Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.

Contrat T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
ANNEXE II : TERMES DE REFERENCE 
Table des matières 
 
1. 
INFORMATIONS GÉNÉRALES ........................................................................................... 2 
1.1 
Pays partenaire ........................................................................................................................... 2 
1.2 
Pouvoir adjudicateur .................................................................................................................. 2 
1.3 
Éléments d'information utiles concernant le pays partenaire ..................................................... 2 
1.4 
Situation actuelle dans le secteur concerné ................................................................................ 3 
1.5 
Programmes liés et autres activités des bailleurs de fonds ......................................................... 5 
2. 
OBJECTIFS ET RÉSULTATS ESCOMPTÉS ....................................................................... 6 
2.1 
Objectif général .......................................................................................................................... 6 
2.2 
Objectifs particuliers .................................................................................................................. 6 
2.3 
Résultats à atteindre par le contractant ....................................................................................... 7 
3. 
HYPOTHÈSES & RISQUES .................................................................................................. 8 
3.1 
Risques et hypothèses qui sous-tendent le projet ....................................................................... 8 
4. 
CHAMP D'INTERVENTION ................................................................................................. 9 
4.1 
Généralités ................................................................................................................................. 9 
4.2 
Activités spécifiques ................................................................................................................ 10 
4.3 
Gestion du projet ...................................................................................................................... 10 
5. 
LOGISTIQUE ET CALENDRIER ....................................................................................... 11 
5.1 
Lieu du projet ........................................................................................................................... 11 
5.2 
Date de début et période mise en œuvre .................................................................................. 11 
6. 
BESOINS .............................................................................................................................. 11 
6.1 
Ressources humaines ............................................................................................................... 11 
6.2 
Bureaux .................................................................................................................................... 14 
6.3 
Installations et équipement mis à disposition par le contractant .............................................. 14 
6.4 
Matériel .................................................................................................................................... 14 
6.5 
Dépenses accessoires ............................................................................................................... 14 
6.6 
Coûts forfaitaires ...................................................................................................................... 15 
6.7 
Vérification des dépenses ......................................................................................................... 15 
7. 
RAPPORTS ........................................................................................................................... 15 
7.1 
Rapports obligatoires ............................................................................................................... 15 
7.2 
Présentation et approbation des rapports .................................................................................. 17 
8. 
SUIVI ET ÉVALUATION .................................................................................................... 17 
8.1 
Définition d'indicateurs ............................................................................................................ 17 
8.2 
Exigences particulières ............................................................................................................ 17 
15 janvier 2016 
Page 1 sur 18 
Doc 6.3 AJUSEN Annexe II TdR.doc 

 
1. 
INFORMATIONS GÉNÉRALES 
 
1.1 
Pays partenaire 
 
Niger 
 
1.2 
Pouvoir adjudicateur 
 
Délégation de l'Union européenne en République du Niger 
 
1.3 
Éléments d'information utiles concernant le pays partenaire 
 
En  dépit  des  efforts  indéniables  du  Gouvernement,  le  Niger  se  retrouve  confronté  à  une 
montée  en  puissance  des  menaces  qui  dépassent  ses  capacités  de  réponse.  Les  attaques 
meurtrières de Boko Haram sur le territoire national - plus particulièrement sur la région de 
Diffa - se sont multipliées depuis février 2015. Ceci conduisant à accentuer l’engagement 
de  l’armée  nigérienne  dans  l’effort  régional  de  lutte  contre  Boko-Haram,  à  des 
déplacements  de  population,  à  la  saturation  de  la  chaine  pénale,  à  des  perturbations  dans 
les échanges commerciaux et les flux financiers, à un accroissement imprévu des dépenses 
de l’Etat - notamment le paiement des salaires et frais de fonctionnement pour les forces de 
défense et de sécurité - et à des pertes de recettes qui pèsent lourdement sur la crédibilité 
du budget. La menace d'attaques de groupes terroristes à partir des zones de retranchement 
dans  les  pays  limitrophes  ne  cesse  de  grandir  comme  le  confirment  les  événements  des 
derniers  mois  dans  les  capitales  d'autres  pays  Sahéliens  (Bamako,  Ouagadougou),  ce  qui 
nécessite un travail important  de prévention et  de renseignement de la part  des Forces  de 
Sécurité du Niger.  Les  crises  sécuritaires et  humanitaires au Nord-Mali et  au Nord-Ouest 
du  Nigéria  ont  en  outre  alimenté  d’importants  flux  de  réfugiés  sur  le  territoire  national 
(environ 200 000 réfugiés et déplacés sur le sol nigérien).  
 
Ces  facteurs  viennent  s’ajouter  à  une  situation  structurelle  déjà  fragilisée  par  les  crises 
récurrentes,  notamment  alimentaires  et  liées  au  changement  climatique.  Le  taux  de 
pauvreté est estimé à 45% en 2014. La même année, l'Indice de développement humain est 
de 0.337, ce qui  place le Niger  à la dernière place  du classement mondial.  La population 
nigérienne  atteignait  environ  19  millions  d’habitants  fin  2014  et  évolue  à  un  rythme 
exponentiel  avec  un  taux  de  croissance  de  3,9%  (soit  environ  700  000  habitants 
supplémentaires tous les ans) et un taux de fécondité de 7,6 enfants par femme (le niveau le 
plus  élevé  au  monde).  Ainsi,  la  population  pourrait  atteindre  35  millions  d’habitants  en 
2030, pour devenir en 2050 le pays le plus peuplé de la zone sahélienne avec 63 millions 
d’habitants. Presque 70% de la population ont moins de 25 ans. Un grand nombre de ces 
jeunes est sans emploi, sans éducation, sans formation, ni véritable perspective d’avenir, ce 
qui  les  rend  vulnérables  et  facilement  malléables  par  les  groupes  terroristes  et  autres 
groupes criminels qui sévissent dans la sous-région. 
 
La combinaison  des  facteurs d’insécurité, de pauvreté  économique  et  de  crise sociale qui 
fragilise  le  Niger  est  renforcée  par  son  statut  de  pays  d’asile  et  de  transit,  et  d’axe 
incontournable pour les  migrants  dans leur projet  de se rendre dans les pays du Maghreb 
voire l’Europe avec son cortège de drames humains et ses conséquences socio-sécuritaires. 
Du fait de sa position de carrefour entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne et de 
l’immensité  de  son  territoire,  le  Niger  est  donc  un  pays  stratégique  en  termes  de  flux 
migratoires.  Les  nouveaux  défis  régionaux  et  globaux  auxquels  doit  faire  face  à  court 
 

terme  le  Niger,  dépassent  ses  capacités  actuelles  de  réponse,  notamment  en  matière  de 
contrôle des frontières. 
 
Au  niveau  financier  cette  situation  de  fragilité  se  reflète  dans  le  fait  que  le  financement 
extérieur représente en moyenne 34% des prévisions budgétaires de la période 2014-2016 
et 23,1% des dépenses réalisées de dépenses hors dette. Au niveau des dépenses en capital, 
ce financement extérieur représente 42% des prévisions budgétaires et presque un tiers des 
dépenses réalisées. 
 
1.4 
Situation actuelle dans le secteur concerné 
 
Le Gouvernement nigérien ne dispose pas encore d’une politique migratoire mais a mis en 
place un dispositif interministériel à cet effet. A ce titre, une étude portant notamment sur 
le  diagnostic  de  la  situation  a  été  déjà  réalisée  par  un  cabinet  recruté  par  le  Ministère  de 
l’Intérieur.  Ces  réflexions  devraient  déboucher,  entre  d’autres,  sur  l’élaboration  d’une 
stratégie nationale en matière de migration irrégulière. Actuellement, un projet financé par 
l’UE (MIEUX) appuie le Gouvernement pour la finalisation du processus de formulation 
de ladite politique. Le gouvernement du Niger a présenté lors du Sommet de La Valette un 
« Programme de développement durable pour la prévention et la lutte contre la migration 
irrégulière »,  dont  l’objectif  est  de  contribuer  à  la  maitrise  des  flux  migratoires  par  le 
contrôle  sécuritaire,  l’accroissement  des  revenus  et  l’amélioration  des  conditions  de  vie. 
Ceci  confirme  la  réelle  volonté  de  l'état  nigérien  de  faire  face  aux  nouvelles  menaces 
sécuritaires  et  de  satisfaire  en  même  temps  ses  engagements  internationaux  (accueil  de 
réfugiés, partenariat régional et global dans le domaine de la sécurité, de la migration, de la 
lutte contre la criminalité transnationale). A l’issue de la table ronde sur la migration, qui 
s’est tenue en février 2016, un accord de toutes les parties a été adopté pour mettre en place 
un  Cadre  de  Concertation,  co-présidé  par  le  Ministère  de  l’intérieur  et  la  Délégation  de 
l’UE, avec la participation de tous les ministères impliqués dans la gestion de la migration 
irrégulière ainsi que de tous les partenaires actifs dans le secteur. 
 
Le Niger, régulièrement frappé par des attentats depuis 2013, est désormais convaincu de 
la nécessité d’appliquer un traitement judiciaire au terrorisme et aux grands trafics dont les 
liens avec le terrorisme ne peuvent être écartés. La pression de plus en plus forte de Boko 
Haram  dans  la  région  de  Diffa,  illustrée  par  les  attaques  se  produisant  désormais  à  un 
rythme  soutenu  depuis  février  2015,  vient  conforter  cette  priorité.  Ainsi,  le  renforcement 
du  partenariat  technique  (moyens  matériels  et  formations)  en  matière  de  renseignement 
quant  à la montée de l’islamisme radical et dans le domaine du traitement  judiciaire des 
actions terroristes est, à ce titre, essentiel. 
 
Le rôle du Niger, et singulièrement de la région  d’Agadez, dans les flux migratoires sud-
nord  à  destination  de  l’Europe  (environ  100  000  migrants  passent  annuellement  par  le 
Niger)  est  apparu  au  grand  jour  à  l’occasion  d’évènements  dramatiques  (découverte  de 
corps de migrants dans le désert, naufrages de masse en Méditerranée). 
 
Par  ailleurs,  Le  Niger  est  le  pays  du  G5  le  plus  atteint  par  la  menace  des  groupes  armés 
illégaux.  Ainsi,  il  a  été  dénombré  47  événements  frontaliers  concernant  le  Niger  (2012-
2016) ou événements mettant en évidence une nécessité de coopération transfrontalière. 
 
Le  Gouvernement  du  Niger  a  réagi  promptement  à  la  montée  des  menaces  à travers  un 
renforcement important des moyens de sécurité depuis 2012, et a intégré la problématique 
sécuritaire  dans  sa  stratégie  de  développement  (Plan  de  Développement  Economique  et 
Page 3 sur 18 
 

Social  -PDES  2012-2015,  prorogé  jusqu’à  fin  2016).  Des  résultats  appréciables  ont  été 
atteints en matière de sécurité depuis 2012 : 
-  la  mise  en  place  d’un  cadre  de  coopération  régionale  pour  les  cinq  pays  du  Sahel 
qui sont sur la ligne du front dénommé le Groupe des Cinq du Sahel (G5 Sahel), 
-  l’intensification du dialogue avec les pays voisins, 
-  la mise en place de patrouilles conjointes inter-Etats, 
-  le renforcement des capacités des forces de défense et sécurité (FDS), 
-  l’augmentation des dotations budgétaires de la Police Nationale, de la Gendarmerie 
Nationale et de la Garde Nationale, 
-  la  création  et  la  délocalisation  de  certaines  unités  qui  ont  permis  d’observer  une 
accalmie  de  façon  générale  en  dépit  de  l’environnement  sous  régional  caractérisé 
par des crises socio sécuritaires aigues. 
 
En  revanche  sur  le  volet  institutionnel,  l’élaboration  de  la  politique  nationale  de  sécurité 
attendue  dans  le  PDES  n’a  pas  été  réalisée.  Le  Gouvernement  a  aussi  développée  une 
stratégie de "soft security" dans les communes les plus affectées par l’insécurité qui est mis 
en place par la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP). Cette stratégie a pour 
but l’amélioration de la sécurité communautaire par le biais de la prévention, la gestion et 
le  règlement  des  conflits  et  crises  intérieures,  ainsi  que  le  relèvement  des  communautés 
affectées. 
 
En  ce  qui  concerne  les  douanes,  force  est  de  reconnaître  que  la  douane  nigérienne  doit 
encore    trouver  sa  place  face  aux  nouveaux  défis  que  posent  la  lutte  contre  la  traite  des 
êtres  humains,  la  lutte  contre  la  grande  criminalité  organisée,  la  maîtrise  des  flux 
migratoire illégaux, le démantèlement des réseaux de passeurs et leurs logistiques de flux 
migratoires  illégaux,  ainsi  que  la  maîtrise  pleine  et  entière  de  ses  frontières  Nord  et  Sud. 
Toutefois,  il  convient  de  souligner  la  volonté  des  autorités  nationales  de  renforcer  le 
maillage  et  la  présence  des  unités  douanières  sur  tout  le  territoire,  par  le  recrutement  en 
particulier d’agents des douanes afin de garnir les postes frontaliers et internes. 
 
Tous  ces  défis  sécuritaires  et  migratoires  dépassent  largement  les  capacités  actuelles  de 
réponse  du  Niger,  notamment  en  matière  de  contrôle  du  territoire.  En  effet,  les  moyens 
limités  de  l’Etat  pour  asseoir  son  autorité  sur  un  territoire  immense  rend  le  contrôle  des 
frontières  difficiles,  ce  qui  favorise  la  circulation  transfrontalière  des  combattants,  des 
groupes  armés  et  des  mouvements  terroristes  et  constitue  une  source  d’insécurité  et  une 
menace constante à la stabilité du Niger et des pays du Sahel en général. 
 
En  ce  qui  concerne  le  secteur  de  la  justice,  plusieurs  avancées  et  initiatives  sont  à  noter, 
notamment au niveau institutionnel et normatif. Il y a une volonté de structurer la prise en 
charge  judiciaire  en  matière  de  lutte  contre  la  criminalité  organisée  transfrontalière,  de 
terrorisme et de traite des êtres humains, notamment. En témoignent : 
-  l’adoption  de  textes  législatifs  tels  que  la  Politique  Nationale  Justice  et  Droits 
Humains (PNJDH) : la loi n° 2015-36 du 26 mai 2015 relative au trafic illicite de 
migrants, l’ordonnance n°2010-86 du 16 décembre 2010 relative à la lutte contre la 
traite des personnes 
-  la  création  du  Pôle  Judiciaire  Spécialisé,  de  la  Commission  Nationale  de 
Coordination de la Lutte contre la Traite des Personnes, de l’Agence Nationale de 
Lutte contre la Traite des Personnes, et de l’Agence Nationale de l’Aide Judiciaire 
et  Juridique.  L’opérationnalisation  de  ces  dispositifs  doit  néanmoins  être  encore 
largement poursuivie.  
 
Page 4 sur 18 
 

Le  renforcement  de  la  justice  occupe  une  place  d’importance  dans  la  lutte  contre  la 
criminalité organisée transfrontalière, du terrorisme et de la traite des êtres humains et plus 
largement dans l’affermissement de l’Etat de droit au Niger. L’appareil judiciaire connait 
encore certains dysfonctionnements et la portée des réformes réalisées reste à approfondir. 
Les faiblesses de la gestion du système judiciaire, la couverture territoriale et la nécessaire 
actualisation  de  la  carte  judiciaire  similaire,  l’insuffisance  et  une  inadaptation  des 
infrastructures,  ainsi  que  les  moyens  humains  et  matériels  très  limités,  demeurent  des 
obstacles à un accès équitable à la justice pour tous, à une protection effective des victimes, 
et à une réaction efficace face aux activités illicites. 
 
1.5 
Programmes liés et autres activités des bailleurs de fonds 
 
L’action apparaît complémentaire de l’appui de l’UE dans la région d'Agadez, au travers 
du Projet d’Appui au Développement Local dans les Régions du Nord du Niger (PADEL-
RNN).  Cette  complémentarité  s’exerce  également  avec  le  Programme  de  Réponse 
Intérimaire (PRI) de l'Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP), mis en œuvre 
en partenariat avec la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP). Ce programme 
vise à réduire les risques d'insécurité et à soutenir l'activité économique et sociale dans 61 
communes prioritaires du point de vue sécuritaire, ainsi qu’avec la Stratégie de l'UE pour 
la  sécurité  et  le  développement  au  Sahel  qui,  à  l’instar  du  PRI,  met  l'accent  sur  le  lien 
existant entre développement et sécurité. L’action est enfin complémentaire des efforts au 
niveau  régional,  et  notamment  l’appui  à  la  stratégie  de  Sécurité  du  G5  Sahel  qui  vise  à 
renforcer  la  politique  et  la  coopération  sécuritaires  au  niveau  régional  en  complétant  les 
efforts des États membres. 
 
Il convient de mentionner deux projets financés dans le cadre du Fonds Fiduciaire Sahel et 
adoptés aux précédents comités opérationnels, à savoir : 
-  Le  projet  « Collège  Sahélien  de  Sécurité »,  adopté  au  Comité  Opérationnel  du  14 
janvier 2016, apportera un appui aux Etats membres du G5. Cela prendra la forme 
d’un appui institutionnel au point focal du G5 au Niger, un appui-conseil en matière 
de gestion et contrôle des frontières et l’organisation de formations sur thématiques 
relatives  à  la  Sécurité  et  au  développement  (Forces  de  Sécurité,  Magistrats, 
Représentants  de  la  Société  Civile,  etc.).  Ce  projet,  d’un  montant  de  7  millions 
d’euros débutera en juin 2016 
-  Le projet « Equipe Communes d’Investigation au Niger » a pour objet de contribuer 
à la lutte contre les réseaux criminels liés à l’immigration irrégulière, de traite des 
êtres humains et de trafic des migrants au Niger. Plus spécifiquement, il s’agira de 
renforcer  les  capacités  opérationnelles  et  judiciaires  des  services  de  la  police 
nationale nigérienne impliqués dans la lutte contre les réseaux criminels organisés 
(notamment en matière d'immigration irrégulière, traite d'êtres humains et de trafic 
des  migrants),  y  compris  l’amélioration  de  la  gestion  policière  des  frontières.  Ce 
projet, d’un montant de 6 millions d’euros, devrait débuter en septembre 2016. 
 
En matière de migration, l’action intervient également en complémentarité et en synergie 
avec le Plan d’Action conjoint résultant du sommet de La Valette, dont elle vise à faciliter 
la  mise  en  œuvre  au  travers  notamment  de  l’appui  complémentaire  et  des  indicateurs  de 
décaissement. 
 
L’action  apparaît  également  en  synergie  avec  le  projet  d’appui  à  l’état-civil  (approche 
projet  11eFED  en  préparation)  qui,  en  soutenant  la  délivrance  des  actes  d’état  civil 
Page 5 sur 18 
 

contribuera  à  améliorer  les  contrôles  de  sécurité  et  des  flux  migratoires,  ainsi  qu’avec  le 
projet MIEUX qui appuie l’élaboration de la politique migration du Gouvernement. 
 
Au niveau régional, le projet régional « Free mouvement of persons and migration (FMM), 
financé par le 10ème FED (PIR Afrique de l’ouest) contient une composante gestion des 
frontières et lutte contre les trafics de personnes. 
 
En  matière  de  justice,  l’appui  complémentaire  intervient  en  complémentarité  avec  les 
PAJED I et II du FED et le projet français JUSSEC, et prolongera leur action au travers des 
réformes et de la coopération technique dans les domaines de l’accès au droit et à la justice, 
du fonctionnement de la chaine pénale et du développement des capacités du Ministère de 
la  Justice,  en  particulier  l’appui  à  l’Agence  Nationale  de  Lutte  contre  la  Traite  des 
Personnes (ANLTP) et le Bureau de coopération et d’entraide pénale internationale. 
 
L’action  prévue  dans  l’appui  complémentaire  apparaît  par  ailleurs  complémentaire  de 
l’action menée par les USA et la France dans le domaine pénal en matière de traitement 
des dossiers liés au terrorisme. La politique d’amélioration de l’accès au droit et à la justice 
promue continuera à bénéficier notamment des appuis du PNUD.  
 
2. 
OBJECTIFS ET RÉSULTATS ESCOMPTÉS 
 
2.1 
Objectif général 
 
L'objectif général du projet dont ce marché fait partie est le suivant : 
 
Renforcer de la chaîne pénale via une action plus pertinente et efficace des FSI permettant 
un meilleur maillage sécuritaire aux fins de gestion des flux migratoires, de lutte contre la 
traite des êtres humains, contre le crime organisé et le terrorisme. 
 
Pour  ce  faire,  un  appui  institutionnel  ainsi  que  des  formations  spécialisées  cibleront 
prioritairement  les  forces  sécuritaires  œuvrant  dans  les  zones  frontalières  (y  compris 
aéroportuaires), assorties le cas échéant de dotations de petits matériels spécifiques. 
 
2.2 
Objectifs particuliers 
 
Les objectifs spécifiques du Projet s’articuleront autour des trois composantes suivantes : 
 
1-  Effectuer un état des lieux et appuyer à l’élaboration de la Politique Nationale de 
Sécurité 
La nécessité de l’élaboration de la Politique Nationale de Sécurité (PNS) a été exprimée 
dans le Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2012-2015, prorogé jusqu’à 
fin 2016. Or, la PNS n’a toujours pas été réalisée à ce jour. La mise en œuvre du Projet 
AJUSEN  constitue  donc  une  bonne  opportunité  d’apporter  aux  autorités  nigériennes 
l’appui nécessaire à la préparation d’une telle politique. 
L’objectif  poursuivi  sera  donc  de  proposer  des  solutions  adaptées  aux  problématiques 
rencontrées  par  les  nigériens  dans  l’élaboration  de  leur  PNS.  La  réalisation  d’une  telle 
politique  représente  un  défi  conséquent  pour  n’importe  quel  Etat,  et  le  Niger  ne  fait  pas 
exception. De nombreuses thématiques devront être abordées, de l’analyse juridique et de 
la  cartographie  des  acteurs  à  l’appui  à  l’instauration  d’un  dialogue  entre  les  parties 
prenantes. L’objectif sera de poser des bases suffisamment solides pour que la PNS puisse 
Page 6 sur 18 
 

être  construite  et,  si  possible,  lancée  dans  des  conditions  avantageuses  de  façon  à  en 
assurer la pérennité. 
 
2-  Combler les besoins en termes de formation des personnels des services des FSI 
Au-delà de l’appui institutionnel que le Projet AJUSEN souhaite proposer pour la mise en 
place  d’une  PNS  et,  à  terme,  le  renforcement  de  la  chaîne  pénale,  la  construction  d’une 
politique  sécuritaire  efficace  passera  nécessairement  par  la  délivrance  de  formations 
basiques destinées aux personnels de terrain des FSI. En effet, il semble indispensable que 
les  services  de  base  dus  à  la  population  soient  assurés  de  manière  cohérente  et  efficace. 
Cela  devrait  notamment  permettre  une  action  plus  efficace  des  FSI,  les  formations  en 
question  ayant  été  sélectionnées  sur  la  base  des  demandes  formulées  directement  par  les 
représentants de ces corps de FSI. L’objectif sera donc de rationaliser l’action des agents 
de  terrain  afin  de  donner  une  base  solide  au  développement  et  à  la  mise  en  œuvre  de  la 
future PNS. 
 
3-  Appuyer à la gestion des frontières 
La gestion des frontières dans les régions sahélienne et subsaharienne est sans aucun doute 
une thématique stratégique à la fois majeure et sensible. La comptabilisation des migrants 
constitue  notamment  un  enjeu  sécuritaire,  financier  et  politique  de  premier  ordre.  D’un 
point  de  vue  sécuritaire,  il  est  indispensable  pour  les  Etats  d’être  capable  d’identifier  qui 
traverse  les  frontières  et  dans  quel  but.  L’aspect  financier  tient  au  fait  que  de  nombreux 
efforts  sont  consentis  au  niveau  multilatéral  pour  financer  des  projets  visant  à 
l’amélioration  de  la  gestion  des  frontières.  Il  est  important  que  ces  efforts  portent  leurs 
fruits et que la situation politique puisse se stabiliser, en tout cas sur le point de la gestion 
des flux de populations. 
Le  Projet  AJUSEN  s’inscrit  pleinement  dans  la  dynamique  d’aide  au  développement 
entrepris dans la zone Sahel depuis plusieurs années. Il s’agit d’apporter un appui aux Etats 
dans la gestion de leurs  frontières et donc des flux de populations sur leurs territoires. Là 
encore, de commandement et l’organisation interne des forces douanières et d’intervention 
en zones frontalières constituent des conditions sine qua non à la mise en place d’une PNS 
rationnelle et opérationnelle. 
Par  ailleurs,  le  Projet  AJUSEN  comprend  une  partie  d’appui  budgétaire.  Or,  l’une  des 
conditions  de  versement  de  cet  appui  est  la  réhabilitation  des  postes  frontières.  Cela 
témoigne de l’importance primordiale qu’un travail soit entrepris sur cette thématique. 
 
2.3 
Résultats à atteindre par le contractant 
 
Selon  le  même  schéma  que  celui  utilisé  pour  détailler  les  objectifs  spécifiques  du  Projet, 
les résultats attendus peuvent être présentés en se référant aux composantes du Projet. 
 
1-  L’élaboration de la Politique Nationale de Sécurité est facilitée 
A  l’issue  du  Projet,  devront  ressortir  des  activités  entreprises  dans  le  cadre  de  cette 
composante, en plus d’un certain nombre de livrables tels qu’une cartographie des parties 
prenantes  ou  un  rapport  d’analyse  juridique,  des  résultats  opérationnels  relatifs  au 
processus d’élaboration et d’implémentation d’une PNS.  La communication des corps de 
FSI  entre  eux  et  avec  leurs  partenaires  directs  et  homologues  étrangers  sera  améliorée, 
facilitant ainsi l’orientation de l’action et sa mise en œuvre. Un dialogue renforcé permettra 
à  tous  les  acteurs  identifiés  et  inclus  dans  le  processus  de  prédéterminer  de  nouveaux 
objectifs communs. 
 
Page 7 sur 18 
 

2-  Les  besoins  en  termes  de  formation  des  personnels  des  services  des  FSI  sont 
comblés 
Pour cette composante consacrée aux formations des agents de terrain des différents corps 
de  FSI,  les  résultats  devront  être  tangibles  et  vérifiables  via  le  recours  à  des  indicateurs 
spécifiques. 
Au final, les agents seront plus à même de remplir leur mission de maintien de la sécurité 
et de l’ordre, grâce à la transmission de techniques par les experts du Projet. Les domaines 
qui seront principalement impactés sont ceux de l’action de contrôle préventif, des actions 
de police générale, de lutte contre le crime organisé, et de lutte contre le terrorisme. 
En  plus  de  délivrer  les  formations,  l’équipe  d’experts  mobilisés  devra  s’assurer  que  les 
dispositions  nécessaires  au  maintien  et  à  la  transmission  des  acquis  seront  prises  par  les 
autorités nigériennes. 
 
3-  La gestion des frontières est facilitée 
En termes de résultats, les actions entreprises dans le cadre de cette troisième composante 
devront permettre aux autorités nigériennes d’avoir un meilleur contrôle des frontières et 
des flux de migrants dans le pays. Cela se traduira par la mise en place d’un système de 
contrôle et d’enregistrement des mouvements de personnes. 
Il ressortira également de cette composante l’enclenchement du processus de mise en place 
d’un Centre de Commandement Opérationnel Mixte (CCOM). Les postes frontières seront 
réhabilités et bénéficieront d’un nouveau système de communication entre eux et avec le 
CCOM. 
 
Dans  les  trois  composantes,  des  indicateurs  spécifiques  seront  sélectionnés  pour  leurs 
capacités  à  traduire  les  avancées  permises  par  les  actions  entreprises  dans  le  cadre  du 
Projet. 
 
3. 
HYPOTHÈSES & RISQUES 
 
3.1 
Risques et hypothèses qui sous-tendent le projet 
 
Catégorie de risque 
Niveau 
Mesures d’atténuation 
Croissance 
Elevé, risquant d’anéantir 
Politiques de planification 
démographique 
tous les efforts en vue du 
familiale, promues également 
galopante 
développement socio-
par le dialogue politique 
 
économique du pays 
Elevé, risque important de 
Multiplicité des 
Une coordination régulière 
« marchandage » auprès de 
initiatives de partenaires 
entre les principaux bailleurs 
différents PTF par les 
au développement 
de fonds est assurée afin de 
autorités et concentration des 
auprès du G5 répondant 
mieux cibler et calibrer les 
efforts nationaux vers les 
à des logiques propres et 
interventions et éviter ainsi 
actions pour lesquels les 
entravant le bon 
tout doublon et 
procédures sont les moins 
déroulement du projet 
chevauchement. 
contraignantes 
Elevé. L’absence de 
L’existence d’une 
Faible capacité 
planification stratégique à 
planification sur le long 
institutionnelle pour la 
mise en œuvre des 
moyen terme, ainsi que 
terme dans le secteur sécurité 
certaines faiblesses dans la 
permettra d’anticiper les 
politiques publiques et 
gestion budgétaire nuisent à 
réponses, de mutualiser les 
des reformes 
l’efficience et à l’efficacité 
moyens et de réaliser des 
Page 8 sur 18 
 

des dépenses du secteur 
économies substantielles. Le 
sécurité. En ce qui concerne 
Ministère de la justice devra 
la justice, les outils de 
aussi renforcer ses capacités 
planification, de cadrage 
pour pouvoir assurer dans de 
budgétaire et de suivi sont 
bonnes conditions le pilotage 
insuffisants 
des reformes 
Elevé, malgré les mesures 
Aggravation de 
Maintien des mesures 
l’insécur
adoptées au niveau national, 
ité en lien avec 
sécuritaires et de la 
et de la dynamique de 
la situation dans la sous-
gestion de l’insécurité dans 
concertation au niveau 
région 
régional 
un cadre régional 
Failles dans le système 
Soutien politique et 
de gestion du secteur 
Moyen. Le Gouvernement a 
technique aux initiatives du 
public susceptibles 
entrepris une série de 
Gouvernement dans la lutte 
d’être exploitées à des 
réformes afin de combler le 
contre la corruption et à la 
fins de corruption, y 
problème de la corruption 
mise en place de systèmes de 
compris dans les 
mais qui tardent à donner des 
suivi des recommandations 
secteurs ciblés par ce 
résultats 
de la Cour de Comptes et 
programme 
d’autres instances de contrôle 
Modéré. Le Gouvernement 
ne dispose pas encore d’une 
politique migratoire mais a 
Renforcement des capacités 
Les autorités ne 
mis en place un dispositif 
des structures nationales 
concèdent pas 
l’importance appropriée  interministériel à cet effet et 
compétentes. Soutien à la 
a également adopté une 
lutte contre la traite des 
à la question migratoire 
stratégie de lutte contre la 
personnes 
traite des personnes et les 
trafics illicites 
HYPOTHESES 
  Stabilité  politique  et  institutionnelle  qui  pourrait  être  compromise  en  cas  de  non-
intervention 
  Continuité  des  lignes  politiques  stratégiques  dans  les  secteurs  concernés  après  les 
élections 
  Volonté  d’améliorer  la  mobilisation  des  ressources  intérieures  et  extérieures  et  la 
qualité de la dépense 
 
4. 

CHAMP D'INTERVENTION 
 
4.1 
Généralités 
 
4.1.1 
Présentation du projet 
 
L'intervention vise à appuyer l'administration de la justice, ainsi que les corps de sécurité 
intérieure  et  les  services  des  douanes  pour  un  déploiement  effectif  de  leurs  fonctions 
régaliennes sur l’ensemble du territoire, particulièrement en zone sahélo-saharienne. 
 
Dans  le  cadre  du  Plan  d’action  du  Sommet  de  La  Valette,  l'appui  budgétaire  proposé 
permettra d'accompagner les autorités nigériennes dans la maitrise des chocs liés aux défis 
et dépenses sécuritaires d'une part, et d'autre part de consolider le processus démocratique 
par  par  un  renforcement  des  moyens  législatifs,  humains,  matériels  et  techniques, 
Page 9 sur 18 
 

notamment  pour  lutter  contre  la  criminalité  organisée,  les  trafics  illicites  et  la  traite  des 
êtres  humains  et  de  limiter  le  déficit  budgétaire  pouvant  détériorer  la  viabilité  du  cadre 
macroéconomique du pays.  
 
L'appui  complémentaire  prévoit  une  action  spécifique  autour  de  deux  composantes 
principales : 
 
Appui  à  l’Etat  de  droit  et  à  la  justice  :  structuration  et  renforcement  de  la  chaîne  pénale 
pour une répression des crimes plus efficace, appui à la protection et la prise en charge des 
victimes de trafics et de la traite, appuis aux services centraux du ministère et à la réforme 
de la justice.  
 
Appui à la sécurité intérieure et aux forces publiques (douanes, police, gendarmerie, garde 
nationale):  renforcement  des  services  douaniers,  de  renseignements  et  de  la  police,  la 
gendarmerie et la garde nationale dans leurs missions respectives de contrôle du territoire, 
d’investigation et de maintien de la sécurité publique dans les zones éloignées et de transit. 
Cette  action  financera  de  l’assistance  technique  (expertise,  études,  formation,  petits 
équipements,  etc.),  en  partant  des  besoins  identifiés  par  les  plans  d’action  et  politiques 
nationales.  La  mise  en  œuvre  se  fera  par  la  conclusion  d'une  convention  avec  l'Agence 
Française de Développement (AFD) et d’un contrat de services avec Civipol. 
 
4.1.2 
Zone géographique à couvrir 
 
Le  Projet  sera  basé  à  Niamey.  Des  missions  ponctuelles  pourront  être  organisées, 
notamment dans les zones frontalières sources de beaucoup de mouvements de personnes 
et de marchandises. 
 
4.1.3 
Groupes cibles 
 
L’ensemble des groupes de Forces de Sécurité Intérieure et services douaniers du Niger 
 
4.2 
Activités spécifiques 
 
Parmi les activités que prendra en charge le Projet, les suivantes devront constituer la base 
du travail : 
-  Appui institutionnel à l’élaboration d’une PNS au Niger ; 
-  Formations au bénéfice des FSI du Niger dans des thématiques variées liées à leurs 
missions  traditionnelles  (intervention  dans  différents  milieux,  gestion  des  foules, 
respect des Droits de l’Homme, recueil et traitement du renseignement) ; 
-  Appui  à  la  gestion  des  frontières,  notamment  en  vue  de  permettre  l’appui 
budgétaire prévu. 
-  Appui  à  la  lutte  contre  l’immigration  clandestine  et  aux  trafics  de  produits 
stupéfiants et d’êtres humains. 
 
4.3 
Gestion du projet 
 
4.3.1 
Organe chargé de la gestion du projet 
 
La Délégation de l'Union Européenne en République du Niger est responsable de la gestion 
de ce contrat. 
Page 10 sur 18 
 

4.3.2 
Structure de gestion 
 
Chaque  amendement  au  présent  contrat  ou  tout  autre  fait  d'importance  significative  doit 
être discuté et approuvé par le pouvoir adjudicateur. 
La Délégation de l'UE en République du Niger sera pleinement associée à la mise en œuvre 
du projet et supervisera les activités menées par le Contractant. 
 
Le suivi de l'exécution du projet sera assuré à deux niveaux: pilotage stratégique et pilotage 
technique/opératif. 
Le Comité de Pilotage décidera des orientations globales du projet. Il se réunira une fois 
par an, sera présidé par le Ministère de l'Intérieur et associera le Ministère de la Défense, le 
Ministère des Finances, la Délégation de l'Union Européenne et l'agence de mise en œuvre. 
Le  Comité  technique  s'assurera  de  la  mise  en  œuvre  et  décidera  des  orientations 
opérationnelles (identification voire reformulation des activités en fonction des difficultés 
de mise en œuvre ou de l'évolution du contexte sécuritaire, etc.) sur la base des rapports 
d'activités  semestriels  rédigés  par  l'équipe  d'assistance  technique  ainsi  que  de  la 
coordination de tous les domaines d'action du projet afin d'en garantir la cohérence avec la 
direction définie en Comité de pilotage.  
Le Comité technique se  réunira  deux fois par  an, éventuellement  à  géométrie  variable  en 
fonction des sujets à traiter, et sera présidé par le Ministère de l'Intérieur. 
La composition et les modalités de fonctionnement exactes du dispositif de pilotage seront 
définies pendant la phase de démarrage du projet en accord avec la Délégation de l'Union 
Européenne en République du Niger. 
 
4.3.3 
Moyens  à  mettre  à  disposition  par  le  pouvoir  adjudicateur  et/ou  d'autres 
intervenants 
 
N/A 
 
5. 
LOGISTIQUE ET CALENDRIER 
 
5.1 
Lieu du projet 
 
Le Projet  sera basé à Niamey  et  des missions ponctuelles seront à prévoir sur l’ensemble 
du territoire, notamment dans les zones frontalières. 
 
5.2 
Date de début et période mise en œuvre 
 
La date prévue pour le début du projet est fixée à janvier 2017, pour une durée de 48 mois 
à partir de cette date. Se reporter aux articles 19.1 et 19.2 des conditions particulières pour 
la date de début réelle et la période de mise en œuvre. 
 
6. 
BESOINS 
 
6.1 
Ressources humaines 
 
Veuillez  noter  que  les  fonctionnaires  et  autres  membres  du  personnel  de  l'administration 
publique du pays partenaire ou d’organisations internationales ou régionales basées dans ce 
Page 11 sur 18 
 

pays,  ne  seront  acceptés  aux  fonctions  d’experts  que  si  cela  est  dûment  justifié.  La 
justification  doit  figurer  dans  l’offre.  Elle  doit  comporter  une  explication  relative  à  la 
valeur ajoutée apportée par l’expert concerné ainsi que la preuve de son détachement ou de 
son congé pour raisons personnelles. 
 
6.1.1  Experts principaux 
 
Le  rôle  des  experts  principaux  dans  l'exécution  du  marché  est  crucial.  Ces  termes  de 
référence définissent les profils requis pour les experts principaux. Le soumissionnaire doit 
fournir une déclaration d'exclusivité et de disponibilité pour les experts principaux suivants 

 
Expert principal 1 : Chef d'équipe 
 

-  Qualifications et compétences 
  Diplôme  universitaire  ou  équivalent  en  droit,  relations  internationales,  sciences 
politiques, ou toute autre discipline pertinente 
  Excellente connaissance générale des problématiques de sécurité 
  Maîtrise du contexte politique, géopolitique, sécuritaire sahélien 
  Excellente maîtrise orale et écrite du français : capacité à rédiger si nécessaire une 
correspondance officielle 
  Compétences organisationnelles, de communication et de management : capacité à 
gérer une équipe multinationale et composée d’expertises diverses  
  Capacité à rédiger des rapports 
  Bonnes compétences informatiques/bureautique 
 
-  Expérience professionnelle générale et spécifique 
  Expérience  préalable  dans  les  projets  de  coopération  et  d’assistance  technique 
multilatérale, de préférence dans la zone du projet  
  Expérience professionnelle en matière de sécurité, en particulier au Sahel 
  En  liaison  avec  les  partenaires  du  projet  impliqués,  capacité  à  superviser  et 
coordonner les aspects techniques d’un contrat international 
  
Expert principal 2 : Expert sécurité confirmé 
 

-  Qualifications et compétences 
  Diplôme  universitaire  ou  équivalent  en  droit,  relations  internationales,  sciences 
politiques, ou toute autre discipline pertinente 
  Excellente connaissance générale des problématiques de sécurité 
  Maîtrise du contexte politique, géopolitique, sécuritaire sahélien 
  Excellente maîtrise orale et écrite du français : capacité à rédiger si nécessaire une 
correspondance officielle 
  Compétences organisationnelles et de communication 
  Capacité à rédiger des rapports 
  Bonnes compétences informatiques/bureautique 
 
-  Expérience professionnelle générale et spécifique 
  Expérience  préalable  dans  les  projets  de  coopération  et  d’assistance  technique 
multilatérale, de préférence dans la zone du projet  
  Expérience professionnelle en matière de sécurité, en particulier au Sahel 
Page 12 sur 18 
 

 
Expert principal 3 : Expert en gestion des frontières confirmé 
 

-  Qualifications et compétences 
  Diplôme  universitaire  ou  équivalent  en  droit,  relations  internationales,  sciences 
politiques, ou toute autre discipline pertinente 
  Excellente connaissance générale des problématiques de sécurité 
  Maîtrise du contexte politique, géopolitique, sécuritaire sahélien 
  Excellente maîtrise orale et écrite du français : capacité à rédiger si nécessaire une 
correspondance officielle 
  Compétences organisationnelles et de communication 
  Capacité à rédiger des rapports 
  Bonnes compétences informatiques/bureautique 
 
-  Expérience professionnelle générale et spécifique 
  Expérience  préalable  dans  les  projets  de  coopération  et  d’assistance  technique 
multilatérale, de préférence dans la zone du projet  
  Expérience professionnelle en matière de sécurité, en particulier au Sahel 
 
Les experts assument leurs responsabilités en toute indépendance et sont libres de tout 
conflit d'intérêt. 
 
En plus de ces experts principaux, un poste de coordinateur ayant pour fonction d’assurer 
un suivi global du projet pourra être ajouté. 
 
6.1.2 
Experts non principaux 
 
Les  curriculum vitae  des  experts  non  principaux  ne  sont  pas  inclus  dans  l’offre  mais  le 
soumissionnaire devra démontrer que les experts auquel il fait appel, ont le profil requis. 
 
Le  contractant  choisit  et  engage  les  autres  experts  selon  les  profils  correspondant  aux 
exigences mentionnées dans l'« Organisation et méthodologie ». Il doit indiquer clairement 
leur profil afin de définir clairement les honoraires applicables dans le budget ventilé. 
 
Tous  les  experts  doivent  être  indépendants  et  n'avoir  aucun  conflit  d'intérêt  dans  les 
responsabilités qui leur incombent. 
 
Les  procédures  suivies  par  le  contractant  pour  le  recrutement  des  autres  experts  doivent 
être  transparentes  et  reposer  sur  des  critères  définis  au  préalable,  notamment  les 
qualifications 
professionnelles, 
les 
compétences 
linguistiques 
et 
l'expérience 
professionnelle.  Les  conclusions  du  jury  de  sélection  seront  consignées  par  écrit.  Les 
candidatures  retenues  seront  soumises  à  l'approbation  du  pouvoir  adjudicateur  avant  de 
commencer à mettre les tâches en œuvre. 
 
6.1.3 
Personnel de soutien et appui technique 
 
Le contractant fournira les équipements à son équipe d’experts (appui technique) lors de la 
mise en œuvre du marché. 
Le coût de l'appui technique et du personnel de soutien doit être inclus dans les honoraires 
des experts. 
Page 13 sur 18 
 

 
6.2 
Bureaux 
 
Le  contractant  doit  mettre  à  la  disposition  de  chaque  expert  engagé  dans  le  cadre  du 
marché un bureau de 10 mètres carrés environ, d'un niveau correct. 
 
Les frais de location de bureau sont couverts par les honoraires des experts. 
 
6.3 
Installations et équipement mis à disposition par le contractant 
 
Le  contractant  doit  veiller  à  ce  que  les  experts  disposent  du  matériel  nécessaire  et  de 
ressources  satisfaisantes,  notamment  en  matière  d'administration,  de  secrétariat  et 
d'interprétation,  pour  pouvoir  se  consacrer  pleinement  à  leur  mission.  Il  doit  également 
transférer les fonds nécessaires au financement des activités prévues au titre du marché et 
s'assurer que le personnel est rémunéré régulièrement et en temps voulu. 
 
Le  contractant  mettra  à  disposition  des  experts  le  matériel  de  bureau  nécessaire  à 
l’exécution  de  leurs  missions :  ordinateur,  photocopieuse,  connexion  internet  et 
téléphonique, etc. 
 
6.4 
Matériel 
 
Aucun bien d'équipement ne sera acheté pour le compte du pouvoir adjudicateur/du  pays 
partenaire  au  titre  du  présent  marché  de  services  ni  transféré  au  pouvoir  adjudicateur/au 
pays partenaire à la fin du contrat. Tout bien d'équipement qui devra être acheté par le pays 
partenaire  pour  les  besoins  du  marché  fera  l'objet  d'une  procédure  d'appel  d'offres  de 
fournitures distincte. 
 
6.5 
Dépenses accessoires 
 
La provision pour dépenses accessoires couvre les dépenses secondaires et exceptionnelles 
éligibles encourues dans le cadre du marché. Elle ne peut pas être utilisée pour couvrir les 
coûts  incombant  au  contractant  au  titre  de  ses  honoraires,  tels  que  définis  ci-dessus.  Son 
utilisation est régie par les conditions générales et les notes de l'annexe V du marché. Elle 
couvre : 
 
Voyages et per diem: 
  les  frais  de  déplacement  et  les  indemnités  de  séjour  versés  pour  des  missions 
effectuées,  en dehors du lieu d'affectation, dans le cadre du présent  marché.  Si  cela 
est  applicable,  indiquer  si  la  disposition  comprend  des  mesures  environnementales, 
par exemple, la compensation CO2. 
 
Autres: 
  Reprographie,  dépenses  pédagogiques,  restauration,  l’allocation  de  per  diem  et 
indemnités de déplacement pour les participants extérieurs; 
  La fourniture de petits matériels complémentaires aux formations délivrées (trousses 
de premiers secours, menottes en plastique jetables…). 
  Les couts éventuels liés aux réunions des Comités de Pilotage (stratégique et technique); 
  Les couts liés à la visibilité du projet et de l’Union européenne; 
Page 14 sur 18 
 

La provision pour dépenses accessoires s'élève à 300 000 euros pour le présent marché. Ce 
montant doit être inclus sans modification dans le budget ventilé. 
Des indemnités de séjour peuvent être payées pour des missions effectuées par les experts 
autorisés  du  contractant  en  dehors  de  leur  lieu  d’affectation,  lorsque  ces  missions  ont  été 
prévues dans les présents termes de référence ou approuvées par le pouvoir adjudicateur.  
L’indemnité journalière est une somme forfaitaire maximum couvrant les frais quotidiens 
de  séjour.  Ces  derniers  comprennent  l’hébergement,  les  repas,  les  pourboires  et  les 
déplacements  locaux,  y  compris  les  déplacements  de  et  vers  l’aéroport.  Les  frais  de  taxi 
sont, par conséquent, inclus dans l’indemnité journalière. Les indemnités journalières sont 
payables  en  fonction du  nombre  d’heures  passées  en mission  par les experts autorisés  du 
contractant  au  cours  des  missions  effectuées  par  les  experts  en  dehors  de  leur  lieu 
d’affectation.  L’indemnité journalière est  payable si  la mission dure  au moins  12 heures. 
L’indemnité  journalière  est  payable  à  hauteur  de  50 %  du  montant  forfaitaire  pour  une 
mission  de  12 heures,  ou  à  hauteur  de  100 %  pour  une  mission  de  24 heures.  Toute 
indemnité de séjour versée pour des missions effectuées dans le cadre du présent  marché 
ne  doit  pas  dépasser  les  taux  des  indemnités  journalières  en  vigueur  au  début  de  chaque 
mission tels que publiés sur le site Internet : 
http://ec.europa.eu/europeaid/funding/about-calls-tender/procedures-and-practical-guide-
prag/diems_en 
 
 
Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de refuser de payer l’indemnité journalière si le 
temps  de  transport  si  l’expert  n’a  pas  emprunté  la  route  la  plus  directe  et  le  tarif  le  plus 
économique. 
L'autorisation préalable du pouvoir adjudicateur n'est pas nécessaire pour l'utilisation de la 
provision pour dépenses accessoires. 
 
6.6 
Coûts forfaitaires 
 
Le marché ne prévoit aucun coût forfaitaire/ 
 
6.7 
Vérification des dépenses 
 
La provision pour vérification des dépenses concerne les honoraires de l’auditeur qui a été 
chargé d’effectuer la vérification des dépenses dans le cadre du  marché afin de procéder 
aux  paiements  supplémentaires  de  préfinancement  le  cas  échéant  et/ou  aux  paiements 
intermédiaires s’il y en a. 
 
La  provision  pour  vérification  des  dépenses  s'élève  à  50  000  EUR  pour  le  présent 
marché. Ce montant doit être inclus sans modification dans le budget ventilé. 
 
Cette provision ne peut pas être diminuée mais peut être augmentée pendant l'exécution du 
contrat. 
 
7. 
RAPPORTS 
 
7.1 
Rapports obligatoires 
 
Voir l'article 26 des conditions générales. 
 
Des  rapports  d'activités  intermédiaires  devront  être  établis  tous  les  six  mois  pendant  la 
période  de  mise  en  œuvre  du  marché.  Ils  doivent  être  accompagnés  de  la  facture 
Page 15 sur 18 
 

link to page 10 correspondante,  du  rapport  financier  et  du  rapport  de  vérification  des  dépenses  tel  que 
défini à l’article 28 des conditions générales. Un rapport d'activités final accompagné d'une 
facture  finale,  du  rapport  financier  et  du  rapport  de  vérification  des  dépenses  devra  être 
établi à la fin du contrat. Le projet de rapport d'activités final devra être présenté au moins 
un mois avant la fin de la période mise en œuvre du contrat. Les rapports mentionnés dans 
la présente section s'ajoutent à ceux éventuellement requis au point 4.2 des présents termes 
de référence. 
 
Chaque rapport doit consister en une section narrative et une section financière. La section 
financière  doit  contenir  des  données  détaillées  relatives  au  temps  que  les  experts  ont 
consacré  au  contrat,  aux  dépenses  accessoires  et  à  la  provision  pour  vérification  des 
dépenses. 
 
Récapitulatif  :  en  sus  des  documents,  rapports  et  résultats  qui  pourraient  être  précisés  au 
titre  missions  et  responsabilités  de  chaque  expert  principal,  le  contractant  doit  fournir  les 
rapports d'activités suivants : 
 
Intitulé du rapport 
Contenu 
Délai de soumission 
Analyse de la situation 
Au plus tard 1 mois après le 
Rapport préliminaire 
existante et plan de travail 
début de la mise en œuvre 
du projet 
Brève description des 
avancements (techniques et 
financiers) en ce compris les  Au plus tard un mois suivant 
Rapport d'activités 
problèmes rencontrés, les 
l'expiration de chaque 
intermédiaire à 6 mois 
activités planifiées à 6 mois, 
période de mise en œuvre de 
accompagné d'une facture et 
six mois 
du rapport de vérification de 
dépenses 
Brève description des 
Au plus tard un mois avant 
Projet de rapport d'activités 
réalisations en ce compris 
la fin de la période de mise 
final 
les problèmes rencontrés et 
en œuvre 
les recommandations 
Brève 
description 
des  Dans  le  mois  suivant  la 
réalisations  a  en  s  les  réception  des  commentaires 
problèmes  rencontrés,  les  du  gestionnaire  du  projet 
Rapport d'activités final 
recommandations, 
une  identifié dans le contrat, sur 
facture  finale  et  le  rapport  le  projet  de  rapport 
final accompagné du rapport  d'activités final. 
de vérification des dépenses. 
Bref rapports d'activités 
Brève  mise  à  jour  sur  l'état  Au  besoin,  sur  demande  du 
d'avancement du projet 
pouvoir  adjudicateur  où  sur 
initiative du Contractant 
Page 16 sur 18 
 

 
7.2 
Présentation et approbation des rapports 
 
Deux  exemplaires  au  gestionnaire  du  projet  indiqué  dans  le  contrat  ainsi  qu'une  version 
électronique éditable (non PDF). Ils devront être rédigés en français. L'approbation de ces 
rapports d'activité incombe au gestionnaire du projet identifié dans le contrat. 
 
 
8. 
SUIVI ET ÉVALUATION 
 
8.1 
Définition d'indicateurs 
 
Les indicateurs attendus pourront inclure, à titre d'exemple: 
o  Nombre d'acteurs répertoriés; 
o  Nombre de réunions organisées; 
o  Nombre de participants par réunion; 
o  Nombre de recommandations formulées; 
o  Nombre de stagiaires formés;  
o  Nombre de rapports rédigés et diffusés; 
o  Nombre d'entrées et sorties enregistrées par les douanes nigériennes sur une période 
donnée (avant et après l'action); 
 
8.2 
Exigences particulières 
8.2.1  Communication et visibilité 
La communication et la visibilité de l’UE constituent des obligations légales pour toutes les 
actions extérieures financées par l’UE. Pour la présente action, il y aura lieu de prévoir des 
mesures  de  communication  et  de  visibilité  qui  seront  établies,  au  début  de  la  mise  en 
œuvre, sur la base d’un plan d’action spécifique dans ce domaine et financées sur le budget 
de l'action. 
Le  plan  de  communication  et  de  visibilité  de  l’action  ainsi  que  les  obligations 
contractuelles  adaptées  seront  établis  sur  la  base  du  manuel  de  communication  et  de 
visibilité 
pour 
les 
actions 
extérieures 
de 
l’Union 
européenne 
(voir 
http://ec.europa.eu/europeaid/manuel-de-comm-unication-et-de-visibilite-pour-les-actions-
exterieures-de-lunion-europeenne_fr).
 
8.2.2  Evaluation 
La Commission peut, au cours de la mise en œuvre, décider de procéder à une évaluation 
pour des raisons dûment justifiées, soit de son propre chef soit à l’initiative du partenaire. 
Les rapports d’évaluation seront communiqués au partenaire et aux autres parties prenantes 
clés. Le partenaire de mise en œuvre et la Commission analyseront les conclusions et les 
recommandations  des  évaluations  et  décideront  d’un  commun  accord,  le  cas  échéant  en 
accord  avec  le  G5,  des  actions  de  suivi  à  mener  et  de  toute  adaptation  nécessaire  et 
notamment, s’il y a lieu, de la réorientation du projet. 
Page 17 sur 18 
 

Sans préjudice des obligations applicables aux marchés conclus pour la mise en œuvre de 
la  présente  action,  la  Commission  peut,  sur  la  base  d’une  évaluation  des  risques, 
commander des audits indépendants ou des missions de vérification des dépenses pour un 
ou plusieurs contrats ou conventions. Le financement de l’audit sera couvert par une autre 
mesure  constituant  une  décision  de  financement.    La  Commission  européenne  et  la  Cour 
des Comptes européenne peuvent conduire des contrôles sur place ou des inspections des 
mesures  prévues  par  cette  décision  de  financement,  afin  de  sauvegarder  les  intérêts 
financiers de l’Union européenne. 
 
Page 18 sur 18