Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.

link to page 2 link to page 3 link to page 4 link to page 7 link to page 10 link to page 17 link to page 20 link to page 25 Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Annexe 1- CR des réunions de la phase de démarrage 
 
 
 
I. 
Liste des personnes rencontrées ..................................................................................................... 2 
II. 
Compte rendus par semaine d’activité ........................................................................................... 3 
Compte rendu des activités de la semaine 12 : .................................................................................. 4 
Compte rendu des activités de la semaine 13 .................................................................................... 7 
Compte rendu des activités de la semaine 14 .................................................................................. 10 
Compte rendu des activités de la semaine 15 .................................................................................. 17 
Compte rendu des activités de la semaine 16 .................................................................................. 20 
Compte rendu des activités de la semaine 17 .................................................................................. 25 
 
 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
I. 
Liste des personnes rencontrées 
 
Autorités Nigériennes 
Police Nationale : 
•  DGPN (Souley BOUBACAR) ; 
•  Contrôleur Général Souley BOUBE ; 
•  Adjoint du Contrôleur Général Souley BOUBE (MOUSSA ISSAKA) 
•  DST, Direction Générale de la Police Nationale (ALPHA) ; 
•  DST Adjoint (HOUSSEINI SOULEYMANE) 
•  Officiel du Service de lutte anti-terroriste (KAKA Abdoulaye) ; 
•  Directeur de la Police Technique et Scientifique (Moustapha IAHIROU) 
•  Directeur adjoint de la Police Technique et Scientifique (AHAMED IBRAHIM) ; 
•  Directeur des transmissions et de l'informatique (TITI Abdou) ; 
•  Directeur des Renseignements Généraux (AYOUBA ABDOURAHAMANE) dont les 
29 antennes régionales demandent à être développées (formations...) 
Gendarmerie Nationale 
•  Haut Commandement en second de la GN (SALIFOU WAKASSO) 
 
Chancelleries diplomatiques 
•  Ambassade  de  France  –  (ASI  –  Jean-Max  DELLUC,  ETI  SSI,  ETI  Justice,  ETI  Douane, 
COCAC) 
 
Partenaires techniques et financiers/équipes projets 
•  Délégation de l’Union européenne 
•  Equipes Communes d’Investigation du Niger 
•  Représentants de l’AFD – Franck LEROY 
•  OIM – Organisation Internationale des Migrations  
•  EUCAP SAHEL Niger 
•  GIZ, notamment chargé du programme PFUA 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
II. 
Compte rendus par semaine d’activité 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Compte rendu des activités de la semaine 12 : 
 
Mardi 14 mars 2017 : 
  Prise de RDV avec le DGPN, Souley Boubacar, commissaire général, via le commissaire 
BIGA Chef de cabinet du DGPN que Pierre Valero connait personnellement. Le RDV est 
fixé au Jeudi 16 mars 2017 à 11 heures. 
 
Mercredi 15 mars 2017 : 
  A  9H00,  rencontre  avec  EUCAP.  Réunion  générale  au  cours  de  laquelle  nous  avons 
présenté  notre  projet.  Pour  être  efficace,  il  est  convenu  de  nous  revoir  en  réunions 
techniques  au  cours  desquelles  nous  détaillerons  l’offre  technique  CIVIPOL  pour 
l’ensemble des formations et des actions proposées, c’est à dire les composantes 2 et 
3. Matthieu Zamecnik de la DUE a assisté à cette première réunion. 
o  Un  RDV  est  pris  au  jeudi  16  mars  pour  les  composantes  2  et  3.  Pour  la 
composante 1, Politique nationale de sécurité ; 
o  Un RDV est pris avec Jean Montal, référent EUCAP pour la PNS, pour le lundi 20 
mars à 9 heures. 
 
  A 18H30, rencontre avec les ETI du SSI de l’ambassade de France (Andréa FRANQUI1, 
Gaétan CRESP2, Antoine TETAUD3 et Pascal LORIOT4) et l’ETI justice Virginie PAGNON. 
Une présentation du projet AJUSEN, et des actions que nous envisagions de faire avec 
eux a été faite. Le but de cette rencontre était aussi de provoquer des audiences avec 
les grands commandants dont ils sont les conseillers à savoir le haut commandant de la 
GGN  via  Andréa  FRANQUI,  et  le  Haut  commandant  de  la  Gendarmerie  Nationale  via 
Gaétan CRESP. Nous leur avons demandé également de nous formuler leurs besoins qui 
n’auraient pas été listés dans l’offre technique de CIVIPOL. Antoine TETAUD, conseiller 
sureté immigration, nous a dit que le matériel de détection rayons X qui nous intéresse 
n’avait jamais été livré. Gérard POUGETOUX doit faire un focus sur la genèse de cette 
affaire  (appareil  radioscopique,  détection  explosifs  et  stupéfiants  ainsi  que 
vidéosurveillance). 
o  Gaétan CRESP, le conseiller du Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale 
nous  obtiendra  un  RDV  avec  cette  dernière  autorité  le  jeudi  23  mars  2017  à 
15H00. 
                                                           
1 Conseiller au haut commandant de la Garde Nationale 
2 Conseiller au haut commandant de la Gendarmerie Nationale 
3 Conseiller sureté immigration 
4 adjoint de l’ASI et conseiller du DGPN 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
o  Nous convenons de revoir le conseiller de la GGN dans ses locaux la semaine 
prochaine le lundi 27 mars à 15H00.  
 
Jeudi 16 mars 2017 : 
  Visite à 11 heures au DGPN Souley Boubacar, commissaire général. Matthieu Zamecnik 
de la DUE a assisté à la réunion. Il s’agissait surtout d’une prise de contact hiérarchique. 
Le DGPN y est fort sensible et nous enjoint de passer avant tout autre contact par son 
directeur de la prospective, le contrôleur général Souley Boube, qui est également le 
point focal pour tout ce qui touche à la coopération. Le contrôleur général Souley Boube 
est également une connaissance personnelle de Pierre Valéro, expert n°2. Un RDV est 
donc pris avec le contrôleur général Souley Boube le lundi 27 mars à 10H00. 
 
  A 14H00, rencontre avec EUCAP pour deux réunions techniques au cours desquelles 
nous avons égrené le déroulé de l’offre technique CIVIPOL pour les formations et pour 
les  frontières,  c’est-à-dire  la  composante  2  et  3  de  notre  projet.  Il  ressort  de  cette 
rencontre  que  plus  de  80  %  des  actions  que  nous  avons  prévues  ne  faisaient  pas 
doublon  avec  les  actions  conduites  par  EUCAP.  Pour  les  20%  qui  restent,  nous 
adapterons notre offre pour ne pas refaire ce qui est déjà fait par ailleurs. 
 
Vendredi 17 mars 2017 : 
  Prise de contact par message et courriel avec Dominique MERCIER. Pour l’instant pas 
de réponse. Une nouvelle tentative sera faite en début de semaine 13.  
 
  Concernant Harald WILMIN, ancien coordonnateur de PAJED 2, Pierre Valero a eu une 
longue conversation téléphonique avec lui et un échange de mail, dont voici le CR : 
Il  a  été joint  par  voie  téléphonique  à  BAMAKO  dans  le  but  de  nous  préciser  certains 
termes de son rapport de clôture, et notamment le devenir des matériels non livrés : 
matériels  de  sécurité  de  l’aéroport,  vidéosurveillance,  système  FAED  (AFIS)  et 
formations dans ces domaines qui nous semblent primordiaux. Harald Wilmin nous a 
répondu que le projet était terminé pour ce qui le concernait, que toutes précisions 
nous seraient fournies par le commissaire de police YAOU DAN BAKI qui administrait le 
projet à ses côtés. Ce dernier est aujourd’hui en fonction au CENTIF (équivalent nigérien 
de TRACFIN). Il a insisté sur le fait que les systèmes de transmission : WAPIS (CIPAO) 
d’Interpol, MIDAS (OIM), PICES (USA), FAED (France) ne sont pas connectés ensemble 
ce qui rend très dommageable l’ensemble.  
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Quant au FAED, il a indiqué que le système ne fonctionnera complètement que lorsque 
l’ensemble des régions seront reliées au serveur de NIAMEY installé au laboratoire de 
police scientifique. Avant cela le gouvernement s’est « engagé » à aménager des salles 
ad  hoc  permettant  l’installation  des  ordinateurs  destinés  à  la  saisie  des  traces 
d’infraction. Nous avons rencontré dans la foulée le commissaire YAOU DAN BAKI qui 
s’est montré très intéressé par AJUSEN (sens premier du terme). Il nous a renvoyé à son 
rapport  de  fin  d’exercice  et  semblait  peu  se  souvenir  des  détails  techniques  nous 
intéressant. Nous allons en conséquence examiner ces documents et recouperons les 
éléments susceptibles d’orienter AJUSEN vers des missions de formation pertinentes. 
Ex : la livraison de 2 Zodiac au Service Central de Lutte Contre le Terrorisme (SCLCT) et 
à l’Office Central de Lutte Contre le Trafic de Stupéfiants (OCRTIS) ainsi que la formation 
de 35 personnels de ces services, alors qu’aucun budget de fonctionnement ne permet 
le paiement du carburant ni de l’entretien de ces équipements, fera l’objet d’un examen 
particulier quant aux missions de ces unités et la réelle utilisation du matériel livré. 
 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Compte rendu des activités de la semaine 13 
 
LUNDI 20 MARS  
  9H00: rencontre avec Jean MONTAL-VILETTE, spécialiste PNS pour EUCAP. 
Il nous dresse l’état des lieux de la PNS. Depuis quatre années et demie, il ne s’était rien 
passé dans le domaine de la politique nationale de sécurité. Depuis septembre dernier, 
EUCAP a un conseiller pour la PNS en la personne de Jean MONTAL. Le Niger a mis en 
place une structure qui conditionne le versement d’un appui budgétaire de l’UE, à savoir 
le  Comité  National  chargé  de  la  PNS.  Cette  structure  est  présidée  par  ABDOULAY 
MANZO. Cette structure a été élargie par l’arrêté du 7 février 2017, signé par le ministre 
de l’intérieur. Il y manque les gens de l’Etat-Major et du plan. Notre interlocuteur nous 
fait remarquer que pour être efficace, cet arrêté aurait dû être signé par la présidence 
ou à défaut par la primature. Pour l’instant, ce comité est une coquille presque vide, qui 
ne contient que la colonne vertébrale, la structure. Toutefois, ils ne partent pas de rien. 
Ils ont un accord-cadre signé en septembre 2015 avec les américains qui s’appelle le SGI 
(Security Governance Initiative). Le SGI est une agence américaine pilotée par la maison 
blanche, qui a déjà avancé le travail. Ils ont défini les menaces. Ensuite ils ont sorti les 
documents cadres en matière de ressources humaines pour les ministères de l’intérieur 
et de la défense, ainsi qu’un texte sur la mise en place d’une chaine logistique. 
Les américains ont apporté une méthodologie : 
  Faire un mapping des forces de sécurité, 
  Mesurer le GAP entre les textes et la réalité. La liste des menaces a été validée 
par le pouvoir politique. 
  Ces menaces doivent générer des actions pour les contrarier, reconstruire 
des voies d’accès pour déplacer les forces et un plan d’actions sur plusieurs 
années. 
Ce  comité  pour  la  PNS  va  avoir  4  mois  pour  donner  ses  conclusions,  en  partant  des 
menaces identifiées par le SGI américain. Voir document en annexe. La préoccupation 
de Jean MONTAL comme celle des experts AJUSEN, c’est de pouvoir être officiellement 
associé aux travaux de cette commission. 
 
  15H00:  rencontre  avec  le  douanier  HAMEDAME  HASSANI,  ETI  français  auprès  de  la 
direction générale des douanes.  
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Nous avons déroulé les actions prévues dans l'offre technique du projet AJUSEN. Notre 
interlocuteur s'est montré agréablement surpris puisqu'il a vu que les douanes n'avaient 
pas été oubliées. A sa demande, on pourra dupliquer certaines actions, par exemple les 
premiers secours, les patrouilles, notre action 2.1.1 qui l'intéressent.  
Il  faudra  donc  profiter  de  la  venue  d'experts  pour  l'aéroport  pour  dupliquer  cette 
formation (mise en œuvre de l'appareil radioscopique de sureté) pour la douane. Il en 
est de même pour les actions 2.1.2, 2.2.7 et 2.3.6. Pour la lutte contre le blanchement 
et avoir criminels, on pourrait regrouper ces deux formations en une seule. Au final de 
notre  entretien  il  apparait  que  les  propositions  de  formation  de  l'offre  CIVIPOL 
correspondent assez bien aux besoins réels de la douane. 
 
JEUDI 23 MARS  
  15H00: rencontre avec le haut commandant de la gendarmerie nationale, le colonel 
major SALIFOU WAKASSO, commandant en second. 
Il acquiesce à l'offre des actions proposées par le projet. Il approuve la formation pour 
le  maintien  de  l'ordre  mais  souhaiterait  que  du matériel  lui  soit  livré.  Nous  lui  avons 
expliqué que notre projet sécurité ne prévoyait pas de dotation autre que des petits 
matériels.  Sa  préoccupation  principale  est  la  formation  des  cadres  et  plus 
particulièrement la formation des officiers. Il n'y a pas d'école d'officiers au Niger. Les 
cadres sont vieillissants et la relève n'y est pas. Il serait donc souhaitable de créer une 
école  d'officiers,  mais  ce  n'est  ni  dans  l'objet  ni  dans  les  moyens  du  projet  AJUSEN. 
Toutefois,  le  commandant  en  second  de  la  gendarmerie  nationale  se  satisfait  des 
formations qui sont proposées dans l'offre technique du projet. 
 
VENDREDI 24 MARS  
  10H00 : Rencontre avec le commissaire YAOU DAN BAKI, ex coordonnateur adjoint du 
projet PAJED 2. 
Il nous a transmis son rapport de fin de projet expliquant qu'il restait un grand nombre 
de véhicule et d'ordinateurs à livrer aux FSI, prévus dans le PAJED 2. 
  15H00: rencontre avec le colonel IBRO ADAMOU, N°2 des eaux et forêts. 
Les eaux et forêts sont organisées comme une structure paramilitaire de protection des 
ressources naturelles. Leurs effectifs sont de 2000 personnels, bien répartis sur tout le 
territoire, en 8 directions régionales. Leur organisation se décline jusqu’à la commune 
dans laquelle on trouve au moins un représentant des eaux et forêts. Ils dépendent du 
ministère de l'environnement et du développement durable. Ils constituent un maillage 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
fin bien repartis jusque  dans chaque commune et pourraient constituer un excellent 
réseau de renseignement qui n’est absolument pas exploité. Les eaux et forêts ne sont 
pas  prévues  dans  les  PC  mixtes  qui  sont  devenus  les  centres  de  commandement 
régionaux. De surcroit, ils ont un problème de transmissions : pas de moyens de liaisons 
radios  et  difficultés  de  liaison  avec  les  autres  FSI.  Ils  ne  fonctionnent  qu’avec  leurs 
téléphones  portables,  quand  ils  ont  du  réseau,  et  surtout  du  crédit  sur  leurs  cartes 
téléphoniques. Les eaux et forêts sont très aidées dans la région du parc du W par les 
allemands pour le braconnage et par les américains pour le terrorisme. Pour notre part, 
nous leur apporterons les formations prévues dans l’offre technique de Civipol. 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   


Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Compte rendu des activités de la semaine 14 
 
LUNDI 27 MARS 
  10H00: Rencontre avec le contrôleur général SOULEY BOUBE, point focal de la coopération pour 
la police nationale nigérienne. 
Il nous dresse l’état des lieux des avancées faites grâce aux coopérations successives et 
en particulier par PAJED 2 : 
  Établissement d’un plan de développement de la Police Nationale, renforcement 
des capacités et maillage territorial ; 
  Création d’un service central de lutte contre le crime organisé et l’immigration 
irrégulière ; 
  Création d’un office central de répression du trafic illicite de stupéfiants ; 
  Les RG vont être transformés en DCRI ; 
  Création  d’un  poste  de  DIRCAB  auprès  du  DGPN.  Jusqu’à  présent  il  n’y  avait 
qu’un chef du service du cabinet ; 
  6  régions  sur  8  sont  maintenant  dotées  de  CRS  (Compagnies  Régionales  de 
Sécurité). 
 
Il déplore que PAJED 2 n’ait pas livré 80% du matériel promis, en particulier au niveau 
des  VL,  des  ordinateurs,  du  matériel  de  détection  pour  l’aéroport,  et  du  matériel  de 
transmission.  Notre  expert  formation,  Pierre  Valero  lui  déroule  le  programme  de 
formation  envisagé  par  notre  projet  AJUSEN.  Le  contrôleur  général  SOULEY  BOUBE 
insiste sur deux formations qui lui paraissent importantes : le rapport de patrouille et le 
CR d’activité. Pour lui il faut un canevas unique. Il faut uniformiser les procédures. Idem 
pour la police judiciaire : un PV de perquisition doit avoir les mêmes points renseignés 
quel que soit le commissariat ou l’OPJ qui le rédige. Actuellement, un PV de perquisition 
est  différent  d’un  commissariat  à  l’autre.  Ce  n’est  pas  bon.  Il  faut  uniformiser  la 
procédure pénale. La Gendarmerie l’a fait. Il faut que la police fasse de même. Pierre 
Valéro  énumère  les  autres  formations  envisagées :  Patrouilles,  techniques 
d’intervention,  gestion  démocratique  des  foules,  services  d’ordre  pour  le  service  de 
protection  des  hautes  personnalités,  formation  en  cyber  criminalité,  lutte  contre  le 
blanchiment et protection des scènes de crime. Le contrôleur général annonce qu’il va 
sortir début avril un plan de formation qui répondra en fait à l’inventaire des besoins en 
formation qu’il est en train d’identifier. Il nous demande que lorsque nous ferons une 
formation, nous associions le plus possible les formateurs locaux, qui sont déjà formés 
et qu’il faut utiliser pour ne pas qu’ils perdent leur compétence. Il souhaite que nous 
fassions  des  formations  en  duo,  en  associant  leurs  formateurs  avec  les  experts 
étrangers.  Concernant  la  coopération,  il  nous  dit  que  la  GIZ  est  bien  avancée.  En 
revanche, il y a du retard du partenaire espagnol pour l’ECI, retard pour l’aménagement 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
10 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
des locaux. Il souhaite que Madrid déploie son coordinateur institutionnel ici au Niger 
pour régler les problèmes. Matthieu de la DUE a assisté à notre entretien. 
  15H00:  rencontre  avec  le  chef  d’escadron  ANDREA  FRANCHI,  ETI  français  auprès  du  haut 
commandant de la garde nationale du Niger (GNN). 
Nous avons déroulé les actions prévues dans l'offre technique du projet AJUSEN. Nous 
avons ensuite échangé sur le contenu résumé du programme AJUSEN, volet sécurité. 
Lors de cet échange, il nous a présenté sa vision de voir les choses, dans un document 
de travail non finalisé, auquel nous allons répondre. Ce calage entre nous et lui est un 
préalable  à  une  rencontre  avec  le  patron  de  la  GNN.  Le  document  de  travail  et  sa 
réponse feront l’objet d’un envoi s qui va suivre. 
 
  17H00:  rencontre  avec  le  Directeur  du  laboratoire  de  la  police  technique  et  scientifique, 
Mustapha THAIROU, Commissaire et pharmacien chimiste. 
Il acquiesce à l'offre des actions proposées par le projet. Il nous a dit qu’il disposait d’un 
pool  de  formateur  au  laboratoire  qui  pourrait  être  utilisés  dans  nos  formations.  Sa 
préoccupation  principale  est  la  formation  des  cadres  et  plus  particulièrement  la 
formation des policiers et des gendarmes AU SUJET DU SYSTEME AFIS (FAED). 
Selon l’expert AFIS (Christian GIMENO) qui, d’après le Laboratoire de Police Scientifique 
(LPS) local a inspecté le système il y a trois mois, la phase informatique est à créer : 
  câblage du réseau 
  installation de 10 appareils Livescan et 10 Cardscan 
A NIAMEY le système serait assez avancé. La société DERMALOG qui est à l’origine de 
l’ensemble (Allemagne) devrait intervenir sous peu ( ?) afin d’installer le serveur ad hoc 
à la GN. Dès lors il existera une connexion entre le Laboratoire de Police Scientifique 
(LPS), l’Identité Judiciaire (IJ) et la Gendarmerie Nationale (GN). Il sera alors nécessaire 
de  former  des  personnels  de  l’IJ  et  de  la  GN,  étant  entendu  que  le  LPS  dispose  de 
formateurs locaux à utiliser. Les autres matériels, serveurs et ordinateurs destinés aux 
régions qui sont toutes dotées de la fibre optique ne pourront être utilement installés 
que lorsque les salles ad hoc seront aménagées, voire construites aux frais des autorités 
locales. Pour l’heure aucune des 300.000 fiches décadactylaires n’a été mémorisée dans 
le FAED (nombre trop important à réduire en tenant compte des dates de naissance). 
Selon l’expert formation d’EUCAP, il faudrait former 70personnels de la Police Nationale 
et Gendarmerie Nationale sur 5 jours à : 
  la saisie des traces d’infraction 
  l’enregistrement des fiches 
  la recherche FAED 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
11 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
La société DERMALOG a formé 80 personnels pendant le ramadan 2016 avec un résultat 
médiocre au vu de la faible motivation des stagiaires. 
 
Intervenants : 
  Maitrise  d’œuvre  AFIS :  LPS  Direction  de  la  Police  Technique  et  Scientifique 
Commissaire  Moustapha  TAHIROU  96.18.9O.00  –  CP  Ahamed  IBRAHIM 
90.26.25.08 
  Expert AFIS : Christian GIMENO mail : xxxxxx.xxxxxxxxx@xxxxx.xxx 
  Chef  projet  PAJED  II :  Harald  WILMIN :  xxxxxx.xxxxxx@xxxxx.xxx 
00.223.825.591.39. 
 
MERCREDI 29 MARS 
  15H30 : Rencontre avec le commissaire AYOUBA ABDERAMAN, Directeur des renseignements 
généraux. 
Le  directeur  des  RG  nous  présente  la  structure  de  sa  direction  et  nous  exprime  ses 
besoins en formation. Les RG au Niger comportent 48 antennes en province plus une 
antenne à l’aéroport. Chaque antenne est composée d’au moins trois fonctionnaires. 
Sa  direction  administre  300  fonctionnaires  et  quelques  collaborateurs.  Il  trouve  les 
propositions d’Alain CHAULET très pertinentes quant au choix des formations. Il insiste 
surtout sur la formation des enquêteurs aux enquêtes administratives et à l’archivage. 
Son service a un gros problème d’archivage. Ils entassent plein de notes et de rapports 
qu’ils ont ensuite beaucoup de mal à retrouver. Pour lui les archives sont à remettre en 
état, et c’est une priorité. Il nous dit qu’il dispose de formateurs bien formés que l’on 
pourra utiliser. Et qu’il faudra que l’on s’harmonise avec EUCAP car EUCAP fait déjà de 
la formation pour ses antennes, mais de la formation sur NIAMEY, où les apprenants 
sont regroupés pour la durée des formations. 
 
JEUDI 30 MARS 
  09H00: rencontre thématique sur les formations avec EUCAP. Animateurs : Pierric AGOSTINI et 
Michel SAVARY (EUCAP) 
Présents : Personnels concernés d’EUCAP, ONU DC, OIM, ECI, AJUSEN, Ambassade de 
G.B. 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
12 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Résumé de la réunion : 
 
Depuis  juillet  2015 :  Eucap  (110  personnels  de  terrain  au  Niger)  a  dispensé  36 
formations  pour  600  stagiaires  des  Forces  de  Sécurité  (FDS)  dans  le  domaine  de  la 
fraude  documentaire.  Une  mallette  pédagogique  ad  hoc  est  en  cours  de  fabrication. 
450  stagiaires  et  24  formateurs  ont  été  formés  sur  l’ensemble  des  régions.  Eucap  a 
équipé 27 PPF et livré 5 voitures, 36 motos aux PPF, une voiture au siège de la DST. Le 
statut du formateur sur lequel Eucap travaille depuis 3 ans est dans l’attente de textes 
de  l’administration  nigérienne  (blocage  imputable  aux  commissaires  de  police 
nigériens). Des actions sur ce thème, ainsi que sur ceux du terrorisme, des stupéfiants, 
sont prévues dans le cadre du G5 Sahel. Elles auront lieu à Bamako. 
 
Idem par ACTS qui prévoit pour 2017 un appui au Niger dans le domaine de la formation 
de la police nationale et les douanes. 
 
Le représentant de l’ONU DC a notamment relaté les réalisations de son organisation 
dans le cadre du dispositif Aircop, à savoir la mise en place de la Cellule Anti Trafics à 
l’aéroport de Niamey qui comprend des policiers et des gendarmes. La douane n’ayant 
toujours pas rejoint l’unité évoquant l’absence de textes. Il a également parlé de la mise 
en place du dispositif I -24-7 et la création d’un centre d’aide aux victimes à ZINDER. 
Expertise-France  interviendra  sous  peu  dans  le  cadre  du  projet  Liptako-Gourma,  ses 
actions ne se sont pas encore connues. 
 
L’OIM a équipé des Postes de Passage Frontalier de la région de DIFFA et de GUIDAL 
(sud-ouest Niger). Elle développe des actions dans le domaine de la gestion humanitaire 
des  frontières,  notamment  au sud-est  dans  le  cadre  de  l’opération  flimlock  (maîtrise 
d’œuvre  par  les  USA).  Elle  a  dispensé  une  formation  sur  la  fraude  documentaire  à 
BOSSO (sud-Est Niger) et organisé un atelier à Niamey sur la gestion humanitaire des 
frontières. 
 
Il a été évoqué par l’ONU DC et les autres acteurs, l’implication de l’Agence Nationale 
de  Lutte  contre  la  Traite  des  Personnes  (ANLTP),  partenaire  incontournable  dans  le 
domaine de la traite dont la présidente, Mme GAZOBI produit des check-list en guise de 
programme. 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
13 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
L’ECI a réaffirmé sa volonté de travailler avec Eucap. 
Nous avons présenté les termes de référence et les actions du projet AJUSEN dans le 
cadre de la protection des frontières et insisté tout particulièrement sur l’importance 
de la livraison dans un délai rapide du matériel de protection à l’aéroport de Niamey qui 
a été commandé sur le projet PAJED II, à savoir : le matériel de vidéosurveillance, les 10 
portiques (dont certains seront installés à la DGPN), le système de contrôle aux rayons 
X  des  bagages,  les  2  détecteurs  portatifs  de  traces  d’explosifs  et  narcotiques,  les  12 
détecteurs  de  métaux  portatifs,  les  6  miroirs  d’examen  des  châssis  de  véhicules.  En 
rappelant l’importance d’obtenir une installation rapide conditionnant : la sécurité de 
l’aéroport  et  les  actions  de  formation  qui  en  découleront.  Idem  dans  le  domaine  du 
système  du  Fichier  Automatisé  des  Empreintes  digitales  (FAED-AFIS)  qui  est  en 
attente de : 
  l’installation du serveur au siège de la gendarmerie ; 
  la  création  de  salles  dédiées  adaptées  dans  les  régions  que  les  autorités 
nigériennes se sont engagées à prendre en charge. 
Sur ce thème, nous pourrions, une fois le système installé à Niamey, mettre en œuvre 
une  formation  qu’une  cinquantaine  d’agents  de  la  police  nationale  et  de  la 
gendarmerie. 
Nous rappelons que la société allemande DERMALOG devrait installer le serveur de la 
gendarmerie  dans  les  prochains  jours  ( ?)  ce  qui  permettrait  au  système  AFIS  d’être 
opérationnel sur la capitale. 
Tous  les  participants  ont  trouvé  les  échanges  fructueux  et  utiles.  Ils  ont  cependant 
regretté l’absence de la GIZ, des USA, des espagnols, et des italiens tous très impliqués 
dans le domaine des frontières. 
Il  a  été  convenu  d’organiser  la  prochaine  table  ronde  sur  ce  thème  dans  un  mois 
environ. 
 
  15H00 : Rencontre à la GIZ 
Nous avons présenté l’ensemble du projet AJUSEN. La Coopération technique GIZ a fait 
ensuite  l’objet  d’un  descriptif  complet  de  la  part  son  directeur.  Plusieurs  axes  de 
coopération sont dirigés par GIZ.  
 
1) Un Projet police financé par le Ministère des Affaires Etrangères allemand à hauteur 
de 0,7 millions € et par l’UE à hauteur de 1,8 millions €. Elle est en grande partie dédiée 
à la Police Nationale. Dans ce cadre neuf postes frontières ont été construits ou rénovés 
(dont  quatre  postes  près  de  la  frontière  avec  le  Nigéria  et  avec  le  Burkina-Faso),  un 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
14 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
laboratoire de police technique et scientifique a été installé et équipé à Niamey. Des 
formations spécialisées pour les unités frontières ont été ou seront dispensées entre 
2016 et 2018. La coopération allemande a participé à la rénovation de l’école de Police 
avec la construction d’un auditorium. (à revoir Base de données frontalières). 2 millions 
pour la traite des personnes. Archives de la police. G5 Sahel : appui et mise en réseau 
des postes de police (voir Abdulaye Zono chef de projet - xxxxxxxxx.xxxx@xxx.xx tél : 
94937566 ) 
2)  L’Allemagne  via  la  GIZ  participe  à  la  mise  en  place  d’une  évaluation  de  la  gestion 
transfrontalière  et  aide  le  gouvernement  nigérien  à  la  mise  en  place  d’une  politique 
nationale de gestion des frontières. Un projet régional Programme Frontière de l’Union 
Africaine  (P.F.U.A)  a  été  engagé  pour  2016-2018  sur  la  migration  (coopération 
transfrontalière) et la lutte contre la corruption avec l’UE. 
3) GIZ par le biais de sa représentation à Bamako (Mali) participe à la bio sécurité de la 
région sur la reconnaissance et la lutte contre les armes bactériologiques et chimiques. 
4) Le représentant régional de la police allemande basé à Tunis a prévu la livraison de 
véhicules automobiles tout terrain et de 100 motos pour la région d’Agadès. Les pièces 
détachées et la maintenance prévues à mettre en place devraient être mis en place par 
la GIZ.  
5) Le ministère de la défense a programmé une aide de 6 millions d’euros pour l’achat 
de véhicule de génie civile et de grues. 
6) La coopération allemande aide la gestion du parc W, à cheval sur la frontière entre le 
Bénin et le Niger, cette aide est basée au Bénin.  
 
Aucune action de coopération n’est prévue pour les douanes, la gendarmerie, les eaux 
et forêts et la garde nationale. 
 
VENDREDI 31 MARS 
  10H30: rencontre à la DUE avec MALAM ABAS, ex coordinateur du projet PAJED 2 de la DUE. 
Le but de cette rencontre était de faire le point sur les matériels annoncés dans PAJED 
2 et qui n’avaient pas été encore livrés aux nigériens. Notre interlocuteur a entièrement 
répondu à notre attente. Il nous a dit que les fournisseurs avaient jusqu’au 29 mai 2017 
pour livrer leurs matériels et se libérer des formalités de douanes. Au-delà de cette date, 
il serait trop tard, le marché serait définitivement fermé et les signataires défaillants 
auraient des pénalités de retard à acquitter. Il est confiant sur cette date. Pour lui, le 
matériel sera livré dans les temps. 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
15 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Il nous a remis un PV de réunion en date du 06 mars 2017, ainsi que la liste des matériels 
concernés  par  ces  livraisons,  et  les  volumes  attendus.  Ces  documents  figurent  en 
annexe  du  présent  compte-rendu.  Ainsi  nos  formations  pourront  commencer  sur  les 
matériels de sécurité aéroportuaire à compter du 01 juin 2017. Mais compte tenu du 
ramadan et de la période estivale, il serait préférable de commencer ces formations en 
septembre. 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
16 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Compte rendu des activités de la semaine 15 
 
MARDI 4 AVRIL 
  15H30: Rencontre avec LUCIE PERROT, et BAPTISTE AMIEUX (88 74 O2 82 et 20752507) de 
l’OIM. 
Baptiste Amieux, est le responsable du projet en gestion des frontières et Lucie Perrot, 
assistant  au  projet.  L’OIM  est  une  agence  des  Nations  Unies,  elle  a  quatre 
représentations au Niger (Diffa, Dirkou, Zinder, Agades et Niamey).  
–  L’organisation  travaille  sur  un  Programme  de  cohésion  communautaire  (18 
millions  de  dollars,  financement  de  petits  projets  pour  lutter  contre  la 
radicalisation religieuse).  
–  Elle apporte une assistance aux migrants pour les retours volontaires, pour les 
cas médicaux, elle travaille sur la traite des personnes (avec l’Agence Nationale 
de Lutte contre le Trafic des Personnes), la formation des migrants, l’appui aux 
communautés locales.  
–  Depuis  le  début 2015,  elle  propose  au  Niger  ses  services  sur  la  gestion  des 
frontières.  
–  Par  ailleurs  l’OIM  développe  et  propose  son  système  MIDAS  en  cinq  langues 
possibles dans 23 pays (la licence d’exploitation est donnée à l’état). Le système 
MIDAS a été au départ mis en place en Mauritanie, depuis les Mauritaniens ont 
installé  en  partie  leur  propre  système  en  gardant  le  système  MIDAS.  Pour  le 
Niger, l’OIM a élaboré un camion entièrement autonome en énergie et en liaison 
satellitaire à destination d’équipes mobiles de contrôle sur les frontières, équipé 
du système MIDAS. L’OIM a trouvé une liaison satellitaire d’un coût très modeste 
(35 dollars par mois). Le système MIDAS peut être connecté au WAPIS (SIPAO) 
d’Interpol et à tout autre système de réseau informatique de recherche et de 
base de données d’un état. 
 
L’OIM participe aussi à la réhabilitation des postes de contrôle frontaliers : 
–  Poste non opérationnel pour le moment construit par l’OIM sur la frontière avec 
Mali (Yassan) à partir de plans conçus par la GIZ (260 m2 de superficie).  
–  Poste  à  Diffa :  réhabilité  en  lien  avec  la  Direction  de  la Logistique  et de 
l’Infrastructure du ministère de l’Intérieur.  
Le  coût  de  réhabilitation  et  d’équipement  s’élève  en  moyenne  à  100 000 euros  par 
poste. En raison des susceptibilités des corps composant les FSI, les postes sont dédiés 
à un seul corps, la Police nationale. 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
17 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
L’OIM  a  développé  une  formation  sur  la  gestion  intégrée  des  frontières  pour  les 
douanes, la DST, les eaux et forêts et l’Ecole de Police de Niamey. 
Elle  soutient  également  un  projet  de  création  d’un  office  central  des  documents  de 
voyage  et  de  l’identification  (appellation  non  officielle),  permettant  à  la  DST  d’être 
dégagée de la gestion de cette tâche. 
L’OIM est favorable à l’interconnexion du réseau MIDAS qu’elle souhaite déployer sur 
les frontières avec le réseau PISCES installé sur les aéroports par les Américains (Niamey 
seulement pour l’instant). Ces deux réseaux ne sont pas interconnectés. Il serait donc 
souhaitable  et  possible  de  les  rendre  interopérables,  pour  qu’ils  puissent  travailler 
ensemble et s’échanger des informations en temps réel.  
Selon  les  informations  recueillies  pour  le  moment,  aucun  réseau  opérationnel  informatisé 
d’enregistrement et de contrôle des personnes ne fonctionne sur les frontières en liaison avec 
le service central (DST). Une autre prise de contact avec l’OIM sera nécessaire notamment pour 
une présentation du système MIDAS. 
 
  17H00: rencontre avec le Directeur de la Sureté du Territoire ALPHA ABDERAHMANE (97 53 10 
60), et son adjoint le commissaire HOUSSEINI SOULEYMANE (96 99 49 73). 
La  DST  est  l’équivalent  de  la  Police  Aux  Frontières  française.  Le  commissaire  ALFA 
Abderahmane qui dirige la DST a été nommé à ce poste depuis deux mois, il dirigeait 
avant la Direction de la Logistique à la DGPN et connaît donc bien les aspects relatifs à 
l’emploi de l’aide budgétaire. 
Nous lui avons présenté le projet en insistant sur les actions relatives à la protection de 
l’aéroport de NIAMEY, livraison de matériels, formations, frontières, immigration. 
Il  nous  a  dit  être  preneur  de  l’ensemble  et  a  rajouté  qu’il  devait  faire  progresser  sa 
direction en raison du sommet des Etats Africains qui aura lieu au Niger en 2019 (5 jours 
consécutifs mais plusieurs semaines de préparations préliminaires qui bousculeront le 
rythme de l’aéroport). 
Pour cela, apprenant que nous développons une activité de conseil dans le cadre du 
projet, il a sollicité l’appui de l’expert principal 3 : frontières afin de souligner les points 
devant être modifiés à l’aéroport et de manière plus globale, dans le but de l’aider à 
effectuer les changements de manière pertinente. Le DST a insisté sur les problèmes 
que lui cause l’accueil à l’aéroport, notamment les flux de passagers arrivant dans les 4 
salons : 
  salon public 
  salon ministériel 
  salon VIP 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
18 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
  salon présidentiel 
 
Il n’obtiendra pas de liste exhaustive de personnalités éligibles à ces mêmes salons et 
demande par conséquent notre appui pour le conseiller sur ces points.  
La DST de l’aéroport est commandée par le commissaire de police SANI ISSOUFOU. 
 
JEUDI 6 AVRIL 
  09H30 : Rencontre avec le contrôleur général KAKA Abdoulaye, Chef du service Central de Lutte 
Contre le Terrorisme. Les personnes suivantes étaient également présentes : 
  Chef de service : KAKA Abdoulaye 
  Chef division investigations : CHEFFOU Abdou 
  Chef division Artificiers : DAN YAYA ELH Issoufou 
  ETI/SSI : Pascal LORIOT 
 
Après que nous lui ayons présenté le projet, le chef de ce service, contrôleur général de 
la police nationale nous a indiqué que son service allait sous peu ouvrir des antennes à 
OUALLAM, et AGADEZ. Elles s’ajouteront à celle de DIFFA et au siège de NIAMEY. 
Le SCLCT comportera alors presque 250 fonctionnaires (policiers, gendarmes et gardes 
nationaux.) 
Sur le plan de la formation il demande notre appui pour que nous formions la division 
des artificiers en prévision du sommet de l’Union Africaine qui devrait avoir lieu en juin 
2019. 
 
Après discussions, les personnes à former seraient les suivants : 
  10 artificiers « formateurs de formateurs » 
  30 « aides artificiers » 
  20 fonctionnaires des futures antennes de OUALLAM et d’AGADEZ qui seront 
formés à « l’enquête judiciaire anti-terroriste » 
 
Nous avons insisté sur le fait que les stagiaires auraient à subir une sélection rigoureuse 
afin que nous évitions d’avoir à former des gens inaptes. 
L’ETI Pascal LORIOT s’est engagé à veiller à cet aspect important de notre coopération. 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
19 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Compte rendu des activités de la semaine 16 
 
LUNDI 11 AVRIL 
  09H00:  réunion  des  PTF  sur  la  thématique  Agence  Nationale  de  Lutte contre  les  Trafics  de 
Personnes (ANLTP) 
Tous les partenaires de cette agence étaient réunis autour de la table pour faire le point 
des projets d’équipement et des projets de formations qui étaient faites au profit de 
l’ANLTP. Etaient présents : 
  Virginie  PAGNON  pour  AJUSEN-volet  justice  qui  a  dit  qu’il  n’y  aurait  pas  de 
dotation pour l’agence, mais qu’il y aurait du renforcement de capacité par le 
placement d’un expert auprès de l’ANLTP ; 
  Tharcisse GUATARAMA, Officier de liaison justice à EUCAP-SAHEL a dit qu’il y 
avait  un  problème  de  radicalisation  au  niveau  des  prisons.  Qu’ils  allaient 
commencer la formation des gardiens de prison. Il recherche un partenaire pour 
faire cette formation. 
  Harouna  Abdoulahi,  Coordonnateur  pour  le  Niger  au  bureau  régional  de 
l’ONUDC : ils discutent avec l’agence pour cibler ses besoins. Ils regardent son 
plan  d’action  pour  qu’il  y  ait  un  cadre  cohérent  avec  des  objectifs  et  des 
indicateurs identifiés. 
  Bertrand LEVIEUX de Unité 5 d’EUCAP : ils vont fournir des matériels de bureau, 
de  la  vidéo,  scanneur  pour  équiper  deux  bureaux  régionaux  de  l’agence.  Ils 
pourraient  aussi  faire  des  formations  sur  la  loi  36  de  2015  ainsi  que  des 
formations sur les trafics illicites de migrants. 
  Lucie PERROT de l’OIM : a prévu l’achat de véhicules pour l’antenne de ZINDER 
et a prévu de renforcer les antennes de KONI et de DIFFA en leur équipant deux 
bureaux. 
  Franck  LEROY  pour  l’AFD,  a  complété  la  présentation  d’AJUSEN-volet  justice 
commencée par Virginie PAGNON. 
  François  DUPIN  pour  AJUSEN-volet  sécurité  annonce  qu’il  n’y  aurait  pas  de 
dotations  prévues  pour  l’ANLTP  pour  ne  pas  faire  doublon  avec  l’appui 
budgétaire.  Concernant  les  formations,  il  n’y  a  pas  de  formation  d’envisagée 
pour l’instant au profit de l’ANLTP. Dans ce domaine il est toutefois prévu une 
formation pour la lutte contre le trafic de personnes, mais cette formation sera 
faite au profit de la douane. 
 
Les partenaires ont convenu que pour plus de lisibilité, il serait souhaitable de réunir 
toutes les actions sur un même tableau, afin de mieux les coordonner, les rendre plus 
pertinentes et surtout d’éviter les doublons. 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
20 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
MERCREDI 13 AVRIL 
  12H00: rencontre avec Jean MONTAL-VILETTE, responsable de la PNS à EUCAP SAHEL. 
L’arrêté du 7 février 2017, signé par le ministre de l’intérieur, qui crée le comité « ad 
hoc »  pour  définir  une  politique  nationale  de  sécurité  appelle  les  commentaires 
suivants : 
  Il aurait été préférable qu’il soit signé par une autorité supérieure au ministre 
de l’intérieur, puisque la sécurité touche d’autres ministères notamment celui 
de la défense. 
  Il est intéressant car il définit les membres de ce comité, dans la liste desquels 
bien sûr ne figurent ni EUCAP ni AJUSEN. Donc si nous voulons pouvoir travailler 
officiellement avec ce comité, il faudra au moins avoir une invitation officielle 
du président MANZO. 
  L’article 2 de cet arrêté énumère les missions du comité de manière très précise. 
C’est le programme de travail du comité. 
  Ce comité a 4 mois à compter de sa mise en place pour soumettre son rapport 
au  ministre  de  l’intérieur.  Ce  rapport  devra  proposer  les  orientations  de  la 
politique nationale de sécurité. 
Jean  MONTAL-VILETTE  m’explique  que  les  orientations  retenues  serviront  à  élaborer 
une stratégie qui devra être validée par le pouvoir politique. Cela prendra du temps car 
il  faudra  qu’il  y  ait  discussion  avec  les  différentes  commissions  parlementaires 
concernées. Il faudra également élaborer des plans d’action sectoriels pour chacune des 
forces,  retravailler  la  doctrine  d’emploi  pour  chacune  des  forces.  Ensuite,  il  faudra 
vérifier la capacité opérationnelle par composante. Tout cela devrait déboucher sur une 
loi  de  programmation  pour  la  sécurité  intérieure.  Une  sorte  de  plan  d’action 
pluriannuel. 
Quand  la  stratégie  nationale  de  sécurité  sera  définie,  il  faudra  faire  venir  un  audit 
juridique de haut niveau pour faire ressortir les difficultés que posent les textes légaux 
et réglementaires avec la nouvelle stratégie. Cet expert devra formuler des observations 
et des recommandations sur les textes de lois et les décrets à modifier. 
Jean MONTAL-VILETTE me dit que pour les formations, hormis le Maintien de l’Ordre 
(MO), tous les besoins sont déjà couverts par EUCAP-SAHEL. 
Les seuls créneaux qui restent non couverts sont : 
  Le MO (action 1.2.2 de l’offre technique CIVIPOL), 
  L’analyse  juridique  du  cadre  légal  et  réglementaire  (action  1.2.1  de  l’offre 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
21 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
technique CIVIPOL), 
  L’élaboration  d’un  dispositif  de  stockage  et  de  sécurisation  des  équipements 
(action 1.2.3). Il y a là un grand besoin et personne ne se bouscule pour venir 
apporter des solutions. Idem pour l’archivage. 
Nous  avons  conclu  notre  entretien  en  nous  disant  qu’il  fallait  impérativement  nous 
concerter pour ne pas ne pas créer des doublons et arriver devant la partie nigérienne 
en ordre de bataille. A l’initiative de la DUE, une réunion de concertation entre nous, 
DUE/CIVIPOL/EUCAP doit avoir lieu dans les tout prochains jours. 
 
  16H30: concertation JUSTICE et Droits Humains 
L’ambassadeur  de  France  et  le  ministre  Nigérien  de  la  Justice  coprésidaient  cette 
réunion. Le ministre a fait un rappel historique des actions en faveur de la justice et du 
respect des droits humains. 
Tout a commencé en 2012 par les états généraux de la justice. Le Niger voulait arriver 
à avoir une réponse judiciaire adaptée à l’urgence de la situation, qui soit également 
conforme à l’état de droit. Il y a eu plusieurs projets : les projets ARJUDI, puis JUSSEC et 
ACTS  (actions  transfrontalières,  et  gestion  des  avoirs  criminels).  Et  maintenant  le 
ministère, par l’intermédiaire de l’AFD, va lancer le projet AJUSEN-volet Justice. 
Avant de donner la parole à Virginie PAGNON pour présenter le projet AJUSEN – volet 
justice, il a indiqué que les états généraux de la justice avaient débouchés sur un plan 
d’actions décennales (2016-2025) de 314 milliards de Francs CFA répartis de la façon 
suivante :  55%  par  l’état  nigérien  et  45%  par  les  partenaires.  Les  grands  objectifs 
poursuivis  par  ce  plan sont  d’une  part  l’amélioration  des  performances  de  la  justice, 
d’autre part l’accès à tous à la justice et enfin le renforcement de la protection des droits 
et des libertés des populations. 
Ensuite Virginie PAGNON a présenté le projet AJUSEN- volet justice. Voir document en 
annexe au présent CR. La durée du projet est de 48 mois. Il y aura trois experts : un 
expert  pour  la  chaine  pénale,  un  expert  passation  des  marchés  publics  et  un  expert 
ANLTP. Elle a indiqué que le projet AJUSEN-justice avait 4 composantes : 
1.  Renforcement des services centraux et renforcement de la chaine pénale, 
2.  Appui institutionnel à l’ANLTP par la mise en place d’un conseiller expert, 
3.  Renforcement du bureau de coopération entraide pénale internationale, 
4.  Pilotage et gestion du projet. 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
22 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Enfin, certains partenaires financiers de la justice qui s’étaient inscrits au préalable ont 
eu chacun 5 minutes de paroles pour présenter leurs actions. Un CR de réunion doit 
être diffusé ultérieurement par Virginie PAGNON. 
 
VENDREDI 14 AVRIL 
  11H00:  rencontre  avec  le  chef  d’escadron  ANDREA  FRANCHI,  ETI  français  auprès  du  haut 
commandant de la garde nationale du Niger (GNN). 
A  11  heures,  Andréa  FRANQUI  est  venu  présenter  un  programme  de  formation  qu’il 
souhaite financer avec l’appui d’AJUSEN – volet sécurité. Son idée est la suivante : il a 
fait une programmation des formations pour 2017. Ces formations correspondent aux 
priorités définies par le haut commandant de la GNN. Il prend à sa charge (celle de la 
GNN) une bonne partie du travail, à savoir : 
  Le montage et la programmation des stages, 
  Les  moyens  de  mobilité,  les  infrastructures  (salles  de  cours,  etc…)  et 
l’encadrement gérés par la GNN, 
  Les formateurs (de la GNN ou des Eléments Français du Sénégal qui lui ont été 
accordés) 
Cela pour faire 26 formations qualifiantes au profit de 454 stagiaires soit pour un total 
de 2842 jours de formation, si tout ce qui est programmé est réalisé en fin d’année. En 
fait il espère atteindre 70% de sa programmation soit 2000 jours de formation au profit 
de 300 stagiaires de la GNN. 
En fait, il a besoin de l’appui d’AJUSEN pour deux choses : 
  La prise en charge des per-diem pour 2000 jours de formation cette année soit 
5000  CFA/Jour/Stagiaire  selon  le  tarif  d’EUCAP.  Pour  2017,  cela  couterait  10 
millions de FCFA, soit 15 250 euros. Ensuite 15 à 20 000 euros par an pour les 
trois années restantes. 
  L’achat de petits matériels pour la formation : 
o  Un  lot  d’instruction  secourisme  et  sauvetage  au  combat  comprenant 
une  mallette  de  maquillage  du  blessé  (sang),  garrots  tourniquets,  des 
défibrillateurs semi-automatiques d’instruction, des mannequins adulte, 
enfant et nourrisson. Le tout pour 1220 euros. 
o  Une imprimante avec un jeu de tonner et un onduleur pour imprimer les 
diplômes et les quelques documents pour l’instruction. Coût 1800 euros. 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
23 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
NB :  l’imprimante  devra  durer  au  moins  4  années  et  ne  sera  achetée 
qu’une  seule  fois.  Il  en  sera  de  même  pour  le  lot  d’instruction  de 
secourisme et sauvetage au combat. 
Conclusion :  
Si  on  lui  achète  le  petit  matériel  d’instruction  (1800  +1220  euros)  et  si  on  prend  en 
charge les per-diem de ses formations pour un cout de 15 à 20 000 euros par an sur 
quatre ans, sauf pour 2017 où le coût ne serait que de 10 000 euros, nous pouvons être 
un partenaire utile et efficace.  
Personnellement, je suis très favorable à cette coopération en appui de la GNN. Si nous 
voulons  envoyer  en  plus  nos  experts,  rien  n  s’y  oppose.  Ils  feront  une  instruction  à 
plusieurs voix. Le détail du programme et les matériels d’instruction à acquérir figurent 
en annexe au présent compte-rendu. Il appartient à Pierre VALERO, expert formation 
d’AJUSEN  de  valider  ou  de  censurer  les  formations  proposées,  sachant  qu’elles 
correspondent aux priorités formulées par le haut commandant de la GNN. 
 
 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
24 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
Compte rendu des activités de la semaine 17 
 
MERCREDI 19 AVRIL 
  15H00: réunion de concertation CIVIPOL/DUE/EUCAP-SAHEL. 
Une réunion CIVIPOL/DUE/EUCAP a eu lieu le 19 avril dans les locaux de la DUE. Il a été 
convenu que pour éviter les doublons et pour ne pas perturber le travail déjà engagé, 
seul Jean MONTAL- VILETTE travaillerait au sein de la commission ad hoc présidée par 
l’IGSS MANZO, et que la présentation de l’équipe AJUSEN n’était pour l’instant pas à 
l’ordre du jour. 
 
Juan-José VILLA-CHACON de la DUE a demandé à AJUSEN d’intervenir sur des points qui 
pouvaient faciliter le travail de la commission Ad Hoc, et qui n’étaient pas déjà couverts 
par l’expertise de EUCAP. Il en a été retenu deux pour le moment : l’analyse juridique 
d’une part et l’appui à l’élaboration d’un dispositif de stockage d’autre part. D’autres 
points d’appui pourront être éventuellement demandés ensuite par la commission au 
cours de leurs travaux, et qui pourront être confiés à AJUSEN. 
 
C’est  pourquoi,  sur  notre  offre  technique  CIVIPOL  pour  la  composante  1  (appui  à  la 
Politique  Nationale  de  Sécurité),  il  ne  reste  plus  que  deux  actions,  les  autres  actions 
faisant doublon avec EUCAP ont été supprimées. Il reste donc pour CIVIPOL : 
• 
L’analyse  juridique  du  cadre  légal  et  réglementaire  (action  1.1  de  l’offre 
technique CIVIPOL), 
• 
L’élaboration  d’un  dispositif  de  stockage  et  de  sécurisation  des  équipements 
(action 1.2). Il y a là un grand besoin et personne ne se bouscule pour venir apporter 
des solutions. CIVIPOL pourra utilement s’y investir.  
 
MERCREDI 19 et jeudi 20 AVRIL 
La GIZ a organisé pendant deux jours un atelier sur la thématique des frontières à l’hôtel Sahel 
de NIAMEY. 
L’objectif de cet atelier était d’élaborer des orientations stratégiques pour la mise en 
œuvre de la composante Niger de leur projet frontière. Plus spécifiquement il s’agissait 
de : 
  Développer une vision conjointe du projet avec les autres partenaires, 
  Identifier les acteurs et zones frontalières/transfrontalières d’intervention, 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
25 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
  Optimiser la coordination et la complémentarité avec les autres partenaires, 
  Initier la planification opérationnelle (05/2017 – 12/2018), 
  Elaborer une feuille de route. 
 
Tous les partenaires ont présenté leur action dans le domaine des frontières. Pour ma 
part,  j’ai  présenté  le  volet  frontières  d’’AJUSEN-sécurité  à  l’aide  des  éléments  de 
langage que m’avait préparés Gérard POUGETOUX (voir annexe au CR), et que je leur ai 
laissés  pour  qu’ils  puissent  faire  leur  compte-rendu  sans  qu’il  y  ait  de  risque  de 
distorsion dans les propos que j’ai tenus. 
Ensuite  nous  avons  travaillé  en  ateliers,  par  petits  groupes.  Il  y  avait  des  groupes 
régionaux  et  un  groupe  national.  Je  me  suis  mis dans  le  groupe  national,  ce  qui  m’a 
permis  d’avoir  une  vue  d’ensemble  de  ce  qui  se  faisait  sur  les  frontières  au  niveau 
national.  
Ces travaux ont permis de faire une cartographie des acteurs, d’identifier des activités 
à  développer  et  de  les  programmer  dans  le  temps,  trimestre  par  trimestre,  jusqu’en 
décembre 2018. Cela a contribué grandement à confection de la feuille de route de la 
GIZ pour son projet frontière. Cela a permis également aux autres acteurs de mieux se 
connaitre et de mieux se coordonner. Les objectifs de ces ateliers ont été atteints, et ce 
fut un succès salué par tous les participants. 
Annexe 1 – CR des réunions de la phase de démarrage   
26