Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.




Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
 
 
 
 
Projet Appui à la Justice, Sécurité et à la 
Gestion des Frontières au Niger 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
Ref du contrat : T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
Rapport : Rapport intermédiaire 3 
Période: du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 

 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
TABLE DES MATIERES 
   
SOMMAIRE  
 
 
 
 
 
 
 
 
02 
 
 
   
FICHE TECHNIQUE DU PROJET   
 
 
 
 
 
03 
 
 
   
LISTE DES ABREVIATIONS UTILISEES 
 
 
 
 
 
05 
 
 
 
 
 
 
 
   
INTRODUCTION 
 
 
 
 
 
 
 
06 
 
 
   
1ère PARTIE / FORMATIONS REALISEES DURANT LA PERIODE  
 
 
  
  
 
Formation Police Judiciaire 
 
 
 
 
 
07 
 
 
 Formation à la recherche et à l’identification des véhicules volés  
08 
 
 
Formation à l’imagerie radioscopique à l’aéroport de Niamey    
10 
 
 
Formations Technicien en Intervention Opérationnelle Rapprochée  
11 
 
 
Formation Premiers Secours et Sauvetage au combat   
 
12  
 
 
 
 
Première session de formation à la lutte contre la corruption, 
le blanchiment et la saisie des avoirs criminels   
 
 
13 
 
 
Deuxième session de formation à la lutte contre la corruption, 
le blanchiment et la saisie des avoirs criminels   
 
 
14 
 
 
   
2ème PARTIE / ACTIONS PROGRAMMEES POUR LA PERIODE SUIVANTE   
  
 
 
Les actions qui seront poursuivies  
 
 
 
 
15 
 
 
Les actions nouvelles qui seront programmées   
 
 
16 
 
 
 
 
   
3ème PARTIE / LES DIFFICULTES RENCONTREES    
 
 
Les difficultés liées à la logistique et à l’organisation 
 
 
17 
 
 
Les difficultés liées au fond, au contenu des activités    
 
18 
 
   
CONCLUSION POUR CETTE  PERIODE - 1er avril 2018 au 30 septembre 2018. 
19 
 
 
   
ANNEXE – Compte-rendu du Comité Technique du 26 septembre 2018. 
20 à 28 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
  
 
Fiche technique du projet  
Titre 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au 
Niger »   AJUSEN 
N° de contrat 
T05-EUTF-SAH-NE-06-02 
Pays bénéficiaires 
Republique du Niger 
Durée du projet et période de 
48 mois 
mise en œuvre 
Objectif général 
L’objectif  global  du  projet  est  d’aider  à  éradiquer  la  pauvreté, 
de  promouvoir  une  croissance  durable  et  inclusive  et  de 
consolider  la  gouvernance  démocratique  et  économique,  en 
ligne  avec  les  axes  1  et  3  de  la  Stratégie  Sahel  de  l’UE  et 
l'Objectif  de  Développement  Durable  16  "Paix,  justice  et 
institutions  efficaces"  qui  a  pour  but  de  promouvoir 
l’avènement de  sociétés pacifiques,  l’accès  de tous à la justice 
et des institutions efficaces. 
Objectifs spécifiques  
Cet objectif global se décline en plusieurs objectifs spécifiques : 
1.  Accroître la capacité financière du gouvernement pour 
maintenir  la  paix,  la  stabilité  macroéconomique  et 
atteindre les objectifs des politiques à court terme. 
2.  Développer  les  capacités  de  l’Etat  à  assurer  ses 
fonctions  vitales,  en  particulier  dans  les  domaines  des 
finances publiques, de la sécurité, de la justice et de la 
migration,  avec  une  attention  particulière  à  la  lutte 
contre la corruption et l'égalité des genres. 
3.  Renforcer le développement des politiques de l'Etat en 
matière de  justice,  sécurité  et migration ainsi que  leur 
mise en œuvre. 
4.  Renforcer  les  capacités  des  acteurs  judiciaires  pour  la 
lutte  efficace  contre  le  crime  organisé  et  la  protection 
des victimes de la traite des personnes.  
5.  Renforcer  les  capacités  des  différentes  forces  de 
sécurité  ayant  un  mandat  civil  (par  exemple,  Garde 
Nationale  du  Niger,  Gendarmerie,  Police,  Douanes)  et 
leur  interface  justice,  y  inclus  leur  chaine  de 
commandement  ainsi  que  la  répartition  et  la 
coordination des leurs missions. 
6.  Renforcer  les  capacités  des  services  de  l’Etat 
concernées  en  matière  de  gestion  des  frontières  ainsi 
que  la  coopération  transfrontalière  (Niger,  Mali, 
Burkina Faso). 
Résultats attendus 
En relation avec les objectifs spécifiques 1, 2 et 3, les résultats 
escomptés sont : 
Résultat  1  :  la  stabilité  macroéconomique  et  la  résilience  face 
aux chocs exogènes sont renforcées ;  
Résultat  2  :  l’efficacité  des  systèmes,  des  procédures  et  des 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
capacités de gestion des finances publiques est renforcée ; 
 
Résultat  3  :  les  disponibilités  budgétaires  pour  la  mise  en 
œuvre des politiques du gouvernement dans les secteurs de la 
sécurité, la justice et la migration sont améliorées ; 
 
Résultat 4 : l’efficience et l’efficacité des dépenses publiques en 
particulier dans les secteurs de la justice, de la sécurité et de la 
migration sont améliorées. 
 
En relation en particulier avec les objectifs spécifiques 4, 5 et 6, 
les résultats escomptés sont : 
Résultat 5 : l’action de la justice est renforcée et contribue plus 
efficacement  à  la  lutte  contre  la  criminalité  organisée  et 
apporte un accompagnement adéquat aux victimes de la traite 
des personnes; 
 
Résultat 6 : les capacités des forces de sécurité intérieure (FSI) 
sont renforcées et assurent la sécurité de la population, y inclus 
dans les zones éloignées et de transit ; 
 
Résultat  7 :  le  dispositif  de  gestion  des  frontières  et  la 
coopération  opérationnelle  transfrontalière  interservices  sont 
renforcés. 
Budget 
3 998 300 EUR 
Équipe d’experts clés 
• 
Chef de projet : François DUPIN 
• 
Expert Sécurité : Pierre VALERO 
• 
Expert Gestion des Frontières : Gérard POUGETOUX 
 
 
Ce rapport a été produit par CIVIPOL Conseil, titulaire du Contrat de Prestation Service n° T05 – EUTF – 
SAH – NE – 06 – 02 d’Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger. Les points de 
vue exprimés dans ce document sont ceux de l’organisation et de l’équipe d’experts et ne reflètent pas 
nécessairement ceux de l'Union Européenne. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Liste des abréviations  
AENEAS 
Programme  Européen  d’Assistance  Financière  et  Technique  dans  le 
domaine des Migrations et de l’Asile 
AFD 
Agence Française de Développement 
AFIS (acronyme anglais de FAED 
Fichier Automatisé des Empreintes Digitales 
AJUSEN 
Appui à la Justice, Sécurité, et à la  Gestion des Frontières 
CAAT 
Cellule Aéroportuaire Anti-Trafic 
CE 
Commission  Européenne 
CEDEAO 
Communauté Economique Des Etats de l’Afrique Ouest 
DGD 
Direction Générale des Douanes 
DGPN 
Direction Générale  de la Police Nationale 
DST 
Direction de la Surveillance du Territoire 
DUE 
Délégation de l’Union Européenne 
ECI 
Equipe Conjointe d’Investigation 
ETI 
Experts Techniques Internationaux 
EUCAP 
European Union Capacity 
FAED 
Fichier Automatisé des Empreintes Digitales, (AFIS en langue anglaise) 
FSI 
Forces de Sécurité Intérieure 
FSP 
Fonds de Solidarité Prioritaire 
GIZ 
Deutsche  Gesellschaft  für  Internationale  Zusammenarbeit »,  (Agence 
allemande de coopération) 
GNN 
Garde Nationale du Niger 
GTPI 
Gestes Techniques Professionnels d’Intervention 
INTERPOL 
International Police (OIPC en français) 
JUSSEC 
Projet Justice et Sécurité en région sahélo-saharienne (France) 
MIDAS 
Migration Information and Data Analysis System 
OIM 
Organisation Internationale des Migrations 
OIPC 
Organisation Internationale des Polices Criminelles (INTERPOL). 
ONUDC 
United Nations Office for Drugs and Crimes 
PAJED 
Plan d’Aide à la Justice et à Etat de Droit 
PDES 
Plan de Développement Economique et Social 
PISCES 
Personal Identification Secure Comparison and Evaluation System 
PNS 
Politique Nationale de Sécurité 
PNUD 
Programme des Nations Unies pour le Développement 
PPF 
Passage Poste  Frontalier 
SCLCT 
Service Central de lutte de  contre le Terrorisme 
SIPAO 
Système d’Information pour l’Afrique de l’Ouest (WAPIS en anglais) 
UA 
Union Africaine 
UE 
Union Européenne 
Nations Unies 
Nations Unies 
UNICEF 
United Nations International Children’s Emergency Fund 
WAPIS 
West Africa Police Information System, acronyme anglais de SIPAO.  
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
I. 
 Introduction 
 
Le projet « Appui à la Justice, Sécurité et à la gestion des Frontières au Niger » (réf : T05-EUTF-SAH-NE-
06-02) ou projet AJUSEN dont l’objectif est l’appui aux acteurs de la chaîne pénale sur le terrain (les 
forces  de  sécurité  intérieure)  dans  leur  lutte  contre  la  migration  illégale,  la  traite  des  personnes,  le 
crime organisé et le terrorisme, poursuit le déroulement de ses activités. Depuis l’arrivée de l’Equipe 
des  trois  experts  principaux  du  Projet  en  mars  2017,  un  rapport  de  démarrage  a  été  rédigé  et  deux 
rapports intermédiaires ont été établis. 
 
Ce  troisième  rapport  intermédiaire  relate  les  activités  du  projet  AJUSEN-Sécurité  durant  la  période 
comprise entre le 1er avril 2018 et le 30 septembre 2018.  
 
Durant  cette  période,  le  projet  a  trouvé  son  rythme  de  travail  et  des  formations  structurantes 
s’adressant à d’importants volumes de stagiaires ont pu être réalisées. Après la réunion technique du 7 
mars 2018,  qui  a  donné  une  orientation  nouvelle  au  projet,  l’équipe  des  trois  experts  principaux  du 
projet  a  mis  en  œuvre  11  activités  de  formation  au  profit  des  Forces  de  Sécurité  Intérieures 
Nigériennes et ont mobilisés des experts court terme pour un total de 195 journées d’expertise.  
 
Les  bénéficiaires  des  activités  réalisées  ont  été  la  Direction  Générale  de  la  Police  Nationale,  la 
Gendarmerie Nationale, la Garde Nationale du Niger, la Douane, la magistrature et l’Agence nationale 
de l’Aviation Civile. 
 
Ce  rapport  est  articulé  en  trois  parties :  la  première  partie  décrit  les  actions  de  formation  mises  en 
œuvre durant cette période ; la deuxième partie concerne les actions qui seront programmées pour la 
période suivante (1er octobre 2018 au 31 septembre 2019) ; et la troisième partie fera le point sur les 
difficultés rencontrées par de l’équipe d’experts principaux du projet durant la période écoulée. 
 
Ce rapport est complété par le compte-rendu de la réunion du comité technique du projet qui lui est 
annexé. Ce comité s’étant déroulée durant cette période, il était nécessaire d’en relater les échanges. 
 
 
 
 
  



 
 
 
 
 
Partie 1 : Les actions de formation réalisées durant la période allant du 1er avril 2018 
au 30 septembre 2018 : 
 
Pour  la  période  3  (1er  avril  au  30  septembre  2018),  sept  formations  ont  été  réalisées  au  profit  des 
forces  de  sécurité  intérieure.    Certaines  d’entre  elles  qui  réunissaient  un  nombre  important  de 
stagiaires ont été réalisées en plusieurs sessions comme cela a été le cas pour la procédure pénale. 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
1.1. 
La  formation  à  la  procédure  pénale  et  au  traitement  judicaire  de  la  petite 
délinquance : Bénéficiaire DGPN.  

 
Trois nouvelles sessions de formation Police Judiciaire ont été réalisées à l’Ecole Nationale de Police de 
Niamey, pour arriver dans un premier temps à un volume de  200 stagiaires formés sur un total de 300 
concernés par cette activité.  Il restera une centaine de personnels à former en fin d’année 2018. 
Ces trois sessions se sont déroulées successivement : 
 
  La  2ème    session  de  formation  Police  judiciaire  a  concerné  46  stagiaires  Officiers  de  Police 
Judiciaire (OPJ) et d’Agents de Police Judiciaire (APJ) issus des régions de DOSSO et TILLABERY. 
Pour mémoire, la première session de cette formation avait concerné 53 stagiaires de Niamey 
et s’était déroulée du 12 au 23 mars, c’est-à-dire dans la période précédente. 
 
  La  3ème    session  de  formation  Police  judiciaire  a  permis  de  former  40  OPJ  et  APJ  issus  des 
régions d’AGADEZ et de TAHOUA. Elle s’est déroulée du 09 au 20 avril 2018. 
 
  Enfin la 4ème  session de formation Police judiciaire a concerné une soixantaine d’OPJ et d’APJ 
issus des régions de DIFFA, ZINDER et MARADI. Elle s’est déroulée du 23 avril au 04 mai 2018. 
 
Objectif :  Cette  formation  qui  concerne  les  cadres  de  la  police  nationale  (commissaires,  officiers  et 
inspecteurs)  a  pour  objectif  d’uniformiser  les  actes  de  procédure  transmis  aux  magistrats  au  plan 
national.  Quand la cible des 300 stagiaires formés sera atteinte, cette formation aura un impact visible 
sur  la  qualité  et  la  sécurité  juridique  des  procédures  établies  par  les  fonctionnaires  de  la  Police 
Nationale. Cette activité touche à l’une des thématiques principales du projet AJUSEN, à savoir l’appui 
aux  acteurs  de  la  chaîne  pénale  du  Niger  par  le  renforcement  des  capacités  des  Forces  de  Sécurité 
Intérieure et plus particulièrement de la police nationale. Cet appui a consisté à former conformément 
aux attentes du plan de formation de la police nationale, les personnels dépendant de la Direction de 
la Sécurité Publique et de la Direction de la Police Judiciaire au traitement judiciaire de la délinquance 
en vue d’améliorer la qualité des procédures et le service rendu aux victimes d’infractions pénales. 
 
Méthodologie :  Deux  experts  policiers,  sur  la  base  de  procédures  conformes  au  code  de  procédure 
pénale  et  au  code  pénal  du  Niger,  sont  venus  dispenser  à  Niamey  une  formation  pragmatique  à  la 
maitrise de la procédure, basée autant que de besoin sur des exercices pratiques.  
Ils  ont  été  chargés  de  présenter  des  outils  et  méthodes  permettant  d’uniformiser  les  actes  de 
procédure au plan national 
Deux  formateurs  nigériens  de  haut  niveau  en  activité  dans  la  police  nationale  nigérienne  ont  été 
associés  au  stage  ainsi  qu’un  magistrat  du  parquet  du  Tribunal  de  Grande  Instance  Hors  Classe  de 
Niamey. 
 
Résultats obtenus :  
  199 stagiaires formés au lieu des 200 prévus. Une stagiaire a abandonné en cours de stage.  
  Amélioration  des  contenus  des  programmes  de  formation  initiale  et  continue.  En  effet,  la 
standardisation  des  procès-verbaux  telle  qu’elle  a  été  enseignée  dans  cette  formation  a  été 
intégrée  dans les  programmes  de  la formation de  base  et de  la formation continue  à l’Ecole 
Nationale de Police ; 
  Uniformisation des procédures établies par les services de police ; 
  Gain d’efficacité dans la résolution des affaires. En effet, le fait qu’il y ait moins de fautes de 
procédures  qui  entrainent  des  cas  de  nullité  avec  les  conséquences  qui  en  résultent  (par 
exemple retirer la pièce frappée de nullité du dossier) entraine souvent la relaxe du prévenu ; 
  Renforcement de la sécurité juridique des procédures. 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Impact de l’action : 
 Cette action de formation va avoir un impact important sur la qualité, la fiabilité et la valeur juridique 
des  procédures  pénales  judiciaires  rédigées  par  les  personnels  de  la  police  nationale.  Au  final,  les 
compétences  des  personnels  de  la  police  nationale  dans  la  rédaction  des  procédures  pénales  plus 
fiables sont largement renforcées. 
 
 
Pistes d’amélioration : 
Pour  avoir  un  impact  significatif  et  durable  sur  la  qualité  des  procédures,  et  pour  que  les  bonnes 
habitudes  procédurales  se  répandent  dans  tout  le  pays,  il  est  important  de  former  un  nombre 
significatif de stagiaires.  
 
De  surcroît,  il  sera  indispensable  de  vérifier  l’impact  de  cette  formation  par  une  mission  de  suivi  et 
d’évaluation  des  services  de  la  sécurité  publique  et  de  la  direction  de  la  police  judiciaire,  afin  de 
vérifier  sur  le  terrain  que  les  bonnes  pratiques  procédurales  apprises  lors  de  cette  formation  sont 
réellement mises en œuvre.  Cette  mission d’évaluation sera mise  en place au cours du 1er  semestre 
2019. 
 
 
 
1.2. 
Une  formation  à  la  recherche  et  à  l’identification  des  véhicules  volés :   
Bénéficiaires : Direction de la Police Judiciaire, Direction de la Sécurité Publique et 
Gendarmerie Nationale. 

 
Au Niger, le trafic de véhicules volés fait partie intégrante de la criminalité transnationale organisée. 
Ce  trafic  est  en  constante  augmentation.  Il  prend  naissance  en  Europe  en  direction  des  pays 
émergents, en particulier vers la région du Sahel. Sur les 250 000 véhicules d’occasion importés par an 
au Niger, via les ports togolais et béninois, seulement une trentaine de véhicules est détectée volée.  Il 
y a donc un réel besoin de formation dans ce domaine. C’est pourquoi le projet a mobilisé un expert 
court  terme  sur  cette  thématique  et  a  formé  36  stagiaires  des  services  de  sécurité  routière  à  la 
détection et à l’identification de véhicules volés. 
 
Objectif : Les objectifs de cette mission étaient les suivants : 
  Former et informer les services de la Police Nationale, de la Gendarmerie Nationale et de la 
Douane  nigériennes  aux  techniques  de  détection  et  d’identification  des  véhicules  volés  ou 
détournés circulant au Niger  
  Rappeler les techniques de l’enquête judiciaire faisant suite à la découverte d’un véhicule volé 
ou détourné et les procédures en découlant  
  Etablir ou renforcer les liens existant entre les différents services intervenant dans ce domaine, 
Interpol et Europol 
 
Méthodologie :  
  Les experts principaux et non-principaux entreprennent une analyse du contexte par l’étude de 
documents ad hoc remis par l’expert formations  
  Les  experts  principaux  et  non  principaux  analysent  la  problématique  relative  aux  trafics  
résultant  du  vol  de  véhicules  au  Niger,  à  l’importation  au  Niger  de  véhicules  volés  ou 
détournés, au blanchiment des résultats des trafics, à la corruption  
  Les  experts  principaux  et  non-principaux  analysent  les  méthodes  des  services  et  organismes 
saisis dans les enquêtes 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
  Les experts principaux et non-principaux utilisent les techniques de mise en situation par des 
exercices pratiques (contrôles routiers, examen sur des véhicules saisis judiciairement) des jeux 
de rôle adaptés aux thèmes de la formation.   
  Les  experts  principaux  et  non  principaux  ont  rencontré  préalablement    la  hiérarchie  des 
services et organismes. Ils ont été de la sorte à même d’évaluer les besoins et les techniques les 
plus adaptées au niveau des stagiaires. 
  Les  experts  ont  pu  consulter  des  procédures  qui  leur  ont  été  communiquées  par  l’expert-
formation  et  ont  pu  ainsi  mesurer  les  écarts  qui  ont  constitué  des  objectifs  à  atteindre  pour 
leur action de formation. 
  Les actes de procédure communiqués ont été utilisés comme support pédagogique. 
  
 
Résultats obtenus : 
  Les  personnels  des  administrations  participant  ont  acquis  les  techniques  leur  permettant  de 
rechercher les critères d’identification des véhicules volés ou détournés (dont certains peuvent 
être maquillés) et de développer de nouvelles techniques. Ils ont appris à les intégrer dans la 
procédure pénale écrite et dans la chaîne du renseignement  
  Les personnels concernés connaissent bien les règles procédurales du Droit Pénal Nigérien et 
sont capables de les appliquer aux techniques des enquêtes  
  Les acteurs ont appris à judiciariser les renseignements en les intégrant à la procédure pénale 
dans le but de légaliser leur exploitation  
  36 stagiaires  ont été formés. 
 
 
 
Impact de l’action : 
 Cette  action  de  formation  n’aura  pas  l’impact  attendu  dans  la  lutte  contre  les  véhicules  volés, 
détournés ou maquillés. En effet, cette formation ne s’adressait pas à la bonne cible. Lors de l’exercice 
pratique qui a été fait durant cette formation, 10 véhicules circulant dans Niamey ont été  contrôlés. 
Sur ces 10 véhicules, 2 sont ressortis volés.  
 
Ce fait démontre que le problème des véhicules volés est prégnant au Niger. Toutefois, à la demande 
des hauts responsables de la Police, cette formation ne sera pas renouvelée dans sa forme actuelle. Ils 
ne  veulent  pas former  les agents  du contrôle routier à la recherche  des véhicules volés  pour ne  pas 
créer un trouble à l’ordre public. Ils souhaitent que l’on s’attaque à ce problème à sa source, avant que 
les véhicules entrent au Niger et ne soient immatriculés avec le visa d’Interpol. Il faut agir en amont.  
 
Ce  ne  sont  donc  pas  les  agents  de  la  circulation  routière  qu’il  fallait  former,  mais  ceux  du  bureau 
d’Interpol au Niger. 
 
 
Point d’amélioration : 
La prochaine formation à la recherche et à l’identification des véhicules volés concernera le personnel 
d’Interpol au  Niger.  Ce  sont  eux  qui  contrôlent  les  véhicules  avant  leur  immatriculation au  Niger. Le 
projet AJUSEN va faire une formation à leur intention au prochain semestre.  
 
Après cela, si des véhicules volés continuent à rentrer au Niger en grand nombre sans être détectés, 
nous pourrons nous poser la question de la pertinence de maintenir ce type de formation. 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 


Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
 
1.3. 
Formation  à  l’imagerie  radioscopique  à  l’aéroport  de  Niamey  : 
Bénéficiaires ANAC, Douane et Gendarmerie Nationale.  

 
Le  projet  AJUSEN  s’inscrit  dans  la  continuité  du  projet  PAJED  2,  lequel  a  doté  l’aéroport  de  Niamey 
d’un  certain  nombre  d’appareils  de  sûreté,  en  particulier  un  appareil  radioscopique  destiné  au 
contrôle du fret. 
 
Ce matériel ayant été livré et installé à l’aéroport au mois de novembre 2018, le projet a organisé une 
formation pour les personnels devant utiliser cet appareil, en vue de leur en faire connaitre toutes ses 
fonctionnalités et de leur permettre d’en optimiser l’utilisation au maximum de ses possibilités.  
 
Deux  experts  des  douanes  françaises  ont  été  mobilisés  durant  une  semaine.  Du  lundi  14  mai  au 
vendredi 18 mai 2018, dix-neuf stagiaires ont été formés. 
 
 
Objectif : Cette formation Les objectifs de cette mission sera de permettre aux stagiaires de : 
  Connaître le matériel et ses performances ; 
  Maîtriser in situ la manipulation, la lecture de l’écran, et les processus de lever de doute ou 
alerte ; 
  Déterminer les colis et autres paquets à ouvrir en fonction des règles de sûreté et de douanes 
en vigueur sur l’aéroport de Niamey. 
    Les personnels destinés à l’application des règles de sûreté et au contrôle de tous les colis, 
bagages hors format, produits, marchandises, transitant par le fret seront capables d’appliquer 
les  règles  de  sûreté  en  utilisant  le  nouvel  appareil  radioscopique  à  double  vue.  Ils  seront  en 
mesure  d’analyser  les  images  et  adapter  leur  comportement  en  fonction  des  résultats  de 
celles-ci. 
 
Méthodologie / contenu de la formation :  
  Formation RX au fret, 
  Positionnement des agents et méthodologie, 
  Analyse des images, 
  Technique de fouille, 
  Procédures pour les vols sensibles, 
  Lutte contre les stupéfiants et les grands trafics, 
  Utilisation du matériel spécialisé (Analyseur de particules et test produits), 
  Exercices in situ au fret et au départ de certains vols, 
  
 
Résultats obtenus :  
  19 stagiaires ont été formés, ce qui constitue un maximum pour ce genre de formation, 15 
étant l’idéal s’agissant notamment des phases de manipulation des RX. 
  L’ensemble  des  stagiaires  ont  su,  lors  des  évaluations  quotidiennes,  assimiler,  restituer  et 
mettre en application les savoir et savoir-faire dispensés.  
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
10 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Impact de l’action : 
 Cette action aurait eu un meilleur impact si elle avait été dispensée par la société VISIOM, société qui 
commercialise  cet  appareil,  comme  cela  était  prévu  initialement.  Les  exigences  financières  de  cette 
société étaient supérieures au montant que le projet avait alloué à cette formation. 
 
Point d’amélioration : 
Si le budget le permet en fin de programme, il ne serait pas inutile de revenir sur cette formation avec 
cette fois des techniciens de la société VISIOM, qui seraient en capacité d’apporter un plus haut niveau 
de connaissance des performances et des possibilités de cet appareil. 
 
 
 
 
1.4. 

Une  nouvelle  session  de  formation  conduite  en  partenariat  avec  la 
Garde  nationale  du  Niger,  la  formation  de  formateurs  aux  Techniques 
d’Intervention Opérationnelles Rapprochées :  

  
Pour la deuxième fois, le projet AJUSEN a apporté un appui logistique sous forme de prise en charge 
des  frais  de  bouche  des  stagiaires  pour  le  stage  de  formateur  aux  Techniques  d’Intervention 
Opérationnelle Rapprochée (TIOR). Cette formation a été conduite par l’expert technique international 
du  service  de  sécurité  intérieure  français  mis  en  place  par  l’ambassade  de  France  auprès  du  Haut 
Commandant de la Garde Nationale du Niger.  Cette formation a concerné une vingtaine de stagiaires 
de la GNN et s’est déroulée du 19 au 29 juin 2018. 
 
Cette  formation  a  permis  de  former  des  formateurs  aux  Techniques  d’Intervention  Opérationnelle 
Rapprochée (TIOR), qui sont des techniques de sport de combat adaptées à l’intervention des forces 
de sécurité et à la protection rapprochée. Dix-neuf stagiaires ont été formés. 
 
 
Objectif :  Former  des  formateurs  TIOR  chez  les  personnels  de  la  DIRPS  (Direction  des  Relations 
Publiques et des Sports) et au GIS (groupement d’Interventions spécialisées). Ce sont des moniteurs de 
sports  et  compétiteurs  sportifs  de  haut  niveau,  minimum  2ème  Dan  en  judo,  karaté  ou  taekwondo, 
employés  dans  les  activités  d'encadrement  sports  de  combat  à  la  Garde  Nationale  du  Niger, 
sélectionnés en amont avec des prérequis. 
 
Programme de la semaine : 
 
  Volet législatif 
  La notion de légitime défense 
  La proportionnalité de la riposte 
  Volet pédagogique 
  L'organisation d'une séance d'instruction (prise en main-échauffement général et spécifique, 
partie principale, le retour au calme-étirements-sophrologie) 
  La progressivité des cours 
  Le contrôle continu et l'évaluation permanente des élèves 
  L'organisation d'une séance par le jeu, et/ou l'opposition 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
11 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
 
  Volet technique 
  La conduite d'une séance en plateau, par atelier, en milieu ouvert 
  L'emploi  de  programmes  d'entraînement  adaptés  à  la  conduite  d'une  séance  (méthode 
naturelle, vite-lent-vite, parcours JAZY, parcours polonais) 
  Les  techniques  de  sport  de  combat  adaptées  à  l'intervention  des  forces  de  sécurité  et  à  la 
protection rapprochée (position dominante pour la personne agressée). 
 
  Sur les techniques de sport de combat : 
  saisies de face, main même côté, main inversée, deux mains. Travail particulier avec obstacles 
latéraux. 
  saisies de dos, main même côté, main inversée, deux mains 
  tentative de saisie coup, saisie coup, saisie hanches saisie poitrine et mains 
  attaque de face au couteau pointé, de haut en bas, circulaire 
  attaque de face et de dos arme de poing  
  attaque de face bâton, chaise 
  attaque adversaires multiples (deux) 
 
 
Bilan du stage : 
Les 19 participants au stage "Formateurs aux Techniques d'Intervention Opérationnelles Rapprochées" 
(TIOR) ont tous validé leur stage. Cinq journées de formation très fructueuses.  
 
 
 
 
1.5. 
Les formations premiers secours niveau 1 et sauvetage au combat ont 
été poursuivies à la GNN : 

 
Au profit des stagiaires de la Garde Nationale du Niger, trois nouvelles sessions de formation ont été 
réalisées  dans  le  domaine  du  secourisme  et  du  sauvetage  au  combat.  Ces  formations  avaient  pour 
objectif de former les personnels des unités opérationnelles engagées dans les zones de combat aux 
gestes  de  premiers  secours.  En  effet,  le  simple  fait  de  pratiquer  les  gestes  appropriés  aux  militaires 
blessés par balle ou par engins explosifs improvisés permet souvent de leur sauver la vie.  Quarante et 
un militaires de la GNN ont été formés en trois sessions de cinq jours, sur les trois dernières semaines 
du  mois  de  juillet  2018.  Cette  action  a  été  réalisée  en  partenariat  avec  la  GNN.  Le  projet  AJUSEN  a 
fourni  un  appui  logistique  et  a  mis  à  disposition  du  formateur  une  mallette  pédagogique  de 
secourisme. Le formateur était issu de la GNN.  
 
Dates des sessions de la Formations Premiers Secours niveau 1 et Sauvetage au Combat : 
 
 
Du 09 au 13/07/2018. 14 stagiaires 
 
Du 16 au 20/07/2018. 14 stagiaires 
 
Du 23 au 27/11/2017. 13 stagiaires 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
12 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Objectif : 
Former  des  personnels  aux  premiers  gestes  qui  sauvent  dans  la  zone  de  combat.  Contrecarrer  une 
situation  où  30%  des  blessés  par  balle  ou  EEI  succombent  faute  de  premiers  gestes  de  secours 
appropriés. 
Public visé : 
Prioritairement;  unités  opérationnelles  engagée  sur  les  opérations  combattantes  ou  de  Défense 
Opérationnelle du Territoire (GIS/GNN, GMO/GNN, GRPT/NY). 
Secondairement; unités de formation ou d'encadrement physique (CI/GNN, DIRPS/GNN) 
Programme : 
Suivi  du  programme  français  validé  par  l'Observatoire  National  du  Secourisme  français  (normes 
internationales). 
  Le bilan et les fonctions vitales 
  Le dégagement d'urgence 
  Les points de compression et le pansement compressif 
  la plaie soufflante 
  La pose du garrot 
  Les moyens de fortune 
Résultats obtenus : 
Tous les stagiaires ont validé leur formation théorique, technique et pratique.   
 
 
 
1.6. 
Première  session  de  formation  à  la  lutte  contre  le  blanchiment,  la 
corruption  et  la  saisie  des  avoirs  criminels :  Bénéficiaires  la  HALCIA,  les 
magistrats, les policiers et les douaniers. 

 
La corruption et le blanchiment d’argent alimentent la criminalité organisée. Cela pénalise l’économie 
et handicape le développement du pays. La saisie des avoirs criminels est un bon moyen pour lutter 
efficacement contre cette forme de criminalité. 
 
La  Haute  Autorité  de  Lutte  contre  la  Corruption et  les  Infractions  Assimilées  (HALCIA)  dispose  d’une 
unité  d’investigations  à  caractère  judiciaire  qui  est  très  engagée  pour  combattre  ce  phénomène. 
L’objectif du projet AJUSEN pour cette formation  est de renforcer les capacités des enquêteurs dans 
cette lutte. 
 
La  HALCIA  est  la  bénéficiaire  principale  de  cette  formation.  25  places  de  stagiaires  sur  les  40 
disponibles  lui  ont  été  attribuées.  Les  quinze  autres  places  ont  été  réparties  entre  les  autres 
administrations  que  sont  la  Gendarmerie  Nationale,  la  Direction  de  la  Police  Judiciaire,  et  des 
magistrats du parquet (pôle financier), de l’instruction et du siège. 
 
Cette  formation  s’est  déroulée  du  18  au  29  juin  2018  dans  le  grand  amphithéâtre  du  Haut 
Commandement  de  la  Gendarmerie  Nationale  à  Niamey  et  a  mobilisé  trois  experts  court  terme 
français. 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
13 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Objectif : Les objectifs de cette formation sont les suivants : 
  Former et informer les services des douanes nigériennes, de la direction de la police judiciaire, 
de la direction de la sécurité publique, de la Haute Autorité de Lutte Contre La Corruption et 
les  Infractions  Assimilées  (HALCIA),  des  magistrats  du  Parquet  et  de  l’Instruction  près  le 
Tribunal de Grande Instance de NIAMEY aux techniques de  lutte contre le blanchiment et à la 
confiscation des avoirs criminels  
  Dispenser les techniques de l’enquête judiciaire sur le blanchiment et la confiscation des avoirs 
criminels  en  prenant  en  compte  les  spécificités  de  la  procédure  pénale  du  NIGER  et  de  la 
prégnance de la HALCIA 
  Etablir  ou  renforcer  les  liens  existant  entre les  différents  services  intervenant  dans  les 
domaines considérés dans le but de développer l’efficacité des enquêtes. 
 
Méthodologie : Trois experts ont été mobilisés : l’un pour le blanchiment, l’autre pour la corruption et 
le troisième pour la saisie des avoirs criminels.   
  Les  experts  missionnés  ont  pris  connaissance  des  principaux  actes  criminels  relatifs  au 
blanchiment, à la corruption dont le Niger a été le théâtre ces dernières années  
  Les experts ont analysé les méthodes des services et organismes saisis dans les enquêtes 
  Les  experts  ont  utilisé  les  techniques  de  mise  en  situation  et  des  jeux  de  rôle  adaptés  aux 
thèmes de la formation.   
  Les experts ont rencontré préalablement la hiérarchie des services et organismes.  Ils ont été 
de  la  sorte  à  même  d’évaluer  les  besoins  et  les  techniques  les  plus  adaptées  au  niveau  des 
stagiaires 
  Les  experts  ont  pu  consulter  les  procédures  qui  leur  ont  été  communiquées  par  l’expert-
formation et ont pu mesurer ainsi les écarts qui ont constitué des objectifs à atteindre par leur 
action  de  formation.  Les  actes  de  procédure  communiqués  ont  été  utilisés  comme  supports 
pédagogiques.    
 
Résultats obtenus :  
  40 stagiaires formés dans ce domaine sensible. 
 
Impact de l’action : 
 Cette  action  de  formation  va  avoir  un  impact  très  positif.  Elle  a  permis  d’une  part  d’élever  les 
capacités des personnels travaillant dans le domaine de la lutte contre la corruption, le blanchiment et 
la saisie des avoirs criminels. Mais surtout elle a permis d’autre part à des personnels issus de corps 
différents  –  magistrats,  douaniers,  policiers,  gendarmes  -  qui  n’avaient  pas  l’habitude  de  travailler 
ensemble,  de  se  côtoyer,  de  se  connaitre  et  de  créer  des  liens  qui  faciliteront  les  échanges  et  la 
diffusion  du renseignement  entre leurs différents corps d’origine.    Et au final, on obtiendra  une plus 
grande efficacité dans la lutte contre cette forme de délinquance particulière que sont la corruption et 
le blanchiment.  
 
1.7. 
Deuxième  session de  formation  à  la  lutte  contre  le  blanchiment,  la 
corruption et la saisie des avoirs criminels : Bénéficiaires la HALCIA.  

La première session de formation à la lutte contre le blanchiment, la corruption et la saisie des avoirs 
criminels ayant obtenu un vif succès auprès de nos partenaires nigériens, le président de la HALCIA a 
demandé  à  l’équipe  du  projet  un  approfondissement  de  cette  formation  pour  les  25  stagiaires  qui 
avaient participé à la première session du mois de juin 2018. 
 
Les trois formateurs experts court terme venus de France ont été mobilisés à nouveau. La formation 
s’est déroulée du 03 au 14 septembre 2018 et a bénéficié aux 25 stagiaires de la HALCIA qui ont été 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
14 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
amenés  du  niveau  1  (première  session  de  formation)  au  niveau  2  (deuxième  session 
approfondissement). 
 
 
Objectif : Cette formation  avait cette fois ci pour objectif de renforcer les capacités des 25 nouveaux 
gendarmes qui venaient d’être affectés à la HALCIA, qui avaient suivi la première session de formation 
du mois de juin, et de les évaluer à la fin de cette seconde session. 
 
Méthodologie :  La  même  équipe  d’experts  qui  a  animé  la  première  session  a  été  mobilisée  par  le 
projet pour animer cette deuxième session. 
La  même  méthode  de  travail  a  été  employée :  études  de  nouveaux  cas  concret,  mises  en  situation, 
restitutions et rédactions de procédures. 
 
Résultats obtenus :  
  25 stagiaires formés et évalués. Les résultats vont du niveau bon à très bon.  Tous ont validé le 
stage. 
 
Impact de l’action : 
 Cette action de formation a été faite à la demande du Président de la HALCIA (Haute Autorité de Lutte 
contre la Corruption et les Infractions Assimilées) en vue de renforcer les capacités des 25 nouveaux 
gendarmes  qui  viennent  d’être  affectés  à  son  service.  Il  souhaitait  également  que  nos  experts  les 
évaluent en fin de formation afin de vérifier de leurs capacités à travailler efficacement dans un service 
spécialisé dans la lutte contre la corruption et les infractions assimilées. Le résultat désiré a été atteint 
puisque tous avaient le niveau requis. 
 
 
 
 
Partie II : les actions qui seront programmées pour la période suivante (4ème période) 
allant du 1er octobre 2018 au 31 mars 2019.  

 
Pour la période  4  (1er octobre  2018  au  31 mars  2019)  qui va s’ouvrir, certaines activités réalisées au 
cours de la période 3  vont être poursuivies et de nouvelles actions verront le jour. 
 
 
 2.1.  Les actions qui seront poursuivies :  
 
1.  La formation Police judiciaire : 
 
 
Au cours des trois premières périodes de vie du projet – de mars 2017 jusqu’au 30 septembre 2018 – 
quatre  sessions  de  formation  Police  Judiciaire  ont  été  réalisées,  permettant  au  projet  AJUSEN  de 
former 200 stagiaires.  
 
Pour se rapprocher de la cible initiale fixée à 450 stagiaires, deux nouvelles sessions de 50 stagiaires 
chacune seront programmées sur cette période, permettant d’atteindre le chiffre intermédiaire de 300 
stagiaires formés en police judiciaire. 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
15 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
  La 5ème  session de formation Police judiciaire concernera une quarantaine d’Officiers de Police 
Judiciaire (OPJ) et d’Agents de Police Judiciaire (APJ) appartenant à la région de Niamey. Cette 
activité est programmée du 19 au 30 novembre 2018. Elle mobilisera deux experts français et 
deux experts nigériens. 
 
  La 6ème  session de formation Police judiciaire concernera une soixantaine d’OPJ et d’APJ issus 
des autres régions du Niger, hormis la région capitale. Elle se déroulera du 3 au 14 décembre 
2018. La même équipe de 4 experts – deux français et deux nigériens - sera mobilisée. 
 
La  formation  des  150  stagiaires  de  la  DGPN  qui  resteront  à  former  sur  cette  thématique  sera 
programmée  dans  un  semestre  ultérieur  (fin  2019  ou  2020,  en  fonction  des  autres  priorités  à 
satisfaire). S’agissant  de formation de masse  qui ont un impact financier important  sur le budget du 
projet, il parait souhaitable de repartir harmonieusement les dépenses dans la durée des 4 années du 
projet. 
 
2.  La formation recherche des véhicules volés ou maquillés : 
 
Cette  nouvelle  formation  sur  cette  thématique  s’adressera  cette  fois  exclusivement  aux  personnels 
d’Interpol Niger. En formant les agents d’Interpol Niger, le Projet AJUSEN va donner les capacités aux 
agents de ce service de détecter avant leur immatriculation au Niger, les véhicules volés, maquillés ou 
détournés importés frauduleusement au Niger. Ce trafic, qui génère de gros profits alimentant in fine 
la criminalité transnationale organisée, pourra être combattu à la source.  
 
Cette  formation  mobilisera  un  expert  court  terme  français  et  se  déroulera  du  05  au  09  novembre 
2018. 
 
 
3.  La formation démineur : 
  
Cette  nouvelle  formation  vise  cette  fois  à  former  –  après  évaluation  des  candidats  par  les  experts 
mobilisés – un groupe de démineurs formateurs qui constituera l’équipe de première intervention en 
cas d’attaque terroriste. Cette petite équipe sera composée des personnels les plus performants et les 
mieux formés dans le domaine du déminage. 
 
Cette formation mobilisera 4 experts court terme du 25 février 2019 au 08 mars 2019. 
 
 
 
 2.2.  De nouvelles formations vont apparaitre dans la programmation du Projet :  
 
Une formation au profit de la Douane et une autre formation au profit de la Garde Nationale du Niger 
seront programmées au cours de la  4ème période (1er octobre 2018 au 31 mars 2019). 
 
1.  1ère session de formation douanière : Procédure et renseignement douanier. 
 
Cette formation est destinée à augmenter les capacités des agents des Douanes dans le domaine de la 
procédure  douanière  ainsi  que  dans  celui  du  renseignement  douanier.  Cette  première  session  va 
concerner 15 personnels de Niamey et 15 personnels affectés en régions. Une deuxième session sera 
programmée en 2019. 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
16 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Cette  formation  mobilisera  deux  experts  des  douanes  françaises.  Elle  se  déroulera  du  26  au  30 
novembre 2018 dans la salle du Syndicat National des Agents des Douanes (SNAD) à Niamey. 
 
 
2.  Formation franchissement opérationnel pour la GNN : 
 
Cette  formation  aura  pour  but  de  renforcer  les  capacités  opérationnelles  des  personnels  du 
Groupement d’Intervention Spécialisé (GIS) de la Garde Nationale du Niger, en vue de leur dispenser 
des techniques opérationnelles les plus adaptées à la menace. 
Une quarantaine de stagiaires sera formée ; deux experts locaux seront mobilisés par le projet AJUSEN. 
 
Partie  III  :  les  difficultés  rencontrées  par  l’équipe  d’experts  principaux  du  Projet 
AJUSEN : 

 
Les  difficultés  évoquées  lors  du  précédent  rapport  semestriel  ont  été  en  grande  partie  résolues  au 
cours de cette période. Nous allons les examiner successivement. 
 
 3.1.  Les difficultés liées à la logistique et à l’organisation :  
              
1.  Meilleure visibilité de l’existence du Projet par les autorités ministérielles :  
 
Le  Projet  AJUSEN-Sécurité  souffrait  jusqu’à  présent  d’un  manque  de  visibilité  auprès  des  autorités 
nigériennes.  Cette  situation  s’est  améliorée  au  cours  des  six    derniers  mois.  En  effet,  le  comité 
technique a été créé et a tenu sa première réunion le mercredi 26 septembre 2018 à l’hôtel Tabakady 
de  Niamey,  sous  la  présidence  de  Monsieur  IDDER  Adamou,  Secrétaire  Général  du  Ministère  de 
l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et Religieuses.  
 
En  outre,  à  la  fin  du  mois  d’octobre  2018,  doit  se  réunir  le  premier  comité  de  pilotage  du  Projet 
AJUSEN, sous la présidence du Ministre d’Etat S.E.M. Mohamed BAZOUM, Ministre de l’Intérieur, en 
présence  des  directeurs  généraux  et  hauts  commandants  de  la  Police,  de  la  Gendarmerie,  de  la 
Douane, de la Garde Nationale du Niger, des Eaux et Forêts et de la Protection Civile. Le Projet AJUSEN 
est maintenant bien connu des autorités nigériennes. 
 
2.  Publication des arrêtés de création du Comité Technique du Comité de Pilotage : 
 
La publication et la diffusion des arrêtés de création du comité technique et du comité de pilotage du 
Projet  AJUSEN  ont  parachevé  la  connaissance  de  l’existence  du  Projet  AJUSEN  auprès  de  nos 
partenaires nigériens. 
 
Le  problème  de  manque  de  visibilité  du  projet  signalé  lors  du  précédent  rapport  semestriel  est 
maintenant résolu. 
 
Enfin,  toutes  les  difficultés  organisationnelles  qui  ont  été  évoquées  lors  du  précédent  rapport 
semestriel sont maintenant résolues. 
 
 
3.2.  Les difficultés liées au fond, au contenu des activités à mettre en œuvre :  
              
1.  Adapter l’offre technique du Projet pour répondre aux mieux aux besoins des bénéficiaires.      
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
17 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
C’est le constat qui a été fait par la réunion technique du  07 mars 2018. L’offre technique du Projet 
AJUSEN doit évoluer vers des formations structurantes afin d’avoir un impact sur le citoyen qui sera au 
final le bénéficiaire des activités réalisées. Le projet devra mettre également davantage l’accent sur le 
respect des droits humains et la légalité des actes des forces de sécurité. 
 
La formation au petit judiciaire en est le parfait exemple.  C’est une formation structurante. Elle a pour 
objectif  de  modifier  les  comportements  des  agents  et  des  officiers  de  police  judiciaire  en  leur 
inculquant les bonnes pratiques procédurières. Cette formation va permettre d’harmoniser toutes les 
procédures selon un canevas particulier pour chacune d’entre elles. Chaque procès-verbal aura selon 
sa nature un certain nombre de points caractéristiques qui devront apparaitre systématiquement. Cela 
consolidera la valeur juridique des procédures qui seront mieux rédigées et articulées. De surcroit, ces 
procédures  ainsi  rédigées selon  un  formalisme  strict  seront  moins  sujettes  à  être  contestées  par  les 
avocats des personnes mises en cause ou cassées par les magistrats pour vice de forme. 
Par  ailleurs,  le  fait  de  renforcer  la  légalité  des  procédures  et  de  mieux  faire  respecter  les  droits  de 
l’homme constitue une sécurité et une protection pour les agents des forces de sécurité, qui pourront 
mieux se défendre s’ils sont mis en cause ultérieurement devant les juridictions compétentes par les 
avocats des personnes poursuivies. Mais ces formations structurantes ont un coût non négligeable. 
 
2.  Le coût des formations structurantes. 
 
Pour changer les habitudes et instaurer de nouveaux réflexes, il faut que les formations qui se veulent 
structurantes  durent  plusieurs  jours  et  bénéficient  à  un  grand  nombre  de  stagiaires.  Ce  sont  des 
formations  onéreuses,  mais  qui  ont  l’avantage  d’apporter  un  résultat  rapide,  visible  et  durable.  Par 
exemple, à l’issue de la première session de formation Police Judiciaire, le Procureur Samna, chef du 
Parquet  de  Niamey  a  fait  savoir  à  l’équipe  du  Projet  qu’il  avait  déjà  observé  -  suite  à  la  formation 
dispensée par AJUSEN - des changements dans la qualité des procédures qui lui parvenaient, et qu’il 
avait félicité lui-même par téléphone les enquêteurs pour la qualité de leur travail. 
 
Mais  ces  formations  de  masse  ont  un  coût  important.  Si  elles  sont  dupliquées  vers  les  autres 
partenaires  (Gendarmerie,  Eaux  et  Forêts,  Douanes  etc…),  il  faudra  abonder  la  ligne  budgétaire  des 
dépenses accessoires de manière substantielle et importante. Cela va rendre obligatoire la révision de 
l’équilibre  financier  du  contrat,  et  va  nécessiter  la  rédaction  un  avenant  à  ce  contrat  entre  CIVIPOL-
Conseil et la DUE. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
18 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
 
 
Conclusion pour la troisième période : 
 
 
 
Cette  période  (du  1er  avril  2018  au  30  septembre  2018)  qui  s’achève  marque  de  grandes 
avancées pour le Projet AJUSEN. Le projet a gagné en visibilité et il est maintenant connu des autorités 
nigériennes.  L’équipe  du  projet  a  défini  en  grande  partie  les  activités  structurantes  qui  constituent 
l’originalité du projet. C’est un projet pragmatique qui s’efforce d’apporter des réponses adaptées aux 
besoins  de  nos  partenaires  nigériens,  et  s’adapte  parfaitement  avec  les  actions  des  nombreux 
partenaires techniques et financiers qui interviennent au Niger. 
 
Durant  cette  période,  la  composante  2  a  vu  ses  formations  se  dérouler  conformément  à  la 
programmation  du  projet.  Quant  aux  composantes  1  et  3,  la  fluidité  du  contexte  et  l’abondance  de 
l’offre par les différents partenaires sur le terrain, ont amené l’équipe d’AJUSEN à revoir les activités 
initialement  formulées  afin  d’assurer  une  réponse  cohérente  et  basée  sur  les  besoins  réels  des 
autorités nigériennes. Dans ce sens, des réflexions ont été menés en interne et en collaboration avec 
les  différents  acteurs  opérants  dans  les  domaines  d’intervention  de  ce  projet  afin  d’effectuer  un 
ciblage  des  manques  et  complémentarités  sur  lesquelles  capitaliser  la  valeur  ajoutée  de  l’équipe 
d’AJUSEN. Une revue des activités pour ces 2 composantes sera soumise à la délégation de l’UE pour 
validation dans les plus brefs délais. 
 
 
 
Toutefois,  il  est  à  présent  indispensable  qu’une  concertation  entre  l’opérateur  CIVIPOL  et  la 
Délégation de l’Union Européenne ait lieu pour valider la politique du projet et lui attribuer les moyens 
financiers  nécessaires  pour  les  réaliser.  Ce  sera  l’objet  d’un  avenant  au  contrat  qui  lie  CIVIPOL  à  la 
Délégation  de  l’Union  européenne  et  qui  sera  discuté  entre  les  deux  parties  au  cours  du  mois 
d’octobre 2018. 
 
 
Enfin, cette période a vu se tenir la première réunion technique du projet AJUSEN. Le compte 
rendu de cette réunion est annexé à la suite du présent rapport. 
  
 
 
 
 
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
19 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Annexe au rapport intermédiaire N°3 
Compte-rendu du comité technique du Projet AJUSEN 
26 septembre 2018, Niamey (Niger) – dans locaux de l’Hôtel TABAKADY 
 
Participants : 
 
Président  du Comité  Technique :  Mr IDDER  Adamou,  Secrétaire Général du ministère 
de  l’Intérieur,  de  la  Sécurité  Publique,  de  la  Décentralisation  et  des  Affaires  Coutumières  et 
Religieuses ; 
 
DUE : Abas MALLAM - chargé de programmes ; 
 
CIVIPOL Conseil : Bertrand Barbé, Sofien Dubuis ; 
 
Projet AJUSEN-Sécurité : François DUPIN, Pierre VALERO, Gérard POUGETOUX ; 
 
Les six points focaux du Projet AJUSEN-Sécurité : 
1.  Pour la Police Nationale : Inspecteur Général SOULEY BOUBE ; 
2.  Pour la Gendarmerie Nationale : Chef DLI Salma Garba; 
3.  Pour la Garde Nationale du Niger : Chef d’Escadron OUMAROU GARBA ; 
4.  Pour la Douane : Chef de Division formation Abdou Habi ; 
5.  Pour les Eaux et Forêts : Commandant KINDO Ousmane ; 
6.  Pour  la  Protection  Civile :  BOUREIMA  Illiassou,  Directeur  de  l’Ecole  Nationale  de  la 
Protection Civile. 
 
Projet AJUSEN-Justice : François BOKO et Jacques HILLAERT (venus en observateurs). 
 
A.  Déroulement de la réunion : 
  Ouverture de la séance par Mr le Secrétaire Général du ministère de l’intérieur. 
Monsieur IDDER Adamou, Secrétaire Général du ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la 
Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, qui préside le comité technique du Projet 
AJUSEN-Sécurité, a ouvert la séance en souhaitant la bienvenue aux membres du comité. 
Il a rappelé ensuite aux membres du Comité Technique que le projet Appui à Justice et à la Sécurité du 
Niger (AJUSEN-Sécurité), initié par l’Union européenne et mis en œuvre par l’opérateur Civipol-Conseil 
était l’expression de l’aide majeure que souhaite apporter l’Europe aux Forces de Sécurité Intérieures 
(FSI) du Niger.  
Ce  projet  de  quatre  millions  d’euros  est  essentiellement  axé  sur  des  formations  et  des  conseils 
techniques  pour  améliorer  autant  que  de  possible  l’efficacité  de  ces  forces.  Il est en  lien étroit  avec 
l’autre  volet  d’AJUSEN,  AJUSEN  Justice  et  ambitionne  d’apporter  une  réponse  globale  adaptée  aux 
menaces actuelles et aux difficultés sécuritaires que connaît le Niger. 
Ce  projet  souhaite  être  un  appui  à  l’élaboration  de  la  politique  nationale  de  sécurité.  Ce  soutien  se 
veut pluridisciplinaire et s’adresse aux services de police, gendarmerie, garde nationale, douanes et les 
eaux et forêts. Il se veut pragmatique et entend s’adapter aux besoins réels exprimés par les autorités 
nigériennes.  
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
20 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Le  projet  AJUSEN-Sécurité  doit  s’intégrer  au  mieux  avec  les  propositions  et  actions  des  autres 
partenaires  techniques  et  financiers  afin  d’accroitre  l’efficacité  et  la  pertinence  de  ses  actions  et  sa 
complémentarité. 
Le  Secrétaire  Général  a  ensuite  remercié  l’Union  européenne  pour  le  financement  de  ce  projet  et 
l’opérateur  Civipol-conseil  pour  la  qualité  des  prestations  qui  sont  fournies  aux  forces  de  sécurité 
intérieure du Niger. 
Puis il a donné la parole au chef de projet pour la lecture de l’ordre du jour de la réunion. 
  Lecture de l’agenda de la réunion par le Chef de Projet, Monsieur François DUPIN : 
Le chef de projet a d’abord commenté l’arrêté ministériel n°000399/MISP/D/ACR du 18 juin 2018 qui 
crée  le  Comité  Technique  du  Projet  AJUSEN,  en  précise  la  composition,  les  attributions  et  le 
fonctionnement.  Ensuite, il a procédé à la lecture de l’ordre du jour. 
  9H 00 – Mot de bienvenue de Mr IDDER Adamou, Secrétaire Général du Ministère de 
l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et 
Religieuses 
  9H 05 – Présentation de l’ordre du jour de la réunion et de l’arrêté ministériel qui crée 
le Comité Technique par Mr François DUPIN, Chef de l’Equipe d’experts en charge du 
Projet AJUSEN 
  9 H10 – Tour de Table. Présentation de chacun des participants à ce comité technique.   
  9 H15 – Etat des lieux de la Mise en œuvre du Projet par l’Equipe d’experts principaux 
du Projet.  
  10H15 – Pause-café  
  10H30 – Relecture du compte-rendu de la réunion technique du 07 mars 2018 et de la 
suite qui a été donné aux recommandations formulées 
  11H00 – Echanges entre les participants sur leurs besoins en formation pour la période 
des  six  prochains  mois,  aménagement  des  propositions  présentées  par  l’équipe 
d’experts et validation par le comité technique 
  12H00 – Repas 
Le  président  de  séance  a  donné  la  parole  aux  membres  du  Comité  pour  un  rapide  tour  de  table  de 
présentation. 
 
  Tour de Table : 
Le représentant de la Délégation de l’Union européenne, MALLAM Abas, a rappelé à cette occasion les 
objectifs du projet. Ce projet AJUSEN réalise de l’assistance technique au profit des forces de sécurité 
du  Niger  dans  le  but  de  renforcer  leurs  capacités.  Ce  projet  n’était  pas  figé  et  devait  se  montrer 
« agile » ; il pouvait évoluer pour s’adapter aux besoins des forces de sécurité 
Puis  les  points  focaux,  les  trois  experts  principaux  du  Projet,  et  le  représentant  de  CIVIPOL  se  sont 
présentés les uns après les autres. 
  Etat des lieux de la mise en œuvre du Projet : 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
21 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Les experts principaux ont résumé l’ensemble des activités réalisées depuis leur arrivée au Niger le 04 
mars 2017. Un tableau récapitulatif de toutes les formations effectuées a été présenté aux membres 
du comité technique.  A ce jour, 31 activités ont été dispensées et comptabilisées pour un total de 696 
stagiaires formés. 
  Relecture du compte-rendu de la réunion technique du 7 mars 2018 pour évaluer les 
suites données aux recommandations formulées : 
 
  Adaptabilité et la souplesse du projet pour répondre au mieux aux besoins des bénéficiaires :  
L’offre  technique  du  projet  doit  aller  vers  des  formations  structurantes  afin  d’avoir  un  impact  sur  le 
citoyen  qui  sera  au  final  le  bénéficiaire  des  activités  réalisées.  Le  projet  devra  également  mettre 
davantage  l’accent  sur  le  respect  des  droits  de  l’homme  et  la  légalité  des  actes  des  membres  des 
forces de sécurité. 
Actualisation :  Cette  recommandation  a  été  suivie  et  est  toujours  d’actualité.  Le  projet  s’est  déjà 
adapté  et  s’adaptera  encore  aux  besoins  formulés  par  les  bénéficiaires  dans  leurs  plans  de 
formation. 

  Pour  le  choix  des  formations  à  mettre  en  place,  les  points  focaux  feront  le  point  des 
formations dont leur corps d’appartenance a réellement besoin : 
Si  des  formations  sont  jugées  inutiles  ou  peu  pertinentes,  il  ne  faut  pas  hésiter  à  proposer  leur 
suppression au profit d’activités qui correspondent parfaitement aux besoins des bénéficiaires. 
Actualisation : Le secrétaire général a demandé aux points focaux du projet de faire comme la Police 
Nationale, d’exprimer leurs besoins en formation au travers d’un document unique appelé plan de 
formation.  La Police a actuellement un plan de formation qui est mis à jour annuellement.  

 
  Nécessité de convergence entre AJUSEN-Justice et AJUSEN-Sécurité : 
Il  faut  également  créer  un  lien  fort  entre  l’équipe  d’experts  principaux  et  les  autorités.  Il  en  est  de 
même avec l’équipe d’AJUSEN-Justice, avec laquelle des activités communes devront être recherchées 
et réalisées. 
Actualisation : le chef de projet a précisé que le lien entre les deux équipes AJUSEN était déjà créé. 
« Nous  en  sommes  pas  encore  à  conduire  des  activités communes mais cet objectif  pertinent sera 
réalisé sans hésitation si la thématique s’en trouvait améliorée ». Pour le moment, les deux projets 
agissent  en  parfaite  complémentarité  pour  une  plus  grande  efficacité  de  la  chaine  pénale.  Par 
exemple,  AJUSEN-Justice  associe  le  plus  souvent  possible  des  policiers,  des  gendarmes  ou  des 
Gardes Nationaux dans ses formations au profit de la magistrature. Et inversement, AJUSEN-Sécurité 
a associé des magistrats par exemple dans la formation sur le blanchiment, la corruption et la saisie 
des avoirs criminels. Le fait de programmer des formations communes permet aux officiers de police 
judiciaires et aux magistrats de mieux se connaître, de nouer des liens et au final d’être plus efficace 
dans leur lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme.  

  Points de contact  pour la thématique gestion des frontières : 
La DST et  le  ministère  de  l’intérieur  par  rapport  à  la stratégie  nationale  de  lutte  contre  la migration 
irrégulière  sont des points de contacts naturels pour le projet AJUSEN dans sa thématique appui à la 
gestion  des  frontières.  Il  en  est  de  même  pour  le  Secrétariat  Permanent  de  la  Commission  des 
Frontières du Niger. 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
22 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Actualisation : Pour ce qui concerne les besoins en formation de la DST, le point de référence doit 
rester  le  point  focal  de  la  DGPN,  car  la  DST  est  subordonnée  à  la  DGPN.  Donc  c’est  l’Inspecteur 
Général Souley Boube qui doit être consulté pour l’ensemble des besoins de la DGPN. 

 
  Associer la Douane aux formations ARGOS – recherche et identification des véhicules volés : 
Le système ARGOS est un dispositif technique mis en place par un groupement d’assureurs français en 
vue  de  traquer,  de  diffuser,  de  rechercher  et  d’identifier  les  véhicules  volés.  Le  système  ARGOS  est 
relié avec les agences d’Interpol et d’Europol. 
S’agissant  de  lutter  contre  les  trafics  de  véhicules  volés,  la  douane  sera  de  facto  associée  à  cette 
formation. 
Actualisation :  Cette  recommandation  ne  s’est  pas  avérée  pertinente  à  l’issue  de  la  première 
formation ARGOS. En effet, il est  apparu qu’il fallait former  uniquement les personnels du bureau 
INTERPOL  au Niger pour s’attaquer au problème des véhicules volés au moment  où ils vont entrer 
au  Niger,  avant  leur  immatriculation.  Une  fois  que  le  véhicule  a  reçu  le  visa  d’Interpol    il  faut  le 
considérer  comme  non  volé.  Sans  cela,  nous  allons  créer  un  problème  d’ordre  public.  Il  y  en  a 
beaucoup  trop  qui  vont  être  découverts  volés.    Il  faut  attaquer  ce  mal  à  sa  racine,  c’est-à-dire  en 
formant  uniquement  Interpol,  on  sera  en  mesure  de  détecter  les  véhicules  volés,  détournés  ou 
maquillés  avant  leur  immatriculation,  avant  que  des  nigériens  les  rachètent  de  bonne  foi  à  des 
revendeurs corrompus. On pourra espérer ainsi démanteler ces trafics dès l’arrivée des véhicules sur 
le sol nigérien. 

  S’inscrire dans les plans annuels de formations  des administrations bénéficiaires : 
S’appuyant  sur les  points  focaux  du projet, l’équipe d’expert  principaux  doit orienter les activités de 
manière  à  ce  qu’elles  s’inscrivent  dans  les  plans  annuels  de  formations  et  dans  les  orientations 
souhaitées  par  les  administrations  bénéficiaires,  à  l’instar  de  ce  qui  a  été  fait  par  exemple  pour  la 
formation police judiciaire. 
Actualisation : Tous les points focaux sont maintenant convaincus de la nécessité de réaliser un plan 
de formation. Cela leur permet de définir clairement des besoins en formation,  auxquels le projet 
AJUSEN pourra peut-être apporter une réponse adaptée. C’est un préalable indispensable. 

 
  Mise en place d’un système de « suivi et évaluation » : 
Une évaluation continue des formations devra être effectuée,  pour vérifier sur le terrain l’impact des 
formations  dispensées  au  regard  des  changements  de  comportements  constatés  (bonnes  pratiques)  
ou des résultats obtenus. L’expert permanent du Projet aura en charge de la mettre en œuvre. 
Actualisation : Une mission de suivi sera programmée pour les formations de masse comme celle de 
la  formation  police judiciaire.  Ce  ne  sera  pas  fait  pour  les  formations  de  moindre  envergure,  pour 
lesquelles les attentes et les moyens engagés sont moins importants. 

  Développer la fonction de conseil auprès des bénéficiaires , et en particulier dans le domaine 
de la Politique Nationale de Sécurité: 
Il conviendra de développer la fonction de conseil auprès des bénéficiaires pour les aider à formuler 
leurs  besoins  en  formation.    La  fonction  de  conseil  ne  doit  pas  se  limiter  au  seul  domaine  de  la 
formation, mais avoir un cadre plus général  et une vision à long terme.  
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
23 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Il  faudra  revoir  les  orientations  de  la  PNS  de  septembre  2017  en  développant  le  volet  conseil  dans 
cette composante 1. 
Actualisation : La composante 1 va évoluer et pourrait devenir : Appui à l’élaboration des dispositifs 
d’intervention en cas d’attaque terroriste. Cette activité devrait déboucher  sur la production d’audit 
de  sécurité  et  de  recommandations  pour  l’élaboration  des  dispositifs  d’intervention.  Il  faudra 
reformuler l’intitulé de la composante 1. 

  Activité1.2 :  appui à la mise en place d’un dispositif de stockage : 
Toujours dans la composante 1, concernant cette fois les dispositifs de stockage en général et celui des 
armes en particulier, le projet AJUSEN doit proposer un dispositif général de stockage et rechercher les 
moyens de financement  pour en assurer la réalisation. 
Actualisation : Ce thème n’est plus d’actualité. En tous cas il ne correspond plus à une demande de 
nos  partenaires  nigériens.   Lors  du  comité  technique  du  26/09/2018,  l’IG  Souley  Boube  a  indiqué 
qu’une ONG était venue faire ce travail et avait produit une maquette toute prête à être généralisée. 
Ce dispositif « témoin » comprend les soutes, les armoires de stockage, les étagères et les râteliers. Il 
leur manque le financement  pour généraliser ce dispositif aux  8 magasins régionaux.  Le coût pour 
équiper chacun des 8 magasins régionaux est de 15 millions de francs CFA l’unité. Il en faut huit. La 
recherche du renseignement  est  en cours. Son objectif contractuel est uniquement une prestation 
en termes de conseils et de formations. 

  Eviter les doublons : 
Chaque  point  focal  fera  le  point  de  toutes  les  formations  dont  son  corps  bénéficie  auprès  de 
l’ensemble des partenaires techniques et financiers. Chaque point focal constituera un tableau de bord 
qui permettra de visualiser l’ensemble des offres et de faire des choix pour éviter que le Projet AJUSEN 
ne fasse une offre de formation déjà pourvue par un autre partenaire.  
Actualisation : Ce travail de concertation entre l’équipe des experts principaux et les points focaux 
se  fait  régulièrement  au  cours  des  nombreux  échanges  que  nous  avons  ensemble  tout  au  long  de 
l’année. 

 
  Utiliser l’expertise locale : 
Il faut mobiliser l’expertise locale chaque fois que la compétence technique le permet. A l’instar de ce 
qui  va  être  fait  pour  la  formation  dite  « du  petit  judiciaire »  où  deux  experts  locaux  de  haut  niveau 
vont intervenir aux côtés de deux autres experts européens. 
Un  débat  a  eu  lieu  entre  les  participants  pour  savoir  si  les  personnels  des  services  actifs  étaient 
éligibles (ou pas) aux indemnités de formation. Deux situations sont à prendre en considération : soit 
la personne est en position d’activité de service soit elle est en position de non-activité pour cause de 
retraite ou de mise en disponibilité. 
Pour les personnels en position de retraite ou en disponibilité, la question a été vite réglée puisqu’ils 
sont éligibles à la rémunération,  donc utilisables sans difficultés pour les formations du projet. 
Pour  les  personnels  en  activité,  un  intervenant  a  fait  remarquer  que  l’enseignement et  la  formation 
constituent  le  seul  domaine  pour  lequel  un  agent  de  l’Etat  en  activité  peut  faire  des  vacations  en 
qualité de formateur et être rémunéré en plus de son salaire pour cette activité temporaire. 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
24 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Un  autre  intervenant  a  fait  remarquer  que  certains  partenaires  –  la  GIZ  par  exemple  –  utilisaient 
l’expertise  locale sur la base d’un contrat entre le partenaire (GIZ) et l’Ecole Nationale de Police. 
Actualisation : l’utilisation de l’expertise locale ne pose pas de difficulté. Cela a déjà était fait pour la 
formation police judiciaire et se reproduira pour d’autres formations. 

  Préparer une convention entre CIVIPOL et l’Ecole Nationale de POLICE : 
Il  a  été  convenu  d’une  part  que  le  chef  de  projet  collecterait  les  textes  en  vigueur  au  Niger  pour 
permettre  l’utilisation  de  l’expertise  locale  dans  le  cadre  de  nos  formations  ainsi  qu’une  copie  de  la 
convention établie entre la GIZ et l’Ecole Nationale de Police.  D’autre part, il préparera un projet de 
convention  entre  CIVIPOL  et  l’Ecole  Nationale  de  la  Police  qu’il  présentera  rapidement  pour 
vérification  auprès  des  services  juridiques  du  siège  de  Civipol,  avant  validation    par  la  DUE.    Cette 
convention devra être établie rapidement pour permettre le défraiement des experts locaux qui vont 
travailler dans le cadre de la formation du petit judiciaire.  
Actualisation : la convention entre CIVIPOL et la DGPN a été signée et mise en pratique dès le mois 
de mars 2018.  Elle permet de régler les dispositions matérielles et financières pour la mise en place 
des formations. Elle s’est avérée très pratique pour les formations de masse et pour les formations à 
gros budget. 

  Préparer  un  projet  d’arrêté    ministériel  portant  création  d’un  Comité  de  pilotage  et  d’un 
Comité Technique   du Projet AJUSEN : 
Le  chef  de  projet  se  rapprochera  de  l’équipe    AJUSEN-Justice  qui  a  déjà    obtenu  son  arrêté  portant 
création de son Comité de Pilotage, pour rédiger un « draft » de projet d’arrêté  portant  création du 
Comité de Pilotage et du Comité technique du projet AJUSEN-Sécurité. 
Après validation par la DUE, les démarches seront initiées pour faire signer cet arrêté par le Ministre 
de l’Intérieur. 
Actualisation :  les  deux  arrêtés  ministériels,  l’un  créant  le  comité  technique  et  l’autre  créant  le 
comité de pilotage, ont été signés le 18 juin 2018 par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la 
Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, SEM Mohamed 
BAZOUM. 

  Comité de pilotage stratégique et comité technique : 
Le comité de pilotage stratégique pourrait être tenu une fois par an et devenir une instance commune 
avec  l’Agence  Française  pour  le  Développement  (AFD)  qui  soutient  le  Volet  Justice.  Ce  comité 
stratégique permettra de donner une vision globale du projet AJUSEN (Volet justice et Volet sécurité) 
aux partenaires nigériens, à la DUE, aux opérateurs CIVIPOL et AFD. 
En revanche le comité technique – qui ne concernera que le volet Sécurité – devrait se tenir de façon 
régulière (2 fois par an minimum) pour faire un point technique, avec la DUE, l’opérateur CIVIPOL et 
les autorités nigériennes. Le comité technique proposera les orientations du projet qui seront validées 
par  le  comité  de  pilotage,  lequel  suivra  le  comité  technique.    La  composition  du  comité  technique 
comportera les mêmes participants que ceux de la réunion d’aujourd’hui, dont la liste (nominative et 
fonctionnelle) figure au premier paragraphe du présent compte-rendu. 
Les  compositions  du  comité  de  pilotage  et  du  comité  technique  seront  précisées  par  les  arrêtés 
ministériels  respectifs portant leur création. 
Actualisation : Les  compositions respectives du comité technique et du comité de pilotage ont  été 
précisées par les arrêtés ministériels du 18 juin 2018, évoqués supra. 

Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
25 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
 
B.  Autres thèmes abordés au cours de la réunion par les membres du comité 
technique : 
  Point focal DGPN, Inspecteur Général Souley Boube : 
La  question  de  la  formation  pour  la  Police  des  frontières  intéresse  la  DGPN  qui  attend  que  cette 
formation soit confirmée et mise à la programmation par AJUSEN. C’est une formation importante qui 
doit être pragmatique, et aller à l’essentiel pour être assimilée et garder toute son efficacité. Elle devra 
être dispensée à un nombre important de stagiaires. 
Il  souhaite  que  cette  formation  regroupe    uniquement  les  connaissances  essentielles    que  doivent 
connaître les personnels servant dans les postes frontières. Il veut une formation regroupée autour de 
quelques modules pour être le plus efficace possible. 
Les modules à développer et à dispenser sont les suivants : 
o  Trafic illicite des migrants et traite des personnes ; 
o  Régime juridique d’entrée et de séjour au Niger ; 
o  Détection des faux documents / fraude documentaire ; 
o  Ethique et Déontologie ; 
o  Gestion intégrée des frontières / coopération inter frontalière. 
 
  Point focal Gendarmerie Nationale,  Commandant Salma Garba, Chef DLI : 
Il a insisté sur l’importance d’avoir un programme de formation continue, afin de prendre en compte 
les  planifications  de  tous  les  autres  corps    et  de  les  jumeler    dans  une  même  formation  qui  peut 
intéresser plusieurs  partenaires. Il a pris l’exemple de la formation en gestion démocratique des foules 
qui peut intéresser à la fois la police, la gendarmerie et la Garde Nationale du Niger.  
 
Il  voit  dans  le  fait  de  mixer  les  stagiaires  dans  une  même  formation  plusieurs  avantages,  dont  le 
principal est l’échange d’expérience et une meilleure connaissance entre les corps. 
  Point focal des Eaux et Forêts, le commandant KINDO OUSMANE : 
Pour les Eaux et Forêts, le besoin le plus urgent serait de les aider dans un premier temps à créer un 
plan de formation. 
Ensuite,  il  serait  utile  de  faire  une  formation  des  cadres  pour  développer  le  commandement,  la 
transmission des ordres et les remontées du renseignement et du compte-rendu. Ce problème est dû 
au fait que les unités sont disséminées en petits effectifs sur une grande partie du territoire.  
  Point focal des Douanes, ABDOU HABI, Chef de la Division Formation : 
Les douanes n’ont pas actuellement un plan de formation, mais ils travaillent actuellement sur un plan 
de  formation  triennal  qui  couvrira  la  période  2019  à  2022.  Dans  ce  plan,  les  besoins  en  formation 
seront clairement identifiés. 
Il s’est réjoui de voir qu’une formation au renseignement douanier et à la procédure douanière était 
programmée pour le prochain semestre. 
  Point focal de la GNN, le commandant MOHAMED OUMAROU GARBA : 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
26 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
Pour la GNN, il a souhaité une formation au franchissement opérationnel pour renforcer les capacités 
opérationnelles du Groupement d’Intervention spécialisé de la GNN. Cette formation concernerait 40 
personnels à former sur deux jours par groupes de 10.  
Le  chef  de  projet  lui  a  répondu  que  cette  formation  serait  programmée  en  début  d’année  2019, 
puisqu’elle était déjà validée et inscrite au rapport de démarrage du Projet. 
Il a dit ensuite que la GNN était aussi intéressée par la Gestion Démocratique des Foules. Le chef de 
projet a fait savoir que pour la gestion démocratique des foules, vu le nombre de stagiaires à former 
(PN, GN, GNN), tout comme pour la formation police judiciaire (300 à 450 stagiaires) ces formations ne 
seraient  programmées  que  si  le  budget  le  permettait.  Ce  sont  des  formations  onéreuses  qui  ont  un 
impact  important  sur  le  budget  des  frais  accessoires  (per  diem  et  transport  des  stagiaires,  frais  de 
bouche etc…). Il  serait prudent  de ne pas les  programmer dans l’immédiat et d’attendre d’avoir une 
vision globale des besoins de chacun pour faire des choix pertinents. 
  Point focal de la Protection Civile, le commandant BOUREIMA ILLIASSOU : 
Il  a  fait  savoir  au  comité  que  la  protection  civile  bénéficiait  de  l’appui  important    du  PRGCU 
(Programme de gestion de crises) de la banque mondiale qui les a aidés à financer la construction des 
casernes, l’achat d’engins de secours et de véhicules incendie. La protection civile bénéficie également 
de l’appui de la PCAO (Protection Civile en Afrique de l’Ouest - 7 pays) pour la gestion des catastrophes 
et la rédaction des plans d’intervention d’urgence. 
Il souhaite que la Protection Civile soit insérée dans le plan de formation du Projet AJUSEN, dans des 
formations  en  rapport  avec  l’incendie  et  les  secours.  Et  si  possible  avant  le  sommet  de  l’Union 
Africaine de juin ou juillet 2019. 
Il souhaite également que le Projet  AJUSEN fasse de la formation de formateurs. La protection civile 
dispose d’une école de formation à Niamey. 
 
 
  Le Directeur des Opérations et du Développement de CIVIPOL-Conseil, Bertrand Barbé : 
Lors  des  différents  échanges  entre  les  participants,  une  possibilité  de  formation  à  la  menace  NBC 
(nucléaire, Bactériologique et Chimique) a été évoquée. Cette proposition mériterait d’être étudiée. 
 
C.  Programmation pour le prochain semestre : 
Les  activités  suivantes  sont  programmées pour  la  nouvelle  période  du  1er  octobre  2018  au  31  mars 
2019 : 
  Formation  à  la  recherche  et  à  l’identification  des  véhicules  volés,  détournés  ou  maquillés,  
pour 21 policiers du service Interpol au Niger ; 
  5ème session de formation pour la police judiciaire pour 40 policiers de Niamey ; 
  1ère session de formation douanière : la procédure et le renseignement douanier ; 
  6ème session de formation pour la police judiciaire pour 60 policiers des autres régions ; 
  Formation  à  l’utilisation  du  détecteur  de  produits  stupéfiants  et  explosifs  (par  SPRA)  pour 
aéroport de Niamey au profit de la CAAT et de la douane ; 
  Formation des personnels affectés à la salle de vidéosurveillance de l’aéroport de Niamey ; 
  Franchissement opérationnel au profit de 40 stagiaires de la GNN. 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
27 

Rapport intermédiaire 3 
 
Période du 1er avril 2018 au 30 septembre 2018 
 
 
D.  Clôture de la réunion : 
 
Reprenant    la  parole  en  dernier,  le  Secrétaire  général    rappelle  à  tous  l’importance  du  plan  de 
formation pour répondre aux besoins de chaque corps, et il demande aux points focaux de rédiger ces 
plans de formation pour le prochain comité technique, comme l’a déjà fait la Police Nationale. 
A 13H15, l’ordre  du jour étant épuisé, Monsieur  IDDER  Adamou, Secrétaire  Général du ministère  de 
l’Intérieur, de la Sécurité Publique,  de  la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, 
qui préside le comité technique du Projet AJUSEN-Sécurité, lève la séance. 
 




 
 
 
Appui à la Justice, Sécurité et à la Gestion des Frontières au Niger 
 
28