Esta es la versión HTML de un fichero adjunto a una solicitud de acceso a la información 'Documents on EUTF projects granted to Civipol'.




 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PROGRAMME D’APPUI AU FONCTIONNEMENT 
DE L’ETAT CIVIL 
 
APPUI A LA MISE EN PLACE D’UN SYSTEME 
D’INFORMATION SECURISEE  
 
PAECSIS 
 
 
 
(T05-EUTF-SAH-ML-08-01) 
 
 
 
 
RAPPORT SEMESTRIEL - 2 
1 juillet au 31 décembre 2018 
 
 
Février 2019 
 
 
 
 

link to page 3 link to page 4 link to page 5 link to page 8 link to page 8 link to page 8 link to page 14 link to page 14 link to page 14 link to page 16 link to page 16 link to page 16 link to page 16 link to page 18 link to page 19 link to page 20 link to page 21 link to page 21 link to page 22 link to page 23 link to page 23 link to page 24 link to page 24 link to page 25 link to page 25 link to page 26 link to page 26 link to page 26 link to page 26 link to page 27 link to page 27 link to page 27 link to page 29 link to page 31 link to page 31 link to page 31 link to page 31 link to page 31 link to page 32 link to page 33 link to page 33 link to page 33 link to page 34 link to page 35 link to page 37
 
TABLE DES MATIERES 
SIGLES ET ABBRÉVIATIONS ............................................................................................................................... 3 
I. 
CONTEXTE NATIONAL.............................................................................................................................. 4 
II. 
INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 5 
III. 
ETAT D’AVANCEMENT DES ACTIVITES DU DEUXIEME SEMESTRE ............................................................ 8 
A. 
EVALUATION DU CADRE NORMATIF DE L’ETAT CIVIL ............................................................................................... 8 
1. 
Les activités réalisées ........................................................................................................................... 8 
2. 
Les contraintes ................................................................................................................................... 14 
B. 
FINANCEMENT PERENNE DU SYSTEME D’ETAT CIVIL ............................................................................................. 14 
1. 
Appui à la conception et à la mise en place d’un dispositif pérenne de financement de l’état civil : . 14 
2. 
Divers ................................................................................................................................................. 16 
C. 
INFORMATISATION ET MISE A JOUR DES INFORMATIONS SUR L'ETAT CIVIL ................................................................ 16 
1. 
Résultats de l’évaluation du système d’informatisation de l’état civil ............................................... 16 
2. 
Liens entre fichier RAVEC et base de données état civil ..................................................................... 16 
3. 
Perspectives de l’informatisation de l’état civil et mise à jour ........................................................... 18 
D. 
CARTOGRAPHIE DE L'ETAT CIVIL....................................................................................................................... 19 
1. 
De l’usage de la cartographie ............................................................................................................ 20 
2. 
Retour sur l’ensemble des opérations conduites ................................................................................ 21 
3. 
Données collectées et données non collectées ................................................................................... 21 
4. 
Mise en place d’un système d’information sur les données d’état civil ............................................. 22 
5. 
Bilan de la cartographie ..................................................................................................................... 23 
E. 
PROGRAMMATION D'ETUDES SPECIFIQUES ........................................................................................................ 23 
F. 
APPUI INSTITUTIONNEL ET APPUI EN MATIERE D’ETAT CIVIL ................................................................................... 24 
1. 
Réalisation d’un diagnostic du cadre institutionnel et des pratiques d'état civil au Mali .................. 24 
2. 
Stratégie de sécurisation de l’approvisionnement des centres d’état civil en registres ..................... 25 
3. 
Participation à la production de documents pour la DNEC et aux activités transversales ................. 25 
G. 
ACTIVITES D’APPUI-CONSEIL DES EXPERTS AUPRES DE LEURS SERVICES D’AFFECTATION ............................................... 26 
H. 
PILOTAGE ET MANAGEMENT DE L’EQUIPE ET DES ACTIVITES DE CIVIPOL ................................................................... 26 
1. 
Réunions de planification et de coordination ..................................................................................... 26 
2. 
Prises de contacts avec les administrations, les acteurs institutionnels et opérationnels ................. 26 
3. 
Equipement ........................................................................................................................................ 27 
4. 
Activités en cours d’exécution ............................................................................................................ 27 
5. 
Tâches administratives et financières réalisées ................................................................................. 27 
6. 
Coordination et suivi des experts ....................................................................................................... 29 
IV.  PERSPECTIVES DU PROCHAIN SEMESTRE .............................................................................................. 31 
A. 
PROGRAMME DES ACTIVITES LIEES A LA RELECTURE DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES DE L’ETAT CIVIL ET A 
L’APPUI-CONSEIL ................................................................................................................................................... 31 
1. 
Perspectives à court terme (janvier à mars 2019) .............................................................................. 31 
2. 
Perspectives à moyen et long termes (à partir d’Avril 2019-activité continue) ................................. 31 
B. 
FINANCEMENT PERENNE DU SYSTEME D’ETAT CIVIL ............................................................................................. 32 
C. 
MISE A JOUR DES INFORMATIONS SUR L'ETAT CIVIL ............................................................................................. 33 
D. 
PROGRAMME DES ACTIVITES LIEES A LA CARTOGRAPHIE DE L’ETAT CIVIL .................................................................. 33 
E. 
PROGRAMME DE L’APPUI EN MATIERE D’ETAT CIVIL ............................................................................................ 33 
F. 
PROGRAMME DES ACTIVITES DE GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE ............................................................... 34 
V. 
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 35 
VI.  ANNEXES ............................................................................................................................................... 37 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 


 
SIGLES ET ABBRÉVIATIONS 
AMM   
 
Association des municipalités maliennes 
APDP   
 
Autorité de Protection des Données Personnelles 
CPF 
 
 
Code des personnes et de la famille 
CTDEC 
 
Centre de traitement des données de l’état civil 
DGCT  
 
Direction générale de l’administration territoriale 
DNAJS 
 
Direction nationale des affaires judiciaires et du sceau 
DNEC  
 
Direction nationale de l’état civil (la DNEC) 
DNEC  
 
Directeur national de l’état civil (le DNEC) 
DNECA 
 
Directeur national de l’état civil – Adjoint (le DNECA) 
DUE   
 
Délégation de l’Union européenne 
INSTAT 
 
Institut National de la Statistique 
MAECI 
 
Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale 
MATD 
 
Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation 
MCT   
 
Ministère des Collectivités territoriales 
NINA   
 
Numéro d’Identification National 
PAECSIS 
 
Projet d’appui au fonctionnement de l’état civil au Mali : Appui à la mise  
   
 
 
en place d’un système d’information sécurisé  
RAVEC 
 
Recensement A Vocation d’Etat Civil 
PNFEAC 
 
Programme National de Formation des Acteurs de l’Etat Civil 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 


 
I. CONTEXTE NATIONAL 
Dans la phase de démarrage des activités du PAECSIS, le contexte national a été marqué par 
l’aggravation  de  la  situation  sécuritaire  du  pays  avec  la  multiplication  de  conflits 
communautaires dans le centre, le nord, le nord-est et l’ouest du pays. 
 
 
 
La tenue de l’élection présidentielle avec un premier tour en juillet et un deuxième tour en août 
2018  a  conduit  à  devoir  aménager  le  calendrier  des  opérations  prévues  dans  le  cadre  du 
PAECSIS. Ont été concernées les activités relatives aux ateliers de concertations régionales et 
celles relatives au déploiement des enquêteurs sur le terrain pour la cartographie, afin d’éviter 
toute  collusion  avec  les  activités  liées  soient  à  l’inscription  électorale,  à  l’organisation  des 
scrutins, à la distribution des cartes d’électeurs ou aux campagnes électorales des candidats à la 
présidentielle. 
L’exécution des activités a coïncidé avec une période électorale très chargée et inquiétante au 
départ mais qui s’est cependant déroulée dans un climat serein, même si les tensions ont été 
quelquefois vives :
 
. Ces 
élections  ont  consacré  la  victoire  de  son  Excellence  Ibrahim  Boubacar  KEITA  qui  a  prêté 
serment le 4 septembre 2018. La déclaration par le Conseil des Ministres du mardi 28 août de 
la date des prochaines élections législatives (fixée au 28 octobre pour le premier tour et le 18 
novembre  pour  le  second  tour)  présage  d’une  période  encore  chargée.  Cette  situation  a  été 
encore complexifiée par la grève des préfets et des sous-préfets qui a paralysé pendant plusieurs 
semaines, le département de tutelle. Finalement au cours du mois d’octobre 2018, les élections 
législatives ont été reportées sine die
Au plan socioprofessionnel, la grève du personnel de l’administration territoriale, qui a débuté 
le 25 juin 2018, a affecté la réalisation de l’atelier de planification du PAECSIS à Fana ainsi 
que l'atelier de concertation régionale de Sikasso qui n’ont pu se tenir. 
Concernant plus spécifiquement l’état civil, on note : (i) l’adoption par le Conseil des Ministres 
du 20 juillet 2018 de la stratégie nationale de l’état civil, (ii) la prise de fonction du nouveau 
Directeur National de l’Etat Civil (DNEC),  le Dr Abdoulaye ALKADI 
 
ancien gouverneur de la région de Taoudénit. 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 


 
II. 
INTRODUCTION 
Ce deuxième rapport semestriel répond à une exigence contractuelle de Civipol envers la DUE, 
il fait le point des activités conduites par Civipol dans le cadre du PAECSIS du 1er juillet au 31 
décembre 2018.  
Cette période a été marquée par le démarrage effectif des concertations régionales inclusives 
sur le cadre normatif relatif à l’état civil, le déroulement de l’enquête sur les centres principaux 
et secondaires d’état civil, le diagnostic sur le cadre institutionnel et les pratiques en matière 
d’état civil et un état des lieux pour assurer un financement pérenne. 
Pour réaliser ces activités, il a notamment fallu régler d’importantes questions administratives : 
la négociation de partenariats techniques et scientifiques 
 
 

les  démarches  d’acquisition  de  l’acte  d’exonération  pour  les  tablettes,  l’obtention  de 
l’autorisation de l'Autorité de Protection des Données Personnelles pour la collecte des données 
sur  l’état  civil,  le  suivi  des  travaux  de  réhabilitation  des  bureaux  des  experts,  la  gestion 
administrative et financière du bureau local de l’équipe PAECSIS de Civipol, 
 
 
 
Pour rappel, les activités dévolues à Civipol portent sur : 
-  l’appropriation  du  Programme  par  les  autorités  maliennes, 
 
 
 
   
 
 
-  l’appui à la conception et à la mise en place d'un dispositif pérenne de financement de 
l'état civil ; 
-  l’identification des besoins spécifiques liés au Programme 
   
-  la mise à jour des informations sur l'état civil ; 
-  le renforcement de l'archivage ; 
-  la  mise  en  place  d’un  fichier  national  de  l'état  civil,  relié  à  une  base  de  données 
interconnectée avec les communes et postes consulaires informatisés ; 
-  la mise en place d’une connexion entre la base de données état civil et la base de données 
issue du RAVEC ; 
-  l’appui à l'organisation d'audiences foraines et opérations d’inscription à l’état civil. 
L’atelier de planification opérationnelle du PAECSIS qui devait se tenir à Fana a fait l’objet 
d’un report à une date ultérieure 
  
Ce deuxième semestre a été marqué par la tenue du 1er Comité technique de suivi (CTS) du 
PAECSIS, qui s’est tenu le 14 décembre 2018. Lors du CTS, plusieurs états des lieux et analyses 
du système d’état civil ont été présentés
 
 
 ainsi que le premier atlas national de l’état civil. 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 


 
En ce qui concerne l’appui et la collaboration avec la DNEC, les faits saillants sont : 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
  
 
 
 
En ce qui concerne les activités réalisées par les experts au sein de l’équipe Civipol,  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
  
  Revue de la programmation de la cartographie ;  
 
 
 
 
  Revue de la planification opérationnelle du PAECSIS ; 
Dans le cadre de la collaboration avec Enabel, les activités suivantes ont été réalisées : 
  Participation  à  l'atelier  de  formation-action  sur  l'étude  de  démarrage  organisé  par 
Enabel ; 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 




 
III.  ETAT  D’AVANCEMENT  DES  ACTIVITES  DU  DEUXIEME 
SEMESTRE 

Les activités réalisées au cours du deuxième semestre sont conformes à l’approche prévue dans 
les Termes de référence du PAECSIS.  
Il s’agit de l’évaluation du cadre normatif de l’état civil (A), le financement pérenne de l’état 
civil (B), l’informatisation et la mise à jour des informations sur l’état civil (C), la cartographie 
de l’état civil (D), la réalisation d’études spécifiques (E), l’appui institutionnel et l’appui en 
matière d’état civil (F), les activités d’appui-conseil auprès des institutions (G), le pilotage et le 
management de l’équipe et des activités de Civipol (H). 
A. Evaluation du cadre normatif de l’état civil 
L’évaluation du cadre normatif est achevée, un rapport a été produit et présenté lors du Comité 
technique de suivi du PAECSIS qui s’est tenu à Bamako le 14 décembre 2018, « Evaluation du 
cadre normatif de l’état civil malien - Etat des lieux et recommandations », 
 
L’appui à la mise en place d’un dispositif de révision des textes est en cours : la rédaction de 
nouveaux  textes  législatifs  est  réalisée.  L’adoption  des  nouveaux  textes  demande  qu’une 
Commission en charge de leur relecture soit en place. 
 
 
 
1. Les activités réalisées 
Le semestre est marqué par la réalisation d’un focus group avec les organisations de la société 
civile,  de  cinq  ateliers  de  concertation  regroupant  les  acteurs  des  régions  du  Mali  (Sikasso, 
Kayes, District de Bamako, Koulikoro, Ségou, Mopti, Taoudénit, Tombouctou, Gao, Ménaka 
et Kidal) sur le cadre normatif de l’état civil, et diverses autres activités 
 
 
 
 
a) Le focus group 
Un focus group a été organisé en vue d’assurer la participation inclusive des organisations de 
la  société  civile  et  des  partenaires  au  développement,  au  processus  d’évaluation  du  cadre 
normatif de l’état civil.  
Dans le cadre de la préparation de ce focus group, l’identification et la sélection des participants 
potentiels ont présenté des défis en raison de la non-disponibilité d'une liste des OSC actives en 
matière  d'état  civil. 
 
 
   
 
 l’atelier a été organisé à l’aide d’un important 
travail de préparation 
 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 


 
 
 
 
 
 
 
Le focus group avec les OSC et des partenaires au développement s’est déroulé le 28 juin 2018 
à la DNEC. Un rapport du focus group a été élaboré en prenant en compte le rapport de 2 pages 
transmis par les OSC. 
 
b) Les concertations régionales 
Une série de concertations régionales regroupant 375 acteurs autour du cadre normatif de l’état 
civil et des réformes envisagées dans le cadre de la modernisation du système de l’état civil se 
sont  déroulés  en  septembre  2018  à  Sikasso  et  Kayes,  en  octobre  au  niveau  du  District  de 
Bamako et en novembre 2018, à Ségou et Mopti.   
 
 
 
  
 Atelier de concertation régionale de Sikasso 
Initialement planifié pour le 19, 20 et 21 juin 2018, l’activité a fait l’objet de plusieurs reports 
dus notamment à :  
(1) la grève des administrateurs civils ; 
(2) un nouveau report en raison du risque de confusion de l’activité avec la campagne 
électorale et les élections présidentielles.  
Eu égard au calendrier des élections législatives, le nouveau DNEC, 
 
a recommandé de tenir les consultations régionales dans les meilleurs délais pour s’assurer de 
la disponibilité des acteurs régionaux. 
Un important travail de préparation technique de l’atelier a été réalisé et deux missions ont été 
exécutées à Sikasso en vue de l’organisation dudit atelier.  
  La préparation technique de l’atelier régional de Sikasso sur le cadre normatif de l’état 
civil a été effectuée à Bamako 
 
 
 
 
 
 
  
  Une mission préparatoire de cet atelier a été effectuée à Sikasso du 5 au 7 septembre 
2018
 
 
  en  vue  de  discuter  de  la  faisabilité  de  l’activité, 
d’arrêter  des  dates,  de  mobiliser  les  acteurs  régionaux  autour  de  cette  activité  et  de 
mettre  en  place  la  logistique  nécessaire  pour  la  tenue  effective  de  la  concertation 
régionale.  A l’issue de la mission, les dates des 13 et 14 septembre 2018 ont été arrêtées 
pour la concertation régionale de Sikasso eu égard à d’autres engagements des acteurs 
régionaux  (préparation  de  la  fête  d’indépendance  du  Mali  et  réunion  des  acteurs 
régionaux au Gouvernorat). 
Rapport semestriel – S2 / 2018 

 
 


 
  Une mission 
 
 
  s’est  rendue  à  Sikasso  le  Mercredi  12  septembre  2018  en  vue  de  la 
coordination  de  la  logistique.  L’atelier  de  concertation  régionale  de  Sikasso  s’est 
déroulé  sur  deux  jours  (13-14  septembre  2018)
 
 
. Un rapport de l’atelier 
a été rédigé avec d’importantes recommandations.   
 Atelier de concertation régionale de Kayes 
 
 
 
 
 
  
A l’arrivée de la délégation, une réunion de coordination avec le Gouverneur et les personnes 
identifiées pour fournir des services s’est tenue au Gouvernorat de Kayes. 
 
 
 
 
 
 
  
Préalablement au déploiement de la mission à Kayes, des préparatifs pour l’atelier régional de 
Kayes  ont  été  effectués  à  Bamako 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’atelier s’est déroulé les 27 et 28 septembre 2018. La délégation est retournée à Bamako le 
samedi 29 septembre 2018 après un débriefing avec le représentant du Gouverneur de Kayes.  
. Les résultats des concertations 
régionales de Sikasso et de Kayes ont enrichi les données déjà collectées et fourni des directions 
à la révision de certains textes normatifs.  
 Atelier de concertation du District de Bamako 
Au cours du mois d’octobre 2018, un atelier de concertation sur le cadre normatif de l’état civil 
a été organisé pour le District de Bamako. Cela a nécessité un important travail de préparation 
technique de l’atelier
 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
10 
 
 


 
 
 ainsi que la coordination de la logistique. 
L’atelier  de  concertation  du  District  de  Bamako  qui  a  été  précédé  du  lancement  officiel  du 
PAECSIS,  s’est  déroulé  sur  deux  jours  (18-19  octobre  2018). 
 
  Les  résultats de cet atelier ont  enrichi les données déjà collectées et ont été intégrés 
dans le rapport d’évaluation du cadre normatif de l’état civil. 
 Atelier de concertation inter-régionale de Ségou et Koulikoro 
L’atelier de Ségou qui a réuni les acteurs de Ségou et Koulikoro a nécessité un important travail 
de préparation technique
 
 et de support logistique. 
En plus de la communication sur les textes législatifs actuels, les acquis et faiblesses à corriger, 
l’experte juriste a fait une deuxième présentation le deuxième jour sur les innovations générées 
par la gestion électronique de l’état civil et devant faire l’objet d’encadrement légal en vue de 
faciliter les travaux de groupe du deuxième jour. Cette présentation a été complétée par une 
présentation du Représentant du CTDEC sur Cityweb et de l’utilisation de l’électronique par 
les acteurs de l’état civil. En outre, l’experte a assuré toute la logistique relative à la projection 
des présentations des travaux des 3 groupes de travail pendant les deux jours de l’atelier, leurs 
corrections séance tenante, la présentation du compte rendu des activités de la première journée 
et  du  rapport  général  de  l’atelier.  Il  en  va  de  même  de  la  prise  de  note  des  informations 
pertinentes ressorties des différents débats ainsi que le recadrage de certains débats au sein des 
groupes. 
 
  
L’atelier  de  concertation  de  Ségou  s’est  déroulé  sur  deux  jours  (mardi  21  et  mercredi  22 
novembre 2018). 
. Les résultats de cet atelier 
ont enrichi les données déjà collectées et ont été intégrés dans le rapport final d’évaluation du 
cadre normatif de l’état civil. 
 Atelier  de  concertation  inter-régionale  de  Mopti,  Tombouctou,  Gao,  Ménaka,  Kidal  et 
Taoudénit 

 
 
 
 
En vue du bon déroulement de l’atelier de Mopti, plus d’une centaine de fardes destinées aux 
participants  ont  été constituées.  L’actualisation des TDR a été finalisée dans la soirée du 22 
novembre  2018  avec  une  prise  en  compte  des  faits  saillants  de  Ségou  et  Koulikoro  et  un 
ajustement  des  présentations. 
 
 
 
   
L’atelier de concertation régionale de Mopti qui a regroupé les acteurs étatiques et non étatiques 
de  Mopti,  Gao,  Tombouctou,  Kidal,  Taoudénit  et  Ménaka  s’est  déroulé  le  samedi  24  et  le 
dimanche 25 novembre 2018. Il s’est distingué par le recours à quatre interprètes pour faciliter 
la compréhension de tous les participants des régions du Nord à cette concertation. Ensuite, il 
y a eu 3 communications : (1) la première présentée le 24 novembre par M. 
 a porté sur 
le  PAECSIS  et  les  réformes  à  introduire  pour  une  administration  électronique  de  l’état  civil 
malien en appui à la DNEC (2) Dans la deuxième communication, Mme 
, a rappelé la 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
11 
 
 


 
méthodologie utilisée pour la relecture des textes et l’évaluation du cadre normatif de l’état 
civil,  et  a  fourni  un  bref  aperçu  des  différentes  activités  réalisées  jusqu’à  cet  atelier.  Elle  a 
ensuite  présenté  l’état  actuel  des  textes  qui  régissent  l’état  civil  malien,  ses  acquis  et  les 
faiblesses à corriger en  attirant  l’attention sur certaines problématiques liées à la  gestion de 
l’état civil et aux statistiques vitales qui méritaient réflexion et avis des acteurs régionaux.(3) 
La  troisième  communication  présentée  par  M. 
  du  CTDEC  le  25  novembre  2018, 
deuxième jour de l’atelier a consisté à donner un aperçu concret de la gestion électronique du 
fichier unique et de ses implications en termes d’innovations en vue de faciliter les réflexions 
travaux de groupe de la deuxième journée.  
 
 
 
 
 
 
 
.  
 
. Les résultats de cet atelier ont été intégrés dans le rapport 
final d’évaluation du cadre normatif de l’état civil. 
c) Appui conseil 
 Appui conseil à la DNAJS 
L’appui-conseil à la DNAJS a consisté à participer aux sessions de la Commission permanente 
législative qui se déroulent à la DNAJS pour la relecture des textes sur l’organisation judiciaire, 
le casier judiciaire, le code de procédure pénale, etc., et à la réunion hebdomadaire de la DNAJS 
portant sur la revue des TDR de deux ateliers de renforcement de capacités des magistrats et 
greffiers.  L’experte  juriste  a  fourni  un  appui  en  termes  de  revue  de  documents  officiels,  y 
compris des TDR d’un atelier de synthèse sur la complémentarité de la justice traditionnelle et 
de la justice formelle, et donné son avis sur les propositions de relecture de textes en appui à la 
DNAJS. Elle a aussi renforcé l’équipe de rapporteurs pour la rédaction des Comptes-rendus des 
trois journées, du rapport oral et du rapport final de l’atelier de synthèse sur les deux formes de 
justice, en prévision de la relecture de la loi sur l’organisation judiciaire. 
Il en est résulté l’implication effective de la DNAJS dans les activités menées par le PAECSIS 
(CTC, Focus group et toutes les concertations régionales sur le cadre normatif). Des discussions 
ponctuelles ont lieu avec le DNAJS adjoint sur la présentation dans la forme des amendements 
proposés au Code des personnes et de la famille ainsi que des réunions avec le DNAJS pour un 
complément d'information sur la Commission de relecture. 
 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
12 
 
 


 
 Appui conseil au CTDEC 
Une troisième réunion avec la direction du CTDEC s’est tenue. En termes d’appui Conseil au 
CTDEC, une revue du projet d’arrêté sur le couplage des fichiers population avec le fichier 
électoral a été effectuée.  
d) Elaboration des TDR de la Commission de relecture des textes législatifs et réglementaires 
et d’un projet d’arrêté de création de la commission 

En  ce  qui  concerne  la  création  de  la  Commission  de  révision  des  textes  législatifs  et 
règlementaires,
 
 
 
 
 
.  
 
 
 
 
 Un  projet  d’arrêté 
interministériel portant création de ladite commission a été élaboré 
  
e) Autres faits saillants 
Après les discussions sur la professionnalisation des agents de déclaration au sein d’un comité 
de travail ad hoc, les conclusions préliminaires ont été partagées et discutées avec le DNECA. 
La teneur des discussions a été prise en compte dans le rapport d’évaluation du cadre normatif 
de l’état civil. 
Faisant suite à la première rencontre initiée avec l'Autorité de protection des données à caractère 
personnel, nous avons organisé une deuxième séance de travail élargie à tous les membres de 
Civipol et au Vice-Président de l’APDP au cours de laquelle, il a été recommandé à Civipol 
d’informer l’APDP avant toute activité susceptible d’utiliser des données à caractère personnel 
en remplissant les formulaires disponibles sur le site internet de l’APDP. Il s’agit de : 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
Une  série  de  rapports  et  documents  techniques  ont  été  rédigés  au  cours  du  semestre  visé.  Il 
s’agit notamment de :  
 
  
 
  
 
 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
13 
 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
D’autres activités importantes ont été réalisées au cours du deuxième semestre 2018 :  
  Revue documentaire complémentaire, y compris l’examen de lois d’autres pays portant 
sur la modernisation de l’état civil ;  
  Lecture de la Stratégie nationale de l’état civil adoptée le 16 août 2018 à la lumière des 
innovations  à introduire  par le PAECSIS pour une cohérence et  une délimitation  des 
actions prévues par Civipol dans le cadre du projet ; 
 
 
  
 
 
  
 
  
2. Les contraintes 
La grève illimitée des magistrats entamée depuis le 25 juillet 2018 a impacté la délivrance des 
actes d’état civil aux nouveaux nés car la cotation et le paraphe des registres n’est pas effectué 
en amont. Il en va de même du contrôle juridictionnel sur les registres de l’état civil, qui en a 
souffert. De plus, l’appui-conseil aux juridictions ne peut s’exécuter pendant cette grève.  
 
 
B. Financement pérenne du système d’état civil 
1. Appui à la conception et à la mise en place d’un dispositif pérenne de financement de 
l’état civil : 
a) Conduite de la réflexion pour la pérennisation du financement de l’état civil  
Le  travail  de  recherche  documentaire  ainsi  que  la  tenue  d’entrevues  ciblées  ont  permis 
d’identifier des pistes pour la pérennisation financière de l’état civil. Les résultats de ces travaux 
ont été présentés lors du premier CTS et dans l’étude sur le financement pérenne de l’état civil 
(cf. Annexe 3).  
Rapport semestriel – S2 / 2018 
14 
 
 


 
Les pistes identifiées sont proposées en vue d’orienter la réflexion avec l’ensemble des acteurs 
stratégiques clés. Elles n’ont bien sûr pas vocation à toutes être mises en œuvre et devront par 
ailleurs être approfondies : 
i. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
b) Réalisation  d’un  premier  atelier  de  restitution  autour  des  pistes  de  pérennisation  pré-
identifiées.  

Une vingtaine de participants était présents à cet atelier présidé par le Directeur National de 
l’Etat Civil, parmi lesquels les membres des organisations ou administrations suivantes :  
  La Direction Générale du Budget (DGB) 
  La Direction Nationale de l’Etat Civil (DNEC) 
  La Direction Générale des Collectivités Territoriales (DGCT) 
  La Direction Générale de l’Administration Territoriale (DGAT) 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
15 
 
 


 
  La Direction Nationale de la Fonction Publique Territoriale (DNFPT) 
  La Cellule d’Appui à l’Ordonnateur National du FED (CONFED) 
  L’Agence belge de développement – Enabel 
Outre l’analyse technique et le recueil des avis des participants sur les pistes pré-identifiées, 
l’atelier avait pour objectif de contribuer à l’appropriation de la problématique du financement 
de l’état civil par les acteurs stratégiques clés impliqués. 
 
 
 
 
2. Divers 
Appui à la Direction Générale des Collectivités Territoriales (DGCT)  
Appui  à  la  DGCT  pour  la  mobilisation  et  l’information  des  autorités  locales  et  régionales 
 
 dans le cadre de la réalisation de l’état des lieux des centres d’état civil. 
Appui  à  la  DGCT  pour  l’organisation  de  missions  d’évaluation  ex-post  des  opérations  de 
mobilisation et d’information des autorités locales et régionales dans le cadre de l’état des lieux 
des centres d’état civil
 
C. Informatisation et mise à jour des informations sur l'état civil 
1. Résultats de l’évaluation du système d’informatisation de l’état civil 
Un état des lieux sur l’informatisation de l’état civil a été réalisé et les perspectives dressées. 
Le rapport sur l’informatisation de l’état civil a été présenté lors du premier Comité technique 
de suivi du PAECSIS, le 14 décembre 2018 (cf. Annexe 4). 
Une  évaluation  des  informations  disponibles  a  été  menée  au  terme  de  plusieurs  rencontres 
d’échanges principalement avec les structures de production et/ou de gestion des informations 
sur l’état civil, dont le Centre de traitement des données de l’état civil, la Cellule de Planification 
et de Statistiques ainsi que la Direction Nationale de la Santé, l’Institut National de Statistiques, 
une revue des dispositifs d’enregistrements mis en place par l’AIMF de 2007 à 2011, et auprès 
des partenaires d’appui comme l’UNICEF. 
Les résultats de cette évaluation ont conduit à : 
-  Formuler  des  recommandations  pour  l’harmonisation  des  logiciels,  notamment 
Cityweb, DHS-2 
 
 
  et  le 
logiciel d’état civil de l’AIMF 
 
;  
-  Préconiser le renforcement du dispositif Cityweb ; 
-  Lister les exigences à prendre en compte par le schéma directeur informatique 
2. Liens entre fichier RAVEC et base de données état civil 
Le RAVEC est le fichier national de population, où est enregistré l’ensemble de la population 
malienne recensée en 2009, ainsi que la population venue se faire connaitre au cours des années 
suivantes. Ce fichier dispose non seulement de données d’état civil sur la population mais aussi 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
16 
 
 


 
de données biométriques (photo et empreintes digitales) pour la population âgée de 15 ans ou 
plus.  Il  dispose aussi de l’adresse de résidence de la population au moment  de son insertion 
dans  la  base  (mais  sans  nécessaire  mise  à  jour  de  cette  adresse).  L’objectif  premier  de  ce 
recensement à vocation  d’état civil  était  de constituer une base centrale  d’état civil, tout en 
prenant des mesures pour éviter les doubles enregistrements. Au fil du temps, ce fichier s’est 
consolidé, et représente actuellement la meilleure source d’information en matière de fiabilité 
et d’exhaustivité pour l’identification de la population malienne. Cependant il n’est pas devenu 
une base de données état civil, mais plutôt un fichier de population soutenu par un système de 
détection de double inscription à la fois à partir des données d’état civil et pas des données 
biométriques. 
Pour  que  le  système  soit  performant,  il  est  nécessaire  qu’il  s’appuie  sur  un  enregistrement 
régulier  des  événements  d’état  civil.  Aussi,  l’application  Cityweb  développée  mais  non 
déployée dans les centres d’état civil avait pour objectif d’enregistrer puis de transmettre les 
informations d’état civil de façon régulière au CTDEC. 
Aussi, il est prévu que les informations enregistrées via Cityweb soient transmises au CTDEC 
pour attribution d’un numéro d’identification unique pour les nouvelles naissances, ou pour 
l’identification  d’une  personne  lors  d’un  décès  ou  d’un  mariage.  Ainsi  les  échanges 
d’information seront profitables aux deux bases de données dans le cadre de leur mise à jour 
régulière. Ainsi, avec : 
  les naissances enregistrées via Cityweb, le CTDEC pourra compléter les informations 
individuelles  lors  de  la  présentation  de  la  population  pour  la  capture  de  ses  données 
biométriques (à partir de l’âge de 15 ans).  
  les décès enregistrés via Cityweb, le CTDEC pourra (sous réserve d’une identification 
suffisante de la personne) marquer comme décédées les personnes concernées du fichier 
population (puis notamment, transmettre un fichier actualisé à la Délégation Générale 
aux Elections). 
En 2009, lors de l’opération de RAVEC, il était possible aux personnes ne disposant pas d’acte 
de naissance d’être enregistrées, et c’était d’ailleurs bien là l’objet de ce recensement à vocation 
d’état  civil,  c’est-à  dire  de  résoudre  la  question  de  l’absence  de  pièce  d’identité  pour  la 
population malienne.  
Aussi, deux grandes sous-populations constituent la base de données du RAVEC :  
1.  Les citoyens ayant eu un acte de naissance, établi  par un centre d’état civil, et parmi 
eux : 
  ceux dont les actes sont correctement conservés au niveau du centre d’état civil ; 
  ceux dont les actes n’ont pas été correctement conservés par le centre d’état civil ; 
2.  Les citoyens sans acte de naissance. 
Ainsi,  afin  de  garder  une  cohérence  des  données,  il  s’agira  de  prendre  les  précautions 
nécessaires pour préserver les données existantes dans les centres d’état civil, et de définir les 
mesures à prendre en fonction des différents profils de population identifiés. Une stratégie de 
réconciliation des données identitaires pourra alors être construite. 
L’opération RAVEC n’a pas procédé à une numérisation des actes d’état civil présentés lors de 
l’enregistrement et il est possible que ces actes n’aient pas été vérifiés avec toute la vigilance 
souhaitable. Aussi, il est souhaitable de procéder à la numérisation de tous les registres d’état 
civil disponibles sur l’ensemble du territoire avec saisie de tout ou partie de l’information, puis 
de rapprocher cette base nouvellement numérisée de la base du RAVEC. Des champs pourraient 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
17 
 
 


 
ainsi être complétés pour parvenir à un fichier d’état civil respectant les exigences du Code de 
la famille.  
A l’issue de ce processus de mise en cohérence des données du RAVEC avec la base de données 
état  civil,  la  base  finale  de  l’état  civil  malien  sera  validée  et  pourra  utilement  être  mise  à 
disposition des citoyens et des administrations. 
 
 
 
 
 
 
3. Perspectives de l’informatisation de l’état civil et mise à jour 
La  cartographie  des  centres  d’état  civil  permet  de  définir  une  feuille  de  route  quant  à 
l’accompagnement nécessaire pour parvenir à l’informatisation des centres d’état civil. Certains 
centres sont aptes à être informatisés, d’autres ne le sont pas encore (bâti insuffisant, instabilité 
de  l’alimentation  électrique,  etc.).  Aussi  une  programmation  par  phase  est  nécessaire  pour 
proposer des solutions intermédiaires de collecte d’information, permettant de poursuivre les 
objectifs globaux de construction d’une base centralisée et sécurisée de l’état civil. 
 
 
 
La  mise  en  œuvre  de  l’opération  d’informatisation  sur  les  centres  éligibles  nécessitera 
d’élaborer un plan d’action spécifique, un véritable schéma directeur informatique, visant à les 
doter en moyens
 leur permettant de remplir leurs missions. Des actions 
de formation seront aussi nécessaires.  
Le  schéma  directeur  proposera  notamment  une  stratégie  de  déploiement  s’appuyant  sur  des 
critères de sélection tout en veillant à respecter une répartition territoriale aussi homogène que 
possible, favorisant un suivi et un développement national du processus d’informatisation de 
l’état civil. En effet, avec aucune région oubliée, les réussites du système pourront être connues 
et reconnues et pourront faciliter un travail d’intégration nationale de la solution. S’attacher à 
un déploiement cohérent et global de cette modernisation sera un des axes de sa réussite : les 
communes  non  informatisées  devenant  progressivement  marginales  déploieront  les  efforts 
nécessaires  pour  être  éligibles  à  cet  appui.  Les  services  rendus  à  la  population  grâce  à 
l’informatisation seront connus et constitueront un moteur pour favoriser l’adhésion des centres 
non encore informatisés. 
Aussi, il s’agit :  
• 
 
 
 
 
 
 
 
 
La  base  de  données  état  civil  de  la  DNEC  est  actuellement  vide  (sauf  pour  les  Maliens  de 
l’étranger, régulièrement inscrits dans une mission diplomatique), aussi il s’agit de constituer 
une première base par récupération des données état civil de la base de données population du 
CTDEC  (base  de  données  en  place  depuis  2009) ;  puis  d’alimenter  et  de  compléter 
régulièrement cette base par les événements enregistrés dans les centres d’état civil via Cityweb. 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
18 
 
 


 
Initialement  l’application  Cityweb  était  dévolue  à  appuyer  la  mise  à  jour  des  données  du 
RAVEC en enregistrant informatiquement les informations individuelles état civil et données 
biométriques enregistrés dans les centres d’état civil. Or il s’agit maintenant d’utiliser cet outil 
déjà conçu pour enregistrer les faits d’état civil et constituer à proprement parler d’une base de 
données  état  civil,  ce  qui  signifie  prévoir  toutes  les  fonctionnalités  liées  à  l’état  civil  et 
notamment l’inscription des mentions marginales ou additionnelles sur les actes d’état civil. 
 
 
  
La démarche retenue pour la constitution du premier noyau de la base de données état civil est 
de : 
• 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
Le Cadre juridique sur l’état civil existe, il est déterminé dans le Code des personnes et de la 
famille et par la loi sur les données à caractère personnel. Ce cadre est cependant insuffisant car 
il  n’aborde  pas  l’interopérabilité  entre  bases  de  données,  et  le  caractère  spécifique  de  la 
protection des données biométriques. 
D. Cartographie de l'état civil 
Dans le cadre de la mise en œuvre PAECSIS, il est prévu de réaliser un état des lieux détaillé 
des centres d’état civil du Mali. Il consiste à faire une cartographie exhaustive de l’ensemble 
des centres d’état civil principaux et secondaires et mettre en en place un dispositif de mise à 
jour des informations.  
Lors 1er CTS du PAECSIS, un état des lieux sur les premiers résultats de la cartographie a été 
dressé, et présenté dans un rapport sur la cartographie des centres d’état civil (cf. Annexe 5). 
L’objectif principal de cette cartographie est de : 
  mettre  à  la  disposition  du  Ministère  de  l’Administration  Territoriale  et  de  la 
Décentralisation (MATD), une base de données exhaustive sur les centres d’état civil, à 
même  de  répondre  aux  besoins  de  planification  rationnelle  des  orientations  et 
investissements pour accompagner la réforme de l’état civil en cours ; 
  constituer  une  source  d’information  sur  les  centres  d’état  civil,  une  situation  de 
référence pour documenter les indicateurs de suivi de la Stratégie Nationale de l’Etat 
Civil (SNEC) et du PAECSIS. 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
19 
 
 


 
1. De l’usage de la cartographie 
La cartographie de l’état civil est une photographie à un moment donné de l’état du système. 
Autrement  dit,  son  objectif  principal  est  de  fournir  les  informations  nécessaires  en  vue  de 
disposer d’un état des lieux et de quantifier les atouts et faiblesses du système.  
L’outil mis en place doit être appréhendé à la lumière d’un projet global de réhabilitation de 
l’état civil. Aussi, les travaux se poursuivent afin de passer d’une simple photographie de l’état 
civil à un véritable système d’information pour une gestion efficiente de l’état civil.  
La cartographie élaborée et le SIG développé vont permettre au MATD et à ses structures de 
disposer :  
  d’un état des lieux sur les centres d’état civil (localisation, RH, infrastructure, 
électrification, connectivité, volume d’enregistrement par type d’acte, etc.),  
  d’un outil d’aide à la planification à même d’apprécier les investissements nécessaires 
en termes de modernisation et de renforcement de capacités. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
La cartographie de l’état civil a permis de dénombrer l’ensemble des actes enregistrés au 
cours des années 2012 - 2017 (mariages, naissances, décès) et d’évaluer le total des actes 
produits par centre depuis leur création. La date de création du centre a été demandée. 

 
 
 
 
 
 
 
Afin  de  garder  toute  la  pertinence  de  l’outil,  il  s’agira  de  mettre  en  place  les  procédures 
nécessaires à la mise à jour régulière des informations collectées sur le terrain et d’assurer la 
formation d’agents de la DNEC et du CTDEC pour mener cette tâche. 
 
 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
20 
 
 


 
2. Retour sur l’ensemble des opérations conduites 
Pour parvenir  à  réaliser  la collecte des données  devant  alimenter la  cartographie des  centres 
d’état civil du Mali, un ensemble d’opérations étaient nécessaires : préparation des outils de 
collecte,  mode  de  recrutement,  formation  et  sélection  du  personnel  de  terrain,  suivi  du 
déroulement de l’enquêtes, traitement des données et méthodes d’analyse. 
Il s’est agi de : 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
  
 
 
 
  
 
 
 
  
 
 
 
 
 
3. Données collectées et données non collectées 
La  réalisation  de  cette  cartographie  constituait  donc  une  phase  importante  d’un  ambitieux 
programme de modernisation (réhabilitation) de l’état civil dans lequel, le Mali s’est engagé. 
Des opérations de collecte de données ont été réalisées de juillet à septembre avec l’appui de 
l’Institut  National  de  la  Statistique  qui  a  mobilisé  10  superviseurs  et  60  enquêteurs  pour 
procéder à des enquêtes au niveau de 907 centres d’état civil (665 centres principaux sur 703 et 
242 centres secondaires sur 292) et au niveau des 52 centres de l’étranger dont l’opération est 
toujours en cours. Des formulaires d’enquête ont été envoyés (sous format papier ou par Email) 
aux maires des différentes communes avec l’appui de la Direction Générale des Collectivités 
Territoriales,  afin  que  les  officiers  et  agents  d’état  civil  en  prennent  connaissance  et  les 
documentent avant l’arrivée des enquêteurs. 
 
 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
21 
 
 


 
 
   
Les données collectées ont notamment porté sur : 

 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les raisons pour lesquelles certains centres n’ont pu être enquêtés, sont les suivantes : 
-  inondations causées par les pluies en saison humide ; 
-  difficultés de localisation (prise de coordonnées des centres) dans des zones difficiles, 
en raison de l’insécurité, ou/et de l’absence d’autorités locales ; 
-  destruction  de  certains  centres  secondaires  pendant  l’invasion  du  Nord  par  les 
djihadistes, notamment dans la région de Mopti ; 
-  centres  secondaires  créés  administrativement,  mais  n’ayant  jamais  eu  d’existence 
matérielle sur le terrain. 
 
 
 
 
Concernant  les  centres  d’état  civil  dans  les  représentations  diplomatiques  et  consulaires,  19 
fiches  d’enquêtes  ont  été  renseignées  sur  les  52  attendues.  En  rapport  avec  le  MAECI,  des 
messages de rappel sont adressés aux ambassades.  
4. Mise en place d’un système d’information sur les données d’état civil 
Les données  collectées  ont  été  traitées  et  consolidées dans un système  central permettant  de 
visualiser  l’ensemble  des  informations  relatives  à  la  gestion  du  «  patrimoine  »  état  civil 
(moyens, registres, ressources…) sous forme d’indicateurs (Effectif de population par centres 
d'état  civil,  niveau  de  fonctionnalité,  distance  moyenne  entre  les  centres,  nombre  et  état  des 
registres par centre, …), de statistiques, de graphiques, et de cartes géographiques. 
Les informations consolidées et vérifiées sur le Système d’information géographique (SIG) ont 
permis de finaliser le dénombrement des centres enquêtés avec 665 centres principaux recensés 
sur les 703 existants (soit 95% des centres principaux) et 242 centres secondaires recensés sur 
292 annoncés (soit 83% des centres secondaires). 
Elles ont permis de procéder à l’implémentation d’un SIG sur l’état civil afin de permettre la 
visualisation,  la  recherche,  le  contrôle  et  le  traitement  des  informations  des  centres  dans  un 
contexte de cartographie géographique.  
Rapport semestriel – S2 / 2018 
22 
 
 


 
Cet outil mis en place au CTDEC, permet de donner un accès à distance aux données, via un 
simple navigateur web,  aux personnes autorisées pour sélectionner, visualiser et analyser les 
résultats finaux de l’enquête, et par requête spatiale ou alphanumérique de mettre en relation 
entre elles diverses thématiques. De plus, le module de cartographie du SIG permet de produire 
des cartes thématiques des centres d’état civil du Mali. Les principaux indicateurs d’état civil 
sont  présentés  et  la  distribution  cartographique  des  données  est  faite  avec  toutes  les 
fonctionnalités d’un SIG. 
La  mise  en  place  de  ce  système  a  été  réalisée 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
5. Bilan de la cartographie 
La collecte des  données  est  achevée sauf pour certains  centres du Nord et  pour les missions 
diplomatiques n’ayant pas retourné le questionnaire d’enquête.  
L’Atlas de l’état civil a été réalisé et une version provisoire avant validation de l’ensemble des 
données  présenté  lors  du  CTS  de  décembre  2018.  Sa  version  finale  sera  disponible  en  mars 
2019, version numérique et version papier. 
L’outil WEB de visualisation des centres d’état civil a été mis en ligne début février 2019 avec 
présentation  d’une  fiche  d’informations  par  centre  d’état  civil
  Les  personnes 
autorisées disposeront d’un accès à distance à ces données et à l’outil de cartographie.  
L’analyse des données de la cartographie sera finalisée fin février 2019 et présentée en mars 
2019, et proposera une typologie des communes. Il s’agira de :  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
E. Programmation d'études spécifiques 
Des  études  thématiques  sont  prévues  pour  une  meilleure  compréhension  et  intégration  des 
groupes vulnérables dans le système d’état civil. 
Aussi en 2019, la réalisation d’une étude sociologique portant sur les spécificités des groupes 
sociaux ayant des difficultés d’accès à l’état civil est prévue. Cette étude vise à comprendre les 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
23 
 
 


 
freins à l’enregistrement des faits d’état civil (naissance, mariage et décès) et à identifier des 
solutions à apporter au regard des spécificités de groupes sociaux. 
Il  s’agira de déceler les  conditions qui  créent  un environnement  favorable  ou défavorable  à 
l’enregistrement  à  l’état  civil.  Ainsi,  les  difficultés  d’accès  à  l’état  civil  et  les  stratégies  de 
réussite  pour  pallier  les  freins  seront  clarifiées  pour  parvenir  à  relever  les  défis  de 
l’enregistrement à l’état civil et donc de la réforme à construire. 
Sur la base d’une analyse sociologique fine, il s’agira de proposer un plan d’action opérationnel 
à  même  d’améliorer  les  taux  d’enregistrement  des  faits  d’état  civil  des  groupes  sociaux 
rencontrant les plus grandes difficultés d’accès à ce service public. 
Les résultats attendus sont les suivants : 
  les différentes catégories de groupes sociaux ayant des difficultés d’accès à l’état civil 
sont identifiées ; 
  les principaux facteurs qui limitent  l’accès de  ces groupes sociaux  à l’état civil sont 
identifiées ; 
  l’aspect genre est traité afin de vérifier si des spécificités liées aux femmes peuvent être 
relevées et des solutions ad hoc trouvées ; 
  les  stratégies  et  actions  pertinentes  visant  un  meilleur  accès  de  ces  catégories  de 
personnes sont identifiées et planifiées.  
L’enquête prévoira des entretiens individuels et par groupes :  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’aspect genre sera couvert lors de chaque entretien. 
F. Appui institutionnel et appui en matière d’état civil 
1. Réalisation d’un diagnostic du cadre institutionnel et des pratiques d'état civil au Mali 
Les activités réalisées dans le cadre du diagnostic du cadre institutionnel et des pratiques, au 
cours du deuxième semestre, sont les suivantes : 
  Finalisation du rapport provisoire ; 
  Présentation d’un rapport de synthèse ; 
  Elaboration  d’une  communication  PowerPoint  présentée  à  la  session  du  Comité 
technique de suivi des activités du PAECSIS ; 
  Finalisation du rapport adopté par le CTS en intégrant les observations (cf. Annexe 6). 
Cette activité a permis de comprendre la situation du cadre institutionnel du Mali et les pratiques 
en ce qui concerne le système d’état civil et par rapport aux indications de l’ONU. En effet trois 
reproches principaux sont faits au système malien à l’issu du rapport d’évaluation de 2015, à 
savoir  que  le  système  malien  n’est  pas  conforme  aux  standards  des  Nations  Unies,  qu’il 
n’intègre pas tous les principes universels de l’état civil et enfin qu’il n’y a pas d’interopérabilité 
entre ses différents acteurs.  
Cette étude a révélé  les  caractéristiques majeures du  système  d’état  civil :  un  système d’état 
civil  centralisé,  décentralisé  et  déconcentré,  un  système  d’état  civil  soumis  aux  pesanteurs 
religieuses et politiques et un système d’état civil implémenté dans un contexte d’insécurité. 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
24 
 
 


 
Concernant  l’état  de  l’informatisation,  l’étude  a  montré  que  tous  les  centres  d’état  civil 
consulaires utilisent les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). 
La situation est différente pour les centres d’état civil territoriaux car les services de l’état civil 
sont souvent intégrés dans les locaux des mairies qui, selon leur statut de communes urbaines, 
rurales ou de district, n’ont ni les mêmes commodités infrastructurelles ni les mêmes moyens 
matériels.  Mais  les  efforts  à  faire  pour  évoluer  vers  une  informatisation  intégrale  de 
l’enregistrement des faits d’état civil obligent à relever les défis de la dématérialisation et la 
normalisation du cadre juridique. Des recommandations ont été faites dans le rapport intitulé 
« cadre  institutionnel  et  pratiques  de  l’état  civil  au  Mali,  Etude  diagnostique  et 
recommandations ». 
2. Stratégie de sécurisation de l’approvisionnement des centres d’état civil en registres 
Les  activités  réalisées  dans  le  cadre  de  cette  étude  n’ont  pas  pu  être  finalisées  faute  de 
données pertinentes et suffisantes au niveau de la DNEC. Aussi, après l’élaboration d'un projet 
de  termes  de  références  contenant  la  méthodologie  et  la  planification  de  l’étude,  le  cadre 
d’intervention a été précisé à travers une note stratégique proposant des solutions palliatives en 
attendant  de  disposer  de  la  situation  des  ventes  des  registres  par  la  DNEC  et  la  situation 
d’utilisation des registres par les communes en termes de production d’actes d’état civil. Cette 
étude qui était prévue pour l’année N+1 a été programmée pour 2019. 
3. Participation à la production de documents pour la DNEC et aux activités transversales 
La  fonction  transversale  de  l’expert  état  civil  a  permis  de  participer  à  la  production  des 
documents et aux activités suivantes : 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
  
Rapport semestriel – S2 / 2018 
25 
 
 


 
 
 
 
G. Activités d’appui-conseil des experts auprès de leurs services d’affectation 
Différentes activités d’appui conseil ont été réalisées par les experts de Civipol depuis leur prise 
de fonction au Mali. Il s’agit de : 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
H. Pilotage et management de l’équipe et des activités de Civipol 
1. Réunions de planification et de coordination 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
2. Prises de contacts avec les administrations, les acteurs institutionnels et opérationnels 
 
 
 
   
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
  
 
 
etc., 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
26 
 
 


 

 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Equipement 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. Activités en cours d’exécution  

 
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
5. Tâches administratives et financières réalisées 
a) Production de documents techniques et financiers (rapports, notes, états financiers, etc.) 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rapport semestriel – S2 / 2018 
27 
 
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
b) Réunions et rencontres techniques 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
  
Rapport semestriel – S2 / 2018 
28 
 
 


 

 
  
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
 
c) Gestion administrative et financière :  

 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
d) Planification, Suivi et coordination des travaux des experts 

 
 
 
 
  
 
 
  
 
 
 
 
6. Coordination et suivi des experts 
Au cours du semestre écoulé, tous les experts ont contribué à l’élaboration du présent rapport 
semestriel de Civipol et ont produit chacun, un à deux rapports trimestriels, quatre à six rapports 
mensuels ainsi qu’une trentaine de rapports hebdomadaires circonstanciés. 
 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
29 
 
 


 
Tableau récapitulatif des jours prestés par les experts principaux sur la période couverte 
par le présent rapport 

NOMBRE DE JOURS PRESTES 
MOIS 
Chef d'équipe, 
Expert 
TOTAL 
Expert 
Expert 
Experte 
expert 
administration 
état Civil 
informaticien 
juriste 
administrateur  
territoriale 
Juillet 
 
 
 
 
 
 
Aout 
 
 
 
 
 
 
Septembre 
 
 
 
 
 
 
Octobre 
 
 
 
 
 
 
Novembre 
 
 
 
 
 
 
Décembre 
 
 
 
 
 
 
Sous total 
 
 
 
 
 
 
-  Le rapport semestriel pour le 1er semestre - Civipol a été validé par l’Union européenne. 
-  Le présent rapport est le troisième rapport contractuel.  
Rapport semestriel – S2 / 2018 
30 
 
 


 
IV.  PERSPECTIVES DU PROCHAIN SEMESTRE 
A. Programme des activités liées à la relecture des textes législatifs et réglementaires de 
l’état civil et à l’appui-conseil  

1. Perspectives à court terme (janvier à mars 2019) 
  La transmission et validation des TDR pour la création d'une Commission de relecture 
des textes législatifs et règlementaires de l’état civil, et de l’arrêté interministériel créant 
ladite Commission ; 
  La décision de création d’une Commission de relecture du cadre normatif de l’état civil ; 
  Une  Commission  de  relecture  des  textes  sera  mise  sur  pieds  par  le  MATD  pour  un 
examen  approfondi  des  propositions  faites  à  l’issue  de  la  validation  des  données 
collectées  et  analysées  ainsi  que  des  recommandations  assorties  au  rapport  final 
d’évaluation  des  textes  législatifs  et  règlementaires. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  L’utilisation du rapport d’évaluation du cadre normatif de l’état civil ayant dressé les 
forces et faiblesses des textes législatifs et règlementaires et formulé des propositions 
de  textes  et  des  recommandations  relatives  aux  leviers  sur  lesquels  il  faudrait  agir, 
comme document de travail, pour bâtir une assise légale et règlementaire de l’état civil.  
  L’expertise Civipol apportera un  appui technique aux sessions de la Commission de 
révision des textes normatifs en vue de la relecture et de l’élaboration d’avant-projet de 
loi  et  de  propositions  de  textes  règlementaires,  y  compris  la  préparation  de  notes 
techniques, études comparatives de législations de pays ayant introduit la modernisation 
de leur système d’état civil, etc. jusqu’à la finalisation des travaux de ladite commission 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  L’appui  à  la  rédaction  et  la  validation  du  rapport  de  la  commission  de  relecture  des 
textes du cadre normatif assortis de recommandations et de propositions d’avant-projet 
de lois et de décrets d’application des lois ; 
  La  participation  de  la  Commission  au  Comité  de  pilotage  du  PAECSIS  en  qualité 
d’observatrice ; 
  La participation aux Assises de l’état civil en mars 2019 avec un rôle à définir ; 
  Une revue juridique pour l’organisation des audiences foraines, et la préparation des 
termes de référence d’une telle activité ainsi qu’un avant-projet de loi l’habilitant. 
2. Perspectives à moyen et long termes (à partir d’Avril 2019-activité continue) 
  Une  sensibilisation  des  parlementaires  sur  les  avant-projets  de  loi  ainsi  qu’une 
sensibilisation des organisations de la société civile et des médias sera réalisée dans le 
cadre  d’un  accompagnement  global  du  processus  de  relecture  des  textes  normatifs 
jusqu’à leur adoption par l’Assemblée nationale et toute autre autorité compétente ; 
  L’élaboration d’une Instruction générale de l’état civil-IGEC (activité qui commencera 
vers la fin du mois de juin pour une première mouture de l’IGEC). Une fois adoptée, 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
31 
 
 


 
ces  textes  seront  diffusés  auprès  de  la  population  et  des  administrations  cibles. 
L’élaboration  d’une  Instruction  générale  de  l’état  civil  (IGEC)  et  la  diffusion  sur 
l’ensemble du territoire des textes de référence sur l’état civil permettra l’appropriation 
de ces textes par les personnes en charge de la gestion de l’état civil. Une formation on-
job des acteurs leur permettra de mieux s’approprier les nouveaux textes, l’usage des 
nouvelles technologies et méthodes de travail (informatisation et archivage) ;  
  Une mise à jour de l’IGEC avec de nouveaux textes au fur et à mesure de leur adoption ; 
  L’organisation de premières audiences foraines dans des régions dont la détermination 
sera faite par le PAECSIS sur la base de critères convenus. Cela nécessitera un important 
travail de préparation, y compris de mobilisation des acteurs clés et de sensibilisation 
des bénéficiaires ; 
  Appui/conseils  permanent  et  transfert  de  compétences  aux  acteurs  de  l'EC :  (1) 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Appui à l'organisation d'audiences foraines et opérations d’établissement d’actes 
de naissance en collaboration avec les autres experts de Civipol :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
B. Financement pérenne du système d’état civil 
Au titre de l’année 2019, les activités suivantes seront prioritairement réalisées : 
  Mettre en place d’un groupe de travail ad hoc en vue d’associer les parties prenantes à 
la réflexion pour la pérennisation du financement de l’état civil ; 
  Capitaliser les bonnes pratiques des communes en matière de financement des services 
d’état civil : organisation de missions ciblées auprès de communes ; 
  Expérimenter des mécanismes de financement auprès de communes pilotes (recherche-
action) ; 
  Réalisation d’études de faisabilité en lien avec la dématérialisation du système de l’état 
civil : (1) création de services en ligne payant de télé-demande de documents d’état civil 
et  (2)  étude  relative  à  définition  d’une  clé  de  réparation  financière  en  lien  avec  la 
délivrance de documents d’état civil informatisés. 
  Poursuivre le réseautage auprès des administrations publiques centrales. 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
32 
 
 


 
C. Mise à jour des informations sur l'état civil 
La mise en place d’un système d’information interconnecté et sécurisé constitue un des objectifs 
majeurs  pour  évoluer  vers  une  modernisation  de  l’état  civil,  et  nécessite  en  amont  une 
valorisation  de  l’existant  et  l’élaboration  d’un  schéma  directeur  informatique  qui  définit  les 
objectifs  stratégiques  et  opérationnels,  l’environnement  technique  et  informatique,  les 
modalités de fonctionnement, d’interconnexion et de sécurisation. 
Aussi  un  Schéma  Directeur  Informatique  sera  réalisé  au  cours  du  premier  semestre  2019,  il 
permettra de contribuer à la mise en place du système d’information intégré (interconnecté) et 
sécurisé  au  niveau  des  centres  d’état  civil  du  Mali,  et  d’une  base  de  données  numérique 
centralisée des faits d’état civil. 
Le nouveau système informatisé de l’état civil devra intégrer : 
  le  déploiement  de  Cityweb  dans  les  centres  d’état  civil,  dont  les  conditions  de 
déploiement selon le milieu (urbain,  rural, nomade) et les possibilités de connexion / 
connectivité ; 
  la  gestion  longitudinale  de  la  vie  des  citoyens,  avec  enregistrement  de  tous  les  faits 
d’état civil de la naissance au décès pour chaque citoyen auquel seront attachés tous les 
faits d’état civil liés à sa personne, sa filiation, sa descendance et son ou ses mariages ; 
  l’intégration de numéros d’identification unique (NINA ou autre) sur les actes d’état 
civil ; 
  la production des statistiques d’état civil ; 
  la capacité d’authentification, la délivrance d’extraits et la certification de conformité 
des actes d’état civil ; 
  la gestion de l’existant des actes d’état civil, dont la numérisation, l’indexation et la 
saisie des actes d’état civil. 
En parallèle à ce SDI, le cahier des charges pour la mise à jour de Cityweb sera élaboré. Cityweb 
étant  le  système  de  gestion  informatisé  des  faits  d’état  civil  officiellement  choisi  par  l’Etat 
malien,  ce  cahier  des  charges  devra  prévoir :  la  modernisation  de  sa  pile  logicielle, 
l’implémentation de nouvelles fonctionnalités comme la demande d’un nouveau numéro NINA 
au RAVEC pour l’affecter comme identifiant dès l’enregistrement d’un nouveau-né, vérifier 
l’interopérabilité de Cityweb avec la nouvelle plateforme du RAVEC, et élaborer les différents 
scénarios  possibles  de  son  déploiement  sur  le  territoire  malien  en  fonction  des  différents 
contextes rencontrés : urbain, rural, nomade, et en fonction des décisions adoptées relatives au 
Schéma Directeur Informatique. 
D. Programme des activités liées à la cartographie de l’état civil 
En 2019, les activités suivantes seront prioritairement réalisées : 
-  la  mobilisation  d’un  expert  démographe-statisticien  pour  une  analyse  détaillée  et 
exhaustive des données des centres enquêtés, grâce aux résultats produits par le SIG en 
vue de la confection d’un catalogue des données d’état civil.  
-  l’organisation en mars 2019 d’un atelier de restitution sur les résultats de l’état des lieux 
des centres d’état civil du Mali. 
E. Programme de l’appui en matière d’état civil  
Il  s’agit  de  poursuivre  l’exécution  des  activités  en  lien  avec  les  missions  contractuelles  de 
l’expert état civil et avec la mise en œuvre de la SNEC, à savoir : 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
33 
 
 


 
• 
  
 
  
 
 
  
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
F. Programme des activités de gestion administrative et financière  
•  Mise  en  place  du  système  d’informatisation  de  l’état  civil :  élaboration  du  schéma 
directeur informatique, du plan d’archivage physique et électronique documents d’état 
civil, réalisation des opérations de numérisation des registres d’état civil, mise en place 
du système d’information sécurisé,  
•  Organisation de l’atelier de restitution des livrables cartographiques ; 
•  Appui à la révision des textes et à la réalisation d’une instruction générale de l’état civil,  
•  Appui au renforcement du RAVEC : actualisation de Cityweb, réalisation des audiences 
foraines. 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
34 
 
 


 
V. 
CONCLUSION 
Au  cours  du  2èmesemestre  du  projet,  des  avancées  notoires  ont  été  enregistrées  avec  la 
production  des  états  de  lieux  sur  le  cadre  normatif,  institutionnel,  informatique  et  par  une 
réflexion sur le financement pérenne de l’état civil. Un glissement de calendrier par rapport à 
ce qui était prévu dans les TDR de Civipol est perceptible s’agissant de la révision des textes, 
et de la mise à disposition des données de la cartographie. 
La  réalisation  de  l’enquête  sur  les  centres  d’état  civil  a  nécessité  une  longue  phase  de 
préparation, avant tout lancement d’opérations sur le terrain.  Le recours à un enregistrement 
des informations sur tablettes (et non sur questionnaire papier) a conduit à devoir procéder à 
des  achats  spécifiques  et  à  la  mise  en  place  d’outils  technologiques  (conception  du  système 
d’information géographique et du logiciel de saisie) qui demandaient un temps de préparation 
supérieur  au  calendrier  initialement  indiqué  sur  le  document  de  projet. 
 
 
 
  
A ce stade on peut escompter qu’à la fin du 1er trimestre 2019, les données de la cartographie 
seront disponibles et accessibles à distance via un outil de cartographie
 De plus, leur 
analyse permettra de disposer d’éléments de décision pour effectuer des choix en matière de 
stratégie de modernisation de l’état civil et d’accompagnement des centres d’état civil.  
Il a été judicieux de surseoir à la réalisation du Schéma Directeur Informatique (SDI) car l’Etat 
malien a décidé courant 2018 de prendre en charge le renouvellement du plateau technique du 
CTDEC (centre gérant le fichier population) et de revoir la stratégie de collecte des données. 
Cela permettra au SDI et à l’application Cityweb destinée à l’enregistrement des données d’état 
civil dans les centres d’état civil d’être conçus en tenant en compte des nouveaux paramètres 
informatiques et organisationnels. 
S’agissant du cadre normatif, ni la réflexion ni la révision des textes n’étaient engagées au Mali 
avant le début du projet. Cette révision exhaustive des textes s’est accompagnée d’une réécriture 
d’articles et de propositions d’introduction de nouveaux articles. Tout le travail de réécriture 
est prêt afin de faciliter les travaux de la commission qui devra siéger pour faire évoluer le cadre 
normatif. Aussi, les travaux réalisés jusqu’alors étaient conséquents et ont pris en charge bien 
plus d’éléments que ce qui avait été initialement imaginé. 
Le Code des Personnes et de la Famille traite de l’état civil mais aussi de questions plus larges 
liées aux droits des personnes au Mali, aussi sa révision soulèvera l’envie de revoir aussi les 
articles  non  liés  à  l’état  civil.  Aussi,  afin  de  ne  pas  freiner  la  réforme  de  l’état  civil,  en 
concertation  avec  le  MATD  et  le  Ministère  de  la  Justice,  la  préparation  d’une  loi  sur 
l’informatisation  et  la  gestion  électronique  de  l’état  civil  a  été  choisie.  Celle-ci  permet 
d’encadrer  la  modernisation  du  système  sans  remettre  en  cause  le  CPF.  La  Commission  de 
relecture des textes en cours de mise en place examinera aussi les projets de lois dérogatoires 
sur les audiences foraines, la consolidation de l’identité de personnes à identités multiples et 
l’inscription  dans le fichier d’état civil  des personnes recensées dans la base de données  du 
RAVEC avec des actes de naissances et la régularisation des autres personnes recensées. Cette 
Commission se réunira en cas de besoin dans le futur pour d’autres textes normatifs. 
La rédaction de l’Instruction générale de l’état civil (IGEC) nécessite de savoir sur quels textes 
il faut s’appuyer, aussi elle est tributaire de l’adoption des nouveaux textes. Cette instruction 
sera initiée courant 2019. Elle permettra de décrire la conduite à tenir par les acteurs de l’état 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
35 
 
 


 
civil dans ce cadre rénové  et constituera un important outil de référence et  un instrument de 
travail et de compréhension des actions des différents acteurs pour et par l’ensemble des acteurs. 
En matière d’étude sur les difficultés d’accès de la population aux services d’état civil, il s’agira 
d’identifier des groupes sociaux ayant des difficultés d’accès à l’état civil, de déterminer les 
facteurs  limitant  leur  accès  à  l’état  civil,  d’explorer  l’aspect  genre  afin  de  vérifier  si  des 
spécificités liées aux femmes peuvent être relevées et des solutions ad hoc trouvées, d’identifier 
des stratégies pertinentes et des actions à mettre en place pour favoriser l’accès de ces catégories 
de personnes à l’état civil. Lors de cette analyse non seulement la population sera interrogée 
mais aussi :  
  le personnel des centres d’état civil et des centres de déclaration pour analyser leur offre 
de service,  
  les chefs traditionnels et religieux pour évaluer dans quelle mesure ils pourraient inciter 
ou faciliter l’enregistrement des faits d’état civil. 
En matière d’appui institutionnel et d’appui à l’état civil, les actions consistent à étudier le cadre 
actuel,  à  vérifier  les  intentions  des  acteurs  en  présence,  à  identifier  les  risques,  mais  aussi 
permettre au projet d’appuyer la réforme de l’état civil tout en restant dans le cadre institutionnel 
actuel, en veillant à proposer des actions concrètes pour permettre à la population de disposer 
d’un acte de naissance et d’une pièce d’identité fiable, de favoriser l’enregistrement des décès 
et  des  mariages.  Le  mode  d’enregistrement  des  décès  devra  être  suffisamment  précis  pour 
mettre à jour le fichier de l’état civil et celui des personnes physiques (RAVEC). 
La  recherche  de  financement  pérenne  de  l’état  civil  est  un  long  processus  qui  mérite 
murissement  et  probablement  un  portage  politique. 
 
 
 Point sensible : prise en charge des participants aux ateliers organisés par le PAECSIS 
Le barème de la prise en charge des participants aux activités organisées par Civipol dans le 
cadre du PAECSIS a fait l’objet de contestations en raison de son non-alignement sur celui du 
Gouvernement malien, ni sur celui d’organisations internationales comme la MINUSMA. Il en 
a résulté le retrait de participants de qualité du CTC dès qu’ils ont eu connaissance du barème 
appliqué 
 
  et  du  Focus  group 
organisé en juin 2018. L’atelier de concertation régionale de Sikasso réalisé en septembre 2018 
a requis une approche diplomatique préalable auprès des pairs des participants pour éviter des 
situations conflictuelles liées à la prise en charge des participants. La concertation régionale de 
Ségou  a  failli  ne  pas  se  tenir  en  raison  des  revendications  des  participants  qui  ont  requis 
l’application du barème du Gouvernement. Si une attention particulière n’est pas accordée à 
cette  situation,  elle  présente  le  risque  d’impacter  négativement  le  niveau  de  présence  et  la 
qualité de participation des personnes ressources lors des futures activités du PAECSIS. 
 
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
36 
 
 


 
VI.  ANNEXES 
ANNEXE 1 – Rapport sur le cadre normatif de l’état civil 
ANNEXE 2  -  Termes  de  référence  de  la  Commission  de  relecture  des  textes  législatifs  et 
réglementaires et projet d’arrêté interministériel de création de la commission  
ANNEXE 3 – Rapport sur le financement pérenne de l’état civil 
ANNEXE 4 – Rapport sur l’informatisation de l’état civil 
ANNEXE 5 – Rapport sur la cartographie des centres d’état civil  
ANNEXE 6 – Rapport sur le cadre institutionnel et les pratiques en matière d’état civil  
 
Rapport semestriel – S2 / 2018 
37