Dies ist eine HTML Version eines Anhanges der Informationsfreiheitsanfrage 'Meeting between Thierry Breton and CCI France on 13th April 2021'.

 
DG GROW 
Meeting between Commissioner Breton and 
 
13 avril 2021 
 Entretien avec 
 
Politiques européennes et reconquête industrielle 
Mise en œuvre du plan de relance européen 
 
BRIEFING NOTE (Commission Internal) 
 
 
Scene setter/Context of the meeting: 
 
Le 
 
,  souhaite  discuter  avec  vous  des  politiques  européennes  de 
reconquête  industrielle  et  du  plan  de  relance  européen.  La  CCI  a 
soumis trois axes avec plusieurs propositions concrètes dans sa note 
de positionnement.  
 
  Le premier axe vise à renforcer la capacité d’investissement de 
l’UE dans les projets innovants et les technologies de rupture.  
  Le deuxième axe vise à réarticuler la politique de la concurrence 
avec l’ambition industrielle de l’UE.  
  Le troisième axe vise à instaurer le principe de réciprocité entre 
l’UE  et  ses  partenaires  par  rapport  à  l’accès  aux  marchés 
publics. 
 
Les  CCI  soutiennent  plusieurs  initiatives  majeures  de  la  Commission 
Européenne,  telles  que  la  mise  en  place  d’un  cadre  juridique 
harmonisé 
avec 
« l’instrument 
sur 
les 
marchés 
publics 
internationaux »  (International  Procurement  Instrument  –  IPI)  et  la 
révision  du  contrôle  des  aides  d’État  pour  les  entreprises  extra-
européennes. 
Objective of the meeting:  
 
  Accueillir les propositions et points de vue de CCI France.  
  Illustrer l’action de l’UE en faveur de la reconquête industrielle 
et des projets transeuropéens de coopération industriels. 
  Consolider le soutien des CCI aux initiatives de la Commission.  

 

 
 
 
 

KEY messages 
  La  relance  est  une  excellente  occasion  d’obtenir  un  avantage 
concurrentiel dans les nouvelles industries numériques et vertes. 
  La  Commission  a  présenté  plusieurs  instruments  et  initiatives 
pour mener à bien la relance et la reconquête industrielle.  
  Le soutien d’acteurs tels que les CCI est important pour le succès 
des politiques industrielles de l’UE.  
 
Line to take 
 
AXE  1 :  Renforcer  la  capacité  d’investissement  de  l’UE  dans  les 
projets innovants et les technologies de rupture. 

  La  Facilité  pour  la  relance  et  la  résilience  aidera  les  États 
membres à investir dans des secteurs stratégiques. 
  Les  projets  de  coopération  entre  les  États  membres  sont 
essentiels, par exemple pour l’hydrogène, les batteries, la 5G. 
  La  transformation  numérique  est  cruciale  et  la  Commission  a 
lancé le programme Digital Pathways pour faciliter celle-ci. 
 
AXE  2 :  Réarticuler  la  politique  de  la  concurrence  avec  l’ambition 
industrielle de l’UE. 

  L’enjeu  est  d’adapter  les  règles  à  la  nécessité  d’accélérer  les 
projets européens liés à la double transition numérique et verte. 
  La  Commission  réexamine  actuellement  de  nombreux 
instruments  d’aide  d’État,  dont  la  communication  relative  aux 
PIIEC.  
  Les  lignes  directrices  concernant  les  aides  d’État  à 
l’environnement et à l’énergie font aussi l’objet d’un réexamen. 
 

 

 
AXE  3 :  Instaurer  le  principe  de  réciprocité  entre  l’UE  et  ses 
partenaires dans l’accès aux marchés publics. 

  Nous  assistons  aujourd’hui  à  l’existence  d’offres  d’entreprises 
fortement subventionnées par des pays tiers.  
  Les entreprises européennes actives sur les marchés publics ont 
besoin de conditions de concurrence équitables.  
  L’instrument  sur  les  marchés  publics  internationaux  (IPI)  sera 
utile pour l’ouverture internationale des marchés publics. 
Questions to the interlocutor  
  Nous  apprécierions  vivement  que  les  parties  prenantes 
fournissent  des  retours  d’information  de  leurs  expériences  des 
entreprises  européennes  qui  participent  à  des  procédures 
d’attribution  dans  des  pays  tiers.  La  CCI  serait-elle  disposée  à 
partager ces informations avec nous? 
  Nous  invitons  la  CCI  à  partager  toute  nouvelle  idée  sur  les 
priorités,  actions,  outils  d’accélération  de  la  transformation 
industrielle digitale et verte. 
Defensives / Q&A 
 Position  de  la  CCI,  AXE  1  -  PROPOSITION  1:  Favoriser  les 
coopérations  industrielles  transeuropéennes  dans  les  chaînes  de 
valeur  stratégiques  en  accélérant  le  développement  des  projets 
importants d’intérêt européen commun (PIIEC). 

  Je partage pleinement votre point de vue que les PIIEC sont très 
utiles. La Commission dispose d’une expérience très favorable à 
leur égard: batteries, hydrogène, microélectronique. Elles sont 
un moyen de générer des avancées technologiques décisives. 
  La Commission réexamine actuellement les règles relatives aux 
aides d’État PIIEC, dans le but d’en élargir l’application.  
 
AXE 2 - PROPOSITION 2 : 

 

 
Rénover les outils d’analyse concurrentielle, notamment en prenant 
en  compte  la  concurrence  potentielle  future  et  en  adoptant  une 
définition extensive des marchés pertinents. Repenser les modalités 
du  contrôle  des  concentrations  en  privilégiant  le  recours  à  des 
remèdes moins irréversibles que les mesures structurelles
. 
  Cette  proposition  reflète  le  débat  qui  a  suivi  la  décision  de  la 
Commission  européenne  d’interdire  à  Siemens  le  projet 
d’acquisition 
d’Alstom. 
Cette 
acquisition 
aurait 
considérablement  réduit  la  concurrence  en  privant  les  clients 
d’un choix de fournisseurs et de produits. Les parties n’avaient 
par ailleurs pas proposé de mesures correctives suffisantes. 
  Les principaux axes de la politique de concurrence sont inscrits 
dans  les  traités,  la  marge  de  manœuvre  de  la  Commission  est 
limitée  —  pour  les  ententes,  les  concentrations  et  les  aides 
d’État. 
  Mais  la  Commission  n’a  cependant  pas  hésité  à  adapter  les 
règles  en  matière  d’aides  d’État  et  de  pratiques 
anticoncurrentielles  à  la  crise  de  la  COVID.  Des  centaines  de 
mesures  d’aide  temporaires  qui,  dans  des  circonstances 
normales, créeraient des distorsions, ont été autorisées au cours 
de l’année écoulée. 
  La  Commission  réexamine  actuellement  de  nombreux 
instruments  d’aide  d’État,  dont  la  communication  relative  aux 
PIIEC  et  les  lignes  directrices  concernant  les  aides  d’État  à 
l’environnement  et  à  l’énergie.  Nous  les  adaptons  aux 
technologies  actuelles  et  à  notre  besoin  de  réaliser  la  double 
transition dans les meilleurs délais. 
 
 
AXE 3 - PROPOSITION 3 : 
Promouvoir l’adoption d’un « Buy European Act » et faciliter l’accès 
des PME européennes aux marchés publics. 


 

 
Renforcer  l’effectivité  du  principe  de  réciprocité  dans  l’accès  aux 
marchés  publics  en  révisant  le  contrôle  des  aides  d’État  pour  les 
entreprises extra-européennes. 
 

  Nous  incitons  les  États  membres  à  améliorer  l’accès  des  PME, 
notamment en adaptant la taille des commandes, mais aussi en 
améliorant la publication des besoins des États membres. 
  Notre  priorité  est  que  les  marchés  publics  deviennent 
accessibles aux producteurs des 26 autres États membres.  
  En  qui  concerne  la  concurrence  déloyale,  nous  travaillons 
actuellement à une proposition sur les subventions étrangères : 
(V. Bruxelles, le 17.6.2020, COM (2020) 253 final, LIVRE BLANC) 
relatif à l’établissement de conditions de concurrence pour tous. 
  Cette proposition traiterait des subventions étrangères dans les 
appels  d’offres  publics  ainsi  que  dans  les  problèmes  liés  aux 
pratiques anticoncurrentielles et aux concentrations. 
Q&A  
Quand la Commission proposera-t-elle une législation accordant aux 
entreprises de l’Union une préférence pour l’attribution des marchés 
publics de l’UE, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays? 

  Des  régimes  préférentiels  de  l’UE  violeraient  les  exigences  de 
non-discrimination figurant dans nos  accords commerciaux.  En 
outre, et cela est tout aussi important, l’UE plaide en faveur de 
l’ouverture des marchés publics à l’échelle mondiale et de telles 
mesures protectionnistes nuiraient gravement à cette stratégie.  
  Pour  l’heure,  nous  considérons  que  le  droit  des  pouvoirs 
adjudicateurs en Europe d’exclure des soumissionnaires de pays 
tiers,  avec  lesquels  nous  n’avons  pas  conclu  un  accord,  offre 
certaines  garanties  fondamentales  pour  le  respect  de 
conditions  de  concurrence  équitables  dans  les  procédures 
d’attribution en Europe. 
 
L’IPI  pourrait-il  être  utilisé  contre  des  mesures  comme  le  Buy 

 

 
American?  
  L’IPI  ferait  partie  de  la  boîte  à  outils  de  l’UE  pour  assurer 
l’existence  de  conditions  de  concurrence  équitables  dans  nos 
relations  commerciales.  Tous  les  obstacles  discriminatoires 
nuisant  à  l’accès  des  entreprises  européennes  pourraient 
conduire à des mesures IPI dans tous les pays, notamment dans 
les  marchés  publics  qui  ne  sont  pas  couverts  par  nos 
engagements internationaux.  
Pourquoi  la  proposition  IPI  prend-t-elle  autant  de  temps  à  être 
adoptée alors que le besoin d’un tel instrument devient de plus  en 
plus évident?  

  Après la présentation de la proposition initiale en 2012 et de la 
proposition  révisée  en  2016,  un  certain  nombre  d’États 
Membres ont fait part de leurs vives préoccupations quant aux 
potentiels  effets  négatifs  de  l’IPI,  tant  sur  le  plan  interne 
(insécurité  juridique  et  charge  administrative)  que  sur  le  plan 
externe (risque de représailles de la part des pays tiers ciblés). 
Cela  a  malheureusement  bloqué  les  discussions  au  sein  du 
Conseil.  Néanmoins,  les  progrès  réalisés  au  cours  des  deux 
dernières années nous rendent plus optimistes sur les chances 
d’un accord sur le texte au sein du Conseil. 
 
Background information 
 
Name of Cabinet Member: Agnieszka SKONIECZNA 
Name of the Director who has cleared the briefing:  
BASIS request ID: CAB BRETON/837 
Room, time: online, 13 Avril 2021 
Name  of  main  contact  person: 
 
 
 
 
 
 

 

 
Les projets de coopération entre pays européens 
La  Commission  est  déterminée  à  soutenir  le  développement  et  la  mise  en 
œuvre de ces projets dans le cadre de la Facilité pour la Relance et la Résilience 
et dans le cadre d’un dialogue renforcé avec les États membres, y compris au 
moyen d’un cadre de gouvernance flexible : 
  Mise  en  place  d’une  infrastructure  paneuropéenne  commune  et 
multifonctionnelle de traitement des données interconnectée, à utiliser dans le 
plein respect des droits fondamentaux. 
  Doter  l’UE  de  capacités  en  matière  de  conception  électronique  et  de 
déploiement de la prochaine génération de processeurs. 
  Déploiement  paneuropéen  de  corridors  5G  pour  des  opérations  ferroviaires 
numériques avancées et une mobilité connectée et automatisée. 
  Acquisition  de  supercalculateurs  et  d’ordinateurs  quantiques,  connectés  au 
réseau de communication EuroHPC à bande passante. 
  Développement  et  déploiement  d’une  infrastructure  de  communication 
quantique ultrarapide couvrant l’ensemble de l’UE. 
   Déploiement  d’un  réseau  de  centres  d’opérations  de  sécurité,  alimentés  par 
l’intelligence artificielle, formant un « bouclier de cyber sécurité » pour l’UE.  
Le  Plan  «  France  Relance  »  et  le  projet  de  Plan  national  de  relance  et  de 
résilience (PNRR)
 
Publié  le  3  septembre  2020,  le  plan  «  France  Relance  »  prévoit  100  milliards 
d’euros d’investissements (soit 4 % du PIB national), dont environ 40 milliards 
devraient être financés par la Facilité pour la Relance et la Résilience. L’objectif 
de  «  France  Relance  »  est  de  ramener  l’économie  française  à  son  niveau 
d’avant la crise d’ici à 2022. Ce plan s’articule autour de trois piliers: transition 
écologique  (30  milliards  d’euros),  compétitivité  (36  milliards)  et  cohésion 
sociale et territoriale (35 milliards). 
Accès aux marchés publics à l’échelle internationale 
Proposition IPI 
À  la  suite  de  l’adoption  de  mesures  restrictives  discriminatoires  chez  les 
principaux  partenaires  commerciaux,  tels  que  «  Buy  America(n)»,  «Made  in 
China  2025»  ou  «Make  in  India»,  l’industrie  de  l’UE  a  été  confrontée  à  des 
difficultés croissantes pour accéder aux marchés publics de pays tiers.  
La  Commission  a  adopté  une  proposition  législative  révisée  pour  l’IPI  le  29 
janvier  2016.  La  Commission  (TRADE,  chef  de  file  pour  ce  dossier,  et  GROW) 
continue de soutenir de manière proactive les discussions et la recherche d’un 
consensus acceptable en vue d’un IPI crédible, efficace et simple. 
L’actuelle  présidence  portugaise  travaille  de  manière  intensive  sur  la 

 

 
proposition. Une proposition de compromis révisée devrait être présentée à la 
mi-avril  2021,  en  vue  de  parvenir  à  une  position  du  Conseil  suffisamment 
soutenue  par  les  États  membres  d’ici  la  fin  juin.  Cela  permettrait  à  la  future 
présidence slovène d’entamer des négociations avec le Parlement européen, ce 
qui pourrait permettre l’adoption éventuelle de la proposition par le législateur 
au cours de la présidence française (premier semestre de 2022). Le Parlement 
européen est globalement favorable à la proposition.  
 
Biographie