6. 
Pour les marchés à prix unitaires, les factures doivent être accompagnées de copies ou d’extraits 
des  feuilles  de  présence  approuvées  visées  à  l’article  24.2  afin  de  vérifier  le  montant  facturé  au 
titre des heures de travail des experts. Un minimum de 7 heures prestées sont réputées équivalentes 
à un jour ouvré. Les heures de travail de tous les experts doivent être converties en jours ouvrés et 
arrondies au chiffre entier le plus proche pour les besoins de la facturation. 
29.7. 
Le  paiement  du  solde  définitif  est  subordonné  à  l'exécution  par  le  contractant  de  toutes  ses 
obligations  relatives  à  l'ensemble  des  tranches  ou  parties  des  prestations  ainsi  qu'à  l'approbation 
par le pouvoir adjudicateur de la dernière tranche ou partie des prestations. Le paiement final n'est 
effectué qu'après que le rapport final de réalisation et le décompte final, désignés comme tels, ont 
été présentés par le titulaire et approuvés par le pouvoir adjudicateur. 
15 janvier 2016 
Page 19 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

29.8. 
Les  obligations  de  la  Commission  européenne  en  matière  de  paiements  en  vertu  de  ce  marché 
cesseront  au  plus  tard  18  mois  à  compter  de  la  fin  de  la  période  de  mise  en  œuvre  des tâches, à 
moins que le marché ne soit résilié conformément à ces conditions générales. 
29.9. 
Sans notification préalable, au lieu ou avant de terminer le marché tel que prévu à l'article 36, le 
pouvoir adjudicateur peut suspendre des paiements par mesure de précaution.  
29.10.  Lorsqu'il  est  prouvé  que  l'attribution  du  marché  ou  son  exécution  sont  sujettes  à  des  erreurs 
substantielles, irrégularités ou fraudes attribuables au contractant, le pouvoir adjudicateur peut, en 
plus de la possibilité de suspendre l'exécution du contrat tel que prévu à l'article 35.2 et de terminer 
le  contrat  tel  que  prévu  à  l'article  36,  refuser  de faire les paiements et/ou recouvrer les montants 
déjà payés, proportionnellement à l'importance des erreurs, irrégularités ou fraudes. 
29.11.  Si,  pour  une  raison  quelconque,  le  marché  est  résilié,  les  garanties  constituées  pour  les 
préfinancements  peuvent  être  mises  en  recouvrement  en  vue  du  remboursement  du  solde  des 
préfinancements  encore  dû  par  le  contractant  et  le  garant  ne  peut  différer  le  paiement  ou  s'y 
opposer pour quelque motif que ce soit. 
ARTICLE 30.  GARANTIE FINANCIERE 
30.1. 
Sauf disposition contraire dans les conditions particulières, le contractant doit fournir une garantie 
financière pour le montant total du préfinancement. La garantie financière est constituée selon le 
modèle prévu au marché et peut être fournie sous la forme d'une garantie bancaire, d'un chèque de 
banque,  d'un  chèque  certifié,  d'une  obligation  émanant  d'une  compagnie  d'assurances  et/ou  de 
cautionnement,  ou  d'une  lettre  de  crédit  irrévocable,  ou  d'un  dépôt  en  liquide  auprès  du  pouvoir 
adjudicateur.  Si  la  garantie  financière  est  fournie  sous  la  forme  d'une  garantie  bancaire,  d'un 
chèque de banque, d'un chèque certifié ou d'une obligation, elle doit être délivrée par une banque 
ou par une compagnie d'assurances et/ou de cautionnement approuvée par le pouvoir adjudicateur. 
Cette  garantie  financière  doit  demeurer  valable  jusqu’à  sa  libération  par  le  pouvoir  adjudicateur 
conformément  à  l’article 30,  paragraphe  5  ou  6,  selon  le  cas.  Lorsque  le  contractant  est  un 
organisme public, il peut être, selon une évaluation des risques, dérogé à l'obligation de constituer 
une telle garantie. 
30.2. 
La  garantie  financière  est  fournie  par  courrier  à  l’en-tête  de  l’établissement  financier,  sur  le 
modèle figurant à l’annexe VI. 
30.3. 
Si  la  garantie  financière  cesse  d'être  valable  et  que  le  contractant  ne  renouvelle  pas  sa  durée  de 
validité,  le  pouvoir  adjudicateur  peut  soit  déduire  son  montant  de  paiements  futurs  dus  au 
contractant  en  vertu  du  marché  jusqu'à  concurrence  du  total  des  paiements  déjà  effectués,  soit 
demander  au  contractant  de  fournir  une  nouvelle  garantie  dans  les  mêmes  termes  que  la 
précédente.  Si  le  contractant  ne  fournit  pas  de  nouvelle  garantie,  le  pouvoir  adjudicateur  peut 
résilier le marché. 
30.4. 
Si le marché est résilié pour une raison quelconque, la garantie financière peut être immédiatement 
mise en recouvrement en vue du remboursement d'un éventuel solde encore dû par le contractant 
au pouvoir adjudicateur et le garant ne peut différer le paiement ou s'y opposer pour quelque motif 
que ce soit. 
30.5. 
Dans  le  cas  des  marchés  à  prix  unitaires,  la  garantie  financière  est  libérée  lorsque  le 
préfinancement a été remboursé conformément à l’article 29. 1. 
30.6. 
Pour les marchés à prix forfaitaire, (i) si le marché n’est pas divisé en différents résultats que le 
pouvoir  adjudicateur  peut  approuver  séparément  ou  s'il  a  une  durée  de  moins  de  deux  ans,  la 
garantie  financière  doit  rester  en  vigueur  jusqu’au  paiement  du  solde,  et  (ii)  si  le  marché  a  une 
durée de deux ans au moins et si le budget est divisé entre les différents résultats que le pouvoir 
adjudicateur  peut  approuver  séparément,  la  garantie  financière  est  libérée  lorsque  le 
préfinancement est remboursé conformément à l’article 29. 1. 
15 janvier 2016 
Page 20 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

ARTICLE 31.  RECOUVREMENT DES DETTES DU CONTRACTANT 
31.1. 
Le  contractant  s’engage  à  rembourser  au  pouvoir  adjudicateur    les  montants  qui  lui auraient été 
versés en surplus par rapport au montant final dû avant la date limite mentionnée dans la note de 
débit, ce qui correspond à 45 jours après la date d'émission de cette note de débit. 
31.2. 
En  cas  de  non-remboursement  par  le  contractant  dans  le  délai  ci-dessus,  le  pouvoir  adjudicateur 
peut,  à  moins  que  le  contractant soit un ministère ou un organisme public d’un État membre de 
l'Union européenne, majorer les sommes dues d’un intérêt de retard au taux: 
(a)  de  réescompte  de  la  banque  centrale  du  pays  où  est  établi  le  pouvoir  adjudicateur  si  les 
paiements sont effectués dans la monnaie de ce pays, 
(b)  appliqué par la Banque centrale européenne à ses opérations principales de refinancement en 
euros tel que publié au Journal officiel de l’Union européenne, série C, si les paiements 
sont effectués en euros, 
en vigueur le premier jour du mois au cours duquel ce délai a expiré, majoré de huit points 
de  pourcentage.  L’intérêt  de  retard  porte  sur  la  période  comprise  entre  la  date 
d’expiration du délai de paiement et la date de paiement effectif. Tout paiement partiel est 
imputé d’abord sur les intérêts de retard ainsi déterminés. 
31.3. 
Le  pouvoir  adjudicateur  peut  procéder  au  remboursement  des  sommes  qui  lui  sont  dues  par 
compensation avec des sommes dues au contractant à quelque titre que ce soit, sans préjudice d'un 
échelonnement éventuel convenu entre les parties.  
31.4. 
Les  frais  bancaires  occasionnés  par  le  remboursement  des  sommes  dues  au  pouvoir  adjudicateur 
sont à la charge exclusive du contractant. 
31.5. 
Sans préjudice des prérogatives du pouvoir adjudicateur, si nécessaire, l’Union européenne peut, 
en  tant  que  bailleur  de  fonds,  procéder  elle-même  au  recouvrement  par  tout  moyen  qu'elle  juge 
utile. 
ARTICLE 32.  REVISION DES PRIX 
32.1. 
Le marché est à prix fermes et non révisables. 
ARTICLE 33.  PAIEMENT AU PROFIT DE TIERS 
33.1. 
Les  ordres  de  paiement  en  faveur  de  tiers  ne  peuvent  être  exécutés  qu'à  la  suite  d'une  cession 
effectuée conformément à l'article 3. La cession est notifiée au pouvoir adjudicateur. 
33.2. 
Il incombe au contractant et à lui seul de faire connaître les bénéficiaires de ces cessions. 
33.3. 
En  cas  de  saisie  régulière  sur  les  biens  du  contractant,  affectant  le  paiement  des  sommes  qui  lui 
sont dues au titre du marché, sans préjudice du délai prévu à l'article 29, le pouvoir adjudicateur 
dispose, pour reprendre les paiements au contractant, d'un délai de trente jours à compter du jour 
où la mainlevée définitive de la saisie-arrêt lui est notifiée. 
DÉFAUT D'EXÉCUTION, SUSPENSION ET RÉSILIATION 
ARTICLE 34.  DEFAUT D'EXECUTION 
34.1. 
Chacune des parties est en défaut d’exécution du marché lorsqu’elle ne remplit pas ses obligations 
conformément aux dispositions du contrat. 
34.2. 
En cas de défaut d'exécution, la partie lésée a le droit de recourir aux mesures suivantes: 
(a)  demande d'une indemnisation et/ou 
(b)  résiliation du marché. 
15 janvier 2016 
Page 21 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

34.3. 
L'indemnisation peut prendre la forme: 
(a)  de dommages et intérêts ou 
(b)  d'une indemnité forfaitaire.  
34.4. 
Si le contractant n’exécute pas une de ses obligations conformément aux dispositions du marché, 
le pouvoir adjudicateur dispose également, sans préjudice de son droit au titre de l’article 34. 2, 
des recours suivants: 
(a)  la suspension des paiements; et/ou 
(b)  la réduction ou le recouvrement des paiements en proportion avec l'étendue de la non-
exécution.  
34.5. 
Si le pouvoir adjudicateur a droit à une indemnisation, celle-ci peut s'effectuer par prélèvement sur 
toute somme due au contractant ou par appel à la garantie adéquate. 
34.6. 
Le  pouvoir  adjudicateur  a  droit  à  une  indemnité  pour  tout  dommage  qui  apparaît  après 
l’achèvement du marché, conformément au droit régissant le marché. 
ARTICLE 35.  SUSPENSION DU MARCHÉ 
35.1. 
Le  contractant  suspend,  sur  ordre  du  pouvoir  adjudicateur,  l'exécution  du  marché,  en  tout  ou  en 
partie,  pendant  la  durée  et  de  la  manière  que  le  pouvoir  adjudicateur  juge  nécessaires.  La 
suspension  prend  effet  le  jour  où  le  contractant  reçoit  l’ordre  ou  à  une  date  ultérieure  telle  que 
prévue par l'ordre. 
35.2. 
Suspension  du  marché en cas d’erreurs substantielles, d’irrégularités ou de fraude présumées: le 
marché  peut  être  suspendu  afin  de  vérifier  si  des  erreurs  substantielles,  des  irrégularités  ou  une 
fraude  présumées  se  sont  produites  lors  de  la  procédure  de  passation  ou  lors  de  l’exécution  du 
marché. Si elles ne sont pas confirmées, l’exécution du marché est reprise dès que possible. 
35.3. 
Pendant  la  période  de  suspension,  le  contractant  prend  toutes  les  mesures  conservatoires 
nécessaires. 
35.4. 
Les  frais  supplémentaires  occasionnés  par  ces  mesures  conservatoires  peuvent  être  ajoutés  au 
montant du marché, sauf si: 
(a)  le marché en dispose autrement; ou 
(b)  la  suspension  est  nécessaire  par  suite  d'un  manquement  ou  défaut  d'exécution  du 
contractant; ou 
(c)  les erreurs substantielles, les irrégularités ou la fraude présumées mentionnée à l'article 
35.2 sont confirmées et imputables au contractant. 
35.5. 
Le contractant n'aura droit à de tels ajouts au montant du marché que s'il notifie au gestionnaire du 
projet,  dans  un  délai  de  30  jours  à  compter  la  réception  de  l'ordre  de  suspendre  l'exécution  du 
marché, son intention de les demander. 
35.6. 
Le pouvoir adjudicateur, après consultation du contractant, fixe le paiement supplémentaire et/ou 
la prolongation du délai d'exécution qu'il estime juste et raisonnable d'accorder au contractant à la 
suite de cette demande. 
35.7. 
Dès que possible, le pouvoir adjudicateur ordonne au contractant de reprendre le marché suspendu 
ou l’informe qu’il met fin au marché. Si la période de suspension est supérieure à 90 jours et que la 
suspension  n'est  pas  imputable  au  manquement  ou  défaut  du  contractant,  celui-ci  peut,  par 
notification au pouvoir adjudicateur, demander l'autorisation de poursuivre le marché dans un délai 
de 30 jours ou résilier le marché. 
ARTICLE 36.  RESILIATION PAR LE POUVOIR ADJUDICATEUR 
36.1. 
Le  pouvoir  adjudicateur  peut,  à  tout  moment  et  avec  effet  immédiat, sous réserve de l'article 36, 
paragraphe 8, résilier le marché, sous réserve des dispositions de l'article 36, paragraphe 2.  
15 janvier 2016 
Page 22 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

36.2. 
Sous réserve de toute autre disposition des présentes conditions générales, le pouvoir adjudicateur 
peut,  après  avoir  donné  un  préavis  de  sept  jours, résilier le marché dans l'un quelconque des cas 
suivants:  
(a)  le contractant est en défaut grave d’exécution du présent marché en raison du non-respect de 
ses obligations contractuelles; 
(b)  le contractant ne se conforme pas dans un délai raisonnable à la notification du gestionnaire 
du  projet  lui  enjoignant  de  remédier  à  la  négligence  ou  au  manquement  à  ses  obligations 
contractuelles qui compromet sérieusement la bonne mise en œuvre des tâches dans les délais; 
(c)  le  contractant  refuse  ou  omet  d'exécuter  des  ordres  de  service  émanant  du  gestionnaire  du 
projet; 
(d)  le contractant cède le marché ou sous-traite sans l'autorisation du pouvoir adjudicateur; 
(e)  le  contractant  est  en  état  de  faillite,  fait  l'objet  d'une  procédure  d’insolvabilité  ou  de 
liquidation,  ses  biens  sont  administrés  par  un  liquidateur  ou  sont  placés  sous  administration 
judiciaire, il a conclu un concordat préventif, il se trouve en état de cessation d’activités ou 
dans  toute  situation  analogue  résultant  d’une  procédure  de  même  nature  prévue  par  les 
législations ou réglementations nationales; 
(f)  une modification de l'organisation de l'entreprise entraîne un changement de personnalité, de 
nature  ou  de  contrôle  juridiques  du  contractant,  à  moins  qu'un  avenant  constatant  cette 
modification ne soit établi; 
(g)  une autre incapacité juridique fait obstacle à la mise en œuvre du marché; 
(h)  le  contractant  omet  de  constituer  la  garantie  ou  de  souscrire  l'assurance  requises,  ou  la 
personne qui a fourni la garantie ou l'assurance antérieure n'est pas en mesure de respecter ses 
engagements;  
(i)  le contractant a, en matière professionnelle, commis une faute grave constatée par tout moyen 
que le pouvoir adjudicateur peut justifier; 
(j)  il a été établi par un jugement définitif ou une décision administrative définitive ou le pouvoir 
adjudicateur détient la preuve que le contractant s'est rendu coupable de fraude, de corruption, 
de participation à une organisation criminelle, de blanchiment de capitaux ou de financement 
du  terrorisme,  d'infractions  liées  au  terrorisme,  de  travail  des  enfants  ou  d'autres  formes  de 
traite des êtres humains ou a commis une irrégularité; 
(k)  le contractant, dans l’exécution d’un autre marché financé par le budget de l’UE/des fonds du 
FED,  a  été  déclaré  en  défaut grave d’exécution du marché, ce qui a conduit à la résiliation 
anticipée du marché ou à l’application de dommages-intérêts forfaitaires ou d’autres pénalités 
contractuelles  ou  ce  qui  a  été  découvert  à  la  suite  de  vérifications,  d’audits  ou  d’enquêtes 
effectués par la Commission européenne, le pouvoir adjudicateur, l’Office européen de lutte 
antifraude ou la Cour des comptes; 
(l)  après  la  passation  du  marché,  la  procédure  de  passation  ou  l’exécution  du  marché  se  révèle 
avoir été entachée d’erreurs substantielles, d’irrégularités ou de fraude; 
(m)  la procédure de passation ou l’exécution d’un autre marché financé par le budget de l’UE/des 
fonds  du  FED  se  révèle  avoir  été  entachée  d’erreurs  substantielles,  d’irrégularités  ou  de 
fraude, lesquelles sont susceptibles d’affecter l’exécution du présent marché; 
(n)  le contractant n'exécute pas son obligation conformément à l’article 8 et à l’article 9;  
(o)  le contractant n’est pas en mesure de fournir un remplacement appropriée pour un expert dont 
l’absence a une incidence sur la bonne exécution du marché. 
Les  cas  de  résiliation  en  application  des  points (e),  (i),  (j),  (l),  (m)  et  (n)  peuvent  se  référer 
également  aux  membres  de  l’organe  d’administration,  de  direction  ou  de  surveillance  du 
contractant et/ou aux personnes ayant un pouvoir de représentation, de décision ou de contrôle à 
l’égard du contractant. 
15 janvier 2016 
Page 23 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

Les cas de résiliation en application des points (a), (e), (f), (g), (i), (j), (k), (l), (m) et (n) peuvent se 
référer  également  aux  personnes  conjointement  et  solidairement  responsables  de  l’exécution  du 
marché.  
Les  cas  visés  au  point  e),  (i),  (j),  (k),  (l),  (m)  et  (n)  peuvent  se  référer  également  à  des  sous-
traitants. 
36.3. 
La résiliation s'entend sans préjudice des autres droits ou compétences du pouvoir adjudicateur ou 
du  contractant  au  titre  du  marché.  Le  pouvoir  adjudicateur  peut  ensuite  achever  lui-même 
l'exécution des prestations ou conclure un autre marché avec un tiers aux frais du contractant. Le 
contractant  cesse  d'être  responsable  des  retards  d'exécution  dès  que  le  pouvoir  adjudicateur  a 
résilié  le  marché,  sans  préjudice  de  toute  responsabilité qui peut avoir pris naissance à cet égard 
antérieurement. 
36.4. 
Dès la résiliation du marché ou la réception de la notification de celle-ci, le contractant prend des 
mesures  immédiates  pour  mettre  fin  sans  délai  et  correctement  à  la  prestation  des  services  et 
réduire les dépenses au minimum. 
36.5. 
Le gestionnaire du projet certifie, dès que possible après la résiliation, la valeur des prestations et 
toutes les sommes dues au contractant à la date de la résiliation du marché. 
36.6. 
Le  pouvoir  adjudicateur  n’est  pas  tenu d’effectuer d’autres paiements au contractant tant que les 
prestations  de  services  ne  sont  pas  achevées.  Lorsque  les  prestations  sont  achevées,  le  pouvoir 
adjudicateur  obtient  du  contractant  le  remboursement  des  frais  supplémentaires  éventuels 
occasionnés  par  l’achèvement  de  la  prestation  des  services,  ou  paie  tout  solde  encore  dû  au 
contractant.  
36.7. 
Si  le  pouvoir  adjudicateur  résilie  le  marché  conformément  à  l’article 36,  paragraphe  2,  il  est  en 
droit d'obtenir du contractant, en plus des coûts supplémentaires nécessaires pour l’achèvement du 
marché et sans préjudice des autres recours prévus par le marché, réparation du préjudice qu’il a 
subi à concurrence de la valeur des prestations qui n’ont pas été achevées de façon satisfaisante, 
sauf dispositions contraires prévues dans les conditions particulières.  
36.8. 
Lorsque la résiliation ne résulte pas d'un acte ou d'une omission du contractant, d'un cas de force 
majeure ou d'autres circonstances en dehors du contrôle du pouvoir adjudicateur, le contractant est 
en  droit  de réclamer une indemnité pour le préjudice subi, en plus des sommes qui lui sont dues 
pour les tâches déjà exécutées. 
36.9. 
Le présent marché est automatiquement résilié s’il n’a donné lieu à aucun paiement dans les deux 
ans suivant la signature par les deux parties du contrat correspondant.  
ARTICLE 37.  RESILIATION PAR LE CONTRACTANT 
37.1. 
Le contractant peut, après avoir donné un préavis de 14 jours au pouvoir adjudicateur, résilier le 
marché si le pouvoir adjudicateur: 
a)  ne  lui  paie  pas  pendant  plus  de  120  jours  les  sommes  dues  après  l'expiration  du  délai  de 
paiement indiqué à l'article 29, ou 
b)  se soustrait systématiquement à ses obligations après plusieurs rappels, ou 
c)  suspend la prestation de tout ou partie des services pendant plus de 90 jours pour des raisons 
non spécifiées dans le marché ou non imputables au manquement ou défaut du contractant. 
37.2. 
Cette résiliation s'entend sans préjudice des autres droits du pouvoir adjudicateur ou le contractant 
acquis au titre du marché. 
37.3. 
En cas de résiliation de ce type, le pouvoir adjudicateur indemnise le contractant de tout dommage 
ou  préjudice  qu'il  peut  avoir  subi.  Ces  paiements  supplémentaires  ne  peuvent  être  tels  que  les 
paiements totaux excèdent le montant précisé à l’article 2 du contrat. 
15 janvier 2016 
Page 24 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

link to page 25 ARTICLE 38.  CAS DE FORCE MAJEURE 
38.1. 
Aucune  des  parties  n'est  considérée  comme  ayant  manqué  ou  ayant  contrevenu  à  ses  obligations 
contractuelles  si  elle  en  est  empêchée  par  une  situation  de  force  majeure  survenue,  soit  après  la 
date de notification de l'attribution du marché, soit après la date de son entrée en vigueur. 
38.2. 
On  entend  par  «force  majeure»  aux  fins  du  présent  contrat  tout  événement  imprévisible, 
indépendant de la volonté des parties ou qu'elles ne peuvent surmonter en dépit de leur diligence, 
tels que les catastrophes naturelles, les  grèves, les lock-out ou autres conflits du travail, les actes 
de  l'ennemi  public,  les  guerres  déclarées  ou  non,  les  blocus,  les  insurrections,  les  émeutes,  les 
épidémies,  les  glissements  de  terrains,  les  tremblements  de  terre,  les  tempêtes,  la  foudre,  les 
inondations,  les  affouillements,  les  troubles  civils,  les  explosions.  Une  décision  de  l’Union 
européenne de suspendre la coopération avec le pays partenaire est considérée être un cas de force 
majeure quand elle implique la suspension du financement de ce marché. 
38.3. 
Nonobstant  les  dispositions  des  articles  19  et  36,  le  contractant  n'est  pas  passible  d'indemnités 
forfaitaires ou de résiliation pour défaut d'exécution, si et dans la mesure où son retard d'exécution 
ou tout autre manquement à ses obligations au titre du marché résulte d'un cas de force majeure. 
De même, le pouvoir adjudicateur n'est pas passible, nonobstant les dispositions des articles 29 et 
37, de paiement d'intérêts pour retards de paiement ou de non-exécution de ses obligations par le 
contractant ou de la résiliation du marché par le contractant pour manquement, si et dans la mesure 
où  un  retard  de  la  part  du  pouvoir  adjudicateur  ou  tout  autre  manquement  à  ses  obligations 
résultent d'un cas de force majeure. 
38.4. 
Si  l'une  des  parties  estime  qu'un  cas  de  force  majeure  susceptible  d'affecter  l'exécution  de  ses 
obligations est survenu, elle en avise sans délai l'autre partie ainsi que le gestionnaire du projet, en 
précisant  la  nature,  la  durée  probable  et  les  effets  envisagés  de  cet  événement.  Sauf  instruction 
contraire  donnée  par  écrit  par  le  gestionnaire  du  projet,  le  contractant  continue  à  exécuter  ses 
obligations contractuelles dans la mesure où cela lui est raisonnablement possible et cherche tous 
autres  moyens  raisonnables  permettant  de  remplir  celles  de  ses  obligations  que  le  cas  de  force 
majeure ne l'empêche pas d'exécuter. Il ne met en œuvre ces autres moyens que si le gestionnaire 
du projet lui en donne l'ordre. 
38.5. 
Pour  un  marché  à  prix  unitaires,  si  le  contractant,  en  suivant  les  instructions  du  gestionnaire  du 
projet  ou  en  utilisant  les  autres  moyens  visés  àl'article  38.4,  doit  faire  face  à  des  frais 
supplémentaires, leur montant est certifié par le gestionnaire du projet. 
38.6. 
Si un cas de force majeure s'est produit et se poursuit pendant une période de 180 jours, nonobstant 
toute prolongation du délai d'exécution du marché que le contractant peut avoir obtenu de ce fait, 
chaque  partie  a  le  droit  de  donner  à  l'autre  un  préavis  de  30  jours  pour  résilier  le  marché.  Si,  à 
l'expiration de la période de 30 jours, le cas de force majeure persiste, le marché est résilié et, en 
vertu  du  droit  régissant  le  marché,  les  parties  sont  de  ce  fait  libérées  de  leur  obligation  de 
poursuivre l'exécution de celui-ci. 
ARTICLE 39.  DECES 
39.1. 
Le  marché  est  résilié  de  plein  droit  si  le  contractant  est  une  personne  physique  et  qu'il  vient  à 
décéder. Toutefois, le pouvoir adjudicateur examine toute proposition des héritiers ou des ayants 
droit si ceux-ci ont notifié leur intention de pousuivre l'exécution du marché. 
39.2. 
Lorsque  le  contractant  est  constitué  par  plusieurs  personnes  physiques  et  que  l'une  ou  plusieurs 
d'entre elles viennent à décéder, il est dressé un état contradictoire de l'avancement du marché et le 
pouvoir  adjudicateur  décide  s'il  y  a  lieu  de  résilier  ou  d'en  poursuivre  l'exécution  en  fonction  de 
l'engagement donné par les survivants et par les héritiers ou les ayants droit, selon le cas.  
39.3. 
Dans les cas prévus aux articles 39, paragraphes 1 et 2, les personnes qui proposent de continuer 
l'exécution du marché le notifient au pouvoir adjudicateur dans les 15 jours qui suivent la date du 
décès.  La  décision  du  pouvoir  adjudicateur  doit  être  notifiée  aux  intéressés  dans  un  délai  de  30 
jours à compter de la réception d'une telle proposition. 
15 janvier 2016 
Page 25 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

39.4. 
Ces  personnes  sont  solidairement  responsables,  de  la  bonne  exécution  du  marché,  au  même  titre 
que le contractant décédé. La poursuite de l'exécution du marché est soumise aux règles relatives à 
la constitution de la garantie prévue par le marché. 
RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET LOI APPLICABLE 
ARTICLE 40.  REGLEMENT DES DIFFERENDS 
40.1. 
Les parties mettent tout en œuvre pour régler à l’amiable tout différend survenant entre elles au 
titre du marché. 
40.2. 
En cas de différend, une partie notifie à l’autre partie sa demande de règlement à l’amiable en lui 
indiquant sa position sur le différend ainsi que toute solution qu'elle envisage. L’autre partie doit 
répondre à cette demande de règlement à l’amiable dans les 30 jours, en indiquant sa position sur 
le différend. Sauf accord contraire entre les parties, le délai maximal pour parvenir à un règlement 
à l'amiable est de 120 jours à compter de la date de la notification de la demande de règlement à 
l'amiable.  Si  l’autre  partie  n'est  pas  d'accord  avec  cette  demande,  si  elle  n’y  répond  pas  dans  le 
délai  imparti  ou  si  la  procédure  de  règlement  à  l'amiable  n'aboutit  pas  dans  le  délai  maximal,  la 
procédure de règlement à l'amiable est réputée avoir échoué.  
40.3. 
À défaut de règlement à l’amiable, une partie peut notifier à l’autre sa demande de règlement par 
conciliation  par  un  tiers.  Si  la  Commission  européenne  n’est  pas  partie  au  contrat,  elle  peut 
accepter  d’intervenir  en  tant  que  conciliateur.  L’autre  partie  doit  répondre  à  la  demande  de 
conciliation  dans  les  30  jours.  Sauf  accord  contraire  entre  les  parties,  le  délai  maximal  pour 
parvenir à un règlement par conciliation est de 120 jours à compter de la date de la notification de 
la demande de règlement par conciliation. Si l’autre partie n'est pas d'accord avec cette demande, si 
elle n’y répond pas dans le délai imparti ou si la procédure de règlement par conciliation n'aboutit 
pas dans le délai maximal, la procédure de conciliation est réputée avoir échoué.  
40.4. 
En  cas  d’échec  de  la  procédure  de  règlement  à  l'amiable  et,  le  cas  échéant,  de  la  procédure  de 
conciliation, chaque partie peut soumettre le différend soit à la décision d'une juridiction nationale, 
soit à l’arbitrage, tel que spécifié dans les conditions particulières. 
ARTICLE 41.  LOI APPLICABLE 
41.1. 
La  loi  applicable  à  ce  marché  est  celle  du  pays  du  pouvoir  adjudicateur,  et  lorsque  le  pouvoir 
adjudicateur  est  la  Commission  européenne,  le  droit  de  l'Union  européenne  complété,  si 
nécessaire, par la loi belge.  
PROTECTION DES DONNÉES 
ARTICLE 42.  PROTECTION DES DONNEES 
42.1. 
Les  données  à  caractère  personnel  mentionnées  dans  le  marché  sont  traitées  conformément  au 
règlement (CE) n° 45/2001 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement 
des  données  à  caractère  personnel  par  les  institutions  et  organes  communautaires  et  à  la  libre 
circulation  de  ces  données.  Celles-ci  ne  peuvent  être  traitées  qu'aux  fins  de  l’exécution,  de  la 
gestion  et  du  suivi  du  marché  par  le  pouvoir  adjudicateur,  sans  préjudice  de  leur  éventuelle 
transmission  aux  organes  chargés  d’une  mission  de  contrôle  ou  d’inspection  en  application  du 
droit  de  l’Union.  Le  contractant  dispose  d’un  droit  d’accès  aux  données  à  caractère  personnel le 
concernant,  de  même  que  d’un  droit  de  rectification  de  ces  données.  Pour  toute  question 
concernant  le  traitement  de  ces  dernières,  le  contractant  s'adresse  au  pouvoir  adjudicateur.  Le 
contractant a le droit de saisir à tout moment le Contrôleur européen de la protection des données. 
42.2. 
Dans la mesure où le présent marché implique le traitement de données à caractère personnel, le 
contractant ne peut agir que sous la supervision du responsable du traitement, notamment en ce qui 
15 janvier 2016 
Page 26 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc 

concerne  les  fins  du  traitement,  les  catégories  de  données  pouvant  être  traitées,  les  destinataires 
des données et les moyens par lesquels la personne concernée peut exercer ses droits. 
42.3. 
Les données sont confidentielles au sens du règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et 
du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à 
caractère personnel par les institutions et organes communautaires et à la libre circulation de ces 
données.  Le  contractant  limitera  l’accès  aux  données  au  personnel  strictement  nécessaire  à 
l’exécution, à la gestion et au suivi du marché. 
42.4. 
Le contractant s’engage à adopter des mesures de sécurité d’ordre technique et organisationnel eu 
égard  aux  risques  inhérents  au  traitement  et  à  la  nature  des  données  à  caractère  personnel 
concernées, afin: 
a)  d'empêcher toute personne non autorisée d'avoir accès aux systèmes informatiques de 
traitement des données à caractère personnel, notamment pour empêcher: 
aa)   que des supports de stockage puissent être lus, copiés, modifiés ou déplacés sans 
autorisation; 
ab)  toute  saisie  non  autorisée  de  données  ainsi  que  toute  divulgation,  toute 
modification ou tout effacement non autorisés de données à caractère personnel 
mémorisées; 
ac)   empêcher des  personnes non autorisées d’utiliser des systèmes de traitement de 
données au moyen d’installations de transmission de données; 
b)  de  garantir  que  les  utilisateurs  autorisés  d'un  système  de  traitement  des  données  ne 
puissent  accéder  qu'aux  données  à  caractère  personnel  que  leur  droit  d'accès  leur 
permet de consulter; 
c)  de  garder  une  trace  des  données  à caractère personnel  qui  ont  été communiquées,  du 
moment où elles ont été communiquées et de leur destinataire; 
d)  de  garantir  que  les  données  à  caractère  personnel  qui  sont traitées pour le compte de 
tiers ne peuvent l’être que de la façon prévue par l’institution ou l’organe contractant; 
e)  de  garantir  que,  lors  de  la  communication  de  données  à  caractère  personnel  et  du 
transport  de  supports  de  stockage,  les  données  ne  puissent  être  lues,  copiées  ou 
effacées sans autorisation; 
f)  de  concevoir  sa  structure  organisationnelle  de  manière  à  ce  qu'elle  réponde  aux 
exigences de la protection des données.  
* * * 
15 janvier 2016 
Page 27 sur 27 
b8d_annexigc_fr.doc