Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.


COMMISSION EUROPÉENNE 
Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement 
 
Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre 
les  causes  profondes  de  la  migration  irrégulière  et  du  phénomène  des  personnes  déplacées  en 
 
Afrique 
 
 
CONCLUSIONS DU TROISIÈME COMITÉ OPÉRATIONNEL 
BRUXELLES, 13 JUIN 2016 
 
PRÉSIDENTE de la réunion 
Mme Carla MONTESI, Directrice DEVCO E, Coordination du développement - Afrique occidentale 
et centrale, Commission européenne (CE)  
PARTICIPANTS à la réunion 
Union européenne: DEVCO (Unités E1, E2), HOME, SEAE (Division Afrique, Représentant spécial 
de l'Union européenne pour le Sahel)  
Etats contributeurs:  
  Votants: BE, DE, DK, ES, FR, IT, NL, SE, UK, LU, NO, CH 
  Non-votants: MT, PL, PT  
 
Etats bénéficiaires: BF, CM, GM, ML, MR, NE, SN, TD 
Organisations régionales: CEDEAO 
RÉSULTAT des discussions   
Le  Comité  opérationnel  a  adopté  6  nouveaux  programmes  dans  le  cadre  du  Fonds  fiduciaire 
d’urgence de l’Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de 
la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique, pour un montant total de 
EUR 146 000 000.  
1.  Une programme d'Appui à la Gestion Intégrée des Frontières au Burkina Faso (PAGIF-BF), 
pour un montant de EUR 25 000 000; 
 
2.  Un Programme d'Appui au Renforcement de la Sécurité dans les régions de Mopti et de Gao et 
à la gestion des zones frontalières au Mali (PARSEC) pour un montant de EUR 29 000 000; 
 
3.  Un programme d'appui à la justice, sécurité et gestion des frontières au Niger pour un montant 
de EUR 30 000 000; 
 
4.  Un  programme  régional,  Groupes  d’Action  Rapides  –  Surveillance  et  Intervention  au  Sahel 
(GAR-SI SAHEL),  pour un montant de EUR 41 600 000; 
 
5.  Un projet de soutien à l’insertion socio-professionnelle des jeunes en situation de vulnérabilité 
pour le Tchad, pour un montant de EUR 10 300 000; 

 

 
6.  Un premier programme pour la Gambie, The Gambia Youth Empowerment Scheme, pour un 
montant de EUR 11 000 000.  
1. 
PREMIÈRE SESSION (9H45 – 12H45)  
Le  Comité  Opérationnel  a  adopté  l'ordre  du  jour  ainsi  que  les  conclusions  du  précédent  comité 
opérationnel (18 avril 2016) sans modifications.  
1.1. 
Présentation du cadre opérationnel et de l'approche CAD  
Roland Sourd, administrateur du Fonds pour la fenêtre Sahel/Lac Tchad, est intervenu pour présenter 
le cadre opérationnel pour la fenêtre Sahel et Lac Tchad, document prévu dans la stratégie générale du 
Fonds  fiduciaire  qui  vient  préciser  les  objectifs  poursuivis  pour  la  fenêtre  Sahel  et  présente  les 
priorités par pays dans des annexes détaillées.  
La Présidente a précisé qu'il s'agissait d'un document vivant qui continuera à s'affiner, notamment avec 
l'aide  des  délégations,  des  Etats  membres  et  partenaires.  La  DG  HOME  a  confirmé  que  le  cadre 
opérationnel correspond bien aux engagements pris à La Valette ainsi qu'à la nouvelle communication 
sur la migration1 et a incité les Etats membres à faire des commentaires par écrit.  
Présenté par Bertrand Delubac, chargé de programme "monitoring et évaluation" au sein de l'équipe du 
Fonds fiduciaire, l'approche "Collect, Analyse and Disseminate (CAD), Evidence-based Identification, 
Monitoring and Evaluation
" repose sur quatre composants fondamentaux: l'utilisation des ressources 
et  des  données  préexistantes,  le  respect  de  la  transparence  maximale  et  l'utilisation  de  plateformes 
ouvertes (ie. Open data), le traitement de l'information en temps réel et la réaction à l'analyse.  
Les différents partenaires sont invités à soumettre leurs commentaires pour qu'ils puissent être intégrés 
à  la  note  d'information.  La  facilité  de  recherche,  actuellement  en  cours  de  formulation,  sera 
prochainement soumise au comité opérationnel pour accord.  
1.2. Discussion – questions et réponses  
La présentation du Cadre opérationnel ainsi que l'approche CAD ont été accueillis favorablement par 
le Comité opérationnel.   
Quelques remarques ont néanmoins été formulées par les partenaires présents: 
NL:  inclure  davantage  d'éléments  dans  les  fiches  d'action  comme  l'impact  des  migrations  et  la 
justification  de  l'utilisation  de  fonds  via  le  Fonds  fiduciaire.  La  CE  a  indiqué  en  retour  que  leur 
template pouvait être modifié afin d'y inclure les justifications demandées.  
NL, FR, ML, TD, DK, UK, BE ont demandé à être régulièrement informés de la mise en œuvre des 
différents  programmes.  La  CE  a  mentionné  l'existence  d'un  tableau  sur  le  site  Internet  relatif  à  la 
contractualisation et s'est engagée à informer régulièrement le Comité.  
FR,  TD,  DK,  NL,  UK,  BE  ont  félicité  l'approche  CAD  et  demandé  plus  d'informations  quant  au 
monitoring et à la facilité de recherche, à propos de son utilisation et aux premières données qu'elle a 
                                                           
1 Communication from the Commission to the European Parliament, the European Council, the Council and the European 
Investment  Bank    on  establishing  a  new  Partnership  Framework  with  third  countries  under  the  European  Agenda  on 
Migration 
 

 

permis  de  collecter.  NL  et  TD  ont  suggéré  d'associer  des  mécanismes  de  monitoring  local.  La  CE a 
encouragé  les  participants  à  adresser  leurs  commentaires  par  écrit  et  a  annoncé  la  soumission  de  la 
facilité de recherche au courant du mois de juillet.  
Sur le processus, la participation des Etats Africains doit être intensifiée, le besoin d'une coordination 
locale étant très important. La CE a assuré que l'ensemble des projets soumis viennent des délégations, 
en consultation avec les Etats. La coordination étant un élément indispensable, elle sera renforcée. 
UK: la transition démographique ne devrait pas figurer comme une priorité dans ce Fonds fiduciaire. 
Selon la CE, le titre est ambitieux mais l'objectif est bien de mettre en place des actions sur le planning 
familial car il y a un vrai besoin en la matière, notamment dans les zones périphériques où l'Etat est 
trop peu présent.  
CEDEAO: absence de projets sur le thème du fondamentalisme religieux. La CE a indiqué que tables 
rondes et réunions sur le sujet étaient les bienvenues. 
Pour  conclure  cette  première  session,  Carla  Montesi  a  précisé    que  l'équipe  du  Fonds  fiduciaire 
présenterait  des  projets  davantage  multi-pays  dans  le  courant  de  l'automne,  avec  notamment  une 
initiative transversale sur la jeunesse, et des programmes de gestion des migrations, Etat civil, retour et 
réintégration.  L'ensemble des pays seront progressivement couverts par des projets ainsi que les pays 
voisins de la région, qui seront eux aussi impliqués et bénéficieront des différents projets adoptés.  
2. 
DEUXIÈME SESSION (14H15 – 18H15)  
2.1. 
Approbation des actions 
2.1.1 Burkina Faso 

Programme d'Appui à la Gestion Intégrée des Frontières au Burkina Faso (PAGIF-BF), 
EUR 25 000 000 (T05-EUTF-SAH-BF-03)  

Décision du Comité Opérationnel: action approuvée 
Résumé 
Ce  premier  programme,  qui  a  d'abord  été  conçu  entre  la  Délégation  de  l'UE  sur  place  et  l'Etat 
burkinabé, privilégie une approche sectorielle car il vise à appuyer la stratégie nationale de gestion des 
frontières et sa déclinaison opérationnelle, le Programme d’Appui à la Gestion Intégrée des Frontières 
(PAGIF).  Ainsi,  il  s'articule  autour  de  4  objectifs  spécifiques:  i)  renforcer  le  cadre  institutionnel  et 
juridique du BF pour une gestion efficace des frontières; ii) renforcer le maillage et l’interopérabilité 
des acteurs impliqués dans la sécurisation des frontières au Burkina Faso en coordination avec les pays 
limitrophes; iii) améliorer la présence de l’Etat dans les espaces frontaliers à travers la construction et 
la  gestion  de  l’infrastructure  transfrontalière  et  l’expansion  des  services  de  développement 
socioéconomique  et  de  gestion  humanitaire  des  crises;  iv)  améliorer  la  gestion,  la  coordination  et  le 
suivi du programme PAGIF en renforçant les capacités des structures de mise en œuvre. 
Commentaires  
BF s'est dit satisfait de ce projet, qui sera un appui considérable à la politique nationale de gestion des 
frontières.  Les autres  participants  ont  eux  aussi  globalement  reconnu  la nécessité  et  la pertinence  de 
cette action.  

 

DK, UK, NK, SE ont souligné l'importance du respect des droits de l'Homme, la nécessité d'impliquer 
la  société  civile,  surtout  en  matière  de  contrôle,  ainsi  que  les  communautés  transfrontalières.  Ils  ont 
demandé à ce que les différentes actions "sécurité" indiquent clairement leur engagement au principe 
du  "do  no  harm"  et  qu'une  analyse  du  conflit  soit  menée  en  profondeur  et  au  préalable.  La  CE  a 
confirmé qu'elle souscrivait au principe du "do no harm" et qu'une analyse plus détaillée serait menée 
en  ce  sens  pour  toutes  les  actions  "sécurité",  y  compris  avec  la  mobilisation  d'un  appui  technique 
externe.  La  CE  souscrit  aussi  pleinement  à  l'implication  plus  étroite  de  la  société  civile.  Suite  à  des 
questions  sur  la  dacabilité  des  actions  "sécurité",  la  CE  a  rappelé  qu'il  s'agit  d'actions  en  appui  aux 
forces  de  sécurité intérieure  ayant  un  mandat à  caractère  civil  et  que  les  bases légales  des  différents 
instruments  financiers  qui  contribuent  au  Fonds  fiduciaire  seront  respectées.  Enfin,  la  CE  a  rappelé 
qu'elle  assurera  un  pilotage  ferme  de  ces  action  tant  sur  le  terrain  qu'au  siège  et  que  leur  phasage 
(diagnostic/planification et ensuite mise en œuvre) permettra une analyse détaillée de la situation sur le 
terrain et la définition d'actions ciblées sur les besoins locaux. 
2.1.2 Mali 

Programme d'Appui au Renforcement de la Sécurité dans les régions de Mopti et de Gao 
et  à  la  gestion  des  zones  frontalières  (PARSEC  Mopti-Gao),  EUR  29  000  000  (T05-
EUTF-SAH-ML-06)  

Décision du Comité Opérationnel: action approuvée 
Résumé 
Le  PARSEC  est  un  projet  d'appui  à  la  sécurité  et  à  la  gestion  des  zones  transfrontalières,  né  du 
dialogue entre l'UE, à travers sa Délégation, le gouvernement malien et les missions PSDC (EUTM et 
EUCAP)  qui  ont  activement  contribué  à  l'analyse  des  besoins  et  à  la  définition  d'actions 
complémentaires  de  leur  mandat  .  Les  Etats  membres  ont  eux  aussi  été  associés  à  toutes  les  étapes, 
notamment lors du développement de la fiche d'action.  
Commentaires  
ML  s'est  montré  favorable  à  ce  projet  qu'il  a  qualifié  d'important  pour  le  pays.    Mopti  et  Gao  sont 
quotidiennement harcelées, d'où la nécessité d'un tel programme de renforcement de la sécurité dont la 
plus-value réside aussi dans son approche globale. ML également ajouté qu'une dimension multi-pays 
existe, car le ML a une frontière commune avec le BF et le NE, ce qui leur bénéficiera. NL, SE, FR, 
DK,  DE,  BE  ont  eux  aussi  noté  l'importance  de  ce  projet  PARSEC,  soulignant  à  maintes  reprises 
l'aspect  très  positif  de  la  coordination  entre  tous  les  partenaires  qui  a  permis  de  mettre  ce  projet  en 
place.  
2.1.3 Niger 

Contrat  relatif  à  la  Reconstruction  de  l'Etat  au  Niger  en  complément  du  SBC  II  en 
préparation / Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger, EUR 
30 000 000 (T05-EUTF-SAH-NE-06) 

Décision du Comité Opérationnel: action approuvée 
Résumé 

 

Le  projet  AJUSEN  apporte  un  appui  à  la  justice  et  la  sécurité  pour  lutter  contre  la  criminalité 
organisée,  les  trafics  illicites  et  la  traite  des  êtres  humains  au  NE.  Le  pays  est  confronté  à  plusieurs 
menaces,  liées  en  partie  aux  nombreuses  attaques  de  Boko  Haram,  et  à  un  nombre  important  de 
migrants  qui  transitent  par  ce  territoire  en  direction  de  la  Libye.  Ce  projet  vise  donc  à  renforcer  les 
capacités de l'Etat nigérien en matière de sécurité, justice et  gestion de la migration, et à accroitre sa 
capacité financière pour atteindre ses objectifs de politiques à court terme. Il permettra aussi d'offrir un 
appui aux forces de sécurité civiles.  
Commentaires  
Selon le NE ce projet est adapté aux défis auxquels le pays doit faire face, étant un axe incontournable 
de transit des migrants vers l'Europe avec quelques 14,000 migrants par semaine que l'Etat n'arrive pas 
à  contrôler,  d'où  la  nécessité  de  ce  programme  d'appui.    La  majorité  des  autres  participants  ont  eux 
aussi apporté leur soutien au projet.  
NL, UK, SE ont mis en question la pertinence du Fonds fiduciaire pour fournir un appui budgétaire. 
En réponse à un commentaire de SE selon lequel le PIN Niger comprend déjà une partie de cet appui 
budgétaire ce qui pourrait entraîner un risque de doublon, la CE a indiqué qu'elle s'était bien assurée de 
la complémentarité et qu'il n'y avait pas de double financement entre différents indicateurs. Toutes les 
modalités de mise en œuvre sont possibles au sein du Fonds fiduciaire, ce qui est une de ses forces car 
il  peut  avoir  recours  à  la  modalité  la  plus  pertinente.  La  combinaison  appui  budgétaire-appui 
complémentaire (approche projet) semble être l'approche la plus pertinente pour ce pays. Selon TD et 
ML la situation exceptionnelle à laquelle le NE fait face mérite cet appui budgétaire. 
2.1.4 Multi-pays  

Groupes  d’Action  Rapides  –  Surveillance  et  Intervention  au  Sahel  (GAR-SI  SAHEL),  
EUR 41 600 000 (T05-EUTF-SAH-REG-04)  

Décision du Comité Opérationnel: action approuvée 
Résumé 
Ce projet multi-pays a pour objectif de renforcer les capacités opérationnelles des autorités nationales 
pour permettre un contrôle effectif du territoire et une meilleure gestion des frontières dans les pays du 
G5 Sahel et le Sénégal. Un tel projet faisait partie des demandes formulées de la réunion ministérielle 
"Sécurité et Défense" du G5 Sahel, organisée à Ndjamena en mars dernier.   Il a été conçu pour créer 
une unité GAR-SI dans ces six pays, placée au sein de la gendarmerie nationale des pays bénéficiaires.  
Commentaires  
Les  représentants  du  G5  Sahel,  du  SN  et  de  la  CEDEAO  ont  apporté  leur  soutien  à  ce  projet,  dont 
l'aspect multi-pays est très important car il permet de rationaliser les ressources pour faire face à des 
défis communs. SN a aussi fait valoir que les différentes menaces dans la région étant transnationales, 
il  est  pertinent  que  plusieurs  pays  soient  ciblés.  Les  autres  participants  ont  globalement  soutenu  le 
projet en reconnaissant le réel besoin de formation des forces locales pour faire face à l'insécurité dans 
la  région,  mais  plusieurs  d'entre  eux  ont  fait  part  de  leur  inquiétude  quant  au  caractère  sensible  du 
projet qui demande un suivi et un monitoring très approfondis ainsi qu'une communication régulière 
au Comité opérationnel tout au long de la mise en œuvre. 

 

En réponse aux diverses préoccupations de DE, UK, BE, DK, SE, NL, la CE a précisé qu'un phasage 
était déjà contenu dans le projet (phase de diagnostic et de planification, qui inclura aussi une analyse 
détaillée  du  conflit  et  du  principe  du  "do  no  harm", suivie  d'une  phase  de  mise en  œuvre)  et  qu'une 
approche  spécifique  par  pays  était  prévue.  Les  conclusions  de  la  phase  de  diagnostic  pourront  être 
diffusées aux membres du Comité opérationnel afin de faciliter le suivi de cette action. La CE est bien 
consciente  des  risques  potentiels  liés  à  ce  projet,  d'où  le  pilotage  fort  qui  sera  assuré.  En  ce  qui 
concerne la question de la dacabilité, les activités du projet seront financées en respectant les règles du 
fonctionnement  des  différents  instruments  financiers  de  l'UE  qui  contribuent  au  Fonds  fiduciaire. 
Enfin, la complémentarité avec les autres actions est claire et la coordination avec les missions PSDC 
sera assurée au fur et à mesure.  
2.1.5 Tchad 

Projet de soutien à l’insertion socio-professionnelle des jeunes tchadiens en situation de 
vulnérabilité, EUR 10 300 000 (T05-EUTF-SAH-TD-03) 

Décision du Comité Opérationnel: action approuvée 
Résumé 
Ce  projet  vise  à  apporter  un  soutien  socioéconomique  des  jeunes  tchadiens  en  situation  de 
vulnérabilité par une meilleure formation professionnelle déployée sur tout le territoire. En contribuant 
à  améliorer  les  compétences  professionnelles  des  jeunes,  la  finalité  du  projet  est  d'accroître  leur 
insertion  économique,  en  privilégiant  le  lien  formation-insertion-emploi  et  en  se  focalisant  sur  les 
filières porteuses.  
Commentaires  
TD s'est dit satisfait de ce projet sur la jeunesse qui touche à la formation professionnelle, une priorité 
actuelle  du  gouvernement  qui  essaie  de  développer  ce  secteur  pour  accroître  les  capacités  en 
ressources humaines et répondre ainsi au besoin d'emploi dans le pays. Il a de surcroît demandé si une 
extension du projet vers les zones rurales était possible (demande à analyser avec l'AFD, en tant que 
partenaire de mise en œuvre). BE et SE ont également apporté leur soutien au projet. BE a trouvé la 
page avec les marqueurs issus du cadre de résultats du Fonds fiduciaire très utile.  
2.1.6 Gambie  

The Gambia Youth Empowerment Scheme, EUR 11 000 000 (T05-EUTF-SAH-GM01)  
Décision du Comité Opérationnel: action approuvée 
Résumé 
Le  projet  vise  à  renforcer  la  formation  professionnelle  des  jeunes,  les  accompagner  dans  la  création 
d'entreprises (micro et PME) via des formations techniques. Il s'agit du premier projet présenté pour la 
Gambie. 
Commentaires  
GM  a  salué  ce  projet,  qui  selon  elle  couvre  bien  les  objectifs  de  développement  de  la  Gambie.  La 
condition des jeunes dans le pays est particulièrement préoccupante à cause de facteurs exogènes qui 
ont eu des incidences très négatives pour le pays, d'où la nécessité de leur offrir des opportunités. La 

 

représentante  gambienne  a  ajouté  qu'il  fallait  peut-être  davantage  cibler  la  notion  de  genre  dans  ce 
projet, pour que les femmes aussi trouvent un emploi afin d'éviter qu'elles soient des cibles des réseaux 
criminels. La Gambie  étant un pays de transit pour les migrations, créer des emplois dans ces zones 
cibles  devrait  donc  permettre  de  réduire  les  volumes  de  migrants  et  garder  les  jeunes  dans  leurs 
communautés. NL et SE ont eux aussi mis en avant leur soutien au projet. NL a souligné la situation 
politique  difficile  du  pays  qu'il  faudra  prendre  en  compte  pour  que  le  partenariat  fonctionne 
pleinement.  
Selon le SEAE, la Gambie est le 5è pays le plus important en termes d'entrées irrégulières en Afrique 
subsaharienne,  il  y  a  encore  des  causes  profondes  qui  poussent  les  populations  à  chercher  des 
opportunités  ailleurs  car il n'y  a  pas suffisamment  d'opportunités  sur place, d'où  la  nécessité  d'un  tel 
projet qui facilitera aussi un dialogue ouvert avec les autorités de Gambie.  
2.2. 
Prochaines étapes  
Le  prochain  Comité  opérationnel  aura  lieu  à  l'automne.  Carla  Montesi  a  précisé  que  suite  à  la 
Communication de la Commission européenne sur un nouveau cadre de partenariat avec les pays tiers 
au titre de l'Agenda européen sur la migration qui propose, entre autres, d'allouer davantage de fonds 
au Fonds fiduciaire, une "pause stratégique" est souhaitable pour la Fenêtre Sahel/Lac Tchad comme 
c'est  déjà  le  cas  pour  la  Fenêtre  Corne  de  l'Afrique.  La  pause  permettra  aussi  d'avancer  sur  la 
contractualisation des actions déjà approuvées.  
Il y a néanmoins déjà un pipeline de projets qui ont fait l'objet d'un dialogue avec les pays concernés, 
dont des projets multi-pays. Il y aura en particulier un projet sur la gestion des migrations, un projet 
sur l'état civil puis un programme cadre en faveur de la jeunesse. Tout ceci est en cours de réflexion et 
pourrait être présenté à l'automne lors du prochain Comité opérationnel. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Liste des participants – Comité opérationnel / 13 juin 2016 
BE 

Florent Deschuy Tener 
Belgium 
Carole Demol 
S. Sy 
BF 
Burkina Faso 

Rosine Nebie/Guissou 
CM 

Josué Noel Bidoung 
Cameroon 
Joseph Etoundi Ayissi 
TD 

Ousmane Matar Breme 
Chad 
Beadrone Tombalbaye Ngarbaye 
DK 
Denmark 

Kirstine Vangkilde Berner 
FR 

Florent Cheval 
Marc Giacomini 
France 
Marie-Christine Jaunet 
Nicolas Mora 
DE 
Germany  

U. Wolff 
GM 

Ambassador T.M. Jaiteh 
Gambia 
First Secretary 
IT 

Giuseppe Battaglia 
Italy 
Michela Carboniero 
LU 
Luxembourg 

Alex Victor Jean Diederich 
ML 

Cheick Oumar Coulibaly 
Mali 
M. Cisse 
MT 
Malta  

Robert Micallef 
MR 
Mauritania 

Fatimetou Edou 
NL 

Jurrien Norder 
Netherlands 
Manon Albert 
NE 

Ousmane Alhassane 
Niger 
Souleymane Issakou 
NO 
Norway 

Morten Høglund 
PL 
Poland 

Aneta Kedziora 
PT 
Portugal 

Joaquim Neves 
SN 

Amadou Diop 
Senegal  
Paul Benoit Sarr 
ES 

Ignacio Cartagena 
Cecilia Castillo 
Gabriel Cremades Ventura 
Jesus Foez 
Spain 
Francisco Espinosa Navas 
Diego Nuño García 
Cristina Perez Gutierrez 
Luis Tejada Chacón 
SE 
Sweden 

H. Rasbrant 
CH 

Fanny Charmey 
Switzerland 
Milica Meili Bourlon 
UK 

Paul Williams 
United Kingdom 
Susan Bassett 
 
CEDEAO 

 
TOTAL: 46 participants 
 

 

 
Liste des participants – Comité opérationnel / 13 juin 2016 
EEAS/Commission 
 
DEVCO E 
MONTESI Carla 
DEVCO E2 
VERSE Didier 
DEVCO E2 
ADRIAEN Charlotte 
DEVCO E2 
SOURD Roland 
DEVCO E2 
LEBOUC Jérôme 
DEVCO E2 
DELUBAC Bertrand 
DEVCO E2 
DI BIASIO Elena 
DEVCO E2 
DE LORENZO Cristina 
DEVCO E2 
ROISIN Anne-Christine 
DEVCO E2 
MIRANDA Valérie 
DEVCO E2 
VELUD Sarah 
DEVCO E2 
ALEXANDER Claire 
DEVCO E2 
MOLLICA Enrico 
RSUE Sahel 
LOSADA Angel 
RSUE 
BERGEON Sébastien 
RSUE 
MERKS Elke 
EEAS 
EDINGER Kristian 
HOME 
DOELLE Patrick  
ECHO 
DE BROUWER Jean-Louis 
ECHO 
PEREYRA Petra