Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.




 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PROGRAMME D’APPUI AU FONCTIONNEMENT 
DE L’ETAT CIVIL 
 
APPUI A LA MISE EN PLACE D’UN SYSTEME 
D’INFORMATION SECURISEE  
 
PAECSIS 
 
 
 
(T05-EUTF-SAH-ML-08-01) 
 
 
 
 
RAPPORT SEMESTRIEL -1 
18 janvier au 30 juin 2018 
 
 
Juin 2018 
 
 
 

SIGLES ET ABBRÉVIATIONS 
 
 
 
AGETIC 
Agence des Technologies de l'Information et de la Communication 
AMM 
Association des municipalités maliennes 
APDP 
Autorité de Protection des Données à caractère Personnel 
CPF 
Code des personnes et de la famille 
CTC 
Comité technique de coordination 
CTDEC 
Centre de traitement des données de l’état civil 
DGCT 
Direction générale de l’administration territoriale 
DNAJS 
Direction nationale des affaires judiciaires et du sceau 
DNEC 
Direction nationale de l’état civil 
DRH 
Direction des ressources humaines 
DUE  
Délégation de l’Union européenne 
EC 
Etat civil 
AIMF 
Association internationale des maires francophones 
INSTAT 
Institut National de la Statistique 
MATD 
Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation 
MCT 
Ministère des Collectivités territoriales 
NINA 
Numéro d’Identification National 
OSC 
Organisations de la société civile 
Projet d’appui au fonctionnement de l’état civil au Mali : appui à la mise en 
PAECSIS 
place d’un système d’information sécurisé 
PNFEAC 
Programme National de Formation des Acteurs de l’Etat Civil 
RAVEC 
Recensement A Vocation d’Etat Civil 
SIG 
Système d’information géographique 
TDR 
Termes de référence 
UNICEF 
Fonds des Nations Unies pour l’enfance 
 
 

 

link to page 2 link to page 4 link to page 5 link to page 6 link to page 6 link to page 6 link to page 6 link to page 9 link to page 10 link to page 12 link to page 13 link to page 13 link to page 15 link to page 16 link to page 16 link to page 16 link to page 17 link to page 18 link to page 19 link to page 20 link to page 20 link to page 20 link to page 20 link to page 21 link to page 21 link to page 21 link to page 21 link to page 22 link to page 24 TABLE DES MATIÈRES 
SIGLES ET ABBRÉVIATIONS ...................................................................................................................... 2 
I. 
CONTEXTE NATIONAL ...................................................................................................................... 4 
II. 
INTRODUCTION ............................................................................................................................... 5 
III. 
LOGIQUE D’INTERVENTION ET ETAT D’AVANCEMENT DES ACTIVITES DU PREMIER SEMESTRE 6 
A.  LOGIQUE D’INTERVENTION DES ACTIVITÉS DES EXPERTS ........................................................... 6 
B.  ETAT D’EXECUTION DES ACTIVITES ............................................................................................. 6 
1. 
Evaluation du cadre normatif de l’état civil ............................................................................ 6 
2. 
Mise à jour des informations sur l'état civil ............................................................................ 9 
3. 
Cartographie de l'état civil – activités préparatoires ............................................................ 10 
4. 
Enquête terrain sur l’état civil ............................................................................................... 12 
C.  Réalisation d'études spécifiques ............................................................................................... 13 
1. 
Etude diagnostique du cadre institutionnel et des pratiques d'état civil au Mali ................ 13 
2. 
Etude sur le financement pérenne de l'état civil .................................................................. 15 
D.  Activités d’appui-conseil des experts auprès de leurs services d’affectation ........................... 16 
E. 
Pilotage et management de l’équipe et des activités de CIVIPOL ............................................ 16 
1. 
Planification opérationnelle concertée ................................................................................. 16 
2. 
Administration-Gestion et coordination ............................................................................... 17 
F. 
Difficultés rencontrées et principaux enseignements ............................................................... 18 
G.  Coordination et suivi des experts .............................................................................................. 19 
IV. 
PERSPECTIVES DU PROCHAIN SEMESTRE .................................................................................. 20 
A.  Programme des activités liées à la relecture des textes législatifs et réglementaires de l’état 
civil et à l’appui-conseil ..................................................................................................................... 20 

B.  Programme des activités liées à la cartographie de l’état civil ................................................. 20 
C.  Programme de l’appui matière en état civil .............................................................................. 21 
D.  Programme des activités de gestion administrative et financière ............................................ 21 
E. 
Perspectives d’interventions sur la pérennisation du financement de l’état civil .................... 21 
F. 
Formation des cadres et agents territoriaux à la dimension état civil de leurs fonctions ........ 21 
V.  CONCLUSION ................................................................................................................................. 22 
VI. 
ANNEXES .................................................................................................................................... 24 
 
 
 

 

I. 
CONTEXTE NATIONAL 
Dans la phase de démarrage des activités du PAECSIS, le contexte national a été marqué par 
l’aggravation  de  la  situation  sécuritaire  du  pays  avec  la  multiplication  de  conflits 
communautaires dans le centre, le nord, le nord-est et l’ouest du pays
 
 
  
De  plus,  la  Présidentielle  prévue  en  juillet  2018  a  conduit  à  d’importantes  opérations 
nationales  à  caractère  politique,  avec  la  révision  des  listes  électorales,  l’audit  du  fichier 
électoral, l’instauration d’une nouvelle carte d’électeur, ainsi que la campagne électorale qui 
bat actuellement son plein.  
Au plan socioprofessionnel, la récente grève du personnel de l’administration territoriale, qui 
a été débuté le 25 juin 2018, a affecté la réalisation de l’atelier de planification du PAECSIS à 
Fana ainsi que l'atelier de concertation régionale de Sikasso qui n’ont pu se tenir. 
Malgré  cette  situation  politico-socio  sécuritaire  et  avec  l’appui  des  pays  amis  et  des 
partenaires techniques et financiers, le Mali se dote de dispositifs en vue du retour de la paix 
et d’une relance soutenue du processus de développement. Le contexte national actuel n’a pas 
empêché la mise en œuvre opérationnelle du Programme d’appui au fonctionnement de l’état 
civil au Mali et à la mise en place d’un système d’information sécurisé (PAECSIS)  dont les 
activités prévues pendant la période de démarrage ont bien été enclenchées.  

 

II. 
INTRODUCTION 
Le présent rapport répond à une exigence contractuelle de CIVIPOL envers la DUE, à l’issue 
des six premiers mois du PAECSIS. L’implantation du programme est séquentielle avec une 
phase de démarrage d’une durée de six (6) mois dont le point d’avancement constitue l’objet 
du présent rapport, et une phase d’exécution qui s’étalera sur 42 mois. 
Ce  rapport  fait  le  point  des  activités  réalisées  du  17  janvier  2018  au  30  juin  2018  dans  la 
phase  de  démarrage  de  ce  Programme  qui  s’inscrit  dans  l’atteinte  des  objectifs  de 
consolidation  du  système  d’état  civil  et  de  mise  en  place  d’un  fichier  central  de  l’état  civil 
consolidé et interconnecté avec  les  centres d’état  civil. Durant cette phase de démarrage,  les 
activités dévolues à CIVIPOL portaient sur : 
-  la relecture des textes d'état civil et les procédures harmonisées ; 
-  l’identification des besoins spécifiques liés au programme (grâce à la cartographie) ;   
-  l’appropriation  du  programme  par  les  autorités  maliennes,  par  un  dialogue  avec  les 
parties  prenantes  et  une  définition  des  modalités  de  coopération  avec  les  acteurs  à 
même d’aider à la mise en œuvre opérationnelle du PAECSIS, et la définition du plan 
de  travail  de  CIVIPOL  (détails  des  activités  et  révision  concertée  de  l’approche 
méthodologique).   
A titre de rappel, d’autres activités sont inscrites dans la seconde phase, celle d’exécution du 
programme. Il s’agit de : 
-  la mise à jour des informations sur l'état civil ; 
-  l’appui à la conception et à la mise en place d'un dispositif pérenne de financement de 
l'état civil ; 
-  le renforcement de l'archivage ; 
-  la  mise  en  place  d’un  fichier  national  de  l'état  civil,  relié  à  une  base  de  données 
biométrique interconnectée avec les communes et postes consulaires informatisés ; 
-  la  réalisation  d’études  préalables  à  la  création  d’un  fichier  central  dont  le  bilan  de 
l’état civil et la mise à jour solution informatique ; 
-  la  mise  à  niveau  de  la  base  de  données  d'identification  issue  du  RAVEC,  y  compris 
l’appui à l'organisation d'audiences foraines et opération d'enrôlement. 
Le statut d’exécution des activités susmentionnées constitue l’ossature du présent rapport qui 
se  structure  autour  de  trois  (3)  grandes  parties :  la  logique  d’intervention  des  activités  des 
experts ainsi que les activités réalisées au cours de cette période et leur état d’avancement ou 
d’achèvement ;  les  difficultés  rencontrées  ainsi  que  les  mesures  mises  en  œuvre  pour  les 
surmonter ; les activités planifiées pour les mois à venir. 

 

III.  LOGIQUE D’INTERVENTION ET ETAT D’AVANCEMENT DES 
ACTIVITES DU PREMIER SEMESTRE 

A. 
LOGIQUE D’INTERVENTION DES ACTIVITÉS DES EXPERTS 
Une mission de démarrage s’est tenue du 17 au 29 janvier 2018 à Bamako au Mali en vue de 
la  présentation  des  experts  aux  différentes  institutions  et  services.  Cela  a  fait  l’objet  d’un 
rapport préliminaire soumis à la DUE.  
Suite à cette mission, CIVIPOL a tout mis en œuvre pour l’équipement des experts. Il s’agit 
notamment  de  l’acquisition  des  équipements informatiques,  de  mobiliers  de  bureau,  des 
connections  internet  et  téléphoniques  pour  faciliter  le  travail  et  divers  autres  équipements 
nécessaires.  
Au 30 juin 2018, l’installation des experts est effective dans 3 des 4 bureaux,
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
Un  compte  bancaire  du  projet  a  été  ouvert  sous  une  double  signature  pour  les  dépenses 
courantes du terrain. 
B. 
ETAT D’EXECUTION DES ACTIVITES  
Les activités réalisées au cours de ces six premiers mois sont conformes à l’approche prévue 
dans les Termes de référence du PAECSIS.  
Il s’agit de l’évaluation du cadre normatif de l’état civil (2.1), la mise à jour des informations 
sur  l’état  civil  y  compris  la  cartographie  (2.2.),  la  réalisation  d’études  spécifiques  (2.3),  la 
réalisation d'études spécifiques pour une meilleure compréhension et intégration des groupes 
vulnérables,  minorités  et  enfants  dans  le  système  d’état  civil  (2.4),  les  activités  d’appui-
conseil  auprès  des  institutions  (2.5),  le  pilotage  et  le  management  de  l’équipe  (2.6)  et  les 
difficultés rencontrées ainsi que les leçons apprises (2.7).  
1. 
Evaluation du cadre normatif de l’état civil 
L’évaluation  du  cadre  normatif  a  fait  l’objet  d’une  préparation  en  vue  du  lancement  du 
processus  de  relecture  des  textes  l'EC  et  des  procédures  harmonisées,  de  même  que  pour 
rechercher  une  adéquation  du  cadre  normatif  existant  avec  les  innovations  imposées  par  la 
modernisation  que  le  PAECSIS  compte  introduire,  et  ce  en  vue  de  renforcer  le  pilotage  de 
l’état civil en dotant les décideurs d’un cadre normatif adéquat pour asseoir leurs orientations, 
actions et décisions en matière d’état civil.  
a) 
Identification et compilation des textes législatifs et règlementaires 
Un  recueil  des  textes  législatifs  et  réglementaires  régulant  l’état  civil  a  été  constitué.  Ces 
textes  ont  été  recueillis  auprès  des  acteurs  institutionnels  et  opérationnels  qui  sont 
prioritairement  la  DNEC,  la  DNAJS,  la  DGCT,  la  DRH  du  MATD  ainsi  qu’en  accédant  au 
Journal Officiel de la République du Mali.  

 

Parallèlement  à  ces  textes  législatifs  et  règlementaires  maliens,  il  a  été  procédé  à  une 
importante  revue  documentaire  qui  a  permis  d’y  rajouter  les  textes  internationaux  et 
régionaux  qui  lient  le  Mali  ainsi  que  d’autres  textes  pertinents  qui  servent  d’orientation  en 
matière  d’état  civil.  Il  en  va  de  même  de  la  revue  des  données  secondaires  disponibles,  y 
compris des rapports précédents sur la stratégie nationale de l’état civil, les rapports d’étude et 
d’évaluation, les rapports techniques des projets financés par l’UNICEF, les Organisations de 
la Société Civile, l’Association des Municipalités du Mali, etc.  
Au total 28 textes législatifs et règlementaires ont été examinés, le Code des personnes et de 
la famille constituant à date, le principal texte légal de référence de l’état civil au Mali. 
b) 
Elaboration d'une méthodologie de révision des textes  
Le  processus  de  relecture  des  textes  législatifs  et  règlementaires  de  l’état  civil  exigé  par  le 
PAECSIS est réalisé en phasage. Après le recueil des textes législatifs et règlementaires, une 
méthodologie  pour  la  relecture  des  textes  législatifs  y  compris  pour  l’évaluation  du  cadre 
normatif, a été élaborée et entérinée par le CTC. 
c) 
Élaboration d’un guide d’entretien semi-dirigé 
 
 
 
 
 
 
  
d) 
Interviews des personnes / structures ressources 
Au total, une quarantaine de structures intervenant dans l’état civil et plus d’une centaine de 
personnes  ont  été  interviewées.  Ces  entretiens  ont  facilité  l’identification  des  textes 
inappliqués ou sujets à des difficultés d’interprétation. Grâce à l’apport des différents acteurs 
impliqués  dans  la  chaîne  de  l’état  civil,  il  a  été  possible  d’évaluer  l’impact  de  la 
modernisation,  d’identifier  les  éventuelles  sources  de  conflits  d’intérêt,  et  de  mesurer  les 
enjeux que représente cette modernisation.  
 
 
e) 
Rapport préliminaire de l’évaluation du cadre normatif 
L’analyse  des  données  collectées  et  leur  synthèse  ont  permis  d’enclencher  le  processus  de 
rédaction  du  rapport  d’évaluation  des  textes  législatifs  et  réglementaires  qui  doit  mettre 
l’accent sur les forces et faiblesses ainsi que les opportunités et risques des textes législatifs et 
règlementaires.  
C’est  ainsi  qu’en  mars  2018,  un  rapport  préliminaire  portant  sur  l’évaluation  du  cadre 
normatif  a  été  élaboré.  En  avril  2018,  ledit  rapport  a  été  présenté  au  CTC  qui  l’a  validé  en 
plus de la méthodologie de révision des textes normatifs. 

 

f) 
Focus groupe (atelier de discussion avec les acteurs de la société civile) 
En sus de la revue documentaire et des entretiens semi-dirigés avec les acteurs institutionnels 
et non étatiques de l’état civil pour concourir à l’évaluation du cadre normatif de l’état civil, 
les acteurs de la société civile ont été impliqués dans le processus de relecture des textes de 
l’état civil au regard de leurs missions d’animation, de mobilisation des acteurs, de plaidoyer 
et de contrôle de l’action publique. 
Le focus group avec les organisations de la société civile et des partenaires de développement 
a nécessité en amont d’intenses activités de préparation et d’organisation.
  
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’atelier qui a regroupé une vingtaine d’OSC identifiées à la suite des interviews et dont les 
interventions  ou  portfolio  portent  aussi  sur  des  activités  liées  à  l’état  civil  en  termes 
d’information  et  sensibilisation  sur  l’état  civil,  plaidoyer,  dialogue,  accompagnements  de 
personnes non déclarés pour l’octroi de jugements supplétifs et d’actes de naissances. 
A l’issue de l’atelier, les représentants des OSC ont été informés  des objectifs, des résultats 
attendus  et  de  la  méthode  d’intervention  du  PAECSIS.  Les  OSC  ont  formulé  d’importantes 
recommandations  sur  l’état  civil  relativement  aux  plans  juridique,  institutionnel  et  sur  les 
pratiques  en  vigueur,  enrichissant  ainsi  les  données  déjà  collectées  dans  le  cadre  de 
l’évaluation  du cadre normatif de l’état civil. Un rapport provisoire de l’atelier fait état des 
résultats  des  entretiens  de  groupe  ainsi  que  des  résultats  de  l’évaluation  de  l’atelier  par  les 
participants. 
g) 
Projet de rapport d’évaluation (en cours d’élaboration) 
Un projet de rapport d’évaluation du cadre normatif est en cours de rédaction à un stade assez 
avancé.  Le  rapport  d'évaluation  de  même  que  les  recommandations  et  suggestions  qui 
l’accompagnent,  sera  finalisé  en  décembre  2018.  Les  résultats  seront  présentés  en  même 
temps  que  les  autres  extrants  (cartographie  de  l’état  civil,  le  document  de  financement 
pérenne de l’état civil, le programme national de formation sur l’état civil, le plan national de 
communication sur l’état civil).  
h) 
Préparation d’études complémentaires au cadre normatif 
La  relecture  des  textes  de  lois  et  des  règlements  prend  en  compte  les  défis  institutionnels, 
organisationnels  et  des  pratiques.  Les  bonnes  pratiques  identifiées  sont  à  encadrer 
juridiquement  pour  des  procédures  uniformisées,  tandis  que  les  mauvaises  pratiques  sont  à 
décrier.  Une  étude  diagnostique  de  l’état  civil  tant  au  plan  institutionnel  que  des  pratiques 
permettra non seulement l’actualisation du rapport d’évaluation de l’état civil malien conduit 

 

en 2015 et dont les propositions de stratégie et de plan de mise en œuvre ne sont pas encore 
adoptées
 
 
 
 
 
 
 
  
i) 
Appui à la relecture des textes législatifs et règlementaires   
L’appui  à  la  mise  en  place  d'un  dispositif  de  révision  des  textes  règlementant  la  gestion  de 
l'état civil a consisté à échanger avec la DNEC et ses partenaires quant à la pertinence ou non 
de  la  création  d’une  nouvelle  structure  ou  un  cadre  d’échanges  et  de  prise  de  décision  sur 
l’état civil à l’image de la commission nationale de révision des textes présidée par la DNAJS 
et  qui  est  déjà  fonctionnelle.  Il  en  est  résulté  qu’en  raison  de  l’extrême  sensibilité  de  la 
question, des exigences méthodologiques et du portage du programme, le MATD prendrait les 
devants pour la création d’un cadre spécialement dévolu à l’état civil. 
 
 
     
Il n’en demeure pas moins que la méthodologie opérationnelle adoptée place la concertation 
au  cœur  du  processus  de  révision  des  textes. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. 
Mise à jour des informations sur l'état civil 
Une  évaluation  des  informations  disponibles  a  été  menée  au  terme  de  plusieurs  rencontres 
d’échanges principalement avec les structures de production et/ou de gestion des informations 
sur  l’état  civil  (dont  le  Centre  de  traitement  des  données  de  l’état  civil,  la  Cellule  de 
Planification et de Statistiques ainsi que la Direction Nationale de la Santé, l’Institut National 
de Statistiques, une revue des dispositifs d’enregistrements mis en place par l’IMF de 2007 à 
2011, etc.) et auprès des partenaires d’appui comme l’UNICEF. 
Les résultats de cette évaluation ont permis de réaliser les activités suivantes : 
-  l’élaboration d’une note de lancement des opérations de la cartographie ; 
-  l’identification  des  caractéristiques  spécifiques  et  techniques  des  équipements 
informatiques à acquérir pour la cartographie et autres activités informatiques ; 
-  les recommandations pour l’harmonisation des logiciels, notamment City Web, DHS-2 
(District  Health  Information  Software-V2  qui  dispose  d’une  base  de  données,  une 
application Web légère implémentée en utilisant le serveur d’application Web Wamp-
Server,  avec  PHP/JQuery  et  la  carte  sanitaire  géo  référencée  du  Mali)
  et  le  logiciel 
d’état  civil  de  l’AIMF  (une  application  Windows  stand-alone  sous  Access  pour  les 
communes de Bamako et SQL Server pour le reste du pays) ;  

 

-  le renforcement du dispositif City Web. 
3. 
Cartographie de l'état civil – activités préparatoires 
Une importante activité préparatoire méthodologique, administrative et matérielle a eu lieu en 
amont de la réalisation de la cartographie de l’état civil. Celle-ci a démarré avec l’élaboration 
des  Termes  de  référence  (2.2.2.1),  de  la  méthodologie  et  des  outils  de  collecte  de  données 
(2.2.2.2),  le  développement  du  logiciel  de  saisie  et  l’application  par  la  société  DIGITECH 
(avec laquelle un contrat  de fournitures a été conclu) (2.2.2.3), la préparation  et  la  signature 
du contrat du protocole d’entente avec l’INSTAT (2.2.2.4) pour la réalisation des enquêtes au 
niveau  des  centres  d’état  civil  du  Mali,  la  commande  et  livraison  des  équipements  de  la 
cartographie (2.2.2.5).  
a) 
Elaboration et validation des termes de références pour expert SIG 
Les  termes  de  référence  relatifs  au  recrutement  d’un  expert  court-terme  en  Cartographie  et 
SIG, ainsi qu’aux exigences et spécifications pour la fourniture d'un système de cartographie 
des centres d'état civil ont été rédigés et partagés avec la DNEC et ENABEL. 
 
 
b) 
Elaboration et validation de la méthodologie générale de la cartographie assortie des outils 
de collecte (y compris le protocole d'enquête) 
 
 
 
 
 
c) 
Développement du logiciel de saisie et de l’application informatique de gestion des données  
 
 
 
 
 
 
 
  
Il en est résulté ce qui suit : 
  Un logiciel de saisie sur tablette a été conçu et testé ; 
  La conception d’une vidéo de démonstration du logiciel pour les tablettes
 
   
  Un manuel de l'enquêteur a été élaboré 
 
 
10 
 

  Un  modèle  conceptuel  de  données
 
 a été élaboré ; 
  Un  Module  d’enquête 
 
 
 a été conçu ; 
  La  conception  d’un  module  de  centralisation  des  données  ainsi  que  le  logiciel  de 
préparation  des  tournées,
 
 
 
 
  La mise  en place d’un  système d’information  géographique  (SIG) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
d) 
Préparation et signature du contrat du protocole d’entente avec l’INSTAT 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
e) 
Commande et livraison des équipements de mise à jour des informations 
Un  état  des  lieux  du  CTDEC
 
  a  été  réalisé  préalablement  à  l’acquisition  de  l’équipement 
nécessaire.
 
 
11 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
c) 
Mise en place des conditionnalités préalables à l’opérationnalisation de la cartographie de 
l'état civil  
La  réalisation  de  cette  opération  de  cartographie  exige  en  amont  de  se  conformer  aux 
dispositions  légales  et  réglementaires  en  vigueur  en  matière  de  protection  des  données  à 
caractère  personnel.  Aussi,  après  plusieurs  échanges  avec  l’Autorité  de  Protection  des 
Données à caractère Personnel (APDP), l’équipe de CIVIPOL a renseigné un formulaire de 
16  pages  remis  au  DNEC  pour  signature  et  transmission  à  l’APDP,  en  vue  d’obtenir 
l’autorisation préalable à la mise en œuvre du traitement de données à caractère personnel. 
La  collecte  d’informations  sur  le  terrain  sera  réalisée  par  les  agents  enquêteurs  à  l’aide  de 
tablettes  équipées  d’un  logiciel
 
 
 permettant ainsi transfert et traitement plus rapides de l’information. 
 
 
  
Dès  réception  des  tablettes,  leur  connexion  avec  une  base  centrale  sera  mise  en  place. 
L’application informatique prévue permet une gestion rapide et rigoureuse des informations 
collectées sur le terrain : les données collectées seront transmises vers une base centrale
 
 
 
C. 
Réalisation d'études spécifiques  
Pour une meilleure compréhension et intégration des groupes vulnérables, minorités et enfants 
dans le système d’état civil des études thématiques ont été prévues. 
1. 
Etude diagnostique du cadre institutionnel et des pratiques d'état civil au Mali 
a) 
Eléments de justification de l’étude 
L’étude  diagnostique  du  cadre  institutionnel  et  des  pratiques  actuelles  relève  des  activités 
dévolues  à  l’expertise  institutionnelle  et  l’appui-conseil  à  la  DNEC 
 
Cette  étude 
s’inscrit  parmi  les  opérations  prévues  sous  l’activité  1.1.2  (Appuyer  la  mise  à  jour  des 
13 
 

informations sur l’état civil) dans le cadre de l’amélioration du pilotage stratégique de l’état 
civil (Résultat 1.1 de l’Objectif Spécifique 1).   
La  relecture  des  textes  de  lois  et  règlements  prend  en  compte  les  défis  institutionnels, 
organisationnels  et  les  pratiques. 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
Une étude diagnostique de l’état civil tant au plan institutionnel que des pratiques permettra la 
mise à jour du rapport d’évaluation de l’état civil malien conduit en 2015, dont la proposition 
de stratégie et le plan de mise en œuvre ne sont pas encore adoptés. En effet, le système d’état 
civil malien a été évalué en 2005 (Etat des lieux, Etat-civil 2005) et en 2015 (DNEC, 2015). 
Le Rapport d’évaluation du système d’enregistrement des faits d’état civil et de la production 
des  statistiques  de  vie  au  Mali
  de  2015  a  revisité  l’organisation,  la  gestion  et  le 
fonctionnement  du  système  d’enregistrement  des  faits  d’état  civil  en  faisant  ressortir  les 
forces  et  faiblesses  des  cadres  institutionnel,  organisationnel,  normatif  et  les  circuits  de 
transmission  des  faits  d’état  civil  et  de  collecte,  traitement,  diffusion  et  conservation  des 
données  statistiques  vitales  et  autres.  Ces  données  collectées  en  2015  nécessitent  une 
actualisation  en  2018  à  la  lumière  des  innovations  à  introduire  par  le  PAECSIS  et  en  vue 
d’identifier les dysfonctionnements relevés dans le rapport de 2015 qui persistent encore, puis 
de proposer des solutions ou stratégies durables. 
 
 
 
 
 
 
 
  
Ce diagnostic du cadre institutionnel et des pratiques interviendra en vue d’offrir un tableau 
complet de l’état des lieux du système de l’état civil. 
 
 
 
 
  
b) 
Activités réalisées dans le cadre du diagnostic institutionnel et des pratiques 
Les  activités réalisées dans le cadre de l’étude  diagnostique institutionnelle et  des pratiques 
sont les suivantes : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14 
 

 
 
 
  
 
 
 
  
 
 
 
Les résultats intermédiaires suivants ont été obtenus : 
  Constitution d’un recueil de textes législatifs et réglementaires ;  
  Conception des outils de collecte de données (guide d’entretien) ; 
 
 
 
    
 
 
 
 
 
2. 
Etude sur le financement pérenne de l'état civil 
a) 
Éléments de justification de l’étude  
Les dispositifs de financement de l’état civil mis en place au Mali en vue d’accompagner le 
processus de la décentralisation enclenché dans les années 1990 sont peu ou pas fonctionnels 
et n’offrent pas de garantie de pérennisation du financement de l’état civil. Or une stratégie de 
financement pérenne de l’état civil fait partie des recommandations phares de l’évaluation du 
cadre  normatif  de  l’état  civil  qui  révèle  qu’un  des  problèmes  récurrents  soulignés  par  les 
acteurs  clés  rencontrés  est  la  durabilité  du  financement  de  l’état  civil.  Réviser  l’arsenal 
juridique sans prendre en charge la provenance du financement pour s’assurer d’une mise en 
œuvre  effective  des  textes  de  loi  ne  permettrait  pas  au  programme  de  fournir  des  outils 
efficaces  de  décisions  au  Comité  de  pilotage  du  Programme  et  pour  la  mise  en  place  de 
politiques pérennes de l’état civil. 
D’où l’intérêt dans le cadre du PAECSIS de préparer une étude relative à la pérennisation du 
système de financement de l’état civil tel que déjà prévue dans la méthodologie de CIVIPOL, 
en  vue  de  dresser  un  état  des  lieux  de  l’existant  en  matière  de  financement  de  l’état  civil, 
identifier les zones d’ombre et proposer des mesures et mécanismes opérationnelles pour un 
financement durable du service d’état civil. 
b) 
Activités réalisées dans le cadre de cette étude 
Les activités de l’étude relative à la pérennisation du financement de l’état civil sont : 
 
 
 
 
 
 
 
  
15 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les  activités  seront  menées  en  étroite  collaboration  avec  Enabel  en  vue  de  maximiser  les 
synergies  possibles. 
 
 
D. 
Activités d’appui-conseil des experts auprès de leurs services d’affectation  
Différentes activités d’appui conseil ont été réalisées par les experts de CIVIPOL depuis leur 
prise de fonction au Mali. Il s’agit de : 
  Appui-Conseil  à  la  DNEC  dans  le  cadre  des  réunions  de  la  direction  de  la  DNEC 
élargie aux experts du PAECSIS 
  Appui-Conseil à la DGCT 
  Appui -Conseil au CTDEC 
  Appui-conseil à la DNAJS 
 
 
 
 
 
  
  Echanges  avec  l'Autorité  de  protection  des  données  à  caractère  personnels  sur  les 
contrôles de la finalité des données à caractère personnel ; 
  Echanges avec le DNAJS sur l’évaluation du cadre normatif et la présentation dans la 
forme  des  amendements  proposés  au  Code  des  personnes  et  de  la  famille  ; 
 
 
 
 
E. 
Pilotage et management de l’équipe et des activités de CIVIPOL 
1. 
Planification opérationnelle concertée 
a) 
Echanges de coordination avec la DNEC  
Ces  rencontres  entre  le  PAECSIS  (Enabel  et  CIVIPOL)  et  la  DNEC  préparent  les  réunions 
hebdomadaires  de coordination et  permettent  aux deux structures de proposer à la DNEC le 
contenu de leur planification hebdomadaire.   
16 
 

b) 
Réunions de coordination avec Enabel 
 
 
 
c) 
Réunions de coordination interne 
 
 
 
d) 
Réunions hebdomadaires de coordination de la DNEC 
 
 
  
 
 
e) 
Réunions mensuelles de coordination de la DNEC 
 
f) 
Appui à l’actualisation du cadre logique et de la planification opérationnelle du Programme  
Ces deux outils de planification et de suivi sont en cours d’actualisation. Une réunion interne 
d’actualisation des deux outils a été faite. 
g) 
Réunions avec la DUE sur le point d’avancement 
 
 
 
 
 
 
2. 
Administration-Gestion et coordination 
a) 
Installation des équipes au sein des administrations 
Les  bureaux  affectés  aux  experts  dans  les  différents  services  (DNAJS,  DGCT  et  CTDEC) 
nécessitent des travaux de réhabilitation qui sont en cours de réalisation.  
Les équipements  en mobilier et en matériel informatique ont été acquis pour  l’ensemble des 
experts.  
b) 
Gestion administrative et financière 
 
 
 
17 
 

 
 
La préparation et l’organisation de l’atelier de focus group avec la société civile ont constitué 
les principales activités de cette fin de semestre. 
c) 
Tenue comptable et vérification des dépenses 
 
 
F. 
Difficultés rencontrées et principaux enseignements 
Le principal enseignement est de veiller tout au long de la mise en œuvre du PAECSIS, au 
respect  des  règles  de  protection  des  données  à  caractère  personnel  édictées  par  l'APDP,  à 
chaque fois qu'un traitement induisant le traitement de données personnelles, démographiques 
ou biométriques, doit être implémenté. 
 
 
 
 
 
 
Les lourdeurs administratives dans le processus de dédouanement des tablettes 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une matrice des risques a été élaborée au début des interventions de CIVIPOL pour leur prise 
en compte lors des interventions diverses. 
Les  activités  réalisées  au  cours  de  cette  phase  de  démarrage  ont  accusé  un  retard  en  raison 
d’une  part,  de  la  nécessité  d’une  meilleure  appropriation  du  processus  qui  exigeait 
d’importants entretiens avec les acteurs opérationnels et institutionnels intervenant sur l’état 
civil,  et  d’autre  part,  du  partage  et  de  la  validation  de  tous  les  outils  et  supports  avec  les 
structures impliquées. 
 
 
 

18 
 

G. 
Coordination et suivi des experts 
Au  cours  du  semestre  écoulé,  tous  les  experts  ont  contribué  à  l’élaboration  du  rapport 
préliminaire  de  CIVIPOL  et  ont  produit  chacun,  un  rapport  trimestriel,  deux  rapports 
mensuels  (mai  et  juin  2018)  ainsi  qu’une  une  trentaine  de  rapports  hebdomadaires 
circonstanciés. 
Tableau récapitulatif des feuilles de temps des experts 
NOMBRE DE JOURS PRESTES 
MOIS 
Expert 
Experte 
TOTAL 
Expert Etat 
Expert 
Experte 
Administrateur, 
administration 
Civil 
informaticien 
juriste 
Chef d'équipe 
territoriale 
Janvier 
 
 
 
 
 
 
Février 
 
 
 
 
 
 
Mars 
 
 
 
 
 
 
Avril 
 
 
 
 
 
 
Mai 
 
 
 
 
 
 
Juin 
 
 
 
 
 
 
Sous total 
 
 
 
 
 
 
-  Le rapport préliminaire CIVIPOL a été validé par l’Union européenne. 
-  Le présent rapport est le deuxième rapport contractuel.  
19 
 





V. 
CONCLUSION 
Au  cours  du  1er  semestre  du  projet,  des  avancées  notoires  ont  été  enregistrées  concernant 
l’évaluation du cadre normatif pour la relecture des textes de l’état civil.  
La  cartographie  a nécessité une longue phase de  préparation, et  le lancement  des opérations 
sur le terrain n'a pas pu être effectué selon le calendrier prévu. Le recours à un enregistrement 
des informations sur tablettes (et non sur questionnaires papier), a conduit à devoir procéder à 
des  achats  spécifiques  et  à  la  mise  en  place  d’outils  technologiques 
 
 qui demandaient un temps de préparation 
supérieur  au  calendrier  initialement  indiqué  sur  le  document  de  projet.  De  plus,  afin  de 
contribuer  à  la  construction  de  synergies  interinstitutionnelles,  le  recrutement  des  agents  de 
collecte  a  été  confié  à  l’INSTAT,
 
 
Par ailleurs, l’actuel contexte politique malien ne se prête pas au lancement d’une enquête de 
terrain du fait de la préparation de l’élection présidentielle prévue fin juillet 2018, ainsi que 
des risques sécuritaires induits par le contexte électoral.  
L’enquête de terrain 
 elle doit être menée à la fois sur le territoire malien, 
mais  aussi  au  sein  des  missions  diplomatiques  du  Mali  à  l’étranger.  Suivra  l’analyse  des 
données collectées. 
La prise en compte de ces contingences justifie une prolongation de la phase de démarrage de 
plusieurs  mois,  jusque  fin  2018,  pour  permettre  le  recrutement  de  l'expert,  la  tenue  de 
l’enquête,  l’analyse  des  données  et  la  production  puis  diffusion  d'un  atlas  de  l'état  civil 
malien. 
Le  prochain  semestre  sera  consacré  à  la  mise  en  œuvre  effective  de  la  cartographie  et  à 
l’atteinte des résultats de la phase de démarrage dans laquelle des études spécifiques  auront 
été conduites. 
22 
 

23 
 

VI.  ANNEXES 
 
ANNEXE 1 - Tableau récapitulatif de l’état d’avancement des activités 
ANNEXE 2 - Termes de référence de la cartographie du système d’état civil du Mali 
ANNEXE 3 – Eléments préparatoires de l’opération de la cartographie de l’état civil 
 
 
 
24 
 

ANNEXE 1 - Tableau récapitulatif de l’état d’avancement des activités 
TABLEAU RÉCAPITULATIF DE L’ÉTAT D’AVANCEMENT ACTIVITÉS RÉALISÉES AU 
COURS DU PREMIER SEMESTRE 
Niveau de réalisation 
Activités 
Indicateurs 
Réalisé 
En cours 
I. Logique d’intervention et état d’avancement des 
 
 
 
activités 
1.  Logistique des activités des experts 
 
 
 
 
 
 
 
2.  État d’exécution des activités : principaux résultats 

 
 
2.1 Évaluation du cadre normatif de l’état civil 

 
 
2.1.1 Identification et compilation des textes législatifs et 

 
 
règlementaires 
2.1.2 Élaboration d’une méthodologie de révision des textes 

 
 
2.1.3. Élaboration d’un guide d’entretien semi-dirigé 

 
 
2.1.4 Interviews des personnes / structures ressources 

 
 
2.1.5 Rapport préliminaire de l’évaluation du cadre normatif   

 
 
2.1.6 Focus groupe (atelier de discussion avec les acteurs de 

 
 
la société civile) 
2.1.7 Un projet de rapport d’évaluation du cadre normatif de 
l’état civil est en cours d’élaboration
 
EC 
 
 
2.1.8 La préparation d’études complémentaires au cadre 
normatif : Étude diagnostic du cadre institutionnel et des 
 
EC 
 
pratiques de l’état civil 
2.1.9. Appui à la relecture des textes législatifs et 

EC 
 
règlementaires (processus)  
2.2 Mise à jour des informations sur l'état civil 
 
 
 
2.2.1. 
Évaluation des informations disponibles et 
 
 
 
identification des données complémentaires 
2.2.2.  Activités de préparation de la cartographie de l'EC  
 
 
 
2.2.2.1 Élaboration et validation des termes de références 

 
 
2.2.2.2 Élaboration et validation de la méthodologie générale 
de la cartographie assortie des outils de collecte (y compris le 

 
 
protocole d'enquête 
2.2.2.3 Développement du logiciel de saisie et de 
l’application informatique de gestion des données

 
 
 
2.2.2.4 Préparation et la signature du contrat du protocole 
d’entente avec l’INSTAT

 
 
 
2.2.2.5 Commande et livraison des équipements de mise à 

 
 
jour des informations 
2.2.3 Réalisation des enquêtes d'état civil sur le terrain 
 
 
 
2.2.3.1 Formation des superviseurs et des agents enquêteurs : 
rédaction du manuel de formation, formation des 
 
EC 
 
superviseurs et des agents  
2.2.3.2 Mise en place et appui à la mise en œuvre d’un 
 
EC 
 
dispositif de communication sur la cartographie 
2.2.4 Mise en place des conditionnalités préalables à 
l’opérationnalisation de la cartographie de 
 
EC 
 
l'EC 
2.3  Réalisation  d'études  spécifiques  pour  une  meilleure 
compréhension  et  intégration  des  groupes  vulnérables, 

 
 
 
minorités et enfants dans le système d’état civil  
2.3.1 
Etude diagnostique du cadre institutionnel et des 
 
EC 
 
pratiques d'état civil au Mali 
2.3.1.1 Éléments de justification de l’étude 

 
 
2.3.1.2. Activités réalisées dans le cadre du diagnostic 

EC 
 
institutionnel et des pratiques 
2.3.2 Étude sur le financement pérenne de l'état civil 
 
 
 
25 
 

2.3.2.1. Éléments de justification de l’étude 

 
 
2.3.2.2. Activités réalisées dans le cadre de cette étude 

EC 
 
2.4. Activités d’appui-conseil des experts auprès des services 
d’affectation
 
EC? 
 
 
2.5 
 Pilotage et management de l’équipe et des activités 
 
 
 
de CIVIPOL 
2.5.1 
Planification opérationnelle concertée 
 
 
 
2.5.1.1. Échanges de coordination avec la DNEC 
 
 
 
2.5.1.2. Réunion de coordination avec ENABEL 

 
 
2.5.1.3. Réunions de coordination interne 
 
 
 
2.5.1.4. Réunions hebdomadaires de coordination de la 
 
 
 
DNEC 
2.5.1.5. Réunions mensuelles de coordination de la DNEC 
 
 
 
2.5.1.6. Appui à l’actualisation du cadre logique et de la 
 
 
 
planification opérationnelle du Programme 
2.5.1.7. Réunions avec la DUE sur le point d’avancement 
 
 
 
 
 
 
26 
 





ANNEXE 2 - Termes de référence de la cartographie du système d’état civil du Mali 
 
 
 
MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE 
REPUBLIQUE DU MALI 
LA DECENTRALISATION 
Un Peuple – Un But – Une Foi 
 
 
 

***************** 
DIRECTION NATIONALE DE L’ETAT CIVIL 
***************** 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 

 
 
 

TERMES DE REFERENCE DE LA CARTOGRAPHIE DU SYSTEME D’ETAT CIVIL DU MALI 
 
Termes de référence 
 
 

 
 
 
 

Avec le soutien du programme d’appui au fonctionnement de l’état civil et à la mise en place d’un système 
d’information sécurisé au mali (PAECSIS) financé par l’Union Européenne 
 
 
 
 
 
 
 
27 
 

Introduction 
L’existence d’un système de l’état civil performant constitue une nécessité pour un Etat moderne. En effet, son 
utilité se situe non seulement au niveau statistique – les données fournies constituent une richesse que nul autre 
source ne peut fournir (recensement, enquête démographique), mais aussi, et surtout peut-être, un système d’état 
civil est un élément central d’intégration de l’individu dans la Nation, lui permettant d'acquérir une identité et 
une citoyenneté.  
Dans ce sens, il convient de citer la Convention sur les droits de l’enfant. L’article 7 de cette convention, ratifiée 
par 191 pays dont le Mali, dispose que : « l’enfant est enregistré aussitôt après sa naissance et a dès celle-ci le 
droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité (…) ».  
L’acte de naissance confère le droit à la citoyenneté et aux privilèges y afférents : éligibilité, droit de vote, droits 
à la protection des enfants, etc. 
Malheureusement, tout le monde s’accorde à dire que le système de l’état civil du Mali souffre d’insuffisances 
profondes  (sous-déclarations  des  naissances,  des  mariages  et  surtout  des  décès,  problème  d’archivage  des 
registres, problème de statut du personnel en charge de l’état civil, problèmes de transmission des déclarations 
des centres de santé aux centres d’état civil, problème de la qualité des registres, etc.).  
Parmi ces déficiences, certaines sont assez aisées à résoudre mais d’autres sont structurelles et demandent une 
réforme profonde de l’ensemble du système. 
La première phase indispensable pour préparer cette réforme, est tout d’abord de faire l’état des lieux quantitatif, 
qualitatif et géographique des centres d’état civil. On parlera ici de la cartographie des centres d’état civil. 
Il s’agira de : 
  recueillir  auprès  des  administrations  compétentes  les  informations  permettant  le  recensement  des 
centres d’état civil, sur le territoire national et à l’étranger ; 
  définir la méthodologie des enquêtes sur le terrain, les outils de collecte des données (questionnaires, 
manuel des enquêteurs), et le système d’analyse des données à collecter ; 
  développer  une  application  de  saisie  des  données  et  l’intégrer  sur  des  tablettes  ANDROID 
biométriques ; 
  recruter  et  former  les  enquêteurs,  de  tester  la  méthodologie  par  une  enquête  pilote,  et  d’organiser  la 
logistique des enquêtes. 
  procéder à l’enquête sur le terrain, alimentée la base de données géo-référencée des centres d’Etat Civil, 
et analyser les résultats   
1 – Objectif 
L’objectif de cette opération est de faire un état des lieux quantitatif, qualitatif et géographique : 

des  centres  d’état  civil,  avec  pour  chaque  centre,  son  identification,  son  type,  et  sa  localisation 
géographique (coordonnées GPS) (Module 1 de la Méthodologie CIVIPOL)  

des équipements et des moyens actuellement disponibles chaque centre d’état civil (Module 2 et 4)  

des registres d’état civil et des actes physiques disponibles dans chaque centre d’état civil (Module 3) 

des systèmes informatiques existant et des formats de données à capitaliser au cours du programme (Les 
systèmes informatiques concernés sont ceux installés par l’AIMF de 2007 à 2011 dans les centres d’état 
civil du Mali) (Module 4) 

du personnel de chaque centre d’état civil (Module 5) 

des informations nécessaires à la définition et au dimensionnement de l’organisation, des processus et 
des moyens de reprise de l’existant et de traitement du flux courant.  
2 – Résultats attendus  
Cet état des lieux permettra de disposer d’une base de données exhaustive à même de répondre aux besoins de 
planification des dépenses pour l’appui au système d’état civil existant : dimensionnement des moyens à mettre 
en œuvre dans les projets : organisation et  fonction des ateliers, reprise de l’existant (atelier mobile ou atelier 
28 
 

centralisé,  stratégie  de  régionalisation  des  organisations  et  des  traitements),  besoins  en  traitement  d’image 
découpe  d’acte,  amélioration  des  images…,  nombre  et  type  de  scanner,  organisation  des  bureaux  état  civil, 
dimensionnement des infrastructures informatiques serveurs et réseaux…  
Cet état des lieux constitue un outil indispensable d’aide à la décision dans le cadre de la refonte du système et 
dans l’évaluation de la qualité du service rendu à la population. Dans la plupart des projets de modernisation et 
de sécurisation de l’état civil, le manque d’informations disponibles pour répondre rapidement et efficacement 
aux  besoins  et  surtout  les  insuffisances  dans  leur  traitement  constituent  l’une  des  faiblesses  relevées.  Ces 
manques  d’information  et  de  traitement  tiennent  principalement  en  l’absence  de  procédures  de  collecte  et  de 
mise à jour de l’information des moyens et des performances des bureaux d’état civil. 
Il s’agit là de dresser une véritable « Carte de l’état civil » au format numérique pour le pays :  

disposer d’un outil de géolocalisation de l’ensemble des bureaux d’état civil  

d’obtenir des informations exhaustives sur les infrastructures, ressources matérielles et équipement des 
bureaux d’état civil principaux afin de planifier les investissements ; 

d'identifier  les  ressources  humaines  et  leurs  caractéristiques  afin  d’assurer  d’une  meilleure  adéquation 
entre personnels affectés, besoins de service et besoins en recrutement et/ou plan de formation ; 

d'établir  des  indicateurs  sur  l'évolution  des  performances  (suivi  du  niveau  d'enregistrement  des  faits 
d'état civil) et des moyens (infrastructures, équipements) dans les centres état civil.  
3 – Démarche 
3.1 – Préparation des tournées 
Cet état des lieux est une opération qui doit être réalisée dans un temps relativement court par rapport au projet 
(quelques mois, voire quelques semaines en rythme opérationnel post projet de modernisation).  
Afin  de  faciliter  et  d’optimiser  l’organisation  des  tournées,  une  solution  logicielle  doit  être  développée  sur  la 
base d’un Système d’Information Géographique (SIG) afin de gérer les tournées des enquêteurs (définition des 
étapes, trajet, suivi du taux d’avancement des audits par centre, affectation des ressources aux tournées). 
3.2 - Enquêtes de terrain 
Cet état des lieux est réalisé sous la forme d’enquêtes à travers le pays afin de collecter les informations requises 
pour l’étude :  
  Liste des centres administratifs, localisation géographique et type d'implantation des centres  
  Plan des centres état civil : Nombre de pièces consacrées à l'état civil, capacité d’archivage et niveau de 
sécurité (fermeture à clé, coffre, contrôle d'accès), mode d’archivage, nombre d'étagères, d'armoires, de 
caisses/cartons/boites  
  Equipement  et  niveau  de  qualité  des  infrastructures  des  centres  état  civil  (existence  et  stabilité  des 
réseaux  électricité,  réseaux  informatique),  type  de  source  d'énergie,  présence  de  système  de  sécurité 
(onduleur  ou  groupe  électrogène,  puissance  et  ancienneté),  système  de  ventilation  ou  clim  (type  et 
ancienneté)  
  Nombre d'utilisateurs et fonctions par centre / niveau d'étude et âge  
  Inventaire des registres et des actes par centres : décompte exact des actes  
o  nombre de registres par type (naissance, mariage, décès,…) et par format (A4, A3,   spécifiques,…) 
et par année, nombre de pages par registre  
o  nombre d’actes par registre, format des actes et des mentions marginales (acte sur format "libre" ou 
acte avec modèle standardisé), nombre d’actes par page, format des mentions marginales 
  Etat de conservation des registres par Centre état civil : nombre de registres sains, nombre de registre 
abimés  mais  fonctionnels,  nombre  de  registres  abimés  non  exploitables,  nombre  de  registres 
détrempés…  
  Nombres d'actes non retirés par année, et mode de conservation des actes non retirés ?  
  Taux  d'enregistrement  moyen  par  centre  état  civil  (dimensionnement  des  espaces  de  stockage  et 
croissance des disques)  
29 
 

  Bases  de  données  et  systèmes  d’informations  existant  :  format  des  bases,  format  des  données 
numériques, images et quantité,  
  Selon  les  politiques  et  attentes  du  pays,  il  est  possible  lors  de  l’enquête  d’identifier  et  de  recenser 
l’ensemble des agents d'état civil (officiers et secrétaires d'état civil) en incluant une prise d’empreinte 
biométrique  en  vue  de  sécuriser  les  processus  et  de  mettre  en  place  des  process  de  signatures 
électroniques,  
Le principe d’élaboration de la carte de l’état civil repose sur l’exhaustivité de l’information recueillie. Ainsi, 
tous les bureaux d’état civil principaux et secondaires seront visités.  
Ces informations seront collectées dans le cadre d’opérations déployant à travers le pays des enquêteurs encadrés 
par des superviseurs. 
La collecte d’informations sur le terrain sera réalisée à l’aide de tablettes équipées d’un logiciel (formulaire de 
saisie,  prise  des  coordonnées  GPS  du  centre  d’état  civil,  possibilité  de  prise  d’empreintes  biométriques  du 
personnel,  prise  de  photos  du  personnel)  permettant  ainsi  un  traitement  et  un  transfert  très  rapide  de 
l’information. 
L’application  informatique  utilisée  permet  une  gestion  rapide  et  rigoureuse  des  informations  collectées  sur  le 
terrain : les données collectées seront transmises vers une base centrale soit par une connexion internet lorsque 
l’accès est disponible (4G ou wifi dans les lieux touristiques ou administrations), soit par l’intermédiaire d’une 
clé USB si aucune connectivité n’est disponible. 
A cette étape, un processus rapide de validation des données sera en place au niveau central pour que les 
données  puissent  transiter  d’un  statut  temporaire  tel  que  « en  attente  de  validation  »  au  statut  de 
« validé, final » (si une erreur ou une omission est relevée, il faudra que les données concernant ce centre 
soient rétrogradées à un statut tel que « à corriger » ; idem en cas d’évolution du statut local ou de l’état 
d’un centre d’état civil après passage de l’agent enquêteur mais AVANT LA FIN de l’exercice global de 
collecte des données). 

Deux agents contrôleurs des données seront mobilisés à cet effet à Bamako par le fournisseur du système pour 
s'assurer que les informations transmises sont cohérentes. 
3.3 – Elaboration du système de cartographie de l’état civil du pays 
Les  données  collectées  seront  consolidées  dans  un  système  central  permettant  de  visualiser  l’ensemble  des 
informations  relatives  à  la  gestion  du  «  patrimoine  »  état  civil  (moyens,  registres,  ressources…)  sous  forme 
d’indicateurs  (densité  de  couverture  de  population  par  les  Centres  d'état  civil,  taux  de  fonctionnalité,  distance 
moyenne  entre  les  centres,  nombre  et  état  des  registres  par  centre,  taux  de  production…),  de  statistiques,  de 
graphique ou sur une carte. 
Il sera donc développé une application permettant à un uti lisateur de visualiser facilement et de localiser 
de façon compréhensible les différents centres d'état civil du Mali et d'en visualiser les caractéristiques.   
Les étapes prévues lors de la mise en place seront les suivantes : 
1.  Une  localisation  géographique  temporaire  et  préliminaire  de  ces  centres  sera  préalablement 
déterminée  à  partir  d’informations  cartographiques  déjà  disponibles  de  diverses  sources 
recoupées.  À  noter  qu’une  localisation  plus  précise  sera  plus  tard  obtenue  à  partir  de 
coordonnées  GPS  reçues  des  agents  enquêteurs,  information  qui  sera  comparée  avec  les 
sources existantes puis validée pour acceptation avant utilisation officielle.   
2.  L'application  devra  ensuite  être  en  mesure  d’offrir  un  soutien  technique  adéquat  et  des 
informations décisionnelles pertinentes pour la bonne planification des tournées, et d'estimer 
le temps de leur réalisation. Elle produira des informations précises sur chacune des tournées 
planifiées  et  du  personnel  nécessaire  afin  de  proposer  à  l'utilisateur  un  scenario  réaliste  et 
efficace  dans  le  choix  et  l’organisation  de  la  séquence  de  visite  et  de  traitement  des 
différents centres. 
Une fois mise en place, l’application informatique permettra les opérations suivantes  : 
  Saisie des informations permettant la cartographie des centres d'état civil  
Conformément  aux  détails  de  l’enquête  de  terrain  décrits  plus  haut,  l'application  de  saisie  sur  terminal 
mobile  permettra  d'enregistrer  les  informations  complètes  et  précises  concernant  les  informations  à 
recueillir. 
30 
 

Ces informations seront enregistrées dans le terminal mobile avant d'être transmises au serveur central 
dès que la connexion le permettra. 

  Utilisation des données enregistrées dans la base centrale.  
L'application centrale proposera plusieurs états (20, déterminés en fonction des besoins) afin de mettre les 
informations à disposition des administrateurs et des décideurs. 
Une  interface  conviviale  permettra  de  choisir  l'état  correspondant  aux  attentes  des  gestionnaires. 
L'application  proposera  également  une  possibilité  d'export  des  informations  au  format  CSV  et  dans  un 
format SIG d’échange de données tel ShapeFile. 
Il sera également possible d'accéder aisément aux informations concernant chaque centre en cliquant sur 
sa  position  via  des  outils  simples,  conviviaux  et  gratuits  tels  Google  Maps,  Google  Earth, 
OpenStreetMap. 
Note  :  Attention,  il  est  très  important  à  ce  stade  de  comprendre  qu’il  s’agit  ici  de  collecter  des  informations 
permettant  de  mesurer  l’état  des  centres  d’état  civil  (moyens  disponibles,  niveaux  d’équipements  et  des 
infrastructures, stocks existants de registres papiers et état, niveaux de performances (nombre moyen d’actes,…) 
et  d’en  établir  des  indicateurs  afin  de  suivre  l’évolution  de  ces  centres.  L’objectif  ici  n’est  pas  d’établir  des 
statistiques  de  déclaration  d’état  civil  au  sens  CRVS  (Ces  statistiques  seront  produites  en  automatique  suite  à 
l’informatisation des centres état civil dans la phase 2 du programme de modernisation). 
3.4 – Aspects techniques 
Le Module d’enquête est basé sur une application mobile fonctionnant sur tablette de type Android avec capacité 
de fonctionnement mode connecté (synchronisation des données) et non connecté,  
Selon les politiques et attentes du pays, il est possible lors de l’enquête d’identifier et de recenser l’ensemble des 
agents  d'état  civil  à  l’aide  de  l’application  mobile  (Fonction  Fiche  Agent  Etat  Civil)  en  incluant  une  prise 
d’empreinte  biométrique  en  vue  de  sécuriser  les  processus  et  de  mettre  en  place  des  process  de  signatures 
électroniques,  
Le module de centralisation des données pour analyse ainsi que le logiciel de préparation des tournées est basé 
sur une solution en technologie Web et base de données, incluant un module d’analyse de type BI/Décisionnel et 
permettant la publication de données,  
4 – Répartition des centres d’état civil 
4.1. Répartition des centres d’état civil au Mali 
Les centres d’état civil du Mali se répartissent de la manière suivante : 
o  703 centres principaux (un pour chaque commune) 
o  292 centres secondaires 
Soit  un  total  de  995  centres.  Par  ailleurs,  on  compte  7 964  centres  de  déclaration,  localisés  dans  chaque 
formation sanitaire (12 hôpitaux, 65 CESREF et 1294 CSCOM, 1371 centres de déclaration sanitaires au total) et 
dans les centres villageois (6593). Seuls les 995 centres de l’état civil seront visités. 
Pour les 1371 centres de déclaration situés dans structures sanitaires et les 6593 centres villageois de déclaration 
restants, un formulaire d’enquête sera envoyé à chaque Secrétaire Général de mairie qui le remplira lui-même ou 
qui déléguera cette tâche à son adjoint en charge de l’état civil, et renverra le formulaire à la DNEC. 
 
4.2. Répartition des centres d’état civil dans les Ambassades et Consulats du Mali à l’étranger 
Les ambassades et consulats sont centres principaux d’état civil. 
Les 35 ambassades et consulats maliens se répartissent comme suit : 
  19 ambassades du Mali en Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Angola, Burkina, Côte d’Ivoire, Egypte, 
Ethiopie,  Gabon,  Ghana,  Guinée  Conakry,  Guinée  Equatoriale,  Lybie,  Maroc,  Mauritanie,  Niger 
Nigeria, Sénégal, Soudan, Tunisie), 
  4 ambassades en Amérique (Brésil, Canada, Cuba, Etats Unis), 
31 
 

  5 ambassades en Asie (Arabie Saoudite, Chine, Inde, Iran, Japon), 
  7 en Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Russie, Turquie) 
5 – Méthodologie d’enquête 
Cette phase méthodologique vise à préparer les opérations de terrain. 
A  cet  égard,  les  informations  obtenues  précédemment,  notamment  les  données  statistiques  (liste  des  centres 
d’état civil, fichier des centres de santé, etc.), sont indispensables pour élaborer des outils de qualité.  
Plus précisément, il s’agit de concevoir les questionnaires et les manuels de terrain, de les tester au cours d’une 
enquête pilote. Avant de déployer les enquêteurs sur l’ensemble du territoire. 
Cette section se décompose en trois éléments, à savoir la présentation : 
- de l’organisation de l’enquête pilote ; 
- de l’organisation des opérations de terrain ; 
- des questionnaires d’enquête et du manuel des enquêteurs ; 
Enfin, conformément aux termes de référence, le chronogramme détaillé des opérations de terrain sera présenté. 
5.1 – Déroulement de l’enquête pilote 
Une  enquête  pilote  va  être  réalisée.  Il  s’agit  principalement  de  tester  le  questionnaire  afin  de  s’assurer  de  sa 
bonne  compréhension  lors  du  déroulement  des  opérations  de  terrain,  et  le  matériel  qui  sera  utilisé  pendant 
l’enquête  (tablettes d’enregistrement digital), ainsi que  le  protocole de  transfert des informations collectées au 
niveau du système central. 
a) Le recrutement et la formation des contrôleurs de terrain (Superviseurs) 
Dix personnes vont être recrutées, puis formées par le chef de mission, l’expert informaticien et le responsable 
des opérations de collecte au cours d’un séminaire de cinq jours.  
Toutes les questions des questionnaires seront revue et pourront faire l’objet de discussions approfondies. 
A l’issue de ce séminaire, il sera alors possible de procéder à la réalisation de l’enquête pilote afin de tester les 
questionnaires. 
b) Le déroulement de l’enquête pilote 
Une fois les outils de collecte élaborés, il s’agira de les tester par la réalisation d’une enquête pilote.  
Les localités choisies sont : 

Sanankoroba, commune rurale, près de Bamako. Elle est dotée d’un centre d’état civil principal. 

Siby, commune rurale, près de Bamako. Elle est dotée d’un centre d’état civil secondaire 

Kalabancoro,  commune  rurale,  près  de  Bamako.  Elle  est  dotée  d’un  CSCOM,  centre  de  déclaration 
d’état civil. 
Le MATD adressera une correspondance aux maires des localités concernées par l’enquête pilote afin d'informer 
et de faciliter les relations avec les autorités locales. 
Une  fois  les  questionnaires  remplis  et  collectés  (avec  saisie  des  informations  sur  tablette  par  les  enquêteurs  et 
transmission au système central), ceux-ci seront dépouillés et discutés au cours des séances de travail collectives 
regroupant le chef de mission, l’expert informaticien en charge de l’enquête terrain, le statisticien démographe et 
l’ensemble des superviseurs. 
Ces séances de travail seront étalées sur cinq jours et conduiront à une version définitive des questionnaires et 
outils de terrain. 
5.2 – Organisation des opérations de terrain 
a)  Préparation administrative et logistique de l’enquête 
Le  projet  soumettra  un  projet  de  correspondance  au  MATD  (avec  ampliation  au  Ministère  des  Collectivités 
Territoriales) pour validation. Une fois validée, le MATD l’enverra à l’attention des Gouverneurs des 11 régions 
32 
 

du Mali, avant le lancement de l’enquête. Comme pour l’enquête pilote, la correspondance aura pour objet de 
sensibiliser les autorités locales afin qu’elles assurent le bon déroulement des travaux de terrain. 
Un budget d’enquête sera présenté au superviseur de chacune des zones à enquêter ; budget comprenant les frais 
de location des véhicules (une voiture par superviseur gérant une région, une moto par enquêteur), les perdiem 
des personnels de terrain, les frais de carburant et les frais divers (téléphones, crédit 3G….). 
Afin  de  garantir  une  sécurité  maximale  des  personnes,  ces  fonds  seront  acheminés  par  un  organisme  financier 
payeur (par exemple Orange Money). Les enquêteurs recevront une avance sur salaires, et le reste de leur salaire 
leur sera versé après la fin des opérations de terrain, après validation de leurs travaux. 
Un kit pour les enquêteurs sera préparé comportant les fournitures de bureau, les questionnaires, et la tablette. Il 
sera remis par le superviseur à chaque enquêteur recruté à l’issue de sa formation. 
Enfin, il sera demandé à chaque superviseur de joindre quotidiennement les enquêteurs de terrain afin de suivre 
au  plus  près  le  déroulement  de  l’enquête.  En  cas  de  problème  grave,  il  est  prévu  que  celui-ci  se  déplace 
immédiatement pour assister l’enquêteur concerné. 
b)  Les missions préparatoires 
Les superviseurs se rendront au moins une semaine avant le début des opérations de terrain pour rencontrer les 
autorités  locales,  en  particulier  les  préfets,  les  sous-préfets  et  les  maires  des  communes  à  enquêter  pour  leur 
expliquer  précisément  les  tenants  et  les  aboutissants  de  l’étude.  Ce  sera  d’ailleurs  l’occasion  d’administrer  le 
questionnaire « Autorités locales » à ces interlocuteurs. 
c)  Formation, recrutement des enquêteurs et composition des équipes 
Il est intéressant de  recruter les enquêteurs à  Bamako afin de  s’assurer d’une  formation uniforme.  Cependant, 
une telle démarche occulte le facteur connaissance de zone d’étude de la part des enquêteurs. C’est pourquoi il 
serait  préférable  de  procéder  au  recrutement  sur  place,  à  savoir  dans  les  chefs-lieux  de  région,  et  envoyer  les 
enquêteurs à Bamako pour procéder à leur formation. 
Les 10 superviseurs seront formés pendant cinq jours par l’expert informaticien et un représentant de l’entreprise 
fournissant et le logiciel de saisie des informations du formulaire sur tablette. 
Puis les enquêteurs seront formés durant cinq jours par les superviseurs et, à l’issue de la formation, un test de 
sélection sera organisé. 
Comme on l’a  vu plus haut dans le paragraphe  « répartition des centres d’état civil », 995 centres d’état civil 
devront être visités en deux mois. Si l’on considère les hypothèses suivantes : 

Il faut une journée pour un agent enquêteur pour réaliser la collecte d’information sur un centre d’état 
civil 

Il faut une journée en moyenne à l’agent pour se rendre au centre suivant, étant donné l’état des routes 
au Mali 
Nous aurons besoin de 1990 jours/homme pour mener à bien l’enquête. 
Si  les  agents  enquêteurs  travaillent  5  jours  sur  7,  pendant  deux  mois,  ils  disposeront  de  40  jours  d’enquête 
effective chacun. 
Pour réaliser les 1990 jours/homme d’enquête dans la durée impartie de deux mois, il faudra donc 1990/40 
enquêteurs, soit 50 enquêteurs. 

Pour  des  raisons  de  prise  en  compte  d’indisponibilité  accidentelle,  et  d’imprévus,  nous  majorerons  ce 
nombre à 60. 

Chaque équipe de terrain régionale sera composée de : 1 superviseur, de 5 à 10 enquêteurs en fonction du 
nombre de centres à visiter par région, 2 chauffeurs pour 2 véhicules tout-terrain.  

Une fois la formation des enquêteurs terminée, les opérations de terrain pourront effectivement débuter. 
d)  Les rapports de terrain 
Il sera demandé à chaque superviseur de terrain de rédiger un rapport à l’issue des opérations. Ce rapport sera 
rédigé selon le plan normalisé suivant : 
1) Déroulement de la mission 
2) Informations générales sur les statistiques d’état civil de la région 
33 
 

3) Organisation des activités de terrain 
4) Difficultés éventuelles rencontrées sur le terrain 
5) Solutions apportées 
6) Bilan général 
A  l’issue  des  opérations  de  collecte  les  rapports  des  superviseurs  seront  synthétisés  afin  d’élaborer  le  rapport 
final de l’enquête de terrain. 
 
 
34 
 




DIAGRAMME DE GANTT DU PROCESSUS DE LA CARTOGRAPHIE DES CENTRES D’ETAT 
CIVIL 

36 
 



Indicateurs et statistiques à produire 
 
 
Ind-1  
Ratio centre d’état civil population 
couverte  
Ind-2  
Densité de couverture de population 
par les Bureaux et centre d’état civil  
Ind-3  
Répartition des bureaux et centre 
d’état civil par type, par moyen, par 
niveau d’équipement, …  
Ind-4  
Taux de fonctionnalité des bureaux 
et centre d’état civil  
 
 
 
 
Ind-5  
Nombre d’actes délivrés par type et 
par centre  
Ind-6  
Nombre de registres par type et par 
centre  
Ind-7  
Nombre de registres par état et par 
centre  
Ind-8  
Taux moyens déclarés de retrait des 
extraits d’actes d’état civil par centre  
Ind- 9 
Ratio entre le nombre d’actes 
délivrés dans la commune et la 
population de la commune 
enregistrée dans la base données état 
civil 
 
 
 
38 
 

ANNEXE 3 – Eléments préparatoires de l’opération de la cartographie de l’état civil 
 
CARTOGRAPHIE DU SYSTEME ETAT CIVIL DU MALI 
 
 
Introduction 
 
L’existence d’un système de l’état civil performant constitue une nécessité pour un Etat moderne. En effet, son 
utilité se situe non seulement au niveau statistique – les données fournies constituent une richesse que nulle autre 
source ne peut fournir (recensement, enquête démographique), mais aussi, et surtout peut-être, un système de 
l’état civil est un élément central d’intégration de l’individu dans la Nation.  
Dans ce sens, il convient de citer la Convention sur les droits de l’enfant. L’article 7 de la Convention relative 
aux droits de l’enfant, ratifiée par 191 pays dont le Mali, dispose que : « l’enfant est enregistré aussitôt après sa 
naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité (…) ».  
L’acte de naissance confère le droit à la citoyenneté et aux privilèges y afférents : éligibilité, droit de vote, droits 
à la protection des enfants, etc. 
Malheureusement, tout le monde s’accorde à dire que le système de l’état civil du Mali souffre d’insuffisances 
profondes (sous-déclarations des naissances, des mariages et surtout des décès, problème d’archivage des 
registres, problème de statut du personnel en charge de l’état civil, problèmes de transmission des déclarations 
des centres de santé aux centres d’état civil, problème de la qualité des registres, etc.).  
Parmi ces déficiences, certaines sont assez aisées à résoudre mais d’autres, structurelles, demanderont une 
réforme profonde de l’ensemble du système. 
La première phase indispensable pour préparer cette réforme, est de faire l’état des lieux quantitatif, qualitatif et 
géographique des centres d’état civil. On parlera ici de la cartographie des centres d’Etat Civil. 
Il s’agira de : 
  de recueillir auprès des administrations compétentes les informations permettant le recensement des 
centres d’état civil, sur le territoire national et à l’étranger ; 
  de définir la méthodologie des enquêtes sur le terrain, les outils de collecte des données (questionnaires, 
manuels des enquêteurs), et le système d’analyse des données à collecter ; 
  de recruter et former les enquêteurs, de tester la méthodologie par une enquête pilote, et d’organiser la 
logistique des enquêtes ; 
  de recueillir auprès des administrations compétentes les informations permettant le recensement des 
centres d’état civil, sur le territoire national et à l’étranger ; 
  de définir la méthodologie des enquêtes sur le terrain, les outils de collecte des données (questionnaires, 
manuels des enquêteurs), et le système d’analyse des données à collecter ; 
  de recruter et former les enquêteurs, de tester la méthodologie par une enquête pilote, et d’organiser la 
logistique des enquêtes. 
Ce rapport se décomposera donc en deux parties. Il présentera une première analyse du système d’état civil issue 
de l’étude des documents et des entretiens effectués dans diverses administrations (Partie I). Il présentera ensuite 
les outils de collecte conçus et testés (questionnaires, manuels des enquêteurs et des contrôleurs, protocole de 
terrain, plan d’échantillonnage) (Partie II).  
 
 
39 
 

RECENSEMENT DES CENTRES D’ETAT CIVIL ET DE DECLARATION DU MALI 
 
1. Les types de centres :  
La Loi 2011-087 du 30 décembre 2011 portant Code des Personnes et de la Famille (Titre IV) a prévu deux 
types de centres :  

les centres de déclaration  

les centres d’état civil (centres principaux, centres secondaires, le centre spécial)  
 
1.1 Les centres de déclaration (Art. 84 de la Loi 2011-087) : 
 
 
Les centres de déclaration de l'état civil sont situés dans les établissements de santé et les localités désignées à 
cet effet et créés par décision du Représentant de l’Etat (Préfet) sur proposition du Maire de la commune.  
En milieu nomade, il est créé pour le compte d'une ou de plusieurs fractions un centre de déclaration de l'état 
civil par décision du Représentant de l'Etat sur proposition du Maire de la commune.  
Au niveau du District de Bamako, le centre de déclaration de d'état civil est créé par arrêté du Gouverneur du 
District sur proposition du Maire de la Commune concernée.  
En principe l’arrêté ou la décision précise le ressort territorial et le centre d’état civil de rattachement.  
NB : Les centres de déclaration de l'état civil sont rattachés à un centre d'état civil.  
 
1.2 Les centres d’état civil : 
 
 
Les centres d’état civil sont créés et organisés en centres principaux et en centres secondaires (Art. 87 de la Loi 
2011-087) et le centre spécial.  
 
Centres principaux (Art. 88 de la Loi 2011-087)  
 
Les centres principaux sont :  

les chefs-lieux de Commune ;  

les Ambassades, Consulats Généraux et Consulats ;  

le Centre spécial d'état civil.  
 
L’officier d’état civil du centre principal coordonne et supervise les centres secondaires et les centres de 
déclaration de son ressort.  
Le centre principal à l’étranger est en même temps centre de déclaration pour les naissances et les décès. 
 
Centres secondaires (Art. 89 de la Loi 2011-087)  
 
Dans la Commune, un centre secondaire d'état civil peut être créé pour un quartier ou un groupe de quartiers, un 
village ou un groupe de villages par décision du Représentant de l'Etat dans le Cercle ou le District de Bamako 
qui en fixe le ressort sur proposition du Maire après avis du Représentant de l'Etat dans la Commune.  
Les centres secondaires sont rattachés au centre principal de la Commune, de l’Ambassade ou du Consulat 
Général dont ils dépendent.  
 
Le centre spécial (Art. 90 de la Loi 2011-087)  
 
Le centre spécial d'état civil est créé au niveau du Ministère chargé de l'état civil. Il s’occupe exclusivement de la 
transcription des actes de l’état civil des maliens établis par les centres étrangers. 
 
2. Répartition des centres d’état civil au Mali:  
 
Les centres d’état civil du Mali se répartissent de la manière suivante : 
o  703 centres principaux (un pour chaque commune) 
o  292 centres secondaires 
 
40 
 

Par ailleurs, on compte 7 964 centres de déclaration, localisés dans chaque formation sanitaire (12 hopitaux, 65 
CESREF et 1294 CESCOM, 1371 centres de déclaration sanitaires au total) et dans les centres villageois (6593). 
Il est impossible de mener une enquête directe sur les 995 centres d’état civil principaux et secondaires et les 
7 964 centres de déclaration, dans le délai imparti de deux mois, sans mobiliser des moyens sans commune 
mesure avec ceux prévus dans le projet. C’est pourquoi nous proposons d’envoyer des enquêteurs uniquement  
au niveau des 995 centres d’état civil principaux et secondaires. 
Cela induit  995 centres d’état civil à inventorier lors de l’enquête. 
Pour les 1371 centres de déclaration situés dans structures sanitaires et les 6593 centres villageois de déclaration 
restants, un formulaire d’enquête sera envoyé à chaque  Secrétaire Général de mairie qui le remplira lui-même 
ou qui déléguera cette tâche à son adjoint en charge de l’état civil, et renverra le formulaire à la DNEC. 
 
3. Répartition des centres d’état civil dans les Ambassade et Consulats du Mali à l’étranger 
Les ambassades et consulats sont centres principaux d’état civil. 
Il y a 19 ambassades du Mali en Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Angola, Burkina, Côte d’Ivoire, Egypte, 
Ethiopie, Gabon, Ghana, Guinée Conakry, Guinée Equatoriale, Lybie, Maroc, Mauritanie, Niger Nigeria, 
Sénégal, Soudan, Tunisie), 
4 ambassades en Amérique (Brésil, Canada, Cuba, Etats Unis), 
5 ambassades en Asie (Arabie Saoudite, Chine, Inde, Iran, Japon), 
7 en Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Russie, Turquie) 
Articles de la Loi 2011-087 régissant l’état civil des Maliens de l’étranger : 
Article 93 : Les officiers de l’état civil des centres principaux sont : 
- les Ambassadeurs et Consuls Généraux ; 
Article 193 : Les officiers de l’état civil des Ambassades et Consulats Généraux sont en même temps agents de 
déclaration et ont les mêmes attributions que celles définies aux articles 98 et 99 du présent code. 
 
Article 194 : Les volets de déclaration établis dans les postes consulaires du Mali sont transmis tous les sept 
jours au centre d’état civil de rattachement pour l’établissement de l’acte. 
 
Article 195 : Le volet de déclaration et celui destiné au centre spécial d’état civil, sont transmis trimestriellement 
par l’Ambassade au Ministère chargé de l’état civil sous le couvert du Ministère des Affaires Etrangères. 
Le volet n° 2 d’acte est déposé au niveau du centre spécial d’état civil de la DNEC à Bamako. 
41 
 

METHODOLOGIE D’ENQUÊTE ET OUTILS DE TERRAIN 
 
  
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
42 
 

 
2 – l’organisation des opérations de terrain 
 

a)  Préparation administrative et logistique de l’enquête 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
b)  Les missions préparatoires 
 
 
 
 
 
 
c)  Formation, recrutement des enquêteurs et composition des équipes 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
43 
 

 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
d)  Les rapports de terrain 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
44 
 

DETAILS DE L’ENQUÊTE ET DES OUTILS DE TERRAIN 
 
1 – Objectif 
L’objectif de cette opération est de faire un état des lieux quantitatif, qualitatif et géographique : 
 
 
  
  
 
 
 
 
 
 
  
 
2 – Résultats attendus  
 
Cet état des lieux permettra de disposer d’une base de données exhaustive à même de répondre aux besoins de 
planification des dépenses pour l’appui au système d’état civil existant : dimensionnement des moyens à mettre 
en œuvre dans les projets : organisation et fonction des ateliers, reprise de l’existant (atelier mobile ou atelier 
centralisé, stratégie de régionalisation des organisations et des traitements), besoins en traitement d’image -
découpe d’acte, amélioration des images…, nombre et type de scanner, organisation des bureaux état civil, 
dimensionnement des infrastructures informatiques serveurs et réseaux…  
 
Cet état des lieux constitue un outil indispensable d’aide à la décision dans le cadre de la refonte du système et 
dans l’évaluation de la qualité du service rendu à la population. Dans la plupart des projets de modernisation et 
de sécurisation de l’état civil, le manque d’informations disponibles pour répondre rapidement et efficacement 
aux besoins et surtout les insuffisances dans leur traitement constituent l’une des faiblesses relevées. Ces 
manques d’information et de traitement tiennent principalement en l’absence de procédures de collecte et de 
mise à jour de l’information des moyens et des performances des bureaux d’état civil. 
 
Il s’agit là de dresser une véritable « Carte de l’état civil » au format numérique pour le pays :  
 
  
 
 
  
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
 
45 
 

3 – Démarche  
 

3.1 - Des enquêtes de terrain 
 
Cet état des lieux est réalisé sous la forme d’enquêtes à travers le pays afin de collecter les informations requises 
pour l’étude :  
 
 
  
 
 
 
  
 
 
 
 
  
 
  
 
  
 
    
  
 
 
  
 
 
 
  
 
  
 
 
  
 
 
  
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
46 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
3.2 – Préparation des tournées 
 
  
 
 
 
 
3.3 – Elaboration du système de cartographie de l’état civil du pays 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
Saisie des informations permettant la cartographie des centres d'état civil  
 
 
 
47 
 

 
 
Utilisation des données enregistrées dans la base centrale.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3.4 – Aspects techniques 
 
 
  
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
 
48 
 

ETAT DES LIEUX RAVEC-CITYWEB-DHIS2-AIMF-CTDEC – 19/01/2018 

Le  fichier  du  RAVEC  (Recensement  Administratif  à  Vocation  d’Etat  Civil)  a  été  créé  en  2009  et  ne 
cesse d’évoluer 

Les données de 7.956.392 personnes âgées de plus de 18 ans ont été communiquées à la DGE en Aout 
2017, pour préparer les élections de 2018, après la révision ordinaire des listes électorales. Aussi, une 
révision exceptionnelle des listes électorales sera organisée du 25 février au 06 mars pour prendre en 
charge les jeunes majeurs renouvelés pendant l’opération d’enrôlement spécial des nouveaux majeurs. 

Parallèlement au RAVEC, un logiciel d’exploitation des faits d’état civil CITYWEB a été développé 
par l’équipe de développeurs de DIGITECH. CITYWEB est une application WEB légère, fonctionnant 
sur tout poste connecté à Internet, interagissant avec un serveur d’application centralisé au CTDEC. 

CITYWEB  a  été  conçue  pour  constituer  une  base  de  données  différente  de  celle  du  RAVEC,  mais 
établissant  un  lien  avec  le  RAVEC  :  lorsque  l’officier  d’état  civil  saisira  l’acte  de  naissance  d’un 
nouveau-né sur CITYWEB, l’application demandera au système du RAVEC un nouveau numéro NINA 
(Numéro  d’Identification  Nationale,  système  conçu  pour  délivrer  un  numéro  unique  par  citoyen)(pas 
encore implémenté), et l’affectera comme identifiant dès l’enregistrement du nouveau-né dans la base 
de données des faits d’état civil gérée par CITYWEB.  

Cependant, les postes nécessaires au fonctionnement de CITYWEB n’ont pas encore été déployés sur le 
territoire, et les opérateurs n’ont pas été formés, faute de moyens et de volonté 

De  plus  le  routeur  internet  dédié  à  l’accès  au  serveur  de  CITYWEB,  et  l’adresse  IP  fixe  dédiée, 
nécessaires à l’accès au service CITYWEB, ne sont pas encore installés et configurés. 

Dans la logique RAVEC/CITYWEB : 
o  Toutes  les  personnes  qui  ont  un  acte  de  naissance  iront  dans  la  base  de  données  état  civil 
constituée par CITYWEB (environs 3 millions de personnes) (une procédure de migration est à 
implémenter  pour  peupler  une  base  de  données  population.  Après  numérisation  des  registres 
d’etat civil au niveau central, un lien devra être établi entre chacune de ces personnes, et le ou 
les actes numérisés concernés). 
o  Pour toutes les personnes qui n’ont pas d’acte de naissance, ou qui ne l’ont pas retiré 
(témoignage, carte d’identité, permis de conduire…) (environs 12 millions de personne), il est 
envisagé de faire voter une loi dérogatoire pour leur en fournir un afin de les insérer dans la 
base CITYWEB. (à voir ce que l’on fait : extrait fictif, acte à promulguer….). 

Les locaux du CTDEC sont vétustes et peu adaptés au fonctionnement et à l’exploitation du RAVEC. 
C’est pourquoi, il est question de déménager le CTDEC dans les locaux de la DNEC. 

Cependant  l’opération  n’est  pas  lancée  du  fait  que  les  nouveaux  locaux  du  CTDEC  ne  sont  pas 
étanches, et que des infiltrations d’eau sont rémanentes, inondant le sous-sol où devrait être disposé le 
centre de traitement des données. 

Le  RAVEC arrive au bout de ses capacités de gestion.  CITYWEB doit prendre le relais au niveau de 
l’Etat Civil 

Pour  le  moment  la  base  de  données  des  citoyens  enregistrés  dans  CITYWEB  est  vide,  faute  de 
déploiement  du  système.  Par  contre,  la  base  de  données  de  référence  de  CITYWEB  (régions,  cercles, 
communes, VFQ…) a été alimentée à partir de celle du RAVEC LE RAVEC est un registre national de 
la  population, pas un   vrai  système d’état civil.  CITYWEB est un  système  d’état  civil. Ce  sont deux 
systèmes  ayant  des  buts  différents.  Apres  étude,  je  pense  que  les  deux  systèmes  doivent  coexister,  le 
RAVEC  doit  être  mis  à  jour  par  Morpho  (IDEMIA  maintenant)  et  ses  capacités  augmentées.  Et 
CITYWEB doit être enfin déployé. 
 
CTDEC présentation de CITYWEB – 6/02/2018 

 
49 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
50 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
           
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CTDEC présentation du module Administrateur de CITYWEB – 6/02/2018 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
51 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
IGM – 23/01/2018 (Institut Géographique du Mali) 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
UNICEF – 23/01/2018 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
52 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
INSTAT – 22/01/2018 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
53 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Direction Nationale de la Santé – 26/01/2018 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
54 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cellule de Planification et de Statistiques (CPS) – 26/01/2018 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
55 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DNEC présentation du logiciel de saisie des actes d’état civil développé par l’AIMF - 7/2/2018 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CPS – 5/2/2018 

 
  
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
56 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
57 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
nitaire et DHIS-2 

 
 
 
58 
 

DNEC présentation du logiciel de saisie des actes d’état civil développé par l’AIMF - 7/2/2018
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
59 
 

DNEC – Visite du centre d’état civil secondaire de Medina Coura Commune 2 de Bamako – 8/2/2018 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
60