Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.


 
Ref. Ares(2018)3262408 - 20/06/2018
 
ANNEXE III 
 
 
 
 
 
 
 
ORGANISATION ET METHODOLOGIE 
Réf UE : T05-EUTF-SAH-SN-07-01 
 
 
    
 
 
 
 
Page 1 sur 38 
 

link to page 3 link to page 4 link to page 4 link to page 5 link to page 8 link to page 9 link to page 10 link to page 11 link to page 12 link to page 13 link to page 13 link to page 14 link to page 15 link to page 20 link to page 24 link to page 24 link to page 26 link to page 27 link to page 27 link to page 28 link to page 29 link to page 29 link to page 30 link to page 33 link to page 33 link to page 34 link to page 35  
Table des matières 
ABREVIATIONS ET ACRONYMES ...................................... 3 
1.  CONTEXTE GENERAL DE L’INTERVENTIONERROR! BOOKMAR  
 
 
1.1  L’ETAT CIVIL AU SENEGAL ................................................................................... 4 
1.1.1 
Présentation de la situation dans le secteur de l’état civil au Sénégal .................................... 4 
1.1.2 
Les acteurs de l’état civil .......................................................................................................... 5 
1.1.3 
Textes régissant l’état civil ....................................................................................................... 8 
1.1.4 
Les principaux enjeux liés à la réforme de l’’état civil au Sénégal ............................................ 9 
1.1.5 
Programmes liés et autres activités des bailleurs de fonds ................................................... 10 
1.2  L’APPUI DE L’UNION EUROPEENNE DANS LE CADRE DU FFUA ..................................11 
1.2.1 
Présentation des grandes lignes du programme d’appui ....................................................... 12 
1.2.2 
Rappel des objectifs, résultats et activités de la phase de formulation ................................. 13 
1.3  LES ACTIVITES A MENER....................................................................................13 
1.3.1 
Formulation du projet ............................................................................................................ 14 
1.3.2 
Mise à jour et généralisation de la cartographie de l’état civil .............................................. 15 
1.3.3 
Trois études informatiques préalables ................................................................................... 20 
1.4  RESSOURCES ALLOUEES A LA PHASE DE FORMULATION ............................................24 
1.4.1 
Expertise principale ................................................................................................................ 24 
1.4.2 
Autres ressources ................................................................................................................... 26 
1.5  PRESENTATION GLOBALE DE NOTRE EQUIPE D’APPUI ...............................................27 
1.6  L’APPUI ADMINISTRATIF ET LOGISTIQUE ...............................................................27 
1.7  ASSURANCE QUALITE ET CAPITALISATION DU SAVOIR ...............................................28 
1.8  PRESENTATION DE CIVIPOL ...............................................................................29 
1.8.1 
Présentation générale ............................................................................................................ 29 
1.8.2 
Références de Civipol dans le domaine de l’état civil ............................................................ 30 
2.  PLAN DE TRAVAIL ........................................................ 33 
2.1  CHRONOGRAMME DES ACTIVITES .......................................................................33 
2.2  CHRONOGRAMME DES ACTIVITIES PAR EXPERT PRINCIPAL ........................................34 
3.  CADRE LOGIQUE .......................................................... 35 
 
 
 
 
 
Page 2 sur 38 
 

 
ABRÉVIATIONS ET ACRONYMES 
 
ADIE 
Agence de l’Informatique de l’Etat  
ANSD 
Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie  
CNEC 
Centre National de l’Etat Civil 
CTB 
Coopération Technique belge (ENABEL) 
COPIL 
Comité de Pilotage 
DA 
Description de l´Action 
DTA 
Dossier Technique d´Action 
DUE 
Délégation de l´Union Européenne 
FED 
Fonds Européen de Développement  
FFUA 
Fond Fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique 
MAESE 
Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur 
MEFP 
Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan 
Ministère  de  la  Gouvernance  Territoriale,  du  Développement  et  de 
MGTDAT 
l'Aménagement du Territoire 
MI 
Ministère de l’Intérieur  
PAMEC 
Projet d’Appui à la Modernisation de l’Etat Civil  
TDR 
Termes De Référence 
UE 
Union Européenne 
 
 
 
Page 3 sur 38 
 

 
 
1. MOTIF 
 
1.1  L’ÉTAT CIVIL AU SÉNÉGAL 
1.1.1  Présentation de la situation dans le secteur de l’état civil au Sénégal 
L'état civil sous sa forme moderne, à travers l’enregistrement des faits civils, a été introduit 
au  Sénégal  par  l'administration  coloniale  au  XIXème  siècle.  Par  la  suite,  la  tenue  des 
registres d'état civil a toujours posé des difficultés en termes de complétude et d'exhaustivité 
des faits d’état civil. La véritable réorganisation du système de l’état civil est intervenue avec 
Loi n°72-61 du 12 juin 1972 portant code de la famille –dont le Livre 1er (« Les personnes »), 
chapitre IV (« De l’état civil ») définit l’état des personnes et précise le mode de gestion du 
système d’état civil. Toutefois la production d'actes et le classement des archives sont restés 
surtout concentrés dans les grandes villes et impactés par une insuffisance de moyens, un 
manque de formation et l'absence de contrôle des officiers d'état civil. 
De fait, le Sénégal a engagé depuis le début des années 1990 un processus de réforme de 
son système d’état civil. C'est ainsi que la loi de 2013 portant Code des Collectivités Locales 
a confirmé les fonctions d'officiers de l'état civil exercées par les maires. En 2004 le Centre 
National  de  l'Etat  Civil  (CNEC)  a  été  créé  et  doté  des  ressources  humaines  et  matérielles 
pour  mettre  en  œuvre  la  politique  de  l'Etat  en  matière  d'état  civil.  Le  besoin  d’un  état  civil 
fiable a été ressenti avec plus d’urgence à l’occasion des élections présidentielles de 2007. 
Ses résultats, puis ceux des élections législatives, ont fait l’objet de contestations, en raison 
du manque de fiabilité du fichier électoral dont la source principale est l’état civil.  
Un  séminaire  national  sur  l'état  civil  tenu  en  août  2008  a  regroupé  tous  les  acteurs  du 
système  d'état  civil  et  a  permis :  (i)  de  recueillir  les  problèmes  spécifiques  des  cadres 
juridique,  institutionnel  et  organisationnel,  (ii)  d’identifier  les  difficultés  concernant  les 
déclarations  et  les  délivrances  des  actes  d'état  civil,  (iii)  de  proposer    des  solutions  et 
recommandations. A la suite de ce séminaire, lors d'un conseil interministériel tenu le 10 mai 
2011,  un  rapport  a  été  présenté  aux  parties  prenantes  (ministères,  associations  des  élus, 
partenaires  techniques  et  financiers),  et  les  perspectives,  recommandations  et  le  plan 
d'actions ont été adoptés. 
S’inscrivant dans la stratégie nationale, l'Union Européenne a financé dans le cadre du Xe 
FED le Projet d’Appui à la Modernisation de l’Etat Civil (PAMEC) sur la période 2012-2017. 
La mise en œuvre de ce projet était confiée, en gestion décentralisée directe, au CNEC. 
Plus récemment, dans le cadre du Plan Sénégal Emergent lancé en 2014, la modernisation 
de l’état civil est explicitement citée (paragraphe 355) : « Ainsi, en matière de développement 
humain  durable,  l’objectif  stratégique  est  de  renforcer  la  mise  en  œuvre  et  le  suivi  des 
politiques de population, à travers des plaidoyers pour la maîtrise volontaire de la fécondité, 
la  modernisation  de  l’enregistrement  et  de  l’exploitation  des  données  de  l’état  civil, 
l’élaboration  d'outils  techniques  et  l’appui  aux  instances  de  coordination  et  de  suivi  de  la 
politique nationale de population. » 
Enfin,  lors  du  conseil  des  ministres  du  18  février  2015,  l’état  civil  a  été  érigé  en  priorité 
nationale par le Président de la République du Sénégal. 
Page 4 sur 38 
 

 
 
1.1.2  Les acteurs de l’état civil 
 
1.1.2.1  Au niveau central 
De  nombreuses  administrations  sont  impliquées  dans  le  fonctionnement  de  l’état  civil :  le 
Centre  National  de  l’Etat  civil  (CNEC),  au  sein  du  Ministère  en  charge  de  la  gouvernance 
locale  (Ministère  de  la  Gouvernance  locale,  du  Développement  et  de  l’Aménagement  du 
Territoire),  Ministère  de  l’Intérieur  et  de  la  sécurité,  Ministère  de  la  justice,  Ministère  de  la 
santé, Ministère de l’éducation et Ministère des relations extérieures, Agence Nationale de la 
Statistique et de la Démographie (ANSD) et Agence de l’Informatisation de l’Etat au Sénégal. 
Créé en 2004 et rattaché au Ministère de la Gouvernance Locale, du Développement, et de 
l’Aménagement du Territoire (MGLDAT), le Centre National de l’Etat Civil (CNEC) assure la 
régulation  du  système.  Il  assume  les  fonctions  de  formation  et  d’appui/conseil  auprès  des 
personnels d’état civil, de sensibilisation de la population, et de sécurisation des actes d’état 
civil par la mise en place d’une base de données informatisée nationale. 
Le  CNEC  est  chargé  de  la  supervision  et  du  contrôle  des  689  centres  d’état  civil  répartis 
dans le pays comme suit :  

126 centres principaux urbains localisés dans les communes ; 

62 centres secondaires urbains situés dans les communes d’arrondissement ;   

114 centres principaux ruraux situés dans les sous-préfectures ;  

387 centres secondaires ruraux situés dans les communautés rurales. 
La Direction de l’Automatisation des Fichiers (DAF) au sein du Ministère de l’Intérieur et de 
la Sécurité est chargée de la gestion des fichiers de population à but non policier au niveau 
d’un centre unique de traitement de l’information du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité 
Publique.  
La  Direction  de  l’Automatisation  des  Fichiers  (DAF)  s’occupe  de  la  confection  de  la  Carte 
Nationale d’Identité pour le compte de la Direction générale de la Police Nationale (DGPN) 
au sein du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, à travers les opérations suivantes : 

Gestion du processus d’enrôlement des demandes de CNI. 

Gestion du Fichier de la CNI avec saisie des demandes, contrôle des données d’état 
civil et de la biométrie. 

Edition des cartes nationales d’identité et des différentes listes de contrôle, après la 
mise à jour des bases de données. 
Il  a  été  installé  des  points  d’enrôlement  de  CNI  à  l’étranger  dans  tous  les  établissements 
consulaires ayant  un  centre  d’enrôlement  de  passeports,  pour  faciliter  l’obtention  de  la  CNI 
par les Sénégalais de l’étranger. La CNI a enregistré une forte demande depuis l’avènement 
du  visa  biométrique.  7  sites  sont  opérationnels  (Paris,  Madrid,  Milan,  Casablanca,  Abidjan, 
Libreville, Djeddah). 
Les cartes d’identité sont distribuées par les commissariats de police (Direction générale de 
la  Police  Nationale)  et  par  les  sous-préfets  et  préfets  qui  représentent  l’Etat  dans  les 
Page 5 sur 38 
 

 
départements  et  les  arrondissements  du  pays  (géré  par  la  Direction  Générale  de 
l’Administration Territoriale). 
La  Direction  Générale  de  l’Administration  Territoriale  (DGAT)  au  sein  du  Ministère  de 
l’Intérieur  et  de  la  Sécurité  a  été  créée  par  le  décret  n°  2012-437  du  10  avril  2012  portant 
répartition  des  services  de  l’Etat.  La  Direction  Générale  de  l’Administration  Territoriale 
(DGAT),  est  sous  réserve  des  compétences  dévolues  aux  autres  Directions  Générales,  le 
cadre  privilégié  d’impulsion,  d’animation  et  de  coordination  de  toutes  les  actions  de 
l’Administration territoriale de l’Etat au niveau du Ministère de l’Intérieur. A cet égard, elle est 
chargée notamment de l’animation et de la gestion du réseau de commandement territorial 
et  de  la  coordination  des  actions  de  l’Etat  dans  les  circonscriptions  administratives 
(coordination  des  différents  services  déconcentrés  de  l’Etat  y  compris  santé  et  éducation. 
Concernant l’état civil, les préfets jouent un rôle important en tant que Président des comités 
de l’Enfance qui rassemblent l’ensemble des parties prenantes de l’état civil au niveau local 
dans les différents départements du pays. Ce sont également les représentants de l’état qui 
joue un rôle dans le contrôle de légalité des actes des communes. 
Le Ministère de la justice joue également un rôle important, notamment dans le contrôle de 
l’établissement  des  faits  d’état  civil.  Selon  le  code  de  la  Famille,  une  fois  par  an, 
obligatoirement,  et  chaque  fois  qu’il  l’estime  nécessaire,  le  juge  de  paix  procède  à  la 
vérification  des  registres  de  l’état  civil  de  l’année  en  cours  en  se  transportant  dans  les 
différents  centres  de  son  ressort.  Par  ailleurs,  c’est  le  juge  qui  autorise  les  inscriptions 
tardives à l’état civil. 
Les Ministère sociaux ont également un rôle important. Certains centres secondaires d’état 
civil sont implantés dans les hôpitaux. Par ailleurs, les centres de santé sont amenés à jouer 
un  rôle  actif  dans  la  phase  de  déclaration  des  naissances  et  des  décès  et  pourraient 
permettre d’étendre la couverture géographique par rapport à la déclaration des naissances 
et  des  décès.  Par  ailleurs,  l’amélioration  de  la  demande  d’état  civil  passe  nécessairement 
par  le  ciblage  des  mères  et  par  le  ciblage  des  élèves,  l’état  civil  étant  le  fondement  de  la 
citoyenneté.  L’importance  de  l’état  civil  dans  la  citoyenneté  doit  faire  partie  des  différents 
programmes scolaires.  
L’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) est le service officiel des 
statistiques du Sénégal créée par la loi statistique 2004- 21 du 21 juillet 2004, modifié par la 
loi  2012-03  du  03  janvier  2012  portant  organisation  des  activités  statistiques.  Elle  est 
rattachée au Ministère de l’Economie et des Finances. L’ANSD est fortement intéressée par 
l’utilisation des données statistiques de l’état civil en tant qu’outil de planification  et de suivi 
économique et démographique. L’ANSD et le CNEC ont conclu un accord de partenariat afin 
de  mener  certaines  activités  de  manière  conjointe,  notamment  à  court  terme  pour  la 
réalisation d’une enquête sur l’état civil. L’accord cadre mentionne également la disponibilité 
de l’ANSD pour d’autres activités liées à la modernisation de l’état civil, comme la récolte de 
données, le renforcement de capacités. 
Le  Ministère  des  finances  a  en  charge  la  coordination  de  l’aide  extérieure  et  coordonne  la 
planification et le suivi de l’aide extérieure. 
Le  Ministère  des  Affaires  Etrangères  administre  l’état  civil  des  ressortissants  sénégalais 
résidant à l’étranger, à travers le réseau des postes diplomatiques et consulaires. 
Page 6 sur 38 
 

 
L’agence  de  l’Informatique  de  l’Etat  (ADIE)  a  été  créée  par  Décret  modifiant  le  décret  n° 
2004-1038  du  23  Juillet  2004  portant  création  et  fixant  les  règles  d'organisation  et  de 
fonctionnement  de  l'Agence.  L’Agence  a  pour  rôle  de  coordonner  et  d’appuyer  toutes  les 
initiatives liées à l’e-gouvernance et au NTIC au Sénégal. Il est notamment le maitre d’œuvre 
de  la  Plateforme  de  télé  demande  d’autorisation  de  construire  sous  maîtrise  d’ouvrage  du 
ministère de l’urbanisme.  Le projet couvre les 52 communes et les 10 sous-préfectures de la 
région  de  Dakar.  Des  économies  d’échelle  en  matière  de  matériel  informatique, 
d’interconnexion et de renforcement des Ressources humaines sont envisagées avec l’ADIE 
dans  le  cadre  de  ce  projet.  Un  partenariat  plus  renforcé  pourrait  être  envisagé  par  rapport 
aux différentes solutions informatiques et numériques envisagées dans le cadre du présent 
programme. 
 
1.1.2.2  Les acteurs impliqués au niveau local 

Les officiers et personnel d’état civil.  
Les  Maires  sont  officiers  d’état  civil  dans  les  centres  principaux.  Dans  les  centres 
secondaires, les fonctions d’officier d’état civil sont exercées par un délégataire de l’officier 
du  centre  principal,  désigné  par  le  Maire.  Les  officiers  sont  assistés  par  des  auxiliaires.  Le 
diagnostic  réalisé  avec  l’appui  du  PAMEC  en  2014  précisent  les  chiffres  suivants.  2  381 
agents travaillent dans les centres d’état civil. Un tiers du personnel a plus de 50 ans (11% a 
déjà dépassé l’âge de la retraite). 
La majorité des agents de l’état civil ont le niveau du cycle secondaire (54%). 29% ont atteint 
le  niveau  supérieur.  Le  reste  du  personnel  a  un  niveau  très  faible  avec  13%  qui  n’ont  pas 
dépassé le niveau élémentaire et 4% qui n’ont pas fréquenté l’école. 50% des agents  n’ont 
pas le statut de fonctionnaire, et 36% sont des bénévoles. Seulement 14% ont un statut de 
fonctionnaire.  77%  de  ces  centres  ont  des  locaux  fonctionnels,  et  77,5%  ont  accès  à 
l’électricité.  
En  2014,  le  taux  d’équipement  informatique  était  faible :  seuls  27%  des  centres  d’état  civil 
étaient  équipés  en  ordinateurs,  16%  en  imprimantes,  11%  en  photocopieuses,  et  6% 
disposent d’un logiciel de gestion. 5% des centres sont connectés à internet. 
En  matière  d’archivage,  82%  des  centres  ne  disposaient  pas  d’une  salle  spécifique 
d’archivage,  et  51%  ne  dispose  pas  de  mode  d’archivage  adapté.  L’état  et  le  nombre  de 
meubles de rangement, quand ils existent, sont médiocres.  
En matière d’approvisionnement en registres d’état civil, 32% des centres connaissaient des 
ruptures  d’approvisionnement.  Il  faut  préciser  à  ce  niveau  que  les  centres  d’état  civil  sont 
dotés en registres par les collectivités locales qui inscrivent cette rubrique dans leur budget. 
Cependant certaines collectivités locales, confrontées à des difficultés financières, ne dotent 
par  leur  centre  d’état  civil  en  registre  en  quantité  suffisante  en  début  d’année,  et  font  des 
commandes  au  compte-goutte.  Cette  situation  favorise  les  ruptures  de  stock  avec  tous  les 
effets négatifs que cela induit (utilisation de cahier, risque de fraudes, etc.). 
Les autres acteurs de l’état civil locaux, au quotidien, sont : 

Les formations sanitaires : elles sont chargées de déclarer auprès des centres d’état 
civil  les  naissances  et  les  décès  survenues.  Dans  la  pratique,  l’acheminement  des 
Page 7 sur 38 
 

 
déclarations  auprès  des  centres  d’état  civil  est  parfois  difficile,  du  fait  de 
l’enclavement  de  certains  territoires  et  de  la  négligence  de  certains  responsables 
d’établissements. 

Les tribunaux : ils ont l’attribution de contrôler les registres en ouverture et en clôture 
d’année  civile,  ainsi  que  de  les  archiver  aux  greffes.  Dans  les  faits,  l’archivage  au 
sein des greffes est très précaire, et les contrôles – lorsqu’ils sont faits – sont de pure 
forme.  
Par ailleurs, les événements d’état civil déclarés hors délai (un mois) peuvent donner lieu à 
un acte d’état civil suite à un jugement supplétif du Tribunal d’instance ou du juge de paix. 
 
1.1.3  Textes régissant l’état civil 
Le  système  d’état  civil  au  Sénégal  est  régi  par  un  certain  nombre  de  textes  législatifs  et 
règlementaires :  

la  Loi  n°72-61  du  12  juin  1972  portant  code  de  la  famille –dont  le  Livre  1er  (« Les 
personnes »), chapitre IV (« De l’état civil ») définit l’état des personnes et précise le 
mode de gestion du système d’état civil ;  

la Loi 2013-10 du 28 décembre 2013 portant code général des collectivités locales ; 

le  décret  n°93-1497  du  31/12/1993  modifiant  le  décret  n°72-1521  du  29  décembre 
1972 qui fixe le modèle des registres et certains formulaires de l’état civil ; 

le décret n°89-492 du 22/04/1989 fixant les droits de délivrance des copies des actes 
d'état civil ;  

le  décret  n°86-535  du  9  mai  1986  instituant  un  Comité  national  de  l'état  civil  qui 
donne  son  avis  et  formule  des  recommandations  sur  le  fonctionnement  du  système 
de l'état civil ; 

le  décret  n°77-686  du  29  juillet  1977  portant  sur  la  reconstitution  des  actes  et 
registres d’état civil ; 

le  décret  n°76-147  du  05  février  1976  qui  donne  pouvoir  au  gouverneur  de  région 
pour la  création des centres secondaires d'état civil dans les communautés rurales ;* 

le décret n°2004-427 du 14 avril 2004 modifiant et complétant le décret n°2003-392 
du  08  mai  2003  portant  organisation  du  Ministère  de  l’Intérieur  (et  créant  le  Centre 
National de l’Etat Civil). 
Il convient de signaler que, dans le cadre du PAMEC, plusieurs projets de textes juridiques 
ont été préparés sans qu’ils soient, pour l’heure, adoptés par l’Assemblée Nationale. Il s’agit 
des projets suivants :  

Projet de loi modifiant et complétant les dispositions de la loi n°72-61 du 12  juin 1972 
portant Code de la Famille, relative à l’état civil ; 

6 projets de décrets d’application ; 

Projet  modifiant  l’instruction  interministérielle  n°  006  du  07  mai  1990  sur  l’état  civil 
consulaire ; 
Page 8 sur 38 
 

 

Projet d’instruction générale relative à l’état civil. 

Projet de règlement intérieur de l’état civil ; 

Projet de Manuel des procédures administratives et financières de l’état civil. 
1.1.4  Les principaux enjeux liés à la réforme de l’état civil au Sénégal 
 
a)  Une  réforme  qui  s’inscrit  dans  une  dynamique  continentale  de  modernisation  des 
systèmes d’état civil africains 
La déclaration politique et le plan d’action adoptés lors du sommet de la Valette sur 
les  migrations  
(11-12  novembre  2015)  engagent  les  dirigeants  européens  et  africains  à 
renforcer  la  coopération  pour  relever  les  défis  que  représente  la  migration  d’une  part  et 
exploiter  les  possibilités  qu'elle  offre,  d’autre  part.  Il  s’agit  de :  (i)  s’attaquer  aux  causes 
profondes de la migration irrégulière et des déplacements forcés de population, (ii) intensifier 
la coopération concernant les migrations et la mobilité légales, (iii) renforcer la protection des 
migrants et des demandeurs d’asile, (iv) prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants 
et  la  traite  des  êtres  humains  et  lutter  contre  ces  phénomènes,  et  (v)  coopérer  plus 
étroitement  pour  améliorer  la  coopération  en  matière  de  retour,  de  réadmission  et  de 
réintégration. 
L'Union  européenne  s'est  aussi  engagée  à  renforcer  la  capacité  des  autorités  des  pays 
d'origine à répondre en temps utile aux demandes de réadmission, y compris par une aide à 
la modernisation des systèmes d'état civil et à la numérisation des empreintes digitales. 
L'état  civil  est  le  fondement  d'un  Etat  moderne  et  un  droit  essentiel  du  citoyen.  Un 
système d'état civil fiable et bien organisé est le socle de l'exercice par les citoyens de leurs 
droits  fondamentaux  et,  partant,  de  la  réalisation  des  objectifs  de  développement  durable. 
L’état  civil  est  le  fondement  de  la  citoyenneté  et  ouvre  les  droits  y  afférents:  le  droit  à  la 
protection, à l'éducation, aux prestations sociales, à la nationalité, au vote, à l'éligibilité, etc. 
Un système d’état civil fiable contribue aussi efficacement à la stabilité des Etats et donc à la 
sécurité  des  citoyens.  Enfin,  un  système  d’état  civil  fiable  (garant  de  l’authenticité  des 
documents d’identité) favorise une meilleure gestion de la mobilité et des flux migratoires. De 
ce fait il permet aussi de contribuer à l'application des politiques en matière de retour et de 
réadmission. 
Le  continent  africain,  dans  sa  majorité,  reconnaît  aujourd’hui  l’importance  de  l’’état 
civil 
en tant qu’activité régalienne de l’Etat avec des implications directes sur la sécurité, les 
politiques publiques, la gouvernance, la planification et le développement des systèmes de 
suivi  évaluation  au  niveau  national1.
La  troisième  Conférence  des  Ministres  en  charge  de 
l’état civil et de la santé publique, tenue à Yamoussoukro du 12 au 13 février 2015, enjoint 
les Etats africains à établir l’enregistrement des faits d’état civil comme priorité dans l’agenda 
politique  régional,  et  à  adopter  des  mesures  pour  reformer  et  améliorer  les  systèmes 
d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques de l’état civil(CRVS). 
Sur cette base plusieurs pays africains, parmi lesquels le Sénégal, ont lancé un processus 
d’évaluation et d’élaboration d’une stratégie nationale en matière d’état civil.  
                                                  
1 Déclaration Finale, Conférence des Ministres en charge de l’Etat civil, Durban, 2012 
Page 9 sur 38 
 

 
 
b)  Une approche basée sur la promotion des droits humains 
L’action  s’inscrit  également  dans  une  approche  fondée  sur  les  droits  humains  avec  une 
attention particulière pour les aspects de genre.  
La  mise  en  place  d’un  état  civil  fiable  est  une  des  conditions  de  l’atteinte  des  Objectifs  de 
développement  durable.  L’enregistrement  de  la  naissance,  qui  est  la  première 
reconnaissance  juridique  de  l'existence  d'un  enfant,  est  indispensable  à  la  concrétisation 
d'un certain nombre de droits et à la satisfaction de besoins concrets, en particulier l’accès à 
l’éducation (ODD 4)et à des soins de santé (ODD n° 3). La Convention relative aux droits de 
l’enfant précise à cet égard que les États doivent « prendre toutes les mesures législatives, 
administratives et autres qui sont nécessaires pour mettre en œuvre les droits de l’enfant ». 
Il importe de lui donner un état civil le plus complet possible.  
L’enregistrement  à  l’état  civil  est  également  une  condition  essentielle  à  la  promotion  de 
l’égalité  de  genre  et  à  l’autonomisation  des  femmes  (ODD  5),  qui  suppose  un  accès  plus 
large  à  l’éducation,  particulièrement  dans  les  zones  rurales,  à  des  emplois  formels,  à  la 
citoyenneté active (société civile, exercice du droit de vote, accès à des fonctions électives, 
etc.).  La  protection  des  femmes  et  des  enfants  contre  les  abus  et  l’exploitation, 
l’administration de la justice civile et pénale, la lutte contre le terrorisme et de la criminalité 
intra  et  transfrontalière  etc.  sont  hautement  tributaires  du  bon  fonctionnement  du  système 
d’enregistrement des faits d’état civil.  
En  suivant  cette  approche  fondée  sur  les  droits  humains,  l’action  permettra  aussi  de 
rapprocher les services publics et les citoyens autour de leurs droits et devoirs respectifs. Le 
processus  doit  donc  accorder  autant  de  place  à  la  question  de  l'accessibilité  et  la 
fonctionnalité  de  l’offre  de  services  qu’à  son  appropriation  par  l'ensemble  de  la  population 
(utilisation/ demande de services).  
L'enregistrement  de  la  naissance,  première  reconnaissance  juridique  de  l'existence  d'un 
enfant, est indispensable à la concrétisation d'un certain nombre de droits et à la satisfaction 
de besoins concrets, en particulier l’accès à l’éducation (ODD n° 16.9).  
L’état civil est également une condition essentielle à la promotion de l’égalité de genre et à 
l’autonomisation des femmes (ODD n° 5.1), qui suppose un accès plus large à l’éducation, 
particulièrement  dans  les  zones  rurales,  à  des  emplois  formels,  à  la  citoyenneté  active 
(société civile, exercice du droit de vote, accès à des fonctions électives, etc.) 
1.1.5  Programmes liés et autres activités des bailleurs de fonds 
 
Sur  financement  du  Xe  FED,  l'Union  Européenne  a  financé  le  Projet  d’Appui  à  la 
Modernisation de l’Etat Civil (PAMEC) entre 2012 et juillet 2017. Le PAMEC était structuré en 
trois composantes : 
 

 Composante 1 « Amélioration de la gouvernance de l'état civil», qui vise à mener les 
réformes  nécessaires  à  une  bonne  gestion  de  l’état  civil  et  à  effectuer  les  études 
techniques en vue de son informatisation. 
 

Composante 2 « Amélioration de l’information et des connaissances sur l’état civil », 
qui  vise  à  améliorer  d’une  part  les  capacités  des  collectivités  locales  et  certains 
acteurs institutionnels à assurer une meilleure tenue de l’état civil ; et d’autre part la 
Page 10 sur 38 
 

 
communication et l’information des populations sur l’importance de la déclaration des 
faits d’état civil. 
 

Composante  3  «  Sécurisation  du  patrimoine  de  l’état  civil  »,  qui  vise  à  améliorer  la 
sécurisation  de  la  conservation  des  registres  à  travers  une  expérimentation  dans 
deux cent (200) centres pilotes et l’archivage des données grâce à la technique de la 
numérisation. 
 
Si le PAMEC a atteint plusieurs de ses résultats (présentés en particulier lors de l’atelier du 
12 octobre 2017), plusieurs activités n’ont pas ou ont été partiellement réalisées. De ce point 
de  vue,  l’évaluation  finale  du  PAMEC,  prévue  pour  le  début  2018,  sera  importante  pour 
définir en détail le présent programme.  
Au-delà  du  PAMEC,  l’état  civil  du  Sénégal  a  bénéficié  et  bénéficie  encore,  depuis  de 
nombreuses  années,  de  multiples  appuis  qui  sont,  soit  partiels,  soit  géographiquement 
délimités  principalement  à  des  villes.  L'Etat  est  resté  souvent  à  l’écart  des  opérations 
menées  car,  à  l’exception  du  PAMEC,  aucun  projet  de  coopération  ne  propose 
d'accompagner  une  réforme  globale  du  système  d'état  civil.  En  effet,  les  préoccupations 
liées  à  l'état  civil  étaient  jusqu'à  une  époque  très  récente  limitées,  d'une  part,  à  la 
problématique des droits de l'enfant (donc concentrées sur l'enregistrement des naissances) 
et  à  la  dimension  statistique  de  l'état  civil.  Par  ailleurs,  les  projets  de  la  coopération 
décentralisée, qui sont très diverses, ont eu des résultats variables, notamment en raison de 
la faible implication au niveau local et national des autorités et représentants de l'Etat.  
En novembre 2015, l’Agence Française de  Développement (AFD) a  versé à l’UNICEF une 
subvention d’un montant de 1 500 000 EUR visant à contribuer au renforcement du système 
d’information  sanitaire  et  à  l’augmentation  de  l’enregistrement  des  naissances  dans  les 
régions  de  Kolda,  Sédhiou,  et  Ziguinchor.  Environ  400  000  enfants  âgés  de  moins  de  cinq 
ans sont ciblés par de ce projet. 
D’autres initiatives sont menées à l’échelle locale en faveur de l’enregistrement des enfants, 
sous  l’égide  de  l’UNICEF  ou  d’ONG.  L’UNICEF,  en  complément  du  projet  PAMEC, 
informatise 15 centres d’état civil. L’UNICEF appuie également le volet diagnostic de l’étude 
régionale  sur  l’état  civil  en  cours  dans  l’ensemble  des  pays  de  l’UEMOA.  Ce  diagnostic 
permettra  de  renforcer  le  diagnostic  déjà  appuyé  par  le  PAMEC.  L’UNICEF  a  également 
appuyé  le  renforcement  du  plan  de  communication  élaboré  par  le  CNEC  avec  l’appui  du  
PAMEC.  L’ONG  Aide  et  Action  International,  en  partenariat  avec  Orange  Group,  a 
expérimenté  au  Sénégal  un  projet  pilote  de  déclaration  des  naissances  par  téléphone 
mobile. La procédure est destinée à faciliter la démarche de la déclaration, afin de la rendre 
systématique, tout en fournissant à l’état civil des données à la fois fiables et sécurisées. La 
mise  en  œuvre  du  projet  a  nécessité  des  actions  de  sensibilisation  et  de  formation  des 
communautés  et  des  acteurs  institutionnels.  Les  centres  d’état  civil  ont  été  équipés  en 
conséquence  (téléphones  mobiles,  matériel  informatique  et  bureautique,  etc.).  Un  système 
permanent pour assurer la notification, la transcription et le suivi des naissances a été mis en 
place dans chaque village et quartier cible. 
 
 
1.2  L’APPUI DE L’UNION EUROPÉENNE DANS LE CADRE DU FFUA 
Page 11 sur 38 
 

 
1.2.1  Présentation des grandes lignes du programme d’appui 
 
Depuis  janvier  2016,  dans  le  cadre  du  Fonds  Fiduciaire  d’Urgence  pour  l’Afrique  dans  la 
région  du  Sahel  et  du  bassin  du  lac  Tchad,  l’Union  Européenne  a  adopté  un  ensemble  de 
programmes  visant  à  répondre  aux  causes  profondes  de  l’instabilité  et  de  la  migration 
irrégulière. 
Afin de prévenir la migration irrégulière, le Fonds fiduciaire se concentre principalement sur 
la  création  d'opportunités  économiques  (formation  professionnelle,  création  de  chaînes  de 
valeurs,  renforcement  de  la  compétitivité  des  entreprises)  dans  les  zones  de  départ.  Il 
soutient aussi le développement des stratégies nationales en matière migratoire, l'assistance 
aux migrants et leur réintégration durable favorisée par un appui au fonctionnement de l’état 
civil. 
Au début 2018, le FFUA est engagé au Sénégal dans 9 projets nationaux, pour un montant 
de 161 000 000 euros. 
Dans  le  domaine  de  l’état  civil,  le  FFU  a  approuvé  lors  de  son  comité  opérationnel  du  16 
décembre 2016, le financement d’une action intitulée « Programme d'appui au renforcement 
du  système  d’information  de  l’état  civil  et  à  la  consolidation  d’un  fichier  national  d’identité 
biométrique  au  Sénégal  (T05-EUTF-SAH-SN-07-01) » ,  pour  un  montant  de  28 000 000 
euros.  
La  mise  en  œuvre  de  ce  programme  est  confiée  à  CIVI.POL  Conseil  et  la  Coopération 
Technique Belge (CTB, devenu ENABEL au 1er janvier 2018). 
La  fiche  action  reprend,  de  façon  indicative,  une  première  répartition  des  rôles  et 
responsabilité  de  ces  partenaires  dans  l’appui  à  la  mise  en  œuvre  du  programme.  Elle 
constituera la base de travail pour l’équipe de la phase de formulation.    
L’objectif  global  du  programme  est  de  contribuer  au  respect  des  droits  individuels  liés  à  la 
reconnaissance de leur identité par l’amélioration du système d’information de l’état civil et la 
consolidation  d’un  fichier  national  d’identité  biométrique  sécurisé.  Le  programme  comporte 
deux objectifs spécifiques et une série de résultats structurés comme suit :  
 
O.S 1 : améliorer le système d’information de l’état civil sénégalais 
 

  Résultat 1.1 : le pilotage stratégique de l’état civil est amélioré.  
  Résultat  1.2 :  l’offre  et  la  demande  de  service  de  l’état  civil  sont  renforcées  par  la 
réalisation  de  programmes  de  formation  à  l’attention  des  principales  parties 
prenantes,  par  l’amélioration  de  l’accessibilité  du  service  de  l’état  civil  et  par 
l’information/sensibilisation de la population 
  Résultat 1.3 : le fichier national de l’état civil est constitué et interconnecté avec les 
communes et postes consulaires informatisés 
 
O.S 2 : consolider le fichier central d’identité biométrique   
 

  Résultat  1.1 :  Le  fichier  central  d’identité  biométrique  est  renforcé  et  mis  en 
cohérence avec le fichier national de l’état civil. 
La Primature assurera  la supervision globale du programme et les organes de pilotage et de 
suivi suivants seront constitués :  
Page 12 sur 38 
 

 

Un Comité national de pilotage chargé de la définition des orientations de l'action, co-
présidé  par le  Premier  Ministre  et  le  Chef  de Délégation de  l'Union  Européenne  (ou 
leurs représentants) ;  

Un comité technique de suivi chargé de la coordination de l’action, coordonné par la 
Primature ; 

Deux unités d‘appui technique seront mises en place, l’une au sein du Ministère de la 
Gouvernance  Territoriale,  du  Développement  et  de  l'Aménagement  du  Territoire 
auprès du CNEC, et au sein du Ministère de l’Intérieur auprès de la DGAT et de la 
DAF. 

Une unité de gestion centrale, avec la mise à disposition d’un dispositif d’assistance 
technique  internationale  et  nationale  permanente  qui  sera  basée  à  la  Primature 
auprès du point focal  
Suite  à  un  échange  de  correspondances  entre  la  DUE  et  la  Primature,  ainsi  qu’à  la  tenue 
d’un atelier d’échanges tenu à Dakar (12 octobre 2017), il a été convenu qu’une phase de 
formulation de 6 mois doit permettre, notamment, d’affiner les modalités de mise en œuvre 
ainsi que les activités précises à mener.  
 
1.2.2  Rappel des objectifs, résultats et activités de la phase de formulation 
 
La phase de formulation a pour objectif global de s’assurer que les conditions nécessaires et 
suffisantes sont réunies pour une mise une œuvre efficace et consensuelle du « Programme 
d'appui    à  l’amélioration  du  système  d’information  de  l’état  civil  et  à  la  consolidation  d’un 
fichier national d’identité biométrique ». 
Ainsi, les résultats attendus sont au nombre de trois :  
  Un  document  technique  de  programme  est  élaboré  qui  repose  sur  un  diagnostic 
institutionnel  approfondi,  une  prise  en  compte  si  possible  des  recommandations  de 
l’évaluation  finale  du  PAMEC  et  une  complémentarité  avec  les  autres  partenaires  en 
appui au secteur ; 
  La cartographie du système de l’état civil est approfondie et mise à jour ;  
  Deux  études  techniques  préalables  liées  aux  systèmes  informatiques  de  la  gestion  de 
l’état  civil  (y  inclus  la  question  des  données  biométriques)  sont  réalisées  pour  sous-
tendre l‘établissement d’un schéma directeur informatique, à rédiger également.  
 
2. STRATEGIE  
2.1.1  Les activités à mener 
 
Les  activités  à  mener  sont  présentées  en  l’état  actuel  de  connaissance  des  enjeux  de  la 
réforme de l’état civil au Sénégal, et compte tenu de l'expérience d’actions similaires. Dans 
le souci de préserver l’efficacité de ce service, le démarche consistera, dès le démarrage du 
projet, et tout au long de sa mise en œuvre, à adapter la méthodologie et le plan de travail 
aux contraintes des institutions partenaires du projet, à la fois en termes de capacités et de 
Page 13 sur 38 
 

 
nécessités  opérationnelles.  Les  activités  sont  donc  présentées  à  titre  indicatif  et  seront  à 
affinées lors de la phase de démarrage, au contact du terrain. 
En  outre,  l’évaluation  finale  du  PAMEC,  dont  la  réalisation  est  prévue  pour  le  début  2018, 
sera  essentielle  à  cette  phase  de  démarrage.  En  effet,  cette  expertise  permettra  de  mettre 
en évidence : 

Le niveau d’atteinte des résultats du PAMEC 

L’efficience, l’efficacité, et la durabilité des actions menées par le PAMEC 

Les leçons apprises par la mise en œuvre du PAMEC 

Les recommandations en matière de poursuite d’un appui à la modernisation de l’état 
civil au Sénégal 
2.1.2  Formulation du projet 
 
La formulation a pour objectif de valider, de compléter et/ou de réorienter les données de la 
fiche  d’action  en  vue  de  formuler  une  stratégie  d’intervention  et  de  préparer  le  Dossier 
Technique d’Action du programme. 
Dans le cadre de cette activité, les activités suivantes seront réalisées : 

Analyse  de  la  situation  actuelle  dans  le  secteur  y  inclus  analyse  de  la  politique 
nationale  en  la  matière,  des  documents  pertinents  pour  le  domaine  concerné : 
documents  sectoriels  nationaux,  rapports  stratégiques  et  opérationnels  et  leçons 
apprises  des  interventions  précédentes  et  des  autres  intervenants  dans  le  même 
secteur  y  inclus  la  prise  en  compte  des  conclusions  de  l’évaluation  du  PAMEC  
(établir la situation de référence du secteur) ; 

Cartographie  des  acteurs  (partenaires  techniques  et  financiers,  administrations, 
collectivités, ONG...) et des projets d'appui à l’état civil au Sénégal ; 

Analyse institutionnelle et analyse organisationnelle des fonctions clé des principaux 
acteurs du secteur et de leurs relations afin d’orienter les stratégies d’intervention et 
d’assurer d’un ancrage efficient du programme (proposition de l’ancrage institutionnel  
le plus approprié qui valide ou réoriente la proposition de la fiche action) ; 

Validation de l’objectif et des résultats attendus, et description des activités à réaliser 
durant la phase de mise en œuvre du programme (42 mois) ; 

Description  des  aspects  susceptibles  d’assurer  la  durabilité  des  interventions,  en 
mettant l´accent sur le renforcement des capacités des acteurs, en respectant le rôle 
et le mandat de chacun, et en s´inscrivant dans la consolidation du processus de la 
décentralisation.  A  cet  égard,  la  mission  portera  une  attention  particulière  aux 
capacités réelles des acteurs à atteindre ; 

Elaboration  d’un  dispositif  de  suivi  et  évaluation  des  indicateurs  du  cadre  logique, 
définition des modalités de rapportage, interne et externe ; 

Définition des grandes lignes d’une stratégie de communication pour le programme; 

Analyse  des  facteurs  de  risques  pouvant  mettre  en  danger  le  bon  déroulement  de 
l’intervention,  ainsi  que  les  conditions  préalables  requises  pour  leur  succès 
(hypothèses) ; 

Définition  des  modalités  de  l'assistance  technique  requise  pour  l’exécution  des 
interventions  (tâches,  profils,  ancrage,  etc.).  Les  besoins  en  renforcement  prennent 
en compte les différents niveaux opérationnels (national, régional et local) ; 
Page 14 sur 38 
 

 

Définition des modalités de gestion et d’exécution et définition claire, à chaque niveau 
des  responsabilités  des  différents  acteurs  sur  le  plan  technique,  financier  et 
institutionnel ; 

Propositions  pour  la  prise  en  compte  des  thèmes  transversaux  durant  la  phase  de 
mise en œuvre ; 

Proposition d’un budget indicatif pour chaque résultat et activités. 
Deux experts seront en charge de cette activité :  

Le Chef d’équipe 

L’expert  administration  du  territoire,  fourni  par  ENABEL 
 
 
 
Ces experts travailleront en liaison direct avec le CNEC, la DAF, la DGAT, le SGG, l’ADIE, 
l’ANSD,  les  Ministères  en  charge  de  la  Justice,  de  la  santé,  de  l’éducation  nationale,  de 
l’économie, des  finances  et  du  plan,  des  affaires  étrangères,  etc.  ainsi  que  les  autorités  et 
administrations  au  niveau  infranational,  et  soulèveront  tous  problèmes  rencontrés  le  cas 
échéant. 
  Les livrables à fournir sont au nombre de quatre :  

Rapport  de  démarrage  (présentant  la  méthodologie  de  la  formulation :  les  phases, 
ressources, organisation, etc..) 

Rapport  de  diagnostic  institutionnel :  revue  documentaire,  compte  rendu  des 
entretiens,  cartographie  des  acteurs,  analyse  institutionnelle  et  juridique,  enjeux  et 
atouts actuels du système de l’état civil. 

Rapport  de  formulation  intermédiaire :  acquis  du  PAMEC  (si  l’évaluation  finale  est 
suffisamment  avancée),  cadre  logique  et  premiers  indicateurs,  phasage  du 
programme, dispositif de suivi/évaluation. 

Rapport  de  formulation  final :  prise  en  compte  des  remarques  et  amendements, 
cadre logique finalisé, programmation et budgétisation des actions. 
 
2.1.3  Mise à jour et généralisation de la cartographie de l’état civil 
 
Dans  le  cadre  du  PAMEC,  le  CNEC  a  supervisé  en  2014  la  réalisation  d’une  étude 
diagnostique portant sur l’ensemble des centres du pays (689 centres dans les 14 régions). 
 
  Une  application  de  gestion  a  été créée  pour  collecter  les  données de  terrain. 
Tous les centres identifiés ont été enquêtés, si bien que l’enquête est exhaustive (au  mois 
d’août 2014). En revanche, la mise en ligne des résultats de l’étude n’a pas été réalisée.  
L’ANSD était identifiée dans une perspective d’actualisation des données issues de l’étude 
diagnostique. 
Cette étude dresse un état des lieux de l’ensemble des centres depuis leur création jusqu’en 
l’année 2014, avec un accent particulier sur les besoins de formation des personnels d’état 
civil et les besoins d’archivage et de restauration des registres.  
Page 15 sur 38 
 

 
Dans  un  premier  temps,  et  dans  une  perspective  d’actualisation,  des  vérifications  sont  à 
réaliser  sur  la  durabilité  de  cette  application  (hébergement  et  sauvegarde  des  données, 
maintenance et assistance aux utilisateurs), ainsi que sur son appropriation par le CNEC.  
Ce  diagnostic  sera  partagé  avec  les  parties  prenantes  et,  en  fonction  des  constats,  une 
méthodologie sera précisée pour mettre à jour et généraliser la cartographie. 
En tout état de cause, la solution de cartographie qui sera proposée permettra de : 

disposer d’un outil de localisation de l’ensemble des bureaux d’état civil ; 

disposer d’un outil informatique permettant d’obtenir des informations exhaustives sur 
les infrastructures, ressources matérielles et équipements des centres d’état civil  afin 
de planifier les investissements futurs ; 

disposer  d’un  outil  informatique  permettant  l’identification  des  ressources  humaines 
et  de  leurs  caractéristiques  afin  de  s’assurer  d’une  meilleure  adéquation  entre 
personnels affectés et besoins de service ; 

disposer  des  informations  générales  sur  la  population,  les  infrastructures  existantes 
(électrification, écoles, centres sanitaires, etc.), les équipements routiers, les localités 
rurales, etc. afin de pouvoir mesurer l’accessibilité des bureaux d’état civil.  
 
Il  convient  de  noter  que  le  résultat  de  la  cartographie  sera  essentiel  à  des  fins  de 
poursuite/consolidation  de  l’informatisation  des  centres  d’état  civil.  En  effet,  en  l’absence 
temporaire  du  rapport  d’évaluation  finale  du  PAMEC,  il  n’est  pas  possible  d’affirmer  avec 
certitude que les 80 centres (sur les 200 visés) que le PAMEC dit avoir informatisés le sont 
toujours,  que  l’application  d’administration  de  l’état  civil  est  toujours  fonctionnel e,  que  le 
personnel  formé  est  toujours  en  activité…  Toutes  ces  questions  demeureront  en  suspens 
tant  que  les  données  n’auront  pas  été  collectées  centre  par  centre  sur  le  terrain.  Ce 
diagnostic  détaillé  permettra  dans  un  second  temps  de  planifier  la  nature  et  l’étendue  des 
opérations d’informatisation restantes, en termes d’équipement informatique, de formation… 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2.1.3.1  Activités préparatoires à la cartographie 
 
  Elaboration des outils de collecte 
Les  informations  à  collecter  sont  regroupées  en  différents  modules,  dont  notamment  les 
suivants : 
Page 16 sur 38 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Formation des contrôleurs et des agents enquêteurs 
La formation sera essentiellement axée sur la manipulation des tablettes qui seront utilisées 
par le personnel de terrain (contrôleurs et agents enquêteurs). Une première formation sera 
organisée  à  Dakar  à  l’intention  des  contrôleurs  régionaux  de  l’opération  de  collecte 
 
 
 
 
 A leur 
tour, les contrôleurs dispenseront des formations aux agents recenseurs qui seront recrutés 
localement. 
2.1.3.2  La collecte des données 
Le recensement des 689 centres d’état civil disséminés sur l’ensemble du territoire national 
sera réalisé afin de disposer d’informations fiables et actualisées.  
Pour  les  centres  d’état  civil  du  réseau  diplomatique  et  consulaire  (48  ambassades 
bilatérales,  9  consulats),  le  mode  de  collecte  sera  agréé  avec  le  Ministère  des  Affaires 
Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur (MAESE). Des descentes auprès d’ambassades 
européennes  importantes  (France,  Belgique,  Espagne,  Italie,  par  exemple),  pourront  être 
organisées. Il pourra s’agir d’un questionnaire accessible par internet à partir d’un identifiant 
transmis au poste diplomatique ou consulaire et/ou qu’un questionnaire sous forme papier. 
 
 
En outre, le MGTDAT, sur la base d’un plan prévisionnel de déploiement sur le terrain, et le 
MAESE préviendront à l’avance (sous la forme d’un communiqué par exemple) les autorités 
administratives et municipales concernées du passage des enquêteurs. 
Pendant la collecte de terrain, les agents enquêteurs accompliront les tâches principales ci-
après : 
Page 17 sur 38 
 

 

Administrer le questionnaire au préposé du service d’état civil (entretien et saisie des 
réponses dans la tablette) ; 

S’assurer de l’enregistrement complet des données dans la tablette ; 

Enregistrer les coordonnées géographiques du centre d’état civil à l’aide du GPS ; 

Photographier le bâtiment du centre d’état civil (aspects intérieurs et extérieurs) ; 

Signaler  auprès  du  contrôleur  toute  éventuelle  anomalie  constatée  lors  de  la 
manipulation de la tablette ; 

Transmettre au serveur du niveau central (par internet) les données enregistrées sur 
la tablette. 
Pour leur part, les contrôleurs assumeront les tâches suivantes : 

Présenter les agents enquêteurs auprès des autorités et des préposés aux services 
de l’état civil ; 

Initier les agents enquêteurs aux interviews avec les préposés des services de l’état 
civil ; 

S’assurer de la bonne utilisation des tablettes par les agents enquêteurs ; 

Résoudre des problèmes techniques ou pratiques éventuellement rencontrés par les 
agents enquêteurs. 
 
2.1.3.3  Traitement et analyse des données 
L’analyse a pour objectif de faire un état des lieux de l’offre du système d’enregistrement des 
faits d’état civil et statistiques vitales. Dans la mesure où la collecte des données se fera à 
l’aide  des  tablettes,  le  traitement  et  l’analyse  des  données  pourront  commencer 
immédiatement à la fin de la collecte des données sur le terrain. Ceci dit, les opérations de 
contrôle d’exhaustif et de cohérence des informations recueillies sur les centres d’état civil se 
feront  progressivement  pendant  la  collecte  des  données  sur  le  terrain.  Ainsi,  si  un  ou 
plusieurs  fichier/questionnaire  apparaît  incohérent,  il  sera possible  d’avertir  le  contrôleur  de 
la  zone  concernée  pour  qu’il  organise  rapidement  une  nouvelle  visite  du  ou  des  centres 
concernés. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Page 18 sur 38 
 

 

  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2.1.3.4  La gestion informatisée des données (développement informatique) 
Sur  la  base  du  constat  partagé  avec  les  parties  prenantes  établi  préalablement  au 
démarrage  des  opérations  d’actualisation  de  la  cartographie,  il  sera  développé  une 
application  permettant  à  un  utilisateur  de  visualiser  facilement  et  de  localiser  de  façon 
compréhensible  les  différents  centres  d’état  civil  du  Sénégal  et  d’en  visualiser  les 
caractéristiques. 
 
 
 
 
   
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
2.1.3.5  Organisation d’un atelier de restitution de la cartographie 
A l’issue du travail, une fois celui-ci validé, un atelier sera organisé afin de communiquer les 
principaux  résultats  de  la  cartographie  et  de  présenter  l’application  de  gestion.  L’ensemble 
des parties prenantes y seront invités, ainsi que des journalistes afin de donner une visibilité 
à l’événement. 
Page 19 sur 38 
 

 
2.1.3.6  Rédaction d’un manuel d’utilisation du logiciel et formation des agents du CNEC 
Un  manuel  d’utilisation  du  logiciel  sera  rédigé,  et  15  personnes  du  CNEC  sont  formées  à 
l’utilisation du logiciel (12 personnes) et à son administration (3 personnes). 
Trois experts seront en charge de cette activité :  

Le Chef d’équipe 

L’expert superviseur d’opérations de collecte des données 

L’informaticien spécialiste en système de gestion de bases de données (SGBD) 
 
  Les livrables à fournir sont au nombre de trois :  

Note  de  démarrage  (présentant  la  méthodologie,  le  protocole  de  terrain, 
l’identification du prestataire pour la réalisation du terrain, élaboration du cahier des 
charges pour la solution informatique de gestion des données de cartographie..) 

Rapport  de  terrain  (Indicateurs  d’exhaustivité,  problèmes  rencontrés  et  solutions 
apportées ; Manuel de terrain ; Plan de déploiement ; Planification des opérations de 
terrain) 

Rapport final, comprenant :  
o  La base de données de la cartographie 
o  Le calcul des indicateurs clés 
o  L’analyse statistique des résultats 
o  La production de cartes 
o  L’installation de l’application informatique de la cartographie 
o  Le manuel et le rapport de formation des agents du CNEC 
2.1.4  Trois études informatiques préalables 
 
Trois  études  sont  à  réaliser  en  vue  de  la  poursuite  et  du  renforcement  du  système 
d’information  du  système  de  l’état  civil  et  de  la  consolidation  d’un  fichier  national  d’identité 
biométrique.  Elles  se  fonderont  naturellement  sur  les  travaux  du  PAMEC  et  sur  les 
propositions formulées dans le cadre de l’évaluation finale du PAMEC. 
Dans l’attente de ces dernières, il est utile de signaler les résultats du PAMEC présentés par 
l’ancienne directrice du CNEC, lors de l’atelier du 12 octobre 2017 : 

Une étude sur l’informatisation du système d’état civil (rapport de conception, document 
de conduite du changement) fut réalisée par un bureau d’études (juin 2017).  
En l’état actuel, l’étude conduite consiste essentiellement à l’expression fonctionnelle du 
besoin, et à une description de la solution cible. En revanche, l’étude ne présente pas de 
budget  nécessaire  au  déploiement  et  au  fonctionnement  du  projet,  les  structures  de 
gouvernance  du  projet,  le  cahier  des  charges  des  sites  à  informatiser…  Plusieurs 
éléments importants restent donc à définir. 

En matière de rapprochement des données d’état civil des données du fichier de la carte 
nationale  d’identité,  une  étude  fut  conduite  et  un  rapport  final  validé.  Son  champ 
d’application fut cependant limité aux centres d’état civil de Guédiawaye et de Rufisque. 
Avec cet échantillonnage, il fut noté parfois des différences entre le fichier de l’état civil et 
celui de la CNI. 
Page 20 sur 38 
 

 

un  accord  cadre  de  partenariat  entre  la  Direction  de  l’Automatisation    du  Fichier  et  le 
CNEC fut signé en 2016, avec la mise en place d’une  plate forme d’indexation des actes 
numérisés. Dans le cadre du PAMEC, 15 469 602 actes provenant de 213 7077 registres 
et  de  400  centres  furent  numérisés.  Le  PAMEC  estime  le  reste  à  numériser  à  environ 
7 500 000 actes d’état civil. 
Une  fraction  de  ces  actes  numérisés  a  été  indexée :  966 000  actes,  et  36  bases  de 
données  constituées  –  ayant  vocation  à  converger  vers  une  base  unique  d’assise 
nationale.  

En matière d’informatisation des 200 centres pilote avec le logiciel HERA, 80 centres 
ont  été  informatisés  et  397  officiers  et  agents  formés  à  l’utilisation  du  logiciel.  Les 
perspectives  futures  signalées  sont  l’informatisation  de  507  centres  restants  au 
niveau  national  et  des  centres  du  réseau  diplomatique  et  consulaire  au  niveau 
extranational.  

En  matière  de  sécurisation  des  registres  dans  les  200  centres  pilote,  26  bases  de 
données  des  centres  informatisées  ont  été  récupérées  et  versées  dans  un  serveur 
central.  Une  multiplicité  d’applications  et  de  difficultés  rencontrées  pour  récupérer 
certaines bases de données furent alors indiquées.  

En matière de production de statistiques, un accord cadre de partenariat entre l’ANSD 
et le CNEC fut signé en 2016. Les résultats sur les faits d’état civil enregistrés au niveau 
des centres d’état civil furent partagés au niveau de deux communes (Tambacounda et 
Medina Gounass). 

Enfin,  en  matière  de  radiation  des  personnes  décédées  du  fichier  électoral,  55  000 
personnes décédées furent radiées du fichier électoral.  
 
2.1.4.1  Mise à jour du schéma directeur informatique 
L’étude visera à auditer les scénarii envisagés pour la mise en place du système informatisé, 
à  procéder  à  une  évaluation  des  coûts  globaux  et  à  étudier  l’interopérabilité  du  fichier  de 
l’état civil avec les autres administrations. 
Une attention particulière devra être portée sur la prise en compte des postes diplomatiques 
et consulaires dans le schéma d’organisation proposé afin de s’assurer qu’il n’existe aucun 
frein à l’enregistrement des sénégalais de l’étranger au fichier central de l’état civil.  
En complément de l’étude réalisée en juin 2017, le schéma directeur informatique proposé 
devra comprendre : 

Un volet sur la gouvernance du projet d’informatisation 
La gouvernance d’un projet d’informatisation implique en général un grand nombre d’entités 
et  de  sites :  communes,  un  centre  national  chargé  de  l’état  civil  avec  le  cas  échéant  des 
démembrements  territoriaux,  une  agence  nationale  chargée  des  projets  informatiques 
publics,  plusieurs  départements  ministériels,  et  plusieurs  acteurs  technologiques.  Cette 
configuration  d’acteurs,  dotés  chacun  d’attributions  précises,  doit  être  définie  dès  le 
démarrage  du  processus  d’informatisation.  Ultérieurement,  plusieurs  comités  doivent  être 
définis : comité de pilotage, comités opérationnels, cellule de gestion, etc. 

Un volet sur le cahier des charges des sites à informatiser 
Page 21 sur 38 
 

 
Pour  le  site  central,  une  organisation  technique  cible  (ensemble  de  départements)  sera 
définie en précisant les responsabilités et le rôle et la composition de chaque département. 
Les aménagements des locaux dédiés au centre informatique national couvrent en premier 
lieu la « salle machines » abritant les composants critiques de la configuration technique et  
pour  laquelle  des  systèmes  appropriés  de  climatisation,  d’alimentation  électrique  continue, 
de  détection  d’incendie, d’archivage de  support de  données,  d’accès  contrôlé,  etc. devront 
être  décrits.  Ces  aménagements  couvrent  également  les  réseaux  (local  et  distant)  de 
communication qui devra être mis en œuvre pour relier les centres d’état civil au site central. 
Le cahier des charges d’équipement du site central en serveurs, postes de travail, logiciels 
de base, dispositifs de communication, etc. sera également élaboré. Pour les autres types de 
site : un cahier des charges d’aménagement et d’équipement moins sophistiqué sera élaboré 
par type de site : centre d’état civil national / extranational ; y seront décrit le réseau local, les 
serveurs  et  postes  de  travail,  les  dispositifs  de sécurisation  et  de  communication. Pour  ces 
études les données volumétriques sur l’activité des centres d’état civil  sont déterminantes. 

Un volet sur la sécurité des réseaux 
Ce volet s’attache particulièrement au réseau distant permettant d’interconnecter de manière 
sécurisée  les  sites  d’état  civil  choisis  et  de  définir  les  modes  de  sécurisation  des  données 
échangées. Le niveau d’utilisation d’internet y sera précisé, en prenant en compte les projets 
de développement des infrastructures nationales. 

Un budget et un chronogramme précis 
En fonction des différentes étapes du processus d’informatisation (déploiement de la solution 
informatique  et  des  équipements  dans  les  centres  d’état  civil,  besoins  en  formation, 
maintenance  et  assistance…),  un  chiffrage  précis  indiquera  les  ressources  financières  à 
mobiliser pendant le projet et au-delà, sur financement national. 
Trois experts seront en charge de cette activité :  

Le Chef d’équipe 

L’expert informaticien SGBD 

L’informaticien spécialiste réseaux et sécurité 
 
  Un livrable est à fournir :  

Rapport sur le système d’information de l’état civil  
 
2.1.4.2  Etude de faisabilité pour la création du fichier central et national biométrique 
 
En  examinant  en  particulier  le  travail  mené  entre  la  DAF  et  le  CNEC  dans  le  cadre  du 
PAMEC et au-delà, ainsi que le corpus législatif et règlementaire pertinent, l’étude formulera 
une  analyse  des  initiatives  passées  et  actuelles  de  constitution  de  fichiers  biométriques 
(carte nationale d’identité, passeport, visa, élections). L’étude devra également proposer des 
solutions pour qu’un fichier national biométrique puisse être mise en place (par exemple par 
la  réalisation  d’un  recensement  administratif  à  vocation  d’état  civil),  et  ce  dans  le  cadre 
national de conduite des projets informatiques publics.  
Deux experts seront en charge de cette activité :  
Page 22 sur 38 
 

 

Le Chef d’équipe 

L’informaticien spécialiste des données biométriques  
 
  Un livrable est à fournir :  

Rapport  de  l’étude  de  faisabilité  pour  la  création  d’un  fichier  central  de  l’état  civil 
biométrique, contenant :  
o  Une analyse de l’existant 
o  Une analyse des interconnexions entre les fichiers biométriques existants 
o  Une proposition de solutions pour la création du fichier central biométrique 
 
 
 
2.1.4.3  Etude sur la protection des données personnelles 
 
Une  étude  sur  la  protection  des  données  personnelles  en  vue  de  garantir  l’effectivité  du 
fichier  central  de  l’état  civil  sera  réalisée.  Elle  visera  à  assurer  la  protection  des  données 
personnelles recueillies dans le cadre de la création du fichier central de l’état civil à travers 
un régime juridique conforme aux standards internationaux. L’étude devra aussi s’assurer de 
la conformité des dispositions des textes juridiques nationaux proposés dans le cadre de la 
réforme du cadre législatif de l’état civil aux normes internationales et régionales en matière 
de protection des données personnelles.  
Un  groupe  de  travail  spécifique  sera  constitué  avec  les  parties  prenantes.  Ce  groupe 
examinera les travaux de l’expert et les textes proposés. 
A cet égard, une Charte relative à la protection des données à caractère personnel et à la vie 
privée  définissant  les  droits  et  obligations  des  parties  prenantes  en  vue  d’instaurer  un 
traitement uniforme des données personnelles sera élaborée. Pour ce faire, l’ensemble des 
textes  nationaux,  régionaux  et  internationaux  en  vigueur  ou  en  préparation  relatif  à  la 
protection des données à caractère personnel sera examiné. Cette chartre sera validée par 
les  autorités  sénégalaises  et  définira  le  cadre  de  gestion,  d’accès,  et  de  transmission 
d’informations à caractère personnelle.  
A l’issue de ce travail, un atelier spécifique de restitution sera organisé. Il est essentiel que la 
démarche  adoptée  soit  participative  et  engage  les  autorités  sénégalaises  en  charge  de  la 
protection des données personnelles et état civil. 
Deux experts seront en charge de cette activité :  

Le Chef d’équipe 

Le juriste spécialiste de la protection des données personnelles 
 
  Un livrable est à fournir :  

Rapport relatif à la protection des données à caractère personnel et au fichier central 
de l’état civil, contenant :  
o  Une analyse des textes nationaux, régionaux et internationaux existants 
Page 23 sur 38 
 

 
o  Les  travaux  d’un  groupe  de  travail  « protection  des  données  personnelles  et 
état civil » 
o  Une proposition de Charte relative à la protection des données personnelles 
lors de la gestion d’une base de données de l’état civil et de solutions pour la 
création du fichier central biométrique. 
 
 
3. STRUCTURE D’APPUI 
3.1.1  Expertise principale 
En  ce  qui  concerne  l’expertise  principale,  l’équipe  constituée  pour  ce  projet  présente  des 
compétences  et  des  qualifications  complémentaires.  L’expert  chef  d’équipe  sera  chargé 
d’assurer  une  coordination  optimale  avec  l’expertise  complémentaire  mise  en  place  par 
Enabel.   
 
 
Expert 1 (senior) : Chef d’équipe, état civil général : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
Page 24 sur 38 
 

 
 
Expert  2  (senior) :  Informaticien  expert  en  système  de  gestion  de  bases  de  données 
(SGBD) : 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Expert  3 (junior)  :  Expert  superviseur  d’opérations  de  collecte  de  données : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Expert 4 (senior) : Informaticien expert en sécurité des réseaux : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Page 25 sur 38 
 

 
Expert  5 (senior) :  Informaticien  disposant  d’une  expérience  dans  l’audit  des  fichiers 
biométriques : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Expert  6 (senior)  :  Juriste  spécialisé  dans  la  protection  des  données  personnelles : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3.1.2  Autres ressources 
 
3.1.2.1  Expertise non principale 
 
Au  titre  de  l’appui  à  l’expert  informaticien  SGBD,  mobilisé  à  la  fois  sur  l’opération  de 
cartographie  (définition  avec  le  client  des  fonctionnalités  à  développer)  et  sur  la  rédaction 
d’un  schéma  directeur  informatique,  un  informaticien  développeur  sera  recruté  afin  de 
Page 26 sur 38 
 

 
développer  de  façon  continuelle  l’application  de  gestion  (si  nécessaire),  rédiger  le  manuel 
d’utilisation, et former les utilisateurs et les administrateurs du CNEC. 
 
3.1.2.2  Personnel d’appui 
 
Dans le cadre de la mise à jour de la cartographie, plusieurs catégories de personnels seront 
recrutées : 

  
 
 
 
  
 
 
 
 
3.2  PRÉSENTATION GLOBALE DE NOTRE ÉQUIPE D’APPUI 
L’appui  qui  sera  fourni  est  crucial  pour  la  bonne  mise  en  œuvre  du  projet.  Notre  approche  en 
termes de backstopping est basée sur un schéma organisationnel clair avec des responsabilités 
précises pour chaque membre de l’équipe, permettant ainsi une gestion simple, cohérente et 
efficace du projet.  
Le tableau ci-dessous dresse un panorama des personnes et des services qui seront fournis 
par le consortium dans le cadre du backstopping. 
 
Poste 
Nom 
Expérience 
Tâches 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3.3  L’APPUI ADMINISTRATIF ET LOGISTIQUE  
Page 27 sur 38 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3.4  ASSURANCE QUALITÉ ET CAPITALISATION DU SAVOIR 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Page 28 sur 38 
 

 
  
 
 
 
 
 
 
4. PRESENTATION DE CIVIPOL 
4.1.1  Présentation générale 
Fondée  en  2001  à  l’initiative  du  Ministère  français  de  l’Intérieur,  CIVI.POL Conseil  est  une 
société  de  conseil  et  de  service  spécialisée  dans  la  réalisation  et  la  conduite  de  projets 
d’assistance  technique  et  de  coopération  dans  les  domaines  des  affaires  intérieures  et  du 
renforcement institutionnel. 
CIVI.POL  Conseil  propose  ses  compétences  dans  le  cadre  des  missions  d’assistance 
technique  financées  par  la  Commission  Européenne,  la  Banque  Mondiale  ou  les  Nations 
Unies  au  bénéfice  de  pays  tiers.  Dans  ce  domaine,  CIVI.POL  Conseil  dispose  d’une 
expérience conséquente dans la mobilisation et le management d’experts et a démontré son 
expertise  technique  en  matière  de  développement  et  de  modernisation  des  services,  dans 
l’appui  institutionnel  à  différents  ministères  ou  institutions  dans  les  pays  du  Sud,  dans  le 
renforcement  des  capacités  des  administrations  déconcentrées,  d’observation  des  flux  de 
transport, de développement local et régional, de formations spécifiques, etc. 
CIVI.POL  Conseil  accompagne  les  administrations  bénéficiaires  de  l’aide  extérieure  dans 
leur processus de réforme et de renforcement capacitaire. A cette fin, les experts proposés 
par CIVI.POL Conseil fournissent les services suivants :  
  Identification des besoins en matière de formations ; 
  Formations de formateurs / formations ;  
  Elaboration et consolidation de programmes de formations ; 
  Audit organisationnel et institutionnel ; 
  Enquête de terrain pour dresser un inventaire exhaustif ; 
  Evaluation des besoins ; 
  Elaboration de plans d’action, soumis à l’approbation des comités de pilotage ; 
  Elaboration de recommandations. 
CIVI.POL  Conseil  aide  également  à  la  création  de  centres  de  formation  nouveaux :  elle 
apporte  un  conseil  dans  la  définition  de  projets  pédagogiques  ou  des  besoins 
d’infrastructures,  dans  le  choix  des  équipements  et  des  plateaux  techniques.  Une  aide  au 
démarrage  du  centre  par  la  mise  en  place  de  formations  de  formateurs  permet  d’optimiser 
l’ensemble du processus.  
CIVI.POL  Conseil  assure  des  missions  d’assistance  technique  dans  le  cadre  d’appels 
d’offres internationaux, les Etats ou les bailleurs de fonds (Commission Européenne, Banque 
Mondiale etc.), financent des études visant à moderniser et à faire évoluer les dispositifs de 
Page 29 sur 38 
 



 
fonctionnement  interne,  et  la  mise  en 
place  d'une  application  informatique 
de gestion des données 
Etude  diagnostic  sur  l’Etat  civil  du 
Cameroun 
et 
faisabilité 
d’un 
 
programme 
d’actions 
prioritaires 
 
 
 
2006 
-  Description 

Etablissement 
d'in 
 
 
 
2008 
diagnostic  du  système  camerounais 
 
 
d'état civil par des enquêtes de terrain, 
 
la proposition de pistes de réformes, la 
 
conception d'un plan d'action 
Elaboration 
du 
schéma 
directeur 
informatique  de  l’état  civil  de  Côte 
d’Ivoire 
Description : Elaboration d’un schéma 
 
directeur 
informatique 
pour 
la 
Modernisation  de  l’état  civil  en  Côte 
 
2010 
d’Ivoire, dév
 
 
 
eloppé en cohérence avec 
l’accord 
interministériel 
sur 
le 
 
programme de Modernisation de l’état 
 
civil  et  qui  sert  comme  document  de 
discussions  quant  à  la  stratégie  en 
matière d’informatisation de l’état civil 
Réalisation  d’une  étude  sur  la 
cartographie  de  l’état  civil,  la  mise  en 
place  d’une  base  de  données  et  le 
renforcement 
des 
capacités 
du 
personnel 
Description  :  L’objectif  était  de 
 
2016 
produire une cartographie du système 
 
 
d’état  civil  nigérien,  d'élaborer  une 
 
application  informatique  de  gestion 
d’une base de données sur l’état civil, 
de  mettre  en  place  la  base  de 
données  et  de  former  le  personnel  à 
son utilisation 
Formulation d’un appui à l’état civil 
Description : Le projet comprenait une 
analyse de la situation actuelle dans le 
 
secteur,  l'analyse  des  problèmes 
 
 
2011 
présentée 
dans 
la 
Fiche 
 
 
 
d’Identification  de  projet,  et  la 
 
 
production des documents de bases à 
 
utiliser  pour  la  formulation  d'une 
intervention sur financement CE 
Etude 
de 
faisabilité 
et 
projet 
d’informatisation  du  système  d’état 
civil du Niger 
Description  :  Analyser  l’existant  et 
 
2014 
 
 
élaborer une situation de référence en 
 
matière  de  gestion  de  l’état  civil,  la 
carte  d’identité  nationale  et  le  fichier 
électoral au Niger 
Formulation  du  projet  d’appui  à  la 
réforme  de  l’état  civil  du  Niger  (10 
millions  d’euros  dans  le  cadre  du 
 
 
2015 
XIème FED) 
 
 
 
Description  :  Rédaction  du  document 
 
d'action  pour  la  conduite  d'un  projet 
d'appui  à  la  réforme  de  l'état  civil  du 
Page 31 sur 38 
 

 
Niger  (organisation  d'une  mission  de 
formulation, rédaction du rapport et du 
document final) 
 
 
 
 
 
 
 
 
Page 32 sur 38 
 











 
directeur informatique 
informaticien SGBD, 
livrés 
groupe de travail sur la 
Rapport relatif 
informaticien spécialisé sur 
dans les 
protection des données 

Elaboration  d’une  étude  de 
au schéma 
les données biométriques, 
délais 
personnelles. 
faisabilité  pour  la  création 
directeur 
informaticien sécurité et 
du fichier central et national 
informatique  
réseaux, juriste spécialisé en 
biométrique 
protection des données 
Rapport de 

Etude  sur  la  protection  des 
personnelles 
l’étude de 
données personnelles   
-   Participation des 
faisabilité  
représentants publics 
Rapport de 
concernés au groupe de 
l’étude sur la 
travail sur la protection des 
protection des 
données personnelles 
données 
personnelles 
 
Page 38 sur 38