Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.




 
 
 
«Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger » 
Rapport de Démarrage 
Ref : T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
Date : 2 novembre 2017 
 

link to page 3 link to page 6 link to page 8 link to page 10 link to page 10 link to page 11 link to page 14 link to page 15 link to page 15 link to page 16 link to page 17 link to page 17 link to page 18 link to page 19 link to page 20 link to page 21 link to page 21 link to page 22 link to page 22 link to page 23 link to page 24 link to page 25 link to page 25 link to page 26 link to page 28 link to page 29 link to page 30 link to page 30 link to page 30 link to page 30 Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
Table des matières 
Liste des acronymes ........................................................................................................................ 3 
Fiche technique du projet ............................................................................................................... 6 
Introduction ..................................................................................................................................... 8 
I. Etat des lieux ............................................................................................................................... 10 
A. Etat des lieux pour la Composante 1 – Politique Nationale de Sécurité ............................ 10 
B. Etat des lieux pour la Composante 2 – Formations ............................................................ 12 
C. Etats des lieux pour la Composante 3 – Gestion des Frontières ........................................ 14 
D. Partenaires techniques et financiers ................................................................................... 15 
1. 
La coopération bilatérale ........................................................................................... 15 
2. 
La coopération multilatérale...................................................................................... 16 
II. Activités proposées par composante en réponse à l'état des lieux ....................................... 17 
A. Composante 1 : Approche et activités proposées en réponse à l’état des lieux ............... 17 
B. Composante 2 : Approche et activités proposées en réponse à l’état des lieux ............... 18 
1. 
Sous composante 2.1 - Actions de contrôle préventif ............................................. 19 
2. 
Sous-composante 2.2 - Actions de Police Générale ................................................. 20 
3. 
Sous composante 2.3. - Lutte contre le crime organisé ........................................... 21 
4. 
Sous composante 2.4. - Lutte contre le terrorisme .................................................. 21 
5. 
Sous composante 2.5. – Formation en coopération avec la GNN ........................... 22 
C. Composante 3 : Approche et activités proposées en réponse à l’état des lieux ............... 22 
1. 
Actions de formation .................................................................................................. 23 
2. 
Appuis budgétaires ..................................................................................................... 24 
D. Pilotage du projet ................................................................................................................. 25 
1. 
Organigramme et organisation de l’équipe .............................................................. 25 
2. 
Expertise court-terme ................................................................................................ 26 
3. 
Backstopping............................................................................................................... 28 
4. 
Comité de pilotage stratégique et technique ........................................................... 29 
5. 
Suivi et évaluation ...................................................................................................... 30 
6. 
Communication et visibilité ....................................................................................... 30 
7. 
Calendrier de mise en œuvre .................................................................................... 30 
8. 
Répartition des dépenses accessoires et des coûts forfaitaires .............................. 30 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
Liste des acronymes 
AENEAS 
Programme 
Européen 
d’Assistance 
Financière  et  Technique  dans  le  domaine 
des Migrations et de l’Asile 
AFD 
Agence Française de Développement 
AFIS (acronyme anglais de FAED) 
Fichier 
Automatisé 
des 
Empreintes 
Digitales 
AJUSEN  
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion 
des Frontières au Niger 
CE 
Commission européenne 
CEDEAO 
Communauté  Economique  Des  Etats  de 
l’Afrique Occidentale 
DGPN 
Direction Générale de la Police Nationale 
DST 
Direction de la Surveillance du Territoire 
DUE 
Délégation de l’Union Européenne 
ECI 
Equipe Conjointe d’Investigation 
ETI 
Experts Techniques Internationaux 
EUCAP 
European Union Capacity 
FAED 
Fichier 
Automatisé 
des 
Empreintes 
Digitales, (AFIS en langue anglaise) 
FSI 
Forces de Sécurité Intérieure 
FSP 
Fonds de Solidarité Prioritaire 
GIZ 
« Deutsche  Gesellschaft  für  Internationale 
Zusammenarbeit »,  (Agence  allemande  de 
coopération) 
GNN 
Garde Nationale du Niger 
GTPI 
Gestes 
Techniques 
Professionnels 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
d’Intervention 
IGSS 
Inspecteur  Général  des  Services  de 
Sécurité 
INTERPOL 
International Police 
JUSSEC 
Projet Justice et Sécurité en région sahélo-
saharienne (France) 
MIDAS 
Migration  Information  and  Data  Analysis 
System 
OIM 
Organisation Internationale des Migrations 
ONUDC 
United  Nations  Office  for  Drugs  and 
Crimes 
PAJED 
Plan d’Aide à la Justice et à Etat de Droit 
PDES 
Plan  de  Développement  Economique  et 
Social 
PISCES 
Personal Identification Secure Comparison 
and Evaluation System 
PNS 
Politique Nationale de Sécurité 
PNUD 
Programme  des  Nations  Unies  pour  le 
Développement 
PPF 
Poste Passage Frontalier 
SCLCT 
Service  Central  de  Lutte  Contre  le 
Terrorisme 
SIPAO 
Système  d’Information  pour  l’Afrique  de 
l’Ouest 
SNSI 
Stratégie Nationale de Sécurité 
UA 
Union Africaine 
UE 
Union Européenne 
UN 
Nations Unies 
UNICEF 
United  Nations  International  Chidren’s 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Emergency Fund 
  
 
 
 
 
 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Fiche technique du projet 
Titre 
« Contrat Relatif à la Reconstruction de l’Etat au Niger en 
complément du SBC II en préparation/ Appui à la Justice, 
Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger » 
N° de contrat 
T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
Pays bénéficiaires 
République du Niger 
Durée du projet et période de  48 mois 
mise en œuvre 
Objectif général 
L’objectif  global  du  projet  est  d’aider  à  éradiquer  la 
pauvreté,  de  promouvoir  une  croissance  durable  et 
inclusive et de consolider la gouvernance démocratique et 
économique, en ligne avec les axes 1 et 3 de la Stratégie 
Sahel  de  l’UE  et  l'Objectif  de  Développement  Durable  16 
"Paix,  justice  et  institutions  efficaces"  qui  a  pour  but  de 
promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques, l’accès de 
tous à la justice et des institutions efficaces. 
Objectifs spécifiques 
Cet  objectif  global  se  décline  en  plusieurs  objectifs 
spécifiques. 
• 
Accroître  la  capacité  financière  du  gouvernement 
pour 
maintenir 
la 
paix, 
la 
stabilité 
macroéconomique  et  atteindre  les  objectifs  des 
politiques à court terme. 
• 
Développer  les  capacités  de  l’Etat  à  assurer  ses 
fonctions  vitales,  en  particulier  dans  les  domaines 
des finances publiques, de la sécurité, de la justice 
et de la migration, avec une attention particulière 
à  la  lutte  contre  la  corruption  et  l'égalité  des 
genres.  
• 
Renforcer  le  développement  des  politiques  de 
l'Etat  en  matière  de  justice,  sécurité  et  migration 
ainsi que leur mise en œuvre. 
• 
Renforcer les capacités des acteurs judiciaires pour 
la  lutte  efficace  contre  le  crime  organisé  et  la 
protection des victimes de la traite.  
• 
Renforcer  les  capacités  des  différentes  forces  de 
sécurité ayant un mandat civil (par exemple, Garde 
Nationale,  Gendarmerie,  Police,  Douanes)  et  leur 
interface  justice,  y  inclus  en  ce  qui  concerne  leur 
chaine de commandement ainsi que la répartition 
et la coordination des leurs missions.  
• 
Renforcer  les  capacités  des  services  de  l’Etat 
concernées  en  matière  de  gestion  des  frontières 
ainsi  que  la  coopération  transfrontalière  (Niger, 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Mali, Burkina Faso). 
Résultats attendus 
En relation aux objectifs spécifiques 1, 2 et 3, les résultats 
escomptés sont : 
• 
la  stabilité  macroéconomique  et  à  la  résilience 
face aux chocs exogènes sont renforcées; 
• 
l'efficacité  des  systèmes,  des  procédures  et  des 
capacités  de  gestion  des  finances  publiques  est 
renforcée; 
• 
les  disponibilités  budgétaires  pour  la  mise  en 
œuvre  des  politiques  du  gouvernement  dans  les 
secteurs  de  la  sécurité,  la  justice  et  la  migration 
sont améliorées; 
• 
l’efficience  et  l’efficacité  des  dépenses  publiques 
en particulier dans les secteurs de la justice, de la 
sécurité et de la migration sont améliorées. 
En relation en particulier aux objectifs spécifiques 4, 5 et 
6, les résultats escomptés sont : 
• 
l’action  de  la  justice  est  renforcée  et  contribue 
plus  efficacement  à  la  lutte  contre  la  criminalité 
organisée  et  apporte  un  accompagnement 
adéquat aux victimes de la traite; 
• 
les capacités des forces de sécurité intérieure (FSI) 
sont  renforcées  et  assurent  la  sécurité  de  la 
population, y inclus dans les zones éloignées et de 
transit; 
• 
le  dispositif  de  gestion  des  frontières  et  la 
coopération 
opérationnelle 
transfrontalière 
interservices sont renforcés. 
Budget 
3 998 300 EUR 
Equipe d’experts clés 
• 
Chef de projet : François DUPIN 
• 
Expert Sécurité : Pierre VALERO 
• 
Expert 
Gestion 
des 
Frontières : 
Gérard 
POUGETOUX 
 
Ce rapport a été produit par CIVIPOL Conseil, titulaire du Contrat de Prestation Service n° T05 
– EUTF – SAH – NE – 06 – 02 d’Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au 
Niger. Les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de l’organisation et de 
l’équipe d’experts et ne reflètent pas nécessairement ceux de l'Union Européenne. 
 
 
 
 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Introduction 
Depuis  une  vingtaine  d’années,  la  région  sahélienne  est  en  prise  à  une  montée  d’insécurité 
liée  aux  flux  mal  contrôlés  des  personnes,  des  marchandises,  des  armes,  de  la  drogue  et 
autres  biens  licites  et  illicites.  Le  Niger  est  au  cœur  des  mobilités  sahéliennes.  En  outre, 
compte tenu du contexte régional et de la fragilité des sept pays frontaliers du Niger, le pays 
est confronté à une multiplicité de menaces (circulation transfrontalière des combattants, des 
groupes armés et des mouvements terroristes) qui constituent une source d’insécurité et une 
menace constante à sa stabilité.  
Les  Etats  Généraux  de  la  Justice  organisés  fin  2012  ont  permis  de  constater  que  la  justice 
occupait  une  place  centrale  dans  la  lutte  contre  la  criminalité  organisée  et  la  traite  des 
personnes. Ils ont permis également d’en identifier les principaux dysfonctionnements, ainsi 
que les moyens pour y remédier.  
Une des principales défaillances de la chaîne pénale concerne le nombre important d’affaires 
à  traiter  en  particulier  en  matière  pénale.  D’autre  part,  il  a  été  établi  que  les  Officiers  de 
Police  Judiciaire  pouvaient  aussi  parfois  négliger  l’enquête,  faute  de  preuve  suffisante, 
d’expérience  dans  la  rédaction  des  procès-verbaux  ou  simplement  par  manque  de 
connaissances sur certaines infractions (détection des produits stupéfiants et/ou d’explosifs). 
Par ailleurs, les parquets sont souvent en sous-effectif, ou en limite de compétence en raison 
du  manque  de  magistrats  et  de  l’absence  de  spécialisation  aux  nouvelles  formes  de 
criminalité (terrorisme, criminalité organisée), occasionnant ainsi des lenteurs dans la réponse 
pénale pour toutes les formes de criminalité complexes.  
Dans  ce  contexte,  l’Union  Européenne  (UE)  qui  est  le  principal  partenaire  technique  et 
financier  du  secteur,  intervient  sur  plusieurs  fronts  au  Niger  dans  des  domaines  liés  à  la 
justice,  à  la  sécurité  et  à  la  migration.  Dans  le  domaine  de  la  justice,  l’UE  a  financé  le 
programme d'appui à la justice et à l'État de droit, phases I et II, qui a pris fin en décembre 
2016.  Le  PAJED  II  a  notamment  comporté  un  important  volet  sécuritaire  et  a  fait  des 
nombreuses  dotations  en  matériel  aux  forces  de  sécurité  intérieures  (FSI).  Le  programme 
AJUSEN  s’inscrit  dans  la  continuité  du  projet  « Programme  d'Appui  à  la  Justice  et  à  Etat  de 
Droit II » (PAJED II). Le programme AJUSEN prévoit un budget global de 30 M€. Outre les 20 
M€  sous  forme  d’appui  budgétaire  de  l’UE,  dédiés  essentiellement  aux  équipements  et  aux 
infrastructures pour la justice et la sécurité, 10 M€ sont consacrés à une assistance technique 
permettant  d'accompagner  la  mise  en  œuvre  du  Plan  d'action  de  la  Valette  par  le 
renforcement  des  capacités  sécuritaires  (4  M€)  et  judiciaires  (6  M€).  Compte  tenu  de 
l’urgence, deux opérateurs ont été choisis en fonction de leur savoir-faire, de leur expérience 
et  connaissance  des  thématiques  et  régions  concernées :  l’Agence  Française  de 
Développement (AFD) pour le volet « justice », et CIVIPOL Conseil pour le volet « sécurité ». 
CIVIPOL  Conseil  apportera  un  appui  technique  au  renforcement  des  services  de  police, 
gendarmerie,  garde  nationale,  de  renseignement  et  des  services  douaniers,  et  dans  leurs 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
missions  respectives  de  contrôle  du  territoire,  d’investigation  et  de  maintien  de  la  sécurité 
publique.  
Par conséquent l’objectif général de ce projet est l’appui aux acteurs de la chaine pénale sur 
le  terrain  (les  Forces  de  Sécurité  Intérieure)  dans  leur  lutte  contre  la  migration  illégale,  la 
traite des êtres humains, le crime organisé et le terrorisme. 
Ces appuis se déclineront autour de trois axes d’intervention : 
• 
un  appui  institutionnel :  contribution  à  l’élaboration  de  la  politique  nationale  de 
sécurité du Niger, 
• 
un appui au renforcement des capacités des Forces de Sécurité Intérieures (FSI) sur le 
terrain, 
• 
un  appui  sectoriel :  participation  à  la  mise  en  place  de  la  gestion  effective  des 
frontières. 
Le présent rapport de démarrage fait dans un premier temps un état des lieux pour chacune 
des  trois  composantes  du  projet  AJUSEN,  à  savoir  la  politique  nationale  de  sécurité,  les 
formations  au  profit  des  forces  de  sécurité  intérieure,  et  la  gestion  des  frontières.  Il  fait 
également  la  liste  les  différents  partenaires  financiers  qui  interviennent  également  dans  le 
domaine d’action du programme AJUSEN. 
Dans  un  deuxième  temps,  le  rapport  présente  les  activités  proposées  en  réponse  aux 
constatations faites lors de l’état des lieux, pour chacune des trois composantes. Pour éviter 
les doublons avec les actions menées par les autres PTF, des actions de concertation ont été 
faites  avec  les  autres  partenaires  et  seront  faites  régulièrement  tout  au  long  du  projet,  afin 
d’optimiser  les  investissements  des  bailleurs  et  de  fournir  aux  bénéficiaires  nigériens  des 
prestations utiles, nécessaires et de qualité.  
 
 
Rapport de démarrage  
 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
I. Etat des lieux  
Au cours du premier mois de leur présence au Niger, l’équipe des trois experts principaux du 
projet AJUSEN-sécurité a pu s’entretenir avec le Directeur Général de la Police Nationale, le 
commissaire  général  Souley  BOUBACAR,  et  le  contrôleur  général  Souley  BOUBE,  point  focal 
pour la coopération policière au Niger. A l’issue de ces entrevues l’équipe AJUSEN-sécurité a 
été autorisée à prendre attache avec tous les directeurs des grands services de la police. C’est 
ainsi que les experts ont rencontré successivement tous les services et directeurs de la police 
nationale nigérienne, et qu’ils ont pu se faire une idée précise de l’état des lieux de la police 
au Niger ainsi que de ses besoins.  
Pour les composantes des Forces de Sécurité intérieure autre que la police – la Gendarmerie 
Nationale, la Garde Nationale Nigérienne et les douanes, les trois experts se sont appuyés sur 
les Experts Techniques Internationaux (ETI) du Service de Sécurité Intérieure de l’ambassade 
de  France  pour  avoir  des  rendez-vous  avec  les  autorités  nigériennes  dont  ils  étaient  les 
conseillers,  et  pour  avoir  une  idée  précise  de  l’état  des  lieux  des  forces  ainsi  que  de  leurs 
besoins.  
Le compte-rendu intégral de ces réunions se trouve en annexe 1 de ce rapport. 
 
A. Etat des lieux pour la Composante 1 – Politique Nationale de Sécurité 
La nécessité de l’élaboration de la Politique Nationale de Sécurité (PNS) a été exprimée dans 
le Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2012-2015, prorogé jusqu’à fin 2016. 
Or, la PNS n’a toujours pas été réalisée à ce jour. Cependant, les bases du travail sont posées : 
un arrêté a été pris par le ministre de l’intérieur et un comité Ad Hoc a été constitué. 
L’arrêté du 7 février 2017, signé par le Ministre de l’Intérieur, crée le comité « ad hoc » pour 
définir une politique nationale de sécurité.  
L’article 2 de cet arrêté énumère les missions du comité de manière très précise. Les missions 
du comité ad hoc sont les suivantes : 
• 
analyser les menaces/risques qui pèsent sur la sécurité intérieure ; 
• 
identifier  les  opportunités/atouts  pouvant  permettre  de  renforcer  la  sécurité 
intérieure ; 
• 
procéder  à  l’état  des  lieux  du  système  de  sécurité  intérieure  dans  toutes  ces 
composantes ; 
• 
faire  ressortir  les  points  forts  et  les  points  faibles  de  ce  système  de  sécurité 
intérieure ; 
• 
identifier les acquis pouvant être capitalisés pour améliorer la sécurité intérieure ; 
Rapport de démarrage  
 
10 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
• 
faire  des  propositions  permettant  de  matérialiser  cette  vision  dans  une  stratégie 
nationale de sécurité intérieure ; 
• 
élaborer un plan d’action pour la mise en œuvre de la politique nationale de sécurité 
intérieure. 
Ce comité disposera de 4 mois à compter de sa mise en place pour soumettre son rapport au 
ministre de l’intérieur. Ce rapport devra proposer les orientations de la politique nationale de 
sécurité. 
Jean  Montal-Villette,  l'Expert  en  stratégie  de  sécurité  d'European  Union  Capacity  for  Sahel 
(EUCAP-Sahel) a été désigné pour accompagner le travail du Comité. 
Vu  les  enjeux  liés  à  l’élaboration  de  cette  stratégie  nationale,  il  est  important  d’analyser  les 
contributions  des  différents  acteurs  impliqués  dans  ce  processus  ainsi  que  l’approche 
méthodologique retenue pour atteindre cet objectif.  
• 
Attentes  de  la  communauté  internationale :  en  ce  qui  concerne  la  communauté 
internationale  et  la  Délégation  de  l’Union  Européenne  (DUE),  l'attente  est  qu'une 
Stratégie Nationale de Sécurité (SNSI) soit formulée et adoptée par le gouvernement 
nigérien  avant  le  30/09/2017  (l'approbation  du  décret  portant  sur  la  stratégie 
nationale de sécurité et du plan d’action par le Gouvernement est l'un des indicateurs 
de décaissement de l'Appui budgétaire pour l'année 2017).  
• 
La méthodologie adoptée par les autorités nigériennes est la création d'un Comité ad-
hoc disposant de 4 mois pour proposer des orientations de la Politique nationale de 
Sécurité  Intérieure  (formulation  de  la  SNSI  ;  élaboration  d'un  plan  d'action  pour  la 
mise  en  œuvre  de  la  Politique  nationale  de  sécurité  intérieure).Pour  le  partenaire 
EUCAP-Sahel,  Jean  Montal-Villette  entretient  une  discussion  hebdomadaire  avec 
l’Inspecteur Général des Services de Sécurité MANZO, président désigné du comité Ad 
hoc pour la mise en place et le démarrage des travaux du comité.  
Une réunion CIVIPOL/DUE/EUCAP a eu lieu le 19 avril 2017 dans les locaux de la DUE. Il a été 
convenu  que  pour  éviter  les  doublons  et  pour  ne  pas  perturber  le  travail  déjà  engagé,  seul 
Jean MONTAL- VILETTE travaillerait au sein du comité ad hoc présidé par l’Inspecteur Général 
des  Services  de  Sécurité  (IGSS)  MANZO,  et  que  la  présentation  de  l’équipe  AJUSEN  n’était 
pour l’instant pas à l’ordre du jour. 
Juan-José  VILLA-CHACON  de  la  DUE  a  demandé  à  AJUSEN  d’intervenir  sur  des  points  qui 
pouvaient  faciliter  le  travail  de  ce  comité,  et  lui  être  utile.  Un  point  d’appui  a  été  trouvé,  il 
s’agit  de  l’analyse  juridique  des  textes  légaux  et  réglementaires  nigériens  pour  vérifier  leur 
adéquation avec la politique nationale de sécurité qui sera élaborée. D’autres points d’appui 
pourront  être  éventuellement  demandés  ensuite  par  le  comité  au  cours  de  ses  travaux 
lorsqu’ils auront commencé, et qui pourront être confiés à AJUSEN. 
 
Rapport de démarrage  
 
11 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
B. Etat des lieux pour la Composante 2 – Formations 
Les  démarches  opérées  auprès  des  acteurs,  autorités  locales  et  bailleurs,  ne  se  sont  jamais 
départies des actions préconisées par les projets PAJED II (Programme d'Appui à la Justice et à 
l’Etat  de  Droit)  et  JUSSEC  (Projet  Justice  et  Sécurité  en  région  Sahélo-Saharienne)  ni  des 
recommandations de ses responsables.  
Le  Programme  d’Appui  à  la  Justice  et  à  l’Etat  Droit  (septembre  2012-novembre  2016) 
cofinancé par l’Union Européenne a comporté deux volets : Justice et Sécurité. Ce dernier a 
été  dédié  au  « renforcement  des  capacités  des  FSI  (Forces  de  Sécurité  Intérieure)  (police 
nationale,  garde  nationale,  gendarmerie  nationale)  dans  la  lutte  contre  la  criminalité 
transfrontalière  et  les  trafics. »  Son  action  a  notamment  été  consacrée  à  la  fourniture 
d’équipements  de  communication,  d’informatisation,  et  au  développement  du  parc  roulant. 
PAJED  II  a  en  outre  appuyé  la  création  de  la  Police  Technique  et  Scientifique  et  celle  de  la 
Brigade  des  Pistes  de  la Garde  Nationale  du  Niger  (Unité  à  vocation  judiciaire  répartie  dans 
des zones désertiques). PAJED II a en outre participé au soutien financier de plusieurs actions 
engagées par le projet européen EUCAP Sahel-Niger. 
Le  Fonds  de  Solidarité  Prioritaire  mobilisateur  (FSP)  JUSSEC  (juillet  2009-septembre  2014) 
avait  pour  objectif  le  renforcement  des  capacités  civiles  des  trois  Etats :  Mali,  Mauritanie, 
Niger dans la lutte contre le terrorisme et les grands trafics susceptibles de le financer. Pour 
sa  partie  nigérienne  il  a  été  confié  à  un  ETI  conseiller  du  Directeur  Général  de  la  Police  du 
Niger.  Ses  actions  ont  notamment  été  consacrées  à  la  création  du  Service  Central  de  Lutte 
Contre  le  Terrorisme  (SCLCT) :  formation  des  personnels,  équipements  de  base,  conseil ;  à 
l’appui au Centre de Coordination de la Lutte Anti-Drogue, aux Renseignements Généraux et à 
la Direction de la Police Judiciaire.  
Ces  deux  projets  ont  plaidé  en  faveur  de  la  consolidation  de  l’appui  de  certaines  de  leurs 
réalisations :  finalisation  de  l’installation  du  système  Fichier  Automatisé  des  Empreintes 
Digitales (AFIS), et des matériels de détection et de surveillance à l’aéroport international de 
Niamey ;  formation  des  Brigades  des  Pistes  de  la  Garde  Nationale  du  Niger  (GNN)  ainsi  que 
celle  des  antennes  du  SCLCT  (Agadez,  Ouallam  et  Diffa),  poursuite  de  la  formation  de 
moniteurs  de  premiers  secours  en  intervention  de  combat  (GNN),  développement  de  la 
gestion intégrée de la Sécurité Publique.  
En préambule, l’état des lieux a consisté à vérifier que les apports de ces précédents projets 
avaient été intégrés par les bénéficiaires et de fixer le niveau atteint des actions débutées et 
non totalement réalisées. Ce dernier point concernant l’installation des matériels de sûreté à 
l’aéroport de Niamey dont une importante partie commandée par PAJED II n’a pas encore été 
livrée.  En  conséquence,  les  actions  de  formation  devant  être  conduites  afin  d’initier  les 
personnels à leur utilisation devraient en être d’autant retardées. 
Rapport de démarrage  
 
12 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Il en est de même pour ce qui a trait à la mise en service du système AFIS, créé en totalité par 
PAJED II dont le serveur secondaire et sa base de données ne sont toujours pas installés à la 
direction  de  la  gendarmerie  de  Niamey  et  dont  aucune  des  stations  d’acquisition  et  de 
recherches n’a été déployée dans les Régions. L’expert du projet PAJED II ayant relevé que les 
locaux ad hoc destinés à l’accueil des dites stations n’ont pas été construits ou mis en état.  
L’affectation  et  l’usage  de  certains  moyens  offerts  par  PAJED  II  tels  les  deux  Zodiacs  mis  à 
disposition du Service Central de Lutte Contre le Terrorisme (SCLCT), l’Office Central pour la 
Répression  du  Trafic  Illicite  des  Stupéfiants  (OCRTIS)  et  les  formations  ad  hoc  dispensées  à 
haut niveau, feront l’objet d’une évaluation.  
Ces  services  paraissant  peu  impliqués  dans  les  investigations  nautiques  et  ne  disposant  par 
ailleurs  d’aucun  budget  de  fonctionnement  qui  leur  permettrait  d’entretenir  ces  matériels 
coûteux et délicats, la formation initialement prévue a été supprimée. 
L’importante  offre  de  coopération  proposée,  dont  le  rôle  principal  semble  être  tenu  par 
EUCAP Sahel-Niger (environ 120 acteurs déployés) a conduit à mettre en avant l’expertise du 
projet AJUSEN dans le domaine de la formation et la conditionnalité du versement de l‘appui 
budgétaire à la réalisation de certaines actions.  
Il a été cependant constaté un traitement inégal réservé à certaines Unités des FSI pourtant 
très  engagées  dans  la  lutte  contre  le  terrorisme  et  la  criminalité  organisée :  stupéfiants, 
armes,  trafic  de  migrants…tels :  les  services  de  voie-publique  de  la  Police  Nationale,  de  la 
Gendarmerie  Nationale,  la  Garde  Nationale  (brigades  des  pistes)  la  Douane  et  les  Eaux  et 
Forêts. L’ensemble étant utilement pris en compte par AJUSEN.  
Les entretiens ont également mis en exergue l’abondance de l’offre de formation sur l’aspect 
protection  des  frontières,  la  lutte  contre  le  trafic  de  migrants,  les  enquêtes  judiciaires 
antiterroristes, le recueil et l’analyse du renseignement (pour la direction des renseignements 
généraux -siège de Niamey). 
Il  a  en  outre  été  constaté  que  la  lutte  contre  le  trafic  des  migrants  et  la  traite  des  êtres 
humains était uniquement menée par la Direction de la Surveillance du Territoire de la police 
nationale  (DST,  équivalent  de  la  Police  Aux  Frontières),  y  compris  dans  le  cadre  de  l’Equipe 
Conjointe d’Investigation. Or, au vu de l’étendue du territoire et de l’ampleur du phénomène 
migratoire,  l’ensemble  des  acteurs  suscités  aurait  tout  lieu  d’être  impliqué,  à  tout  le  moins 
dans la recherche, le recueil et la transmission des renseignements. 
L’approche plaide pour que soient dispensées des actions de formation au plus grand nombre 
des  acteurs  de  la  chaîne  sécuritaire,  notamment  ceux  qui  servent  dans  les  zones  sensibles : 
frontières avec le Mali, le Nigéria, région du Liptako-Gourma et d’Agadez, et qui bien que non 
spécialisés dans la lutte contre la criminalité n’en constituent pas moins des incontournables 
acteurs de cette lutte au contact des populations dans les territoires les plus reculés. 
 
Rapport de démarrage  
 
13 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
C. Etats des lieux pour la Composante 3 – Gestion des Frontières 
Limitrophe  de  sept  pays,  le  Niger  se  trouve  naturellement  comme  étant  un  pays  clé  des 
échanges humains et commerciaux d’Afrique de l’Ouest depuis des centaines d’années. Avec 
une  frontière  de  5700  kms  dont  la  majeure  partie  est  située  en  zone  désertique,  le  pays 
connaît  avec  les  risques  terroristes,  la  pression  migratoire  de  l’Ouest  africain,  une  situation 
sécuritaire  difficile  pour  l’ensemble  des  FSI.  Dans  ce  contexte,  le  problème  de  la  gestion 
frontalière se présente avec une acuité renouvelée.  
Plusieurs forces de sécurité interviennent au niveau des frontières et dans la zone frontalière 
(Police  nationale,  Gendarmerie  nationale,  Garde  nationale,  Douanes,  Eaux  et  forêts),  ces 
forces  ne  peuvent  évidemment  couvrir  cette  zone  et  assurer  la  totalité  de  leurs  missions, 
compte tenu de leurs effectifs, de leurs moyens, de la formation insuffisante et d’une mobilité 
considérable  de  ces  effectifs  sans  prise  en  compte  de  la  nécessité  d’une  spécialisation 
professionnelle. 
Actuellement  sur  quarante-quatre  points  de  passage  frontalier  recensés  par  les  autorités 
nigériennes, six postes seulement sont pourvus en effectif par la Direction de la Surveillance 
du  Territoire  (dont  l’aéroport),  aucun  poste  n’a  de  matériel  informatique  de  contrôle  ou 
d’enregistrement  des  personnes  franchissant  la  frontière.  Seul  l’aéroport  est  équipé  par  le 
matériel  américain  « Personal  Identification  Secure  Comparaison  and  Evaluation  System » 
(PISCES)  pour  l’enregistrement  des  voyageurs  au  départ  et  à  l’arrivée).  Ce  système 
informatique n’est connecté à aucune autre base de données. 
Il  est  à  noter  que  le  Programme  Européen  d’Assistance  Financière  et  Technique  dans  le 
domaine  des  Migrations  et  de  l’Asile  (AENEAS),  financé  par  l’Union  européenne  dans  les 
années 2011-2013  avait  permis  l’équipement  et  la  réhabilitation  de  quatorze  points  de 
passage  dans  l’ensemble  du  pays.  Ce  système  permettait  l’enregistrement  des  flux  de 
voyageurs,  l’échange  de  données  entre  les  différents  postes-frontalières  et  Niamey,  couplé 
avec  un  système  d’alerte :  personnes  recherchées,  véhicules  volés.  Faute  de  moyens  et 
d’entretien,  le  système  a  été  abandonné  par  les  services  aéroportuaires  et  sur  les  Postes 
Passage Frontaliers (PPF). 
Au cours de ces premières semaines, une constatation s’impose : de nombreuses structures 
bilatérales  ou  multilatérales  proposent  leur  aide  et  sont  présentes  sur  le  territoire  du  Niger 
dans le domaine de la gestion des frontières. 
• 
EUCAP apporte un important appui en matière de formation au bénéfice de la police, 
de  la  gendarmerie  et  de  la  garde  nationale,  ainsi  que  des  fournitures  de  matériel 
technique et des moyens automobiles. 
• 
L’Equipe  Conjointe  d’Investigation  (ECI),  anime  une  structure  opérationnelle  contre 
l’immigration irrégulière et les trafics d’êtres humains et va développer son activité à 
Niamey et à Agadez. 
Rapport de démarrage  
 
14 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
• 
« Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit », (GIZ, Agence allemande 
de coopération) travaille sur la problématique d’une gestion intégrée des frontières, la 
coopération  transfrontalière  et  participe  à  la  construction  et  la  remise  en  état  de 
postes-frontaliers. Cinq postes ont été réhabilités ou sont en voie de l’être. 
• 
L’Organisation  Internationale  des  Migrations  (OIM)  participe  aussi  la  remise  en  état 
des  postes-frontière  et  souhaite  équiper  ces  postes  avec  son  système  « Migration 
Information and Data Analysis System » (MIDAS), un poste sur la zone de Diffa et un 
poste avec le Mali. 
• 
L’Ambassade  de  France  avec  les  experts  techniques  internationaux  auprès  de  la 
Direction  Générale  de  la  Police  Nationale  (DGPN),  des  services  douaniers,  de  la 
Gendarmerie nationale ou de la Garde nationale contribue au soutien des FSI dans la 
gestion des frontières. 
Plusieurs  pays  de  manière  bilatérale  ou  en  coopération  avec  des  organismes  internationaux 
aident  au  renforcement  des  structures  de  contrôle  des  frontières ;  U.S.A,  Japon,  le 
Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Communauté Economique 
Des Etats de l’Afrique Occidentale (CEDEAO), l’Union Africaine (UA). 
 
D. Partenaires techniques et financiers 
Au Niger, les partenaires techniques et financiers sont nombreux et très actifs. Pour éviter les 
doublons  dans  les  offres  d’appui  et  dans  les  dotations,  une  réunion  des  partenaires 
techniques  et  financiers  est  organisée  tous  les  deux  mois,  sous  l’égide  et  dans  les  locaux 
d’EUCAP-Sahel,  afin  d’optimiser  les  actions,  et  permettre  aux  partenaires  une  meilleure 
organisation de leurs actions dans l’espace géographique du pays et dans le temps. 
A  côté  de  la  coopération  bilatérale  traditionnelle  (France,  Espagne,  Etats-Unis,  Allemagne, 
Canada et Danemark), on trouve une coopération multilatérale très importante, associant de 
multiples  pays  en  partenariat  avec  le  Niger,  au  premier  rang  desquels  se  trouve  l’UE  bien 
représentée avec EUCAP-SAHEL et les projets qu’elle finance (AJUSEN, G5 Sahel, GARSI, ECI), 
suivie  par  l’OIM,  le  « United  Nations  Office  for  Drugs  and  Crimes »  (ONUDC),  le  « United 
Nations International Children’s Emergency Fund » (UNICEF) et le PNUD. 
1.  La coopération bilatérale 
La  France  s’est  impliquée  fortement  sur  la  sécurité  dans  le  cadre  du  projet  régional  (Mali, 
Mauritanie, Niger) JUSSEC « Justice et sécurité dans la région sahélo-saharienne » de 2009 à 
2014. Elle a contribué, par sa connaissance du système judiciaire nigérien, au renforcement 
des  services  spécialisés  et  en  particulier  à  la  création  du  pôle  judiciaire  en  matière  de  lutte 
contre le terrorisme.  
 
 
Rapport de démarrage  
 
15 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
De  plus,  la  France,  par  sa  collaboration  bilatérale  et  les  nombreux  experts  techniques 
internationaux  qu’elle  a  placés  auprès  des  commandants  des  Forces  de  Sécurité  Intérieure 
(Police Nationale, Gendarmerie Nationale, Garde Nationale Nigérienne, Police de l’air et des 
frontières, Douanes) est un acteur majeur au Niger depuis 62 ans. 
La GIZ, coopération allemande, intervient en particulier sur le volet frontière. La coopération 
allemande a en particulier développé un modèle de poste passage frontières qui a fait école 
et qui a été recopié par l’OIM. La GIZ a construit et équipés 5 PPF. 
La coopération espagnole lutte contre les migrations irrégulières et fait des formations pour 
renforcer les capacités des forces de sécurité nigériennes. 
La  coopération  américaine  intervient  sur  les  frontières,  par  des  patrouilles  mixtes  en  zones 
sensibles.  Ils  font  également  des  formations  pour  la  police,  la  gendarmerie  et  la  Garde 
nationale Nigérienne. 
La  coopération  canadienne  anime  des  projets  et  fait  du  renforcement  de  capacité  au  profit 
des forces de sécurité nigériennes. 
Le  Danemark  a  un  programme  régional  de  stabilisation  qui  va  de  la  gestion  sécuritaire  des 
frontières à la prévention des conflits au moyen de la médiation. 
 
2.  La coopération multilatérale 
Le  principal  partenaire  technique  et  financier  du  secteur  est  l’Union  européenne  (UE)  qui 
intervient sur plusieurs fronts au Niger dans des domaines liés à la justice, à la sécurité et à la 
migration. Dans le domaine de la sécurité, l’UE a financé le programme d'appui à la justice et 
à l'État de droit, phases I et II, qui a pris fin en décembre 2016.  
L’EU intervient aussi d’une part au niveau des Equipes Conjointes d’Investigation pour la lutte 
contre les réseaux criminels et les trafics de migrants et d’autre part avec GAR-SI ;  Groupes 
d’Actions Rapides de Surveillance et Intervention au Sahel. 
L’UNICEF  est  très  actif  également  dans  le  cadre  de  la  promotion  et  de  la  protection  des 
enfants  en  conflit  avec  la  loi  (appui  à  l’élaboration  du  cadre  juridique,  renforcement  des 
capacités, centre de prévention et d’assistance aux victimes, appui à l’état civil, etc.).  
Le PNUD est également acteur avec le PAJED II dans la mise en place de la politique d’accès 
au  droit  au  travers  des  activités  de  l’Agence  Nationale  d’Aide  Juridique  et  Judiciaire.  Il  a 
permis l’accès à la justice au plus grand nombre de citoyens. 
L’OIM intervient au niveau des frontières en développant un système informatisé dit MIDAS 
(Migration Information and Data Analysis System) pour recueillir, traiter, stocker et analyser 
les données des voyageurs en temps réel grâce à un réseau aux frontières.  
Rapport de démarrage  
 
16 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
MIDAS capture automatiquement les données biographiques et biométriques des voyageurs 
à l’aide d’un lecteur de documents, d’une webcam et d’un lecteur d’empreintes digitales. Ce 
système est présent dans dix-sept pays africains. 
La  CEDAO  avec  le  soutien  d’International  Police  (INTERPOL)  a  mis  en  place  le  Système 
d’Information pour l’Afrique de l’Ouest (SIPAO) consistant en une plateforme permettant de 
numériser  et  d’archiver  les  dossiers  de  police  existant  sous  forme  papier.  Ce  système 
d’information  policière  automatisé  est  destiné  à  faciliter  le  recueil,  la  centralisation,  la 
gestion,  le  partage  et  l ‘analyse  des  informations  de  la  police  au  niveau  de  chaque  pays 
adhérent.  A  terme,  les  pays  de  l’Afrique  de  l’Ouest  pourront  partager  leurs  données  via  le 
système de communication mondiale sécurisée d’Interpol. 
EUCAP SAHEL NIGER est un partenaire important. Avec 120 experts internationaux, il couvre 
l’ensemble  de  la  problématique  sécuritaire  et  met  en  œuvre  des  formations  aux  forces  de 
sécurité intérieure (Police Nationale, Gendarmerie Nationale et Garde Nationale Nigérienne). 
Le  G5  SAHEL  contribue  à  renforcer  la  gouvernance,  la  stabilité  et  la  sécurité  des  5  pays 
membres du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), tout en respectant les 
meilleures pratiques internationales et les standards internationaux des droits de l’homme. 
L’ONUDC travaille sur les migrants, les populations déplacées, la chaîne pénale. Ils ont initié le 
projet  AIRCOP  en  créant  la  CAT  (Cellule  Anti  Trafic)  à  l’aéroport  international  de  Niamey, 
cellule placée sous l’autorité du chef de l’OCRTIS. 
 
II. Activités proposées par composante en réponse à l'état des 
lieux  
Chacune  des  activités  listées  ci-dessous  est  présentée  de  façon  détaillée  (fiche  activité)  et 
dans son intégralité en annexe 2 de ce rapport. 
A. Composante 1 : Approche et activités proposées en réponse à l’état des lieux 
EUCAP-Sahel  en  la  personne  de  Jean-MONTAL-VILLETTE  apporte  aux  autorités  nigériennes 
l’appui nécessaire à la préparation d’une politique nationale de sécurité (PNS). 
Le projet AJUSEN apportera une aide complémentaire aux appuis mis en place par EUCAP, en 
se  positionnant  sur  les  problématiques  qui  ne  seraient  pas  couvertes  par  ce  dernier  pour 
l’élaboration  de  la  PNS.  Un  domaine  non  couvert,  et  dans  lequel  AJUSEN  pourrait  s’investir 
utilement a été identifié. Il s’agit de l’analyse juridique du cadre légal et réglementaire. Cette 
activité  doit  permettre  d’identifier  l’existant  en  matière  juridique  dans  le  domaine  de  la 
sécurité et du maintien de l’ordre, et de formuler des recommandations pour l’amélioration 
de l’appareil juridique nigérien.  
Rapport de démarrage  
 
17 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Une fois la stratégie nationale de sécurité définie, il faudra faire mener un audit juridique de 
haut  niveau  pour  analyser  la  compatibilité  de  cette  stratégie  avec  les  textes  légaux  et 
réglementaires existants. Un expert devra formuler des observations et des recommandations 
sur les textes de lois et les décrets à modifier. 
Un deuxième point d’appui, pourrait éventuellement être mis en œuvre si le comité de la PNS 
en faisait la demande. Il s’agit de L’élaboration d’un dispositif de stockage et de sécurisation 
des équipements. Il y a là un besoin réel et AJUSEN pourrait venir y apporter des solutions s’il 
était sollicité par le comité en charge de la PNS. Cette action n’est cependant pas directement 
liée à l’élaboration de la politique nationale de sécurité. 
Les  activités  proposées  par  le  projet  AJUSEN  dans  le  cadre  de  cette  composante  1  sont  les 
suivantes : 
•  Activité 1.1  Analyse juridique. 
•  Activité 1.2  Appui à l'élaboration d'un dispositif de stockage et de sécurisation des 
équipements. 
 
B. Composante 2 : Approche et activités proposées en réponse à l’état des lieux 
Les activités de cette composante ont été définies en tenant compte de l’importante offre de 
coopération déjà mise en œuvre par les autres partenaires techniques financiers et en étroite 
collaboration  avec  les  Experts  Techniques  Internationaux  dépendant  de  la  coopération 
française : Service de Sécurité Intérieure (Attaché de Sécurité Intérieure, officiers conseillers 
auprès du Directeur Général de la Police Nationale, du Haut-Commandant de la Gendarmerie 
Nationale  et  du  Haut-Commandant  de  la  Garde  Nationale  du  Niger),  Experts  Techniques 
Internationaux placés auprès du ministre de la Justice et de la direction des Douanes. L’appui 
de ces derniers a permis d’établir une programmation adaptée aux besoins exprimés par les 
autorités  locales  et  par  les  unités  de  terrain  qui  avaient  été  consultées  lors  de  l’évaluation 
préliminaire. 
Certaines  activités  proposées  dans  l’offre  technique  initiale,  ont  été  modifiées  et  adaptées 
pour  répondre  au  mieux  à  l’évolution  des  besoins  et  capacités  des  bénéficiaires.  C’est 
également  dans  cette  optique  que  de  nouvelles  activités  sont  proposées  ci-dessous.  Elles 
correspondent aux demandes exprimées par la hiérarchie des FSI et notamment de la Garde 
Nationale du Niger dont l’ETI et les hommes ressources seront mis à contribution.  
Le choix du projet s’est porté sur des actions liées aux besoins actuels induits par la montée 
de  la  menace  et  du  risque  encouru  par  les  unités  de  terrain  les  moins  formées  et  dont  le 
maillage territorial les place au cœur de la lutte contre la criminalité et le terrorisme. 
De même a été pris en compte le souhait très prégnant exprimé par la Direction Générale de 
la Police Nationale de recevoir une formation continue de masse au « traitement judiciaire de 
Rapport de démarrage  
 
18 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
la petite délinquance » destinée à mettre à niveau les services à vocation judiciaire de base et 
à uniformiser la procédure pénale au plan national.  
Les besoins dans ce domaine sont de former 200 commissaires, officiers et inspecteurs à 
l’Ecole Nationale de Police de Niamey sur 4 modules de 3 semaines consécutives chacun. 
La réalisation de cette activité unique dans le paysage encombré de la coopération aura le 
mérite de produire un effet « long terme » s’intégrant en outre naturellement dans les 
objectifs du projet AJUSEN JUSTICE. 
Située sur un axe approchant destinée à augmenter les capacités des services de voie 
publique et d’enquête, a été intégrée une formation au système ARGOS, destinée à diffuser 
aux policiers, gendarmes et gardes nationaux les techniques d’identification des véhicules 
volés et maquillés (le plus fréquemment en Europe) dont un grand nombre est importé et 
« blanchi » au Niger. 
Cette activité devrait utilement appuyer la mission du bureau Interpol du Niger dont la 
technicité mérite d’être renforcée.   
Toutes  ces actions de formation sont proposées selon les 5 sous- composantes suivantes :  
•  actions de contrôle préventif ; 
•  actions de police générale ; 
•  lutte contre le crime organisé ; 
•  lutte contre le terrorisme ; 
•  formation mise en œuvre en partenariat avec la GNN. 
Ces formations permettront de développer ou de consolider graduellement les connaissances 
des  FSI  en  tenant  compte  des  spécificités  de  la  force  dans  laquelle  ils  servent,  de  leur  zone 
d’affectation et de leur niveau de compétence.  
 
1.  Sous composante 2.1 - Actions de contrôle préventif 
Les  formations  proposées  ci-dessous  sont  conditionnées  à  la  livraison  et  l’installation  de 
matériels commandés par PAJED II à l’aéroport de Niamey tels que le matériel de passage aux 
rayons  X  à  double  vue ;  les  détecteurs  mobiles  d’explosifs  et  produits  stupéfiants ;  la  vidéo 
surveillance. En effet, le projet PAJED 2 a financé l’achat et la mise en place de dix portiques, 
d’un appareil radioscopique de larges bagages de dernière génération qui doit être affecté au 
contrôle du fret aérien, d’un appareil de détection des explosifs et des stupéfiants, de douze 
détecteurs  de  métaux  portatifs  compacts  et  d’un  système  de  vidéosurveillance  pour 
l’aéroport.  
Sur les dix portiques, trois portiques doivent être installés à la DGPN.  
Rapport de démarrage  
 
19 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Après  plusieurs  contacts  avec  l’adjudicataire  du marché  (société SMOS),  la  société française 
fournisseur du matériel (VISIOM), le coordinateur national auprès de la délégation de l’Union 
européenne,  l’ANAC  (Agence  Nationale  de  l’Aviation  Civile)  du  Niger,  il  semblerait  que 
l’ensemble  du  matériel  devrait  être  livré  et  installé  au  plus  tard  le  31  mai  2017.  La  société 
VISIOM  enverra  depuis  Lomé  (société  togolaise  de  maintenance  et  d’installation)  des 
techniciens  pour  la  mise  en  place  des  appareils  et  la  formation  technique  des  opérateurs 
chargés  de  la  maintenance.  Concernant  la  mise en  place  d’une  vidéosurveillance,  la  société 
adjudicataire  BENALYA  s’est  engagée  dans  le  même  délai.  La  formation  sera  réalisée  par  la 
société qui a fourni le matériel. 
Les trois formations prévues par le projet pourront être organisées ensuite dans les meilleurs 
délais  compte  tenu  des  impératifs  énoncés  supra  et  de  la  disponibilité  des  experts 
formateurs.  
•  2.1.1. - Formation au matériel de passage aux rayons X à double vue ; 
•  2.1.2. - Formation au détecteur mobile d’explosifs et de produits stupéfiants ; 
•  2.1.3. - Formation à la vidéo surveillance ; 
•  2.1.4.  -  Formation  à  la  détection  de  la  fraude  documentaire  à  destination  de  la 
Douane, GNN, Eaux et Forêts.  
 
2.  Sous-composante 2.2 - Actions de Police Générale 
Les  actions  AJUSEN  dans  le  cadre  de  cette  sous-composante  viendront  consolider  certaines 
réalisations de PAJED II.  
•  2.2.1. - Formation aux « patrouilleurs » (Police Nationale des quartiers) ; 
•  2.2.2. - Formation aux techniques d’intervention (Douane, Police nationale, Eaux  et 
Forêts) ; 
•  2.2.3.  -  Formation  à  la  gestion  démocratique  des  foules  (Gendarmerie  et  Police 
Nationale) ; 
•  2.2.4  -  Séminaire  sur  les  dispositifs  d’ordre  public  à  mettre  en  œuvre  lors  de 
rassemblements  importants  au  bénéfice  de  la  Police  nationale,  de  la  Gendarmerie 
nationale, de la Garde nationale du Niger (en prévision du sommet de l’Organisation 
de l’Unité Africaine qui aura lieu au Niger en 2019) ; 
•  2.2.5  -  Formation  à  la  gestion  de  crise  et  au  suivi  des  renseignements  (Eaux  et 
Forêts) ; 
•  2.2.6.  -  Formation  aux  Premiers  Secours  (Eaux  et  Forêts,  Douanes,  Gendarmerie, 
Police Nationale) ; 
•  2.2.7 - Formation à la rédaction procédurale douanière (Douane) ; 
•  2.2.8  –  Formation  au  « traitement  judiciaire  de  la  petite  délinquance »  (Police 
Nationale : Direction de la Sécurité Publique et Direction de la Police Judiciaire) Cette 
activité très ambitieuse a été mise en avant par la DGPN qui entend uniformiser les 
Rapport de démarrage  
 
20 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
procédures  au  plan  national  dans  le  but  de  mettre  fin  à  un  manque  certain  de 
professionnalisme  des  services  qui  sont  en  prise  directe  avec  le  public  dans  ce 
domaine.  De  même  la  DGPN  propose  d’intégrer  les  modules  de  la  formation  en 
question dans les programmes de la formation initiale.  
 
3.  Sous composante 2.3. - Lutte contre le crime organisé 
Les  actions  AJUSEN  dans  le  cadre  de  cette  sous-composante  viendront  consolider  certaines 
réalisations de PAJED II.  
•  2.3.1. Formation à la collecte du renseignement douanier, à son exploitation et à son 
analyse  
•  2.3.2.  -  Formation  à  la  lutte  contre  les  stupéfiants  et  l’identification  des  divers 
produits  
•  2.3.3.  -  Formation  à  la  lutte  contre  l’immigration  clandestine  et  la  traite  des  êtres 
humains 
•  2.3.4. - Formation à la lutte contre le blanchiment  
•  2.3.5 - Formation aux avoirs criminels 
•  2.3.6. - Formation en cybercriminalité 
•  2.3.7. - Formation ARGOS : la lutte contre le trafic de véhicules volés  
4.  Sous composante 2.4. - Lutte contre le terrorisme 
Cette sous-composante a été traitée sur deux axes principaux : la généralisation de certains 
thèmes  au  bénéfice  d’unités  peu  formées  sur  ces  problématiques,  l’approfondissement  des 
connaissances  de  services  déjà  opérationnels.  Elle  assurera  le  suivi  de  PAJED  II  dans  les 
actions  concernant  le  développement  du  système  AFIS  et  de  JUSSEC  pour  ce  qui  est  du 
développement  des  compétences  dans  l’enquête  antiterroriste.  La  formation  de  formateur 
dans une optique de durabilité y tient une place prépondérante  
•  2.4.1. - Formation d’aides artificiers (Gendarmerie, Police Nationale, garde nationale) 
•  2.4.2. - Formation de formateurs d’artificiers (Gendarmerie, Police Nationale) 
•  2.4.3.  -  Formation  des  membres  du  SCLCT  aux techniques  d’enquête antiterroriste. 
Cette  formation  bénéficiera  aux  antennes  de  ce  service  qui  vont  s’installer  à 
OUALLAM et AGADEZ et intègre le recyclage des personnels de l’Antenne de DIFFA.  
•  2.4.4.  -  Formation  des  personnels  de  la  police  nationale  et  de  la  gendarmerie 
nationale  aux  techniques  du  système  AFIS.  Cette  activité  est  conditionnée  à 
l’installation  du  serveur  AFIS  à  la  Direction  de  la  gendarmerie  nationale  de  Niamey 
qui doit rendre l’ensemble opérationnel sur la capitale). 
•  2.4.5.  -  Formation  des  personnels  de  la  police  nationale  et  de  la  gendarmerie 
nationale  des  8  Régions  au  système  AFIS  :  Cette  activité  est  conditionnée  à 
l’installation future par les autorités locales des bases d’acquisition dans les Régions 
et à leur connexion au système central. 
Rapport de démarrage  
 
21 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
•  2.4.6. - Formation des personnels des unités d’intervention de la police nationale et 
de  la  gendarmerie  nationale  au  monitorat  « Premiers  secours  en  intervention  ». 
Cette  activité  déjà  abordée  sous  le  projet  PAJED  II  s’adresse  en  particulier  aux 
membres  des  FDS  des  zones  les  plus  exposées  et  verra  ses  contenus  intégrer  la 
formation initiale. 
•  2.4.7.  -  Intervention  d‘un  ingénieur  réseau  en  informatique :  Cette  activité  est 
susceptible  d’être  mise  œuvre  dès  que  le  système  AFIS  (FAED)  initié  par  le  projet 
PAJED.  II  devrait  être  opérationnel  sur  l’ensemble  du  territoire.  Cette  activité  est 
destinée  à  étudier  la  faisabilité  du  regroupement  de  l’ensemble  des  systèmes 
existant  sur  un  seul  et  même  réseau  afin  de  faciliter  la  collecte,  l’analyse  et  la 
transmission des données des systèmes AFIS (Niger), WAPIS (Interpol) MIDAS (OIM), 
PICSES  (USA-aéroport  de  Niamey)  et  IAFIS-IQS  (Intedrated  Automated  Fingerprint 
Identification System USA-FBI). 
 
5.  Sous composante 2.5. – Formation en coopération avec la GNN 
C’est  dans  le  cadre  de  cette  composante  qu’ont  été  créées  des  activités  nouvelles  qui  font 
suite à la programmation particulièrement adaptée de la Garde Nationale du Niger qu’aucune 
coopération n’a, à ce jour, pris en compte malgré le fort engagement de ces unités, le nombre 
de  ses  interventions  et  les  pertes  humaines  enregistrées  lors  des  affrontements  avec  les 
terroristes ou les trafiquants.  
•  2.5.1.  -  Formation  aux  techniques  appliquées  aux  sports  de  combat  (Garde 
Nationale) 
•  2.5.2. - Formation de formateurs et sauveteurs au combat (Garde Nationale) 
•  2.5.3.  -  Formation  -  recyclage  « maîtrise  d’un  adversaire  avec  arme  ou  sans  arme » 
(Garde Nationale) 
•  2.5.4. - Formation au franchissement opérationnel (Garde Nationale) 
•  2.5.5. - Formation aux Premiers Secours Civiques Niveau 1 (Garde Nationale) 
•  2.5.6. – Formation à la reconnaissance NEDEX (techniques de déminage) 
•  2.5.7 - Formation à la maintenance des groupes électrogènes 
•  2.5.8 – Formation spécialisée d’une équipe de protection rapprochée (PN-GN-GNN) 
en poste à la primature 
•  2.5.9 – Formation spécialisée d’une équipe de protection rapprochée (PN-GN-GNN) 
en poste à la primature, niveau chef de groupe  
Un total de 110 formations seront mises en œuvre pour un total de 1.340 stagiaires formés. 
 
C. Composante 3 : Approche et activités proposées en réponse à l’état des lieux 
Rapport de démarrage  
 
22 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
L’approche  a  d’abord  été  de  recenser  et  de  rencontrer  la  majorité  des  PTF  ainsi  que  les 
autorités  responsables  des  FSI  du  Niger,  concernées  par  la  gestion  des  frontières  (police, 
gendarmerie,  garde  nationale)  pour  permettre  une  vue  d’ensemble  de  la  situation  sur  les 
frontières  du  Niger.  La  participation  aux  réunions  des  PTF  sous  l’égide  d’EUCAP  Sahel  a 
contribué  à  une  approche  holistique  de  cette  question.  Les  contacts  établis  avec  les  ETI 
(sécurité et douane) de l’ambassade de France ont été très utiles dans leurs connaissances et 
dans  leur  positionnement  auprès  des  autorités  nigériennes.  Pour  les  autres  FSI  du  Niger 
(notamment les Eaux et forêts) un contact direct a été pris, cette force para militaire dans sa 
formation et son organisation a été souvent un peu « ignorée » des PTF. 
Les  activités  proposées  par  le  projet  AJUSEN  dans  le  cadre  de  cette  composante  3  sont  les 
suivantes. 
•  Activité 3.1  Appui à la réhabilitation des points de passage frontaliers (PPF) 
•  Activité 3.2  Appui à la création d'un Centre de Commandement Opérationnel Mixte 
(CCOM) 
•  Activité 3.3  Appui à la création d'un système de communication 
•  Activité 3.4  Appui à la mise en place d'un système de contrôle et d'enregistrement 
des mouvements de personnes 
 
1.  Actions de formation 
Pour  éviter  des  doublons  prévus  à  court  et  moyen  terme  par  d’autres  PTF,  les  actions  de 
formation s’adresseront principalement à des services comme la douane et les eaux et forêts 
(formations  à  la  lutte  contre  la  fraude  documentaire,  renforcement  des  capacités  dans  des 
domaines plus spécifiques à ces corps : renseignement, procédure douanière, lutte contre le 
blanchiment et les avoirs criminels, produits explosifs, stupéfiants, immigration irrégulière).  
Ces services qui s’ils ne sont pas directement impliqués au contrôle frontalier des personnes, 
peuvent et doivent y participer de par leur positionnement et leurs activités. 
Un exemple : la direction des douanes et la direction des Eaux et forêts ne bénéficient pas des 
actions de formation réalisées par EUCAP. 
Les autres services des FSI bénéficient de nombreuses et pertinentes formations notamment 
de la part d’EUCAP avec un objectif final de participer à la création d’un corps de formateurs 
nigériens.  La  même  démarche  plus  limitée  dans  son  ampleur  pourrait  être  un  des  objectifs 
des formations dispensées dans le cadre de ce projet. 
Pour  une  meilleure  pertinence  et  efficacité  des  formations  prévues,  il  sera  nécessaire  de 
continuer  et  d’amplifier  les  concertations,  échanges  et  participations  à  des  réunions 
bilatérales et multilatérales avec les PTF présents au Niger. 
Rapport de démarrage  
 
23 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Dans le but d’améliorer la gestion des frontières, il s’agira d’associer aux formations prévues 
des  stagiaires  issus  des  FSI  concernés  par  la  thématique  avec  l’appui  de  formateurs  locaux 
eux-mêmes issus des différents corps. Pour aboutir à une future mise en place d’une gestion 
intégrée  des  frontières,  les  formations  communes  pourraient  contribuer  réellement  à  une 
meilleure interaction entre les différents FSI sur les frontières. 
Ces actions de formations sont prévues dans le cadre de la composante 2. 
 
2.  Appuis budgétaires 
Dans  le  cadre  de  la  gestion  des  frontières,  différentes  actions  d’appui  du  projet  sont 
conditionnées  par  la  réhabilitation  de  PPF,  la  création  d’une  salle  de  commandement 
opérationnel mixte (CCOM) et la mise en place d’un système de communication des données, 
de  contrôle  et  d’enregistrement  des  voyageurs  par  le  gouvernement  du  Niger.  L’appui 
budgétaire au gouvernement du Niger prévu sur le projet en 2016 et 2017 doit permettre ces 
réalisations.  
L’interrogation majeure sera de constater si le gouvernement du Niger réalise les prestations 
demandées pour permettre la mise en place de ces actions d’appui. 
L’ensemble  des  activités  pourront  être  retenues  si  ces  conditionnalités  sont  effectivement 
réalisées.  
Si  cela  est  le  cas,  la  réflexion  pour  établir  un  programme  national  de  gestion  des  frontières 
sera nécessaire de la part des autorités nigériennes en lien avec celles des pays limitrophes.  
Il  sera  aussi  impérativement  nécessaire  de  coordonner  les  activités  d’appui  avec  les  autres 
acteurs qui interviennent sur la gestion opérationnelle des frontières (Allemagne, OIM, Etats-
Unis)), tant pour la réhabilitation des PPF, que pour la création d’une salle de commandement 
opérationnel mixte que pour le système d’enregistrement des voyageurs. 
Par  ailleurs,  la  multiplication  de  ces  systèmes  d’enregistrement  des  données  proposées  par 
les  PTF  va  à  l’encontre  de  l’efficacité  d’un  système  d’enregistrement  des  flux  de  voyageurs 
entrant et sortant, de la possible détection de réseaux criminels transfrontaliers et de la mise 
en  place  de  statistiques  exploitables.  En  plus  du  système  PISCES  à  l’aéroport,  du  système 
MIDAS de l’OIM, existent également le système SIPAO (WAPIS) mis en place par INTERPOL et 
la CEDEAO, le système FAED (AFIS), en cours de finalisation.  
Le  gouvernement  du  Niger  devra  soit  choisir  un  des  systèmes  proposés  pour  le  réseau  des 
PPF,  soit  réaliser  une  interconnexion  fiable  et  efficace  entre  les  différents  systèmes  pour 
rendre opérationnel et fiable le contrôle des frontières. 
 
Rapport de démarrage  
 
24 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
D. Pilotage du projet 
1.  Organigramme et organisation de l’équipe 
L’équipe est composée de 3 experts principaux dont le chef de projet et les deux experts clé 
correspondant  aux  domaines  techniques  des  différentes  composantes  du  projet.  Ainsi, 
l’équipe dispose d’un expert sécurité confirmé pour la composante relative aux formations, et 
un expert sur la gestion des frontières pour le troisième volet du projet. Le chef de projet, sur 
place  à  plein  temps,  est  responsable  des  questions  relatives  à  la  Politique  Nationale  de 
Sécurité dans le cadre d’AJUSEN ainsi que la gestion de l’équipe et du projet.   
Le  poste  de  coordinateur,  initialement  prévu  sur  une  durée  de  100  jours,  ne  se  justifie  pas 
pleinement en vue de la structure actuelle de l’équipe.  Etant sur place à pleins temps le chef 
d’équipe  peut  assurer  la  coordination  des  experts  à  mi-temps  ainsi  que  les  missions  des 
experts court terme. Dans ce contexte le poste de coordinateur de projet est redondant par 
rapport aux fonctions actuellement occupées par le chef d’équipe. Il est également important 
de  souligner    que  le  poste  de  coordinateur  n’a  jamais  été  pourvu  et  que  l’équipe,  en  place 
depuis  mars  2017,  centralise  sa  coordination  de  façon  efficace  à  travers  l’expert  résidant  à 
Niamey.   
De plus, la période de démarrage a permis de constater que les frais accessoires nécessaires à 
la mise en place des activités ont étés sous-estimées. Il est donc recommandé de  supprimer 
le poste de coordinateur et de réallouer ces fonds aux dépenses accessoires pour renforcer 
les capacités opérationnelles du projet.  Ceci ferait l’objet d’un avenant au contrat T05-EUTF-
SAH-NE-06-02. Cette réallocation ne préjuge en rien la possible évolution du programme des 
formations et sera examinée avec la DUE. 
La proposition de composition de l’équipe est la suivante :  
Rapport de démarrage  
 
25 


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
 
 
 
 
 
 
2.  Expertise court-terme 
Le  contrat  prévoit  1313  jours  d’expertise  court-terme  relative  aux  activités  du  projet.  Ces 
experts  seront  identifiés  et  mobilisés  dans  les  phases  de  mise  en  œuvre  des  activités  et 
sélectionnés  selon  les  besoins  spécifiques  de  chaque  action.  Les  profils,  CV  et  termes  de 
référence  des  missions  des  experts  court-termes  seront  communiqués  au  gestionnaire  de 
projet de la Délégation Européenne pour validation préalable.  
L’expertise  court-terme  sera  recrutée  sur  la  base  de  termes  de  référence  spécifiques  à 
chaque  mission.  Etant  donné  la  technicité  des  appuis  prévus  par  le  projet  la  plupart  de  ces 
intervenants seront des experts seniors. Conformément à la structure des activités proposées 
ils se déclineront sur deux axes d’intervention : analyse technique et formation.  
En outre des experts/intervenants locaux seront également amenés à intervenir, notamment 
dans les formations, dans l’optique de favoriser l’appropriation des connaissances transmises. 
Le tableau ci-après présente une répartition de cette expertise entre les différentes activités. 
 
Rapport de démarrage  
 
26 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Code Activité 
Désignation 
NB 
 1. Composante 1 
  
Activité 1.1 
Analyse juridique  
45 
Activité 1.2 
Appui à l'élaboration d'un dispositif de stockage et de sécurisation 
des équipements 

TOTAL Composante 1 
45 
  
  
 
 2. Composante 2 
  
Activité 2.1.1 
Formation au matériel de passage aux rayons X à double vue 
15 
Activité 2.1.2 
Formation au détecteur mobile d’explosifs et produits stupéfiants 
15 
Activité 2.1.3 
Formation à la vidéosurveillance 
15 
Activité 2.1.4 
Formation à la détection de la fraude documentaire 
40 
Activité 2.2.1 
Formation aux « patrouilleurs 
45 
Activité 2.2.2 
Formation aux techniques d’intervention 
90 
Activité 2.2.3 
Formation à la gestion démocratique des foules 
60 
Activité 2.2.4 
Séminaire sur les dispositifs d’ordre public à mettre en œuvre lors 
de rassemblements importants 
15 
Activité 2.2.5 
Formation à la gestion de crise et au suivi des renseignements 
15 
Activité 2.2.6 
Formation aux premiers secours 
30 
Activité 2.2.7 
Formation à la rédaction procédurale douanière 
30 
Activité 2.3.1 
Formation à la collecte du renseignement douanier, à son 
exploitation et son analyse 
60 
Activité 2.3.2 
Formation à la lutte contre les stupéfiants et identification des 
produits incriminés 
30 
Activité 2.3.3 
Formation à la lutte contre l’immigration clandestine et la traite 
des êtres humains 
30 
Activité 2.3.4 
Formation à la lutte contre le blanchiment 
30 
Activité 2.3.5 
Formation aux avoirs criminels 
30 
Activité 2.3.6 
Formation en cyber criminalité 
30 
Activité 2.3.7 
Formation à la lutte contre le trafic de véhicules volés (formation 
ARGOS)  
10 
Activité 2.4.1 
Formation d’aides artificiers 
30 
Activité 2.4.2 
Formation de formateurs de formateurs d’artificiers 
60 
Activité 2.4.3 
Formation des membres du Service Central de Lutte Contre le 
Terrorisme (SCLCT) aux techniques de l’enquête antiterroriste. 
30 
Activité 2.4.4 
Formation des personnels de la Police Nationale et de la 
Gendarmerie Nationale aux techniques du système AFIS (Fichier 
Automatisé des Empreintes Digitales –FAED-) 
20 
Activité 2.4.5 
Formation des personnels de la Police Nationale et de la 
Gendarmerie Nationale des 8 Régions aux techniques du système 
AFIS (Fichier Automatisé  
15 
Activité 2.4.6 
Formation des personnels des unités d’intervention la Police 
Nationale, de la Gendarmerie Nationale et de la Garde Nationale 
au monitorat “Premiers Secours en Intervention” (PSI) et “Premiers 
Secours en Intervention de Combat” 
45 
 
Rapport de démarrage  
 
27 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Code Activité 
Désignation 
NB 
Activité 2.4.7 
Intervention d’un ingénieur réseau qui procèdera au contrôle de la 
connexion des stations d’acquisition et de recherche du système 
AFIS (FAED) des 8 régions au serveur principal.  
10 
Activité 2.5.1 
Formation aux techniques appliquées de sport de combat 
30 
Activité 2.5.2 
Formation de formateurs et sauveteurs de combat 
10 
Activité 2.5.3 
Formation (recyclage) “Maîtrise d’un adversaire avec arme ou sans 
arme” 
20 
Activité 2.5.4 
Formation au franchissement opérationnel 
40 
Activité 2.5.5 
Formation aux Premiers Secours Civiques niveau 1 
30 
Activité 2.5.6 
Formation NEDEX (techniques de déminage) 
10 
Activité 2.5.7 
Formation à la maintenance des groupes électrogène 
 
Activité 2.5.8 
Formation spécialisée d’une équipe de protection rapprochée en 
poste à la primature (niveau équipier) 
 
Activité 2.5.9 
Formation spécialisée d’une équipe de protection rapprochée en 
poste à la primature (niveau chef d’équipe) 
 
  
TOTAL Composante 2 
940 
  
  
  
  
3. Composante 3 
  
Activité 3.1 
Appui à la réhabilitation des points de passage frontaliers (PPF) 
32 
 
Appui à la création d'un Centre de Commandement Opérationnel 
Activité 3.2 
Mixte (CCOM) 
66 
Activité 3.3 
Appui à la création d'un système de communication 
120 
Activité 3.4 
Appui à la mise en place d'un système de contrôle et 
d'enregistrement des mouvements de personnes 
40 
  
TOTAL Composante 3 
258 
  
TOTAL GENERAL 
1243 
 
 
 
3.  Backstopping 
Le backstopping pour le projet sera administré par les Responsables de projet CIVIPOL Conseil 
en liaison avec le directeur des Opérations de la société. 
1. 
Bureaux et équipements 
Conformément  à  la  structure  proposée  dans  l’organisation  et  méthodologie,  le  projet  est 
basé  à  Niamey.  Des  bureaux  sont  maintenant  en  place,  et  complètement  équipés.  Une 
permanence du chef de projet et la présence ponctuelle des experts clé et court terme sont 
assurés. Ils sont appuyés par une assistante et un chauffeur. 
 
 
Rapport de démarrage  
 
28 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
2. 
Logistique et organisation des activités 
Le volet sécurité du projet AJUSEN s’inscrit dans la continuité du projet PAJED II. De plus, les 
souhaits  des  bénéficiaires  en  matière  de  formations  techniques  ont  été intégrés  au  plan  de 
travail  présenté  dans  ce  rapport  (Annexe  3).  Ces  objectifs  se  rapportent  à  un  budget 
relativement  limité,  facteur  qui  a  influencé  la  logistique  de  l’organisation  des  activités.  La 
plupart des formations se tiendront dans les locaux des FSI et regrouperont plusieurs services 
de  manière  transversale.  Cette  structure  permettra  d’optimiser  le  budget  dans  l’optique  de 
délivrer un maximum des formations aux bénéficiaires.  
 
4.  Comité de pilotage stratégique et technique 
Le  suivi  et  le  pilotage  du  projet  se  déclineront  sur  deux  niveaux :  le  comité  de  pilotage 
stratégique et le comité technique.  
Comité de pilotage stratégique :  
Le Comité de pilotage stratégique aura pour vocation de confirmer les orientations globales 
du  projet.  Il  se  réunira  une  fois  par  an  et  inclura  toutes  les  parties  prenantes  du  projet ; 
notamment  les  autorités  Nigériennes,  la  Délégation  de  l’Union  Européenne  et  l’agence  de 
mise en œuvre. Les entités suivantes sont invitées à y participer. 
  Ministère de l’Intérieur Nigérien ; 
  Ministère de la Défense Nigérien ; 
  Ministère des Finances Nigérien ; 
  Délégation de l’Union Européenne ; 
  CIVIPOL Conseil ; 
  Agence Française du Développement ; 
  Autres PTF (si pertinent). 
En  outre,  le  comité  de  pilotage  stratégique  pourrait  devenir  une  instance  commune  avec 
l’AFD pour avoir une vision globale du programme AJUSEN avec les partenaires.  
Il est proposé de tenir ce premier comité de pilotage stratégique en Septembre 2017. 
Comité Technique :  
Le comité technique aura pour mandat de définir les orientations opérationnelles du projet. 
Ce  comité  assurera  la  coordination  des  différentes  composantes  du  projet  ainsi  que  leur 
cohérence vis-à-vis de la direction stratégique définie par le comité de pilotage. Il devrait se 
tenir de façon régulière, au moins deux fois par an, pour faire un point technique en phase 
avec la soumission des rapports d’activités semestriels. La composition du comité technique 
variera  selon  les  axes  d’action  et  les  sujets  à  traiter.  Les  entités  suivantes  sont  invitées  à  y 
participer de façon régulière. 
Rapport de démarrage  
 
29 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
  Ministère de l’Intérieur Nigérien et notamment les DG pertinentes ; 
  Délégation de l’Union Européenne ; 
  CIVIPOL Conseil. 
Il est proposé de tenir ce premier comité de pilotage technique en Novembre 2017, avant que 
ne se tienne  le premier comité de pilotage stratégique au printemps 2018. 
 
5.  Suivi et évaluation 
La  mise  en  place  d’indicateurs  est  essentielle  au  suivi  et  à  l’évaluation  du  projet.  Des 
indicateurs  ont  été  identifiés  pour  chaque  composante  et  permettent  une  évaluation 
transversale des livrables. Le plan de travail inclut des indicateurs et des livrables spécifiques 
correspondant à chaque action programmée.  
 
6.  Communication et visibilité 
Les  actions  suivantes  ont  été  mises  en  place  dans  l’optique  d’assurer  une  communication 
cohérente du projet envers l’ensemble des interlocuteurs extérieurs : 
  Cartes de visite avec le nom du projet et respectant les règles de visibilité de l’UE 
(déjà mis en place) ; 
  Adresses email pour l’ensemble de l’équipe avec le nom du projet ce qui permet 
aux interlocuteurs de facilement identifier l’équipé du projet (déjà mise en place). 
Les  actions  listées  ci-dessus  pourront  évoluer  au  cours  du  projet.  Les  rapports  semestriels 
seront  l’occasion  de  proposer  des  actions  supplémentaires  en  phase  avec  l’évolution  des 
besoins du projet. Le budget étant limité il faudra privilégier des actions de visibilité avec un 
impact important et durable. 
 
7.  Calendrier de mise en œuvre 
Le calendrier de mise en œuvre global du projet se trouve à l’annexe 3. 
 
8.  Répartition des dépenses accessoires et des coûts forfaitaires 
Sur la base des activités, une répartition des dépenses accessoires a été faite par composante 
et  par  activité  pour  assurer  un  meilleur  suivi  du  budget.  Cette  répartition  n’est  pas 
contractuelle  et  peut  évoluer  au  cours  du  projet.  Les  rapports  techniques  et  financiers 
semestriels  seront  l’occasion  de  faire  le  point  là-dessus.  Le  tableau  de  répartition  des 
dépenses accessoires se trouve en annexe 4. 
Rapport de démarrage  
 
30