Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.


EUROPEAN COMMISSION 
Directorate General for International Cooperation and Development (DEVCO)  
EU Emergency Trust Fund for stability and addressing root causes of irregular migration and displaced 
  persons in Africa 
Chair of the Operational Committee of the Sahel and Lake Chad Window  
 
 
CONCLUSIONS  
OPERATIONAL COMMITTEE - SAHEL & LAKE CHAD WINDOW 
19 NOVEMBER 2018  
 
Chair: Hans STAUSBOLL, Director (acting) EU-AU relations, West and East Africa, 
European Commission (EC)  

14h30  –  18h30  Centre  de  Conférences  Albert  Borschette,  36,  rue  Froissart-1049  Bruxelles, 
Room 2A. 

1. 
WELCOME AND ADOPTION OF THE AGENDA 
The Chair presents the Agenda highlighting the points to be discussed. The Agenda is adopted 
with no additional comments of the Members.  
The Chair presents the organisation changes in DEVCO affecting the structure of the EUTF 
for  Africa  windows.  As  of  November  1st,  the  Sahel  and  Lake  Chad  and  the  Horn  of  Africa 
windows are part of the same directorate (DEVCO DIR.D). The Chair expresses its gratitude 
for the work done by Roland SOURD, TF Manager of the Sahel and Lake Chad window until 
November 15th. Jean-Marc DEWERPE, deputy TF of the Sahel and Lake Chad window will 
now be acting TF Manager.  
 
2. 
GENERAL PRESENTATION  
a)  Current state of play of our resources 
The  Commission  presents  the  state  of  play  of  financial  resources  as  of  1st  November  2018 
(table  below).  As  the  end  of  the  year  approaches,  priority  will  be  given  to  speeding-up 
contractual procedures with a view to allowing a quick start of planned projects. This should 
enable a significant improvement of TF internal statistics and Key Performance Indicators.   
 
It  is  noted  for  the  purpose  of  these  minutes  that  any  additional  contribution  to  a  particular 
programme presented for approval in this Operational Committee will be taken into account 
and  the  necessary  information  will  be  shared  with  the  Members  through  an  official 
communication on this issue.  
 
Total amount allocated 
1983 M€ 

 

Number of decisions approved by SLC 
86  
 
 
Total amount committed    
1 549 M€* 
 
Number of contracts signed      
143 
 
Total amount contracted  
1091 M€* 
 
Funds available (before Operational Committee) 
434 M€ 
 
 
Pipeline 7th Operational Committee 
166.6** M€ 
 
Balance after Opcom 
 
268 M€ 
 
 
Amounts are rounded off.  
*Including cross-window projects.  
** SLC amount - does not include the Horn's contribution to TCF 
 
 
b)  Conclusions of the 5th Strategic Board Meeting (21/09/2018) 
There is broad consensus that the six priority criteria discussed during the 4th Board meeting 
in April remain valid. They inspired the development of the pipeline of projects approved at 
the end of May as well the current package of projects that we are discussing today. 
  Return and reintegration 
  Refugees management (Comprehensive Refugee response Framework) 
  Completing progress on the securitisation of documents and civil registry 
  Anti-trafficking measures 
  Essential stabilisation efforts in the Sahel/Lake Chad and the Horn of Africa 
  Migration dialogues 
In this line, the indicative pipeline presented at 5th Board meeting in September remains valid.  
c)  Audit and Evaluation 
The report of the performance audit carried out by the European Court of Auditors (ECA) will 
be made available to the public on the December 5th.  
Regarding the EUTF for Africa mid-term evaluation, the work of the evaluators is planned to 
start  in  January  2019  and  to  complete  the  various  evaluation  phases  throughout  2019.  The 
publication of the evaluation would take place at the beginning of 2020. 
 
3. 
PRESENTATION BY THE AFD ON THEIR ACTIONS IN THE FRAMEWORK OF THE EUTF  
Presentation  by  Rima  Le  Coguic  (AFD)  on  the  Agency’s  projects  implemented  under  the 
EUTF. The complete presentation will be shared with all the Members.   
The Chair insists on the AFD’s lessons learned (need for quick impact, targeted, flexible and 
evidence-based  interventions)  while  highlighting  in  particular  the  need  for  more  flexible 
procedures.  In  this  line,  the  political  endorsement  from  the  ECA  to  further  use  flexible 
procedures is recalled. A close follow-up together with MS on this matter should be ensured.  
 

 

4. 
PRESENTATION BY THE CENTRE FOR THE DEMOCRATIC CONTROL OF ARMED FORCES 
(DCAF) 

Presentation  by  Antoine  Hanin  advisor  in  the  security  sector  reform  of  the  ISSAT 
(International Security Sector Advisory Team) on the methodological tool developed for the 
analysis of the  governance, domestic security, justice and defence sectors.  This research has 
been financed by the Research and Evidence Facility for the Sahel and Lake Chad and North 
of Africa windows under the contract “Analyse sectorielle dans les domaines de la sécurité et 
de la justice dans le cadre du EUTF for Africa”. 
 
The complete presentation is available at: https://prezi.com/xtptcq9nhys8/com-op-ffu-analyse-
sj-sahel/?utm_campaign=share&utm_medium=copy 
 
Regarding  questions  raised  by  GN  and  ML  on  the  degree  of  collaboration  of  the  local 
authorities in these areas closely linked to the national sovereignty, DCAF highlights the fact 
that most of the Sahel and Lake Chad countries are members of the DCAF Board. DCAF has 
more than 20 years of experience in this field and thus an important network as well as well-
established relations with the authorities, EU Delegations and Embassies.  
 
5. 
ADOPTION  OF  THE  CONCLUSIONS  FROM  THE  OPERATIONAL  COMMITTEE  OF  29  MAY 
2018 

The Operational Committee adopts the Conclusions from the Operational Committee of 29th 
May 2018 with no additional comments of the Members.  
 
6. 
APPROVAL OF ACTIONS 
DG HOME makes  a  general  intervention  describing  the political  context  and  expressing  its 
views on the different Actions.  
DG  HOME  maintains  that  Africa  and  Europe  share  a  common  future  and  many  challenges 
lying ahead need to be addressed together. Regarding migration policy, DG HOME insists on 
the importance of enhancing legal pathways for students, researchers and entrepreneurs  as it 
will be mutually beneficial for Africa and the EU. Cooperation on return and reintegration of 
returnees are also crucial areas for work according to DG HOME. DG HOME recalls that the 
Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration as well as the Global Compact on 
Refugees are a historic opportunity to move towards a more sustainable governance of human 
mobility. Thus, DG HOME maintains that it is crucial to pursue our common engagement and 
reflect the latter in the next meetings such as the Marrakesh Conference on 10-11 December.  
In  this  context,  DG  HOME  emphasizes  the  role  of  the  EU  Trust  Fund  for  Africa.  With  a 
current  budget  of  over  €4  billion,  the  EUTF  has  delivered  to  make  migratory  movements 
safer,  to  address  any  negative  effects  of  irregular  migration  and  forced  displacement  for 
countries of origin, transit and destination in Africa – as well as for migrants themselves and 
to  use  opportunities  provided  by  migration  and  mobility.  The  EUTF  has  also  significantly 
scaled  up  the  EU’s  engagement  with  refugee-hosting  countries  across  the  continent  and 
supported an active involvement of the African diaspora, not only in terms of remittances but 
also as actors of change. 

 

DG  HOME  expresses  its  firm  conviction  that  human  mobility  can  only  be  addressed 
effectively with global solutions based on solidarity and shared responsibility.  
On  the  current  proposals  submitted  for  approval  by  the  Operational  Committee  DG  HOME 
fully supports the action fiches to which it has contributed.  
DG HOME underlines Niger’s role in the Evacuation Transit Mechanism (ETM) allowing the 
evacuation  of  vulnerable  refugees  from  Libya.  As  a  demonstration  of  effective  partnership 
and  shared  responsibility,  ETM  has  allowed  the  resettlement  of  827  persons  to  Germany, 
Belgium, Finland, France, the Netherlands, Sweden, and Switzerland. 
More  globally,  Niger  constitutes  a  key  cooperation  partner  for  the  EU,  in  particular  in 
preventing and fighting human trafficking and smuggling. DG HOME expresses its support to 
the Joint Investigation Teams (JIT) and extending the initiative to other African partners. 
The  recent  increase  in  the  irregular  crossing  in  the  Atlantic  should  lead,  according  to  DG 
HOME, to duly take into account the request from Senegal and the Gambia to be included in 
the operation HERA coordinated by  FRONTEX.  However, DG HOME recalls that progress 
on returns and readmission is needed in order to address migration in an encompassing way. 
DG HOME welcomes the first programme adopted for Ivory Coast that shall built a milestone 
in a key important issue of setting up a civil registry. The Ivory Coast government approved 
on  October  17  the  Standard  Operating  Procedures  on  identification  procedures  and 
readmission,  described  by  DG  HOME  as  ‘an  important  milestone  of  our  cooperation’.  A 
technical mission to Ivory Coast by DG HOME is planned in December.  
While  highlighting  Mauritania’s  role  in  the  framework  of  G5  Sahel,  DG  HOME  expresses 
support  for  the  programme  T05-EUTF-SAH-MR-08  which  should  help  in  reinforcing  the 
security, resilience and development nexus.  
At the regional level, the programmes presented gain support from DG HOME, who insists on 
the  crucial  role  of  the  G5  Sahel,  youth,  and  regional  programmes  in  promoting  legal 
pathways.  
DG  HOME  concludes  by  referring  to  the  positive  outcome  of  the  latest  Valletta  Senior 
Official  meeting  during  which  there  has  been  a  unanimity  in  the  approval  of  the  joint 
conclusions with an overall positive atmosphere.  
 
6.1 NIGER  
  Stabilisation  et  renforcement  socio-économique  des  populations  affectées  par  la 
migration irrégulière dans les zones de transit au Niger, 7 600 000 EUR (T05-EUTF-
SAH-NE-12) 

Summary/Résumé1 :  Conformément  aux  conclusions  du  Conseil  de  l'Union  européenne  de 
juin  et  aux  orientations  stratégiques  du  Conseil  d'administration,  le  Fonds  fiduciaire 
continuera  de  soutenir  la  coopération  de  l'UE  avec  les  pays  d'origine  et  de  transit  et 
                                                 
1 The summary and comments of the Actions are provided in FR. 

 

accompagnera  les  dialogues  en  cours  sur  les  migrations  avec  les  pays  partenaires,  en 
particulier avec le Niger. 
Compte tenu du développement de nouvelles routes et de l'afflux de migrants des pays voisins 
aux frontières avec l'Algérie, la Libye et le Nigeria, des mesures supplémentaires seront mises 
en œuvre pour renforcer la gestion de la migration et la gouvernance au Niger et prévenir la 
migration irrégulière. 
Sur  base  des  besoins  identifiés  et  de  l'évaluation  du  programme  PAIERA  existant,  l'action 
proposée  complétera,  dans  des  zones  ciblées,  l'approche  FFUE  existante  mise  en  œuvre 
jusqu'ici au Niger : 
(1)  en  proposant  une  extension  du  PAIERA:  C’est-à-dire  soutenir  davantage  les  alternatives 
économiques auprès des 687 acteurs qui vivaient auparavant du le trafic et activités illégales 
autour de la migration.  
(2)  en  soutenant  la  stabilisation  communautaire:  C’est-à-dire  un  accès  aux  services  de  base 
prioritaires et des opportunités économiques aux communautés de transit et de retour, tout en 
favorisant  la  cohésion  communautaire  dans  les  régions  d'Agadez,  y  compris  le  long  de  la 
frontière algérienne, et de Zinder.  
(3) en soutenant les autorités en charge de l'assistance fournie aux refoulés nigériens le long 
de la frontière algérienne. 
Sur  base  de  l'expérience  et  expertise  dans  le  cadre  du  programme  PAIERA  et  IcSP,  des 
conventions de subvention seront signées avec la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix 
(HACP) et les ONGs Karkara et Garkua, en charge de mettre en place le programme. 
Une assistance technique sera également contractée, tel que déjà mise en place dans le cadre 
du PAIERA pour soutenir le programme. 
 
Comments/Commentaires :  BE  a  informé  le  Comité  Opérationnel  de  la  décision  de  la 
Belgique d’allouer une contribution additionnelle de 2M€ pour la fenêtre Sahel. BE a souligné 
qu’elle reste pleinement engagée dans la mise en œuvre du FFU avec nos partenaires africains 
;  la  Belgique  l’a  soutenu  dès  le  départ  avec  une  contribution  globale  de  10M€.  Cette 
contribution  complémentaire traduit la volonté de BE de continuer à soutenir les  efforts des 
Etats de cette région pour stabiliser et sécuriser le Sahel. 
BE souligne l’appui au plan d’action national à impact économique rapide et apprécie le focus 
de  l’Action  sur  les  personnes  les  plus  vulnérables  tels  que  les  jeunes,  les  adolescents 
déscolarisés et les femmes. Enfin, pour toutes les interventions en Aide budgétaire à l’agenda 
de ce Comité Opérationnel, BE suggère pour chacune de ces interventions : 
-  Une  attention  à  accorder  à  l’identification  d’indicateurs  spécifiques  aux  risques  de 
corruption  ainsi  qu’aux  sources  indépendantes  pour  la  mesure  des  progrès  réalisés 
avant décaissement des tranches.  
-  Un  suivi  et  une  évaluation  rapproché  des  activités  et  d’investir  dans  des  activités 
spécifiques visant à renforcer la redevabilité  
-  Une  attention  particulière  à  la  qualité  du  dialogue  politique  de  ces  interventions 
(Inclusif et représentatif). 
 

 

FR  maintien  que  cette  Action  constitue  un  signal  politique  important.  Pour  FR,  même  si  le 
flux dans la route méditerranée centrale est descendu de 80%, cela ne peut pas impliquer une 
diminution du soutien au Niger. Le soutien aux communautés affectés par les flux migratoires 
demeure crucial.   
IT souligne le travail fait par le Niger et le besoin de soutien continu au pays.  
The Action Stabilisation et renforcement socio-économique des populations affectées par la 
migration  irrégulière  dans  les  zones  de  transit  au  Niger
  (T05-EUTF-SAH-NE-12)  is 
approved.  

 
  Addendum 2 to Contrat relatif à la Reconstruction de l'Etat au Niger en complément 
du SBC II en préparation / Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières 
au Niger
, 10 000 000 EUR (T05-EUTF-SAH-NE-06)  
Summary/Résumé :  En  réponse  aux  efforts  importants  des  autorités  nigériennes  pour  lutter 
contre les trafics  dans  la zone d'Agadez, les trafiquants  ont  progressivement  contourné  cette 
zone pour développer leur activité autour de Zinder et de ses environs. La région de Zinder est 
depuis longtemps une zone d'échanges économiques entre le Niger et le Nigéria, mais aussi de 
trafics  associés  (drogue,  trafic  et  traite  d'êtres  humains,  via  notamment  des  réseaux  de 
prostitution  nigérians  à  destination  du  Maghreb  et  de  l'Europe).  Dans  ce  contexte,  afin  de 
mettre  fin  au  développement  de  ces  trafics,  le  ministre  de  l'Intérieur  nigérien  a  demandé  en 
décembre  2017  un  appui  à  l'Union  Européenne  pour  équiper  en  véhicules  et  moyens  de 
communication les trois  forces de sécurité intérieure (police,  gendarmerie, Garde Nationale) 
dans la région de Zinder. 
Répondre  favorablement  à  cette  demande  des  autorités  passe  par  un  ré-abondement  du 
programme  AJUSEN,  conclu  en  novembre  2016  avec  les  autorités  nigériennes,  et 
régulièrement  revu depuis.  Cette démarche facilite la  contractualisation et  surtout  permet de 
répondre  plus  rapidement  aux  besoins  exprimés  et  de  conserver  la  dynamique  de  dialogue 
politique amorcée il y a deux ans. 
L'appui  proposé  dépasse  le  chiffrage  initial  des  autorités  afin  de  rester  dans  les  ordres  de 
grandeur de l'appui budgétaire AJUSEN (70 M EUR à ce jour), et d'ouvrir des financements 
complémentaires en fonction de l'atteinte d'objectifs spécifiques d'intérêt commun. Cet appui 
complémentaire permet de conserver un levier dans le dialogue avec les autorités nigériennes 
sur les questions de sécurité, au-delà de la situation spécifique de Zinder. 
Il est envisagé à ce stade de proposer un décaissement par deux tranches variables en 2019 et 
2020, ce qui permet de prendre le temps nécessaire à la définition concertée des indicateurs. 
La  mission  EUCAP  et  les  Etats  membres  seront  associés  à  ce  travail  de  conception  pour 
s'assurer  de  la  cohérence  technique  des  indicateurs,  de  leur  effectivité  et  de  leur  impact  en 
termes de dialogue politique avec le gouvernement nigérien. 
Comments/Commentaires :  BE  n’a  pas  d’objection  à  cette  augmentation  budgétaire 
néanmoins,  bien  que  la  BE  peut  s’inscrire  dans  les  objectifs  politiques  poursuivis  par  ce 
soutien et considérant les risques inhérents à ce type d’aide, BE souhaite rappeler l’attention à 
accorder  à  l’identification  d’indicateurs  spécifiques  aux  risques  de  corruption,  sources 
indépendantes pour la mesure des progrès réalisés avant décaissement des tranches.  

 

Vu  la  modalité  d’aide  budgétaire,  il  s’agira  également  d’assurer  un  suivi  et  une  évaluation 
rapproché  des  activités  et  d’investir  dans  des  activités  spécifiques  visant  à  renforcer  la 
redevabilité de l’Etat du Niger. De même, BE souhaite que la plus grande attention soit aussi 
accordée à la qualité du dialogue politique. 
The second addendum to the Action Contrat relatif à la Reconstruction de l'Etat au Niger 
en complément du SBC II en préparation / Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des 
Frontières au Niger
 (T05-EUTF-SAH-NE-06) is approved. Budget support will continue 
to  be  based  on  a  clear  set  of  indicators  responding  to  the  donors’  concerns  and  that 
proactive monitoring of the action will continue to be ensured.  

 
6.2 MAURITANIA 
  L’UE  pour  le  nexus  sécurité-résilience-développement  en  Mauritanie,  25  000  000 
EUR (T05-EUTF-SAH-MR-08) 
The  Chair  presents  the  Action  while  announcing  its  submission  for  approval  by  written 
procedure. The importance of this  Action is  highlighted in  the context  of the next  G5 Sahel 
round  table  planned  for  December  6.  The  Chair  states  that  this  Action  is  100%  dacable.  A 
mission is envisaged in January-February 2019 closely involving MD and other donors in the 
field.  
Summary/Résumé: Les autorités mauritaniennes ont demandé un appui à l'UE pour faire face 
aux questions migratoires, tant au niveau de la que la prise en charge des migrants recueillis 
sur terre ou en mer. L 'action proposée est une réponse à cette demande, au moyen d'un appui 
budgétaire  de  type  général,  avec  des  appuis  complémentaires  en  matière  de  gestion  des 
finances  publiques,  de  sécurité  et  de  gestion  de  la  migration.  Globalement,  il  s’agira 
d’accroître  la  capacité  financière  du  gouvernement  à  mettre  en  œuvre  sa  nouvelle  Stratégie 
Nationale de Développement (SCAPP), maintenir la sécurité et gérer la migration irrégulière.  
Focus sur les appuis complémentaires:   
1) Gestion des Finances Publiques: extension du PAGEFIP  
Le  Programme  d'Appui  à  la  Gestion  des  Finances  Publiques,  mis  en  œuvre  par  Expertise 
France,  est  en  cours  depuis  Le  PAGEFIP  joue  un  rôle  important  dans  les  efforts  de 
modernisation  structurelle  en  cours,  symbolisés  par  la  promulgation  par  les  autorités  de  la 
LOLF (Loi Organique relative aux Lois de Finances) le 20 juillet 2018 et les réformes fiscales 
en  cours  notamment  sur  le  Code  général  des  impôts,  la  doctrine  administrative  fiscale,  la 
gestion de la performance et les procédures de contrôle et d’audit interne. L'UE poursuivra cet 
appui de long terme. 
2) Assistance dans le domaine de la stratégie de sécurité, en particulier la sécurité maritime 
Une  assistance  technique  sera  fournie  au  niveau  du  ministère  de  l'Intérieur  et  de  la 
Décentralisation  (MINDEC),  afin  d'accompagner  l'appui  budgétaire.  Cette  assistance 
technique  se  traduira  tout  d'abord  par  un  appui  dans  le  suivi  des  indicateurs  Sécurité  et 
Migration  de  l'appui  budgétaire,  mais  aussi  par  un  conseil  auprès  des  autorités  en  vue  de 
l'introduction  d'un  pilotage  moderne  de  la  sécurité,  se  traduisant  en  particulier  par  une  plus 
forte coordination des services, et un plus grand partage d'information. 

 

3) Appui dans le domaine de la protection des migrants et des droits humains  
Cet  appui  prendre  la  forme  d'un  appel  à  manifestation  d'intérêt  à  destination  des  ONG 
intervenant  dans  ce  domaine  et/ou  une  subvention  au  bénéfice  d'OIM  Mauritanie,  selon  les 
résultats  des  dialogues  avec  les  partenaires  sur  place.  L’action  aura  comme  objectifs  i) 
d’assurer l’assistance directe et la protection des migrants vulnérables en Mauritanie, dans le 
respect de leurs droits et ii) d’améliorer le traitement des migrants irréguliers par les acteurs 
institutionnels mauritaniens et l'échange de données migratoires. 
 
Comments/Commentaires :  NL  et  NO expriment  leur  hésitation  face  à  l’appui  budgétaire  en 
tant  que  modalité  de  mise  en  œuvre.  NL,  SE  et  NO  insistent  sur  l’importance  de  fixer  des 
indicateurs  claires,  spécifiques  et  mesurables  et  d’un  suivi  en  d’une  évaluation  stricte  et 
invitent la Commission à consulter les donateurs dans ces processus.  
NO informe qu’une nouvelle Ambassade couvrant plusieurs pays de la région est maintenant 
ouverte à Bamako et exprime son souhait d’être associer aux processus en lien avec le FFU. 
NL souligne l’importance d’assurer et de promouvoir le respect des droits de l’homme et, plus 
particulièrement  dans  le  cadre  de  cette  Action,  des  droits  de  l’homme  des  personnes 
migrantes.  
SE  souhaite  profiter  de  la  procédure  écrite  pour  clarifier  le  rôle  des  autorités  nationales  et 
maritimes  dans  la  composante  sécurité.  L'importance  de  la  surveillance  civile  des  forces  de 
sécurité doit aussi être reflétée dans la formulation des indicateurs. 
ES  partage  l’analyse  réalisée  par  la  Commission  et  met  l’accent  sur  l’importance  de  cette 
action  contribuant  à  la  mise  à  disposition  des  moyens  essentiels  pour  réduire  la  pression 
migratoire  sur  la  route  méditerranéenne  occidentale.  Cette  Action  assure  la  continuité  de  la 
coopération avec un partenaire important comme la Mauritanie.  
FR  insiste  sur  la  nécessité  de  ce  projet  afin  de  soutenir  la  Mauritanie  face  aux  défis  qu’elle 
rencontre  concernant  la  réorientation  des  flux  migratoires  vers  la  route  méditerranéenne 
occidentale. Sur l’appui complémentaire en sécurité maritime, FR insiste sur l’importance de 
veiller  à  que  l’opérateur  retenu  puisse  tenir  compte  les  aspects  liés  à  la  migration  et  à  la 
sécurité globale. 
MR  regrette  d’avoir  peu  bénéficié  jusqu’à  présent  du  FFU  pour  l’Afrique  malgré  la  qualité 
des  accomplissements  ces  dernières  années  en  matière  de  migration  irrégulier  et  de  lutte 
contre le terrorisme. MR qualifie ce programme d’une ‘bonne occasion pour le rattrapage’ en 
exprimant sa volonté de multiplier ses efforts pour lesquels des ressources additionnelles sont 
nécessaires. Concernant la modalité de mise en œuvre, MR rappel les appuis budgétaires déjà 
approuvés par le Comité Opérationnel SLC et maintien que cette modalité ne doit pas susciter 
de  méfiance.  En  lien  avec  les  commentaires  exprimés  par  certains  donateurs,  MR  adhère  à 
l’importance des indicateurs.  
Concernant le contexte migratoire actuel, MR rappel qu’afin de couvrir leur côte de 700 km 
face  aux  flux  croissantes  dans  la  route  Atlantique,  les  gardes  côtes  mauritaniens  ont  besoin 
d’appui additionnel pour permettre une réponse humaine directe aux migrants en détresse.  

 

This  Action  has  been  submitted  for  approval  by  written  procedure.  All  the  Members 
have been invited to send written comments on November 20th. The  written procedure 
was launched on November 23rd (end: 30/11/2018).  

 
6.3 SENEGAL 
  Partenariat Opérationnel Conjoint, 9 000 000 EUR (T05-EUTF-SAH-SN-10) 
Summary/Résumé :  Le  projet  de  Partenariat  Opérationnel  Conjoint  (POC)  témoigne  du 
caractère  approfondi  de  la  coopération  du  Sénégal  et  des  Etats  membres  de  l'UE,  associés 
dans la lutte contre l'immigration irrégulière, le trafic de migrants et la traite d'êtres humains.  
Les  activités  proposées  s’inscriront  dans  la  continuité  des  actions  entreprises  par  le 
gouvernement  sénégalais,  en  créant  des  synergies  entre  administrations  impliquées  dans  la 
lutte contre l'immigration irrégulière, le trafic de migrants et la traite. En particulier, le POC 
viendra  renforcer  la  DNLTM  (Division  Nationale  de  Lutte  contre  le  Trafic  de  Migrants,  au 
sein de la Police de l'Air et des Frontières, créée en janvier 2018) et appuyer son intégration 
dans le dispositif sécuritaire sénégalais au niveau interministériel, et, par extension, régional.  
Les activités du projet contribueront à :  
  Renforcer la coopération interministérielle autour des problématiques de lutte contre 
les  pratiques  associées  aux  migrations  irrégulières  (trafic  de  migrants,  traite, 
blanchiment d’argent, etc.); 
  Apporter un appui soutenu (sous forme de tutorats et de formations continues assurés 
par  des  experts  présents  quotidiennement)  auprès  des  services  sénégalais  impliqués 
dans la lutte contre le trafic de migrants et des pratiques illégales liées aux migrations 
irrégulières, en particulier la traite ; 
  Instaurer  des  procédures,  des  outils  statistiques,  juridiques,  administratifs  et  de 
transmission  d’informations  dans  les  services  impliqués  dans  la  lutte  contre  les 
pratiques associées aux migrations illégales ; 
  Appuyer la coopération régionale dans l’organisation d’actions conjointes contribuant 
à la lutte contre le trafic d’êtres humains 
 
Comments/Commentaires: NL insiste sur la coordination avec les projets similaires en cours 
d’exécution par UNODC, en particulier le projet PROMIS. 
BE soutien ce projet qui répond à la priorité de protection des migrants et dont l’objectif qui 
rentre  clairement  dans  le  cadre  des  6  domaines  prioritaires  identifiés  lors  du  Comité 
stratégique  d’avril  2018  pour  approuver  de  nouvelles  interventions.  Deux  suggestions  sont 
formulées : 
-  Améliorer  les  analyses  des  risques  élevés  et  moyens  ainsi  que  les  mesures  de 
mitigation de ceux-ci. 
-  Au  vu  des  risques  qualifiés  d’élevés  pointés  au  niveau  de  l’analyse  des  risques  et 
hypothèses,  une  formulation  qui  puisse  s’assurer  de  l’implication  de  tous  les 
partenaires  institutionnels  dans  les  secteurs  couverts  (Justice,  Police,  etc.)  pour 

 

garantir  la  plus  grande  appropriation  possible  ce  qui  peut  aider  à  mitiger  certains 
risques élevés.  
Sous réserve de prise en considération des suggestions formulées, BE marque son accord à la 
fiche d’action en faveur du Sénégal. 
FR met l’accent sur les bons résultats de la DNLTM tout en ayant des ressources limitées. FR 
rappel leur mise à disposition d’un expert technique international auprès de la DNLTM. Dans 
la lutte contre les phénomènes criminels, la FR considère le renforcement de la chaine pénale, 
la coopération interministérielle et le renseignent territorial comme étant des facteurs clé.  
UK souligne l’importance d’apporter une appui effective et coordonné dans la lutte contre les 
réseaux criminels.  
ECOWAS  rappel  les  efforts  du  Sénégal  et  souligne  la  complémentarité  de  ce  programme 
avec ce qui est déjà réalisé dans le cadre du FFU. ECOWAS souligne la coordination entre les 
services impliqués dans le processus et l’articulation avec la coopération (projet WAPIS). 
Dans  la  même  ligne,  SN  considère  que  ce  projet  inclusif  vient  compléter les  efforts  réalisés 
par  le  pays  dans  la  lutte  contre  les  réseaux  criminels  et  maintien  que  ce  projet  soutien  les 
différentes  instances  de  manière  innovante.  SN  souligne  la  complémentarité  de  cette  Action 
avec les projets en cours.  
The Action Partenariat Opérationnel Conjoint (T05-EUTF-SAH-SN-10) is approved.  
6.4 IVORY COAST 
  Contrat de réforme sectorielle / Appui à la réforme de l’état civil  en Côte d’Ivoire,   
30 000 000 EUR, (T05-EUTF-SAH-CI-01) 
Summary/Résumé : La République de Côte d’Ivoire s’est engagée en 2016 dans une réforme 
de  son  dispositif  d’identification  et  d’état  civil.  Cette  réforme  s’est  matérialisée  par 
l’élaboration d’un document de Stratégie nationale de l’état civil et de l’identification en Côte 
d’Ivoire, qui  vise à doter le pays, d’ici  2025, d’un fichier national  d’identité biométrique et 
d’un cadre de référence pour asseoir un système d’état civil fiable, sécurisé et statistiquement 
utile sur l’ensemble du territoire national.  
Aujourd’hui,  le  système  d’état  civil  n’est  pas  fiable.  Plusieurs  faiblesses  révèlent  l'état  des 
dysfonctionnements  du  système,  tant  en  matière  de  déclaration,  d’enregistrement  des  faits 
d’état  civil  et  de  délivrance  des  actes,  qu’en  matière  de  mise  à  jour,  de  conservation  et  de 
contrôle.  
Pour  contribuer  à  remédier  à  ces  lacunes,  il  est  proposé  de  structurer  le  programme  autour 
d'un  fort  appui  à  la  mise  en  œuvre  de  la  réforme  sectorielle  du  Gouvernement  et  de  se 
concentrer sur l’amélioration de : 
(i) 
L’offre et la demande de services d’état civil et  
(ii) 
La sécurisation du système d’état civil.  
La Commission souligne que la rédaction de la Fiche est le résultat d’un travail commun de 
l’AFD et Enabel qui, par la suite, a été adapté à la modalité d’appui budgétaire. La mission 
planifiée début 2019 permettra d’avancer dans la définition des indicateurs. Les EM et autres 
donateurs seront associés dans le processus.   
10 
 

 
Comments/Commentaires:  NL  reconnaît  l'importance  de  cette  action  tout  en  réitérant  ses 
hésitations  sur  l'appui  budgétaire  et,  en  particulier,  l'appui  budgétaire  général.  Le  besoin 
d’indicateurs claires, spécifiques et mesurables, et la coopération de donateurs pour la mise en 
place des freins et contrepoids sont des facteurs essentiels pour NL. NL souligne l’importance 
de la prise en compte des aspects très sensibles liés à la nationalité et les droits de vote en vue 
des prochaines élections. 
FR  qualifie  ce  programme  d’important  et  opportun  afin  d’améliorer  l’identification  des 
étrangers en situation irrégulière et faciliter la mobilité légale. Comme mentionné par NL, des 
indicateurs précis ainsi que le suivi de l’Action sont clé.  La FR exprime sa satisfaction de la 
mise  en  œuvre  de  l’assistance  technique  de  ce  programme  par  CIVIPOL  étant  donné 
l’expérience préalable de cette organisation dans la matière.   
ECOWAS rappel qu’il s’agit du premier programme national approuvé pour la Côte d’Ivoire 
dans le cadre du FFU et souligne sa pertinence à la lumière des priorités adoptés par le Comité 
stratégique.  Le  lien  entre  la  gestion  des  frontières  et  la  sécurisation  des  documents  et  la 
contribution  de  l’appui  budgétaire  au  renforcement  des  capacités  sont  aussi  des  aspects  de 
l’Action soulignés.  
BE  souligne  la  pertinence  et  le  caractère  primordial  de  cette  Action.  L’intérêt  de  ce  projet 
dépasse largement la question des migrations et s’attaque à différents problèmes de fonds qui 
handicapent  la  bonne  gouvernance  et  contribuent  donc  in  fine  à  la  migration  à  partir  de  la 
Côte d’Ivoire.  
S’agissant de la modalité d’aide budgétaire proposée, BE est d’avis que le recours à l’appui 
budgétaire offre la meilleure garantie de voir la CI s’engager sur le long terme dans la mise en 
ordre de son état civil.  
Concernant  le  niveau  des  risques,  l’agencement  institutionnel  de  l’intervention,  la 
coordination  avec  la  Banque  mondiale  et  l’opérateur  privé  du  PPP  nous  semblent 
insuffisamment expliquées au niveau de la Fiche d’action. BE formule un avis positif sur cette 
intervention mais demande néanmoins une réflexion plus poussée sur la mitigation des risques 
et souhaite que des précisions sur les indicateurs (quantitatifs comme les cartes ID produites 
mais surtout qualitatifs) puissent être retenus comme conditions préalables au déblocage des 
différentes  tranches  de  l’appui  budgétaire.  BE  recommande  également  d’assurer  un  suivi  et 
une évaluation rapprochée des activités. 
CI rappel que l’appui de l’UE à la reconstruction de l’Etat civil a été continu, même lors du 
recensement  électoral  de  2010.  CI  souligne  la  matérialisation  du  volet  de  registre  nationale 
des  personnes  physique  à  travers  un  PPP  et  affirme  qu’une  base  biométrique  nécessite  une 
bonne identification pour alimenter le registre. Cette Action serait essentielle afin de répondre 
aux besoins de la population mais aussi pour adresser les questions liées à la migration et à la 
sécurité.  Il  est  aussi  noté  que  la  population  africaine  étrangère  est  estimé  à  26%  de  la 
population totale.  
Concernant la modalité de mise en œuvre, il est rappelé que la CI a bénéficié en 2012, après 
en  avoir  été  privée  plus  de  10  ans,  d’un  SBC,  puis  un  contrat  de  réforme  sectoriel.  L’appui 
budgétaire  proposé  pour  approbation  est  considéré  comme  le  dernier  stade  de  ce  processus. 
Ainsi, CI insiste sur l’habitude des autorités ivoiriennes au dialogue politique dans ce cadre.  
11 
 

The  Action  Contrat  de  réforme  sectorielle  /  Appui  à  la  réforme  de  l’état  civil  en  Côte 
d’Ivoire 
(T05-EUTF-SAH-CI-01) is approved.  
  
6.5 REGIONAL ACTIONS  
  La voix des jeunes du Sahel - Dialogue entre jeunes et institutions au Sahel (phase II)
5 000 000 EUR, (T05-EUTF-SAH-REG-19) 
Summary/Résumé : Il s’agit de la 2ème phase du projet La voix de jeunes du Sahel qui a donné 
de bons résultats. Ce projet s’aligne avec la Stratégie du PIP, visant l’appui à l’intégration des 
organisations de jeunesse dans les processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques 
de développement en leur faveur. Le projet inclue des activités de soutien au G5 Sahel dans la 
finalisation  de  sa  Stratégie  Intégrée  de  la  Jeunesse  et  l’élaboration  et  suivi  de  son  Plan 
d’action.  
L’objectif  global  de  cette  Action  est  d’iintégrer  les  organisations  de  jeunesse  dans  les 
processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques de développement en leur faveur  
Comments/Commentaires : En rappelant leur contribution au programme,  DK insiste sur son 
i
mportance de part focus sur la jeunesse et sa contribution à la stratégie intégrée du G5 Sahel. 
DK insiste sur le fait que, au-delà de faire des choses pour les jeunes, il faut faire des choses 
avec les jeunes.  
BE  appuie  cette  intervention  ambitieuse  pour  différentes  raisons :  ciblage  des  différents 
domaines  thématiques  du  FFU ;  dimension  régionale,  vu  la  nature  transfrontalière  des 
déplacements et conflits et les défis y afférents ; analyses des risques et mesures de mitigation 
appropriées ;  et  complémentarité  avec  d’autres  actions.  Au  niveau  bilatérale,  BE  devrait  se 
lancer  dans  des  adductions  d’eau  dans  la  région  de  Koulikoro  (Sud-Ouest  de  Mopti)  avec 
8M€ via Enabel. BE apprécie les efforts de la COM pour la présentation des actions par pays 
ainsi  que  la  ventilation  des  fonds  par  pays  et  note  avec  satisfaction  le  développement  des 
questions transversales (genre-protection, environnement, renforcement des capacités locales 
et redevabilité « do no harm »). 
NL, UK et FR se montrent favorables à ce projet.  UK demande un focus plus grand sur les 
personnes  handicapées  et  NL  insiste  sur  la  coordination  avec  les  projets  en  cours,  en 
particulier le projet Programme Gouvernance Locale Redevable au Mali. Sur ces requêtes, la 
Commission reste favorable à détailler d’avantage la section 3.2 (projets complémentaires) et 
tenir compte du point soulevé par UK.  
BE,  NL,  FR  et  SE  demandent  d’avoir  le  rapport  d’activités  et  des  résultats  de  la  première 
phase, que la Commission s’engage à partager dans les jours qui suivent la réunion.  
The  Action  La  voix  des  jeunes  du  Sahel  -  Dialogue  entre  jeunes  et  institutions  au  Sahel 
(phase II)
 (T05-EUTF-SAH-REG-19) is approved.  
  Programme  d’urgence  pour  la  stabilisation  des  espaces  frontaliers  du  G5  Sahel,       
70 000 000 EUR (T05-EUTF-SAH-REG-18) 
Summary/Résumé :  Ce  programme  constitue  une  réponse  directe  à  la  demande  des  Chefs 
d’Etat du G5 Sahel, élaborée conjointement avec le Secrétariat Permanent du G5 dans le cadre 
12 
 

de  l’Alliance  Sahel  avec  les  contributions  de  ses  membres.  Son  objectif  général  est 
d’améliorer  les  conditions  de  vie,  la  résilience  des  populations  vulnérables  et  la  cohésion 
sociale à travers notamment l’amélioration de l’accès à l’eau dans les régions les plus fragiles 
des pays du G5 Sahel. 
Suite aux décisions du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat tenu à Nouakchott le 2 juillet 
2018, le Secrétariat permanent du G5 Sahel a reçu instruction du Conseil des Ministres du G5 
de lancer en urgence des projets à impact rapide dans les régions fragiles frontalières des trois 
fuseaux d’interventions de la force conjointe.  
Le  Fonds  Fiduciaire  a  développé  un  programme  régional  dans  le  cadre  de  l’Alliance  Sahel 
pour répondre aux priorités du PIP visant à améliorer les moyens de subsistance, la résilience 
et  la cohésion  sociale des  populations  vulnérables dans les régions  frontalières du Sahel.  Le 
programme vise à fournir des services, avec un accent particulier sur les infrastructures d'eau 
et  d'hygiène  dans  les  zones  reculées  où  la  force  conjointe  du  G5  Sahel  est  active  et  où  les 
services de l'État sont extrêmement limités. 
L’action se décline en trois piliers d’intervention : 
  Pilier 1 : Contribuer à améliorer les conditions de vie des populations frontalières par 
un  meilleur  accès  aux  services  de  base  à  travers  un  meilleur  accès  à  l’eau  et  à 
l’assainissement. 
  Pilier 2 : Renforcer les moyens d’existence des populations agricoles et pastorales en 
renforçant de manière durable et structurelle la résilience à l’insécurité alimentaire et 
nutritionnelle. 
  Pilier  3  :  Appuyer  les  communautés  et  institutions  locales  dans  la  prévention  des 
conflits  et  le  renforcement  de  la  cohésion  sociale  en  renforçant  le  tissu  socio-
économique locale. 
Le programme vise à agir sur les causes profondes de la vulnérabilité et élaborer une approche 
globale pour la résilience en agissant sur les besoins urgents, notamment l’accès à l’eau, tout 
en  veillant  à  construire  les  capacités  des  acteurs  et  communautés  locales  à  renforcer  leurs 
moyens d’existence et mettre en place des activités de conciliation et prévention des conflits. 
Il  est  proposé  d’agir  via  une  approche  intégrée  en  répondant  en  mettant  en  œuvre  les 
interventions de résilience et cohésion sociale (piliers 2 et 3) dans les localités identifiés pour 
l’approvisionnement d’eau des aménagements et ouvrages hydraulique (pilier 1). 
De  manière  à  accélérer  la  mise  en  œuvre  il  est  proposé  d’assurer  la  mise  en  œuvre  des 
infrastructures prévues dans le cadre du pilier 1 via des actions actuellement en cours et qui 
pourrait être abondés. Dans le cadre du pilier 2 et 3, un appel à manifestation d'intérêt régional 
sera lancé pour sélectionner des ONGs capables de déployer ces activités de façon cohérente 
en lien avec les autorités nationales et locales. 
Comments/Commentaires : ES maintient que le renforcement de la résilience au Sahel est au 
cœur de l’AECID et exprime son intérêt de participer dans cette action.  
DK  souline  les  liens  de  ce  programme  avec  l’Alliance  et  insiste  sur  l’importance  des 
interventions à impact rapide. DK annonce une potentielles contribution à ce projet dans les 
prochaines semaines.  
13 
 

DE rappel l’importance d’appuyer les régions frontalières en fournissant des services de base.  
SE accueille favorablement l’appui de cette action au programme de développement régional 
et  souligne  l’importance  d’assurer  un  suivi  rapproché  des  activités.  Appuyer  la  médiation 
locale, l’inclusion des femmes et des jeunes dans un processus inclusif est clé.  
BE  exprime  son  soutien  en  insistant  sur  l’importance  de  prendre  de  mesures  de  mitigation 
appropriées  face  aux  risques  potentiels  et  d’assurer  la  complémentarité.  La  BE  devrait  se 
lancer  dans  un  projet  d’eau  dans  la  région  de  Mopti  de  8  MEUR.  Sur  les  questions 
transversales (protection, do no harm) la BE apprécie l’attention apporté par la Fiche.  
NL se montre favorable à ce projet. 
FR soutient cette Action en mettant en avant son rôle dans le ciblage des régions fragiles et la 
coordination  avec  d’autres  projets  en  cours  dans  les  mêmes  domaines.  La  FR  demande  s’il 
existe une ventilation budgétaire par pays dans les projets régionaux.  
NE souligne l’importance de programme qui s’attaque au causes profondes de l’instabilité en 
contribuant, de commun accord avec le G5, aux priorités de ce dernier. NE se montre confiant 
dans  les  résultats  de  conférence  du  6  décembre.  Le  GAP  à  combler  dans  le  pilier  1  et 
l’accompagnement  de  cette  action  avec  des  mesures  complémentaires  pour  faire  face  aux 
risques sécuritaires sont soulevées.  
La  Commission  espère  pouvoir  combler  le  GAP  de  2  MEUR  suite  à  la  conférence  du  6 
décembre et souligne qu’une étude sera faite en amont afin d’équilibrer les montants liés aux 
infrastructures.  Il  est  clarifié  que  ce  projet  n’a  pas  vocation  d’être  associé  aux  provisions 
sécurité, mais afin de ne pas créer plus de tension, certains éléments sécuritaires seront pris en 
compte.  
The  Action  Programme  d’urgence  pour  la  stabilisation  des  espaces  frontaliers  du  G5 
Sahel 
(T05-EUTF-SAH-REG-18) is approved.  
 
6.6 CROSS-WINDOW ACTIONS 
  Addendum  2  to  the  Action  Research  and  Evidence  Facility  for  the  Sahel  and  Lake 
Chad  Region  and  the  North  of  Africa,  Budget  increase  of  6  000  000  (T05-EUTF-
REG-REG-01)
 
 
  Addendum 2 to the Action Technical Cooperation Facility, Budget increase of 6 000 
000 (T05-EUTF-REG-REG-02) 
Summary/Résumé:  Une  note  d’information  détaillant  l’état  actuel  de  ces  deux  instruments  a 
été partagé avec les Membres avant la réunion.  
La Commission insiste sur la valeur cruciale que la TCF dans la mise en œuvre de nos actions 
en fournissant une assistance sur mesure à travers 46 contrats déjà signés (26 pour le Sahel et 
Lac Tchad) pour un montant de 4.5 MEUR. Aujourd’hui,  il  y  a un pipeline indicatif de 16 
nouveaux contrats (8 Sahel et 9 Corne) pour un montant de 3.5 MEUR. Alors que la plupart 
des actions du FFU sont déjà en cours, la TCF est de plus en plus mobilisé pour la réalisation 
des audits et  des évaluations.  Ces  besoins risquent de s’agrandir de manière significative au 
14 
 

cours  des  prochains  mois.  L’augmentation  budgétaire  supplémentaire  de  la  TCF  servira  à 
financer  des  contrats  additionnels  non  seulement  pour  la  fenêtre  Sahel  et  Lac  Tchad  (4 
MEUR) mais aussi pour la fenêtre Corne de l’Afrique (2 MEUR). 
La Facilité de Recherche a permis de signer 4 contrats pour le Sahel et un pour la fenêtre du 
Nord de l’Afrique pour un montant de 5.1 MEUR. Les 6 MEUR additionnels pour la fenêtre 
Sahel contribueront à financer le pipeline actuel avec 3 déjà contrats envisagés et continueront 
à couvrir les besoins identifiés par les gestionnaires de projets au siège et en Délégation. 
À  travers  ces  avenants  les  deux  Fiches  d’Action  ont  été  enrichies  par  un  focus  particulier 
égalité de genre et droits de l’homme. L’approche sensible au genre et aux droits est mise en 
avant  et  sera  d’avantage  pris  en  compte  dans  les  contrats  découlant  de  ces  instruments.  Un 
focus  spécifique  sur  les  groupes  les  plus  vulnérables  a  été  aussi  ajouté  (enfants,  minorités 
ethniques, migrants en situation de risque, etc.). 
Le  FFU  est  pleinement  engagé  dans  la  maximisation  des  synergies  de  ces  facilités  avec  les 
systèmes  de  communication  et  de  suivi  des  résultats  mises  en  place.  Afin  d’accroître  la 
visibilité et l’accès au grand public des études financés sous ces instruments, ces études seront 
bientôt rendues disponibles dans le site du FFU.  
The second addendums to the Actions Research and Evidence Facility for the Sahel and 
Lake  Chad  Region  and  the  North  of  Africa
  (T05-EUTF-REG-REG-01)  and  Technical 
Cooperation Facility 
(T05-EUTF-REG-REG-02) are approved.  
 
7.   AOB 
  RIDER for project extension - WAPIS T05-EUTF-SAH-REG-03-01 
The 12-month extension of WAPIS should enable: 
  To continue the extension of WAPIS outside the main centre (datacentre) in Niger and 
Mali, as procurement procedures for telecom networks have caused delays 
  To ensure the effective implementation of the system in Chad (digitization of available 
paper police data, training and feeding of the system) 
  To  finalize  the  dialogue  with  the  authorities  in  Burkina  Faso,  Côte  d'Ivoire  and 
Mauritania, in order to be able to proceed with the delivery of IT equipment 
N.B.:  At  the  end  of  the  WAPIS  Trust  Fund  contract,  all  activities  will  be  covered  by  the 
contract  financed  by  the  Regional  Indicative  Programme  (RIP),  which  started  in  November 
2017. 
15